Navigation – Plan du site

Les personnages féminins dans l’œuvre d’Italo Calvino : d’une image simple à une image plurielle

Sylvie Barral
p. 164-185

Résumé

Dans l’œuvre calvinienne, l’image de la femme pose problème et évolue au fil des textes. Il s’agit de montrer la subtilité avec laquelle Calvino construit ses personnages féminins qui, de figures simples et souvent confinées aux frontières du récit, se révèlent progressivement comme des présences centrales et complexes, capables de se dédoubler, de se multiplier offrant de la sorte le portrait d’une femme plurielle. C’est à travers l’étude de certains récits des Cosmicomiche, de Ti con zero et du roman Se una notte d’inverno un viaggiatore, que nous analyserons les images féminines calviniennes qui subissent un processus d’amplification envoûtant qui rend l’être femme inaccessible.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Calvino (Italo), femme

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Italo Calvino, Il Sentiero dei nidi di ragno, in Romanzi e Racconti, Milano, Mondadori, “I Meridian (...)

1« Naturalmente. Al principio di tutte le storie che finiscono male c’è una donna, non si sbaglia... », explique l’un des personnages au jeune protagoniste Pin du Sentiero dei nidi di ragno1, premier roman d’Italo Calvino.

  • 2 Idem, Il Barone rampante, éd. cit., vol. 1, (1° édition 1957).
  • 3 Idem, Il Visconte dimezzato, éd. cit., vol. 1, (1° édition 1952).

2Cette déclaration sentencieuse laisse à penser que la place occupée par les différentes figures féminines dans l’œuvre de Calvino ne sera pas des plus remarquables. En effet, très souvent confinées aux frontières du récit, elles ne possèdent pas toutes un nom, et lorsqu’elles sont nommées, ce n’est – à première vue – que pour mieux mettre en évidence touts les attributs négatifs dont elles sont généreusement parées. Ainsi, l’un des tous premiers personnages féminins de cette œuvre abondante, celui de La Nera, sœur de Pin, se révèle un personnage ambigu, dangereux, qui se prostitue et collabore avec l’ennemi nazi. Quelques années plus tard, le personnage de Viola du Barone rampante2– bien que tout à fait différent – vient conforter cette conception négative de la femme dont la caractéristique principale semble être la versatilité. Entre les deux, bien sûr, nous aurons noté l’apparition de nouveaux personnages féminins comme celui de la bergère Pamela du Visconte dimezzato3 ou bien encore celui de la nourrice Sebastiana (toujours dans le même récit), mais ces personnages féminins “inoffensifs” ne font office que d’intermédiaires entre les deux moitiés de vicomte ; ils n’ont en quelque sorte qu’un rôle de “liant”, et bien que leur présence s’avère indispensable pour le bon déroulement de l’histoire, ils restent très secondaires.

  • 4  Idem, Il Cavaliere inesistente, éd. cit., vol. 1, (1° édition 1959).

3À partir de ces trois œuvres, le lecteur peut donc se constituer une première opinion sur le rôle de la femme dans l’œuvre de Calvino ; ses fonctions sont réparties en deux catégories distinctes : une fonction de “femme maternelle”, apaisante, réconfortante (fonction que l’on retrouve notamment dans le personnage de Sofronia du Cavaliere inesistente4) et une fonction de “femme fatale”, élément perturbateur par excellence, à l’image du personnage féminin du Barone rampante, qui conduira au fil des pages le protagoniste Cosimo, tombé “violemment” amoureux, vers la folie.

4Les personnages féminins créés par la suite, tout en conservant l’une ou l’autre de ces deux fonctions, ou bien encore en les cumulant, gagneront progressivement en complexité et se verront parfois attribuer des rôles majeurs.

5Déjà dans le roman Il Cavaliere inesistente, le personnage de Sœur Teodora, narratrice, et par là même celui de la guerrière Bradamante, (qui se révéleront, par un coup de théâtre, être une seule et même femme), occupent un rôle capital puisque, sans ce double personnage, le roman n’existerait pas. Protégée par les murs du couvent, Sœur Teodora relate ses aventures passées, au temps où elle revêtait son armure pour devenir la belliqueuse Bradamante.

6Une analyse systématique des autres écrits de l’auteur nous amènera donc à remettre en question la constatation faite à propos des tout premiers romans. En effet, l’image de la femme pose problème et nous essaierons de démontrer avec quelle subtilité l’auteur, à partir de ce roman, ne dépeint plus seulement des personnages féminins simples, mais décrit des personnages capables de se dédoubler, de se multiplier pour arriver à celui de la femme plurielle.

7À la fois capricieuses et imprévisibles, les femmes apparaissent d’abord dans l’œuvre de Calvino sous la forme de personnages distants qui ne livrent que très peu d’informations, et qui se révèlent, de ce fait, très difficiles à cerner.

  • 5  Idem, Luna di pomeriggio, in Palomar, éd. cit., 1992 (1° édition 1983), vol. 2, p. 902.

8Aussi, il n’est pas rare d’y trouver une certaine image de la femme liée à celle de la Lune comme astre changeant : « la luna è il più mutevole dei corpi dell’universo visibile, e il più regolare nelle sue complicate abitudini »5. Sans nous arrêter aux nombreuses implications psychanalytiques ou lectures freudiennes que peuvent inspirer ces pages caractéristiques qui associent la présence de l’image lunaire à l’émergence de la figure féminine, nous nous limiterons ici à étudier de quelle manière l’auteur se sert de l’image changeante de la Lune pour introduire dans ses récits certains traits de caractère “typiquement” féminins.

  • 6  Idem, La distanza della Luna, in Le Cosmicomiche, éd. cit., vol. 2. Ce texte de 1964 a inspiré plu (...)
  • 7 Ibidem, pp. 84-85. L’expression lait lunaire est un clin d’œil à la  Voie lactée .
  • 8 Ibidem, p. 84.

9Située en tête du recueil des Cosmicomiche, la nouvelle La distanza della Luna6 présente une Lune nourricière et protectrice sur laquelle se rendent les protagonistes afin d’y recueillir le précieux“lait lunaire” qui, « molto denso come una specie di ricotta [...] schizzava fuori come dalle mammelle d’una capra »7, et se ramassait « con un grosso cucchiaio ed un mastello »8. Cette nouvelle décrit également un personnage féminin, docile et rassurant, celui de Madame Vhd Vhd, amoureuse de l’un des personnages masculins, terriblement épris, quant à lui, de la Lune. En désespoir de cause, Madame Vhd Vhd, désireuse de s’assimiler à l’objet de cet amour extra-humain, se rend sur l’astre lunaire et c’est avec résignation qu’elle refuse d’en redescendre lorsque l’orbite de la Lune s’agrandit, s’éloignant – et l’éloignant de fait – à tout jamais de la Terre.

  • 9 Ibidem, p. 96.

10Disparaissant peu à peu à la vue, Madame Vhd Vhd désormais « del colore della Luna », se distingue toutefois, allongée sur une plage de sable, jouant de la harpe avec des gestes lents. « Si distingueva bene la forma del petto, delle braccia, dei fianchi », se souvient le vieux Qfwfq, secrètement amoureux de Madame Vhd Vhd, et « ora che la Luna è diventata quel cerchietto piatto e lontano », dit-il, « sempre con lo sguardo vado cercando lei... e più cresce più m’immagino di vederla, lei o qualcosa di lei ma nient’altro che lei, in cento in mille viste diverse, lei che rende Luna la Luna e che ogni plenilunio spinge i cani tutta la notte a ululare e io con loro »9.

  • 10  Italo Calvino, La memoria del mondo e altre storie cosmicomiche, éd. cit., vol. 2, (1° édition 196 (...)

11Nous pouvons donc souligner, dans ce cas précis, une identification parfaite de l’image de la femme distante à celle de la Lune qui s’éloigne. Une image que nous retrouvons dans la nouvelle La Luna come un fungo de La memoria del mondo10 où nous assistons tout d’abord à la formation de la Lune décrite comme une catastrophe naturelle, comme « una mostruosa proliferazione del nostro pianeta » qui engendre sur la Terre, séismes, raz de marée et cataclysmes, puis à son éloignement auquel correspond le détachement mondain du personnage féminin Flw.

  • 11 Idem, La molle Luna, in Ti con zero, éd. cit., vol. 2.

12Par ailleurs, un autre processus d’identification de l’image de la femme à celle de la Lune est décelable dans la nouvelle La molle Luna de Ti con zero11.

13Plus subtil, ce processus d’identification est également beaucoup plus complexe car le personnage féminin mystérieux et inquiétant de Sibyl apparaît comme le contraire de celui de Madame Vhd Vhd, son “ double négatif ”, “ sa face obscure ” en quelque sorte. Les personnages de Madame Vhd Vhd et de Sibyl pourraient bien être alors les deux moitiés complémentaires d’une seule et même femme, à l’image du “ vicomte pourfendu ” divisé en une partie positive et une partie négative.

  • 12 Ibidem, p. 232.
  • 13 Ibidem, p. 234.
  • 14 Ibidem, p. 235.

14Tout d’abord, le prénom Sibyl de la figure féminine, très vraisemblablement choisi pour son allusion aux “sibylles”, ou bien encore en référence à l’adjectif “sibyllin” qui en découle, confère d’emblée au personnage un caractère énigmatique et ambigu. De plus, nous n’avons pas ici affaire à une attirance, à une admiration sans bornes vouée à la Lune mais plutôt à une sorte d’attraction curieuse mêlée de dégoût et de répugnance pour une Lune menaçante transformée en une « specie di polpo » aux « tentacoli vischiosi, [...] sul punto di smoccolare [...] una materia fatta di gelatina e pelo e muffa e bava »12. D’autre part, tandis que la Lune provoque chez Qfwfq – que nous retrouvons ici, et que nous retrouverons dans une quatrième nouvelle – une certaine répulsion, Sibyl, en revanche, fait preuve d’un comportement singulier manifestant dans son attitude et ses propos certaines contradictions. En effet, elle se déclare tout d’abord horrifiée par l’inconsistance de la Lune, puis fortement attirée par cette « fanghiglia di muco acido » à la « polpa mucillaginosa »13 qui compose la matière lunaire et qui se répand progressivement sur la Terre. Aussi, ce n’est qu’après la chute du grand fragment lunaire qui a submergé une partie du Comté que Sibyl révèle sa “nature lunaire” :« grassa, spettinata, pigra, golosa di pasticcini alla crema... »14.

15Nous nous trouvons donc ici en présence d’une image finale qui diffère totalement de la douce image poétique et sublimée sur laquelle s’achevait la nouvelle La distanza dellaLuna. Dans La molle Luna, ce n’est plus, bien sûr, le personnage féminin qui se rend sur la Lune, astre admiré et adulé, mais ce sont de véritables « secrezioni planetarie » et « deiezioni lunari » qui s’abattent sur la Terre, recouvrant le personnage féminin de Sibyl qui s’en trouve enlaidie.

  • 15 Aurore Frasson-Marin, Calvino et l’imaginaire, cit., p. 129.
  • 16  Italo Calvino, La memoria del mondo e altre storie cosmicomiche, éd. cit., vol. 2, (1° édition 196 (...)

16Nous sommes là encore témoins d’une « confusion concrétisée [et substantielle] des deux images de la femme et de la Lune »15, confusion qui se vérifie et se concrétise également dans la nouvelle Le figlie della Luna de La memoria del mondo16.

17En effet, dans cette quatrième histoire consacrée à la Lune, Calvino procède à la description d’une jeune femme, rencontrée dans Central Park, où elle était assise, complètement nue, sur un banc, près d’un bassin dans lequel la Lune se reflétait. Inondée de lumière, cette jeune femme surnommée « Diana » semblait alors appelée et attirée par la sphère lunaire. Mais c’était au contraire la Lune vieillissante qui, ayant quitté son orbite, se laissait guider par les gestes de la jeune femme. Perdu, égaré, l’astre lunaire traversait la ville de Manhattan tandis que la jeune femme nue désormais assise à l’arrière d’un véhicule incitait le conducteur de celui-ci à poursuivre la Lune. L’automobiliste ne tardait d’ailleurs pas à s’apercevoir que toutes les voitures qui l’entouraient se dirigeaient dans la direction que leur indiquait d’autres jeunes femmes, d’autres “Diana” ; une trajectoire qui suivait celle de la Lune. Appelées par la Lune en danger, ces “filles lunaires” s’étaient regroupées et levaient les bras vers le ciel comme pour aider la vieille Lune à se poser délicatement. Un cortège lunaire accompagnait alors cette vieille Lune dans son dernier voyage qui s’achevait par un plongeon dans la mer. Les “filles lunaires” qui l’avaient assistée jusque dans ce dernier sursaut, ne tardèrent pas à refaire surface sur un globe, sur une “nouvelle” Lune sortie de l’eau et qui monta haut dans le ciel.

18S’éloignant à bord de cette nouvelle Lune, ces différentes jeunes femmes lunaires nous révèlent une Lune capable de donner à voir plusieurs facettes, plusieurs phases d’une seule et même planète. Là encore, nous assistons tout d’abord à une juxtaposition des images Femme/Lune, puis à un échange interactif de sensations, d’émotions, initialement provoqué par la Lune, à une identification des jeunes femmes dénudées à cet astre lunaire, enfin, à une confusion des images qui se manifeste, comme nous l’avions déjà observé dans la nouvelle La distanza della Luna, par le départ et l’éloignement des jeunes femmes lunaires.

19Tour à tour maternelles et rassurantes, menaçantes, inquiétantes, les images de la femme unies à celles de la Lune donnent à voir une femme multiple en perpétuelle évolution. De tempéraments parfois contradictoires, ces différentes figures féminines ne livrent en fait que des visions fragmentaires, partielles, d’une femme plurielle.

  • 17 Aurore Frasson-Marin, Calvino et l’imaginaire, cit., p. 129.
  • 18 Italo Calvino, Palomar, éd. cit., vol. 2, p. 903.
  • 19 Idem, L’ussaro e la luna,éd. cit., vol. 3, pp. 607-609.

20En parcourant ces quatre récits cosmicomiques, nous aurons donc pris soin de noter que le discours calvinien s’organise tel « une constellation d’images »de femmes lunaires « autour de l’image [changeante] de la Lune »17. Une Lune qui se métamorphose, devient “miroir” : « la luna è un grande specchio abbagliante che vola [...] è un lago di lucentezza che sprizza raggi tutt’intorno »18, et se reflète sur la Terre créant ainsi tout un jeu de miroirs et d’illusions spéculaires. Une sorte de fascination pour l’image lunaire et les phénomènes de duplication présente également dans un texte initialement prévu pour le théâtre et intitulé L’ussaro e la luna. Une mise en scène qui prévoyait « una luna che si rifletteva sui vetri della finestra » d’un palais, une jeune fille « vestita di lilla » la regardant tout en ouvrant et refermant les carreaux « perché la luna facesse l’altalena », ainsi qu’une princesse « [che] in una stanza tutta foderata di specchi, si stava provando una gonna color ametista con strascico color topazio e fronzoli color rubino »19.

  • 20 Idem, Se una notte d’inverno un viaggiatore, éd. cit., vol. 2, (1e édition 1979).

21Un jeu d’illusions spéculaires lié à l’image de la femme que nous retrouverons dans Se una notte d’inverno un viaggiatore20, roman dans lequel Italo Calvino choisit de se livrer à l’ébauche de différents portraits de femmes, et nous fait passer du peu de renseignements que nous avions concernant ces personnages, à une grande richesse d’informations. En effet, il s’avère très important de souligner dans cette œuvre, la permanence de la figure féminine qui se manifeste d’ailleurs aussi bien de manière régulière sous les traits de la Lectrice « Ludmilla », que de manière plus inattendue dans le personnage de « Lotaria » – sœur et figure opposée de Ludmilla –, ou bien encore dans les figures féminines qui hantent chacun des dix débuts de romans venus s’intercaler entre les épisodes du Lecteur et de la Lectrice. Ainsi, dans cette œuvre, les différents livres ouverts lors des débuts de lecture jouent un rôle capital puisqu’ils deviennent des instruments, des canaux de communication, mais aussi des lieux de rencontre, pour le Lecteur et la Lectrice qui vivent à travers ces pages leur histoire d’amour.

  • 21 Ibidem, p. 638.
  • 22 Ibidem.

22C’est « tra due scaffali della libreria »que la Lectrice fait son apparition.« Occhi vasti e veloci, carnagione di buon tono e buon pigmento, capelli d’onda ricca e vaporosa »21 s’empresse de commenter l’Auteur-Lecteur qui conclut : « Lei sorride. Ha fossette. Ti piace ancora di più... sei tu entrato in un campo magnetico di cui non puoi sfuggire l’attrazione »22.

23Un scénario classique de conversation sur les lectures favorites de chacun s’ensuit alors tout naturellement jusqu’au fallacieux motif qui les conduit à communiquer leurs numéros de téléphone afin d’échanger éventuellement leurs impressions de lecture...

24À ce stade de notre étude, il peut paraître très suspect que la Lectrice qui est l’un des personnages principaux ne démontre pas plus de réticence face à cet assaut camouflé : l’auteur lui-même parle de la « sottilissima rete » que le Lecteur est en train de tendre, et compare son attitude à celle d’un « serpente a sonagli » qui tourne autour de sa proie. Pourquoi Ludmilla ne fait-elle pas preuve de plus de réserve ?

25On se souvient en effet de Viola, la petite fille à la balançoire du Barone rampante, de même que de la guerrière Bradamante du Cavaliere inesistente, lancée au galop sur son cheval tandis que Madame Vhd Vhd des Cosmicomiche s’éloignait sur la Lune.

26En fait, prévoyante et fin stratège, Ludmilla anticipe l’intrusion du Lecteur dans sa vie privée et place à son insu un premier obstacle sur sa route en la personne de Lotaria, sa sœur, chargée de tenir à distance les personnes qui s’intéressent à elle de trop près. En effet, c’est le numéro de téléphone de Lotaria que Ludmilla donne systématiquement.

27Le personnage-obstacle ou personnage-écran de Lotaria rappellera alors, le “mur de verre”, le “mur de glace” qui, dans la nouvelle La glaciazione, séparait un jeune homme et une jeune femme :

  • 23 Idem, La glaciazione, in Prima che tu dica “Pronto”, éd. cit., vol. 3, 1994, p. 260.

tra me e lei si è alzata una lastra verticale compatta, siamo due corpi prigionieri nello spessore dell’iceberg, riusciamo appena a vederci attraverso un muro tutto spunzoni taglienti che scintilla ai raggi d’un sole lontano.23

28De plus, le personnage de Lotaria, double négatif ou envers du personnage de Ludmilla, rappelle celui de Sibyl, figure opposée de Madame Vhd Vhd. Lotaria n’est que l’aspect extérieur, la carapace, le personnage qui fait office de bouclier afin de préserver Ludmilla. Lotaria révèle alors l’une des faces cachées de Ludmilla que le Lecteur croyait sincèrement disposée à faire sa connaissance.

29Autre point semblable entre les deux soeurs : leurs prénoms commencent tous deux par la lettre L, tout comme le mot “Lectrice” d’ailleurs. Les soeurs apparaissent donc comme les deux faces d’un même personnage.

30D’autre part, personnage-bouclier derrière lequel se cache Ludmilla, Lotaria remplit pleinement sa fonction dans le sens où non seulement elle repousse les attaques venant de l’extérieur par sa froideur et son agressivité, mais oblige les intrus à faire rapidement machine arrière. En fait, contraire ou “envers” de Ludmilla, Lotaria n’hésite pas à demander au Lecteur le motif pour lequel il désire parler à sa sœur, et n’hésite pas non plus à le retenir pour son propre compte – commente et souligne l’auteur – sous prétexte de s’intéresser à ses lectures :

  • 24  Idem, Se una notte d’inverno un viaggiatore, éd. cit., pp. 652-653.

Lotaria vuol sapere qual è la posizione dell’autore rispetto alle Tendenze del Pensiero Contemporaneo e ai Problemi Che EsigonoUna Soluzione.Per facilitarti il compito ti suggerisce una lista di nomi di Grandi Maestri tra i quali dovresti situarlo. Se cominci a discutere non ti molla più. Già ti sta invitando a un seminario all’università, in cui i libri sono analizzati secondo tutti i Codici Consci e Inconsci, e in cui vengono rimossi tutti i Tabù, imposti dal Sesso, dalla Classe, dalla Cultura Dominanti.[...] pare che Ludmilla non interferisca nelle attività della sorella. Invece, sulla tua partecipazione Lotaria ci conta.[...] Lotaria ti trattiene...24

31La figure de Lotaria évoque alors la consistance de la Lune à laquelle Sibyl s’identifie dans La molle Luna : “des ramifications tentaculaires”, “une espèce de pieuvre”.

32Ce concept de “ramifications”,de “tentacules” apparaît très intéressant dans la mesure où Lotaria refera plusieurs apparitions sinueuses tout au long du roman, déployant un véritable éventail de noms d’emprunts et de fonctions contradictoires. Personnage très mystérieux et versatile, elle endossera au fil des pages plusieurs déguisements qui s’accompagneront de toute une palette de prénoms comme Corinna, Gertrude, Ingrid, Alfonsina, Sheila, Alexandra... Elle parvient donc à envahir tout le roman de par cette présence ramifiée. D’autre part, ses fonctions multiples d’étudiante, de révolutionnaire, de contre-révolutionnaire, d’agent de police, de programmatrice d’ordinateurs... lui confèrent une nature perfide d’“agent multiple”.

33Personnage obscur, Lotaria tentera de séduire le Lecteur perdu dans ce labyrinthe de masques féminins, et dans cet enchevêtrement confus de comportements paradoxaux.

34À ce premier personnage-bouclier placé par Ludmilla, vient s’ajouter la figure d’Irnerio, le personnage “non-lecteur” du roman, présenté comme un ami intime de Ludmilla. Sans cesse présent sur les lieux de rendez-vous du Lecteur et de Ludmilla, Irnerio fait également office de personnage-obstacle ou personnage-parasite. Peu loquace sur les liens invisibles qui le rapprochent de la Lectrice, il ne tarde pas à déclencher très rapidement chez le Lecteur, un sentiment de jalousie. En effet, l’apparente désinvolture avec laquelle le “non-lecteur” entre dans l’appartement de la jeune femme ou en sort sans l’avertir, emprunte ses livres pour en faire des sculptures, fouille dans sa bibliothèque et ses armoires, déchaîne chez le Lecteur bon nombre de doutes et une suspicion certaine.

35D’autres personnages-obstacles tenteront, bien sûr, d’interférer dans cette relation entre le Lecteur et la Lectrice. Nous pensons notamment au professeur Uzzi-Tuzii, à l’impitoyable traducteur Hermès Marana qui hante les lectures de la Lectrice, à l’écrivain Silas Flannery tombé amoureux de cette Lectrice idéale, mais surtout à l’Auteur qui impose au Lecteur une distance géographique en le lançant, à la recherche de l’invisible et imprenable Hermès Marana, à l’autre bout du monde, et en envoyant de surcroît Lotaria sur ses pas.

36Nous avons déjà souligné la permanence de la figure féminine dans le roman Se una notte d’inverno un viaggiatore, notamment dans le personnage tentaculaire de Lotaria dont l’auteur donne une description diffractée, saisissant sous différents angles les images plurielles d’une femme multiple au goût prononcé pour les métamorphoses. Nous verrons à présent de quelle manière l’image protectrice et rassurante de la Lectrice, double négatif de Lotaria, parvient à se refléter tout au long du roman, malgré ses absences prolongées de bon nombre de chapitres. En effet, en dépit de courtes apparitions, sa présence est ressentie comme une figure de fond, indissociable de chaque détail, si minime soit-il. Cette inconsistance physique ne fait d’ailleurs qu’accentuer son côté insaisissable. Par ailleurs, ce n’est qu’au septième chapitre que l’auteur décide de s’occuper de ce personnage, s’adressant à la Lectrice

  • 25 Ibidem, p. 749.

entrata fin dal Secondo Capitolo come Terza Persona necessaria perché il romanzo sia un romanzo, perché tra quella Seconda Persona maschile e la Terza femminile qualcosa avvenga, prenda forma, s’affermi o si guasti seguendo le fasi delle vicende umane.25

  • 26 Ibidem, pp. 750-751.

37Il annonce alors à Ludmilla qu’il va faire son portrait : « un vero ritratto, partendo dalla cornice per stringerti da ogni lato e stabilire i contorni della tua figura »26 précise-t-il. Mais loin de lui accorder plus de consistance, il fait surtout une description de son “cadre de vie”, une peinture minutieuse de son appartement :

  • 27 Ibidem, p. 750.

La tua casa, essendo il luogo in cui tu leggi, può dirci qual’è il posto che i libri hanno nella tua vita, se sono una difesa che tu metti avanti per tener lontano il mondo di fuori, un sogno in cui sprofondi come in una droga, oppure se sono dei ponti che getti verso il fuori, verso il mondo che t’interessa tanto da volerne moltiplicare e dilatare le dimensioni attraverso i libri. Per capire questo, il Lettore sa che la prima cosa da fare è visitare la cucina.27

  • 28 Ibidem.

38Survient, suite à cette déduction saugrenue, une description de la cuisine de Ludmilla parce qu’elle représente « la parte della casa che può dire più cose... »28 sur elle...

  • 29 Aurore Frasson-Marin, Calvino e l’imaginaire, cit., p. 333.
  • 30 Italo Calvino, Se una notte d’inverno un viaggiatore, éd. cit., vol. 2, p. 751.

39La situation se fait très complexe. En effet, alors que la Lectrice ne sera jamais décrite, dans ses activités de “femme d’intérieur”, cette déduction peut paraître des plus étranges29. Cependant, la conclusion à laquelle parvient le Lecteur : « ...Osservando la tua cucina dunque si può ricavare una immagine di te come donna estroversa e lucida, sensuale e metodica, che mette il senso pratico al servizio della fantasia »30, peut sans doute nous éclairer quelque peu. En effet, peut-être serait-il possible d’y entrevoir une allusion au récit Sapore, Sapere qu’Italo Calvino avait décidé de consacrer au “Goût” lors de son ample projet d’étude sur les cinq sens.

  • 31  Idem, Sotto il sole giaguaro, éd. cit., vol. 3, p. 130.Les chiles,précise l’auteur,sont des pime (...)

40Dans cette nouvelle, le personnage féminin, prénommée Olivia, en voyage au Mexique avec son compagnon, s’interroge sur les saveurs typiquement mexicaines, sur cette « esasperazione dei sapori amplificata dalla vampa dei chiles più piccanti »31.

41Le guide mexicain lui répond alors que de telles recettes furent élaborées par des nonnes recluses :

  • 32 Ibidem.

non avevano che da ideare e predisporre e confrontare e correggere ricette che esprimessero le loro fantasie costrette tra quelle mura : fantasie anche di donne raffinate, e accese, e introverse, e complicate, donne con bisogni d’assoluto, con letture che parlavano d’estasi e trasfigurazioni e martirî e supplizi, donne con contrastanti richiami nel sangue, genealogie in cui la discendenza dei Conquistadores si mescola con quella delle principesse indie, o delle schiave, donne conricordi infantili di frutti e aromi d’unavegetazione succulenta e densa di fermenti, benché cresciuta da quegli assolati altopiani.32

42C’est donc à la lumière de cet extrait qu’il faut reconsidérer l’intrusion du Lecteur à la recherche d’informations secrètes, dans la cuisine de Ludmilla. Cette incursion prend alors tout son sens à la lecture de cette nouvelle sur le Goût, où les saveurs de la cuisine mexicaine viennent se superposer à la cruauté des sacrifices humains dont témoignent les sculptures aztèques et l’architecture sacrée, suggérant ainsi au protagoniste et à sa compagne, de multiples associations entre anthropophagie et désir, entre saveurs et complicité érotique.

43Compte tenu de ces précisions, la décision du Lecteur de visiter la cuisine de Ludmilla acquiert tout à coup une signification plus subtile : il s’agit d’une incursion dans la vie privée et intime de la Lectrice, dans ses désirs les plus secrets.

  • 33 Idem, Se una notte d’inverno un viaggiatore, éd. cit., vol. 2, pp. 751-752.

44Le protagoniste observe également plusieurs collections : une collection de « mezzelune », d’« erbe aromatiche », et de « mostarde ». Par ailleurs, d’autres collections sont conservées dans le reste de l’appartement, où Ludmilla accumule éventails, flacons, cartes postales, colliers, mais aussi quantité de photographies et de nombreux cadres dont certains sont vides. Ces collections constituent alors, selon le Lecteur, « una memoria fatta di segnali e emblemi », une sorte de « montaggio delle stratificazioni dell’esistenza »33qui permet à Ludmilla de se propager dans cet appartement, de prolonger et de ramifier son image à travers ses collections, en s’attachant, constate le Lecteur, aux signes dans lesquels elle parvient à identifier quelque chose d’elle, dans lesquels elle se reconnaît.

45Collectionneuse, Ludmilla “la Lectrice” l’est bien évidemment de livres, et a pour habitude d’en lire plusieurs à la fois en fonction de son humeur, des différents moments de la journée, mais aussi en fonction des différentes pièces de l’appartement où elle se trouve :

  • 34 Ibidem, p. 754.

Potrebb’essere un lineamento importante che s’aggiunge al tuo ritrattola tua mente ha pareti interne che permettono di separare tempi diversi in cui fermarsi o scorrere,concentrarsi alternativamente su canali paralleli. Basterà questo per dire che vorresti vivere più vite contemporaneamente ? O che effettivamente le vivi ? Che separi ciò che vivi con una persona o in un ambiente da ciò che vivi con altri e altrove ?34

46De toute évidence, nous ne pouvons qu’établir une analogie avec les différentes lectures entamées par la Lectrice et les dix débuts de romans interrompus qui nous seront livrés au fil de notre lecture et de celle du Lecteur. D’autant plus que la Lectrice, qui n’apparaîtra plus au cours du roman sous les traits de Ludmilla, poursuit cependant ses lectures diverses à travers d’autres figures féminines de lectrices qui semblent évoluer dans le temps, mais également dans l’espace.

47En effet, c’est tout d’abord dans un décor de Conte des Mille et Une Nuits, que la lecture progresse à travers une lectrice orientale, épouse d’un sultan,

  • 35 Ibidem, p. 730.

[una] donna di temperamento sensibile e inquieto, che risente dell’isolamento cui la costringono la dislocazione geografica, i costumi locali e l’etichetta di corte, ma è sostenuta dalla sua insaziabile passione per la lettura...35

  • 36 Ibidem, p. 733.

Puis c’est sur une île de l’océan Indien, qu’une Lectrice américaine résolument moderne « ...vestita d’un paio d’occhialoni neri e d’uno strato d’olio di noce, [...] frappone tra la sua persona e i raggi del sole canicolare l’esiguo scudo d’una popolare rivista new-yorkese »36, qui donne en pré-publication le début d’un thriller.

  • 37 Ibidem.
  • 38 Ibidem, p. 734.

48C’est ensuite à la montagne, sur la terrasse d’un chalet « [che] una giovane donna su una sedia a sdraio... »37poursuit la lecture d’un livre et s’efface à son tour pour laisser place à une autre image de Lectrice contemporaine : celle d’une jeune femme calme et imperturbable qui, « nell’aeroporto africano, tra gli ostaggi del dirottamento », s’absorbe dans la lecture d’un livre dont elle ne peut détourner son attention « come se tutto quel che importa si decidesse lì, al prossimo capitolo ».38

49Enfin, c’est sur l’image futuriste d’une “Lectrice de laboratoire”new-yorkaise attachée sur une chaise électrique

  • 39 Ibidem, p. 735.

per i polsi, coi manometri di pressione e la cintura stetoscopica, le tempie strette nella corona chiomata dai fili serpentini degli encefalogrammi che segnano l’intensità della sua concentrazione e la frequenza degli stimoli [...]39

que s’achève cette longue série de figures féminines.

  • 40 Aurore Frasson-Marin, Calvino et l’imaginaire, cit., p. 341.

50Ainsi s’opèrent au fil des pages les métamorphoses de la Lectrice, mais toutes nous ramènent à la figure de Ludmilla qui se reflète de chapitre en chapitre comme une image changeante mais omniprésente. Par ailleurs, l’image de la femme telle qu’elle est apparue à travers la Lectrice et ses métamorphoses dans un premier temps, puis telle que nous l’apercevrons à travers les différents personnages féminins des romans révèle une constante : les femmes y sont toujours perçues avec convoitise par les personnages masculins. Quant à leurs descriptions, elles se veulent morcelées à l’intérieur des dix débuts de romans, ne prenant appui que sur un détail psychologique, physique ou vestimentaire40.

  • 41  Armida est le personnage de l’ex-madame Marne du premier début de roman : Se una notte d’inverno u (...)
  • 42 Fuori dell’abitato di Malbork, in Se una notte d’inverno un viaggiatore, éd. cit., vol. 2.
  • 43 Sporgendosi dalla costa scoscesa, ibidem.
  • 44 Senza temere il vento e la vertigine, ibidem.
  • 45 Guarda in basso dove l’ombra s’addensa, ibidem.
  • 46 In una rete di linee che s’allacciano, ibidem.
  • 47 In una rete di linee che s’intersecano, ibidem.
  • 48 Sul tappeto di foglie illuminate dalla luna, ibidem.
  • 49 Intorno a una fossa vuota, ibidem.
  • 50 Quale storia laggiù attende la fine ?, ibidem.

51Tour à tour charmeuse et désirable comme le personnage féminin d’Armida41, maternelle et nourricière comme la figure féminine de Bridg42, séduisante et perfide comme Zwida43, voluptueuse, maléfique et castratrice comme le personnage d’Irina44, versatile et opportuniste comme Bernadette45, mystérieuse comme Marjorie Stubbs46, dangereuse et vindicative comme le personnage de Lorna47, innocentes et naïves comme les deux femmes-enfants Makiko48 et Amarante49, angélique et féerique à l’image du personnage de Franziska50 du dernier roman “apocalyptique”, les personnages féminins offrent ici une gamme assez impressionnante de traits psychologiques, et constituent un véritable catalogue de comportements féminins, une véritable collection, une galerie de portraits de femmes.

  • 51  Récit écrit pour accompagner une série d’eaux-fortes de Massimo Campigli publié par “Salomon e Tor (...)

52Par ailleurs, pour ce qui relève de leur description physique, c’est un autre catalogue de détails caractéristiques qui s’ouvre sous nos yeux. En effet, l’observation de leurs corps se révèle essentiellement fragmentaire ; « fragmentaire mais étendue » sera-t-il précisé dans un autre récit intitulé Le memorie di Casanova51. Ainsi, ce ne sont parfois que des « braccia rosse e sode picchiettate di lentiggini dorate », « dei capelli neri tagliati corti », « delle ginocchia bianche », « degli occhi dal lungo taglio obliquo », « un naso affilato e teso alle ali », « una bocca dalle labbra sottili », « o dal disegno ondulato », la place d’un « neo », « la piega amara della bocca », ou encore « una sottile lanugine nera » entre la nuque et le dos...qui attirent l’attention de l’auteur. L’observation du corps sera ensuite comparée, dans le récit Le memorie di Casanova, à celle du ciel, et s’effectuera en fonction d’une certaine cartographie :

  • 52 Idem, Le memorie di Casanova, éd. cit., vol. 3, p. 294.

Erano ognuna un mondo a sé, anzi ognuna un cielo in cui dovevo rintracciare posizioni di stelle e di pianeti, orbite, eclissi, inclinazioni e congiunzioni, solstizi ed equinoxi.52

  • 53 Le terme “Sinforosa” désigne aussi bien une personne maniérée, qu’une capeline qui est, comme chacu (...)
  • 54 Idem, Il Barone rampante, éd. cit., vol. 1.

53Les particularités vestimentaires de certaines des figures féminines des dix débuts de romans viennent accentuer certaines de leurs caractéristiques physiques ou psychologiques. Déjà, dans IlBarone rampante, Viola, la petite fille surnommée « La Sinforosa »53, apparaissait dans le roman « con un’alta pettinatura un po’ buffa per una bimba, un vestito azzurro anche quello troppo da grande, la gonna che ora, sollevata sull’altalena, traboccava di trine ». Regardant devant elle, « a occhi socchiusi e naso in su », elle semblait “jouer à la dame”54.

  • 55  Aurore Frasson-Marin, Calvino et l’imaginaire, cit., pp. 339-341.
  • 56 Sporgendosi dalla costa scoscesa,in Se una notte d’inverno un viaggiatore, éd. cit., vol. 2, p. 664 (...)
  • 57 Ibidem, p. 668.
  • 58 Senza temere il vento e la vertigine, ibidem, p. 689.
  • 59 Sporgendosi dalla costa scoscesa, ibidem, p. 668.
  • 60 Senza temere il vento e la vertigine, ibidem, p. 689.
  • 61 Quale storia laggiù attende la fine ?, ibidem, p. 858.

54Très souvent, ce n’est qu’un simple accessoire, comme un chapeau, qui confère aux personnages féminins toute leur élégance vestimentaire55. Qu’il s’agisse de la description d’un « cappello di paglia bianca» agrémenté d’un ruban couleur lilas56, de la description d’un « viso coperto da una veletta nera sotto le tese del cappello »57, ou bien encore de celle d’un « cappello a campana con un velo e una rosa »58, elle ne vise qu’à mettre en valeur la féminité et l’élégance naturelle qu’accentue le port d’un chapeau : « la testa alta, il collo diritto e come fiero »59. Parfois, un vêtement, comme un manteau de fourrure claire ou « un mantello con un risvolto di pelliccia sull’orlo del fondo e sui polsi »60 accompagné d’un « passo slanciato negli alti stivali », d’une certaine façon de tenir « le braccia raccolte nel manicotto »61, dessinent alors une silhouette féminine très longiligne.

  • 62 In una rete di linee che s’intersecano,ibidem, p. 770.

55Entre un détail et l’autre, que ceux-ci soient d’ordre psychologique, physique ou vestimentaire, Italo Calvino construit un véritable labyrinthe des figures féminines dans lequel certaines images caractéristiques parviennent à se refléter d’une histoire à l’autre. Les pages du livre fonctionnent alors comme une multitude de petits miroirs qui renvoient différentes facettes de personnages féminins. Par ailleurs, ces descriptions morcelées trouvent un point culminant dans le début de roman In una rete di linee che s’intersecano où les figures féminines d’Elfrida et de Lorna, la femme et la maîtresse du protagoniste, se fragmentent et se multiplient à l’infini. En effet, collectionneur d’appareils optiques, le protagoniste s’intéresse vivement aux kaléidoscopes et plus précisément aux « macchine catoptriche del Seicento, teatrini di varia foggia in cui una figura si vede moltiplicata col variare dell’angolatura tra gli specchi »62.

  • 63 Ibidem.
  • 64 Ibidem.
  • 65 Ibidem, p. 776.
  • 66 Ibidem.

56Désireux de multiplier son image, « non per narcisismo o megalomania », mais « per nascondere, in mezzo a tanti fantasmi illusori di [se] stesso, il vero io che li fa muovere »63, le protagoniste décide de se livrer à un jeu de miroirs dans la construction d’une “chambre catoptrique”, reconstitution du « teatro polidittico »d’Athanasius Kircher, dans lequel « una sessantina di specchietti che tappezzano l’interno d’una grande scatola trasformano un ramo in una foresta, un soldatino di piombo in un esercito, un libriccino in una biblioteca »64. Cette “chambre catoptrique” deviendra bien rapidement un “palais de glaces”, ou bien encore une “cage de miroirs” dans laquelle Elfrida, la femme du protagoniste, ayant découvert sa liaison, le retiendra prisonnier de même que Lorna, sa maîtresse. Tandis que les parois de la chambre renvoient à l’infini l’image du protagoniste, « sul pavimento di specchio giace un corpo di donna, legato », celui de Lorna. Dès qu’elle fait un geste, « la sua carne nuda dilaga ripetuta su tutti gli specchi »65. Le protagoniste se précipite alors vers elle pour la libérer mais elle lui répond : « Credi d’avermi in tua mano ? Ti sbagli ! »66.

57L’image de Lorna, diffractée à l’infini, réfractée, mise en abîme, n’est d’ailleurs pas la seule à hanter le protagoniste qui s’aperçoit désormais qu’il est lui-même pris au piège, prisonnier de ses reflets et de ceux de Lorna :

  • 67 Ibidem.

Un occhio e un sopracciglio d’Elfrida, una gamba negli stivali aderenti, l’angolo della sua bocca dalle labbra sottili e dai denti troppo bianchi, una mano inanellata che stringe un revolver siripetono ingigantiti daglispecchi e tra questi frammenti stravolti della sua figura s’interpongono scorci della pelle di Lorna, come paesaggi di carne.67

  • 68 Ibidem, pp. 770-771.

58Les doubles images diffractées du binôme Lorna-Elfrida parviennent ainsi à se ramifier et à occuper tout le récit à la manière du personnage-pieuvre de Lotaria aux multiples métamorphoses. Ces personnages réussissent en effet à s’étendre, à se refléter au fil des pages comme à travers « una galleria di specchi, dove un numero limitato di figure si rifrange e si capovolge e si moltiplica »68, de même que se reflétait l’image de Ludmilla, la Lectrice, à travers d’autres figures de lectrices éparses dans le monde et dans le temps.

  • 69 Idem, La glaciazione, éd. cit., vol. 3, p. 257.

59Ces multiples subdivisions d’images féminines n’adviennent pas exclusivement sous la forme de personnages, mais peuvent également se propager toujours à un niveau purement visuel sous la forme de couleurs. En effet, dans le récit La glaciazione, l’apparition du personnage féminin se prolonge grâce à l’émergence d’une harmonie colorée : « i suoi colori venivano avanti per quel corridoio tra due stanze piene di fumo e di musica a tutto volume... »69.

  • 70 Il nome, il naso paraît en novembre 1972, puis dans le volume Sotto il sole giaguaro publié à titre (...)
  • 71 Un re in ascolto n’apparaît pour la première fois que dans le volume Sotto il sole giaguaro publié (...)

60De même, dans la nouvelle Il nome, il naso70 consacrée à l’Odorat, l’une des présences féminines du récit se ramifie dans le texte et dans la fiction grâce à son parfum. La recherche incessante du protagoniste lancé sur les traces olfactives laissées par cette senteur jamais imaginée jusque-là et humée lors d’une valse dans un bal masqué parisien, le conduit dans une grande parfumerie des Champs-Élysées où il tentera, en vain, de définir le parfum de cette dame à l’aide de gammes de senteurs de jasmin, de senteurs fruitées, pénétrantes ou orientales. Le parfum agit ici comme une ombre, un écho indissociable de la figure féminine. Au contraire, dans le récit Un re in ascolto71 consacré à l’Ouïe, ce sont la voix et le chant sublimés d’une femme qui seront poursuivis par le protagoniste à travers toute la ville. La voix laisse dans ce récit un véritable sillage. Tout comme la senteur poursuivie dans la nouvelle Il nome, il naso, elle enveloppe, accompagne le personnage féminin, et se diffuse tout autour jusqu'à imprégner le récit. Ainsi, les effluves du parfum, tout comme les ondes sonores du chant, se propagent et prennent au piège les protagonistes masculins désormais prisonniers de ces labyrinthes olfactifs et sonores.

  • 72  Idem, Le memorie di Casanova, éd. cit., vol. 3, p. 300.

61La profusion de détails psychologiques, physiques, vestimentaires, sensoriels que fournissent les différentes figures féminines des dernières œuvres leur permet de disperser les renseignements qui les concernent de manière à ce que le ou les protagonistes masculins ne sachent plus à quelle source d’information puiser. En effet, c’est dans la « quantità di precisazioni e rivelazioni e allusioni sparpagliate e divaganti »72, que le protagoniste qui s’efforce de suivre ces personnages féminins, se perd totalement. À ce stade de la réflexion, le doute s’insinue alors chez lui : ou bien il lui est impossible de comprendre une femme qui ne cacherait rien d’elle-même, ou bien les figures féminines agissent avec une telle tactique, avec une stratégie si raffinée que pour échapper aux personnages masculins, pour les fuir, elles n’hésitent pas à se manifester avec profusion. Ces nombreux détails, ces multiples facettes, nous révèlent une femme capable de multiplier à foison son image, ou de la rendre extrêmement complexe, afin de mieux se dissimuler. L’exemple le plus frappant est celui de la Lectrice Ludmilla qui, absente de nombreux chapitres, se révèle capable de se métamorphoser au rythme des différentes lectures entamées, et de se constituer une image-armure en la personne de Lotaria, son double négatif, qui lui sert de bouclier, de carapace, et qui lui permet également de passer à l’offensive contre les personnages masculins en développant, grâce à une multitude de déguisements, toute une galerie de portraits de femmes, dans lesquels elle-même n’apparaît que succinctement, se réservant le loisir de se révéler à sa convenance.

62Au fil des œuvres, la construction des récits et romans d’Italo Calvino paraît de plus en plus élaborée. Quant à la représentation des personnages féminins, Ludmilla semble correspondre à un stade ultime de développement de la figure féminine, dont la complexité n’a plus aucun lien avec la simplicité des tout premiers personnages qu’il s’agisse de la sœur de Pin, ou de la bergère Pamela.

63En revanche la fragmentation en de multiples images de la personnalité de la Lectrice n’est que l’aboutissement d’un processus d’amplification commencé avec les femmes “lunaires” des récits cosmicomiques qui se situent elles-mêmes dans la lignée du personnage dédoublé de Sœur Teodora-Bradamante.

64Tour à tour actrice, spectatrice, et narratrice, cette figure féminine de nonne recluse suivie de son double antithétique de “guerrière fatale” ne cesse déjà de multiplier les écrans et les épisodes où elle met en scène simultanément les deux faces de son personnage, occupant ainsi pleinement le récit, égarant le lecteur-spectateur devenu prisonnier de ce théâtre d’illusions optiques et spéculaires, et se rendant, enfin, insaisissable, inaccessible.

Haut de page

Notes

1 Italo Calvino, Il Sentiero dei nidi di ragno, in Romanzi e Racconti, Milano, Mondadori, “I Meridiani”, 1991 (1ère édition 1947), vol. 1, p. 54.

2 Idem, Il Barone rampante, éd. cit., vol. 1, (1° édition 1957).

3 Idem, Il Visconte dimezzato, éd. cit., vol. 1, (1° édition 1952).

4  Idem, Il Cavaliere inesistente, éd. cit., vol. 1, (1° édition 1959).

5  Idem, Luna di pomeriggio, in Palomar, éd. cit., 1992 (1° édition 1983), vol. 2, p. 902.

6  Idem, La distanza della Luna, in Le Cosmicomiche, éd. cit., vol. 2. Ce texte de 1964 a inspiré plusieurs commentaires dont notamment celui d’André Bouissy, qui en propose une lecture freudienne dans Fantaisie, fantastique, “ fantascienza ” (Zavattini, Buzzati, Calvino et quelques autres), in Letteratura e società, Palermo, Palumbo, 1980, vol. 2, rubrique conte philosophique, pp. 649-666 ; et celui d’Aurore Frasson-Marin qui analyse dans une importante thèse consacrée à Italo Calvino et l’imaginaire, publiée en 1986 aux Éditions Slatkine, les différentes implications psychanalytiques de l’image lunaire liée à celle de la femme, de même que l’isomorphisme de la femme et de la Lune, dans les nouvelles La distanza della Luna des Cosmicomiche (1965) et La molle Luna de Ti con zero (1967).

7 Ibidem, pp. 84-85. L’expression lait lunaire est un clin d’œil à la  Voie lactée .

8 Ibidem, p. 84.

9 Ibidem, p. 96.

10  Italo Calvino, La memoria del mondo e altre storie cosmicomiche, éd. cit., vol. 2, (1° édition 1968). La memoria del mondo est composée de plusieurs “cycles” de récits : quatre histoires sur la Lune intitulées La distanza della Luna, La Luna come un fungo, La molle Luna, Le figlie della Luna ; quatre histoires sur la Terre ; quatre histoires sur le Soleil, les Etoiles, les Galaxies ; quatre histoires sur l’évolution ; quatre histoires sur le temps et l’espace.

11 Idem, La molle Luna, in Ti con zero, éd. cit., vol. 2.

12 Ibidem, p. 232.

13 Ibidem, p. 234.

14 Ibidem, p. 235.

15 Aurore Frasson-Marin, Calvino et l’imaginaire, cit., p. 129.

16  Italo Calvino, La memoria del mondo e altre storie cosmicomiche, éd. cit., vol. 2, (1° édition 1968).

17 Aurore Frasson-Marin, Calvino et l’imaginaire, cit., p. 129.

18 Italo Calvino, Palomar, éd. cit., vol. 2, p. 903.

19 Idem, L’ussaro e la luna,éd. cit., vol. 3, pp. 607-609.

20 Idem, Se una notte d’inverno un viaggiatore, éd. cit., vol. 2, (1e édition 1979).

21 Ibidem, p. 638.

22 Ibidem.

23 Idem, La glaciazione, in Prima che tu dica “Pronto”, éd. cit., vol. 3, 1994, p. 260.

24  Idem, Se una notte d’inverno un viaggiatore, éd. cit., pp. 652-653.

25 Ibidem, p. 749.

26 Ibidem, pp. 750-751.

27 Ibidem, p. 750.

28 Ibidem.

29 Aurore Frasson-Marin, Calvino e l’imaginaire, cit., p. 333.

30 Italo Calvino, Se una notte d’inverno un viaggiatore, éd. cit., vol. 2, p. 751.

31  Idem, Sotto il sole giaguaro, éd. cit., vol. 3, p. 130.Les chiles,précise l’auteur,sont des piments d’un rouge brunâtre, un peu rugueux.

32 Ibidem.

33 Idem, Se una notte d’inverno un viaggiatore, éd. cit., vol. 2, pp. 751-752.

34 Ibidem, p. 754.

35 Ibidem, p. 730.

36 Ibidem, p. 733.

37 Ibidem.

38 Ibidem, p. 734.

39 Ibidem, p. 735.

40 Aurore Frasson-Marin, Calvino et l’imaginaire, cit., p. 341.

41  Armida est le personnage de l’ex-madame Marne du premier début de roman : Se una notte d’inverno un viaggiatore inclus dans l’ouvrage du même nom.

42 Fuori dell’abitato di Malbork, in Se una notte d’inverno un viaggiatore, éd. cit., vol. 2.

43 Sporgendosi dalla costa scoscesa, ibidem.

44 Senza temere il vento e la vertigine, ibidem.

45 Guarda in basso dove l’ombra s’addensa, ibidem.

46 In una rete di linee che s’allacciano, ibidem.

47 In una rete di linee che s’intersecano, ibidem.

48 Sul tappeto di foglie illuminate dalla luna, ibidem.

49 Intorno a una fossa vuota, ibidem.

50 Quale storia laggiù attende la fine ?, ibidem.

51  Récit écrit pour accompagner une série d’eaux-fortes de Massimo Campigli publié par “Salomon e Torrini editori” (1981), et qui dresse un “catalogue” de situations amoureuses. Paru ensuite dans « La Repubblica » des 15-16 août 1982.

52 Idem, Le memorie di Casanova, éd. cit., vol. 3, p. 294.

53 Le terme “Sinforosa” désigne aussi bien une personne maniérée, qu’une capeline qui est, comme chacun sait, un chapeau de femme à très large bord.

54 Idem, Il Barone rampante, éd. cit., vol. 1.

55  Aurore Frasson-Marin, Calvino et l’imaginaire, cit., pp. 339-341.

56 Sporgendosi dalla costa scoscesa,in Se una notte d’inverno un viaggiatore, éd. cit., vol. 2, p. 664. Il nous paraît intéressant de souligner que “la couleur lilas du ruban” qui attire l’attention n’est pas sans rappeler le prénom “Viola” du personnage féminin du Barone rampante, ni même la cotte d’armes “couleur pervenche” et le casque surmonté d’un panache de longues plumes elles aussi “couleur pervenche” de la guerrière Bradamante du Cavaliere inesistente (qui sera d’ailleurs à plusieurs reprises surnommée “le chevalier pervenche”). Nous noterons également que dans le texte L’ussaro e la luna, la jeune fille était habillée de mauve tandis que la princesse portait une jupe couleur améthyste.

57 Ibidem, p. 668.

58 Senza temere il vento e la vertigine, ibidem, p. 689.

59 Sporgendosi dalla costa scoscesa, ibidem, p. 668.

60 Senza temere il vento e la vertigine, ibidem, p. 689.

61 Quale storia laggiù attende la fine ?, ibidem, p. 858.

62 In una rete di linee che s’intersecano,ibidem, p. 770.

63 Ibidem.

64 Ibidem.

65 Ibidem, p. 776.

66 Ibidem.

67 Ibidem.

68 Ibidem, pp. 770-771.

69 Idem, La glaciazione, éd. cit., vol. 3, p. 257.

70 Il nome, il naso paraît en novembre 1972, puis dans le volume Sotto il sole giaguaro publié à titre posthume en 1986, pour l’éditeur Garzanti, et en 1992 pour Mondadori.

71 Un re in ascolto n’apparaît pour la première fois que dans le volume Sotto il sole giaguaro publié à titre posthume. La date de rédaction remonte aux mois de juillet et d’août 1984, mais Claudio Milanini précise dans ses Note e notizie sui testi, que Calvino avait commencé à travailler sur ce thème depuis 1977, en tant que librettiste de l’Opéra Un re in ascolto de Luciano Berio.

72  Idem, Le memorie di Casanova, éd. cit., vol. 3, p. 300.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°3, Femmes italiennes, 1999.

Référence électronique

Sylvie Barral, « Les personnages féminins dans l’œuvre d’Italo Calvino : d’une image simple à une image plurielle », Italies [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 22 janvier 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/italies/2458 ; DOI : 10.4000/italies.2458

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals