Navigation – Plan du site

L’autre est-il Je ? Repérages en Europe, Asie, Afrique, Amérique, à la Renaissance

Jeannine Guérin Dalle Mese
p. 67-86

Résumé

En utilisant principalement les témoignages de deux voyageurs vénitiens de la Renaissance italienne : Gian Battista Ramusio et Cesare Vecellio, l’auteur de cet article entend montrer dans quelle mesure l’étranger (« l’ autre ») est décrit à l’aune de leur propre personne (« je »), ou bien si la passion du voyage et de la connaissance peut aussi les conduire vers l’impartialité.
Pour mener à bien cette étude, plusieurs critères sont pris en compte, en particulier les circonstances à l’origine du périple, et la nature des relations entre le narrateur et son (ou ses) lecteur(s) qui détermine le support et la forme de la narration.
Qu’il s’agisse de lettre ou de compte-rendu journalier, l’image de l’étranger porte la marque de la différence entre le monde occidental et l’autre monde ; les coutumes ancestrales, la religion, l’apparence physique, le langage s’ajoutent pour apporter une incompréhension teintée de méfiance et d’hostilité. Cependant, le voyageur peut aussi inverser les rôles dans son récit et montrer qu’il devient lui-même l’étranger objet de curiosité pour les indigènes. Si cette attitude ne fait pas disparaître du vocabulaire narratif les stéréotypes qui opposent barbarie et civilisation, les descriptions d’une nature souvent luxuriante inconnue dans le monde occidental évoquent l’image d’un paradis terrestre où vivent en toute innocence des hommes heureux de leur condition.
Janine Guérin ne laisse pas longtemps place aux illusions dans son article, les voyageurs ne sont pas prêts à se contenter de ce genre de bonheur. Si des relations s’établissent entre eux et les peuples qu’ils découvrent, certaines permettent aux nouveaux venus de profiter de l’ignorance de leurs hôtes pour établir leur suprématie et satisfaire leur cupidité.
Les dernières pages de l’article évoquent un aspect plus positif des voyages en terre lointaine en plaçant au premier plan le rapprochement esquissé au cours du texte entre les peuples mal connus et leurs visiteurs. Ce rapprochement entre les diverses civilisations s’avère possible lorsque se développe l’effort de connaissance et de compréhension réciproque, accessibles grâce, en particulier, à la curiosité scientifique des uns et des autres, à l’apprentissage des divers langages et, bien sûr, à l’acceptation des différences.

Haut de page

Texte intégral

1Le titre et l’objet de cette communication sont un défi. Un défi lancé à moi-même. Philéas Fogg fait le tour du monde en quatre-vingts jours, ici je ne dispose que de trente minutes. Ce qui m’a poussée, c’est une déjà longue fréquentation des voyageurs européens, italiens surtout, bien sûr, pendant la période qui s’étend de la fin du XIVe siècle à la fin du XVIe et qu’il est convenu d’appeler Renaissance. Ajoutons italienne pour ceux qui ont d’autres limites en tête. Employer le terme Renaissance, pour complaire à Michelet et à ses successeurs, ne signifie pas rejeter la bagatelle des mille ans antérieurs dans un âge entre deux, une espèce de long couloir obscur à franchir avant d’atteindre la lumière, avant de voir l’homme devenir homme. Dans le domaine des voyages, en particulier, il n’y a pas de coupures, tout comme dans celui des mentalités qui est notre terrain de recherche. C’est nous qui les dramatisons a posteriori. Quant aux frontières, qu’elles soient politiques ou naturelles, l’homme les contourne ou les transgresse au sens propre, car de tout temps il est par nature voyageur sans frontières. Ces réflexions veulent essayer de réduire la fracture, ouverte brutalement, d’un monde coupé en deux, l’Ancien et le Nouveau, entre avant et après la découverte, non pour réfuter son importance mais pour ne pas oublier que l’Amérique et son image se construisent bien après les dates fatidiques connues et tout au long du XVIe siècle, pendant que la majorité des voyageurs qui écrivent, et leurs lecteurs, persistent à ne pas s’en préoccuper, à ne pas s’y intéresser. D’ailleurs les découvreurs eux-mêmes continuent à décrire ce qu’ils voient avec les mêmes schémas mentaux.

2Pas de frontières précises non plus entre les continents anciens. Si l’Europe est celui de référence parce qu’il est celui des Occidentaux, on est en Europe et en Asie lorsqu’on est dans l’empire ottoman. Les limites de l’Asie et de l’Afrique sont fluctuantes encore au XVIe siècle, et on croit, comme dans l’Antiquité, que l’Égypte est à cheval sur les deux. De toute façon, les voyageurs parcourent le monde et ne se soucient pas des continents.

3Les deux siècles que nous considérons voient l’espace terrestre se dilater, pratiquement, aux dimensions de notre planète. En 1595 on atteint les îles Marquises en Polynésie, en 1596-1597 le Spitzberg et la Nouvelle Zemble. L’Australie est pour plus tard, en ce qui concerne sa colonisation, mais déjà en 1605 le continent australien est abordé.

  • 1  M. Milanesi, in G.B. Ramusio, Navigazioni e viaggi, Torino, Einaudi, 1978, I, p. XXVI.

4Et l’autre dans tout cela, quel sort subit-il au niveau de sa représentation dans la conscience occidentale ? Car la multiplicité des découvertes propose aussi des variations multiples du spécimen humain. Des savants, tel Ramusio à côté de ses homologues allemands, flamands, français, anglais, essaient de fournir des documents qui permettront aux lecteurs de se faire une idée des différents pays du monde et de leurs habitants à travers les recueils de relations de voyage. Ramusio ne les classe pas par continents, mais comme le souligne Marica Milanesi, il procède par « zones homogènes d’occupation humaine »1. La mer est l’élément ordonnateur autour duquel se regroupent les pays. Ainsi en est-il pour l’Atlantique Sud, l’océan Indien, la mer Rouge, le Pacifique... On a de la sorte une lecture transversale dans le temps – lorsqu’il reprend quelques Anciens – et dans un espace qu’il essaie de rendre moins chaotique pour ses concitoyens. C’est précisément sa fréquentation et celle de Cesare Vecellio, autre Vénitien passionné par l’image des hommes et des femmes de tous les pays du monde, à travers leurs costumes et leurs coutumes, qui m’ont incitée à accepter le défi de la question titre, hommage à un compaesano carolopolitain, poète en sa jeunesse puis voyageur un peu fou.

  • 2  G. B. Ramusio, Navigazioni e viaggi, a cura di M. Milanesi, 6 vol. , op. cit.Les citations ultérie (...)
  • 3  Venezia, presso Damiano Zenaro. Une deuxième édition paraît en 1598, Habiti antichi et moderni di (...)

5L’autre est-il je ? c’est-à-dire arrive-t-on à une identité dans la relation à l’autre du voyageur ? N’étant cependant pas totalement inconsciente, on remarquera que ces repérages ne sont qu’un tout premier état, comme pour un film qui serait tourné ultérieurement. Il ne s’agit pas tant d’apporter des réponses que de rassembler, pour l’instant, des observations à partir de ces relations de voyage rassemblées par Ramusio2, et éventuellement de m’aider de quelques autres sur lesquelles j’ai travaillé, en y ajoutant ce que j’ai pu retirer des gravures et commentaires de Vecellio dans son premier recueil de 1590, Degli habiti antichi et moderni di diverse parti del mondo3. La réflexion s’ordonnera autour de trois repères principaux qui pourraient être : une mise en scène variable ; stéréotypes, mythes et fantasmes ; vers une identification ?

Une mise en scène variable

6Plusieurs niveaux sont à considérer parmi les textes étudiés, importants dans leurs modalités puisque celles-ci vont conditionner l’appréhension de l’autre. Il faut connaître le but du voyage, le temps passé dans le pays, les relations du voyageur avec les habitants, savoir pour qui il écrit, pourquoi et comment. La forme choisie n’est pas indifférente : la lettre, écrite à chaud, peut porter des jugements d’humeur qu’un récit rédigé au retour aurait pondérés ou même totalement inversés ; le diario, qui se veut le témoin fidèle du quotidien et de l’extraordinaire – couple non paradoxal lorsqu’il s’agit de l’ailleurs –, peut être une réécriture, parfois très postérieure, conditionnée par le public visé. Le travail de la mémoire est une donnée dont il faut tenir compte. Sans nous attarder sur cet aspect de la forme choisie, rappelons que dans toute relation, comme dans tout récit, dans tout texte, il y a mise en scène, mais ici elle est particulièrement visible.

7Une relation triangulaire s’instaure entre le metteur en scène – le narrateur –, son spectateur/lecteur et l’autre, objet à montrer. La connivence est inévitable entre les deux premiers puisqu’ils ont les mêmes repères, les mêmes valeurs, les mêmes catégories mentales. Elle peut s’établir au détriment du troisième. L’autre risque de devenir il, c’est-à-dire une non-personne, si l’on suit Benveniste. Mais pas forcément. Tout dépend de ce qui sous-tend leurs rapports.

8Une composante de cette mise en scène, à ne pas oublier, est le divertissement, à côté du désir d’être utile. Le précepte horatien, instruire et divertir, est sans cesse réaffirmé et présenté comme caution de l’écriture à la Renaissance, surtout lorsqu’il s’agit de raconter un voyage, et que l’on n’est pas écrivain de profession. Ce qui signifie que pour divertir, on risque de gauchir les traits de l’autre et de rechercher seulement ce qui va étonner le lecteur. Dans la lettre d’Amerigo Vespucci, connue comme lettre au gonfalonnier Soderini, on lit ceci :

  • 4 Il Mondo Nuovo di Amerigo Vespucci.Vespucci autentico e apocrifo, a cura di M. Pozzi, Milano, Serra (...)

Ancora ché Vostra Magnificenzia stia del continuo occupata ne’ publici negozii, alcuna ora piglierete discanso [riposo] di consumare un poco di tempo nelle cose ridicule o dilectevoli e, come il finocchio si constuma dare in cima delle dilectevoli vivande per disporle a miglior digestione, così potrete per discanso di tante vostre occupazioni mandare a leggere questa mia lettera, perché vi apartino [allontanino] alcun tanto della continua cura e assiduo pensamento delle cose publiche.4

9La valeur rhétorique du topos qui fait apparaître comme insignifiant ou propre à divertir ce que l’on présente, en comparaison de la noble charge du narrataire, ne suffit pas à dissimuler ce qu’il y a de vrai dans la formule. D’autant plus que dans le cas présent, il s’agit d’un faux littéraire, exploitant le filon divertissement du récit de voyage. Le jeu se construit à l’infini, et donc la mise en scène devient une mise en abyme. Que dire alors du sort de l’autre et de l’authenticité de ce qui est dit et présenté ?

10Ramusio, lui, fait appel à un divertissement plus intellectuel lorsqu’il écrit dans sa lettre dédicatoire à Girolamo Fracastoro :

  • 5  G. B. Ramusio, op. cit., I, p. 5.

Ma che dico io del piacere che aranno li dotti e studiosi ? Chi è colui che possa dubitare che ancora molti dei signori e principi non si abbiano a dilettare di così fatta lezione ? Ai quali più che ad alcuno altro appartiene il saper i secreti e particolarità della detta parte del mondo e tutti i siti delle regioni, Provincie e città di quella, e le dependenzie che hanno l’uno dall’altro i signori e popoli che vi habitano.5

11Sous ses questions et affirmations se profile ce qui doit être en 1555, selon lui, nouveau metteur en scène, le véritable intérêt des relations de voyage, non pas amuser les foules ou distraire quelque prince de ses soucis, mais fournir un objet d’étude précieux pour le savant, un objet d’information indispensable pour le prince. Dans cette perspective, les hommes des autres pays du monde vont être vus sous un jour nouveau.

Stéréotypes, mythes et fantasmes

12La première appréhension de l’étranger se fait sous le signe de la différence. Son image, lorsque sa fréquentation remonte à plusieurs siècles, se nourrit de quantité de stéréotypes, présents dans l’esprit du voyageur au moment de la rencontre effective, et qui risquent d’entacher ses jugements de manière irrémédiable.

  • 6  Injure que l’on trouve de façon récurrente en particulier chez Roberto da Sanseverino dans son Via (...)
  • 7  J. Palerne, Voyage en Égypte, Peregrinations du S. Jean Palerne Foresien, Lyon, Pillehotte, 1606, (...)

13L’étranger, le plus proche et le plus chargé de stéréotypes, à la fin du Moyen Age et encore à la Renaissance, est sans doute celui qu’on peut désigner génériquement sous le nom de Sarrasin. Le qualificatif primordial qui résume tout ce que les Occidentaux pensent de lui se traduit par l’insulte constante : « cani saraceni ribaldi », « porzi cani saraceni », ou encore « cani miseri affamati »6. L’étude des petits vocabulaires multilingues que certains voyageurs ajoutent à la fin de leur relation, au XVIe siècle, est une source des plus intéressantes sur les insultes en usage et sur les autres échanges verbaux. Le Français Jean Palerne en fournit un en six langues : français, italien, grec vulgaire, turc, moresque et esclavon. Certains regroupements syntagmatiques cependant ne sont pas traduits dans toutes les langues ; cela tient à leur contenu qu’il n’est pas envisageable de dire sans doute dans tous les pays. Quelques injures sont annoncées comme venant de l’étranger, ainsi des Mores aux chrétiens au XVIe : méchant, maquereau, ton nez en mon cul, chien fils de chien ; des Turcs : maquereau encore, crevé, moindre qu’une putain, cornu, bardache, menteur, fils de putain, infidelle, tu as menti, chien7. Ce prétendu sens unique n’est pas du tout convaincant lorsque l’on connaît la propension de l’être humain à rendre sur-le-champ ce qu’il reçoit dans ce domaine. Nous avons vu plus haut que le qualificatif chien, adressé aux infidèles de l’autre camp, abondait dans les bouches occidentales avec des fioritures sans cesse renouvelées. Il s’échangeait d’ailleurs, ainsi que quelques autres, avec la plus grande facilité, même entre Occidentaux, comme le signale plaisamment Palerne au sujet de son séjour au Caire :

  • 8  Voyage en Égypte de J. Palerne Forésien : 1581, prés, et notes de S. Sauneron, Le Caire, I.F.A.O., (...)

Il advint que nous alasmes sans y penser appuyer contre une boutique de marchand, à laquelle nous avions le dos tourné, nous amusans à regarder vers la place : mais aussitost, nous ouymes le marchand qui commença à nous attaquer à belles injures, nous appelant quelb endelqueb, chien, fils de chien. Ce que je ne trouve pas estrange attendu que les Anglois mesmes, et les Espaignols, nous y appellent : l’Anglois dogue france ou francimant (dog french, frenchman), et l’Espaignol perro, bien qu’ils soient chrestiens ; disoit encores nostre More : marfousso (meschant ou malheureux), arza (macquereau)...8

  • 9  A. Pigafetta, Il primo viaggio intorno al mondo, a cura di M. Pozzi, Vicenza, Neri Pozza, 1994, p. (...)

14Les divers lexiques présentés par Antonio Pigafetta dans la relation de son voyage autour du monde sont d’une autre teneur, qu’il s’agisse des giganti patagoni ou des populi mori, musulmans des Moluques, où l’on propose : sédeti, gentilomo ou sédeti, omo da bene, un baso dolce... Le plus sec étant : omo, lévati de lì ou questo uomo è un poltrone9. Les choix de celui qui écrit ne prouvent en rien que les échanges réels étaient devenus alors plus amènes.

15Les stéréotypes apparus à travers les injures ont un fondement commun que Palerne met en évidence lorsqu’il note : « bien qu’ils soient chrestiens ». Ce fondement, c’est la différence de religion. Chrétiens et Musulmans se sont considérés comme ennemis tout au long du Moyen Age. Leurs rapports essentiels ont eu pour base la violence et la guerre. Aux XVe et XVIe siècles, les désirs de Croisade et de conquête ne sont pas éteints même s’ils ne vont pas jusqu’à leur réalisation, et, dans l’autre sens, on connaît les assauts continus de l’empire ottoman, tout au moins jusqu’à Lépante, qui marque une accalmie. Il n’est pas surprenant que les relations de voyage provenant de pèlerins confrontés à l’autre dans une situation conflictuelle, d’ambassadeurs ou d’envoyés appelés à traiter en circonstances tout aussi délicates, de marchands en butte aux plus grandes difficultés, restituent souvent une image peu flatteuse de l’autre, où la religion opposée va jouer le rôle de catalyseur. A partir de là, les différences d’ordre physique ou ressortissant aux coutumes vont s’amplifier pour bien marquer l’écart.

16Ces différences se polarisent autour de la couleur de la peau et de la nudité. Toujours à propos des Sarrasins, frère Nicolò da Poggi bonsi note :

  • 10  N. da Poggibonsi, Libro d’Oltramare, a cura di A. Bacchi Della Lega, Bologna, Gaetano Romagnoli, 1 (...)

Erano [...] tutti ignudi e neri che parevano diavoli a vedere, che Iesù Cristo sia con esso noi ! Io mi pensai : se questi de Egitto sono così tutti fatti, come ci potremo scampare in fra loro ? Gialli gialli noi entramo nella giarma [...]. Essendo smontati in terra, tutta quella trista gente ci guatavano...10

  • 11  P. Senac, L’image de l’autre, histoire de l’Occident médiéval face à l’Islam, Paris, Flammarion, 1 (...)

17Ces observations, qui font de l’autre un être diabolique, ne manquent pas d’ironie avec le jeu sur la couleur, naturelle et permanente des uns, passagère des autres et reflet de leurs sentiments. Elles remontent, certes, au milieu du XIVe siècle, mais on peut retrouver les mêmes un siècle ou deux plus tard. Au sujet de la couleur noire, Philippe Sénac montrant l’évolution qui se produit dans la représentation du sarrasin au XIIIe siècle remarque qu’auparavant aucune d’entre elles ne privilégiait cette couleur, mais qu’à partir de la seconde moitié du siècle, celle-ci devient prépondérante. Il explique cela par le fait que l’avènement en Espagne de dynasties musulmanes venues d’Afrique met en présence de l’Europe chrétienne des hommes noirs, mais plus encore, c’est pour elle un moyen de différencier l’ennemi, de montrer qu’il ne peut être comparé aux chrétiens11.

18Un autre procédé pour mettre en valeur la différence dans ce domaine est d’inverser le sens du regard : l’Occidental est celui qui est regardé et non plus celui qui regarde, ce qui lui permet de se mettre sur un piédestal et de faire ressortir la simplicité, pour ne pas dire plus, de l’autre. Ainsi Alvise da Ca’ Da Mosto décrit-il certaine confrontation alors qu’il se trouvait sur un marché au Sénégal :

  • 12 Navigazioni di Alvise da Ca’ da Mosto, in G. B. Ramusio, op. cit., I, p. 511.

E questi Negri, sì mascoli come femmine, venivano a vedermi per maraviglia, e parevali una gran cosa a veder cristiani, mai per avanti veduti. E non meno si maravigliavano del mio abito che della mia bianchezza [...]. E alcuni mi toccavano le mani e le braccia, e con spudo mi fregavano, per vedere se la mia bianchezza era tintura over carne, e vedendo che l’era pur carne stavano con admirazione.12

19Ca’ Da Mosto inverse aussi l’opération de vérification de la couleur grand teint. Le blanc peut se teindre en noir par jeu, l’inverse n’est pas possible, observe Guillaume Le Bé qui, en 1585, présente la gravure sur bois d’un couple d’Éthiopiens accompagné du quatrain suivant :

On s’esbahît voyant nostre couleur noirastre,
L’on n’ose aucune fois presque nous regarder :
Il faudrait bien du blanc pour nous pouvoir farder
Avant que l’on nous fist aussi blanc que du plastre.

20Et ailleurs, il représente un fou en train de laver un noir dans un baquet sous le titre : « Le foltasche a blanchi un more ». Le quatrain qui commente montre, encore à la fin du XVIe siècle, que le noir est objet de curiosité, en même temps qu’il est marqué irrémédiablement :

  • 13  G. Le Bé, Costumes exotiques, Paris, chez G. Le Bé, 1585.

Celuy est insensé et perd son temps aussi,
Qui de faire prétend l’impossible possible,
Tout ainsi que ce fol sans raison et nuisible,
Qui veut blanchir par eauë le Maure que voicy.13

21Lodovico de Varthema (ou Barthema, comme l’appelle Ramusio) affiche dans son Itinerario des jugements peu mitigés lorsqu’il parle des Mores de Calicut auprès desquels il est retenu :

E per voler io fuggire da loro, pensai di non li poter ingannare salvo che con la ipocrisia, perché i Mori son la più grossa gente del mondo.

  • 14 Itinerario di Lodovico Barthema, in Ramusio, op. cit., I, p. 869.

22Il va plus loin encore lorsque jetant un regard sur ses pérégrinations à Java, en Inde et ailleurs, il évoque sa lassitude devant les désagréments des climats rencontrés, et ceux qui furent dus aux différences de coutumes, « e sopratutto di quelli così crudeli e inumani uomini, veramente non dissimili dalle bestie »14.

23Cet Itinerario – dédié à Agnese da Montefeltro, fille de Federico due d’Urbin, et mère de Vittoria Colonna, la poétesse amie de Michel-Ange, qui en conserva l’unique manuscrit – fut publié en 1510, pour répondre au désir du pape Jules II et de plusieurs de ses cardinaux. Best seller des récits de voyage avec ses cinquante éditions en toutes les langues d’Europe au cours des XVIe et XVIIe siècles, il eut un public étendu et varié, ce qui signifie que celui-ci ne pouvait, en certains domaines, que conforter sa vision subjective et partiale de l’autre et pérenniser certains stéréotypes. On comprend l’attrait de cet ouvrage, à la fois documentaire (son auteur est le premier à avoir pénétré en Arabie, à avoir visité les Moluques) et passionnant livre d’aventure. Avec un art consommé, Lodovico sait mettre en scène ses personnages, et surtout se mettre lui-même en scène. Le chapitre qui s’intitule Della regina moglie del soldano, che fieramente s’innamorò dell’auttore ; e come il prefato finse di esser pazzo, e de molte cose che gì’intervenne est à la fois l’illustration de cet art et un exemple de l’attitude de l’Occidental face à l’autre, noir, et femme de surcroît, mais pas n’importe laquelle cependant, pour rehausser l’importance du narrateur protagoniste. Le jeu qui se joue, et qui voit, bien entendu, le triomphe du blanc, ajoute un piment supplémentaire en introduisant, sous couvert de folie feinte, la nudité, non plus de l’indigène noire, mais celle du narrateur qui se dresse en objet de convoitise et de concupiscence. À la reine qui, ayant reconnu la sagesse de l’homme, prisonnier du sultan, lui demande d’enlever sa chemise pour qu’elle puisse le contempler, il obéit :

  • 15 Ibid., p. 794-795.

E io per contentarla mi levava la camicia e ponevomela davanti per onestà, e così mi teniva due ore davanti a lei standomi a contemplare, come s’io fussi stato una ninfa, e faceva una lamentazione inverso Dio in questo modo : « O Dio, tu hai creato costui bianco come il sole, il mio marito tu l’hai creato negro, il mio figliuolo ancora negro e io negra. Dio volesse che questo uomo fusse mio marito. Dio volesse ch’io facesse un figliuolo com’è questo ». E dicendo tal parole piangeva continuamente e sospirava, manegiando di continuo tutta la mia persona, e promettendomi che, subito che fusse venuto, il soldano mi faria cavar li ferri.15

24Varthema, à travers ce récit, non seulement réaffirme la supériorité du blanc, envié par celle qui restera toujours son inférieure malgré son rang, mais il accumule les stéréotypes : Joseph biblique, il résiste à la tentation de la femme noire, fidèle de Mahomet – moins par vertu chrétienne, à dire vrai, que parce qu’il en craint les conséquences de la part du sultan et de la reine elle-même qui pourrait le garder comme esclave –, faisant ressortir la luxure de l’autre. La luxure fait partie des caractéristiques que les voyageurs du Moyen Age et de la Renaissance attribuent systématiquement non seulement aux noirs idolâtres, et qui selon eux va de pair avec la nudité, mais aussi à tous les mahométans, vêtus ou dévêtus, reliant la religion des infidèles à toutes les perfidies diaboliques.

  • 16  F. Suriano, Trattato di Terra Santa, a cura del padre G. Golubovich, Milano, Artigianelli, 1900.

25Les coutumes, c’est-à-dire les manières d’être et de vivre, apparaissent comme choquantes dans leur extrême différence, et surtout elles semblent provenir, pour certains, d’une volonté délibérée de s’opposer aux chrétiens, et appartenir à un monde à l’envers dont l’endroit ne peut être que celui de l’observateur. Francesco Suriano, franciscain ayant vécu en Terre Sainte et en d’autres pays de l’Orient à la fin du XVe siècle, dresse un tableau de toutes ces oppositions16. Cependant on peut observer à travers ses jugements qu’il ne condamne pas forcément ce qui est contraire aux coutumes occidentales : l’évolution se fait vers une meilleure compréhension et acceptation de l’autre, comme nous le verrons dans la dernière partie.

26Les mythes du barbare et du sauvage évoluent eux aussi avec la fréquentation de plus en plus grande de l’Orient, la découverte de nouveaux pays, la découverte d’un nouveau monde. Nous nous bornerons à évoquer ici, à partir du mythe du sauvage celui de l’âge d’or. Le mythe du Paradis terrestre, qui recoupe celui de l’âge d’or, traverse les âges, et les voyageurs croient pouvoir retrouver l’Eden biblique en certains lieux de leurs pérégrinations. Sa collocation, longtemps associée à une Inde lointaine et indéfinie, varie au cours des siècles. Aux XVe-XVIe siècles, quelques-uns penchent pour l’Egypte et le delta du Nil pendant que d’autres, décidément fidèles à l’Inde, au départ, le situent idéalement dans le nouveau continent. Vespucci, dans une lettre de 1502 à Pierfrancesco de’ Medici, évoque un printemps perpétuel, des fleurs et des fruits offerts en permanence, odeurs et saveurs paradisiaques :

  • 17 Il Mondo Nuovo dì Amerigo Vespucci, cit., p. 78-79.

Questa terra è molto amena e piena d’infiniti albori verdi e molto grandi, e mai non perdono foglie e tutti hanno odori soavisimi e aromatici e producono infinitisime frute e molte d’esse buone al gusto e salutifere al corpo. E campi producono molte erbe, fiori, radice molto soave e buone, che qualche volta mi maravigliavo de’ soavi odori de l’erbe e de’ fiori e de’ sapori d’esse frute e radice, tanto che infra me pensavo esser presso al paradiso teresto : infra questi alimenti arei creduto esser circa ad esso.17

27Si les terres nouvelles, par leur climat, leurs richesses, peuvent évoquer l’Eden sous la plume des voyageurs, leurs populations apparaissent, selon le regard qui les jauge, sous le signe de la fracture primordiale : les bons et les mauvais. Les mauvais ont, bien entendu, des coutumes barbares, et la pire est ainsi décrite, toujours par Amerigo :

  • 18  Ibid., p. 139.

Mangion poca carne, salvo che carne di uomo, ché sapra Vostra Magnificenzia che in questo sono tanto inumani che trapassano ogni bestiai costume, perché si mangiano tutti e loro nimici che amazzano o pigliano, sì femine come maschi, con tanta efferità che a dirlo pare cosa brutta, quanto più a vederlo, come mi accadde infinitissime volte e in molte parti vederlo. E si maravigliorono udendo dire a noi che non ci mangiamo e nostri nimici.18

28Le contenu de cette lettre apocryphe est un exemple de ce qui a nourri l’imaginaire occidental, prompt à se délecter de l’horreur amplifiée d’autrui. Michel de Montaigne, qui consacre un chapitre des Essais au cannibalisme, ne craint pas d’avoir la dent dure envers ceux qui qualifient de barbares « ce qui n’est pas de [leur] usage » :

  • 19  Montaigne, Oeuvres complètes, texte établi et annoté par Robert Barrai en collaboration avec Pierr (...)

Je pense qu’il y a plus de barbarie à manger un homme vivant qu’à le manger mort, à déchirer par tourments et par géhennes un corps encore plein de sentiment, le faire rôtir par le menu, le faire mordre et meurtrir aux chiens et aux pourceaux (comme nous l’avons non seulement lu, mais vu de fraîche mémoire, non entre des ennemis anciens, mais entre des voisins et concitoyens, et, qui pis est, sous prétexte de piété et de religion), que de le rôtir et manger après qu’il est trépassé.19

  • 20 Storia dell’Indie di Pietro Martire in Ramusio, op. cit., V, p. 53-55.

29Nous rejoignons avec lui le mythe du bon sauvage, l’autre aspect que nous avons évoqué tout à l’heure. Il n’en est pas l’initiateur s’il en est le défenseur et le propagateur. Il suffit de lire les pages écrites par Pietro Martire d’Anghiera dans son De orbe novo, publié en 1516, repris plus tard en traduction italienne en particulier par Ramusio. Colomb, tel qu’il nous est montré, y navigue entre cannibales aux aguets, mais aussi bons sauvages (« il paese era fertile e pieno di genti mansuetissime [...], gl’invitavano a smontare in terra amorevolissimamente ») qui n’attendent que la bonne parole du blanc ou, mieux, lui servent d’exemple. Une scène particulièrement théâtrale se déroule, d’après Pietro Martire, entre l’admirante et un Indien octogénaire. Le moment n’est pas indifférent : Colomb assiste à la célébration de la messe pendant que le vieil homme demeure attentif et admiratif. L’office terminé, un dialogue s’engage entre les deux hommes, au moyen d’un interprète précise-t-on. L’Indien prononce de graves et sages paroles que Colomb écoute avec respect. Il apprend ainsi les particularités de ce pays : ils ont tout en commun, aucun seigneur ne les domine, les vieux, en fort grand nombre, se chargent de l’éducation des jeunes et leur apprennent à se contenter de peu et seulement de ce qu’ils trouvent dans leur propre pays ; ils ne doivent pas faire commerce avec les étrangers de peur qu’adoptant leurs coutumes ils ne deviennent eux aussi scélérats. Ils adorent le soleil, et le matin, avant l’aube, se rendant près de la mer, des rivières ou des sources, ils attendent les premiers rayons, se baignent le visage et les mains et font hommage à l’astre dès qu’il paraît. Les vieux s’installent ensuite à l’ombre des arbres et discourent avec sagesse pendant que les jeunes cultivent le maïs ou autres plantes qui serviront à tous car tout doit être commun « come è il sole e l’acqua », etc. Et le narrateur d’ajouter : « spesse volte si riducono, sì gli uomini come le donne, sotto altissime ombre [à nouveau référence à des arbres séculaires qui disent la paix et la pérennité], e quivi ballano a lor modo e si danno buon tempo »20.

  • 21  Cf. en particulier : A. C. Fiorato, La découverte du Nouveau Monde et l’imaginaire utopique du XVI (...)

30Mythe de l’âge d’or ? Évocation d’une nouvelle Arcadie ? Plus que tournée vers le passé, la scène semble devoir servir de modèle à une société future idéale. Ce n’est pas un hasard si l’utopie en tant que vocable remonte précisément à 1516 avec Thomas Morus, et l’on sait les développements que le XVIe siècle apportera à la notion21.

31Que devient l’autre à travers tout cela ? Son image ne sert-elle pas plutôt de prétexte à rêveries et fantasmes ? Le Moyen Age a cultivé les merveilles, tant celles relatives à la nature que celles concernant l’homme directement. L’Orient a été dans ce domaine une source intarissable où les voyageurs ont puisé allègrement. Il ne faut pas croire que ceux de la Renaissance y aient renoncé. Antonio Pigafetta qui relate, après y avoir participé, le premier tour du monde, ne craint pas d’accumuler les légendes, les croyances, les manifestations du merveilleux, à côté de faits précis et vérifiables. La frontière entre réel et irréel est ténue et la vision fugace de l’autre, si lointain, reste souvent fluctuante et subjective.

Vers une identification ?

32Le terme identification doit être entendu dans sa double acception, c’est-à-dire l’action d’identifier, de reconnaître comme appartenant à une certaine espèce ou classe d’individus, et l’action de s’identifier à l’autre ou de l’identifier à soi.

  • 22  Giuliano Tozzi a consacré un chapitre à cette question qu’il réévalue plus justement dans son ouvr (...)

33La question primordiale que se posent les découvreurs et le monde occidental face à toutes les formes variées de l’espèce humaine est : sont-ils des êtres humains ?22 Il faut attendre 1537 et la bulle Sublimi Deus du pape Paul III, pour que les Indiens d’Amérique soient reconnus comme de vrais hommes. La confusion entre hommes et babouins s’est parfois produite. L’ultime refuge des races monstrueuses imaginées au Moyen Age est la Patagonie que l’on croyait peuplée de géants.

  • 23 Viaggio di Antonio Pigafetta, in Ramusio, op. cit., II, p. 887.

34Reprenons Pigafetta pour ne pas donner de lui une seule image qui risquerait d’être à son tour déformée et déformante. Sa réponse, en 1525, à la question posée précédemment, est dépourvue d’ambiguïté et se fait sous l’autorité du capitano (Magellan) : « E così vennero molti di loro a veder il capitano, il qual cognobbe che erano uomini molto umani e pieni di ragione »23. Il s’agit des habitants de l’île de Suluan, au sud de Zamal dans les Philippines.

35Non seulement ces indigènes sont reconnus comme appartenant à la même race, au sens large, que leurs interlocuteurs, mais ils possèdent des qualités qui les mettent à un excellent niveau dans l’échelle des valeurs. Leur couleur et leur nudité ne sont plus des éléments dépréciatifs, et il est intéressant de remarquer comme évoluent les critères concernant le laid et le beau. On exprime ses goûts sur la nuance de noir : Cesare Vecellio, à la fin du siècle, dit préférer le noir éthiopien.

36Giovanni da Verrazzano brosse ainsi le portrait des Indiens d’Amérique qu’il rencontre :

  • 24 Relazione di Giovanni da Verrazzano, in Ramusio, op. cit., VI, p. 892-893. Une description flatteus (...)

Vanno queste genti del tutto nude, e solo le parti vergognose cuoprono con alcune pelli d’animali [...]. Sono di color berettini [neri] e non molto dalli Saracini differenti, con capelli neri, folti e non molto lunghi, quali insieme uniti legano drieto la testa, e li portano in forma d’una picciola coda. Sono di membri ben proporzionati, di mediocre statura e più tosto alquanto maggiori di noi : nel petto larghi, le braccia disposte, le gambe e altre parti del corpo ben composte, e non hanno altro difetto salvo che nel viso tendono alquanto in larghezza : non però tutti, perché a molti vedemmo il viso profilato ; gli occhi neri e grandi, con guardatura fissa e pronta.24

  • 25 Relazione di Giovanni da Verrazzano, in Ramusio, op. cit., VI, p. 894-895.

37Les nombreux détails, les différentes gradations témoignent de l’attention portée à l’autre. Ces gens jugés également « umani e cortesi » sont donc, non seulement identifiés, mais reconnus avec certains caractères extérieurs et comportements proches de ceux des observateurs. Certaines scènes d’échanges entre indigènes et Européens chez Verrazzano, chez Colomb et d’autres sont dignes des descriptions d’entrevues entre sultans ou princes d’Orient et ambassadeurs occidentaux. Les cadeaux échangés sont le symbole de la courtoisie qui régit leurs rapports. Giovanni da Verrazzano relate, en particulier, un premier débarquement difficile à cause de la tempête. De la rive, les Indiens font des gestes d’amitié. « Per mandarli delle cose nostre, e da Indiani comunemente molto desiderate e apprezzate, come sono fogli di carta, specchi, sonagli e altre simil cose, mandammo a terra un giovane de’ nostri marinari »25. Le jeune, effrayé, jette ses présents sur la rive et veut s’en retourner au plus vite. En difficulté et prêt à se noyer, il est sauvé par les indigènes qui le soignent et l’aident ensuite à retourner auprès de ses compagnons.

38Si la scène paraît idyllique dans sa relation, il faut noter que le but poursuivi, en réalité, est tout autre. S’ils se contentent de pacotille, cela signifie que, pour ces hommes, les choses n’ont pas la même valeur, qu’ils sont prêts à donner en échange l’or et les pierres précieuses convoités ; s’ils sont si bons, on peut faire d’eux ce que l’on veut. Une autre scène décrite peu après est éclairante à ce sujet. Nous sommes sur les côtes de la Virginie. Les marins rencontrent une vieille femme accompagnée d’une jeune fille de dix-huit à vingt ans. Chacune porte deux fillettes sur les épaules et une autre petite au cou. Effrayées, elles se mettent à crier :

  • 26  Ibid., p. 896.

Per acchetarle e dimesticarle, le diedero a mangiare delle vivande che seco avevano, quali la vecchia con gran gusto accettava, e dalla giovane era il tutto sprezzato e a terra sdegnosamente gettato. Tolsero il fanciullo alla vecchia per condurlo in Francia, e volendo prender la giovane, qual era di molta bellezza e d’alta statura, non fu mai possibile, per i grandissimi gridi che metteva, che la potessimo condur al mare, e massime avendo a passar per alcune selve ed essendo lungi dalla nave, deliberammo lasciarla, portando solo il fanciullo.26

39Au-delà de l’anecdote se profile tout ce que chacun sait sur cette histoire du passé où les rapports avec l’autre ont souvent été des rapports de pouvoir plus que de reconnaissance d’une identité, et donc devant inspirer le respect.

40Une évolution décisive dans les mentalités occidentales face à l’autre à la Renaissance, je la vois surtout du côté de l’Orient, et de l’Orient le plus proche, c’est-à-dire celui qui concerne l’Egypte et le monde arabe. Cette évolution est conditionnée par des rapports qui ne se veulent plus de force mais de désir de connaissance. Si la première étape est de reconnaître l’autre, la seconde est de le connaître. Cette étape s’accomplit grâce aux efforts de voyageurs religieux, humanistes, savants. Elle sous-entend également un travail de longue haleine, ce qui signifie que le voyageur ne se contente pas d’une visite rapide comme l’est un pèlerinage, une traversée commerciale, une mission diplomatique, mais qu’il séjourne plusieurs années dans le pays. De plus, il ne s’agit pas d’un voyage de groupe comme le sont les pèlerinages, au cours desquels l’individu voyageant a toujours quelques compatriotes autour de lui pour former bloc avec lui face aux “infidèles”, par définition opposants. Il y a, bien entendu, de solides exceptions lorsque la personnalité du pèlerin est telle qu’elle fait fi de ces obstacles. A la fin du XVe siècle, le frère Félix Fabri en est un bel exemple. Sa curiosité, son esprit tolérant et toujours en éveil le rendent apte à comprendre l’autre, fût-il sarrasin et musulman, comme en témoignent ces quelques lignes :

  • 27  F. Fabri, Le Voyage en Égypte de Félix Fabri, 1483, trad. du latin, présenté et annoté par le R. P (...)

Il y avait avec nous sur le bateau un Sarrasin qui s’était joint à nous au Caire. C’était un homme d’une éducation et, s’il est permis de le dire, d’une piété telles, qu’aucun religieux n’eût pu lui être comparé dans la chrétienté ; la maturité semblait rayonner de son visage. J’eusse volontiers conversé avec lui si j’avais connu sa langue...27

41La langue est précisément l’obstacle premier qu’une fréquentation un peu longue, associée au désir de communication, permet de surmonter. Plusieurs médecins italiens, qui font partie de ces savants auxquels je faisais allusion, se sont consacrés à l’étude de l’arabe pour s’informer sur les sciences naturelles, la mathématique, la philosophie, la rhétorique, la religion, etc., en lisant et en discourant là-bas avec leurs homologues, mais aussi avec les gens du peuple. Prospero Alpino de Marostica donne des renseignements sur l’alphabet arabe, sur sa prononciation, sur les ouvrages à consulter pour l’apprentissage de la langue. Les différents ouvrages qu’il écrit sur l’histoire naturelle, sur la médecine sont plus que des ouvrages uniquement destinés à ces matières, ils montrent une approche en profondeur de la société égyptienne. Avant lui, Jacques Manni de Salò exerçait la médecine au Caire auprès des Vénitiens et connaissait parfaitement l’arabe. Avant Manni encore, Andrea Alpago de Belluno, à la fin du XVe, début du XVIe siècle, fait preuve de l’extrême intérêt qu’il porte à la langue arabe en traduisant Avicenne, en écrivant l’Arabicorum nominum interpretatio, sorte de glossaire des termes de médecine et d’histoire naturelle, lui aussi beaucoup plus riche en informations sur la vie au Proche Orient que ce que le titre laisse entendre. Il parcourt les pays à la recherche de manuscrits arabes et est l’un des plus illustres initiateurs occidentaux à la culture islamique.

42La connaissance du contenu du Coran se précise un peu aux XVe-XVIe siècles, de la part de ces voyageurs, bien que de nombreuses légendes en propagent encore une vision tout à fait erronée. La traduction en latin remonte pourtant au XIIe siècle et est due à l’initiative de Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, qui la fait entreprendre lors de son voyage en Espagne. Au XIVe siècle, on procède à une traduction en vulgaire (catalan). Le but recherché est polémique, il faut connaître de plus près la religion des infidèles pour mieux la combattre. Mais ces traductions sont peu diffusées dans le reste de l’Europe. Notons que la première édition imprimée du Coran paraît à Venise en 1509.

43On voit à travers les propos d’un Prospero Alpino que l’attitude change face à l’infidèle et que l’on peut même badiner avec lui, ou pire avec elle, sur un sujet aussi brûlant que la religion, comme il le fait :

  • 28  P. Alpin, Histoire Naturelle de l’Égypte, trad. du latin et présenté par R. de Fenoyl, Le Caire, I (...)

A une noble femme turque qui voulait un jour me convaincre [...] pour que j’embrasse la foi de Mahomet et que j’accepte de me faire Maure, je répondis : « Pourquoi veux-tu que j’adopte ta croyance ? », comme elle me répondait : « pour que tu entres au Paradis après ta mort », je lui dis : « Il sera meilleur pour moi de devoir rester hors du Paradis avec les femmes que d’y entrer avec les hommes, car j’espère qu’il me sera agréable de rester hors du Paradis en compagnie des très belles femmes mauresques, de vivre avec elles et de goûter avec elles un plaisir sans pareil ». A ces mots, la femme conclut la discussion par un éclat de rire, et elle n’osa plus jamais me vanter sa foi.28

44Cette attitude va bien au-delà de l’aimable badinerie, elle montre que pour Alpino on peut garder ses convictions et accepter l’autre tel qu’il est, avec les siennes. C’est le reconnaître comme son égal. L’autre devient je, non parce que je le soumets à ma propre loi mais parce que je le laisse jouir de la liberté d’esprit ou de conscience que je me concède à moi-même.

45Il ne faut pas croire, bien entendu, que tout devient soudainement merveilleux dans les rapports avec l’autre, à travers ce que nous en disent les voyageurs. Simplement, on observe que la dimension humaine prend peu à peu des aspects nouveaux grâce à ces hommes de science, de lettres, d’art aussi. Cesare Vecellio, dont j’ai mentionné le nom au début de cet exposé, manifeste, au long de son ouvrage sur les costumes du monde entier où chacun apparaît dans son cadre comme pour une vaste galerie de portraits, son intention de considérer tous ces représentants comme appartenant tous, avec quelques variantes, à la même famille.

46Sans doute, en fin de compte, donnerait-il raison à Rimbaud pour conclure que je est aussi un autre, tous les autres.

Haut de page

Notes

1  M. Milanesi, in G.B. Ramusio, Navigazioni e viaggi, Torino, Einaudi, 1978, I, p. XXVI.

2  G. B. Ramusio, Navigazioni e viaggi, a cura di M. Milanesi, 6 vol. , op. cit.Les citations ultérieures de Ramusio seront tirées de cette édition.

3  Venezia, presso Damiano Zenaro. Une deuxième édition paraît en 1598, Habiti antichi et moderni di tutto il mondo di Cesare Vecellio. Di nuovo accresciuti di molte figure, toujours à Venise, mais chez Sessa, dans une double version, italienne et latine. Les commentaires se limitant à la description des habits, cette édition est loin d’avoir, à mon avis, l’intérêt de la première, à partir de laquelle je prépare un ouvrage.

4 Il Mondo Nuovo di Amerigo Vespucci.Vespucci autentico e apocrifo, a cura di M. Pozzi, Milano, Serra e Riva, 1984, p. 126-127.

5  G. B. Ramusio, op. cit., I, p. 5.

6  Injure que l’on trouve de façon récurrente en particulier chez Roberto da Sanseverino dans son Viaggio in Terrasanta, a cura di G. Maruffi, in Scelta di curiosità letterarie inedite o rare dal sec.XIII al XVII, diretta da G. Carducci, Bologna, presso Romagnoli Dall’Acqua, 1888.

7  J. Palerne, Voyage en Égypte, Peregrinations du S. Jean Palerne Foresien, Lyon, Pillehotte, 1606, p. 554.

8  Voyage en Égypte de J. Palerne Forésien : 1581, prés, et notes de S. Sauneron, Le Caire, I.F.A.O., 1971, XVI, p. 85. Dans son ouvrage L’énonciation : de la subjectivité dans le langage, Paris, A. Colin, 1980, Catherine Kerbrat-Orecchioni montre comment les termes péjoratifs fonctionnent comme des injures et les réactions qu’ils suscitent de la part du receveur (p. 79).

9  A. Pigafetta, Il primo viaggio intorno al mondo, a cura di M. Pozzi, Vicenza, Neri Pozza, 1994, p. 178-180.

10  N. da Poggibonsi, Libro d’Oltramare, a cura di A. Bacchi Della Lega, Bologna, Gaetano Romagnoli, 1881, p. 45.

11  P. Senac, L’image de l’autre, histoire de l’Occident médiéval face à l’Islam, Paris, Flammarion, 1983, p. 72.

12 Navigazioni di Alvise da Ca’ da Mosto, in G. B. Ramusio, op. cit., I, p. 511.

13  G. Le Bé, Costumes exotiques, Paris, chez G. Le Bé, 1585.

14 Itinerario di Lodovico Barthema, in Ramusio, op. cit., I, p. 869.

15 Ibid., p. 794-795.

16  F. Suriano, Trattato di Terra Santa, a cura del padre G. Golubovich, Milano, Artigianelli, 1900.

17 Il Mondo Nuovo dì Amerigo Vespucci, cit., p. 78-79.

18  Ibid., p. 139.

19  Montaigne, Oeuvres complètes, texte établi et annoté par Robert Barrai en collaboration avec Pierre Michel, Paris, Le Seuil, 1967, p. 101.

20 Storia dell’Indie di Pietro Martire in Ramusio, op. cit., V, p. 53-55.

21  Cf. en particulier : A. C. Fiorato, La découverte du Nouveau Monde et l’imaginaire utopique du XVIe siècle, in Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique. Réalités, imaginaire et réinterprétations, Études hispano-italiennes n° 5, Publications de l’Université de Provence, 1994, p. 117-131.

22  Giuliano Tozzi a consacré un chapitre à cette question qu’il réévalue plus justement dans son ouvrage Adamo e il Nuovo Mondo. La nascita dell’antropologia come ideologia coloniale : dalle genealogie biblichie alle teorie razziali (1500-1700), Firenze, La Nuova Italia, 1977.

23 Viaggio di Antonio Pigafetta, in Ramusio, op. cit., II, p. 887.

24 Relazione di Giovanni da Verrazzano, in Ramusio, op. cit., VI, p. 892-893. Une description flatteuse d’indigènes à couleur intermédiaire est donnée par Pigafetta, où le blanc demeure quand même la référence de base et où certains critères de beauté sont laissés à leur responsabilité (les dents peintes en rouge et en noir) : « Sono di statura grandi come noi e ben disposti, di colore ulivo, ancor che naschino bianchi ; hanno li denti rossi e neri, il che reputano bella cosa. Le femmine vanno ancor loro nude, eccetto che portano davanti le parti vergognose una scorza [...] le quali femmine sono belle e delicate, e più bianche che non sono gli uomini, e hanno li capelli spessi e negrissimi, lunghi insino a terra » (Viaggio di Antonio Pigafetta, in Ramusio, II, p. 885-886).

25 Relazione di Giovanni da Verrazzano, in Ramusio, op. cit., VI, p. 894-895.

26  Ibid., p. 896.

27  F. Fabri, Le Voyage en Égypte de Félix Fabri, 1483, trad. du latin, présenté et annoté par le R. P. Jacques Masson, Le Caire, I.F.A.O., 1975, p. 426-427.

28  P. Alpin, Histoire Naturelle de l’Égypte, trad. du latin et présenté par R. de Fenoyl, Le Caire, I.F.A.O., 1980, p. 177.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’Études Italiennes, Université de Provence, n° 2, Voyager à la découverte de l’identité et/ou de l’altérité, 1998

Référence électronique

Jeannine Guérin Dalle Mese, « L’autre est-il Je ? Repérages en Europe, Asie, Afrique, Amérique, à la Renaissance », Italies [En ligne], 2 | 1998, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/italies/3455 ; DOI : 10.4000/italies.3455

Haut de page

Auteur

Jeannine Guérin Dalle Mese

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals