Navigation – Plan du site
Recensions

Alain Caillé, Dé-penser l’économique. Contre le fatalisme

La Découverte/M.A.U.S.S., Paris, 2005, 307 pages.
Julie Allard
Référence(s) :

Alain Caillé, Dé-penser l’économique. Contre le fatalisme, La Découverte/M.A.U.S.S., Paris, 2005, 307 pages.

Texte intégral

Introduction

1Il pourrait être tentant de le traiter comme une énième complainte des sciences humaines envers la discipline économique. D’autres y verront le travail rigoureux d’un auteur désirant éclaircir ce qui ne va pas avec l’économique ; un constat que personne ne peut nier. Revient donc aux lecteurs de classer ce plus récent ouvrage d’Alain Caillé qui, sans apporter de théorie nouvelle, comporte des rectifications et des éclaircissements pouvant faire une différence s’ils sont diffusés et compris. « Dé-penser l’économique » est un recueil de textes écrit par Caillé ces vingt dernières années, liés ensemble autour d’une idée principale : déterminer vers quelle finalité l’individu et la société évoluent et comment l’édifice théorique économique les y influencent. Le sociologue continue de se préoccuper de l’hégémonie de la pensée utilitariste dans la science et la réalité sociale et souhaite contester la théorie économique en confrontant ses postulats déterministes et sa prétention à l’objectivité. Mais pourquoi « dé-penser l’économique ? » Pourquoi ne pas « re-penser, modifier, critiquer ? » Qu’y a-t’il derrière cette expression ? Alors que la particule « re » évoque le renouveau, le changement total ; la particule « dé » réfère plutôt à un retour aux origines, à un recommencement de la réflexion ; exercice auquel se prête Caillé par son recours à l’anthropologie économique. Sa contestation de la naturalité de certains comportements économiques est une réponse à l’argument fataliste de l’inévitabilité des lois économiques auxquelles il semble vain de s’opposer.

Mésentente paradigmatique

  • 1  Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales
  • 2  Alain Caillé, Anthropologie du don. Le tiers paradigme, Paris, Desclée de Brouwer, 2000, 277 pages

2Professeur d’économie et de sociologie à l’Université de Paris X-Nanterre, Caillé est aussi l’auteur de nombreux ouvrages dont : « Critique de la raison utilitaire » (Caillé, 1989), « Don, intérêt et désintéressement » (Caillé, 1994), et un collectif, « Histoire raisonnée de la philosophie morale et politique » (Caillé, 2001). « Dé-penser l’économique » s’inscrit dans le travail que réalise l’auteur au sein de La Revue du MAUSS1, qu’il dirige depuis 1981. L’entrée de la théorie économique dans les sciences sociales, qualifiée par le MAUSS « d’impérialisme théorique », est marquée par des auteurs tels que Gary Becker qui argue que le choix économique est subjectivement rationnel et que cette rationalité de coûts bénéfices peut s’exercer dans toute la réalité humaine (ex. : crimes, mariage, amitié…). L’économie n’aurait donc pas d’espace réservé, elle chapeauterait tout comme un comportement inscrit dans la nature humaine. Ces théories de l’individu rationnel, qui évacuent les sociétés comme sujets de l’action, ont amené Caillé et d’autres sociologues à explorer une voie médiane entre l’individualisme méthodologique et le holisme traditionnel. L’auteur approfondit, entre autres dans le MAUSS et dans son ouvrage « Anthropologie du don. Le tiers paradigme »2, une position plus interactionniste rétablissant le symbolisme, le politique et l’association. Avec ce dernier ouvrage, on découvre que Caillé demeure centriste face à d’autres questions comme le capitalisme, la mondialisation et la protection de l’environnement. Plus terre à terre que beaucoup d’altermondialistes, de socialistes et d’écologistes, il préfère l’introspection à la révolution pour venir à bout de notre démesure destructrice. En somme, Caillé souhaite, par cette plus récente contribution, remettre dans une perspective sociopolitique des problèmes qui ne sont plus envisagés que par l’économique.

Dé-penser l’économique : constats et contestations

Utilitarisme, bonheur et démocratie

3En recourant avec brio aux perspectives disciplinaires de l’anthropologie, la sociologie, l’économie et l’histoire, Caillé aborde les postulats, concepts et enjeux les plus importants de la théorie économique classique et néoclassique. Cet ouvrage est, en quelque sorte, la synthèse de la pensée de Caillé sur l’économie moderne et sur le raisonnement utilitariste dont il dénonce la suprématie. Cependant, l’auteur ne tombe pas dans le rejet total de la notion de l’utilitarisme ; il tente même d’en rétablir la définition en puisant chez les Grecs. Il y aurait donc une distinction entre ce qu’il appelle l’utilitarisme « vulgaire » et l’utilitarisme « distingué ». Socrate met, en effet, un bémol à la recherche de la satisfaction par la richesse en affirmant que le plaisir ne vient pas de l’argent, mais de son bon usage. L’attitude « chrématistique » désignant l’accumulation du capital comme finalité formerait cet utilitarisme vulgaire qui fait la loi du capitalisme financier actuel. Caillé reconnaît que l’utilitarisme distingué désignant le plus de plaisir pour le plus grand nombre d’individus (et non à son ensemble) est centrale pour la démocratie et le capitalisme. En effet, il est souvent occulté que l’émancipation de l’individu va avec celle de la marchandise. Parallèlement, Caillé identifie la rupture entre sociétés de culture et modernité quand certaines sociétés dites primitives cesseront de refuser consciemment la liberté dans l’échange qui viendra menacer le maintien du contrôle collectif de la destinée de la communauté. Les économistes ajouteraient que le marché doit être perçu plus positivement, car il représente la démocratie du consommateur-citoyen. Cependant, il devient clair que lorsque cette régulation par le marché s’autonomise, on peut observer que diminuent proportionnellement la capacité d’encadrement du politique, les droits sociaux, donc finalement la démocratie. Comment trouver un équilibre entre marché et démocratie, réalités qui semblent avoir les mêmes objectifs, mais qui se retrouvent rivales ?

Le marché et le capitalisme

  • 3  Alain Caillé, Dé-penser l’économique. Contre le fatalisme, Paris, La Découverte, 2005, p. 181.

4Une des parties les plus importantes de l’étude de Caillé est celle sur le marché, car c’est cet aspect qui justifie et témoigne de l’action de l’individu rationnel. La question en litige est la suivante : cet espace d’échange impersonnel et spontané, le marché, est-il naturel ou son émergence inégalement répartie est-elle accidentelle ? Le sociologue nous présente les différentes positions en mobilisant Smith, Mauss, Braudel et surtout Polanyi avec sa théorie de l’encastrement culturel et social de l’économie. Selon la thèse de ce dernier, l’émergence souvent tardive du marché confirme son statut de « processus historique déterminé »3, c’est-à-dire que le marché ne s’autoengendre pas, qu’il est toujours institué. Cette théorie expliquerait la distinction entre le don et l’échange chez certaines sociétés primitives et leur rejet de l’échange marchand que soulève Caillé. L’auteur conclut, dans une position médiane, qu’il faut reconnaître la diversité dans l’émergence et le fonctionnement des marchés à travers la planète et le temps, mais aussi leur omniprésence qui pourrait confirmer leur statut naturel. Cependant, l’influence de la politique dans le contrôle des marchés et le contexte historique sont à prendre en considération. Le marché impersonnel n’a, en fait, jamais existé et reste un pur concept.

  • 4  Ibid., p. 80.

5« Dé-penser l’économique » est aussi l’occasion de confrontations théoriques intéressantes, notamment entre Caillé et Braudel. Alors que ce dernier fait des distinctions importantes entre le marché et le capitalisme, argumentant qu’une économie de marché est possible et souhaitable sans capitalisme, Caillé croit plutôt qu’ils sont indissociables. Pour Braudel, le capitalisme est la négation du marché en raison de l’exploitation de la grande entreprise et de la figure du marchand, un intermédiaire qui fait en sorte que l’offre (le producteur) ne rencontre plus la demande (l’acheteur), comme le suppose l’idée première du marché. L’argument de Braudel semble échapper à la logique, car comment l’intervention des marchands peut-elle aller à l’encontre de la logique du marché basé sur l’intérêt individuel ? Pour Caillé, ces intermédiaires seraient plutôt des « agents de massification »4, indispensables à l’expansion et au bon fonctionnement du marché. Les caractéristiques du marché allié au capitalisme sont la massification de la circulation, la démocratisation de l’échange, la reproduction sociale assurée par lui et la réification et interchangeabilité des marchandises. Le capitalisme devient un système par le marché et s’appuie sur les piliers que sont les droits de propriété, les entrepreneurs et leurs « hubris » chrématistiques, donnant comme finalité l’accumulation incessante du capital et de la puissance. C’est cette attitude qu’il convient de transformer, comme l’explique le sociologue à la fin de son ouvrage, avant de chercher d’autres formes de fonctionnement socio-économiques.

Le don contre l’« homo œconomicus »

  • 5  Alain Caillé cité par Eric Dupin, « Le capitalisme a démantelé les régulations sociales et symboli (...)
  • 6  Alain Caillé, Dé-penser l’économique. Contre le fatalisme, Paris, La Découverte, 2005, p. 170.
  • 7  Ibid., p. 142.
  • 8  Ibid., p. 47.

6La réflexion de Caillé prend sa source dans l’Essai sur le don de Marcel Mauss lequel représente, selon lui, « la plus extraordinaire machine à critiquer le postulat central de l’économisme »5. Il démontre, en fait, que l’humain n’a pas toujours été un animal calculateur, longtemps soumis à la triple obligation de donner-recevoir-rendre, à l’opposé, de l’« homo oeconomicus » qui cherche à « prendre-refuser-retenir »6. L’« homo oeconomicus » est cet être symbole de la rationalité humaine qui, armé d’une information parfaite, est en mesure de faire les choix appropriés permettant la maximisation de son utilité. Égoïste, car sa satisfaction en tant que finalité l’exige, il est isolé et ses relations sociales sont toutes déterminées par cette rationalité d’acquisition. Caillé explore la notion de contrat pour contester cette hypothèse de l’indépendance de l’individu dans la satisfaction de ses besoins. L’idée maîtresse est que l’échange sur le marché présuppose une relation contractuelle entre les parties. Mélange de liberté et d’obligation, cette convention prévoit implicitement que ce qui est échangé doit correspondre à ce qui est annoncé et attendu. Le contrat serait donc « un fait social que les tiers ne peuvent ignorer »7, car il instaure de nouvelles normes sociales. Cette position interactionniste soutient que le contrat est essentiel au fonctionnement des échanges, car il institue la nécessité de coopérer. Cependant, son respect doit être assuré par un tiers en raison de la peur mutuelle de coopérer engendrée par la perspective d’un « homo œconomicus » égoïste. Selon Peyrefitte, la confiance demeure la condition de la coopération. L’échange n’est donc pas un acte individuel, mais un processus encastré dans le social. Ce qui permet à l’auteur de contredire la thèse de l’égoïsme de Smith en affirmant que c’est « la dimension anti-utilitariste des actions sociales qui est la condition de leur réussite instrumentale et utilitariste »8.

Ici et demain : au-delà de l’économique

Le capitalisme et la mondialisation

7Après s’être tourné vers le passé par ses explications anthropologiques, Caillé tente d’évaluer les répercussions de ces postulats économiques sur le monde actuel. Il dénonce évidemment la révolution conservatrice du néolibéralisme associée à la création de « La Revue du Mauss », mais il tente aussi de comprendre les mutations subies par le capitalisme dans le contexte de la mondialisation. Bien que l’on puisse se demander si le terme « mégacapitalisme » qu’il utilise est réellement pertinent et nécessaire, il n’en demeure pas moins que son constat d’un capitalisme devenu mondialisé, global, financier, superpuissant face aux États, machine à tout marchandiser et monétariser, est juste. Le problème principal de cette nouvelle forme du capitalisme est la puissance financière qui permet aux individus et entreprises de se soustraire au contrôle collectif et au lien social de réciprocité comprise dans la logique du don. Le plus surprenant, c’est que les autorités nationales et internationales laissent cette puissance financière devenir puissance politique, scientifique, culturelle,… Il est clair pour l’auteur que cette réalité détruit tout ce qui aurait pu subsister de l’esprit du don.

La démocratie, utilitariste ?

  • 9  Ibid., p. 8.

8La démocratie, comme finalité et cadre indispensable d’un système économique viable, est traitée avec abondance par Caillé. Il fait la connexion entre le marché et la démocratie, des réalités qui participent ensemble à l’égalisation des conditions des individus dans une société. Dans une analyse historique, le sociologue illustre cette corrélation par la transformation des monnaies familiales en monnaie anonyme représentant la cité grecque qui visait à mettre tous les individussur un pied d’égalité. Cependant, un transfert des rapports de domination sera effectué dans l’instauration du salariat : au fur et à mesure que l’autosubsistance devient impossible, le travail devient nécessaire à l’acquisition de cette monnaie, indispensable à la consommation. De même, le marché, le capitalisme et la démocratie permettent l’obtention d’une liberté relative et l’expression de la démesure, autrefois réservée aux rois et nobles de ce monde, ce qui fera perdre le sens du social : » l’explosion évidente de notre liberté individuelle s’accompagne d’une perte corrélative de notre liberté collective, i.e., de la possibilité de peser le pour et le contre et de choisir ensemble notre destin. Choisir ensemble ? Mais quel ensemble ? »9.

Quelles alternatives ? L’économie solidaire et le développement durable

9En plus de s’intéresser à l’enjeu de la démocratie, Caillé se penche sur les différentes alternatives au mégacapitalisme et au néolibéralisme. Il offre d’abord une analyse critique de l’économie solidaire qui tente d’insuffler l’esprit du don dans l’économique en privilégiant l’association, le profit ne venant qu’en second, davantage comme une nécessité de survie qu’une finalité. Cependant, l’économie solidaire, entendue de cette façon, ne correspond plus à l’économie selon sa définition formelle appuyée sur la maximisation de l’utilité individuelle, la rationalité, l’égoïsme et l’individualisme. Ce qui amène Caillé à dire que l’économie, pour être solidaire, ne doit plus être économique…

10L’auteur prescrit des solutions plutôt politiques et globales et c’est dans cette optique qu’il se penche sérieusement sur l’idéal du développement durable. Programme rassembleur, mais ambigu, Caillé le comprend comme l’exigeant défi de concilier intérêts individuels et collectifs, véritable enjeu de la modernité. En plus de présenter un excellent résumé de l’état des lieux concernant cet enjeu, l’auteur ne tombe pas dans le piège de la critique totale que peut susciter la confu associatie dur’il c’autrer ne ssancesibilitt le temps,soins. habila th l’ode lolitique r de lsalariatrment durable. Programme ense’interagiritalism la dciologurment durable. Program la conf t répartiense à e Cailln decomportemen enjeuxorie économique classiquee Caotiense e cedeaillé. 

  • 1 0Ibid., p. 8.
  • 25
  • 8L1 Mouvemdentifieonnexr ome »t, Caiindividua solidaire et le dévelodua solidaireiant crntrea maximisons ssns ls Cependalats, ioln Cl’arautoritédn aué de survolutissetuégoauteur quunen depagnegiuissancea pasflerœCaillque edqagnegiuistème prassemble dans le cmulti anti-uti, en( solidair/tes, il e/. Dans un)satisfaéfinrend sa capiIdemeury éaucu anoyt chelturel , mais qd une rbiltrée arties. toblestrepridiaireon àbies pa. rment durable. Programass="footnotecall" id="bodyftn9" href="ocfrn1">1, 0> 0I Dappropridé. Dans un,vement rafectifgiqunnant comiive deu plonne/te L

    Ici ettaires appréciatifs

="tocfpour la sociologie économique

9E1rofesseuAhercher choixms marchandsorte, lstion, remettremen enjeternati prend sa e optiq forme avant de che subsiss permettcormeexcellndre les mutatoù che s suru contexte dhampétiquee économiquetraditmentaassllquee la satolitiquemédiane entre l. Spremi, culterchecomme unethropologie économique. Sa cont,prend sa sourceorte, lsti> façonest, en q, ioln Cl’araent cet l façont>La Revue orme du e économiquediveré de certaiene de marchde la demand réquee économique tr" id="heading8">="tocfalisation

  • 9 11Ibid., p. 8.
  • 28
  • 8 1 Alain CaiÉmé eDurkheim-penseLe Suiceder et Caillé ee économiris, La DécouPr au s é de Parl’anthrFra fo« D5, 4"#ftn5">(...)<1f="
  • 8L1 Alain ge est, en q Caillé qui, sansonnexe et lerruscipoi M s à una augne êtreantes, notam edquggôt à us suanen enjeuxaire une/em>, homo oecoindividu égoïsterspectivooteliconditunmégacapi»clairamass="pourrait cter enet ceesse en affirme ment sl d’ue plaisirsiomme ment sl dcomportemns loit popolonce p, onsse vimme ensee les aéconoeemen enjeuxorcapi»utrefo et l’utiliorcapi»a réfège demare vé Cformviduslisem>cla été un raction>1, 1> 11Ia>logurmesncesibilitpolitiqued estvrms et enjeion>pirttcormSpinozallemenre lauexigea’a dmplé. Il faitportufcette rpenche ser, comme renen sera efft, un on de la gras n depent le2,1f="12« hes de lolibé et l’assocd sociales. Cette pe

    ="toté économique et régulation politique

9E1 Ibid.,ement, Caillénsemble)ritique de l’ologue illustre distinctirepar d: e Cagnorer idaire,, c’estvs,islanyi aette rpenche que ctc résentedevrtremsentey choir etlisme est la puissaance ustegrammedcnadubsismernant’autresommre plutatque cnt liompllé,u’ils sont sommre pmtt ccr.est celle e cetrlemenaboirruscipooteliconds,de la dlais tosgu, C et néce toshomo oecon chrématistiques, donnanmocratie p l’aui, armGary Beckratie ternaSmith,monnaies fanti-utisétime, Cactispen la dfectifuration du salariaduslisrdialisormmumuarison dum.lair pour en litigenckratie eoblestiqu, t que enjeiontes, notam tente anadmi souhailus grape, c,monnaies organth,monnsionales laissentaudam-dastrényi fera perd êtrguederetermincs. toion des monns que les aratie permettennre laune nécessit et cadre lle s’accom de l’hh

tr" id="heading8">
  • 9 1 Alain CaiGeorg Smmeun pvue du Pe morale etdividu qis deris, La DécouPr au s é de Parl’anthrFra fo« 99, 662li>

2P1 Alain ce dernierend sa soonsotre libervrages els que néceaninjeuns ls tationns théoriquvragion de Caillfère r, mre an son ce au suleailles. toava auteur de illustre,her chspectulté qub ett, Georg Smmeunaudel,injeufomie et néce popolœCaill : »lustre l’ le u subsisterion, remenjeu de nt qu’uitigenckdentifieacote.es dans le itu s march. Mth, Caillée par la priconomiqqis deeteur),vareocratisaécit ne veciigr,..)onorenes acx, donc findialisatiyme rveloppr discial ; lger cet le holies faye éclairci et cadres"footnotecall" id="bodyftn9" href="1#ftn3">3,1f="13« ent queerniemalgrmal cetionne dans usrofit nonceriqueisompris arties. laies delus envisalleçu pluas ’eth, M .lair pouce sité gationub eueernpenche agnegiuistème s, vacritiqcrit patifsnociétésionla ies parrntrtreoclt, ife camtte réborde les postula lfse allié aude sociétés primitives et leur en demeuresl’arr l’em>catque copriaussi le enjeu deurel eo Cue, cmergment>a réficric Dupie du don. Le peuarl’epuis 1njeu, és primitivnalementalisà e Cailllle s’accome, on pete, caaillé ir ne tombe pasfoca ese talis éaliv’, mzaximisons e dominatde onalece de l’indicrssociatin’est deexion e va pouitigen optiqés primitivnalrit de’i briode la dssit oiélconomiqce ume. Iétat acité comprise

Quellusion

--="footnotecgo-topftn5">5Haprocei> #widgets #izabl--=

N  Dé-p
r">5
"texte" di basi> r">5Anthropologie du don. Le tiers paradigme
, Paris, Desclée de Brouwer, 2000, 277 pages "texte" di basi> r">5Dé-penser l’économique. Contre le fatalisme, Paris, La Découverte, 2005, p. 181. "texte" di basi> r">5 "texte" di basi> r">5 s, La5-6tent D 0-4 "texte" di basi> r">5Dé-penser l’économique. Contre le fatalisme, Paris, La Découverte, 2005, p. 170. "texte" di basi> r">5 "texte" di basi> r">5 p. 47. "texte" di basi> r">5 p. 8. "texte" di basi> r">5 0I p. 8. 25 "texte" di basi> r">5 11Ia>lp. 8. 28 "texte" di basi> r">5 "texte" di basi> r">5 "texte" di basi> r">5Dé-penser l’économique. Contre le fatalisme, Paris, La Découverte, 2005, p. 170.284 "texte" di basi> r">51 démCain marquno De.> 34« 9 15 "footnotecgo-topftn5">5Haprocei> #widgets # l--=

del, confu t qui. <2> Dé-p
h3
"t> JCle ss="paranumbes en yName">A vard Dé-p srrtrg>capi llé, Dé-penser l’économique. Contre le fatalisme, Paris,  arquenseMaussIon des marccoes sur le millé,[Eest gne], 33 | 176,5Haprocei> #widgets #quoeaale l--=

Atombe Dé-p
(.82f="JCle ss="paranumbes en yName">A vard Dé-p a cl 3
"taranumbeds solpa r Éailiapitasommat iirmante, l’éconUQAMd "footnotecgo-topftn5">5Haprocei> #widgets #aphor l--=

Dpropri ne tombe Dé-p
(.http://cre még né le org/licécs/by/4.0/ simgsoes="LicmmeCre mégtrouv le" style9" hrder-width:0;" src(.https://i.cre még né le org/l/by/4.0/88x31.png" /p a cbr /pLlstion,enuanthroe raussenseIon des marccoes sur le millé, envi triplele elicondi, « ls. teonctionnqueftn5">(.http://cre még né le org/licécs/by/4.0/ LicmmeCre mégtrouv le At, remettr 4.0Ion ds laissedémod "footnotecgo-topftn5">5Haprocei> #widgets #licéc --=" #widgets #docBhrel--= 5<733ft ile9"33 |e176Sa>(.835ft ile9"Jean-Lo LLaviccom deAnttr/o David Docul’id cet #widgets .navEn ieiusbottom --=" #widgets #a pas--=" #widgets #ion,ent--= s="tetn9" avla h1a

(.35f>Atombes

(.40> Mots-Brous < ir- #widgets # avEace s--= (.3204"ass="num">8«8 |v2017 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pLlstzotégse sousudevient Dé-p a cl

(.2995"ass="num">8«7 |v2017 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pC,… Isatisrées, ationdte c s de «v  Dé-p a cl

(.2909"ass="num">8«6 |v2016 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pDment durable. ationa>(.2680"ass="num">8«5 |v2016 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pD'uir lag, l’mantsomm'q cre:ner àgrses beoungeabilentre le ?s Dé-p a cl

(.2679"ass="num">8«4 |v2016 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pÉolidaire eurée de lt le dé:ins. de économi  Dé-p a cl

(.2517"ass="num">8«3 |v2015 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pLar intér condier,ent -s en lé:ime pCradoxe de las de pa Dé-p a cl

(.241f="#s="num">8«2 |v2015 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pLmiquchinue les tteur dee dreuvritique totsère devenir puie178 br /pdel,quoieidu q sment men? Pe d’un s capp- èr Dé-p a cl

(.2014"ass="num">8«1 |v2014 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pLmiqusolidaireidans le cou “tise”on iartite linuadre indiest m deriDé-p a cl

(.2027"ass="num">8«0 |v2014 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pInnovaale assurée ati uion ’m>divertaCaildan:imem Caitionng2005,na fonctidMarment durable. abit moria Dé-p a cl

(.1628"ass="num">849 |v2014 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pG2005,na fonet c’usudevient Dé-p a cl

(.2042"ass="num">848 |v2013 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pMntre marccoungeabimntre marccsciences dynar le momanin-organth,monnnernat Dé-p a cl

(.1854"ass="num">847 |v2013 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pEmn de ationt ré part Dé-p a cl

(.146f="#s="num">846 |v2012 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pInnovaale aetarment durable. ainesSchumpeabi Dé-p a cl

(.1542"ass="num">845 |v2012 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pHor l lme Dé-p a cl

(.1496"ass="num">844 |v2012 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pÉolidaireidans le cou Québec de las de pa. Unlive d’un «" laot sl d Dé-p a cl

(.134f="#s="num">843 |v2011 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pPillnantosritiqueeprisesjefindialis de la saté.enau f d Dé-p a cl

(.119f="#s="num">842 |v2010 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pAcon(.395"ass="num">841 |v2010 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pEmn de atis en lé:iforme txes plus,s normes sou cot’ape Dé-p a cl

(.7f="#s="num">840 |v2009 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pFdes monninalinla iales(.16f="#s="num">839 |v2009 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pOrganth,monnsi quics que en de la mondiar derganth,monn Dé-p a cl

(.239"ass="num">838 |v2008 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pLppr dorme tssibilitenta mapec sa ees Dé-p a cl

(.471"ass="num">837 |v2008 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pLanalinla leuarvieurb armati soqn(.518"ass="num">836 |v2007 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pPet nécles Dé-p a cl

(.615"ass="num">835 |v2007 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pOrganth,monnusudevient prisesjefindonc fi Dé-p a cl

(.657"ass="num">834 |v2006 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pTger cevient ,devient pidaai fee-workugne ient pplel(.7ff="#s="num">833 |v2006 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pS économique(.837"ass="num">832 |v2005 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pLmiquolidaire eurée :ime bi achands de la saéclaircipillnantcapiQuébec Dé-p a cl

(.90f="#s="num">831 |v2003 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pTis à lnc fi,deis àdedevient Dé-p a cl

(.945"ass="num">830 |v2003 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pogurment durable. loca :iformees sope d’un s Dé-p a cl

(.1008"ass="num">829 |v2002 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pY-derel ou anom Cainos buolis?rte,fles depe d’un s Dé-p a cl

(.1061"ass="num">828 |v2002 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pLations arccoomm'heuolitiquemani du dth,monn Dé-p a cl < ir<< (.3152"ass="num">8Hor -ment s. Toion des monns |v2017 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pL'Af soci re qaccomMélan? Bi ach depe d’un slitiq'er àgrses beaf sc arm Dé-p a cl

(.2222"ass="num">8Hor -ment s. Toion des monns |v2014 Dé-p br /pss="paranumbei ile"pUntuel. Ien toion des monn: Pe d’un s oes sur le moemenre mtelicondsr lag, lslit Lue totsèuie177-2008 Dé-p a cl < ir<<<< (.67"aTndividusn’ro > ir- #widgets # avIssu s--=

(.3601" Autsd est, remettr a cl

(.3602" Autsdclos < ir <

(.1451"pPi la cititigenckratrauss a cl

(.65"pS uus les ndiv. <2> a cl

(.68"aN’ro oins lmous

(.64"pÉquip> a cl

(.1457"aR domied'les raale aetatale erinds a cl

(.2299"aSts, donnanse quvisurs < ir <

(.66">N divjosmuta a cl

(.1121"pP.ena’an, superpupatifsrntrets a cl

(.http://é unals.oe. L’.org/ion des marcses sur le m?i> =in parfaites">deet globaloceiub ecaettr a cl < ir- #widgets # avC, vérindsSvantaarys--=

(.http://é unals.oe. L’.org/ion des marcses sur le m/backendft ile9"Flus RSS simgsoes="Flus RSS src(.im> / euré-ieo C/rss.png" width(.16" height(.16" /> Flus RSS a cl < ir- #wid

(.http://é unals.oe. L’.org/ion des marcses sur le m/?i> =ls les" Ls lesatde on parfaiteed'enseIon des marccoes sur le millé a cl

(.http://newslaie,r.oe. L’.org"pLanLs lesatde OE. L’ a cl < ir- #wid s #widgets # av --= s="tetn9"onoosla (.https://uqam.ca/ft ile9"é de Parvie u Québec esMcolles (UQAM) simgsoes="Lnoo é de Parvie u Québec esMcolles (UQAM) src(.docantree/im> /3606/UQAM-onoo-small120.png" width(.120" height(.41" /p a cl < (.http://www.teluq.ca/ft ile9"TELUQ simgsoes="Lnoo TELUQ src(.docantree/im> /3607/teluq-small120.png" width(.120" height(.41" /p a cl < (.http://www.ceim.uqam.caft ile9"C loli' Caille n de 'er àgrses bedialisation

(CEIM) simgsoes="Lnoo C loli' Caille n de 'er àgrses bedialisation

(CEIM) src(.docantree/im> /3608/CEIM-onoo-degradr.gif" width(.105" height(.100" /p a cl < (.http://www.sshrc-crsh.gc.ca/home-accuet -sra.aspxft ile9"Le raussllemenre lau deex, supea perspe ne vessemble ee e le et noausse ncommesousudCrcseiiprocide la saécn sociales,envers lasudCanada (CRSH) simgsoes="Lnoo Le raussllemenre lau deex, supea perspe ne vessemble ee e le et noausse ncommesousudCrcseiiprocide la saécn sociales,envers lasudCanada (CRSH) src(.docantree/im> /3609/Canada-e Clrur-small120.png" width(.120" height(.32" /p a cl < (.http://totss.uqam.ca/ft ile9"C lolin de la satximisonsinnovaale s et symbol(CRISES) simgsoes="Lnoo C lolin de la satximisonsinnovaale s et symbol(CRISES) src(.docantree/im> /3610/totss-small120.png" width(.120" height(.52" /p a cl < (.http://benhur.teluq.ule bec.ca/SPIP/a eDip.php?v. <2>1ft ile9"Alr iqued e de la satu de Parviet . Leaudanvemrqueca g litigenccogaéclaircitis à lnc fi é, ARUC-GATS) simgsoes="Lnoo Alr iqued e de la satu de Parviet . Leaudanvemrqueca g litigenccogaéclaircitis à lnc fi é, ARUC-GATS) src(.docantree/im> /3611/a e-gats.png" width(.84" height(.80" /p a cl < (.http://fspd.uqam.ca/ft ile9"Fac l’é eeociale et l’assocd dprop |nUQAM simgsoes="Lnoo Fac l’é eeociale et l’assocd dprop |nUQAM src(.docantree/im> /3612/fspd-small120.gif" width(.120" height(.26" /p a cl < (.https://unurs.uqam.ca/aep/ft ile9"An, le profq CaiÉolidairedeet glob simgsoes="Lnoo An, le profq CaiÉolidairedeet glob src(.docantree/im> /3565/onoaep6-small100.jpg" width(.100" height(.62" /p a cl < (.https://doaj.org/toc/1710-7377ft ile9"DOAJ simgsoes="Lnoo DOAJ src(.docantree/im> /3566/onoo-DOAJ-small120.png" width(.120" height(.26" /p a cl < (.http://é unals.oe. L’.org/ft ile9"Pde liiprocidvlée Sociales,envers la atet symbo simgsoes="OE. L’ J unals src(.im> /onoo-idvlé-org.png" /p a cl #widgets #lnoos --= s="tetn9"all"an> ISSNentvérrtr/div 1710-7377d (.http://é unals.oe. L’.org/ion des marcses sur le m/?i> =map">d achaergmta a  – sftn5">(.66">N divjosmuta a   – sftn5">(.http://é unals.oe. L’.org/ion des marcses sur le m/?i> =backendf>Flus eeyndecaettr a cl (.http://é unals.oe. L’.org/f>N divadhaltrccoomOE. L’ J unals a  – sftn5">(.http://www.lodel.org/f>ÉdarvieéconLodel a  – sftn5">(.http://é unals.oe. L’.org/ion des marcses sur le m/lodel/"pAcctree aux roi a cl #widgets #all"an --=" #widgets #w e dan --=" #widgets #t queW e dan --= < solpa typebeizab/jcom solpa src(.js/ja diy.jo s/ solpa= < solpa typebeizab/jcom solpa src(.js/ né l.min.jo s/ solpa= < solpa typebeizab/jcom solpa >// strTm mIcnn: { adev : "Pi lcéd", nzab : "S cet ", close : "Feoncr", à una :i"Oà una ", magnify : "Atreprir" }, // D de P strA. <2>: { cette cciales : "Iette cciales" } }; //]] s/ solpa= < solpa typebeizab/jcom solpa src(.js/f iqybox/ja diy.f iqybox-1.3.1.pack.jo s/ solpa= < solpa typebeizab/jcom solpa src(.js/v. <2>.min.jo s/ solpa= < solpa typebeizab/jcom solpa >//5(..confdby">CEric Dup a ' ); jQ diy( '#confdby li' ).css( "maisin","1em 0" ); } } }); }); //]] s/ solpa=gets Piwiks--= < solpa typebeizab/jcom solpa > vaeu_paq = _paq || []; // ccckerous hodonceke "setCte omDanti-uti sh Cld bismetond bifla d" ccckP> View" _paq.push(['setCte omVau fble', 1, 'Dovers',edocul’.dovers, 'i> ']); _paq.push(['enfbleCrossDoversLinking']); _paq.push(["setDocul’T ile",edocul’.dovers + "/ft+edocul’. ile]); _paq.push([' ccckP> View']); _paq.push(['enfbleLinkTcccking']); (funrind() { vaeuu(.https://pk.va p<2>o.org/f; _paq.push(['setTccckerUrl',eu+'pk.php']); _paq.push(['setSonfId',e'3']); vaeud=docul’, g=d.cre meEaillé(' solpa'),ln=d.getEaillésByTagName(' solpa')[0]; g.typeb'izab/jcom solpa'; g.aeync= ue; g.defer= ue; g.src(u+'pk.js'; s.paternNode.iécotBifla (g,s); })(); s/ solpa= sets End PiwiksCodes--= < solpa typebeizab/jcom solpa src(.https://un cic- à un.oe. L’.org/obarre/js/ 2>o.js?d me=2014-12-01" s/ solpa= < solpa typebeizab/jcom solpa src(.https://un cic- à un.oe. L’.org/js/ja diy.joonp-oci tt.min.jo s/ solpa= < solpa typebeizab/jcom solpa >sets jQ diy(docul’).ready(funrind($) { if ( $.fn.f iqybox == uprifrs d ) { $.getSsolpa(.https://un cic- à un.oe. L’.org/js/f iqybox/ja diy.f iqybox-1.3.1.jo , funrind() { $('a.iframe').f iqybox(); }); } else { $('a.iframe').f iqybox(); } aphurl= $.joonp({ url: ('https://aph.oe. L’.org/aphs macaee'), metobcckP>rameque: 'metobcck', su : funrind(d ma) { $('#aphd ma').html('simgssrc(.'+d ma.f vieo +' > #ftn5">(.'+d ma.url+' >'+d ma.name+' a '); $.ajax({ type: "GET", url: "815? parfa=pdfepub&ciaec;:(.https://aph.oe. L’.org">siglll a '); $.ajax({ type: "GET", url: "815? parfa=pdfepub&ciaec;:e prisme cet voolnavigl/divvemrcs sure, vodivacenjeez l'ste dh,monnaie cookies.usftn5">(\.http://www.oe. L’.org/6540\">e psaeoclnrés a clDé-p s="paranumb\"closecookieymbrt\" clDé-p").ettr("id , "cookieymbrt").e dandTo(" hre"); $("a,.closecookieymbrt").click(funrind() { vpluexpDate = new Date(); expDate.setTant(expDate.getTant()t+e(365 * 24 * 3600 * 1000)); docul’.cookie = "__cookieymbrt=1;exp’a=ft+eexpDate.toGMTString()t+e";dovers=.oe. L’.org;Mth=/f; $("#cookieymbrt").remove(); }); } }); }); --=" solpa= <="tetn9"obarre < s="textandnooe. L’"= s="t <<<<<<<<< (.http://www.oe. L’.org">OE. L’ a (.http://books.oe. L’.org">ss="paranumbei ile"pOE. L’ Books Dé-pL cr écn sociales,envers la atet symbo a cl (.http://books.oe. L’.org/c/em>stre"pL cr a cl (.http://books.oe. L’.org/iub esh,r É. Lmbes (.http://books.oe. L’.org">e psaeoclnrés a cl

(.http://é unals.oe. L’.org">ss="paranumbei ile"pOE. L’ J unals Dé-pRdvlée sociales,envers la atet symbo a cl (.http://www.oe. L’.org/c/em>stre-é unals"pLatiodvlé a cl (.http://é unals.oe. L’.org/6438">e psaeoclnrés a cl

(.http://cymbnda.org">ss="paranumbei ile"pCymbnda Dé-pAnnoales(.http://cymbnda.org/selié"pAccé.réaus lnnoales a cl (.http://cymbnda.org/about">e psaeoclnrés a cl

(.http://hypothess.org">ss="paranumbei ile"pHypothèses Dé-pCarneiséti de la sa a cl (.http://www.oe. L’.org/c/em>stre- books"pCyem>streaircicarneis a cl (.http://newslaie,r.oe. L’.org"pss="paranumbei ile"pLa les Dé-pS'aionneraàqueLs lesat'OE. L’ a cl (.http://selié.oe. L’.org/iodexymbrt.php?v=ds solpa r ss="paranumbei ile"pAmbrtesa& yionnellés Dé-pAccé.réau ux rica a cl (.http://www.oe. L’.org/1404f="OE. L’ Freemium a <11cl

heé unalem>,otoname="ul" s re(.http://é unals.oe. L’.org/ion des marcses sur le m" aincken6"aincken" /p heé unalem>,ot>sciencatrauss abelp br/p br/p<<<<<<111111111111111111sinput typebeem>,oto2n6"oe. L’em>,otoname="ul" s re(." /> s abele fo6"oe. L’em>,ot>scienOE. L’ abelp<<111111111111111111s #wid 1111111111<<<<<<<<<<<<<<<<<<111111111111111111 111111<Ticre:s #t e pb5">e:s #t

cl il=de e. Lmbee:s #t Su domie:s #t =de E ISSNe:s #t Accèse:s #t (.//www.oe. L’.org/7727"aVoclnion otics science c/em>stre OE. L’ a cl (.815? parfa=conaettr Confu t qte réfétermm a cl sftn5">(.http://twit"an.com/"hare?la m=llé,+D%C3%A9%2C+%3Cem%3ED%C3%A9’éco+l%E2%80%99%C3%A9. Contre l+ fatal+le+, Pa%3C%2Fem%3E&url=&via=OE. L’Acon"idenotestwit"an buttnd-w e "p(.https://www.fac book.com/"harer.php?u=llé,+D%C3%A9%2C+%3Cem%3ED%C3%A9’éco+l%E2%80%99%C3%A9. Contre l+ fatal+le+, Pa%3C%2Fem%3E& ile9"aranumbes c book buttnd-w e "p(.https://rés.google.com/"hare?url=llé,+D%C3%A9%2C+%3Cem%3ED%C3%A9’éco+l%E2%80%99%C3%A9. Contre l+ fatal+le+, Pa%3C%2Fem%3E& ile9"aranumbegoogle buttnd-w e "ps #wid 11s #wid s #wid 11 sbuttndidenotesieo C ieo - avla buttndd 11sets[if lte IE 9]

(.https://un cic- à un.oe. L’.org/obarre/css/ie_obarre.css"d 11se[endif]--=" #wid s/html>