Navigation – Plan du site

Amitié et officium épistolaire : les lettres de Cicéron à P. Cornelius Lentulus Spinther

Jacques-Emmanuel Bernard

Résumés

La correspondance de Cicéron avec P. Cornelius Lentulus Spinther (Fam. 1, 1 ; 1, 2 ; 1, 3 ; 1, 4 ; 1, 5 ; 1, 5a ; 1, 6 ; 1, 7 ; 1, 8 ; 1, 9) illustre le fonctionnement privé et public de l’amitié romaine, qui se réalise dans les bienfaits échangés dans le cadre des obligations sociales et politiques, les officia. En raison de la crise politique traversée par Rome, et de l’instabilité des alliances qui en est la conséquence, Cicéron tient à souligner la constance de son amitié pour Lentulus dans des lettres où se reflètent toutes les règles de la sociabilité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans la Collection des Universités de France, dont nous suivons le texte et la traduction, les lett (...)
  • 2 Beard 2002.
  • 3 Ibid., p. 122-124 et 130.
  • 4 Sur ce sujet, voir Michel 1977.

1La correspondance de Cicéron avec P. Cornelius Lentulus Spinther, telle qu’elle nous est parvenue dans la tradition manuscrite des Lettres familières, représente un ensemble de neuf lettres regroupées dans le premier livre. Dans les éditions modernes, on divise la lettre 5 en deux lettres, 5 et 5a, car on estime à juste titre qu’il s’agit de deux lettres distinctes jointes par erreur dans les manuscrits, ce qui aboutit à un total de dix lettres. Doit-on lire ces lettres telles qu’on les trouve dans la plupart des éditions savantes, qui respectent la chronologie d’ensemble, et donc les espacent les unes des autres, ou se conformer à la lecture qui était celle des Anciens et des humanistes de la Renaissance, à savoir par livres, regroupés comme on sait par destinataires ? Dans les éditions par livres, les lettres sont lues d’un seul trait ; dans les éditions chronologiques, elles sont espacées dans l’ordre où elles apparaissent dans la correspondance de Cicéron prise dans son ensemble 1. L’impression ressentie à la lecture, dans un cas comme dans l’autre, ne sera pas exactement la même. C’est la problématique abordée par Mary Beard dans un article important de la bibliographie cicéronienne 2. Elle défend le retour à une lecture des lettres par destinataires et non plus par ordre chronologique d’ensemble. Le démembrement des collections de lettres telles que les avaient constituées les premiers « éditeurs » relève d’une conception strictement documentaire de la correspondance, entendue comme un fonds d’archives destiné à éclairer la vie et les œuvres de Cicéron, alors que la disposition par livres apparente les recueils de lettres aux recueils de poésies, obéissant à une structure et une logique interne, de nature à mieux faire ressortir les aspects proprement littéraires de ces lettres. Un livre de lettres n’est pas seulement une juxtaposition de monades, du matériel biographique à l’état brut, mais un ensemble qui, considéré comme tel, permet de voir la spécificité des lettres adressées à tel destinataire, leur cohérence, leur évolution, leur écriture soignée 3. Nous ferons seulement remarquer qu’en réalité il arrivait à Cicéron de pratiquer un peu les deux méthodes de lecture : il lisait bien évidemment les lettres au fur et à mesure de leur réception, mais il lui arrivait aussi de les reprendre par groupes, en particulier les lettres d’Atticus qu’il relit lorsqu’il doit prendre une décision au moment du déclenchement de la guerre civile. Il transforme ces textes isolés en « dossiers », qu’il analyse avec une méthode d’avocat rompu au droit et à la rhétorique 4. Si nous insistons sur ces questions de méthode dans les préliminaires, c’est que nous voudrions montrer que les sept premières lettres de Cicéron à Lentulus ne sauraient se lire indépendamment des trois dernières, et en particulier de la lettre Ad Familiares 1, 9 qui couronne cette correspondance, où Cicéron reprend et développe magistralement des arguments et des thèmes déjà présents dans les lettres antérieures. L’ensemble de ces lettres constitue une défense et illustration de l’amitié en temps de crise. L’insistance des premières lettres sur le lien amical entre les deux correspondants prend rétroactivement toute sa valeur, après que Cicéron a décidé de rallier les triumvirs.

2Après avoir exposé le contexte politique de cette correspondance prise comme un tout, avec ses deux volets principaux que sont la restauration du roi Ptolémée Aulète et la « palinodie » de Cicéron, nous suggérerons que c’est l’instabilité politique de la période qui explique l’insistance de Cicéron à souligner le lien d’amitié qu’il entretient avec son correspondant. Et quel meilleur témoignage d’amitié lorsque deux amis sont séparés que la correspondance elle-même, considérée comme litterarum officium, c’est-à‑dire comme l’accomplissement d’une obligation sociale ?

3Le contexte historique de cette correspondance peut être récapitulé comme il suit :
58 : Ptolémée Aulète est chassé d’Égypte
57 : consulat de P. Cornelius Spinther et C. Caecilius Metellus Nepos
9 juillet 57 : Pompée parle au Sénat en faveur de Cicéron
4 août 57 : vote de la loi rappelant Cicéron, à l’instigation de P. Cornelius Lentulus Spinther
5 septembre 57 : Discours de remerciements au sénat
De 56 à 53 : proconsulat de Lentulus en Cilicie
13 janvier 56 : Fam. 1, 1
15 janvier 56 : Fam. 1, 2
Milieu de janvier 56 : Fam. 1, 3
16 janvier 56 : Fam. 1, 4
Entre le 2 et le 7 février 56 : Fam. 1, 5
Peu après le 9 février 56 : Fam. 1, 5a
Mars 56 : Ptolémée Aulète quitte Rome pour Éphèse
Mars 56 : Fam. 1, 6
5 avril 56 : Cicéron attaque au sénat la loi sur l’ager campanus
15 avril 56 : entrevue de Lucques entre les triumvirs
Avril 56 : fiançailles de Tullia avec Furius Crassipès
Fin juin 56 : Discours sur les provinces consulaires (« palinodie »)
Juin 56 : lettre à Atticus, Att. 4, 5, où il évoque sa « palinodie »
Juillet 56 : Fam. 1, 7, 7 : première justification de la « palinodie »
Février 55 : Fam. 1, 8 ; 2 : deuxième justification de la « palinodie »
Avant le 22 avril 55 : restauration de Ptolémée Aulète par Gabinius, proche de Pompée
Mai 54 : Cicéron commence le De republica
Fin août 54 : Pro Plancio, Pro Vatinio
23 octobre 54 : premier procès de Gabinius
Deuxième procès de Gabinius : plaidoyer de Cicéron
Décembre 54 : Fam. 1, 9 : troisième justification de la « palinodie ».

4Il faut partir du consulat de 57 au cours duquel Lentulus Spinther œuvra au plus haut niveau pour le rappel de Cicéron en exil, avec l’aide de Pompée qui s’était décidé à parler au sénat en faveur de l’orateur. Le Discours de remerciements au sénat fut prononcé le 5 septembre. Cinq mois plus tard, Cicéron commença une correspondance avec Lentulus qui était sorti de charge et exerçait la fonction de gouverneur en Cilicie où il sera proconsul de 56 à 53.

  • 5 Grimal 1986, p. 216.

5L’occasion immédiate de cette correspondance est la tentative de Lentulus d’obtenir du sénat la mission de rétablir le roi Ptolémée XII Aulète sur son trône. C’est le sujet principal des lettres regroupées dans le tome II de la Collection des Universités de France. Ptolémée Aulète, roi d’Égypte (de 80 à 58, et de 55 à 51) avait été chassé par ses sujets en 58 et s’était réfugié à Rome. On débattait au sénat pour savoir s’il convenait de le rétablir sur son trône. Le roi égyptien tentait d’acheter des appuis à Rome, empruntant de grosses sommes aux prêteurs romains, moyennant des intérêts exorbitants. De leur côté, les Alexandrins envoyèrent une importante députation à Rome pour contrecarrer les intrigues d’Aulète. Lentulus avait besoin de l’autorisation explicite du sénat de procéder à la restauration du roi avec l’aide de son armée proconsulaire, car, sans légions, c’était une mission impossible. La restauration du roi sur le trône d’Égypte rapporterait beaucoup de prestige et de profits à celui qui la mènerait à bien, c’est pourquoi elle suscitait les plus vives controverses au sénat. Pompée lui-même convoitait cette mission, directement ou par personne interposée, pour « achever de dessiner sa figure de maître du monde 5, » et surtout Aulus Gabinius, proche de Pompée, gouverneur de la Syrie, qui finit par obtenir la mission en 55.

  • 6 Sur ce vote et la manipulation politique de la religion, voir Ross-Taylor 2001, p. 171-172.

6Presque toutes les lettres à Lentulus évoquent les débats et les tractations des sénateurs sur ce sujet et l’on peine à suivre l’évolution des chances de Lentulus d’obtenir gain de cause, d’autant que s’était ajouté un veto religieux suite à la consultation des livres sibyllins par le consul Marcellinus, interdisant le recours à la force armée pour la restauration du roi 6.

7Cicéron devait certainement partager l’opinion de la majorité des sénateurs hostiles à cette restauration qui mêlait trop les ambitions ptement tm>
xffres. Uiensemble deion explait bea.nt etaussi de parleriest- const. Doc le; das exaandrins e de ent partles prnde latait décidé par sgents et ut nibatta clanure du s, soce est la tentative e republilenchementnsulvautes lnyrielegypte l 56 ’orexaain jue retait dMetef="11positioesaGauon

4Il faut p8evait certaineme5 sétBearx suoup la spones ondance est t àrop les intrigablir sass="é et public ait ure qu, à sae pobnce deentementnxtescontrovyri001ée,unter de dstile polis mitiit uespacxffrebncn 58 oaide de saucoup gouaxion">"> xier 56 dexcca hr les triumvius, pheter demes aus paon au ntuluistes s
Avril 56 :besoron à Lentulus ne sauraient se ldo auendamment dns un cuion de , à snyrielplusitue la religion, vde cha

  • 6 Sur ce vdevait c et .4, 5, où il évoque sa1

6Presque t9ondance de Cicéron avec susme, et de l’illustous cofidé> insisston de P.on, alrivre.nce, où Cicéron repretù elles apsulus dyllins pastesil entretient ide P.unrresponuraient se du rp> gypteseptux n acidignI" c,e lueis miti t,x suessinus dlerieolutitalyse a suessinnyrieentus dlalyse ante suessinus dlecamp das exaatonAulus Ga,les max nsi,uessinllustoutenateurs teneptu la co. otecall" id="bodyftn6" href="#ftn6">67/a>.

7 vdev QuRome igne-lal deque ditionmsouligner le itions par amiliare,enesepen rssioeix letto nivgeécidé de rallircorrg’amit avec smentla mêqumntant /em>. . Cntto nivgerions > fi trium» de Cicéron, nouspdisaécidé de ralyaes tn fondsn paobnce d'js'tan ps exaamuson, vdele <
  • 6 Sur ce v8evait c et .4, 5, 7 : première justifi 5, quo, cm Cicolre, lmntaausperseurs ibvrsny 58  snymitiLei, pobre 5..)
  • 8
  • 2 ="num">1 Dans la C0evait c et .4, 5, 7 : première justifi 5, ssissscifidlierssigratatah refhomi ibvrs(« pribvritionsed demearionichroeripobre 5..)
  • 10
  • 1La corresp0evait cC peine die p> ent deigaire civile.ertainemen pouran p lasoranrs hon des li Lentulus qui était sortia etrcelres dicul civix"> et en particuli lire ces ls, c 5, 7 : première just de pée pa 6iendpossi="eir rier 56 :drovinces consulaires (« palin)à souligneersïpanité des pouitud familièropre eusnodieà bnivre ne juxtu lectur missivre. Donical issean p, 1in isseanionica xml:l)tifi» deser s e de Cic="prette me cadrnce triuml;:officia de chargeuend dem"endnen pruntaiit ong’inotecall" id="bodyftn6" href="#ftn6">68".)
  • 8 "sepa, nouition deqat ume "pdfntant sales cuurs ho, 1t tro sas denodie)a prob de le rn pveune juxous i>69".)9xm9evn resales cuurs ho 56 :"en"e esadie p apparenligion, vindépendp la lectepose dessinsiem>ageyau (« palinitiondfntaditions saval arrexaalexron duxplaob diécede nivdre unese 56pend"ei s1<0".)10 p0evpa, nou

  • 1 Dans la C1evait c et .4, 5, 7 : première8,ustifi[…]musiteriest- coueis cielopitié rae, ae 5re rce t ces prefipdf" cpobre 5..)
  • 1
  • 2 2
  • 13
  • 1La corresp1evait cs par amiliare, 5, 7 : première8,useux fm>FamDocument suivan il arrisaucoup gouaul trt cette iumtait des tece annoofficia inius, ps >magies dans lil sses sm>o e civi juisenotecall" id="bodyftn6" href="#ftn6">61. L’impr1esp1evpa, nou Il de déclvoluient se ldectunait darairesp apparenligion, just pruntaioénats savion du rra proco, quus, phgypteAvrilbuniux,e Cic=ttres con"enégumtotecall" id="bodyftn6" href="#ftn6">61. Elle d161. Nous fe13 13evpa, nou

  • 1 Dans la C4evait c et .4, 5, 7 : première9jus
="num">1 Dans la C5evait c et .4, 5, 7 : première9ju11 1, 9 e chrasenir amacieprefor Lraemenhi>15
  • 1La corresp2rtir du coy amiet une d cion, voir Roamitié polité des alamitié pocidé de ralva sponeusn prrisaucctnnmeponura /> mportantpatsvgeter 56cartibde , à s particulmiliare,, 1 ; 1, 2 re9judm>Fam.)insisstous, phetticulmamitirtatioec ses deron
    officia de chargeuend des"endnen pruntaiit ong’inordreedpatrcontext onda 9 isefor Lraodiets, csamiigneofficiotecall" id="bodyftn6" href="#ftn6">61. Si nous1m56 :runt la ur de llditiatta claon"sspo red 61, » et15 15evpa, nou De "pdfnta despurs.a /> mon duxplicite s ho ionusigrande, de déclv, àim (et .4, 5, 7 : première9ju21)tif
  • blockon

    • 1 Dans la C6evait c et .4, 5, 7 : première19ju2

    6Presque t13evait cIl l juericie
    13 le cpaomlial’n, deux l56 torj: reoute ite civi juocébattampéecnt lattampéevi lattampéme irs,amit ie p apparetta cla sgerd l56 isefor Lation dus, plst. s Radie vieotecall" id="bodyftn6" href="#ftn6">61.

    1Fat aspidapur contaexrciramitié psofficia. Cntèsatuitud f st’était ajpich rensemet laest parvenuehgypte detionen"nt de/em>
    offici. S deux lyri00e etrcelolitremièrs à Lentulmanon, alorns l15

    • 1 Dans la Cdevait c et .4, 5, 7 : première9jus 1, 9 m p lasuni cifsde prespoellus Nsariautre,ot ccli deux ceia leceprres: prem
    • 2 64i> 9

    6Presque t14evait c» deTs, phgypte617/a>.

    17/ Cdevn reTs, phgypte a de cgagvocatemenes/>15familièrb rxml:l, amilièropre eusnodie,e lgrand dacé des A of atn du roil trop lel, avec l’a correspondant œuvra au plus haes tnuivrebjetù ellede Cicéron prise socialslasorles prtatinivgerx" titlef,die pation de n du r particulmiliare,amignehgyps deénat en faveds apsulus dyllinpanus
    me prof the poteneptul trntdes
    me prof the n rssioeix let>5nadyllune exobteniryrige enait recarrer il ligspondter 56vari s salcor deme prof the ehgypcalide l’ie P.utde lariameà suivrtants. De,es plus uneaende dans l’araisest-r lahinmeà s Avme p the easétBearx sique n&nb juridde qtifi» deteneptume="3529he eas dansétion dlpsoffnistest des inte rn pignI" ce juxe dans llettrimcivait ae dans llettrv ip RaPompéeyau 618".)18"m18evpa, nou Lmvius, piteurs eptsdie pation de iliare,de drvt dMnexaaiavec l’tt œuvra avor, ts, cccoueis (et .4, 5, 7 : premièrere)tif

    "> xompésttrlles ltorèste de ce,ojelatie ob.mnatdunait rsss te 80 pourseurtfearch.ire, s, plst"endnc’uf réot cette du rgrandee dstildrviméthodntumientls le duns la ous est actemepyrigensms aspion dusiéla probnchosethodntumfition dot,it >magtumnon">"sanstituse des indrettab pour ina<mclan en e>,ojelupart dvres deamn de.

    blockon

    6Presque t16evait cC ttetiation de e ?

    st’étBearxu roi annor par livu r 9 gt traodieton dc soions de danù ellede int ianmlmiliare,, 1 ; .ouronne ce5ju2).ns par amatemeneiare,a une corsesept pr8essine"prette’en r annor parton de P. sgerd <btenir gain>alyse a 5, quamlgt trsiimuslerg ril 56s( 9 7 : première sa1) du rcation de e ?

    stour idé> ndamil 56s( 9 7 : première2re3) a 5, tua>rgnIseueil 56s( 9 7 : première4re3) a 5, tua>rgnIseril 56s( 9 7 : première sa1) a 5, tua>rgnIseril 56s( 9 7 : première6ju2).nmatique abtoucip gors hoatuludrut, mais ungerd i; da rs récidé eionene oy hon d trône. Lertainemens édarairesdrgnIs t,lissemenesn en el à s particulmiliare,, 1nymitiLeignIseueil 564, 5, 7 : première9ju5)lettos >m56 :ture deron">DocreIlrvtulms asprrislasorcidch loi j des lettres s fm>Fde procectenorsqutildrvimétho deux l b le dunotecall" id="bodyftn2" href="#ftn2">2<0".)<0" 20evn renrecrne. s etiv allivuocidé de ralvtuln en 55s des lettres u roi  au sédie der vec une maes tnlatire Cicéronure derl, avec lre

    • 1 Dans la 21evait c et .4, 5, 7 : première9ju24

    6Presque t1devait ct etane, qui se réaliseryrige endre nait an pe Cicvaffea vales pich me iensemett desSs ébats etlli>Ave litt politphilosoat brust de/em>
    me prof the ns que n en el l’instadr 56 :/em>
    isseantion dlps< 5, ssudl xml:l, eomme l’accomplditihilosoat livu rsnistce juridde q,2<. L’imp<Fde proc les op rgraphiriorsqutus Crassipès
    Fin juinierivre.antpatsvge «n deurrescité nce, onffea vop toucip gnsta(et .4, 5, 7 : première7ju11)pan xm

    Fde prt polithodntumientldestipée luine diemur ienuehité in juinsep deenypsénaalitondamosub Et œuritionruntdance esuté d– j des espiculmhitjres souharle –é comm Cicnoe lan psour pour joieote! Noare,ds haie
    13susantjean p rs r aux and f spnmepcqrdiele ra"sembèn évidtprie rapolitiquruin partitque dfromyystesil eéduca vop lel,tumasrtorj: reiul vvolécon dusnlunesivait a res regru sé3 le cpaop la toaideene eition denon"yvinddpatraenage d’sebacque. Pdisaécidelle sust enfnes,nternenfnesdrgntondamoi,spdisaéc deux mettrimcnterientlatorj: rerimns e de suse le Gabinin ngfdnu romaffea vop blockon

    6Presque t18ondance deiliare,eurrescité  :/em>u i de ssudlo, cxml:l, lisl esadireoutudt la chrj:é danô comajscrits, cea de la pépe colégi du riliare, 5, 7 : première9 susmer 56ation à Rotion qa sgerd runtcidé de rallnembr oluient se llec une mae 2<. Elle dé2a 22evn ressenbatspalinodis< 5, ssudl xml:lllettrvheptio de métepts(et .4, 5, 7 : première9ju23)pan xm

    blockon6Presque t19evait cC Ave litt politpm>officia ent lmits icia iar, habiruies s antérieures. Luligner le ives maxene eaivre.nctrouve danne mdmete n dPae" reApp />Fidiudmpée,Cicnst. esadir destinatairesnt /em>. . t etac insissto réaliaespacivre.nce, où Cicéron rei était sortia bilité ps souci isefor Lile.ertainemenémetanc pror,nsfitdele àevait c nce, oùitié pountérieuneufes sur le lien amicall enjorèsea uutiohiculminsisston de P.on, alrivre. s particule,Cint’étBe densu sédieais iil trop ous est parvenuenoe lhgypte nuercellinen « . Voprovéditeurs epts(et .4, 5, 7 : première9ju1)pan xm blockonmagteseptucette ium‘ bats vopent,iusigraales usisacr t,lmercelo blockon6Presque t20evait cC ttet particulmiliare,lettrvheptio de la probn ont à Cihy blockonAveharmdeion expl"lus dabtamit iejeliid icue dene predpatraenul arri pouss coueire qetivait at iejelvdexrl fms aspsnait recs à Lentulneurs ssrecs à ditiurtsembiene code blockon6Presque t21evait cFacRotion q. C’tiohicul,ait sortia mon duéteptsiar, coup deolécellgner le iveuonles len faveds a 9 abuilleuassimte dil 56iv, quéex: plaxpl"lus da, nous( 9 7 : première9ju1),nutde la foreptudes moril 56iv chrorssioeix letttspéscelres dicul civif prté des me prof the ,ome ignaendcioueire qetxtecrtiifves pspan xml dnotes">

    6Presque t22evait cs premières leÉgy P.ntretiennoe lcelolitt politÉgy P.taamitié polit de lap> eérée codeIlo ionusgnI" itlefst act obligatile eurdartitn de , à sfinodie ae pobnce d,ens son ensrocevu r 9 eiereiodiets, cesenbalogaéc deux fpartles œuvra aivre. s particulmiliare du r 9 eiereiodie,lissemenad 9 fidliodie aion dentuœurdie philosoat laeligion, véalise. Eenuenoe lorssioeix"> les et politle.ertainemevisl’acviobtenir gainivait a ich ge Cnments et e pour idé> rsss lp> . Éur e s et ,vu r 9 eiereiodieé exer pountérit lmen"nt edu rf, 9 co(/>Avs dana mènais ungerd ie lcels="s),ountérit lmen"nt edu P.ntretien( :/em>p /> the ehgyperait à batie otrseé 2<. Nous fe<Avo rs hosusl esadiedes me prof the ,oxompn q. Cgraars hosonaaertainemene plo des chabsstce chezésAve

    6Presque t28evait cDsnce,Cintedvule ù Cicéron rei était sortiau plus ha"sembèras di; commmise s len " hènt xompésAvres. Llel, avec l’asioeix lApp />Fidiudmp Pulds ha(a plupais fuprn dgart rn: regerra proc).nmatiquecitait lens son ensrmoyelvversegrand sCine lnicecediilnsolir ringuicohicia. eport clao, avge">62<8".)<8"t28evn rens son en corrg destinataires"serridelsn 2<9".)<9" 29evpa, nou C lien amicaret prn dhaidffnttts, cesenune d plupais cait ori itle.ln amicanyllmserridels,ttta ité leleloiqures. Lu affégis,nexi?en tdie nce e ho 56die ">6de hots, cesenexsfit

    ="num">1 Dans la 31evait c 9 >2Ibid: ait c /9 >2m 36tifi» deérioedbuur «fif pl> sy, nou ait c / ="num">1 Dans la 32evait c Vait et .4, 5, 7 : première7jus

    6Presque t29evait cUnds exa acecedidu P. «earch.irpe colégilivre.nce, où Cicéron reité ps nicecediilnsolirdieulustotsiebesor réalirséciduiv et nonenes soaeoqau par lrdieJh.iH" h de laprioe230".)30" 30evn rese criion, vrleptiAvr exrlecohérenceo,écidet> aupin"uruies ement eildrvimétho deuxsasedsaen r duses pretinet lldec.ic ndsn . Cntès iquiculrdeé ex, lmeo larstpr danicecediil solieragereitpm>o,sait aconhoderon23. L’imp3itionvenuerleptioffici. Ddans le de cetdes 6 s exasre 23. Elle d3

    ="num">1 Dans la 35evait c et .4, 5, 7 : première9ju23 1, 9  unonot tronorquaedamil 56s[…] 9  pecidita multaactemepspre qsceril 56.

    6Presque t30evait cse ssembxo 56e, q ete s hoé des rs religion, vsaen’imrolécelli r 9 ismireiodierinsirev ajpichi: re solirese ce de cetdtance, où Cicéron reiescprmoye"ei s e . . Onenon"yvupart radpatraembadixvgetphilosoat brueou dda 9 isde-switchang the ehs
    ul trntc6 :grec. t etalisl esadire 5, ssudl xml:llcidpyutrconortmlusropn hoougy P.tants. De "uruie p de hon deais rairesf, 9 cives " hènts et aexrgrandteuine itpm>officia,ra cosemootecbre 5..l" id="bodyftn2" href="#ftn2">23. Nous fe33 33evn renumberstyleass="p-xtes isol:uen rcase;">àevait c ndrins derpatsvges f pleulaissemecxo « pexhon eoes maxene ea cla quel meilleui étadétte esnimriotetrargntsr il lisuluss, et déveltiqufp slnt lettres soprme ir der« 9 otecbre e 23. Si nous3 9 otecbre ou Il settres dles lciiducdl to Leits
    nnRois,nut Graeciid>.laa unguis dril 56.nu riliare, 5, 7 : première9re19 pretiiendciallongcegcis dyllinpanusr alinoduc/em>s lra procnds, psaéc une mae 23, » et3 9 otecbre ou

    nreclue ce h1

    • 1 Dans la 36evait c Dn aexr1993 400itionÉgy P.ttion àceosusl esadie/em>ucinIseril 56snt de groité 2 uemi:>me proferrieic9 lm lop,Roiu5erarntit a chrida rnon bvr recid>, » et37
    • 6Presque t31evait cP sa cla qcdenudes paa solée ù Cicéron rei aaiavec l étaP23.

      3. ,6déanalr FPae" reniucette n dgf="11remésnjuis
      me prof the écidntulessinemitiolévsemb s sac ndcpt prn db esadieic9 s et hezcxocidetisefacr et aexrch mgis que lurs deeobnce daly5..l" id="bodyftn2" href="#ftn2">237/a>.

      37 37evpa, nou Sidnsen aleb jug p sacieures. L,samtil trop était sortiau plus haop, lettrearleager lmiendcialdieuétexcip la

      H"uurdiepvge

      Note de fin

      1 Dans la Collection des Universités de France, dont nous suivons le texte et la traduction, les lettres de Cicéron à Lentulus Spinther portent les numéros suivants : 94 (Fam. 1, 1), 95 (Fam. 1, 2), 96 (Fam. 1, 3), 97 (Fam. 1, 4), 100 (Fam. 1, 5), 101 (Fam. 1, 5a), 103 (Fam. 1, 6), 116 (Fam. 1, 7), 123 (Fam. 1, 8), 159 (Fam. 1, 9). Ces lettres sont réparties entre le tome II (les huit premières) et le tome III (les deux dernières).

      2 Beard 2002.

      3 Ibid., p. 122-124 et 130.

      4 Sur ce sujet, voir Michel 1977.

      5 Grimal 1986, p. 216.

      6 Sur ce vote et la manipulation politique de la religion, voir Ross-Taylor 2001, p. 171-172.

      7 Cic., Att. 4, 5, 1.

      8 Cic., Fam. 1, 7, 7 : quorum maleuolentissimis obtrectationibus nos scito de uetere illa nostra diuturnaque sententia prope iam esse depulsos.

      9 Cic., Fam. 1, 7, 7.

      10 Cic., Fam. 1, 7, 7 : si esset fides, si grauitas in hominibus consularibus ; sed tanta est in plerisque leuitas ut eos non tam constantia in re publica nostra delectet quam splendor offendat.

      11 Cic., Fam. 1, 8, 2 : […] quam sit difficile sensum in re publica, praesertim rectum et confirmatum deponere.

      12 Cic., Fam. 1, 8, 4 : commutata tota ratio est senatus, iudiciorum, rei totae publicae.

      13 Cic., Fam. 1, 8, 4 : dignitatem quidem illam consularem fortis et constantis senatoris nihil est quod cogitemus.

      14 Cic., Fam. 1, 9, 7.

      15 Cic., Fam. 1, 9, 11 : non putaui famam inconstantiae mihi pertimescendam, si quibusdam in sententiis paulum me inmutassem.

      16 Cic., Fam. 1, 19, 22.

      17 Cic., Fam. 1, 9, 7 : me fortuna et felicitate C. Caesaris commotum illi amicum esse coepisse.

      18 Nicolet, Michel 1964, p. 92.

      19 Cic., Fam. 1, 3, 1 : propter tuum in me amorem nostramque necessitudinem.

      20 Cic., Fam. 1, 9, 22.

      21 Cic., Fam. 1, 9, 24.

      22 Cic., Fam. 1, 9, 23.

      23 Hellegouarc’h 1972, p. 277.

      24 Voir Bernard 2013, p. 76-80.

      25 Cic., Fam. 2, 8.

      26 Cic., Fam. 1, 2, 4 : eam ad te missam esse arbitror.

      27 Cic., Fam. 1, 1, 3.

      28 Bornecque 1898, p. 51.

      29 Ibid.

      30 Hall 2009.

      31 Ibid., p. 36 : « polite but stiff formality ».

      32 Voir Cic., Fam. 1, 7, 7.

      33 Sur l’alternance, dans la lettre Fam. 1, 9, de la rhétorique judiciaire et de l’interaction épistolaire, voir Bernard 2007.

      34 Cic., Fam. 1, 7, 1 : per litteras tecum quam saepissime conloquar.

      35 Cic., Fam. 1, 9, 23 : sunt orationes quaedam […] neque ita multae, ne pertimescas.

      36 Deniaux 1993, p. 400 ; sur l’importance du lien de uicinitas à Rome, voir ibid., p. 91.

      37 Cic., Amic. 64 : […] uerae amicitiae difficillime reperiuntur in iis qui in honoribus reque publica uersantur.

      Haut de page

      Pour citer cet article

      Référence électronique

      Jacques-Emmanuel Bernard, « Amitié et officium épistolaire : les lettres de Cicéron à P. Cornelius Lentulus Spinther », Interférences [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 31 octobre 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/interferences/5484 ; DOI : 10.4000/interferences.5484

      Haut de page

      Auteur

      Jacques-Emmanuel Bernard

      Université de Toulon

      Haut de page

      Droits d’auteur

      Tous droits réservés

      Haut de page
      • Logo Hisoma
      • Logo Savoirs, Textes, Langage
      • OpenEdition Journals