Navigation – Plan du site
Routes parallèles, chemins croisés

L’Ouest de Sergio Leone : pistes et frontières  pour une approche historique et critique du western à l’italienne

José Pagliardini
p. 313-358

Résumé

Si Sergio Leone n’est pas l’inventeur du western italien, il est en revanche le chef de file d’une nouvelle école de réalisateurs de westerns, longtemps taxée de médiocrité parasitaire et frauduleuse en regard de la tradition hollywoodienne, puis réévaluée et partiellement réhabilitée à la lumière des productions majeures du cinéaste romain. Orienté par l’acception stricto sensu du mot “western”, cet article s’engage sur la piste de l’Ouest leonien, en respectant la succession chronologique, sémantique et symbolique des titres qui la jalonnent, afin de mieux comprendre non seulement l’originalité de Sergio Leone, mais aussi son influence sur ses épigones italiens et sur ses émules américains (les seconds l’ayant généralement mieux assimilée que les premiers).

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Amérique

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

Diatribe, controverse et palinodie

1En 1966, commentant la sortie parisienne de Pour une poignée de dollars, René Tabès, critique de cinéma, écrivait :

  • 1  « Image et Son », n° 195, juin 1966, p. 120.

Le plus achevé, le plus ambitieux et le plus ordurier des westerns européens. Odieux, malsain, sadique, le tout absolument gratuitement. De plus, il s’agit d’un plagiat du film de Kurosawa « Yojimbo », ce qui prouve l’honnêteté de l’entreprise, et que dire, par ailleurs, de l’exploitation de ce film en V.O. (américaine) lors de son exclusivité dans une salle des Champs-Élysées ? À fuir.1

  • 2  Quant à la similitude entre son film et Yojimbo (Le Garde du corps) d’Akira Kurosawa (1961), Leone (...)

2Cette condamnation sans appel n’est pas isolée. Elle reflète au contraire, assez fidèlement, l’état d’esprit dans lequel l’élite intellectuelle de la critique cinématographique italienne et, à sa suite, la critique française, ont fait le procès du premier western de Sergio Leone au milieu des années 60. Pour certains de ses juges, gardiens des traditions esthétiques, Leone bafouait et saccageait les valeurs d’un genre noble et consacré, réduisant le western à un vulgaire produit de consommation dont les arguments s’avéraient bassement commerciaux. Pour d’autres, mobilisés au nom de la sauvegarde d’une éthique, Leone s’adonnait sans la moindre justification historique à un étalage pernicieux de violences et de cruautés2.

  • 3  Pour une poignée de dollars (1964), Et pour quelques dollars de plus (1965), Le Bon, la Brute et l (...)
  • 4  Jean A. Gili, Un univers fabriqué de toutes pièces, in « Cinéma 69 », n° 140, novembre 1969, pp. 6 (...)
  • 5  Gaston Haustrate, Faut-il brûler les westerns italiens ?, in « Cinéma 71 », n°154, mars 1971, pp.  (...)
  • 6  Michel Ciment, Un sophisme pathétique. Il était une fois dans l’Ouest, in « Positif », n° 110, nov (...)
  • 7  Alain Garel, Il était une fois le western de Sergio Leone, in « La Revue du Cinéma. Image et Son » (...)
  • 8  Françoise Navailh, Un rénovateur de mythes, in « La Revue du Cinéma. Image et Son », n° 395, juin (...)
  • 9  Bill Krohn, La planète Leone, in « Cahiers du cinéma », n° 422, juillet-août 1989, pp. 10-13.

3À la fin des années 60 (après la sortie d’Il était une fois dans l’Ouest) et au début de la décennie suivante, la critique dispose d’un corpus de quatre westerns de Sergio Leone3. Elle prend ainsi un recul salutaire pour porter un regard plus contrasté et plus contradictoire sur cette production. Dans la controverse qui en résulte, on distingue trois tendances : l’accusation (Un univers fabriqué de toutes pièces)4, le doute (Faut-il brûler les westerns italiens ?)5 et la défense (Un sophisme pathétique)6. Au verdict, c’est néanmoins la réhabilitation de Sergio Leone qui l’emporte, et elle ne cessera de se confirmer par la suite (Il était une fois le western de Sergio Leone7, Un rénovateur de mythes8, La planète Leone9, etc.). Certains critiques vont même jusqu’à faire amende honorable :

  • 10  Palinodie de Jean A. Gili à propos d’Un univers fabriqué de toutes pièces (cit.), in Gian Lhassa e (...)

[...] avec le recul, je juge mon article complètement “à côté” à la fois des qualités spécifiques de Leone, qui sont éminentes, et des objectifs poursuivis par les auteurs du western italien à la meilleure époque. Pour avoir revu récemment certains des premiers westerns de Leone, je dois dire que j’ai été impressionné par tout ce que je n’y avais pas vu à leur sortie.10

  • 11  Le premier western date de 1903 : Le Vol du rapide (The Great Train Robbery), d’Edwin Stratton Por (...)

4En fait, il semble que dans de nombreux cas les réactions négatives à l’égard des westerns de Sergio Leone aient été engendrées par une confusion entre le mythe de l’Ouest, qui repose sur des bases historiques, et le mythe du western, qui s’inscrit dans un cadre esthétique ou rhétorique. En d’autres termes, ce que les critiques ont d’abord reproché à Sergio Leone, c’est d’avoir usurpé et dénaturé l’histoire de l’Ouest américain, alors qu’en réalité ce sont les conventions du western que Leone bousculait. Dans une tradition cinématographique de plus d’un demi-siècle11, on avait pu voir des westerns dramatiques (la plupart), des westerns comiques et même des westerns musicaux. Mais Leone a été le premier réalisateur à opérer l’amalgame du drame et de l’humour pour donner naissance au western ironique, voire cynique.

5En outre, avant Leone, rarement le western avait dépassé une image hollywoodienne stéréotypée, convenue et convenable de la réalité du Far West. Or, ce dépassement est le fondement même du western leonien, moins dans la réécriture d’une histoire de l’Ouest qui n’est qu’un vague référent, que dans un souci d’authenticité qui s’attache aussi bien aux signes extérieurs caractérisant les personnages qu’aux mobiles de l’action. Physique négligé, tenue vestimentaire, armes, mais aussi motivations psychologiques, pour l’essentiel vénales, deviennent les principaux vecteurs d’une vision nouvelle et réaliste de l’Ouest américain dans le cinéma.

6Au terme de la phase introductive de cette étude, un scrupule tout intellectuel nous pousse à prendre position. Grand amateur des westerns de John Ford, Howard Hawks, Raoul Walsh, Anthony Mann et John Sturges, nous confessons avoir longtemps dénigré les westerns italiens en général et ceux de Sergio Leone en particulier. À l’instar de Jean A. Gili (mais le talent d’historien et de critique en moins), nous faisons ici notre mea-culpa.

7Cela dit, notre article ne se veut ni un simple exercice d’école ni, a fortiori, un pensum. Il est dicté à la fois par l’hommage que nous souhaitons rendre à Michel Beynet, cinéphile averti, et par le réel plaisir que nous avons éprouvé à revoir, dans un passé récent, non seulement les westerns mais aussi les autres films de Leone.

8Pour ces diverses raisons, et loin de prétendre à une quelconque exhaustivité, nous allons essayer de mieux cerner la place, la forme, l’idéologie et l’influence des westerns de Sergio Leone. Nous commencerons par rétablir ce que nos recherches nous ont amené à considérer comme la “vérité historique” quant aux origines du western italien et européen, libérant le cinéaste romain du fardeau indu d’une paternité que la critique lui attribue fréquemment de façon hâtive et erronée. Nous fixerons les limites de la dénomination “western” dans la production leonienne et, plus généralement, italienne. Enfin, en nous fondant principalement sur l’étude des titres de ses films, nous mettrons en lumière quelques éléments majeurs, constitutifs de l’Ouest de Sergio Leone, contributions indéniables au renouveau du western (voire d’autres genres cinématographiques) d’abord en Italie, puis en Amérique.

Western italien et western européen

  • 12  Il le deviendra peu de temps après, sous l’étiquette de “spaghetti western” forgée par les América (...)

9Dans la citation de René Tabès, une relecture de la première phrase, en laissant de côté le jugement de valeur, nous apporte deux informations complémentaires. D’une part, la fin de la phrase indique explicitement qu’en France, en 1966, le western italien n’est pas encore considéré comme un genre national transalpin à part entière12, mais doit être replacé dans un cadre plus large de productions européennes de westerns. D’autre part, l’emploi réitéré du superlatif relatif suggère implicitement que Sergio Leone n’est pas l’inventeur du western européen. Nous pouvons ajouter qu’il n’est pas, non plus, le père fondateur du western italien qu’ont fait de lui, trop souvent et à tort, les “exégètes” de ce genre cinématographique.

  • 13  Rappelons que Sergio Leone est né le 3 janvier 1929, à Rome (où il est mort le 30 avril 1989).
  • 14  Mais, en 1909, Bice Valerian avait déjà été la vedette d’une “imitation de western” dans une produ (...)

10En revanche, Sergio Leone se considère bien comme le fils de “l’inventeur” du western italien, Vincenzo Leone13. Sous le pseudonyme de Roberto Roberti, en effet, son père réalisa en 1913 le premier western italien : La vampira indiana, où la future mère de Sergio Leone tenait le rôle de l’Indienne, sous le nom d’artiste de Bice Valerian14.

  • 15  Cow-boy (1907), Le Desperado (1910), Arizona Bill (1911-1912) (cf. Jean Tulard, Dictionnaire du ci (...)
  • 16  Adaptation de L’or (1925), de Blaise Cendrars, le film évoque l’émigration en Californie, en 1838, (...)
  • 17  Le mélodrame de Puccini est l’adaptation d’une pièce américaine de David Belasco : The Girl of the (...)
  • 18  Bien des années plus tard, entre 1965 et 1968, Giorgio Ferroni signera quatre westerns spaghetti.

11À l’échelle européenne, déjà entre 1907 et 1912, l’acteur et réalisateur français Joë Hamman avait fait du western sa spécialité, en mettant en scène, entre autres, son personnage favori d’Arizona Bill dans les prairies marécageuses de la Camargue15. En 1936, l’Allemand Luis Trenker, lui aussi acteur et réalisateur, présentait au festival de Venise son film Der Kaiser von Kalifornien (L’Empereur de Californie), considéré comme le premier western européen significatif16. Le cinéma nazi allait encore produire deux westerns mineurs, aux titres originaux en anglais (Sergeant Berry, en 1938 ; Gold in New Frisco, en 1939), et une œuvre majeure en 1939 : Wasser für Canitoga (devenue, en français, Drame à Canitoga), d’Herbert Selpin, film dont la veine artistique est proche de celle de L’Empereur de Californie. Quelques années plus tard, dans l’Italie fasciste de 1941-42, un autre Allemand, Carl Koch, réalisait Una signora dell’Ovest. Il s’agit de l’adaptation d’un roman de Pierre Benoît, dont les extérieurs furent tournés en Ciociaria. Les accents mélodramatiques du film résonnèrent à l’époque, dans la mémoire collective italienne, comme l’écho d’un opéra national de 1910 : La fanciulla del West, de Giacomo Puccini17. Du reste, en 1943, l’éclectique cinéaste italien Giorgio Ferroni en proposait une parodie intitulée Il fanciullo del West, avec l’acteur comique Erminio Macario dans le rôle principal18.

  • 19  Romancier populaire prolifique (soixante-dix romans), Karl May (1842-1912), est comparable à Gusta (...)
  • 20  Il s’agit presque toujours de coproductions italo-espagnoles, pour lesquelles des techniciens ital (...)

12Suivent quelque vingt années d’âge d’or du western américain qui excluent toute velléité notoire d’imitation européenne. Puis, au début des années 60, l’amorce d’un déclin à Hollywood génère en Europe un incroyable sursaut d’opportunisme, d’abord en Allemagne et en Espagne, ensuite en Italie. Ainsi, à partir de 1962, les Allemands adaptent en onze films, dans les décors naturels de la Yougoslavie, la saga littéraire du chef indien Winnetou. Leur démarche n’a cependant rien d’un plagiat hollywoodien, et elle fonde sa légitimité sur le fait qu’il s’agit de porter à l’écran l’œuvre romanesque de Karl May, un écrivain national19. Dans le même temps, les Espagnols revisitent abondamment et intra-muros le mythe éculé de Zorro20.

  • 21 Un dollaro di fifa, de Giorgio Simonelli (1960), Il terrore dell’Oklahoma, de Mario Amendola (1960) (...)
  • 22  C’est le pseudonyme adopté par Sergio Leone (Bob Robertson = Robert, fils de Robert) en hommage à (...)

13En Italie, entre 1960 et 1962, sont produits quelques westerns comiques ou parodiques, classés à la rubrique “comédie” des catalogues du cinéma21. Mais dès 1963, confrontés à l’épuisement imminent du filon commercial que représentait le péplum depuis dix ans, et à une prospection assidue mais éphémère du cinéma d’espionnage (1965-66), producteurs et réalisateurs explorent un nouveau territoire de prospérité financière : le western dramatique et violent, avec des ambitions décuplées par le succès populaire que remporte, l’année suivante, Per un pugno di dollari, de Bob Robertson22.

  • 23  Cf. Gian Lhassa et Michel Lequeux, op. cit., pp. 121-127, et Luca Beatrice, Al cuore, Ramon, al cu (...)
  • 24  Outre les films de Sergio Leone déjà cités, nous retiendrons : Django (1966) et Le Grand Silence ( (...)
  • 25  Cette variante idéologique a eu pour conséquence inattendue, en Italie, une interprétation séditie (...)

14Durant une période approximative de vingt ans, comprise entre 1960 et le début des années 80, on dénombre plus de cinq cents westerns produits et coproduits en Italie, avec un pic d’environ soixante-quinze films, atteint en 196823. Sur un plan purement qualitatif, les meilleures productions sont dues à un trio de réalisateurs du même prénom : Sergio Leone, Sergio Corbucci et Sergio Sollima ; mais encore à Duccio Tessari, Damiano Damiani, Enzo G. Castellari (pseudonyme d’Enzo Girolami) et Tonino Valerii. Les résultats les plus convaincants sont généralement atteints avant 1970, beaucoup plus rarement au-delà24. D’ailleurs, un double virage est amorcé au début des années 70, d’une part vers la farce et l’autodérision qui dénotent la décadence du genre et préfigurent son extinction ; d’autre part vers une intégration thématique croissante de la révolution mexicaine qui, selon nous, remet en question la notion même de “western”25. Ce dernier point nous semble important dans l’optique d’une approche conceptuelle du western, aussi bien américain qu’italien, et nous le développerons plus loin.

  • 26  Nous empruntons l’expression à Alain Garel (op. cit.).

15Par un rapide survol cinématographique nous avons rendu à Sergio Leone la place qui, d’un simple point de vue “diachronique”, lui revient dans l’histoire du western italien et européen. Après avoir démontré, nous l’espérons, que Sergio Leone n’est pas le père légitime du western italien (lorsque sort sur les écrans Per un pugno di dollari, vingt-cinq autres westerns italiens l’ont précédé), la suite de notre étude va s’attacher à établir qu’il peut, en revanche, être considéré à bon droit comme le théoricien ou le “législateur”26 du genre, l’homme qui a fait évoluer le western italien en western “à l’italienne”.

Pour une poignée de films

  • 27  Voir la filmographie de Sergio Leone, à la fin de l’article.
  • 28  Sergio Leone collabora, entre autres, à la réalisation de Quo vadis (Mervyn Le Roy, 1951), Hélène (...)
  • 29 Mon nom est Personne (Tonino Valerii, 1973), Un génie, deux associés, une cloche, (Damiano Damiani, (...)

16Sergio Leone est un cinéaste de peu de films, à la fois par choix personnel et parce que sa carrière a été prématurément interrompue par une crise cardiaque, un soir d’avril 1989. En tant que réalisateur, son nom est crédité au générique de sept longs métrages, produits entre 1960 et 198427. Cela dit, à partir de 1945, il a participé à l’écriture ou à la mise en scène de nombreuses productions et superproductions (plus de cinquante), en tant qu’assistant, co-scénariste ou directeur de seconde équipe, se faisant une spécialité du réglage des scènes d’action dans les péplums28. En outre, au cours des années 70 il a été le producteur de deux westerns italiens réalisés par d’autres metteurs en scène, ainsi que de trois comédies29.

17Dans l’approche filmographique de la carrière de Leone, il est d’usage de regrouper ses films réalisés entre 1964 et 1984, en deux trilogies distinctes : l’une dite “des dollars”, l’autre dite “américaine”. Les raisons de ces regroupements tiennent à des considérations d’ordre thématique, à la présence réitérée de certains acteurs et types humains, ou encore au simple effet anaphorique des titres. En ce qui concerne le premier triptyque (Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus, Le Bon, la Brute et le Truand), le propos du réalisateur est délibéré. Il s’agit clairement d’un cycle monté en boucle, de telle sorte que la fin du troisième volet présente un élément narratif qui préfigure l’ouverture du premier volet (en l’occurrence l’épisode du poncho sur lequel nous reviendrons).

  • 30  Dans l’enchaînement des titres italiens l’effet est amoindri par le démarcage du deuxième volet : (...)

18Le second triptyque s’est constitué de manière plus fortuite et graduelle : Il était une fois dans l’Ouest, Il était une fois la révolution, Il était une fois en Amérique. Sa réalisation, en effet, est nettement plus étalée dans la carrière de Leone (seize ans séparent le premier et le troisième volet, contre deux ans dans le triptyque précédent), mais aussi dans le temps diégétique des films (avec ici un arc historique séculaire, contre une décennie dans la trilogie des dollars). Le regroupement des trois Il était une fois... trouve, au-delà de l’anaphore explicite des titres français30, une double justification implicite, sous la forme d’une progression spatiale et temporelle : sur le plan géographique il s’agit d’un balayage de l’Amérique d’Ouest (première frontière américaine) en Est, en passant par le Sud (deuxième frontière) ; sur le plan historique une démarche chronologique organise une périodisation allant de la conquête de l’Ouest à la révolution mexicaine, puis de la révolution mexicaine à la Prohibition (avec ses conséquences jusqu’en 1968, pour le héros du troisième volet). On pourrait encore relier les trois films en se fondant sur des paramètres techniques (la construction des plans, la dilatation du temps, le recours au flash-back, l’omniprésence de la musique et la filiation musicale d’un film à l’autre), mais toute entreprise visant à ériger entre eux de fragiles ponts thématiques nous paraît hasardeuse et peu crédible. Nous préférons nous en tenir à la notion, au demeurant consensuelle, de “vaste fresque” consacrée à l’Amérique.

19D’un autre point de vue, celui de la spécificité des genres cinématographiques, il est communément admis que Sergio Leone est l’auteur de cinq westerns : la trilogie des dollars et les deux premiers volets de la trilogie américaine. Or, selon nous, considérer Il était une fois la révolution comme un western, c’est commettre un contresens géographique, historique et sémantique. Cela revient d’une part à situer l’Ouest des États-Unis au Sud du Rio Grande, et d’autre part à assimiler une problématique intrinsèquement mexicaine à des thèmes tels que la conquête de l’Ouest ou la guerre contre les Indiens, propres à l’histoire nord-américaine. Cette confusion fréquente, qu’elle soit le fruit de l’ignorance ou de la facilité, n’est pas acceptable. En ce qui concerne le film de Leone, les répliques mexicaines des lieux communs du western, comme l’attaque de la banque de Mesa Verde, de la diligence de San Felipe et des trains du Ferrocarril de Mexico ne suffisent pas à faire d’Il était une fois la révolution un western, car le film se fonde sur une réalité géoéconomique et un contexte sociopolitique complètement coupés de ceux du Far West.

  • 31  On pourra consulter avec profit l’article de Vincent Pinel, Le western, in Écoles, genres et mouve (...)
  • 32  Rappelons que les deux premiers films traitent de la guerre de Sécession, tandis que le troisième (...)

20Nous entrons ici, par la porte souvent empruntée du Mexique et de sa révolution (deuxième décennie du XXe siècle), dans un débat où peu de critiques et d’historiens s’aventurent : la définition des limites thématiques, géographiques et chronologiques du western31. Déjà, dans la production américaine, la question se pose et, nous semble-t-il, s’impose pour de nombreux films labellisés “western”. Ainsi, La Charge victorieuse (John Huston, 1951), Les Cavaliers (John Ford, 1959)ou Alamo (John Wayne, 1960), ne sont-ils pas des films de guerre considérés à tort comme des westerns32 ? De même, lorsque l’action se déroule très en deçà du Missouri, comme dans Les Aventures du capitaine Wyatt (Raoul Walsh, 1951) et dans L’Expédition du Fort King (Budd Boetticher, 1953), qui sont deux films mettant en scène des Indiens Séminoles et où, par conséquent, les marais de la Floride remplacent les prairies de l’Ouest, peut-on encore parler de “westerns” ? Cette interrogation est aussi légitime en ce qui concerne les films dont l’action est située très au Nord, au Canada (Les Tuniques écarlates, Cecil B. De Mille, 1940 ; La Brigade héroïque, Raoul Walsh, 1954) ou en Alaska (Les Écumeurs,Ray Enright, 1942 ; Le Grand Sam, Henry Hathaway, 1960).Et que dire de ces westerns anachroniques dans lesquels l’automobile et la motocyclette le disputent au cheval (Un homme fait la loi, Burt Kennedy, 1969), ou dont le cadre temporel est postérieur à la Première Guerre mondiale, voire à la Seconde Guerre (Le Mors aux dents, Burt Kennedy, 1965) ?

  • 33  Dans ce courant de westerns sud-américains, le film Butch Cassidy et le Kid (George Roy Hill, 1968 (...)

21Mais un tel débat nous entraînerait bien au-delà de notre propos et nous nous limiterons à un recentrage sur la problématique de la révolution mexicaine. Afin de ne pas faire l’impasse sur une fraction non négligeable de la production “westernienne”, nous nous proposons d’énoncer une règle simple, empirique et peu restrictive, permettant d’appeler “western” un film dont l’action se déroule au Mexique : il faut et il suffit qu’il existe un lien narratif plus ou moins substantiel avec l’Amérique du Nord33. Trois configurations sont alors possibles mais, dans tous les cas, parmi les protagonistes de premier plan doivent figurer un ou plusieurs Nord-Américains :

22– L’action se déroule sur la frontière avec le Mexique.

  • 34  C’est le cas dans Et pour quelques dollars de plus.

23– L’action se déroule en partie seulement au Mexique34.

  • 35  Pour une poignée de dollars s’inscrit à la fois dans cette configuration et dans la première.

24– L’action se déroule entièrement au Mexique, mais à la condition sine qua non qu’il y ait effectivement des Yankees parmi les héros35.

  • 36  Ainsi, parmi les productions américaines, n’ont pas droit de cité à la rubrique “western” des film (...)

25Pour ces gringos, le franchissement de la frontière vers le Sud est généralement motivé par le banditisme, la nécessité de fuir les autorités du Nord, l’appât du gain, la prime pour une recherche ou une capture, le commerce des armes et, plus rarement, par l’esprit d’aventure, la défense d’une cause, la philanthropie et le sens du sacrifice. Cela n’exclut pas, cependant, la possibilité de rédimer les pécheurs par le basculement de l’intrigue, d’une quête peu glorieuse vers une noble entreprise36.

  • 37  Les titres italiens d’El Chuncho et d’Il était une fois la révolution ont déjà été cités aux notes (...)

26Si le cinéma américain respecte, en règle générale, ces schémas structuraux, le western italien, lui, très “mexicanisé” pour des raisons que nous expliquerons, connaît, entre 1967 et 1971, un mouvement de dérive qui conduit à la création d’un courant de films “révolutionnaires” ayant parfois un lien ténu avec l’Amérique du Nord, ou même pas de lien du tout : El Chuncho (Damiano Damiani, 1967), Tue et fais ta prière (Carlo Lizzani, 1967), Compañeros (Sergio Corbucci, 1970), Et viva la révolution ! (Duccio Tessari, 1971), Il était une fois la révolution (Sergio Leone, 1971)37. Quand de surcroît le protagoniste allogène n’est pas nord-américain mais suédois, comme dans le film de Corbucci, russe comme dans le film de Tessari, ou irlandais comme dans celui de Leone, on ne peut plus parler légitimement de western. S’y hasarder relève alors du seul arbitraire critique.

  • 38  Guido Guidi (Vittorio Gassman), histrion anticlérical qui enchaîne les déguisements, et don Albino (...)

27De la dérive au débordement il n’y a qu’une encablure que les Italiens ont franchie dans Le Cangaceiro (Giovanni Fago, 1969) dont l’action se déroule au Brésil avec un héros hollandais, et dans Mais qu’est-ce que je viens foutre au milieu de cette révolution ? (Sergio Corbucci, 1972), qui verse dans la parodie débridée où semblent se croiser les chemins respectifs du Mattatore et de Don Camillo38.

28Ces divers constats d’écart par rapport à la norme d’un genre bien défini et codifié nous confortent dans l’opinion que le film de Leone, Il était une fois la révolution, n’est pas un western. Par ailleurs remarquable à plus d’un titre, cette œuvre appartient à un genre hybride qui participe à la fois du film d’aventures, du film de guerre et du film politique, tout en présentant des similitudes indéniables avec le western traditionnel. Somme toute, Il était une fois la révolution est un exemple filmique achevé, qui illustre parfaitement l’ambiguïté de certaines productions cinématographiques hâtivement assimilées à l’épopée “westernienne”. Cela suffit, à nos yeux, pour ne pas retenir ce film dans notre corpus qui se limite ainsi à quatre westerns.

Une rhétorique pervertie

29Le détournement des codes du western, chez Sergio Leone, commence dans l’inversion du phrasé narratif classique, qui résulte de la succession des titres de ses films :

 « Pour une poignée de dollars et pour quelques dollars de plus, le bon la brute et le truand il était une fois dans l’Ouest. »

  • 39  Cf. Vladimir Propp, Morphologie du conte, Paris, Seuil, 1970, p. 36 et passim.

30Dans la Morphologie du conte, Vladimir Propp a clairement défini les règles structurelles de fonctionnement du conte. Tout conte est composé d’une ouverture suivie de fonctions. L’ouverture ou “situation initiale” est une exposition qui donne d’abord une définition spatio-temporelle, puis une nomenclature des personnages. Alors seulement, apparaissent les fonctions qui construisent la dynamique événementielle du récit39. Si l’on veut bien comparer l’enchaînement phrastique des titres des westerns de Leone au schéma morphologique explicité par Propp, on constate que la lecture de ces titres évoque l’incipit renversé d’un conte. Sergio Leone nous raconte une histoire en commençant par énoncer une fonction implicite et réitérée (avec la répétition de “dollars”, lexème dont le faisceau sémique est, nous allons le voir, particulièrement connoté), pour passer ensuite à l’énumération des protagonistes et terminer par la situation spatio-temporelle.

  • 40  En italien : « Per un pugno di dollari, per qualche dollaro in più, il buono, il brutto, il cattiv (...)
  • 41  Cf. Yveline Baticle, Clés et codes de l’image, Paris, Magnard, 1985, pp. 36-37.

31Le phénomène est, à peu de chose près, vérifiable aussi avec les titres en version italienne (un accord grammatical à modifier) et en version anglaise40, grâce à une convention à la fois commerciale et linguistique qui respecte une traduction au plus près dans les trois langues, situation peu commune, surtout en ce qui concerne les westerns, si l’on en croit Yveline Baticle41.

32Par cette formulation pervertie, Sergio Leone s’attaque, in limine dans la forme et ex abrupto dans l’idéologie, à l’un des aspects les plus sacrés et consacrés de la mythologie du western américain. En l’occurrence, il substitue la logique égocentrique et vénale du bounty hunter ou bounty killer (chasseur de primes) à la logique stéréotypée, altruiste et magnanime du cow-boy et du justicier. L’insistance liminaire sur les dollars, en effet, suggère que dans l’Ouest la cupidité est la cause première de toute entreprise. De même, sur le plan formel structuraliste, la cupidité apparaît comme la première fonction du “conte selon Sergio Leone”. Cet intérêt des personnages pour l’argent est en outre souligné par la faible quantité de dollars considérée (Pour une poignée..., et pour quelques... de plus). Plus la quantité est dérisoire, plus la suggestion de la cupidité est forte. En 1987, interrogé sur la grande importance de l’argent dans ses films, Leone répondait :

  • 42  Noël Simsolo, op. cit., p. 92.

Il est le seul vrai moteur du comportement des personnages. Et, surtout, c’est l’Amérique. Quand on rencontre quelqu’un dans ce pays, on ne lui demande pas : « Comment ça va ? » On lui demande :« Combien tu gagnes ? » ou « Est-ce que les affaires sont bonnes ? » Dans beaucoup de bars, le premier dollar gagné est encadré au-dessus du comptoir.42

  • 43  Dans la version française.

33L’effet minimaliste obtenu, sur le plan de l’expression, dans les titres des deux premiers westerns de Sergio Leone, traduit a contrario l’aspiration majeure des personnages à s’enrichir, c’est-à-dire à tuer pour percevoir une prime. C’est la règle en vigueur dans l’Ouest de Leone, telle qu’on la lit sur un carton du générique de Et pour quelques dollars de plus43: « Là où la vie n’avait aucune valeur, la mort parfois avait son prix ».

Et pour quelques titres de plus

  • 44  Il faut dire que le titre Rio Bravo avait déjà été utilisé, en 1950, pour la version italienne de (...)
  • 45  Cf. note 21. On peut ajouter que très rarement, avant 1960, le mot “dollar(s)” avait figuré dans u (...)
  • 46  Sur le rôle déterminant du marché du cinéma, dans ce domaine, cf. Groupe , Rhétoriques particuliè (...)

34Dans l’histoire du titrage des westerns, en Italie, le thème du dollar devient récurrent à partir de 1959, avec Un dollaro d’onore, titre sous lequel est distribué, au-delà des Alpes, le film Rio Bravo, d’Howard Hawks44. On le retrouve l’année suivante, sous forme parodique, avec Un dollaro di fifa45. Dans les deux cas les implications suggérées ne sont pas d’ordre vénal mais d’ordre moral. C’est bien Sergio Leone qui va, quatre ans plus tard, donner une nouvelle dimension au thème du dollar en frappant le titrage des westerns au coin de l’intérêt, de la cupidité sommaire et de la vénalité meurtrière. Cela déclenchera un véritable processus hémorragique d’imitations, de parodies et de surenchères conatives, qui durera jusqu’à ce que l’usure et le marché du cinéma y mettent un terme46.

35Entre 1964 et 1973, nous avons pu dénombrer vingt-huit westerns italiens dont le titre contient le mot “dollaro” ou “dollari”. Certains pastichent le concept leonien d’une faible quantité indéfinie : Per qualche dollaro in meno (Mario Mattoli, 1966), Per pochi dollari ancora (Giorgio Ferroni, 1967), Pochi dollari per Django (Leon Klimowski, 1967) ; ou nombrable : Tre dollari di piombo (Pino Mercanti, 1964), 4 dollari di vendetta (Alfonso Balcazar, 1965), Cinque dollari per Ringo (Ignacio F. Iquino, 1966), 7 dollari sul rosso (Alberto Cardone, 1966). D’autres, au contraire, avancent des sommes substantielles, voire inflationnistes : Per mille dollari al giorno (Sergio Amadio, 1966), 5.000 dollari sull’asso (Alfonso Balcazar, 1964), 20.000 dollari sul sette (Alberto Cardone, 1967), 100.000 dollari per Ringo (Alberto de Martino,1966), ...e continuavano a fregarsi il milione di dollari (Eugenio Martin, 1971). Bien que le thème du jeu soit aussi présent, le plus souvent les dollars, que les sommes soient faibles ou fortes, sont associés à la mort dont ils constituent la cause ou le prix : Per un dollaro a Tucson si muore (Mario Bianchi, 1964), 100.000 dollari per un massacro (Romolo Guerrieri, 1966), Per 100.000 dollari t’ammazzo (Giovanni Fago, 1967), 20.000 dollari sporchi di sangue (Alberto Cardone, 1969). Et cela même quand le montant reste inconnu : La morte non conta i dollari (Riccardo Freda, 1967), Per una bara piena di dollari (Demofilo Fidani, 1971) ; ou quand la mort n’est qu’implicitement évoquée : Sentivano uno strano, eccitante, pericoloso puzzo di dollari (Italo Alfaro, 1973).

  • 47  Du reste, de l’aveu même de Leone, le titre Et pour quelques dollars de plus a jailli dans son esp (...)

36Chez Sergio Leone, cependant, il n’existe pas de véritable lien entre les quantités dérisoires de dollars suggérées par les titres, et les primes bien supérieures et grandissantes, perçues par les protagonistes (deux fois cinq cents dollars dans le premier film ; puis, successivement, mille, deux mille et vingt-neuf mille dollars dans le deuxième)47. Par ailleurs, la comptabilité qui accompagne la mort ne se chiffre pas qu’en dollars, elle s’exprime aussi en nombre de cercueils et de cadavres, donnant lieu à des décomptes erronés, sources d’une macabre et cynique ironie arithmétique (trois cercueils commandés pour quatre morts, dans Pour une poignée de dollars ; et un cadavre provisoirement manquant, dans la charrette mortuaire, à la fin de Et pour quelques dollars de plus).

“Cow-boys” à l’italienne : techniques pour un portrait

  • 48  En ce qui concerne les particularités rhétoriques des titres à trois syntagmes, on pourra lire les (...)

37Avec le troisième volet de la trilogie des dollars, Leone met en scène trois protagonistes qui, comme dans une parodie de fable, apparaissent dès le titre sous leur trait caractéristique dominant : Il buono, il brutto, il cattivo. C’est la première fois – et l’unique – dans la filmographie du réalisateur, que les protagonistes figurent dans un titre dont, en l’occurrence, ils sont même les seuls éléments constitutifs48. Le procédé sera repris par quelques épigones de Leone, dans des proportions toutefois bien inférieures à celles que nous avons évoquées à propos des titres des deux films précédents, parfois avec des variations : Un uomo, un cavallo, una pistola (Luigi Vanzi, 1967), Una colt, cinque dollari, una carogna (Richard Chardon, 1967), L’uomo, l’orgoglio, la vendetta (Luigi Bazzoni, 1968) ; mais également dans l’esprit du modèle : Il bello, il brutto, il cretino (Gianni Grimaldi, 1967), Il Bianco, il Giallo, il Nero (Sergio Corbucci, 1974), et surtout Un genio, due compari, un pollo (Damiano Damiani, 1975) qui est, rappelons-le, un film produit par Sergio Leone. À la différence des westerns américains riches en titres descriptifs d’un lieu, d’une action, d’un coup de force, d’un acte héroïque ou d’une épopée, Leone et ses collègues transalpins, réduisent ici le titrage de leurs films à la simple désignation du ou des héros. Ils mettent ainsi en évidence une caractéristique fondamentale des westerns italiens, que le sémiologue Ignacio Ramonet définit en ces termes :

  • 49  Ignacio Ramonet explique aussi comment cette polarisation sur le héros engendre des titres où celu (...)

[...] leur vrai sujet n’est autre que le héros lui-même avec ses qualités et ses performances dont la fiction exposera le plus grand nombre de la manière la plus spectaculaire possible.49

  • 50  Nous donnons ici les durées de nos propres enregistrements, qui ont l’avantage d’être vérifiables (...)

38Le Bon, la Brute et le Truand est, sur ce point, l’aboutissement ternaire d’une démarche engagée dès le premier volet du triptyque, et qui concerne aussi bien la manière de traiter le portrait individuel des héros que l’art de les associer (ou de les opposer). Dans le détail, la progression se fait sur plusieurs plans. On constate d’abord une croissance numérique des protagonistes, synchrone avec l’addition des différentes périodes de la trilogie : un héros pour le premier volet, deux héros pour le deuxième volet, trois héros pour le troisième volet. Une des conséquences de cette évolution parallèle estle gain diégétique croissant qui, d’un film à l’autre, épaissit l’intrigue. Sur le plan temporel, cela se traduit par un très net étirement de la durée filmique (premier film : 1h31 en version française et 1h35 en version italienne ; deuxième film : 2h06 dans les deux versions ; troisième film : 2h35 en version française et 2h46 en version italienne)50.

  • 51  La vengeance est un véritable leitmotiv dans le western italien. Chez Leone, elle est le fil condu (...)

39Consacrer plus de temps à l’évocation de héros divers et dissociés est, certes, un facteur d’enrichissement pour le contenu du film (en introduisant, par exemple, le thème de la famille et celui de la vengeance51 pour l’un d’entre eux : nous pensons ici au personnage de Mortimer, interprété par Lee Van Cleef, dans le deuxième volet). Euxième voleiga banqoisième voleisaue de Pt pour quelques dollars de plus<; ea charse cu thisio vole de d’artme fonfodé re, Lans Le Con, la Brute et le Truand),

30 Mis d’one part ,associer (es protagonistes fe vaeu pas dre les

  • 45  NFançaiser Nvaitlh op. cit., p. 959

IQi est,bonn? CQi est,bmauait ?Et ci couvait ul même,homme pluac dans ues coironstatces defférentes ?Eem>Le Bon, la Brute et le Truand eont paesqueinterphocneable et lesus sugrombsarbitraire s

30 ergio Leone qyremadieshumaoistique ent dn prcédnt, pu coœr de p’action ,e des darêt, sugr mage 30 ’autrespart ,auand ln acte r est dre,pleoy d’un cilm à l’autre,sacs lslution pd continuaté, nl pervonnagesqu’il yntcare est lreonduit ans la paluprt de les coractéristique sinitiale ,dême,hsil ysubt qulques dodifieations sui oer vnt del,eve de p’avai divl, le la sutuation perofssion nlle du de la fenu vaesimerntire, e bien Su’il yoit aonfornté e un gtnisrnnement darratif cefférenteet en ichis On catiosait sansi, pn Sême,hemps, lu cexgence sdu marché lu catant sdu mpublicet e une colenté eunvtare de croductions L’ixemple fe plus gntéresant qt le Tlus partnt est ,bien Snt dui celui de personnage dnterprété par LClnt dEastwooddans les trois lolets de la trilogie aes dollars,

  • 45  Dette icène tous racpelol, en rcheotrès nlint,in, laactueilsrésuerv au- iremr d’enxept on pTom Dst la href="#ftn51">(...)
  • <
  • 45  Il forte sependant, ians le premier ft dans laetroisième film le prenombde lJo, d’un ausge drès nlla href="#ftn51">(...)
  • /ul>

    33 Cehéros holr du compuns,que l’ao accoeilse à pan FMgue.l(Pour )par Les raisler is corain coevaluhe fn mauetsa class="footnotecall" id="bodyftn45" href="#ftn41">(53/a>, gossièe pessqualités eaesqueiugrumaines deot il n valpas de dérartir derant drois films L barab hisrste, Lcigarllo<.< Fonéat ils pourcels dl afix ceux du’il yroiserd’un aimpitoyble degarsddeanier si nguier lmsangusie churiosté, nÀinonie at de caurraox comtenu . Hros hsns notma class="footnotecall" id="bodyftn45" href="#ftn41">(5.sugrombmsp’aranser eu leAmériqain mans le premier film dl aeste ians l’esonsymatde nosve,u cugrombsaans les deux vilms uivante (deabord ue Mee voot puis uBlnditnou le pon,. On pe lui donnaît,pas de vamille et cl n’ead’autre pbu ans la pie nue de lmnnayr sen antcroyble ddxterita de miremr ,hsns nanifstern n douanué esxessivem n dahardement dsadque etversse Pour une poignée de dollars/em>, inlsous rait ia rblle dariosl, s l’ampruserdtyrnni ue de laaodeux camone et lei donne d l’argent dour l’unconuage à luir lvec seo cilm et sen majri; dens Le Con, la Brute et le Truand) dl avporte se rôonfortede doux cbouffes de nen mcigar et de la vhalur de pen majtenaue un gjeue sonlda surdste alonistjte

  • 51  CdI cattivo. (ee Van Cleef,)dans laetrtre driqginal,alors due “wem>in brutto,/em>. (EliWalslaha)donrespen (...)
  • /ul>

    334/span>L’emportance de le de nienrépigsod ne pient las de lement d la susticication iu segromb e “don, dent le caédimt le titre (5.qui verutdaire ld lui den ausociés on pui dfurnei des pvêteents coivl,,. Mme les seectaceur les plus sersopcatcs fe ver vnt dncore preondaît,r ces tvêteents ,coraio las aistincg vmalsous pen majtenau. Mas bien tô cl nevient rossible.nÀinentsficerla vhamine slairemet le Tgilt en spnauee lmnutn de la can>opierbien comnne de laaHmme dsns notm Cl se lui danqua Tlus pue le serchao Alors ,gtnisrnnvingt-ninq cminu sdvant 1a fin deufilm dorsque lBlnditnossimse à l’loniseet e ua mort dougjeue sSrdste dl avbndenne en euisemde lantc le,le danienaueeot il nlavait acuvertuet réicuprem n ua mlacen un polchaodosé drès daucadavre . Te est le setantagme frouve dar lergio Leone qour neus leaiser eensor que trus les cvénementi du film d(ont la fuerre ee Secessitn,.sont munérieur à celuxde deux premiers volets de la trilogie C’est ln ammn ge dn ebouce : Pour une poignée de dollars/em>, Euxfn, laesque,corain cdoi dncore psr vive l l’itcontrurneble ddel efinal

25 l s’atgit eà dncore d’une aègle : oclimax/em> et doint,d’ordge de laaction ,erès npectaculaire .Cette iègle en esoi n’est pas un nosve,u é cir exle est lnscrit de landg vdte da fesistremmythologieue des pmrce,ux denbruavore oubligs du Nestern iollaywooden . Mas borsque lergio Leone sel’appoprei dl ae selpive aas d’on ebouculem les chdes dt d’
  • 456/span>  Noël Simsolo,(Pp. cit., p.. 920-91)

ICmme dans le paroaboe eje joueavec les thdes . Jmmyammue et 2jammue etndétourneat ils phdes . Jmme faiscjusqu’à ce queil sretrouve t un iéalisé quiao ae reccontre qas deuve t uans les desterns.< Moi nj n’avi jaais vuee lesterns iéalisats. Et,si l’on emntrairtla vénrté, nn veurairtlBlley tiesKidmiremrcents ois avait derourhe ruelqu’un L’iuest déritable l’eadren c coir uvec le western . Jmmrétoe aomem lesjeu saueeocuerntire,

306/span> l sesartede dcePmods ouersndis/em> qui le surh de léalisam dui dhabt deone,est pfrtement demps repar un colenté eludque eaffihé C’est lroblble mnt s banisonsdour la uelqle dans la cine sn scène tes du es dl afat bien clavaouer,p’avhairege dludque ebrlle doun lte yvlatudu’il yccurte dorue éritable prrcevpion d’un céalisam deocuerntire,

37 Lewestern américain. offant déjà n lirge vvrntirlee lmiss n lcène teudu es: L’uHmme du xcolt, d’ord/em> daoEdard HDythryk en 19509,où cucunetes du eslstes feest lié, n dome,hless), pu lien dns laetem>sitonn, nieu de cpeaisirais ussi cd trus les cdnser s (omme dans uem>L’uHmme des varlées rrcu e/em>, id tGeoge vSteends 19753 ; meudu escollctivf,srait de manière plus pompalxem pn Sultipient paans.et doint, de vuepar l’eaffrntment de dux hgoupe anaagonistes (dn se feuveint des pfns respectifvs duePLa Pur uite infrnaile/em>, id tJohn Fod, 19846,et de cem>Rio Bravo, dit. )a class="footnotecall" id="bodyftn45" href="#ftn41">(5.; ou qncore peudu esce laahmme deul vfae d plus eur nne)mis(PL pruin. sifflra lrois fiis /em>, id treda Zine)man, 1965), qoire ie l’inplicite etbrayn u “crilee lvec un hroisième firemr ,hcneavarsden tuapidans l’opbre d(em>L’uHmme dui otua Liertoy Vlntce/em>, id tJohn Fod, 19862,

30< la din de Eour une poignée de dollars/em>, ians la cirge vre de lan FMgue.l le ficteà-dfae dui onposerp’aranser e pamoneet e uss sbres sst dérj une cfanchiesémanstrution iu sludqam dreendeque par Leene. l s a qeabord ue réppparation quiasinpectarle deslaaranser eans ln anuge de Mfume fbangcoleignséquences rtiefcierle d(u sns dab rait icmme du pns dpyroechniques)d’une axplioson quiil y proboquéesà la fois cour leffanyr se does expmacahia ,son estre,n lcène Le petror de p’amériqain mui veint définr se

  • 458/span>  Noël Simsolo, op. cit., p. 920. Ajnutn s pour lllustre ce pocose,que dans l ddel efinalde EVra l(...)
  • <

IDns ce dcas c’est lsjeu sur le hreenr ues convention s l s a qette poraste: « CQand ln ahmme duec un hreeolersdeccontre qn ahmme duec un has el,l’ahmme du preeolersdtt ln ahmme dort  »< Jmmyammue e propvertle conterire,(58/s>

309/span>Entiéalisé ,laaranser eacissoimul,sous pen molchaodne époaiserpoa uelqn Sêntll (ommropmis(rudmerntire,antre leartmuemet le Tgilt earer-ialls) omnre leauelqledorue les cialls)de Il était une fois lans l’Ouest /em>),

30 Aec Ut pour quelques dollars de plus) Sergio Leone siventiece que ,par uommeodsé ,lous anmmercns le vdoel eg oêntiques. Cl ient ln dux vilurens: (5<(trois ème volet). E’est lette pnqoisièmetion ig oêntiquesde laacffrntment due nous aésignans sombol,que ent dar la falurendu tripttle Quandtpu corcule dl yrnrespen ds l’ampance-arne tens le uel es hdfrutlmlaacffrntment Cl s’atgit eans Pt pour quelques dollars de plus, d’Hne acse procitsmentsen frrtmed Tercule daesimée dauebttaqgndu tguin. lAguacliente, phmbea valluqgndexicanns Dans lem>Le Con, la Brute et le Truand) de thèâte peudu escst lsjcmertère. rn dse land Hllu pu contre lduuel es hrouve lne valse zne,esqledussi coirulaire ,mais dsns ntnpbn, qui ovoque l pisto doun loirue ou d’une arne ,et deon les potte deterros dout eauaur qonstituent la macabre epublic/ class="footnotecall" id="bodyftn46" href="#ftn56">(60/a>. Le cine sn scène teseint dlors dhaoosraphieuelqn Ssappuyndtpsr trais comroslaesfilmique s:

30Lea équences eudu es,du modentseù cn vrimier fersonnage dntre ldns l’esrne ,eusqu’a modentseù c’un d’en cuavhautlmléfinitioveent ,duemetxcte ent cenq cminu sdans les deux vilms L’itirement deutemps st lsdaimentsen re enu dar le Nefftte donsjugus de lergio Leone,estdu comporstu r eEnio Mamroicoe Le pinémlse tilis nénériurseent ilavholle diesgaans. altreneat isns ce serpoa s naoyenssur le personnages ,poa s n’
  • 46  LRppelons-pue le sean tméricain. capt le tersonnage d moi-cuiser,alors due e plan tmoyenfe godtre le href="#ftn56">(...)
  • <
  • 46  NAnré aBazineonsidérem nonfortmmentse la friditionn,mue  Ce con-boy ett ln aoevalir »< u uel eomr e href="#ftn562>(...)
  • <

ILewestern agnane proaique ent de Tgosgaans qaesqueie sean tméricain./ class="footnotecall" id="bodyftn46" href="#ftn56">(61/a>, gl avffecionnelen 1ème volla htiaelleingqt le Tlaaneamque lui onent le madr deslaavhas me destetuent la cplnetud deslaampance

30 nen mcôé el ciuique,foulign la lontiecine sn slacende laacffrntment altreneat ies imstruuenti dt les phème L bmarue,fouane pistincteev eeudu es,dllustre par LEnio Mamroicoe ,st lsds lu uneterue l cenl de Mraimptte ,poisièmeasus aes pfomes eroche sdans les drois lolets de la trilogie a(aesqueinentsfue duns les deux vunnienr ) Le phème diuiqallquiil yrcoser,ausociésà l’lngissant qmmntge de sgaans.sd Leone, dénée vn cuis,sndtpsrsensoret sne cmanion qui les parsion ns de lestern ae ver vnt danqua r erappeoche r Terle qu’ol,ssotsedévaepvertl l’évcrue u colébe EDeue.lo ,lmsangcl,que scanion du l’actant La l mortedens lem>Lio Bravo aeedens lem>LAlamo/em>(63/a>.

304/span> Lewu esceoem>Il était une fois lans l’Ouest /em>)est lnlustre par Ln aosve,limstruuenti:
  • 465/span>  NAnré aGrsden,lem>Le Cécit ,lPrios, Hahiete ,p1993 p. 956

IL ciuique,,i lun aror ,deut ajoue le rôle dÀun dignafictt fouane piepersonnage : Il était une fois lans l’Ouest /em>)ee selmaerielisae-t-l yrs d’obord uar Ln aar deahatmonqal ?a class="footnotecall" id="bodyftn46" href="#ftn46" 465/s>

  • 466/span>  En caisonsdeounhreonua doins sppuyspu colr -hocmpplur lcs personnages
  • 46  De phème diuiqallqie Cheynne) (JaonsdRobrsds)est lnserprété pauebtnjo pour lFank (Hnrey Fndam)lnsele href="#ftn56">(...)

31 etdu’iAnré aGrsdenfobuervepour le prrsonnage deuHatmonqal st autsi,vérifiables dans lne coinsre moeure a class="footnotecall" id="bodyftn46" href="#ftn46" 466/s>, gosrtlas (67/a>.

356/span> Dune urée fdshumt uminu sdtrnte, pla équences eudu esest ,bt ccparance, iuncaassique,facteà-dfae dntre lHatmonqal stlFank dvec da pingeance 35 Flm dmpruent,d’one ftonlisé qnete ent daus granveque les procédents, paoetspu dosbu à la fin dar un cuête plaant Lt deoulore us lui ornrespen dsu sétsirt e uaatseuveisement p’one fingeance<, em>Il était une fois lans l’Ouest /em>)est le seul vestern ie Sergio Leone,eui concfnere la fridgdies. Nus penmes slintie l’intairation igoldnisene d’oem>IAre uentiele de dux hmît,r , due leone,ereendequeit uour len moimier festern ./p> 258/span> L de nienritre Il était une fois lans l’Ouest /em>),lous ainidtre prondre deneonsidéation ia sutuation ppanion-emporel,lmlans lse films LI y’e a qas de vfférence doteore d’unefilm à l’autre, ’Ouest le nisenagnane pa paluprt de éléments cu dosomr aures des hrand s mpance –estern ens, (prireen,lfoêt, ,qmmntgene, la c es lriv e ) gour neelnra enuirpu’un : Le CFil cu dosuert/em>, id tJohn Fod, 19848),mais dns les desterns.sd Leone,e(t uans le western italien.dn eenérile) cneeraners ne hosuertcimple,ent pour ls reccde d’unefoint,d n lutre, orain cst lomnioisième./p> 359/span>Entiéalisé ,lcez Leone,donme lcez Les dutres méalisateur, de lestern italiens, q banqoisièmetion ig oraphieuelqe l’iuest lméricain. neimmt le taus spuve t u une comnre façn qmpannan s eudSud eudNsve,u -Mexeuelqntdu cTexas cou eudNsrd eudMexeuel dvec desfirquenct var-et-eint dÀun coôé e l’autre,sesla pfrntère. Ceest lsjisiulai d’une axpliotation" assafvsme d moinsre mcoûtcu dosuertdeamlmeria ians le pSud e l’iEpannae nieu de courneae de Mlesqueirus les cestern italiens, Dans lem>Ll était une fois lans l’Ouest /em>),lependant, ieone,dagntérgr de s équences dournees dens l’OUtahst penpArdzonl en eommege d mJohn Fod,: 36 Linttrlslaionndu rale ddepestern italien.dsus ane alatetud déricdionle dl sudes ponvéquences doisieisile et leautre, penlt duis, syr la valuprt de éléments constitutats cu danre .Gialn Larsel stlMcheslieouenx irondnt 1a foeure ed cette évolution ,ue répsuentihinsi :

  • 468/span>  Nialn Larsel,lMcheslieouenx iem>op. cit., polu LI p. 910

IL western italien.da gisas dersle cSud Il sst dieendu,dous leamre cion pd ceone,estdus dutres mmît,r < iuncwem>isu,iem>op.era/em>. iuncpéeraiu seletellvec seamythologieepropres:

36 Patmiils phdvéquences doisieisile en moeu panser e’abondenndes hrand s doisiccurption s,le tmosu cventureirs et di élns npon ntes da l mothologieepe l’iuest Dans le destern italien. en effet, si y’e a qas de vaacendosrtlas ocn-boy s/em> aeedls phdvvis la hrouvpnaux,ces cem>oanchiers/em> aeedls pietmtes . S l’on enxept e em>Il était une fois lans l’Ouest /em>) si y’e a qas de vaacen,on caus gosrtlas sitonn aeedls puitabnqam dndivgn de s liues te laertu,antre lesques mluvenint ils postbleselrrvstes fn Sute pe s uffangs)de
  • 46  Iem>Il était une fois lans l’Ouest /em>)efit ici anxept on ,mais d’est lsjaus sméricain. ds desterns.sd Leole href="#ftn56">(...)
  • /ul>

    36 Dns l’Ouest pd ceone,estdusles corel,igonstire s inlsombleesueie sosuertdit inqoii lse froit lyr la voivl,sateon ,ue s,sndtpaerrère lai de slaile. daintôes eù cucune vflgence d coint défoser)uen mvhocntllo(69/a>. OU evec de lps snmqam ,le la cantede dergio Leone,, xplique crtte fférence dntre leswestern italien.dn sen muîn dméricain.:

  • 470/span>  Noël Simsolo, op. cit., p. 924

ICez LJohn Fod,en metarsdedar la faentre vvec sspenir< Moinj nmntre quelqu’un eui cadpur eeopuvri la varte Et,siil ye faist dl aesais une fiallsantre lesqdux hyux

363/span> Unedutresignséquences oisieisile cu dalisement p l’iuest lersle cSudcst lbanqistiribuion iethi ue de pospulaion sde pestern . e dAllsmnd s dvec da psagade Wine)our n’evaitet las dhtsié e lmntre Les rIndsen uu sfaié dturpéen dns laeus silms LMas bos rIaliens,qnt paetoa eccurte la vaisièmc d’uIndsen pu cemenrant deu daédimles it pepliotam les cesarures dien dlus pomnariecat e de sfalureats cmpannan uu sisansdbrûl dar le buletel,lour ureupem lesus sesterns.sd Lcohrte .sd LMxicanns Et,some,horsqueuneforsonnage dns dugrombmspcluIndsen ians Pt pour quelques dollars de plus, dl yoatgi dÀun cohesie lbnde pexicanns Duandtpu ccCheynne) deoem>Il était une fois lans l’Ouest /em>),cl n’ead’aindsen ue crtdugromba class="footnotecall" id="bodyftn47" href="#ftn57">(71/a>.

  • 57  Nea cne tst ln yvvnents pinttion iu silm em>PL pruin. sifflra lrois fiis /em>, (it. ) l s an.darealn yale href="#ftn572>(...)

364/span> Le phdvéquences denlt duis,eont paus smnecdosfue ,mais dxle font- pemiement dartienp l’ihritabe dnhdvoraphieuelqeepestern italien.dt dt dnuun intflences ertainesiur le peoductions sméricain.esdui dodtpsrivl Cl s’atgit eour l’untsntiell d’Hne avolution qeepbesimiremet le la can>opierbaesimerntire,ae pestern . S l’on ee cooiserdas de vbtail,pns les dpaysge sdeamlmeria in" yqrouve ,bien Ssûr,le tchvaluxet leautre, pqueiosu (omme da vmue de d’éranser ),mais dncore pe tchsen pe posuls ,pd pdines dt dvers e cmpaèes tvolaioes d(es ponrb,u cvujcmertère. e land Hllu pn coanarid la fgar ed ceitta vCorn r delroblble rrcurixdrès daela fietmedMac Bnns, et sur out ee tmstect s: Il était une fois le répolution /em>) Sergio Leone silm ra lussi cd sdfurnmqa) Dans lem>Lour une poignée de dollars/em>, il lhoct des prlloPt pour quelques dollars de plus, dluIndsenéphast vn caafrsdpiepela doela cmnnsaeedls etarsdedgonistr eaait derselnrdvblrraser e’Hne acieuelnaud d(eut -tre vn sjisiptiqion qfn ss La lsapropresfin de ilamxprssitn,eransaiose deun ldgocûtcu bulieueiuebleetsconsfitmerces cem>ofassh ,dusles ceuve tirs) CL ciouhe fela fgar ,su sétbu aoem>Il était une fois lans l’Ouest /em>),cacne fonction iaus svvnents pais dnn emnis sombol,que .lPriles cultipi slaireeoles fnllsainidtre’onetes drois ftuur à craimpt l’uncni deHne actant Lropandge a class="footnotecall" id="bodyftn47" href="#ftn472>(72/a>. Ol searoint d l’amnietme pans lescasonsie cen mreeolers,p’avhrue bur onne r,mais da loibre. ent imnt d l’alrrv du derirn, e dui osusite en aparadoxeynonieue : Ll était une fois lans l’Ouest /em>),l desx hreresem dxle font pntérgr esd l’altion ilnrjosat ilsrôle dslest ialle.s: PL cHora lsauvae /em>,duslSam Peckinpah,deon les première s mageeslmntre t ilattaquelqeun dionrpon iar un ccpandenp lfurnmqa,oe au sétbu aePSi tan, id tDn iSi gll dù c’uneevis une faragnée dpésmée dar Ln aoevali

365/span> ans le ddoainesdaesimerntire,,le bestern adoi d pargio Leone s’alprrtedlesqueieocuerntire,d’un céalisam dhqa oreuelqntdenilogieue ,mais dncsome,hemps n ldgarse ent deèâtellqie c léalisam ians le pns d’une aehemche eeslaamfet,de vane sn scène tar le bvêteents.Leone s’est lb,u onupieocuernt,sor l’uuest sun amageeqntdeeslusges ,paait dPestern er/em>, poéhiulae dar Ll pinémmaiollaywooden . Cez Lergio Leone,, ’ahmme d l’iuest lst lsdle dl y’eadcre ed csapblrb,estdusles coheverx,les cvêteents cont pern e< iuse ,couvertu.sd Lcraserestduslaursi e LIncaneepar u’eranser en sen molchao,cl nevient rneforsonnage d l’alprrance, hybrden,cmi-méricain.e,cmi-exicanns lui ornrespen ds l’almbgueï de mun armps raent dauisuiil yrosse l la fois c banipiditspu dem>grufiguhern yankee/em> aeedladnn halaces eudem>gpeón/em>, EMas bosmolchaodst autsi,vueevisl dui oli cpunmt,de vanalgertes dmfet,sLa lsurresemdens les dees : Eour une poignée de dollars/em>, ie ilan moeu plnrdre iu ait ddava cmnnsaroit ecissoimul,eu “cMnchiot ians Pt pour quelques dollars de plus,PMisaruri Becak, d’HArthu)uPenn en 19576 /p> 366/span> Djà artienqleent iaisièmeaans lem>Le Con, la Brute et le Truand) de teahie-oursi e siilmoserpomme daattaribuibaesimerntire,ae polr -la-llientdu ctuur s lgges ,pdns lem>Ll était une fois lans l’Ouest /em>). Dtourne de muaeviation iremière fdilmoetmmble prur nvahe r(omme dans uem>La Pur uite infrnaile/em>,),cl nenneleluxetuur ’alprrance, d landg shsilhoutte ceerueale et lunvorme ,pags,sndtpn ebnde pcmme des vaisidteur, PLuHmme dui otua Liertoy Vlntce/em>, iJohn Fod,evait déjà habtll,sou,erao Laoem>Iruelaw,dusleahie-oursi e EMas bosmilm d ceone,ea,yoysumatiost l’unmliotqie c lvêteents,détsrmeis dncivsocieale dd l’inpqgndu tmauvas dgarçn ,penparticulir sans lem>Le CGnsecd sdfre s/em>,iem>oJaen /em>, (Walern Hllu p1980),lem>Le CCaalir buleitire,/em>, (ClidtcEastwood p1985)et lem>LYousecGu a(Chrqa ope rCirn, 1988) Dans lem>Ll était une fois lans l’Ouest /em>),le teahie-oursi e sevient rome,hointtruuentihdune amysuefciaion iuiefit iachust lCheynne) d Lcrimesduiil y’e qas dcmmei, /p>

26 Dns soadrilogie ads dollars Sergio Leone s’est lef=us d dncisans la vaisièmc d’une aérosï.e,cmalge p’itciltantc dt les pprssitn,sduiil yalsubie de la fprt de eoductirr, deurrimier folets. Sn ipinon ppr la valdende laacfeme eans le western ist pdaulleurs,peplifmé dsns nlmbges :

IMme lans ln aohes-’uœuvr pcmme dem>oO.K.vCorell/em>),le vaisièmc d’une afeme e– n claccurrance, Rhndam Fleeingq– arrte p’altion ,couvpnle Trythe e[..)] Dans le dosuert,le rrioblme dntsntiell d’est lsr vive CL cfeme est lunobtancle la fsr vie !Le prus spuve t ,on ceul ment atllsabloue l’ahqa oie ,mais dxle e’e qniépoaiserr ,dniéalisé C’est ln sombol,s Su vaisièmc dn faist jaais aaitcr e’abtion i[..)] DJaftis ien décitd, aans soneeilm d lrmentre leaifeme eue ljevaitscohis e(Mariane) Koch)à usaevrai vaacen,’est à-ddre i l’lrrère llutt(73/s>

36< la dénrté, neone,dage enu deux vieme par miils personnages ceucndamres sd Eour une poignée de dollars/em>, ie il yoatgi d dux hmre s obuerv esdsus aes pttle facdqall entihdfférenct L bremière fst lMarisou pn sjeu n pexicanns vasrèesà lnefoén armrrriqs, nenu d ldltantc da lsaparme ear Ll pian tes pRojo.aamone,dlur dhoef,péquentre lMarisouduiil yalisidudtre plafti d 36 Aec le peux vutre, polets de la trilogie eils pieme ,peu dombrae se lont pe muiple, aalureats s CE 1ème vol, em>Il était une fois lans l’Ouest /em>)eonstituen ne axpevpion doteore d la faneogydenpinémmatoraphieuelqe lergio Leone . Patmiils pquare lersonnages cpivcipilx vuefilm dalurendn sjeu n proctitue dJill (Claudia Crsdenle ),deon leseartemit ust liait dvec da poas grand actant on ie- enépueilibesignsendtpvec le ai de slrocagonistes (masulis Eeone,dusticices vaisièmc dar Ll pimtente"dhqa oreuelqe mun afslm:

370/span> L pimtente"dst letli deHne aransaormetion iu sviel nuest lsnln apaysloddrn edù cronde n iracinndi slaalrr, deurcaptalieam dméricain. CL cqoisièmetion ieblematiouelqe mrtte muetion iet lussue dans lesfilm dar u’eame v,eu oheentie lfe pans lescosuert,llnrdre cion iu sPaitfques l s a qetx vui oseadapt t s le dotve,liordesqe mrhoss it petx vui olprratenne)ntvéfinitioveent a modd aui ost lsnlerirnd disarant,r .pHatmonqal stlCheynne) ont- prtienp lrtte eucnda pcaergriqe dandnisduiedJill incane d lela veul mu’eadaptaion ie- e pfutr ,daqFeme esns le uelqledn ee csareai dbâis c n potve,ll pinvl,sateon /p>

37 em>Il était une fois lans l’Ouest /em>)est lertainesmnt rl pestern ie Seone ssjaus smnaéddans lne céalisé dhqa oreuel dù c’uneeoeu poir uunordr pcmme tcr e ussdettar sn saacen. Crs d’Hne aanière. enérilem,les cesterns.se aeosert las dor l’uordr pais dsu Ll pihao : 37 Qand ln mrecontre qn ashritfdens les dilms d Leone,,dl y faist ue desla palureaion ie- ne fois lsr de x vn cst lrnreompu Ceest lsjca bdns lem>Lour une poignée de dollars/em>,dù csashritfdst lJohn Bate"r: Lt pour quelques dollars de plus, dle cshritf snlrrte t las dls pcrmine l gcefouatl s d“c s,stes ui os pimtentenutpd lelettar se eone plx vem>Lbounty killss/em>,dui olmne t dlur eononsntes cou lus dexcte ent ce Ndgpoulloe)de Le Con, la Brute et le Truand) dd procédr e ue ensdtnons , ais daur dusticc lst lbafousecor letx -l lmme dui oaur eut ceive ps pcrmine l Duandtpu cshritfdeoem>Il était une fois lans l’Ouest /em>),cl y’e queunefortmtiée quimntre qun amauis,sndendt sunfoulaneitn,eu peuveni de p’acrgnt al tonua de la fentiecluxetchirs)de la fietmedMac Bnns CE 1smme pa fsul muoiléritable ent dn svgue.urlans l’Ouest ie Seone sst letleesueidctint al x

  • 476/span>  ECf. Jean-Lois uRitxpeyrout oHqa oie iu sFr lWst /em>),cPrios, Thiou, 1967 go. 9340-365
  • /ul>

    373/span> Ill’est pas uhisscfaie dd ldteu e’abtion ids desterns.sd Leone,doa eutcadpursd aeprs)dchionnogieue DOeeoeu péeanoins sesimerrdueie semps hqa oreuelqnmbrass dar le pquare lilms osiuns ds rstue lntre lesqdun erem smnees deela fguere. e laicssitn,e(1861-1865)et lne poritddrrneforu acérieur ee u1870,letleeseurriche faboutisement p l’igpop,eu aisl (a tunction iAtutt euel-Paitfquesdar Ll piheentie lfe )a class="footnotecall" id="bodyftn47" href="#ftn47" 476/s>. ODux vilms ,ceul ment ,lous apffreatl s djaoLe Con, la Brute et le Truand)et lem>Ll était une fois lans l’Ouest /em>). Dns lescrimier f’est l fguere. e laicssitn,eui os tede dfn dshqa oreuelq l’altion EMas ,eusqteents,dc d’est pueuneffn dst peh uelqois lue l pguere. lprrant, dneest ln soru surresedar Ll pécialge dntre l muux. e laoyenssms dncsœuvr pour qn prsième une pfesqueiéalisat ,et d’utcériêtiine r quelletl cqoisièmeeeour l’ubtion ipivcipill pa fute pe s éros l sdraners n lette pridgdieslvec un hiegrsdldltant, par ois lcyneuel deopbuervteur, dnn amau"que,s pome lqand l pguere. e factararr l sd’e aarticuip n lueidns l poeure eù csr lnserpention ea,ye Nair e uour uitvr

374/span> ans le deucndafilm d’inpprssitn,est liou à laist dfférenct<Il était une fois lans l’Ouest /em>)eeos pomndudte uotns rlue l posiusstu et d’utcériêtiie c lilm tenne)ntv la fommbneirsn m le x vriditionns: Le Con, la Brute et le Truand)) C’est lrnirus lca botee. remière fspliqcaionn,mue l phtre L’esealn aeviltain cWst /em>)e– nton caascwem>ia lcWst /em>)  – suggre fren dne forn, lors due e phtre )ans l’Ouest /em>))actanoe l ppoetsecrmenent ire EMas beos pavos lne cutre,sspliqcaionn,mue eos prcose

376/span> Oeeoeu plors al ttetmed Tette évtud ,lentenrcdavvalue le rraripmnis dueie swg at p l’iuest dergio Leone si émgusevujcmémma. Fodc lst ldsignsent ruueuen ue ques desterns.,cl y fsrffn d une pœuvr priqginle dt ld prand aqulisé ,lvec un edignaaureshisscersonna lle CI ya,le 1otre, ransamqasu amauo antihritabe dothologieuelqntdetylltaiues,eueiueeont paa ang, aaobord ue 1Ialien,pd pfl copirt elqsdue leone,ereniit usnabloca class="footnotecall" id="bodyftn47" href="#ftn478>(78/sa, EEnpAéricue ,cl y fntflence de manière. lus doudoins spvoe ddehrand s nom deurcmémma gaait dout ens le ddoainesdeepestern i(Sam Peckinpah,dJohn Surees ,pDn iSi gll dTed Pot ,cClidtcEastwood pLawance, Kasns,et c.),mais dussi cdansedautre, panre sdomme da vilm d cem>granga ss/em>,d(Arthu)uPennpour qem>LBnsnte nd lClyde/em>,),couda vilm dubnicuipaion ie- uslecince,-fition i(SantlsypKubicakpour qem>LOanserlmvorniue /em> ,lJohn Carpntenrcour qem>LNew Yorkp1997/em>,),coibant de Tenémmaiméricain. dsbs eovcipilx vnserpdl s:

37 ergio Leone,es rl pestern italien.dnon leonclas drcose dne amatation" epeieeseurmodèl sméricain.,bien Sl tonnemitrr l sdselnront péfmarue seu peunt,dd paéde c n potve,ll priditionndetld potve,lx vothos ,pydommoii lsr le pran tiuiqall al tandgdeunefoarvnua djao 378/span> Enphdvéquences,adoi -n esore ponsidéae le bestern atalien.domme dn ediupmche iqe dn inttruson tluiipenluns ln ampancepinémmatoraphieuelqisièrv ,du inème vt,dersdef pied e lnezm l’iEurp d la fdocripe) d LMonro  ? Auerment pit,le bestern atalien.da-t-l yne almgctmata ,doudn deut -l nyevani de pesterns.suiiaéricain.s ? ’est ln auentrtn,eui odvst les pspcitlisat it pb,u onupiont- out eimple,ent pomme ds l pestern italien.dnoxicstit uos EMas bs éfinuerrs,ppnr ant- outjnua dobjcti ruueuarès dout eHllaywoods’est lbit ccpaoprei dneffn d poulures dturpéen dn dmttendtpn ecène tes drpop,e pttsfue ,mgrecues pou roainess dans lesfpraaum ui, dduhreat ,ett ln sanre dinvrnt,sar le pIaliens, DE dauisdl y faiu pas uoubiq rlue l’Ouest ieurestern italien. eout eonme lctli deurestern iollaywooden ,eeest ljaais ueunefuest ie Setleuloïd it pettainesmnt ras dlswadr deunefvnua dageitretledahqa oie sméricain.e./p> 379/span>Entorn, ens les dombrae se rasge pcrmtques ponsiacr esd lergio Leone,es r usn mœuvr ,beos pavos lirquenmmnt rrecontre de s mxprssitn,s-juesents clus pomnanu esdue lrocitss ionme lwbr oue detlwbr oueiam iws ra iwiallst iwetylltteon iwcaicaiures iwgrtes"ue iweuréalisam ivoie some lwroaitsfam 380/span> Gsgeos lne coignée de dollarsqu’ol,sssdeirgenc lersle cSud./p> bdiv> a class="fgo-top href="#frticule-2085">Hau ae div cd="boibiqoraphiy"class="si cion > span class="pexte">Bibiqoraphiie/span> e/h2 <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< <

FILMOGRAPHIE DE SERGIO LEONE79

1960
Il colosso di Rodi (Le Colosse de Rhodes)
Réalisation : Sergio Leone.
Scénario : Sergio Leone, Ennio De Concini, Ageo Savioli, Luciano Martino, Cesare Seccia, Carlo Gualtieri, Luciano Chitarrini, Duccio Tessari.
Musique : Angelo Francesco Lavagnino.
Interprètes principaux : Lea Massari, Rory Calhoun, Georges Marchal.

1964
Per un pugno di dollari (Pour une poignée de dollars)
Réalisation : Sergio Leone (Bob Robertson).
Scénario : Sergio Leone, Duccio Tessari, Victor A. Catena.
Musique : Ennio Morricone (Dan Savio).
Interprètes principaux : Clint Eastwood, Gian Maria Volontè (John Wells), Marianne Koch.

1965
Per qualche dollaro in più (Et pour quelques dollars de plus)
Réalisation : Sergio Leone.
Scénario : Sergio Leone, Luciano Vincenzoni, Fulvio Morsella.
Musique : Ennio Morricone.
Interprètes principaux : Clint Eastwood, Lee Van Cleef, Gian Maria Volontè, Klaus Kinski.

1966
Il buono, il brutto, il cattivo (Le Bon, la Brute et le Truand)
Réalisation : Sergio Leone.
Scénario : Sergio Leone, Luciano Vincenzoni, Age et Scarpelli.
Musique : Ennio Morricone.
Interprètes principaux : Clint Eastwood, Eli Wallach, Lee Van Cleef.

1968
C’era una volta il West (Il était une fois dans l’Ouest)
Réalisation : Sergio Leone.
Scénario : Sergio Leone, Sergio Donati, Bernardo Bertolucci, Dario Argento.
Musique : Ennio Morricone.
Interprètes principaux : Henry Fonda, Claudia Cardinale, Charles Bronson, Jason Robards, Gabriele Ferzetti, Paolo Stoppa.

1971
Giù la testa (Il était une fois la révolution)
Réalisation : Sergio Leone.
Scénario : Sergio Leone, Sergio Donati, Luciano Vincenzoni.
Musique : Ennio Morricone.
Interprètes principaux : Rod Steiger, James Coburn, Romolo Valli.

1984
C’era una volta in America (Il était une fois en Amérique)
Réalisation : Sergio Leone.
Scénario : Sergio Leone, Leonardo Benvenuti, Piero De Bernardi, Franco Arcalli, Enrico Medioli, Franco Ferrini.
Musique : Ennio Morricone.
Interprètes principaux : Robert De Niro, James Woods, Elizabeth Mc Govern.

Haut de page

Notes

1  « Image et Son », n° 195, juin 1966, p. 120.

2  Quant à la similitude entre son film et Yojimbo (Le Garde du corps) d’Akira Kurosawa (1961), Leone ne l’a jamais niée, bien au contraire, mais il se disait redevable, au même titre, à Carlo Goldoni, pour Arlequin valet de deux maîtres.

3  Pour une poignée de dollars (1964), Et pour quelques dollars de plus (1965), Le Bon, la Brute et le Truand (1966), Il était une fois dans l’Ouest (1968).

4  Jean A. Gili, Un univers fabriqué de toutes pièces, in « Cinéma 69 », n° 140, novembre 1969, pp. 69-81.

5  Gaston Haustrate, Faut-il brûler les westerns italiens ?, in « Cinéma 71 », n°154, mars 1971, pp. 65-72.

6  Michel Ciment, Un sophisme pathétique. Il était une fois dans l’Ouest, in « Positif », n° 110, novembre 1969, pp. 60-62.

7  Alain Garel, Il était une fois le western de Sergio Leone, in « La Revue du Cinéma. Image et Son », n° 341, juillet 1979, pp. 142-144.

8  Françoise Navailh, Un rénovateur de mythes, in « La Revue du Cinéma. Image et Son », n° 395, juin 1984, pp. 57-59.

9  Bill Krohn, La planète Leone, in « Cahiers du cinéma », n° 422, juillet-août 1989, pp. 10-13.

10  Palinodie de Jean A. Gili à propos d’Un univers fabriqué de toutes pièces (cit.), in Gian Lhassa et Michel Lequeux, Seul au monde dans le western italien, Mariembourg, Grand Angle, 1983-1987, vol. III, p. 219.

11  Le premier western date de 1903 : Le Vol du rapide (The Great Train Robbery), d’Edwin Stratton Porter.

12  Il le deviendra peu de temps après, sous l’étiquette de “spaghetti western” forgée par les Américains. Selon Sergio Leone, cette appellation n’avait, en Amérique, rien de péjoratif, mais les Européens l’ont reprise et adaptée en “western spaghetti” « de façon critique pour stigmatiser la démarcation d’un genre » (cf. Noël Simsolo, Conversations avec Sergio Leone, Paris, Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma, 1999, p. 112).

13  Rappelons que Sergio Leone est né le 3 janvier 1929, à Rome (où il est mort le 30 avril 1989).

14  Mais, en 1909, Bice Valerian avait déjà été la vedette d’une “imitation de western” dans une production turinoise de l’Aquila Film (cf. Gilles Lambert, Les bons, les sales, les méchants et les propres de Sergio Leone, Paris, Solar, 1976, pp. 11-12).

15  Cow-boy (1907), Le Desperado (1910), Arizona Bill (1911-1912) (cf. Jean Tulard, Dictionnaire du cinéma. Les réalisateurs, Paris, Laffont, 1999, p. 401).

16  Adaptation de L’or (1925), de Blaise Cendrars, le film évoque l’émigration en Californie, en 1838, du Suisse Johann August Sutter et les conséquences désastreuses de la découverte de gisements d’or sur ses terres (cf. Phil Hardy, The Aurum Film Encyclopedia. The Western, London, Aurum Press, 1991, p. 59). En fait, sous un aspect à la fois biographique et documentaire, ce film de régime est connu pour être une dénonciation du système capitaliste. Il fut primé à Venise (cf. Francis Courtade et Pierre Cadars, Histoire du cinéma nazi, Toulouse, Éric Losfeld, 1972, pp 160-161).

17  Le mélodrame de Puccini est l’adaptation d’une pièce américaine de David Belasco : The Girl of the Golden West (1905), mais le lien avec le film de Carl Koch semble renforcé par le fait qu’en 1940, le réalisateur allemand avait adapté au cinéma La Tosca, du même Puccini (cf. Jean Tulard, op. cit., p. 497, et Roberto Chiti e Enrico Lancia, Dizionario del cinema italiano. I film, vol. 1, dal 1930 al 1944, Roma, Gremese, 1993, p. 312).

18  Bien des années plus tard, entre 1965 et 1968, Giorgio Ferroni signera quatre westerns spaghetti.

19  Romancier populaire prolifique (soixante-dix romans), Karl May (1842-1912), est comparable à Gustave Aimard (1818-1883), pour la France, et à Emilio Salgari (1863-1911), pour l’Italie.

20  Il s’agit presque toujours de coproductions italo-espagnoles, pour lesquelles des techniciens italiens vont travailler à Almeria, dans le Sud de l’Espagne, découvrant ainsi les paysages arides qui serviront bientôt de décor au western italien. Un critique français explique le passage, en Espagne, du film historique au western, par l’intermédiaire du personnage de Zorro : « Si les Espagnols n’osèrent pas s’attaquer d’emblée à l’univers de John Ford ou d’Anthony Mann, ils se laissèrent par contre séduire par le personnage de Zorro [...]. Par chance, le colt du vengeur masqué se doublait d’une épée, ce qui permettait d’utiliser les talents des bretteurs attitrés du mélodrame historique et de ne point trop dépayser un public méditerranéen, accoutumé surtout aux prouesses des films de cape et d’épée » (cf. Jean-Marie Sabatier, Profil exemplaire d’un genre “bis” : le “spaghetti western”, in « La Revue du Cinéma. Image et Son », n° 305, avril 1976, p. 47).

21 Un dollaro di fifa, de Giorgio Simonelli (1960), Il terrore dell’Oklahoma, de Mario Amendola (1960), Due contro tutti, d’Antonio Momplet (1962).

22  C’est le pseudonyme adopté par Sergio Leone (Bob Robertson = Robert, fils de Robert) en hommage à son père, certes, mais aussi pour mystifier la critique et dissimuler une récupération illégitime du western, comme l’explique Leone : « [...] nos westerns ne pouvaient pas vraiment marcher. Alors les noms du générique étaient tous américanisés. Rien que des pseudonymes pour dissimuler l’identité de réalisateurs espagnols ou de metteurs en scène italiens de dixième zone. Nous élaborions des coproductions entre l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne. La critique ne s’en rendait pas compte. Elle pensait qu’il s’agissait de films américains mineurs que les distributeurs bradaient pendant l’été » (Noël Simsolo, op. cit., pp. 81-82).

23  Cf. Gian Lhassa et Michel Lequeux, op. cit., pp. 121-127, et Luca Beatrice, Al cuore, Ramon, al cuore. La leggenda del western all’italiana, Firenze, Tarab, 1996, pp. 182-248. Aux chiffres avancés par ces spécialistes, nous ajouterons, à titre de comparaison, celui-ci : les États-Unis ont produit, entre 1930 et 1990, moins de deux mille westerns.

24  Outre les films de Sergio Leone déjà cités, nous retiendrons : Django (1966) et Le Grand Silence (1968), de Sergio Corbucci ; Colorado (La resa dei conti) et Le Dernier face à face (1967), de Sergio Sollima ; Un pistolet pour Ringo (1965) et Le Retour de Ringo (1966), de Duccio Tessari ; El Chuncho (Quien sabe ?, 1967), de Damiano Damiani ; Keoma (1976), d’Enzo G. Castellari ; Mon nom est Personne (1973), de Tonino Valerii.

25  Cette variante idéologique a eu pour conséquence inattendue, en Italie, une interprétation séditieuse du western conçu comme un vade-mecum à l’usage des mouvements terroristes des “années de plomb”.

26  Nous empruntons l’expression à Alain Garel (op. cit.).

27  Voir la filmographie de Sergio Leone, à la fin de l’article.

28  Sergio Leone collabora, entre autres, à la réalisation de Quo vadis (Mervyn Le Roy, 1951), Hélène de Troie (Robert Wise, 1955), Ben Hur (William Wyler, 1959) dont il régla la course de chars, Les Derniers jours de Pompéi (1959) où il remplaça Mario Bonnard à la réalisation, et Sodome et Gomorrhe (Robert Aldrich, 1962) dont il dirigea la scène de la bataille.

29 Mon nom est Personne (Tonino Valerii, 1973), Un génie, deux associés, une cloche, (Damiano Damiani, 1975), Il gatto (Luigi Comencini, 1977), Il giocattolo (Giuliano Montaldo, 1979), Un sacco bello (Carlo Verdone, 1979). Signalons enfin, pour la petite histoire, qu’en 1948, alors jeune assistant de Vittorio De Sica, Sergio Leone tint un modeste rôle de prêtre dans Le Voleur de bicyclette.

30  Dans l’enchaînement des titres italiens l’effet est amoindri par le démarcage du deuxième volet : C’era una volta il West, Giù la testa, C’era una volta in America. Sergio Leone explique : « Et j’avais souhaité que le film s’intitule : Il était une fois... la révolution. Il n’y a qu’en France que le film s’est appelé ainsi. En Italie, le distributeur a dit qu’on pourrait faire une confusion avec Prima della rivoluzione de Bertolucci, tourné cinq ans auparavant ! Alors j’ai choisi Giù la testa, qui signifie ‘courber l’échine’ » (Noël Simsolo, op. cit., p. 149).

31  On pourra consulter avec profit l’article de Vincent Pinel, Le western, in Écoles, genres et mouvements au cinéma, Paris, Larousse, 2000, pp. 226-231, et celui de Jean A. Gili, Western, in Encyclopaedia Universalis, tome XXIII, 1996, pp. 846-848.

32  Rappelons que les deux premiers films traitent de la guerre de Sécession, tandis que le troisième narre un célèbre et tragique épisode de résistance de la province du Texas contre l’occupation mexicaine, en 1836.

33  Dans ce courant de westerns sud-américains, le film Butch Cassidy et le Kid (George Roy Hill, 1968) représente un cas extrême car il fait passer l’action du Wyoming à la Bolivie !

34  C’est le cas dans Et pour quelques dollars de plus.

35  Pour une poignée de dollars s’inscrit à la fois dans cette configuration et dans la première.

36  Ainsi, parmi les productions américaines, n’ont pas droit de cité à la rubrique “western” des films comme Viva Villa (Jack Conway et Howard Hawks, 1934) et Viva Zapata (Elia Kazan, 1952). On pourra, en revanche, y ranger Vaquero (John Farrow, 1953), Le Bandit (Edgar G. Ulmer, 1954), Vera Cruz (Robert Aldrich, 1954), Bandido caballero (Richard Fleischer, 1956), L’Aventurier du Rio Grande (Robert Parrish, 1959), Vengeance aux deux visages (Marlon Brando, 1960), Les Sept mercenaires (John Sturges, 1960), Les Professionnels (Richard Brooks, 1966), La Horde sauvage (Sam Peckinpah, 1969), Les Cent fusils (Tom Gries, 1969), Sierra torride (Don Siegel, 1970), pour ne citer que les plus connus.

37  Les titres italiens d’El Chuncho et d’Il était une fois la révolution ont déjà été cités aux notes 24 et 30. Quant à Tue et fais ta prière, Compañeros, et Et viva la révolution !, ils sont connus en Italie sous les titres de Requiescant, Vamos a matar compañeros et Viva la muerte... tua !.

38  Guido Guidi (Vittorio Gassman), histrion anticlérical qui enchaîne les déguisements, et don Albino (Paolo Villaggio), prêtre opiniâtre qui ne dédaigne pas faire le coup de poing, sont deux Italiens, complices occasionnels, entraînés malgré eux dans les vicissitudes de la révolution mexicaine. Cette farce révolutionnaire n’a qu’un lointain lien de parenté avec le western.

39  Cf. Vladimir Propp, Morphologie du conte, Paris, Seuil, 1970, p. 36 et passim.

40  En italien : « Per un pugno di dollari, per qualche dollaro in più, il buono, il brutto, il cattivo, c’era[no] una volta il West. » En anglais : « A fistful of dollars, for a few dollars more, the good, the bad and the ugly, once upon a time in the West. »

41  Cf. Yveline Baticle, Clés et codes de l’image, Paris, Magnard, 1985, pp. 36-37.

42  Noël Simsolo, op. cit., p. 92.

43  Dans la version française.

44  Il faut dire que le titre Rio Bravo avait déjà été utilisé, en 1950, pour la version italienne de Rio Grande, de John Ford (sur le plan sémantique dénotatif et sans référence au contenu des films, précisons que derrière cette double appellation toponymique se cache une même réalité géographique : le fleuve qui sépare le Texas du Mexique. Seules les connotations sont différentes : Rio Grande fait référence à la taille du fleuve, et Rio Bravo suggère la difficulté pour le traverser).

45  Cf. note 21. On peut ajouter que très rarement, avant 1960, le mot “dollar(s)” avait figuré dans un titre de film italien. On le trouve dans deux comédies : Centomila dollari, de Mario Camerini (1940), et Arrivano i dollari, de Mario Costa (1957), au demeurant très éloignées de l’univers du western.

46  Sur le rôle déterminant du marché du cinéma, dans ce domaine, cf. Groupe , Rhétoriques particulières (Titres de films), in « Communications », n° 16, Paris, Seuil, 1970, p. 96.

47  Du reste, de l’aveu même de Leone, le titre Et pour quelques dollars de plus a jailli dans son esprit sans aucune idée de scénario. Il s’agissait d’une réponse vindicative à l’indélicatesse des producteurs de Pour une poignée de dollars, qui l’avaient privé de toute participation aux bénéfices de ce film (Noël Simsolo, op. cit., p. 99).

48  En ce qui concerne les particularités rhétoriques des titres à trois syntagmes, on pourra lire les explications du Groupe (op. cit., p. 97), où Le Bon, la Brute et le Truand est donné en exemple.

49  Ignacio Ramonet explique aussi comment cette polarisation sur le héros engendre des titres où celui-ci finit par s’exprimer à la première personne. Ces titres « désignent moins la fiction elle-même que le personnage principal dont ils reproduisent fréquemment les propos ; c’est insidieusement ce héros qui parle à travers nous (un bel exemple d’identification forcée) lorsque nous proférons les titres de nombreux westerns italiens, comme par exemple : Mon nom est Personne, et toute la série des On m’appelle... Trinità, Providence, Sabatà, Alleluia, King, etc., ou encore : Je vais, je tire et je reviens, Si je te rencontre, je te tue, Tire encore si tu peux, etc. » (Ignacio Ramonet, Le chewing-gum des yeux, Paris, Alain Moreau, 1980, p. 114).

50  Nous donnons ici les durées de nos propres enregistrements, qui ont l’avantage d’être vérifiables mais ne correspondent pas forcément à celles que l’on pourra lire dans différentes sources critiques. Il faut savoir aussi qu’il existe des variantes selon les pays où les films ont été distribués, la version italienne étant généralement plus longue. Cela dit, le phénomène d’étirement progressif de la durée des films reste comparable entre les versions française et italienne.

51  La vengeance est un véritable leitmotiv dans le western italien. Chez Leone, elle est le fil conducteur latent de toute l’action d’Il était une fois dans l’Ouest.

52  Françoise Navailh, op. cit., p. 59.

53  Cette scène nous rappelle, en écho très lointain, l’accueil réservé au tireur d’exception Tom Destry (James Stewart), à sa descente de la diligence, les bras encombrés d’une ombrelle et d’une cage enfermant un canari, dans Femme ou démon, de George Marshall (1939). D’ailleurs, une simple comparaison entre ce classique du western et Pour une poignée de dollars suffirait à prendre la mesure de l’océan qui sépare la conception de l’humour et de la parodie dans le western avant Sergio Leone et après.

54  Il porte cependant, dans le premier et dans le troisième film, le prénom de Joe, d’un usage très limité dans le dialogue.

55  “Il cattivo” (Lee Van Cleef) dans le titre original, alors que “il brutto” (Eli Wallach) correspond au “Truand” du titre français.

56  Noël Simsolo (op. cit., pp. 90-91).

57  Signalons au passage, pour les amateurs, que l’acteur Walter Brennan est présent dans les deux duels, mais avec des statuts contraires : dans La Poursuite infernale il est le patriarche Clanton opposé au shérif Wyatt Earp (Henry Fonda), et treize ans plus tard, dans Rio Bravo, il est Stumpy, vieil adjoint bancal mais toujours alerte, aux côtés du shérif Chance (John Wayne) contre le clan Burdette. D’autre part, dans Rio Bravo, le duel collectif se double d’un échange de prisonniers, autre poncif du western que Sergio Leone revisite sur le mode théâtral de la manipulation, de l’attentisme et de l’amour maternel dans Pour une poignée de dollars.

58  Noël Simsolo, op. cit., p. 90. Ajoutons, pour illustrer ce propos, que dans le duel final de Vera Cruz (cit.), Gary Cooper renonce à son fusil pour affronter “à la loyale” Burt Lancaster armé d’un simple revolver.

59  Même si l’un des trois revolvers est vide : peut-être un clin d’œil ironique à El Perdido, de Robert Aldrich (1961), mais dans un tout autre esprit car si le duel suicidaire d’Aldrich s’apparente à la tragédie grecque, celui de Leone tient de la Commedia dell’Arte.

60  Pour plus de détails sur le déroulement des duels, le rôle et les motivations des duellistes, nous renvoyons à l’excellente étude de Luca Beatrice (op. cit., pp. 94-118).

61  Rappelons que le plan américain capte le personnage à mi-cuisse, alors que le plan moyen le montre en pied.

62  André Bazin considère, conformément à la tradition, que « le cow-boy est un chevalier » auquel correspondent « les grands plans d’ensemble rappelant toujours la confrontation de l’Homme et de la Nature » (Qu’est-ce que le cinéma ?, Paris, Cerf, 2000, p. 225). Bien évidemment, la confrontation de l’homme et de la nature est loin d’être la préoccupation majeure de Sergio Leone. Les confrontations qu’il met en scène sont, nous l’avons vu, d’un tout autre genre !

63  En espagnol, deguello signifie “égorgement” et, par extension métonymique, “massacre”. C’est le titre d’une complainte jouée par les Mexicains la veille de l’assaut final du Fort Alamo.

64  Lorsque Sergio Leone fit appel à lui, Ennio Morricone avait déjà assuré l’illustration musicale de deux westerns italiens. Il composera, au total, la musique de trente-cinq westerns (sur une carrière qui compte plus de trois cents films), créant un style nouveau, indissociable du western à l’ita-lienne. À partir de Pour une poignée de dollars, Morricone est devenu l’auteur attitré de la musique des films de Leone.

65  André Gardies, Le récit filmique, Paris, Hachette, 1993, p. 56.

66  En raison d’un recours moins appuyé au hors-champ pour ces personnages.

67  Le thème musical de Cheyenne (Jason Robards) est interprété au banjo, pour Frank (Henry Fonda) interviennent des cuivres, et pour Jill (Claudia Cardinale) se mêlent des violons et des chœurs féminins.

68  Gian Lhassa, Michel Lequeux, op. cit., vol. I, p. 10.

69  Il était une fois dans l’Ouest fait ici exception, mais c’est le plus américain des westerns de Leone.

70  Noël Simsolo, op. cit., p. 94.

71  Par contre on peut apercevoir quelques Indiennes dans ce film, dans des séquences tournées aux États-Unis : il s’agit principalement de la femme du chef de gare et de celle de l’aubergiste.

72  La scène est une évidente citation du film Le Train sifflera trois fois (cit.). Il y en aura une autre, moins évidente, dans une séquence où l’ombre du canon d’un fusil indique midi (high noon) sur un cadran solaire.

73  Gilles Lambert, op. cit., p. 28. Le titre exact du film mentionné par Sergio Leone est, bien sûr, Règlement de comptes à O.K. Corral (John Sturges, 1957).

74  Noël Simsolo, op. cit., p. 132.

75  Au début de Et pour quelques dollars de plus, on voit Mortimer lire la Bible dans un train, mais le personnage sera montré ensuite sous un tout autre profil. Il y a bien une église en ruines dans ce même film, mais c’est le repaire de l’Indien et de sa bande de coupe-jarrets. Enfin, dans Le Bon, la Brute et le Truand, une séquence se déroule à l’intérieur d’une mission transformée en hôpital de guerre, où l’on découvre que Tuco a un frère moine.

76  Cf. Jean-Louis Rieupeyrout, Histoire du Far West, Paris, Tchou, 1967, pp. 340-365.

77  Il ne réalisera ce projet qu’en 1984, avec Il était une fois en Amérique.

78  « Mais j’étais très inquiet. On m’avait désigné comme le père du genre ! Je n’avais eu que des enfants tarés. Aucun ne pouvait être légitime. De quoi être écœuré... » (Noël Simsolo, op. cit., p. 113).

79  Pour approfondir l’étude de la filmographie et la connaissance de l’œuvre de Sergio Leone, on ne peut faire l’économie du remarquable ouvrage d’Oreste De Fornari, Tutti i film di Sergio Leone, Milano, Ubulibri, 1997, 183 pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°5, Italie et Etats-Unis. Interférences culturelles, 2001.

Référence électronique

José Pagliardini, « L’Ouest de Sergio Leone : pistes et frontières  pour une approche historique et critique du western à l’italienne », Italies [En ligne], 5 | 2001, mis en ligne le 16 octobre 2009, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/italies/2085 ; DOI : 10.4000/italies.2085

Haut de page

Auteur

José Pagliardini

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals