Skip to navigation – Site map

Présentation

La revue en ligne Interférences a pour vocation de restituer les différents aspects du phénomène de l’écriture à Rome : replacer le corpus scripturaire par rapport à ses enjeux de production en le réinsérant dans ses conditions d’apparition, reconstituer le statut que se reconnaît et réclame l’auteur vis-à-vis de sa propre production, définir les mécanismes de relecture/réécriture qui régissent les relations aux œuvres antérieures, mettre en évidence les théorisations, implicites et explicites, dont ces textes ont fait l’objet.

Pourquoi ce titre d’Interférences ?

Rendre compte dans son ensemble et dans une diachronie longue de la polyphonie complexe de la pratique de l’écriture à Rome, c’est rendre compte d’un réseau d’interactions, d’une série d’interférences : dans le dialogue du scriptor avec d’autres praticiens des techniques d’écriture, antérieurs (modèles) ou contemporains (débats littéraires et esthétiques), dans la construction d’une relation avec le récepteur (interactivité orateur-écrivain / auditeur-lecteur dans les conditions de production des discours), ou le cas échéant dans l’insertion du scriptor lui-même dans sa production comme figure littéraire.

À cet égard, la question des genres littéraires telle qu’elle nous a été léguée par les Anciens doit être à la fois conservée et replacée dans une problématique plus vaste, celle de l’interaction des artes. Ainsi le poétique a été longtemps (jusqu’à Horace) intégré au rhétorique, tout comme le philosophique n’est pas un genre en soi, mais se retrouve aussi bien dans une écriture poétique (Lucrèce ou Manilius) que prosaïque, voire franchement didactique, et le juridique est langue technique et administrative, non littéraire, mais peut s’intégrer dans l’écriture du littéraire (chez Plaute à titre de parodie, chez Cicéron, chez Horace dans les Satires…). Ces imbrications et ces métamorphoses nécessitent de préciser les interactions entre genres, à commencer par les effets de la rhétorique lorsqu’elle envahit les formes littéraires par ses applications et les modifie de l’intérieur.

Sont également concernées les œuvres littéraires et techniques produites dans le contexte de l’acculturation et du bilinguisme gréco-latin : traductions, adaptations, ouvrages de théorisation fondés sur une réflexion contrastive. Ces textes “sous influence” présentent des formes d’expression spécifiques, et répondent à une dynamique déterminante pour l’évolution de la culture et de la langue d’accueil.

La revue Interférences a été créée en 2003 dans le sillage du GDR 2643 Ars scribendi, et ses premiers numéros ont été mis en œuvre dans le Centre d’ingéniérie documentaire de l’ENS de Lyon. Elle a reçu un accueil assez favorable pour être intégrée dans le réseau Revues.org. Ses premiers succès lui ont fait néanmoins rencontrer des problèmes techniques complexes, dus à des questions d’indexation et de compatibilité avec le format du réseau Revues.org. Ces difficultés ont entraîné l’interruption du cours normal des publications pendant plusieurs années.

Ces problèmes sont résolus, et en reparaissant la revue change de dimension et de perspectives. Elle était liée à une structure éphémère (le GDR Ars scribendi, de 2003 à 2010), elle est désormais indépendante ; elle s’inscrivait dans le temps limité des quadriennaux, elle s’inscrit désormais dans la durée. Ce renouveau correspond à un changement de mode d’organisation : la revue est hébergée par l’UMR 5189 HiSoMA (CNRS, Universités Lyon 2, Lyon 3 et Saint-Étienne, ENS de Lyon), en partenariat avec l’UMR 8163 STL (Université Lille 3).

Marc Baratin, professeur à l’université Lille 3
Bruno Bureau, professeur à l’université Lyon 3
Directeurs de la publication

  • Logo Hisoma
  • Logo Savoirs, Textes, Langage
  • OpenEdition Journals