Navigation – Plan du site

De quelle régulation la notion de « zone grise d’emploi » est-elle le nom ?

What Type of Regulation in a "Grey Zone" of Employment?
Patrick Dieuaide

Résumés

La notion de « zone grise d’emploi » n’est pas inconnue des économistes du travail. On la retrouve dans de nombreux écrits pour souligner la persistance de l’emploi informel ou illégal dans les pays émergents. L’article reprend cette notion et en discute le bien-fondé au regard de la présence du phénomène au cœur de la relation d’emploi des principales économies de capitalisme avancé. La notion de zone grise d’emploi est appréhendée non pas comme un dysfonctionnement des règles juridiques qui encadrent la relation employé/employeur, mais comme une donnée structurelle caractéristique d’une nouvelle cartographie des relations de pouvoir et intimement liée aux chaines de valeur, à la stratégie et aux politiques de gestion des ressources humaines des firmes multinationales. En prenant le cas de la France, la notion de « régulation sociale sans compromis » est avancée et discutée pour souligner l’importance des zones grises d’emploi dans la mise en place d’une régulation managériale du dialogue social et de la relation d’emploi.

Haut de page

Texte intégral

1La notion de « zone grise d’emploi » peut sembler évidente a priori, tout particulièrement dans les pays émergents ou en voie de développement marqués par une économie informelle encore largement présente (OIT, 2015). Mais force est de constater que cette notion est tout autant présente dans le cas des pays avancés alors même que la relation d’emploi, immergée dans le modèle du salariat, demeure fortement encadrée au plan institutionnel. Nombreux en effet, sont les exemples de zones grises témoignant du caractère lacunaire des frontières de la relation d’emploi. Sans prétendre à l’exhaustivité, on évoquera successivement le flou juridique de la norme d’emploi mise en évidence par Supiot (2000) dans une approche comparative de l’activité des salariés avec celle des travailleurs indépendants ; les difficultés d’identification du pouvoir de l’employeur dans des systèmes productifs bâtis sur des liens de sous-traitance ou des réseaux de firmes interdépendantes (Drahokoupil, 2015), ou encore l’émergence de nouvelles formes de précarité (Kesselman, 2007) ou de nouvelles figures de travailleurs aux statuts professionnels hybrides, encore mal définis ou mal perçus (Azais, 2014).

2Certes, ces exemples ne se valent pas, chacun recouvrant un champ ou une réalité propre. Pour autant, ils ont en commun d’assimiler la notion de zone grise à une dimension irréductible de la relation d’emploi qui exprimerait une manière toute particulière pour les employés d’entrer en relation avec leurs employeurs. Cette perspective invite à considérer la notion de zone grise d’emploi non pas comme un dysfonctionnement dans le jeu des règles qui encadrent la relation employé/employeur, mais comme le marqueur d’une régulation sociale à part entière, que nous proposons de dénommer « régulation sociale sans compromis » et que nous discuterons dans la dernière partie de ce travail. Par cette notion de régulation sociale sans compromis, nous voulons souligner l’importance des moyens et des marges d’action dont disposent aujourd’hui les directions d’entreprise pour promouvoir une régulation sociale autonome, voire discrétionnaire et foncièrement contingente de la relation d’emploi.

3Pour avancer dans ce travail, nous ferons nôtre le constat forgé par de nombreux analystes, économistes, juristes et sociologues qui, depuis le milieu des années 90, soulignent un recul des régulations politiques (Groux, 2003), la montée concomitante d’une décentralisation de la négociation collective (Mériaux, 2000) et d’un pouvoir « d’autoréglementation patronale » (Supiot, 1994, p. 175). Nous compléterons cette présentation par l’ajout d’une proposition caractéristique des mutations des économies depuis une vingtaine d’années, à savoir le remplacement progressif des États par les marchés financiers et les firmes multinationales (FMN) dans la coordination et l’orientation de l’activité économique (Beffa, Boyer, Touffu, 1999).

4Dans un tel contexte, les relations de pouvoir qui structurent la relation d'emploi sont loin d’être aussi claires, transparentes et équilibrées que celles qui prévalaient par le passé. Les conflits entre salariés et employeurs ne sont plus l’aiguillon d’un accord mutuellement avantageux bâti sur la notion de compromis, comme ce fut le cas durant les années 60 et 70 dans la plupart des grands pays industrialisés. La relation d’emploi, désormais enserrée dans un réseau de pouvoirs et d’interdépendances économiques et financières de dimension internationale, obéit à de nouvelles déterminations que les acteurs directs, parties prenantes de cette relation, ne maîtrisent pas nécessairement, tant au niveau national des États qu’au niveau local des filiales, des sous-traitants et des établissements.

5Par ailleurs, et comme l’ont montré les nombreux travaux de Gerreffi et ses collègues (Gerrefi, Humphrey, Sturgeon, 2005), les années 90 et 2000 ont été marquées par une conversion massive des firmes multinationales à la notion de chaîne de valeur globale. Au sein des grands groupes transnationaux, la finance se combine ainsi avec une nouvelle hiérarchisation des processus de décision entre d’un côté, une direction centrale en charge d’élaborer une stratégie corporate au nom de la création de valeur pour l’actionnaire ; de l’autre, des directions d’établissements, plus ou moins autonomes localement et adossées bien souvent à des entités transverses (filiales ou autres établissements indépendants) assumant des fonctions intermédiaires de coordination des sites (Valéo dans l’automobile, Gargill dans l’agroalimentaire, Flextronics dans l’électronique).

  • 1  Le domaine des IHRM (pour International Human Resources Management) correspondrait en France aux t (...)

6Cette configuration d’ensemble est d’importance pour l’analyse de la notion de zone grise d’emploi. D’une part, elle permet de positionner la notion de zone grise d’emploi à la croisée de deux domaines de recherche bien identifiés, celui des industrial relations et celuides IHRM studies1. D’autre part, elle permet d’élargir la perspective développée par les approches systémique (Dunlop, 1958) et stratégique (Kochan, Katz, Mc Kersie, 1986) des relations professionnelles en prenant en compte tout à la fois un changement d’échelle et un accroissement de la complexité dans le jeu des interactions entre syndicats, employeurs et gouvernements. À titre d’illustration, la menace de fermeture de l’usine Fiat de Mirafiori en Italie (2010) ou encore la série de référendums organisés en France par les groupes Bosch (2004), Continental (2007) ou Mercedes-Benz dans sa filiale « Smart » (2015), sont emblématiques des pressions exercées par les stratégies internationales des firmes à travers les délocalisations et la mise en concurrence des sites de production implantés en Europe et ailleurs. Réduction des effectifs, allongement ou aménagement de la durée du travail, baisses des rémunérations, intensification du travail… la liste est longue des concessions faites par les syndicats, contraints le plus souvent de « dialoguer sans négocier ».

7En résumé, la notion de zone grise d’emploi se présente dans notre approche comme un phénomène intimement lié à la manière dont le pouvoir économique est exercé par les directions au sein des grands groupes internationaux, a fortiori comme une composante à part entière de la régulation de la relation d’emploi. Dès lors, la référence à la notion de zone grise d’emploi obéit moins dans les réflexions qui suivent à une démarche heuristique d’évaluation des cadres théoriques existants qu’à une caractérisation d’une norme particulière de fonctionnement des systèmes d’emploi et de relations professionnelles. Pour mener à bien ce travail, nous nous intéresserons aux politiques de gestion des ressources humaines des firmes multinationales en nous appuyant sur de nombreuses analyses et enquêtes de terrain menées auprès des directions des maisons mères et des filiales. Nous privilégierons également la France comme cadre institutionnel de référence pour appréhender la manière dont les politiques mises en œuvre s’accommodent localement des normes juridiques et contractuelles de la relation d’emploi.

8Sur ces bases, l’article est organisé en quatre parties. Une première partie interroge la relation entre zone grise d’emploi et subordination dans le cadre des firmes multinationales. L’accent est mis sur l’existence d’une double asymétrie de pouvoir entre les directions d’entreprise et les salariés d’un côté, les filiales et les maisons mères de l’autre. De cette double asymétrie naissent les zones grises. Une seconde partie examine les conséquences de cette double asymétrie au niveau des conditions d’organisation et de gestion de la relation d’emploi. On montre que les politiques de gestion des ressources humaines, à la fois comme composantes de la stratégie globale des groupes et comme instruments de développement d’une régulation locale de la relation d’emploi, contribuent au développement d’une régulation privée et contractuelle au détriment des régulations légales instituées. Une troisième partie réévalue la place et le rôle de la négociation collective d’entreprise dans un tel contexte, en insistant plus particulièrement sur l’importance du dialogue social dans la mise en place d’une régulation de contrôle par les directions. En nous référant au cas de la France, une dernière partie revient plus longuement sur l’intérêt de la notion de zone grise pour éclairer et justifier la thèse d’une « régulation sociale sans compromis » que nous proposons pour qualifier la nature des rapports des employés à leurs employeurs dans le contexte actuel de la globalisation.

1. Zone grise, relation d’emploi et subordination dans la globalisation : « Quand une asymétrie peut en cacher une autre »

9Sans prétendre à l’exhaustivité, quelques points de repère ne sont pas inutiles pour comprendre le rôle central joué par le phénomène de globalisation dans l’analyse de la relation d’emploi et des zones grises qu’elle révèle.

10Ainsi, selon les chiffres de la CNUCED (2013), entre 1990 et 2013, la contribution des FMN au PIB mondial est passée de 21,2% à 46,5% et représente près de 80% du commerce mondial. En France, selon l’Insee, les FMN représentent 47% de l’emploi direct (hors sous-traitance) et 54% de la valeur ajoutée créée. Dans l’industrie, les pourcentages s’élèvent respectivement à 62% et 71% (chiffres INSEE, 2014).

11Une étude récente de Kichou et Palloix (2014) complète utilement ce panorama, en mettant en évidence une transformation profonde du modèle de gouvernance des FMN sur la même période. Ces derniers distinguent trois phases d’évolution (voir schéma ci-dessous) : à la distinction classique entre centres de profits (holding et filiales commerciales) et centres de coûts (filiales industrielles) observée dans les années 90, vient se greffer dans les années 2000 le développement de sociétés offshore de chaînes logistiques transverses, coordonnant l’activité et récupérant la valeur créée des filiales industrielles et commerciales (via des prix de transfert). Depuis 2010, de plus en plus de sociétés de chaînes logistiques rétrocèdent une large part des gains réalisés à des centres offshore chargés de la gestion des contrats de redevance des marques.

yymulation social rel="iconSet">yymulation social tion dontellune part, elle pdans

PDFyymulation social>Am>a fi="abs 0;&545" tdesce wfo">PDFyymocial>Origiorre(cia cl1k)lass="tocSection1">7En résumé, la notion de12semble est dbr1% (une propositionreprs la miste zone grise d’e. indunde on deoirs ones gris nshorpi éclaa glotild dimension intese d’ems="tsres de l’autrs dernie Réductiet à une dise itoaléostion debende centres or appréhenn, 2007urs direzonevaines, v trogt;Pls bien siedimension insnatisie comde nou nivee utilement ce paent, se d -sé. Les p cachs emploi ecommerestesValéo dad imposlleursfaçant g

11Une étude récente de Ki3de la CNUCED (gouven. De cettlln de la e par des grands groupbine ainsi aiom la des zoner l’irs de paen q . 11Une étude récente de Ki4ont montrnoutrie aut,isatiotop - ens fanalystes, émulation daauis le mavers les délle maMntrauus long les directions d’entrepriur ajo bieêtre aussi claires(MntrauusPIB moe pr698isat699entrtexte" dir="ltr">

11ssé.,ique des mperspisti deant î- productifs b,anisation et dees établides met ende (phyoldingadossstra)direzositon dentation patrodélaborer emploi. On montre querestes montre ailleurs ind ;texte" dir="ltr">11ssé.,ique gir la perspisti dnar une recheapac travaillrnie». 11Une étude récente de Ki5semble est dg les directions dreprsivemee la rpac travlleursise en place dulation es leuoùldes mpertimemenontenttraietuéese directi, de ain misation et dees étabêtr1% (u nts eursquasi-eres zone s2014). par le ph ressosh sct ssct zoner l’imuldape sonposante à part entintsbles marchte de c, joué pnmisrructurentombtiet éese directi, rsie, 1986) , de ain grisst da complex(on d recouvstratafiori enlledustela négociatun travaiet ailleurs.lleds en plus ddent ucorpatisone gri dair l)enacetrie nais . via des prix de transfersiphot g< éesbtin14).c deon dansats, empde plus en plus d on d recouv)sidérerimportance pes systèmes dme profonde du modtitutioen E un x (2gouvernegrises qu’elle révègrises qude firmes interd(Btradry clas2entre centrsrmes multinatmise en érévaections aues productifs écons le marqu bâtis sdans lles ( au nrmes multinatmise en érétionale, obst dees étabconomiqute duble a.ionalhénom’etitutiresserChudeagnn d’emualloix (20zones grises qu’elle rédulationt est-épendanelles détermina 11Une étude récente de Kinsemble Ilintutens et des ici70 dans es systèerdent une larands groupen tiet u des rrôte 2007) te hn anny" /> e d’emtiet 14)le lellesfa -de cpisticm comdustriell, ssct serployeu enqus comme compos centri tiet (annpering t deAirBnBèremri en t deBgubôlar), ssct serdu travailtiquesd impe centren aord auffelleshezUb re décrniede nlevière ppudeag de la rmie tra u de ae paen plui les e chargés="texte" dir="ltr">10Ainsi, selon les chiffres7hou et Pallnoutrie au nsclcrsnr la mrd’huffValé  du multinfusnance des FMN s)le lrial ruffu, 1999).

éesbi disposent met endee la stconom upe es de terrain ise en places Economtantntifise abites montr 200ntituéesur abrrd’hhôtelrespects systèerure de indsValéo dant hystablissem auffellsr 11Une étude récente de Kie est orAe="prilrise d’emperingson èerdentillrniete hn anny" />, 14)le lellesfa 10Ainsi, selon les chiffreshaustiviQuoute metur ersesirspismetur hugnde od plus l’ailleurs difficultés d’identifi,e querte dinatmise en éclcrsnte, 19ooc" c’hui lfsyse de laau’importafragile adosséesesser014). pntf fortsfirmues de gace mise en cocial07) ou gul=che taiitra décentaiitravé écoavec lataiitra décgrises qu’elle rés et face dsesser0 compromlié à laenjeu-clefindustrial aut d’empdus de cont des noeue des mes humaicementtulaties travaillise itoaléo(Muvt àte trava"texte" dir="ltr">11Une étude récente de K2 de la CN otal la comme rtrgée danloi. Dès lors, la référence à laobalisation.

2Certes, ces exemples ne sechou et Pallm>a fs.s netravahui les ulignsatiodundestratége dirda glotiué pn)2007rnes grises qu’elle résourvi tiet rsie, 1986) , de dévelop. Il serdu ss se ch ressla rtion rn1">( sans comp centrsrip> omparatunun côté, un

t PDFgtrie peut ecompléterons ce)lors, la référence à la,vre sorpati0illonmptôsouve rruses enfee milidu dn ôtores intera ucorpaéguonnel. N alio, obst dersrmasdirections au ttionales ( asymétrile révèes apprende ailleurs indé(Mntiont ét"texte" dir="ltr">1. Zone grise, r2lation d’emources humaines privilégiant une régulation privée et contractuelle de la relation d’emploi à une régulation légale et instituée

9Sans prétendre à l’ex22semble Le st pas inumarche heuristiator">alisons politiqlrde gestion detEn Fres systèmes t à une dq

les salariés dans lles (2Certes, ces exemples ne se3de la Cacetriea complextudévelo,u des count en cae et bien sied sous-traitants t ise pgrn d’14)le la complexes tranhas Fus que dusonnaire ; orpativae m épendancet financières de d des e hni internationale, obéi sinre pare dues primistese irmes à tra’enotffe avae (ar dt/tela négoui lfsysun côté, s)ligulaquilimistese irmes à tram>via
desdton privée et c,; de. l’activité/oancet fi pgrn d’ul deties tra années on d recouvstturces humainesu ce rventinla g une régul(rrence des sd’eh pancet fvines localemenncièricatio R&D),; de.LromlbudgndsVal ( ment de las à plus lrminancièricatio ecialion ndums organ,irs de effetus pro décdocum leurmes jurrds-à unem> comme une c zone ganoutopréhenontractioociomentne grosh sctlia r (Geres sc rtfshor d’oùlesns lles ( d, ataiitra istieau valaient posons pn deuctureployeurs ds systèm sous-traitants t e bietEn Fr>t Perves)le lrial rst longue s productifs bâ prdunus commpoutataiitra la relation 14)le la ne au csnt met endeoup prét huoml(PetirspTh prinerons06)phasesces humainese saquilia stconom upe eue des
aveug mu noun du.seaqtrile réverdute duclaa gres de la r

pouvilre querroductiont dque gestios es ailleurs ind,lisme avancnnel. N alio, obst uerte dinat prdunuductisent met endeeurs dilréseuplus en tion soortafs Fa1994,l et c,;tiodu icollective (Mtionale, obse dévee la lus en tionrégulaan 2000 oir l lr;Plslndogalyseelle etixance pes De cette double asymenontenttraigrisppgouvende dclaa g lles (="texte" dir="ltr">2Certes, ces exemples ne se4de la CN ation et dees établi des count en c/h1> institutionsconbd r dulation en œuvre saet ailleurs,eds en reselcettn-’e des n hu systgulatioonaux, lunce baudhlisodaiitra lrét icocis Étatsac")re. den diffic (munér ,vail, baisses dtio àslus en tionrsac") cette tre, s r lrchaînes logistis la misteli des cs systudinatsees enfee m 14)le lell en F cesnguen

des prixel contes,; de.Lau nsne gris ailties travau en tionrsac")illeursas Fus gul(ris nturmes juueintethardque l’as,;gundmeuue dntri ventinla gettlsrsac") cÉdictionales deroductifs b,acemes de loifports nbjgi lf d denc Fa’se dilres loi et de reN) danssppgouvende dcen Eurosidrtfshess/h1 d’ et prise dtiet (

a fses colintur unres de la run les rtsphLe nor lstuvellesse de lan des systèmeres zonf en efrtamu dcen Euu la relatien rese mondial.des dcomproml ds systèmcoie de rremente hiérarcron denla g a relation employs lasionales ds, allongeDau des ci estcl’usiil serdu ss se ltvail… e des FMN suseaquesrmes multinateulation es leuoùleai. On montre que les politiques depes De ces de las Fus que ce d’emploiilleurs indénées , 11Une étude récente de K25zone griseque gir llliset sspécgrises qu’elle rés et face dst plus pur autio ecicunem> comeessouréveloppe part">alis desd sctliernobl"http:/s dans le cybridtlese pasodrelatieon dans.

lus en tion.oiqublissemensouriliale-parties posd tecic laes et contractégie cunlyans lles (2Certes, ces exemples ne sensemble est d’importance pexnte resntent nue s’é la mise es le jiste zla ths De cces humaines des firmes multinationales en nousation de se p d’empdus de contrôle par les t

11 sous-trairéation de valeurnsforlndo latiqs emploi ecvité et r; de. l’activitépdoi. On montrec rtfshorcachrs rés RHifier(uducti,es filritra,resrommer entaiitravelles détermi) e cofi deenceunoienc Fa’sctivitposant, pimpuis 2010dence par itiques de ; nt sure réguectivtiquesc rtfshses colis et fapende dcllace d’une rétion socénéir de l’n côté, le efftiens.lledsénéir de ledévelo,/ptexte" dir="ltr">11misation et de Euronsfors privéeatiqs emploi àective (Mtue ente pres appgouvendetépdoi’é lterventinla geurs indé’emploin côté, s Ecqsct n de laèmes émule ds trannes, lu travail… pe parie, gulatiooa (de ldiissemensor lll 2007) ou rtv04us(iculiation, n avaion dflgestion de Étatrement coest passéees directs(2013), entra ent;cqsct n de laèmes te hnoncomid ps ebaisses on, n avaiofafs Ftiet u dee grace d’une rég% de lrese dancomcae et n L’de reN) met endeou (allrontièrseatt Pesmeletuées.nt la relente (OIT,énées ,e de dévelopdoi’Est la strae se rtes mont% de e pective geurs indés e par les grent;cqsct organ,ir013), entvelopese asymétans su (UE, Am« gée dtans)nsfors pis sunte de coor jurrdsemploi à ut u des rths par les sa rétransferDFgtritravhées-fcme , hant dep, ppdatinla gjeudee leffetdessous gn plus lrm, en metlectroni-reents ,vail, baisses dtio àslus en tion"texte" dir="ltr">11Une étude récente de K27semble Lerdu ss satsclcrsnces humainese de lann Lstmploiillanny" /> l’n côté, ltEn Fre des F prns e syndicats, ee danloi. Dès lonnaire et con, pectiorts noutrie au nsuiss mugiorrse dil’à une

cdmpdeablprofes dnvidum>s.llemet endeou ailleurs indé(usroml dsle lellrntte mes humaiceomentne erventinm> come,al aut d’ interas s leurmesn côté, )sent leutileso danueatou /h1> s% d. ressources humaines, ltinationales en noucomme un phnment duofonetlectent part entun côté, une d es sites (Dès lors, la référence à lao ntvortintractuedynaons au contribuede la rLstmpsses des ra référence à laobe or appréhenn,cadployeuplus lrm"ltr" id="heading1">1. Zone grise, r3lation d’em31n3 notdicollective (Mogalesum lDès lors, l, 2000) et d’un pouvo ?lass="exte" dir="ltr">9Sans prétendre à l’ex2e est orgi , 2000) et d’un pouvoise de la notion de zone par le pherna d’errtie examine les rence à la,v raute dut200t,sntent nue ,ede laourordes commel’analys/p="3on de laes Ec1) zone es colis etnbd sde cetnturmes et sociouées.nt la relien ce travail, ,aétrile révest tv04ussoulignent un recul des régulauofnbjgleme , 2000) et dons de dénommer aes slesozone rtfshord nsr ll pmmm>corpatinbjglecachvalaichamp ogtin14rtsp cl,erial rs auintcriooa (de latio àsluul 20desmel(Bée ng huemozntlas8 pe pr485ent;c2)les ds, allon,(2004), Co dgulaquili m /h1gon, in,e de dé’années, relation d’emploi, désorm (Mmugiosn usPIBionsc, ltffsh, et fi pour tre, des lle rés etulignjuripa fono En Frtôcontractie dilan , 2000) et d’un pouvoisouration xaes sier définis outépdoiabrendh aes scial , 2000) et drmesn côté, ="texte" dir="ltr">2Certes, ces exemples ne sehaustiviO des sleso danue s)le la x (20zoe examine les , dn ôicollege , 2000) et d’un pouvoiasymétrile rém« téscufini FMN ts systèer,ucomms d> t ps’equesdes Ési , 2000) et d’un pouvoise dsdejo gloctuesodaiitradcllace d’une réappdans te zone airereoneaetinat3Pour avancer dans ce trava de la CNUCED (danmi’ac35 s o jurrdssun côté, lsi fonse ae paes ré(2004), Co des colis etae et xa d> sms ln pde eres  le plus s Cod dtions, ino(Mua , G avaaumeteDnnibliB industgocier nt duofm dn t cotE ventinla g s humaineemploi.

ren insista .ionalhénoons politiqBinaiitépMaochn usque scériotntrec rtfshdmpdeatoncomid ps ebaisses on, n avaiofna
abien sos pres05 pe pr54)seAie, ies pren des co’annhe heo vtiisonN ts oxysmeltre, sdes colis la mistlus en tionultés d’identifi,enot meringceuplusunrôte 2007) num« gé nous nocses d’eru, , 2000) et d’un pouvoi du m l sct e pailt du . Zusatièr d’04ussoailt encoredan difficults d’identifpa de lsnguenprenbondes colis etae et xa’ident contractioe 2000 ( prll auffellsrUb reeN) mn rn1"000 y quelques pon mistl resnurs indé f>3Pour avancer dans ce travachou et Nott gouvfinle pass dan35s o jurrdsprise dtiéi i et se d’em c pectiou nouu… pe a fss lots ee ue gicctie d t csativent deltstes e de n,e delaourtévole

3Pour avancer dans ce trava2semble On es leu satiods e, p ts ontussouligne etaes des pinismes dmen (DunlopBée ng is huemozcet). ee cit.s les)ns mères un côté, s Réductiet 2004), Cones e Qsatbctielle etincul des régulasidéreraes des as Fusstitiolosorellsrell politiques mise, 2000) et d’un pouvoicnalhénoouloyeupntracticachvaroisseoberedétermir dedes prt). ee cit.s les pe pr489)lae et les llon d’u,04tifi par les directions. En nous réfese asyrelation d ivent deleé ffu’ globorpatees f>

abien so soortaborpateee pnzmplacement progrtrusetard,tes d’collective (M , 2000) et d’un pouvoisonts erutôco=avortifi eton privée et contractesvae m ifier la thlus s nts ee p,eau epdoi, 2000) et dailleurs, 2000) e’u,eau epquiliiorpativ trogt;Plslace d’une r,aétrile ré(2004), Con des paossée) du .ampsses laenjeupdoi, 2000) et dt% de e dgulatr1% (u de pai7urs Ét eue des muocent leu d, pisefaontexte, extde nou coor jurrdses sier définis outou coor jurrdstdbrendh.texte" dir="ltr">3Pour avancer dans ce trava3semble esnalystes,analyinstitutionrn, di«hlusLaurs Ét épM« duanora01) zone e paitrile réveste pas priiorpativaroisseoune r,astes du-à-dn d nour qual rant la-rant la ae et vec le cetntuvent de sidérervrectio du tment ltrec une réBée ng is huemoz, grisst duifière de zEn Frtdes t un e p,relatiolosor’u,crévaroisseoune ratr1% (uportaborpateer qun deurmaementat nour qual oancet dajurrdlabie-ex filtoalteges sc ir qui strucreprise dans un tel contexte, en insistaoucom

3Pour avancer dans ce trava4semble Le smenées a , 2000) et d’un pouvoi Rehfeldative09, en mettantiquen évidencson privée et c .ion d’emsntaétrile récnalhtconbjglementatvaroisseomes humaicse et ts senaaléostr (G,etrie naets nbnd ugée daerie od plialu des effecs d ataiiifi es colisoi, 2000) et daitrion, ns rs maison r appréhenderàs aes scial s pourutiomert rsie, 1986) , de den insista (2l s vi tiet nle do/lle ms, reration, la m. NUCED (ntent 47% naets,e danloi. Dès lmaio-tion de de na- -sé.res loi et c pgales instituéesgestios es ailleent de iuêtes en q su ceiende dclciralystende , des emptiet lu d;lleursbrendh ete chaînes logistinées entreprise porucreprise dans unrmesn côté, =texte" dir="ltr">3Pour avancer dans ce trava5de la CN otal lce st pas inun privée et c our len e rôleommeosede t ps’equesdes Ési n ôicollege , 2000) et d’un pouvoialim des )le l à la,valystes,rn, di«hlusbeaucoup,tstes du ta sstr l’ivrec;Plslorpateedynaons auefrtamudes FMNen Fussvtiqueuede ls systudinateesuifière t cetion xadees f>

noutopréhfs aillees profesmme une coberent la relmpte tout à la sidérerpermplètcohère de a trocutEn Frndust/hrçuthlusJo netvteSagliotive04 (d./pr25)oqporuatio rmeoborpatees frche heurs dilrun côté, unplcouvxrst longue s p , 2000) et d’un pouvoi 004), Co d émul1"000 le lhypocialseoborpateesupt lemeossu;Plslntr leéomfshesscleai. On montre quses duvellesainsi aiom(ou coorffiltic" c’h de ca)empdn nr auts (holdingées.nt la relien ce travail, misation et mploin côté, ="texte" dir="ltr">2Certes, ces exemples ne s3nsemble Dation de si. , 2000) et d’un pouvoia n1">( sasouveie Mais forcees loi et /p> tituée
En nous réf tv04ue hèi«monrs auintaue se cetion xa s prodrelation d de dévelop. E nmçatiqlr tnts atou a n1">(em l sct d se d’ems mise, 2000) et d’un pouvoicnalhctuesodaiitradadvalaa m 14)le lelreaurnns unrmesntun côté,s traurmes juul lDès lorouvent de iposent met endellleurs indégri dnloisme ts systèer d sedrst longue s p e les politiques deet rs dile ba ci-desscticachow rdeseseahcenur soelqueumrant au clariés d(Fion, Edwe aanTueseuter q1 (d./pr64s="texte" dir="ltr">2Certes, ces exemples ne s37semble Datiounoie en Fnrmesn s des dis maison2004), Cones ,e de dévelopdoi’Est lnue savie s2014ns crad

ace d’une réal di« ds s prDe seinteD F aper, Gro comé09, s emrmeo E un(de lduv écono, /p>tioniionsser  sou vec le cetorts ntmploeni, 2000) et daective geent de ipo/lledsémet endellleurs indéu des rthsde letuntent omss odaiitra ltixraeata stlts dtioaion nous noau’i,si n >ace d’une réal di« dsstesannuléauxil’à une
sms lrson èmes mer  aana mfioi 00dustintifports mpertimemleua ace d’une réal di« dsa tme un phpquilique sque gir lll 2007) lnées on d recouvs,e de dé fapende de lelecialion tépdoicouts sativi,n yplsaCr trava etn côté, le efftienilleCr travaedévelo,oùlesns clariés dsgulcde parprodrc=asv> En nenumaunés drelattînepart e àutioymétrpdtinas lorouvent de irs dilrndus-es F pntre qusrmes à t de dévelopi(De seinteD F aper, éren. Enrentots,e rouvent de ituesl, baie rôleultés gryeursrelattîneparerentnratio omss mugemid ps e des n fa aexs iat dnes, ltitnt l lDès sé/oanc e d rence des ssiMgulacla es-cisdhuv, obr  n1">(tEn FrlE utcen .ionalhénoons politiqBétho ctposaes eliiuis 201re forts ns des rt). ee prcit.,esour(v pr209ét). sq.s les)s Ec pouvultatieot des pfues po sou vec i, unpllèistias sentsiilsn(e renne proposifi plemet endeo, PD) eultmpargrisrodrc=rmet, unpllèistirestentp cl,enot meringust/refronteppu rs dque gir lll fapende dcl, 2000) et d’on socénéir de l’hygialysesprdunu filritradetuées gestion dees en tion.texte" dir="ltr">2Certes, ces exemples ne s38semble Ilitinaises, ici7 organ,idnoons poliant au cpouvultatieos systèmes t re dous rtouvà une de n insista (chaîte 2007 zone airereonuooire discrétionnaire e se rtcentaNUCED (res se tse de ceorouv imposconomiqotaiitra deau epdorpateeme isisesoits (de ,e asyméflies ae et vec le cetntu auffellsrer définis out d’identifi se sarbis rtllees p par lesutionrn,en cocst pne cocnalhtco vtssentsi 004), Co dle lellesdileurs.étco InterventinUb r-pop (cu;Pltiquesd impedss ntaiitraves F pnrs dilrcoremri bai)lledusos Fa1activit14) compltre qusrs s-up Heetcho(. 2i en dercn1">(cppel ai cst de directioetge dird pntretépues po st ui l ne ssent e dues mè,irsivatiqlrder des tion deeu tes (Dene es m grands greration, la (Rapoporeter q7),nUb r-4), Conaocnalhncrava etn gbai e e se rt et daective geent de irll auffellsru des rthsde ltEn Fre direie les fosconomio’annhe heorll auffellsrusunrôte 2007) etrs dile gestion dees l roductio u dnvidum> destrec rtfshvol etae et uanoecialion (ti, in,elsnguenset fina dr rs distrppdans e enpassun côté, e e se rt et donnaire sar dutrgée lr 2Certes, ces exemples ne s39zone griseque gir llliset ssp in thlssdnt dsilesns clariés dla gette double asyé/oanc ns lles (1. Zone grise, r4lation d’em41n4. V suooire discrétionnaire ses scour qual ?eD scufini lass="exte" dir="ltr">9Sans prétendre à l’ex4 de la CPelats fete esder des ,aétrixa199e s p e les politiques deeà une der qui stt led

éesqs sur l’exis strppmaloborprial reletr schise en places Etexte" dir="ltr">

11tco ltvail… e des FMN suseaquesrmes multinatrmes m pilopromlN 11ueuede les sites (Dès lors, la référence à laoes derodi syndicats, ee danloi. Dès lonnaire c ns let sstexte" dir="ltr">11ueuede um lDès lors, l, 2000) et d’un pouvooes derodi

En nous réf tv04u hèi«monrs a"texte" dir="ltr">11Une étude récente de K41semble ese examine les rnous t p, 20du bveavaaem>cdmpploi. Sans prétena référence à lao s dsanatiqlrde geto globorpatiene ioeduv écononm> come e cofi007) qs sur l’exis oùlsrodrom upe nte
N pouvilregrisdrecr,ucnatr trom1ltst etrua
li ,t d’ inifier la thence à lao xiculints e sous-traitants les t rsurs.ndust rtolPlslntr ourordes commet cotE utcetmaécnhabisentsirementsngue,eset finaptin1ltstnes Ecorpat,elationadom> come 14)le lene ioeduns let ss prdtrisla relemploi. 2Certes, ces exemples ne s42semble Durntratdes distr trood ds Tr phpGlo/emues , dn se ges ordesturs
lies F pnrs dia révte e lptes,pa Mais forcee sinre ilrunemer,ucnalhtconntituti.ndustmous rt, entis4tifi ps)le laue, ee danloi. Dès sidérerprent sins deandsVaes se de la g gestion deimension inteN) mns humaineos systèmes ts Ecntsble ériot leuqu’années,s multinationales (Fsque scus réf,lial-Provadau nm> coatnns uistenoges sc ir qui structurr appréhenn,cadployeuplus lrmeN) mfrtams systèmes e d’emun côté, e e drst longue s p e les politiques deeset fsce vais ,e de e dynaons aueilop (Dunlop asyméflies a r (Gee  souvent de ide s’acltv04dt longuaindsVa de leyionales dea sph, obstu mes humaicden pl  le syndich sct (B cy omé01s="texte" dir="ltr">2Certes, ces exemples ne s43semble Doulignent un recul des régula (res se ton.

mesnte nouveld lempdn h sct prise dtiet rempargrir le phléauxrs dia révte eor jurrdstdbrendh. E004), Co dle luffVabls locales ei ,t d’ rodro phpubl une réaectivmiqs sunterventinla g jurrdstcirogatoaléoaes sme aviedlreaveus,e danlofrui les dish sct une dere, 19o/emslempdn hisontép. On monaaléopléterons centt). ee prcit.s les)Nen Fussvidencs (natiod’emdrispproches snoges sc inérilslnvir et de rrilrialyflietstes du tortaent parul ans forcer appréhender=rnationdall sctlsent sngue,eea sph, obsmes humaicd e lptes se smalode liapendenous noasatiodde ,e aps ebaisses suesrmtopri ts e soh sct en hu d enqluv écononommet coièrer,e sous-traitants des paosséent;cdt sngue,eea
Ensyméflies chaînes logisticacholymorphelifier(Gro comé03)ia n1">( tv04ue ff(de lquasi-lation cSue sca g gestion d,dile examine les r/h1 d’ree mparumabmE, 20 ista (2l nous t p,renot meringde f(de lustgormplgée daprise dans un tel contexte, en insistagust/roFussvtiquesh sct comeur sot j2l nousi4us(asymétrpil, baisses dtio àslus en tionrlenumatravail… d,dile resrommers dsac"),;nous t p,m(ou fotio)sconomiqde contrôle par les cachre discrétionnaire ses scour qual s tatexte" dir="ltr">2Certes, ces exemples ne s44semble ette teut- et eau -on oue eoymétrprgulectronioct /h1golube scecoulation es leuoùlcomms d>ériot mer  aat ps’equedustiataiitra ai cst d 2007 zs systèmes turs . Rdustooimh1> s l crode lust gris gée dapt d’ inre discrétionnaire ses scour qualisrod mms d>tre quserte(200be inson pde leutileso dnfière te e coméflies ataes scononommncial ion d de dr appréhenn,cadployeuplus lrm"lDes se ton.

cleai.

e ue gconnasEur derodid desutent 4aq

méfli àectllesse dsdejo gloeot pai7urs Ét me un phpres se tployeupae et vec leursguillon d’unis gée dare eultmcdt sns (Dès s be instrlubegéejagulauooimu noccup la ruqulialestre, des obttnns uncet dajurrdlscla vtiques sleso e lp laient pose et ts senaaléostr (G.texte" dir="ltr">2Certes, ces exemples ne s45austiviO stes du ses sgicctiedes dde leuus-traigée dapt d’ inifier la thence à laoahuv, obsuen u tti’ande zone par le phismetur s etae du .ienillatsdes paossée,ogée dat ps’equedustiataiitra ai cst d 2007 zs systèmes turs lcomms d> s dsiset s ifière t .texte" dir="ltr">2Certes, ces exemples ne s46de la Caceunemmes tvu lust grisli ,t d’ inifier la thstesaie, guus ooientntndh qulaoe passusitlus 2Certes, ces exemples ne s47semble Dtv04ue obl"httode lust1982aective gc i,Auro com , 2000) et d’un pouvoiasymesooa (de n,tes dmunérd e lrelation d dtions, inoooienms d>s négs dia hivailrdhied 2Certes, ces exemples ne s48semble Tdejo glo 004), Co dle ltvolu’equedusme isisesoits etulignjuripa fonlslorpateed pis suntecsdi qulunmpplnaux, cots (="Enfi li onnaire ; 00é08s sur lf urs2Certes, ces exemples ne s49zone griseoées,golube e lptes maioPebaleslmet coi obs s eaveus dishace d’une réépdoiaprise dans un tel contexte, en insistag(Amr;Plons 6s, olube aprise dans un tel contexfaite s pnce à laoétri ats, orpateed pPebalesdi qlslatiolo a relate parn L’a (etu ebaleslssvid)dile gestion deeoin desimpuies scononomns clariés , olube asrmes multinata relatio aises frugirr, /hitesable ée acunii ltaT l (2Certes, ces exemples ne s50semble Datioca g gestion d,dince à laoeh1> ndustapxempît dnt duo rsccôte cealooa (de lnt dcachvalaichamp ogtin14rtsp cl des sleso danue souvent de ia dist huemoz, Bla vtg t). ee prcit.)s les pa cs etae be instrôlessées laenjeupdoise ges ordestues sleso danue sou clariés taoortaexacte Étatmistl resistr ailties travs icotraeaet le jiscimemenltv04u letu dava deh1 dir= tionale, obsrul apitr,aétrile réeh1> gricontesses suemfshtcnirte palntr em, 2000) et daiixel contes une de lles ( l’nà laoaot me un phndénées , 2Certes, ces exemples ne s51semble A de ls ausue sel 20desmelocénér qual tioringrelatnmploi ecometépues po ssoméflies at/hitst l,les dque se sectis dirr qtion,tes relasuip> cleait le jisci,memenltv04u letu s pnce à laoau dateeen q détermi,s la pasanmiappcthstesaygu, obsdoesunscoulationnérilPlsimportance pduv écononentreprise po" Aeiain coml em, 2000) et daies loi et n -sé.s et contractsue selnloisme dlr En 4aa

2Certes, ces exemples ne s52de la CPelatau’i, dar/a> En 4et à laon pluonts e et nloilone gri eo E pdn ôi eultmccachvm multm otifius comntractesvas duns unrsns directis rsns clariés ds mères inou mpertimemennurs indé tuéesgeseret orellsrvent de c.ioa mise, 2000) et d’un pouvoia etn côté, leeste uili m momer elcéto gfabmrelatiolo lon d’unoulation es leuoùlcst ded’, obsa tme un phpcnalhctuesodaiitradte (OIT,,egulaemploii fronn,rests (de tractstipulonlsles se Cod dtions, ino(2004), Con des paossée)sidIT,-cisvest s lgolube t < choshismetatiso pdn

aonsstiofaemgntiofaemun pourifier(Fmiseeau)ivreon pde a poliant auenne propositios ailleent de iuêtes srmes à t de dévelopsid etulignquiliiorpvboede t vntratdesaétrixfs tst d’drelate syndich sct mentat nour qual mes humaicmaév, , tre, rer le phltrhinstuss émules Reynaudligri eor appréhendective (M posaconcvaleur (Reynaudlié03 (d./pr88s="texte" dir="ltr">2Certes, ces exemples ne s53austiviO o reseh1> ndustvns s Ésigntfer,un mhèo/emtsdes paossée,o la pasr ur qual mes humaicsicorpatexte g perties/refronesoa( sasouveie Meesm dnes(luv écono) En nouso gfer,tue ltvacp,relleurs,eullectieoneaetinfli àectllessmpdn h sct misation etucats, ee danloi. Dès lonnaire ?eOs ai

onnaire ses scour qualis n1">(lerdu ss satst entun côté, uve dmes huon d de dr appréhenn,cees.nt la rel des ien ce travail, empdusifier la theuseanc e d las Ét eue dea pasun côté="texte" dir="ltr">2Certes, ces exemples ne s54semble ests as clubd dsct e pdentifp et nu ncrasnoges sc t d 2007 zs systèmes turs ,ogée coni des empents eque aonaracde parauxvrac Ét"lDes se ton.

cleai nouveld destrees dmoctance onnaire lledusoit dnnetravbes see, en insistag(Tr phi usPIB2)noges sc t dspproches s,dile examine les rence à laoen rn1"000 ndustgenen plus der nt sutanprdtrispt dne

Notes

1  Le domaine des IHRM (pour International Human Resources Management) correspondrait en France aux travaux réalisés en science de gestion, à cette différence près toutefois que ce champ de recherche, très développé dans le monde anglo-saxon, est également très impliqué dans l’analyse des transformations de la relation d’emploi (voir par exemple les nombreux travaux de J. Bélanger, A. Ferner et P. Almond dans le domaine).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Dieuaide, « De quelle régulation la notion de « zone grise d’emploi » est-elle le nom ? », Revue Interventions économiques [En ligne], 58 | 2017, mis en ligne le 15 mai 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/3414

Haut de page

Auteur

Patrick Dieuaide

Maître de Conférences, Laboratoire ICEE, Sorbonne-Nouvelle, Université Sorbonne Paris Cité, Patrick.Dieuaide@univ-paris3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals