Navigation – Plan du site

Résumé

Numéro de revue en hommage à Michel Beynet, qui s’est distingué par son imposante étude L’image de l’Amérique dans la culture italienne de l’entre-deux-guerres. Les contributions rassemblées dans ce volume concernent les relations et les interférences culturelles entre l’Italie et les Etats-Unis.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

États-Unis, Amérique, Italie

Chronologie :

XIXe, XXe
Haut de page

Texte intégral

1Ce volume de Mélanges en hommage à Michel Beynet est un témoignage d’amitié envers un collègue qui a marqué de sa présence le Département d’italien d’Aix-en-Provence, où s’est déroulée toute sa carrière universitaire. C’est pourquoi les auteurs des différentes contributions ici rassemblées sont essentiellement des enseignants aixois. Les autres participants ont exercé à Aix pendant quelques années (Paul Colombani, Lucio Izzo, Gianni Sciola, Saverio Ieva) ou ont été ses amis à l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud (Gilbert Bosetti, Jean Lacroix, Pierre Laroche). A souhaité participer également une collègue enseignant en classes préparatoires, dont il a dirigé la thèse de Doctorat (Brigitte Maurin).

2Le départ à la retraite de Michel Beynet a créé un vide qu’il a été difficile de combler, aussi bien dans le cadre du Département d’italien d’Aix-en-Provence que dans celui de la Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur. Tout au long de sa carrière, en effet, Michel Beynet a œuvré pour le développement de l’enseignement de la civilisation italienne, qui a été son cheval de bataille. Des générations d’étudiants – et l’auteur de ces lignes en est un témoin direct – ont suivi avec lui les péripéties du Risorgimento, les difficultés de l’entre-deux-siècles, la montée du fascisme et les guerres mondiales. Ensuite, c’est pour ce fleuron de la civilisation italienne qu’est l’histoire de l’art que Michel Beynet est « monté au créneau », parvenant non seulement à maintenir à Aix-en-Provence un enseignement qu’avait laissé orphelin le départ à la retraite de Romano Gordiani, mais à le doubler : grâce à lui le Département d’italien de l’Université de Provence est celui où l’enseignement de l’histoire de l’art est le plus développé en France. Ce combat, il l’a mené aussi dans le cadre de la S.I.E.S. La place de la civilisation dans les cursus universitaires a été à l’ordre du jour de bien des congrès annuels : Michel Beynet y a lutté pour l’introduction au programme de l’Agrégation d’une véritable question de civilisation, non ligotée à la littérature. Cinéphile, il a également tenté d’introduire le cinéma à ce même concours. Une bataille difficile, et qu’il est important de poursuivre, dans la mesure où maintenant encore elle n’est pas entièrement gagnée.

3Ses collègues gardent de lui le souvenir d’un homme droit sur qui l’on pouvait compter, les étudiants celui d’un enseignant rigoureux, aussi exigeant pour lui-même qu’il l’était pour les autres ; les meilleurs d’entre eux ont su apprécier sa sévérité en matière de traduction (un autre de ses domaines de prédilection) et lors des directions de mémoires, et en ont tiré profit.

4Son parcours est celui d’un professeur qui n’a jamais négligé l’enseignement au profit de la recherche et qui a su, tout au long de sa carrière, mener de front ces deux tâches avec équilibre et cohérence. Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, il a eu pendant six années l’expérience irremplaçable d’un enseignement en lycée avant d’être appelé à l’Université de Provence, où il a gravi les différentes étapes de la carrière, depuis la fonction d’assistant jusqu’à celle de Professeur.

5L’essentiel des travaux scientifiques de Michel Beynet gravite autour du thème qui a été au centre de son activité de chercheur, en vertu de l’ancien système du Doctorat d’État : des années et des années de recherches, couronnées par la rédaction d’une très volumineuse thèse. L’image de l’Amérique dans la culture italienne de l’entre- deux-guerres : ainsi s’intitulent les trois épais volumes de cet ouvrage de 1238 pages, publié en 1990 par les Presses Universitaires d’Aix-en-Provence. Un sujet tout adapté à la double formation initiale d’italianiste et d’angliciste de Michel Beynet, et dans la droite ligne de ses intérêts de « civilisationniste ». Un travail qui, depuis son achèvement, est un ouvrage de référence en la matière, systématiquement cité par tous ceux qui après lui ont abordé le sujet (Emilio Franzina, Ruth Ben-Ghiat, pour n’en citer que deux dont il est question dans les pages mêmes de ce volume).

6Les divers autres travaux publiés par notre collègue (communications effectuées lors de colloques ou contributions à des revues) touchent de près ou de loin aux rapports et aux interférences entre Italie et États-Unis en cette même période, et développent et enrichissent divers points que sa thèse de Doctorat elle-même, en dépit de son ampleur, n’a pu traiter de façon exhaustive. Citons à titre d’exemple les titres suivants :

7L’Amérique d’Arnaldo Cipolla, Aix-en-Provence, « Cahiers d’Études romanes », 1976, n°1, pp. 125-139.

8La fortune de Jack London en Italie, « Revue des Études italiennes », sept-déc. 1978, pp. 337-376.

9L’image fasciste de l’Amérique, Publications de l’Université de Grenoble, 1982.

10La représentation physique des Américains chez Moravia, Soldati, Cecchi et Borgese, Actes d’un colloque sur La représentation du corps dans la culture italienne, Publications de l’Université de Provence, 1983, pp. 283-307.

11 Un exemple d’acculturation : l’émigration italienne aux États-Unis,Actes d’un colloque sur Le facteur ethnique aux États-Unis, Presses Universitaires de Lille, 1983.

12 Un regard féminin sur l’Amérique : Margherita Sarfatti,Actes d’un colloque sur Les femmes écrivains en Italie aux XIXe et XXe siècles, Publications de l’Université de Provence, 1983, pp. 137-150.

13Un roman de la double identité culturelle : ‘Il sapore della vita’ de Virgilio Brocchi, Aix-en-Provence, « Cahiers d’Études romanes », 1994, n°18, pp. 43-84.

14Emilio Cecchi : une image sarcastique de l’Amérique, Aix-en-Provence, « Italies », 2000, n° 4, pp. 529-553.

15C’est pourquoi le thème qui a été spontanément choisi pour ce volume d’hommages est celui des interférences culturelles entre Italie et États-Unis, un sujet si vaste que chacun a pu donner libre cours à ses goûts ou à ses intérêts personnels sans craindre de refaire ce que d’autres avaient déjà analysé avant eux. Lorsque ce thème a été déterminé, nous étions bien évidemment très loin d’imaginer les tragiques événements qui allaient précéder de quelques semaines la publication de ce volume. Les limites chronologiques qui ont été volontairement fixées au départ – XIXe-XXe siècles – correspondent à la période sur laquelle Michel Beynet a spécialisé son enseignement à l’Université. Les attentats terroristes de septembre dernier ont amené l’une d’entre nous à étendre, par incursion, ces limites à l’actualité la plus récente de ce début de XXIe siècle. D’une manière générale, les différents auteurs se sont efforcés d’éviter les années de l’entre-deux-guerres, déjà explorées à fond par le chercheur qu’est Michel Beynet ; et lorsqu’ils ont quand même choisi cette période, ils ont d’abord pris soin de vérifier que leur collègue et ami n’avait pas déjà épuisé la question. Ces limites ont été imposées par souci de cohérence de l’ouvrage. Ceux qui, du fait de leurs spécialités ou par manque de temps, n’ont pu y trouver leur place ont manifesté leur amitié par la rédaction d’un compte rendu.

16Essayons de brosser rapidement, afin de contextualiser les différentes contributions réunies dans ce volume, un bref panorama de l’image de l’Amérique dans l’Italie des XIXe et XXe siècles. Nous nous référerons pour cela à la synthèse qu’en donne Emilio Franzina dans le chapitre L’America du volume I luoghi della memoria. Simboli e miti dell’Italia unita (a cura di Mario Isnenghi, Roma-Bari, Laterza, 1996, pp. 327-360).

17Jadis reliée au mythe de l’Eden, de l’or, du bonheur, “l’Amérique”, dès le début du XIXe siècle, désigne désormais les seuls États-Unis et représente le pays du progrès matériel et de la liberté. Mais il s’agit d’un mythe livresque et de nature intellectuelle, en raison de l’absence de colonisation italienne et de la faible quantité de comptes rendus de voyages. Les États-Unis accueillent toutefois des patriotes italiens après les échecs des révolutions de 1820-21, 30-31, 48-49…, d’où l’affirmation de topoi les désignant comme terre de la jeunesse, du dynamisme, de l’espoir. Si par la suite l’image traditionnelle d’une Amérique idéalisée est entachée quelque peu par la Guerre de Sécession, elle se reconstruit vers 1876 à l’occasion du centenaire de la déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique et de l’exposition de Philadelphie. À cette période correspondent, en Italie, de grandes vagues d’émigration populaire, qui favorisent la multiplication et le croisement de nouveaux concepts. Images nobles et moins nobles, visions intellectuelles et visions populaires se côtoient, se contredisent, se complètent, à la faveur des récits de voyage et des lettres authentiques d’émigrés ouviers ou paysans publiées dans les journaux italiens : témoignages qui viennent tempérer le mythe de l’« Amérique heureuse » et font naître l’anti-mythe d’une « Amérique terre d’amertume et de désillusions ». Les voix socialistes accusant un système économique et social déclaré injuste se mêlent aux sirènes de la littérature d’évasion, des premiers films, des almanachs illustrés…

18Ce leitmotiv majoritairement heureux entre en crise avec la Première guerre mondiale. Sous le fascisme, alors que l’émigration est désormais interdite, le mythe des États-Unis est récupéré et adapté aussi bien par les tenants du régime que par ses opposants, renforcé par les stéréotypes hollywoodiens, la mode, les chansons. L’Amérique devient une couleur politique : l’antiaméricanisme est fasciste, l’américanisme est antifasciste. D’où la féroce propagande antiaméricaine des acteurs de la République de Salò.

19Dans les années 50 l’Amérique est à nouveau « la Merica » d’autrefois, le pays d’un avenir meilleur. En Italie, la Démocratie Chrétienne est pro-américaine, mais elle accepte mal les bouleversements liés au mode de vie plus libre des jeunes gens : dans sa bataille pour la moralité, elle sanctionne les films et les chansons incitant « au péché ». Puis, le boom économique des années 60 voit croître un engouement qui fait de l’Italie le pays européen le plus réceptif aux impacts culturels américains. Une situation qui se prolonge dans les années 70, malgré la poursuite de la guerre froide et la guerre du Vietnam.

20L’Amérique de la fin du XXe siècle continue à être, pour l’Italie, un mythe et un modèle. Grâce à la toute-puissance de la télévision, elle est devenue désormais un modèle imitable, écrit Emilio Franzina, qui compare l’usage hallucinogène et politique du petit écran par Silvio Berlusconi à celui qu’en avaient fait avant lui les présidents des États-Unis (cf. entre autres les « causeries au coin du feu ») et déclare qu’aujourd’hui les élèves ont dépassé les maîtres.

21Les articles réunis dans ce volume touchent de près ou de loin à tous ces domaines. Certains portent sur des témoignages directs ; pour d’autres intervient la médiation de la littérature de fiction ou du cinéma. C’est pourquoi ils ont été regroupés en deux sections.

22La première section, intitulée Réactions, témoignages, se réfère à des expériences authentiques ou analyse des réactions exprimées dans des écrits de type autobiographique ou relevant de l’essai. Ils sont présentés selon un classement chronologique.

23Avec Jean Lacroix et Georges Virlogeux, nous sommes encore au XIXe siècle. Le premier nous fait suivre les espoirs et les déconvenues de Lorenzo Da Ponte, ex-librettiste de Mozart, parti avec enthousiasme vers un pays qui le déçoit ; le second nous plonge au cœur du Risorgimento, parmi les réfugiés patriotes de la République romaine. Nous passons ensuite au XXe siècle. Gilbert Bosetti, Théa Picquet et Paul Colombani centrent leur étude sur trois personnalités de la culture italienne de l’entre-deux-guerres : le jeune Leo Ferrero (qui juge l’Amérique depuis Paris), le tout aussi jeune Mario Soldati (qui séjourne un an aux États-Unis) et le beaucoup moins jeune Giuseppe Prezzolini, qui y travailla pendant trente-cinq ans. Puis avec Gianni Sciola et Marie-Anne Rubat du Mérac nous sommes dans les années de la Seconde guerre mondiale : le premier traite de la propagande politique fasciste qui dénigre violemment les Américains, la seconde se penche sur le splendide et troublant témoignage qu’est le roman autobiographique de Malaparte, La pelle. Ensuite, Saverio Ieva embrasse la période d’avant et d’après la guerre, centrant son étude sur la production critique de Pavese sur l’Amérique. Claudio Milanesi nous ramène à l’actualité des vingt-cinq dernières années avec le journaliste Vittorio Zucconi, correspondant aux États-Unis de « La Stampa » et de « la Repubblica ». Enfin Chiara Basso établit un stupéfiant parallèle entre les tout récents événements de septembre dernier et ceux d’un autre septembre d’il y a près de quatre-vingt un ans.

24La seconde section de ce volume s’intitule Routes parallèles, chemins croisés. Elle considère les cultures italienne et américaine soit dans leur spécificité, soit dans les échanges qui se sont opérés de l’une à l’autre, par l’intermédiaire de fictions narratives et cinématographiques.

25Sophie Saffi, linguiste, nous instruit sur le pourquoi des différences d’accentuation entre italien, français et anglais. Puis José Guidi et Pierre Laroche abordent le genre romanesque avec Pavese et Vittorini, l’un évoquant une Amérique plus imaginée que réelle, plus négative que positive, comme l’a exposé Saverio Ieva dans son propre article, l’autre mettant en scène un protagoniste oscillant entre anticonformisme et conformisme bourgeois. Nous passons à des genres dits mineurs avec Lucio Izzo, qui traite de l’influence de la littérature américaine en Italie sur un certain type de production littéraire au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Qui dit genre « mineur » pense d’emblée au polar. Perle Abbrugiati y sacrifie avec une nouvelle d’Andrea Camilleri ayant pour protagoniste, outre le toujours sympathique commissaire Montalbano, un italo-américain d’ascendance pirandellienne.

26Puis intervient le cinéma avec trois passionnantes études de Georges Ulysse, José Pagliardini et Brigitte Maurin. Good morning Babilonia de Paolo et Vittorio Taviani, objet de l’analyse de Georges Ulysse, nous fait remonter à l’époque des grandes vagues d’émigration italienne et de la participation américaine à la Première guerre mondiale. José Pagliardini nous plonge dans l’univers du western ‘spaghetti’ avec les quatre chefs-d’œuvre de Sergio Leone. Quant à Brigitte Maurin, elle a délibérément choisi d’examiner un film aux antipodes des productions américaines et s’en explique.

27Le théâtre, avec ma propre contribution, fermera la boucle des interférences italo-américaines en amenant au devant de la scène un Vittorio Gassman auteur-acteur : unissant son admiration pour Dante et sa passion de toujours pour Melville par l’intermédiaire de la traduction de Cesare Pavese, Gassman offrait, dans le cadre des célébrations du cinquième centenaire de la découverte de l’Amérique, une pièce d’argument à la fois italien et américain.

28Comme pour les numéros 3 et 4 d’« Italies », une nouvelle inédite de Chiara Basso, fruit de pérégrinations new-yorkaises, termine ce numéro 5 ; Chiara qui démontre, outre les facultés de chercheur-enquêteur mises en œuvre dans la première section de ce volume, un indéniable talent d’écrivain.

29À Michel Beynet ce cinquième numéro de notre revue « Italies », en gage de notre estime, de notre respect et de notre amitié.

30Brigitte Urbani, octobre 2001

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°5, Italie et Etats-Unis. Interférences culturelles, 2001.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Présentation », Italies [En ligne], 5 | 2001, mis en ligne le 09 octobre 2009, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/italies/2054

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals