Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Messu, La condition salariale contemporaine. Comment penser le statut du travailleur salarié aujourd’hui ? Berlin, Éditions universitaires européennes, 2016, 176 p.

Diane-Gabrielle Tremblay

Texte intégral

1Voici un ouvrage qui traite de l’évolution récente de l’emploi et de la sécurité sociale, ainsi que du statut du travailleur salarié d’aujourd’hui. L’ouvrage pose la question de savoir si la condition salariale, dans le contexte des mutations de l’économie et du dépérissement de l’État Providence, se trouve dans une situation de régression. L’auteur note que les crises successives ont donné lieu à nombre de licenciements, de délocalisations et autres formes de cessations d’activité. Du coup, le chômage augmente, et dépasse largement les situations observées au cours de la période dite des « trente glorieuses ».

2Michel Messu rappelle l’ouvrage de Jérémy Rifkin sur ‘la fin du travail’ et note que ce n’est plus le thème du jour, mais que l’on est plutôt passé à un questionnement sur la mutation du travail, et surtout les nombreuses incertitudes liées au travail d’aujourd’hui.

3Il s’interroge ensuite à savoir s’il faut de ce fait « prédire un retour aux conditions désastreuses des classes laborieuses d’antan » ? Certes, la précarité d’emploi a augmenté, et la sécurité sociale a reculé dans nombre de pays, dont la France, qui fonde la base des analyses de l’ouvrage. L’auteur soutient que la dualisation annoncée et théorisée dans les années 1980-90 déjà ne constitue sans doute qu’un des éléments de changement de la situation actuelle. Il considérer qu’il ne faut de toute manière pas avoir un regard fixé sur la « mythique société du plein emploi salarial », mais tenter de penser les développements de l’avenir et de déterminer comment s’articuleront la sécurité sociale et l’emploi – ou le travail à temps réduit peut-être- dans l’avenir.

4Il faut bien reconnaître que le travail, ou plutôt l’emploi, a constitué le « grand intégrateur » du 20e siècle, et qu’il a été associé à des protections sociales afin de constituer ce que Didier Vrancken a appelé un « ordre protectionnel ». Pour plusieurs analyses des dernières décennies, cela constituait en quelque sorte un ordre indépassable, l’ordre indépassable du salariat. Aujourd’hui avec la précarité d’emploi largement répandue et les fissures dans les régimes d’État Providence, cet ordre est bien remis en question, comme le montre bien l’analyse menée par Michel Messu dans les premiers chapitres de son ouvrage.

5Le chapitre 1 traite du retour sur la condition salariale, alors que le deuxième chapitre se penche sur la question des nouvelles protections socialisées. Dans le chapitre 3, le thème de la « société monde » est abordé. Puis le chapitre 4 traite des conséquences sociales de la dérégulation du salariat, de la souffrance au travail et, thème fort intéressant, de la « carrière » comme trajectoire professionnelle, et surtout de sa remise en question. Le chapitre 5 affirme que l’assurance est devenue un « oxymore performatif » et s’interroge sur les manières de construire ou de reconstruire la confiance. Ce chapitre aborde aussi le thème de la responsabilité, ou « comment se perd la sûreté » sur le marché du travail.

6Le chapitre 6 aborde ensuite la crise des solidarités et évoque l’idée d’une solidarité qui se développerait dans le contexte des crises successives que nous avons connues dans les dernières décennies. L’auteur s’interroge à savoir s’il y a crise des solidarités ou crise de l’idée de solidarité. Il est certain que dans le contexte actuel, cette notion de solidarité a été fortement mise à l’épreuve dans la grande majorité des pays. La thématique du ‘care’ est aussi abordée dans ce chapitre, à partir d’une interrogation sur le débat auquel cette notion a donné lieu en France en particulier.

7Le chapitre 7 nous invite à considérer ce qui se passe au Brésil et en Chine, puisque ces pays « en développement » sont parfois annonciateurs de développements qui vont aussi toucher les pays développés. En même temps, il faut reconnaître que si le Brésil et la Chine avaient fait des progrès économiques fulgurants, notamment dans le contexte des « BRICs », ces pays à forte croissance (avec l’Inde), les dernières années ont été difficiles pour ces deux pays. La croissance s’est fortement ralentie en Chine, et le Brésil a connu d’importantes crises économiques et politiques dans les dernières années.

8Le livre se conclut sur l’éternelle interrogation sur l’avenir et sur le thème du « post-salariat ». Un dernier chapitre de conclusion poursuit la réflexion sur ce thème.

9Cet ouvrage de 176 pages nous invite donc à revoir la réflexion sur l’avenir du travail, la fin du travail, les formules possibles du post-salariat, bref des interrogations importantes dans le contexte actuel du marché du travail, tant en France et en Europe qu’ailleurs dans le monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane-Gabrielle Tremblay, « Michel Messu, La condition salariale contemporaine. Comment penser le statut du travailleur salarié aujourd’hui ? Berlin, Éditions universitaires européennes, 2016, 176 p. », Revue Interventions économiques [En ligne], 58 | 2017, mis en ligne le 15 mai 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/3207

Haut de page

Auteur

Diane-Gabrielle Tremblay

Professeure, Téluq, Université du Québec, dgtrembl@teluq.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals