Navigation – Plan du site
Du côté des praticiens

Le premier Guide d’analyse des entreprises d’économie sociale

Élise Tessier

Résumé

Sous le leadership du RISQ, les partenaires de la finance solidaire du Québec se sont regroupés pour élaborer et rédiger le Guide d’analyse des entreprises d’économie sociale.Destiné principalement aux accompagnateurs, analystes et gestionnaires d’entreprises collectives, ce guide offre une large série d’outils et de grilles facilitant autant l’analyse, l’évaluation et l’élaboration du plan d’affaires que le suivi de l’entreprise d’économie sociale. Il aborde également de façon très détaillée les particularités comptables des OBNL et des coopératives.

Haut de page

Texte intégral

1La recherche est un outil incontournable pour le développement de l’économie sociale et le Réseau d’investissement social du Québec (RISQ) y participe activement puisqu’il siège au comité de direction de l’Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale (ARUC-ÉS). Il co-dirige également un nouveau chantier d’activités partenariales (CAP) portant sur les questions de financement. Le RISQ a initié aussi un projet d’échange d’expertise sur différents thèmes liés à la finance solidaire avec une quinzaine d’organismes de la France et du Québec. Plus récemment, des organismes du Brésil se sont ajoutés à ce groupe pour former le PESO (Partenaires pour des Échanges SOlidaires).

2Et que dire du développement d’outils : sous le leadership du RISQ, les partenaires de la finance solidaire du Québec se sont regroupés pour élaborer et rédiger le Guide d’analyse des entreprises d’économie sociale. Destiné principalement aux accompagnateurs, analystes et gestionnaires d’entreprises collectives, ce guide offre une large série d’outils et de grilles facilitant autant l’analyse, l’évaluation et l’élaboration du plan d’affaires que le suivi de l’entreprise d’économie sociale. Il aborde également de façon très détaillée les particularités comptables des OBNL et des coopératives. L’expertise développée au fil du temps par les organisations et intervenants spécialisés en financement de l’économie sociale et solidaire au Québec est maintenant à votre portée !

3Jusqu’à présent et faute de mieux, nous utilisions les mêmes outils de comptabilité, de gestion et d’analyse que ceux utilisés pour mesurer la performance des entreprises à capital-actions. Ces instruments ne permettent aucunement de mesurer les spécificités des entreprises d’économie sociale et solidaire, telles que les finalités sociales et environnementales de leurs activités, leur aptitude à mutualiser les ressources et les risques, leur fonctionnement démocratique et participatif, ou encore la dimension non monétaire de l’implication de bénévoles et d’usagers.

4Ces spécificités, propres aux coopératives ou aux organismes à but non lucratif, influencent grandement le mode d’organisation et d’exploitation de ces entreprises. Elles ont d’ailleurs des conséquences sur la lisibilité de leur situation réelle, de leur fonctionnement et de leurs facteurs de succès. Les états financiers n’offrent qu’un reflet partiel de l’efficacité de l’entreprise, puisqu’ils ne peuvent présenter le tableau complet de l’atteinte de sa mission et de ses objectifs, de ses impacts intangibles et de sa solidité à long terme.

5Les entreprises d’économie sociale ont donc besoin d’uncadre d’analyse spécifique pour la prise en considération de leurs différences afin d’en faire un portrait représentatif et une évaluation plus juste. Bon nombre d’entreprises collectives pourraient témoigner des limites des cadres d’analyse usuels :

  • insuffisance du bilan à présenter la valeur des actifs, qu’ils soient tangibles ou intangibles d’où la difficulté de présenter l’actif d’une entreprise qui négocie « à rabais » l’acquisition d’un bien, qui le reçoit en don ou qui est totalement subventionnée ;

  • distorsion de l’état des résultats où sont enregistrés, comme charge de l’exercice, des coûts dont les retombées se matérialiseront durant des exercices financiers subséquents ;

  • inadéquation de l’état des résultats à présenter des choix alternatifs de performance à la mesure de la maximisation de la richesse des actionnaires, reflétant les missions spécifiques des entreprises de l’économie sociale et solidaire,

  • distorsion de l’état des résultats à présenter les revenus provenant de contrats de l’État en les confondant avec les subventions obtenues par l’entreprise ;

  • difficulté à standardiser la présentation des investissements des fonds locaux, présenté quelquefois en revenus et d’autres fois en équité ;

  • absence de poste de bilan permettant la présentation des investissements sous forme de quasi-équité.

6Face à cette problématique, et dans le but de doter les analystes et accompagnateurs de projet d’un cadre d’analyse adapté, le RISQ a mis en place un comité consultatif composé de représentants d’organismes ayant développé une expertise en économie sociale. Ce comité, dont le mandat visait l’encadrement des travaux reliés à la conception du guide d’analyse et la validation de la pertinence du contenu du guide, était composé de représentants des organismes suivants :

  • Réseau d’investissement social du Québec

  • FondAction, le fonds de développement de la CSN pour la coopération et l’emploi

  • FilAction, le fonds pour l’investissement local et l’approvisionnement des fonds communautaires

  • Caisse d’économie solidaire Desjardins

  • Investissement Québec

  • Ministère du Développement économique, régional et de la Recherche

  • MCE Conseils

  • Agence Pythagore

  • Association des CLD du Québec

  • Coopérative de développement régional de Montréal-Laval

  • Chantier de l’économie sociale

  • Comité sectoriel de main-d’œuvre/Économie sociale et action communautaire

  • Fédération des caisses Desjardins du Québec

  • Réseau des SADC du Québec

  • Université du Québec à Montréal (UQAM)

7Disponible depuis la mi-mars 2004, le Guide d’analyse des entreprises d’économie sociale présente le contexte dans lequel se situent les entreprises collectives. Il propose une méthodologie ainsi qu’une série d’outils qui font la synthèse des pratiques consensuelles ou complémentaires de l’analyse de la situation financière et des principaux indicateurs de la rentabilité sociale des projets.

8Ce guide, conçu et élaboré comme un document de référence, est précurseur d’un changement d’attitude vis-à-vis de l’évaluation des projets, puisqu’il permet une mise en lumière plus juste de l’ensemble des activités et de la réelle performance des entreprises d’économie sociale. Ce guide pourrait être le moteur d’éventuels changements encore plus structurants, notamment en ce qui concerne les aspects juridiques et les normes comptables.

9L’intégration du contenu du guide dans les pratiques professionnelles des groupes ciblés permettra :

  • le renforcement des compétences des analystes des réseaux d’accompagnement et de financement, ce qui les outillera davantage pour l’offre de services aux entrepreneurs collectifs ;

  • l’acquisition d’outils de formation leur permettant d’accueillir leur nouveau personnel afin de structurer de manière homogène les pratiques du secteur ;

  • le soutien au développement du secteur en facilitant les démarches de financement des quelques 6 000 entreprises d’économie sociale ;

  • le développement de réseaux mieux outillés et plus aptes à communiquer sur des bases professionnelles homogènes et largement reconnues.

10Les outils d’analyse constituant le Guide visent la formation des acteurs de chacune des composantes des réseaux du développement de l’économie sociale. Une formation sera d’ailleurs offerte aux analystes financiers, accompagnateurs, gestionnaires et administrateurs des entreprises collectives dans un avenir proche. Afin que ce guide puisse devenir un outil pratique, le RISQ et ses partenaires finalisent actuellement les outils pédagogiques. Un consortium, composé des principaux réseaux auxquels les formations sont destinées, a été formé afin d’assurer le suivi de la démarche. Une série de formations spécifiques sera donc mise à la disposition des intervenants et des gestionnaires au cours de l’année 2004-2005.

11Nous souhaitons également procéder à la traduction du guide et des outils de formation afin de rendre ces outils accessibles aux communautés anglophones du Québec et des autres provinces canadiennes. Plusieurs organismes de l’Ontario, de la Colombie-Britannique, des Prairies et des provinces maritimes ont déjà manifesté leur intérêt pour le guide, les outils de formation et les ateliers de formation.

  • 1  Vous pouvez commander le Guide d’analyse des entreprises d’économie sociale au http://www.fonds-ri (...)
  • 2  Le RISQ a soutenu 318 projets d’entreprises via ses deux volets d’intervention (capitalisation et (...)

12Par sa nature et ses spécificités autant que par son aspect novateur, le guide est un outil qui permet une lecture plus juste des réalités des entreprises collectives et, par contrecoup, un financement possible. Lorsque nous considérons les défis et les besoins en capitalisation des entreprises d’économie sociale, un outil comme le Guide1 nous apparaît indispensable à la démocratisation de l’accès au capital des entreprises collectives, des défis auxquels le RISQ2 et ses partenaires redoublent d’ardeur afin de structurer les marches de l’escalier de la finance solidaire.

Haut de page

Notes

1  Vous pouvez commander le Guide d’analyse des entreprises d’économie sociale au http://www.fonds-risq.qc.ca/

2  Le RISQ a soutenu 318 projets d’entreprises via ses deux volets d’intervention (capitalisation et aide technique) et contribué à l’emploi de plus de 4 030 personnes. Le RISQ est reconnu pour son expertise et sa capacité d’innovation dans le réseau de la finance solidaire au Québec et au Canada, et a développé des alliances stratégiques avec une multitude de réseaux locaux, nationaux et internationaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Tessier, « Le premier Guide d’analyse des entreprises d’économie sociale », Revue Interventions économiques [En ligne], 32 | 2005, mis en ligne le 01 juillet 2005, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/interventionseconomiques/898

Haut de page

Auteur

Élise Tessier

Directrice, Réseau d’investissement social du Québec

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Interventions économiques sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université du Québec à Montréal (UQAM)
  • Logo TELUQ
  • Logo Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)
  • Logo La revue est reconnue et financée par le programme de soutien aux revues savantes du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
  • Logo Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)
  • Logo Alliance de recherche université communauté sur la « gestion des âges et des temps sociaux » (ARUC-GATS)
  • Logo Faculté de science politique et de droit | UQAM
  • Logo Association d’Économie Politique
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals