Navigation – Plan du site
Fictions du voyage

Nievo voyageur sentimental

La nostra famiglia di campagna, cousine italienne de
A Sentimental Journey Through France and Italy1
Elsa Chaarani Lesourd
p. 613-632

Résumés

On se propose de démontrer que le texte d’entrée du Novelliere campagnuolo d’Ippolito Nievo, qui n’est pas une nouvelle champêtre à la Sand, mais bien un récit de voyage campagnard, est un hypertexte du Sentimental Journey Through France and Italy de Laurence Sterne, que Nievo avait pu lire dans la célèbre version de Foscolo intitulée Viaggio sentimentale di Yorick. Le texte de Nievo reproduit une spécificité structurelle de la traduction de Foscolo, et aussi la structure fragmentaire du récit de l’écrivain britannique, ainsi que des éléments précis du contenu narratif qui s’articulent autour de la thématique du voyage. Il apparaît en outre évident que Nievo reprend aussi, du Voyage sternien, sa disposition philosophique particulière, « sentimentale », de « voyage du cœur », puisque l’ouverture à autrui ainsi qu’à d’autres horizons y est sans relâche valorisée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte est avant tout, comme le volume entier, un témoignage d’amitié à Brigitte Urbani, mais j (...)
  • 2 Marinella Colummi Camerino, Introduzione a Nievo, Bari, Laterza, 1991, p. 33 ; Maurizio Bertolott (...)
  • 3 Marinella Colummi Camerino, Il tema del viaggio nella narrativa di Ippolito Nievo, « Quaderni ven (...)

1La nostra famiglia di campagna, écrit d’ouverture du Novelliere campagnuolo, est un texte essentiellement différent des nouvelles qui le suivent dans le recueil, dont la première édition, posthume, est de 1956. S’agissant du « texte théorique du Novelliere » selon Marinella Colummi et, selon Maurizio Bertolotti, d’un « manifeste, pamphlet polémique et journal de voyage »2, sa structure très particulière et son allure digressive justifient une étude à part, même si Marinella Colummi a montré que le thème du voyage pouvait concerner l’ensemble du Novelliere et même l’ensemble de la prose nievienne3.

  • 4 Giovanni Maffei, Nievo umorista, in Effetto Sterne. La narrazione umoristica in Italia da Foscolo (...)
  • 5 Ippolito lut probablement le roman de Jane Austen Pride and prejudice dans la version française q (...)
  • 6 Pour la version italienne, cf. Ugo Foscolo, Viaggio sentimentale di Yorick, in Idem, Opere, vol.  (...)

2En effet, La nostra famiglia di campagna, publiée en 1855 dans la revue mantouane « La lucciola », se prête très bien à une analyse sur le thème du voyage, puisqu’elle se configure comme un hypertexte du roman inachevé de Laurence Sterne, A Sentimental Journey Through France and Italy, comme cela a déjà été remarqué par différents critiques4. Or, alors que certaines œuvres de la littérature européenne ont souvent pénétré en Italie dans leur version française5, dans ce pays, le roman sternien bénéficie très tôt d’une médiatisation prestigieuse grâce à la célèbre traduction d’Ugo Foscolo (Viaggio sentimentale di Yorick6). Précisons que, traduction d’écrivain, elle fut effectuée selon des critères plutôt modernes pour l’époque : Foscolo traduit le texte intégral, auquel il demeure assez fidèle, cherchant à rendre, autant qu’il est possible, les nuances de l’écriture humoristique et nerveuse de l’écrivain britannique.

  • 7 Cf. Frédéric Ogée, “This matter”? “Better in France” ? Laurence Sterne et le voyage sentimental, (...)

3A Sentimental Journey Through France and Italy arrive après une longue tradition de récits de voyage, en particulier ces voyages qu’effectuaient les nobles dans le cadre du Grand Tour et que Laurence Sterne tourne en dérision. Quant à l’adjectif « sentimental », il s’inscrit dans le cadre britannique d’un Enlightenment où l’influence de l’empirisme de Locke tend à atténuer l’importance du concept de raison, et où la notion de sentiment commence à prendre une signification positive, liée à l’émotion et aux sensations, considérées comme étant à l’origine des connaissances, et donc de la pensée7. Cela est net dans la définition que le personnage principal, Yorick, propose de son voyage, ainsi que dans sa version foscolienne qui fut, selon toute probabilité, celle dont Nievo disposait :

  • 8 Laurence Sterne, A sentimental journey through France and Italy, cit., désormais abrégé en SJ.
  • 9 Ugo Foscolo, Viaggio sentimentale di Yorick, cit., désormais abrégé en VSY.

This a quiet journey of the heart in poursuite of Nature, and those affections which arise out of her, which make us love each other, and the world, better than we do.8

Viaggio riposatissimo è questo mio ; viaggio del cuore in traccia della natura e di que’ sentimenti che da lei sola germogliano, e che ci avvezzano ad amarci scambievolemente, e ad amare una volta un po’ meglio tutti gli altri mortali.9

4Même si, entre le texte de Sterne et sa version foscolienne, d’autres hypertextes sterniens ont pu influencer Nievo, nous avons choisi d’examiner les ressemblances du texte nievien avec le “prototype” du Voyage sentimental de Sterne. En premier lieu, on procédera à la comparaison de l’hypertexte nievien avec l’hypotexte foscolien de Sterne, afin de comprendre comment cette lecture put induire Ippolito Nievo à écrire La nostra famiglia di campagna. On cherchera ensuite à montrer, dans une seconde partie, que Nievo a compris en profondeur cette définition sternienne d’un « voyage sentimental ».

Un air de famille

5Sans prétendre comparer le texte anglais avec le texte italien, il paraît tout de même indispensable de prendre en considération au moins une différence importante entre Sterne et Foscolo. Le texte anglais se présente comme une série de fragments pourvus chacun d’un titre, mais non numérotés : or, Foscolo intervient en attribuant dans sa version un numéro à chacun de ces fragments. Du point de vue du travail de traduction, la chose est compréhensible, car plus d’une fois, des fragments qui se suivent portent le même titre, et la numérotation permettait à Foscolo de s’assurer qu’il n’en avait oublié aucun, dans un texte où la continuité du contenu narratif est sans cesse brisée. Toutefois, l’intervention n’est anodine qu’à première vue, car elle ressemble fort à une tentative de rationalisation latine (les numéros sont des chiffres romains) d’un certain flou libertaire tout britannique. Ainsi Foscolo aboutit à un découpage en soixante-neuf petits chapitres, qui correspondent, vérification faite, aux soixante-neuf fragments, souvent constitués d’un seul paragraphe, de Sterne. De la sorte, le texte nievien, divisé, lui aussi, en cinquante petits chapitres, numérotés en chiffres romains, et allant, eux aussi, d’un paragraphe à trois pages pour le plus long, présente, dans son apparence matérielle, une ressemblance frappante avec la traduction foscolienne de Sterne.

  • 10   Ippolito Nievo, La nostra famiglia di campagna, in Idem, Novelliere campagnuolo e altri racconti(...)

6Du point de vue structurel, le texte nievien10 est composé, comme le texte de Sterne, d’un voyage-cadre, raconté à la première personne par un io narrante qui est de toute évidence un alter ego de l’auteur, comme on verra plus loin. Cet io narrante voyage avec un ami à travers la campagne de l’Alto Mantovano, au Sud-Est de Brescia et au Nord-Ouest de Mantoue, de Solferino à Guidizzolo (environ 6 kilomètres), puis de Guidizzolo à la ferme de l’Olmo située à une demi-heure de route, puis de cette ferme à Ceresara (environ 6 autres kilomètres), et enfin de Ceresara vers une destination inconnue, et le lecteur est maintenu dans l’ignorance du but de ce voyage. Le récit premier, celui du voyage-cadre des deux amis, comprend deux récits seconds. Le premier des deux est raconté par l’io narrante qui illustre ainsi par un exemple sa théorie sur les « âmes-limaces » des propriétaires terriens : c’est l’histoire de Tommaso (chapitre x). Le deuxième récit second est raconté à l’io narrante par le fermier Giuliano, qui retrace l’histoire de son frère Basilio, du chapitre xx au chapitre xxxiii. Mais ce deuxième récit second contient, à la manière des poupées russes, le récit que fait Basilio à son frère Giuliano de l’histoire de son vacher Fortunato, récit de Basilio qu’on appellera “récit tiers”.

  • 11   (1) La roue de la voiture se brise, et les voyageurs rencontrent un vieux paysan-menuisier, jama (...)
  • 12   Chapitre i : Exposition de ses intentions par l’io narrante. Chapitre II : L’io narrante imagine (...)

7Le lecteur se trouve donc face à quatre récits : (1) celui du voyage de l’io narrante, dans lequel s’insère (2) l’histoire de Tommaso racontée par l’io narrante, (3) celle de Basilio racontée par Giuliano à l’io narrante, (4) celle du vacher Fortunato racontée par Basilio à Giuliano qui la rapporte à l’io narrante. De plus, les rencontres effectuées au hasard des routes par les deux voyageurs du récit premier ont pour effet de décomposer le récit en neuf épisodes différents11. Enfin, les chapitres i-ii, v, viii-ix, xiii-xiv, xv, xix, xxxix-xl, xlii, que nous n’avons pas cités, sont constitués des très nombreuses digressions de l’io narrante, à caractère métalittéraire ou philosophique12. À ces digressions longues, interrompant les récits, s’ajoutent les minuscules et innombrables ruptures internes aux récits eux-mêmes, comme par exemple aux chapitres VI et VII, lorsque l’io narrante intercale, dans sa conversation avec le vieux paysan-menuisier, ses pensées indignées sur la condition paysanne, ou lorsqu’il insère, au sein du récit de Giuliano, ralenti par l’élocution difficile de ce narrateur intradiégétique handicapé, l’expression de son impatience.

8On voit clairement par là, d’une part, que le récit nievien, malgré la numérotation des chapitres héritée de Foscolo, possède une structure tout aussi fragmentaire que celui de Sterne, et d’autre part, que les deux textes présentent de sérieuses ressemblances structurelles (voyage-cadre du récit premier, narrateur en alter ego de l’auteur, digressions, interruptions du récit).

  • 13   Qu’il nous soit permis de citer ici Elsa Chaarani Lesourd, Ippolito Nievo, uno scrittore politic (...)
  • 14   On pourrait imaginer, par exemple, qu’Ippolito se fonde sur un voyage retour réel de Brescia (ch (...)

9Du point de vue du contenu thématique, intéressons-nous d’abord à l’io narrante. Il convient de rappeler, comme l’a déjà fait Marinella Colummi, que pour Nievo, l’excursion ou la promenade à la campagne correspond à une habitude quasiment journalière et remontant à l’adolescence et même à l’enfance. Nievo était un écrivain marcheur, dans le Frioul, où il sillonnait les alentours du château de Colloredo, et dans la région de Mantoue, où il irradiait autour de Mantoue et de Fossato di Rodigo, souvent en compagnie de son ami Attilio Magri. À cela, il faut ajouter les constants allers-retours en voiture entre Mantoue et Colloredo, les séjours estivaux du côté de Pellestrina, ou de Chioggia, les déplacements chez des amis, comme Andrea Cassa, qui résidait à Brescia, ou plus tard les Fusinato, à Castelfranco Veneto13. La situation décrite dans La nostra famiglia, une excursion en voiture à travers la campagne mantouane en compagnie d’un ami, appartient donc à une banalité quotidienne, pour laquelle on pourrait presque imaginer les noms, dans la réalité biographique, de certains personnages anonymes du texte14. Du reste, pendant sa brève existence, l’immobilité a toujours pesé à Nievo, témoin le moment où, après les accords de Villafranca, bloqué à Fossato, il ronge son frein, ne pouvant plus se rendre ni en Vénétie, ni même à Mantoue. On peut donc comprendre que le Viaggio sentimentale di Yorick, racontant un voyage à la première personne, dut l’inspirer tout particulièrement.

  • 15   « Il ronzino salta di qua, risalta di là, e ricalcitra – torna di qua – poi di là – da per tutto (...)
  • 16   « Ora mi convien tornare a un personaggio principalissimo del racconto, troppo a lungo trasandat (...)

10Au demeurant, une autre ressemblance thématique entre les deux récits est l’importance donnée à l’évocation des moyens de transport. Dans Viaggio sentimentale, plusieurs chapitres sont consacrés à la « désobligeante » (en français dans le texte, vi et vii), cette calèche à une seule place, aux tractations entre le narrateur et « Monsieur Dessein » concernant l’obtention d’une voiture (viii, ix, xv, xvii), et enfin, au cheval, désigné en français dans le texte par le mot « bidet » et ensuite par sa traduction italienne « ronzino » (xxv et xxvi). Dans le texte nievien, le cabriolet à deux places conditionne la narration des chapitres iii à vii, ainsi que xi et xii, puisque sa roue brisée contraint les deux voyageurs citadins à se faire aider par un paysan expert en menuiserie. Plus loin, les chapitres xxxvi et xxxvii sont consacrés à expliquer que la petite taille du véhicule oblige les quatre personnages désirant se rendre dans la famille Basilio (Giuliano, Don Pietro, le narrateur et son ami) à l’abandonner momentanément pour voyager tous les quatre sur le dos du cheval. Quant à ce cheval, il est désigné par le même terme que dans le texte foscolien, « ronzino »15, le chapitre xxxvi lui est dédié, et ses traits anthropomorphiques, nourrissant l’humour nievien, en font un « personnage »16 – selon la désignation qu’en fait le narrateur – à part entière.

11Du reste, les frontières assez floues entre les humains et les animaux – humains animalisés, animaux anthropomorphiques – proviennent peut-être d’un ajout foscolien au texte de Sterne. Foscolo, pour introduire les fragments concernant le personnage de Maria, jeune fille que l’amour a rendue folle, choisit de traduire et d’insérer dans le texte de son Viaggio sentimentale un extrait de Vita e opinioni di Tristano Shandy gentiluomo où est narré l’antefatto concernant ce personnage féminin, et où l’on peut lire cet extrait :

  • 17   VSY, p. 330.

Maria m’affissò pensosa alcun poco ; poi guardò la sua capra, poi me ; e poi la sua capra ancora : e così ora l’una ora l’altro. – Or bene, Maria – le dissi amorosamente – che rassomiglianza ci trovate voi ? Ma e tu, candido lettore, credi ch’io non le feci questa interrogazione se non perch’io sono umilmente convinto che anche l’uomo è una bestia ; credimi, e di questo te ne scongiuro, ch’io non avrei lasciato andare una burla intempestiva alla presenza venerabile della miseria ; no, quand’anche m’impadronissi di quanta arguzia sgorgò mai dalla penna di Rabelais.17

  • 18   Au sujet de l’identification êtres humains/animaux, qu’il me soit permis de citer ici Elsa Chaar (...)

12Outre l’identification entre humains et animaux, on retrouve ici l’apostrophe au lecteur “candide”, reprise abondamment, quoiqu’avec d’autres adjectifs, dans le texte nievien18.

  • 19   NFC, X, pp. 14-16.

13Dans le texte de Sterne, les scènes impliquant des mendiants sont récurrentes. Il s’agit d’abord du frère franciscain don Lorenzo au tout début du récit, puis du groupe des mendiants du chapitre xxiv intitulé « Montreuil », entre lesquels le narrateur partage sa monnaie, et enfin du mendiant des chapitres liii et lx, “spécialisé” dans le public féminin, qu’il convainc par adulation. Or, l’une des scènes les plus importantes de La nostra famiglia di campagna, pour son impact idéologique aussi bien que pour son humour dévastateur, est précisément une scène de mendicité, lorsque le propriétaire Tommaso croise, au détour d’un chemin, une pauvre femme qui, en lui demandant l’aumône, lui pose un problème de conscience, puisque c’est lui-même qui l’a réduite à la mendicité19.

  • 20   Qu’il me soit permis de citer à ce sujet Elsa Chaarani Lesourd, Ippolito Nievo et le roman kaléï (...)

14On commence à comprendre le fonctionnement de cette hypertextualité nievienne. Comme il l’avait déjà fait dès la rédaction de l’Antiafrodisiaco, inspiré par la lecture de Stello ou les diables bleus d’Alfred de Vigny, ou quand il avait écrit Angelo di bontà, incontestablement repris du début de Consuelo de George Sand, Ippolito reprend la présentation matérielle d’ensemble du récit, ainsi que quelques noyaux thématiques20. De Stello ou les diables bleus, il avait repris la circonstance centrale, la maladie des blue devils ou le blues, dirait-on aujourd’hui, qui affecte le poète romantique Stello, devenue dans l’Antiafrodisiaco, la maladie d’amour de Stracotto, et Stello comme Stracotto sont soignés au moyen d’un récit ; puis, il avait également reproduit les données structurelles du découpage en chapitres et de la variété d’écriture théâtrale et narrative de Stello. De même ici, Nievo emprunte à la version foscolienne du Voyage sternien sa structuration en chapitres et sa discontinuité narrative, ainsi que sa situation principale – le voyage d’un narrateur alter ego de l’auteur – et que quelques noyaux narratifs – évocation des moyens de transport, cheval ou plutôt ronzino, scène de mendicité – en adaptant le tout à des préoccupations qui lui sont propres.

Un citadin aisé ne voyage pas à la campagne pour voir des riches

15On se propose de montrer ici comment Nievo a saisi toute la portée philosophique de la disposition « sentimentale » du voyage sternien. Selon Sterne, comme le prouve l’extrait cité plus haut du texte sternien et de sa version foscolienne, l’état d’esprit du voyageur « sentimental » comporte l’idée fondamentale d’une disponibilité intérieure, d’une aptitude à l’émotion, à l’empathie, dirait-on aujourd’hui, face à autrui. Sterne conçoit d’abord le voyage, non comme une succession de visites touristiques, mais comme l’opportunité de rencontrer des personnes :

  • 21   VSY, p. 298

It is for this reason, Monsieur le Count, continued I, that I have not seen the Palais Royal – nor the Luxembourg – nor the façade of the Louvre – nor have attempted to swell the catalogues we have of pictures, statues and churches. I conceive every fair being as a temple, and would rather enter in, and see the originals drawings and loose sketches hung up in it, than the transfiguration of Rafael itself. (SJ)

Non ho dunque, monsieur le comte, visitato il Palais-Royal – non il Luxembourg – non la façade du Louvre – non ho ambito d’impinguare i cataloghi che abbiamo di quadri, di statue e di chiese – nel mio pensiero ogni bella persona è un tempio dov’io son vago d’inoltrarmi a fine di ammirare le immagini originali, e gli schizzi abbozzati che vi si appendono, piuttosto che la stessa trasfigurazione di Raffaello.21

  • 22   « Si rendeva intelligibile alle più rozze persone. […] Chiaro, nobile nel parlare, modellava il (...)
  • 23   « Di rado ho visto come in lui accoppiarsi un certo che di scelto e di nobile, qual d’uomo nato (...)

16Or, Nievo était, particulièrement au moment de la rédaction de La nostra famiglia di campagna, vis-à-vis des paysans de la campagne italienne, dans des dispositions « sentimentales » que l’on peut précisément définir comme une pleine acceptation de l’altérité, acquise grâce à ses fréquentes conversations avec les paysans frioulans et mantouans et au cours de ses longues promenades. Cette attitude d’ouverture était d’abord, chez lui, spontanée, selon des témoignages précis. Il savait, se souvient son père Antonio Nievo, « se rend[re] intelligible aux personnes les plus frustes », et adapter « son discours aux circonstances », détestant « l’arrogance surtout si elle était accompagnée de cette fausse douceur des manières aristocratiques »22. « J’ai rarement vu », raconte Pacifico Valussi, « se mêler, comme chez lui, un je-ne-sais-quoi de noble et d’élevé dans l’attitude […] et une séduisante simplicité, une franchise, en pleine harmonie avec les beautés de la nature et les manières de la vie champêtre »23.

17Mais ces qualités personnelles trouvèrent dans la rédaction de La nostra famiglia di campagna à s’exprimer, en poursuivant un but idéologique précis, qui était l’édification des propriétaires terriens, bien trop ignorants, selon lui, des réalités vécues par la paysannerie qu’ils côtoyaient pourtant journellement.

18Pour rendre l’état d’esprit de Nievo vis-à-vis des paysans, on pourrait donc paraphraser le propos que Sterne souligne dans son texte concernant les Anglais à l’étranger :

  • 24   VSY, p. 226.

As an Englishman does not travel to see Englishmen, I retired to my room. (SJ)

Siccome un inglese non viaggia per vedere inglesi, io m’avviai alla mia camera.24

19« Un citadin aisé ne vient pas à la campagne pour voir des riches », aurait pu écrire Nievo.

20Mais comment s’exprime, dans le texte nievien, une telle disponibilité « sentimentale » ? Face aux aléas du voyage, deux types de réactions sont possibles et même mises en scène par Nievo, celle, positive, de la capacité à s’ouvrir aux occasions du voyage, et celle, négative, de la fermeture ou même de l’hostilité. Lorsque la roue du cabriolet à deux places qui transporte les voyageurs se brise au chapitre iii, l’io narrante, dont nous avons déjà dit les ressemblances avec Ippolito, dialogue avec le paysan menuisier, alors que son ami montre une certaine indifférence en s’endormant. Le narrateur partage cette capacité d’ouverture et d’adaptation avec d’autres personnages, comme cet astronome suédois visitant la Sibérie :

  • 25   NFC, XLVII, p. 57.

Mi sovvien ora d’un certo astonomo svedese che dopo viaggiate […] le regioni polari, e visitate le più selvagge tribù della Siberia, s’avvenne in un’orda di Kirchisi, il cui capo abitava sotto un coperto di tegole e aveva una certa guarnacca di pellicce coi bottoni […]. Figuratevi la conversazione del nostro dottissimo ! Quella topaia del Kirchiso gli parve a milla tanti più splendida del palazzo reale di Stockolma, et quel vestito e quei bottoni più graziosi d’ogni gingillo parigino […].25

21Nievo se sert de la parabole de l’astronome faisant un voyage d’études pour montrer le relativisme dont doit faire preuve le voyageur citadin à la campagne, s’il ne veut pas en rester à un jugement superficiel sur la campagne et ses habitants :

  • 26   Ibidem, p. 58.

E non aveva torto ; giacché alle frutta si fa buon viso in ragione del paese e del clima dove sono cresciute, e più dolce è una mela ad Arcangelo, che un arancio a Messina. Noi all’incontro, usciamo di città calzati di vernice, profumati di patchouli, col sigarro d’Avana alle labbra, e delle molte ed assai buone cose che per la campagna s’incontrano non facciam conto alcuno, torcendo ogni tratto il naso sia pel tanfo delle stalle, sia per lo scomodo del camminare, sia per la rozza semplicità della loquela. E in questa il cuoricino si stringe, e sospetta quasi una non so quale duplicità di stipite nel genere umano.26

22On le voit : la dernière phrase de cette parabole souligne l’absence de cordialité humaine dont font preuve les citadins en voyage à la campagne, et l’étroitesse de leur cœur. En d’autres termes, chez eux, c’est le corps qui voyage, mais le cœur en est incapable, contrairement à ce que préconisait Sterne avec son « journey of the heart ».

23L’expression « étroitesse du cœur » qui, à première vue, pourrait paraître étonnante ou trop métaphorique, correspond en réalité aux images utilisées par Nievo dans son écrit pour désigner l’alternative entre l’ouverture aux autres, qui correspond au goût pour les espaces ouverts, pour la nature et pour la liberté, et le refus de l’altérité, lié aux images de l’enfermement, de la stagnation, du croupissement tout au fond d’une prison.

  • 27   NFC, I, p. 3.
  • 28   Ibidem.

24Dès les toutes premières phrases du texte, le ton est donné : le riche est caractérisé par son immobilité. Quand il ne se repose pas « à l’ombre de ses calomnies »27 envers les paysans, il est « assis à discuter de ses affaires sous l’ombre dense d’un mûrier »28, mais cette immobilité physique correspond à une inertie morale, fort bien décrite dans l’apologue de son âme « en forme d’oignon » ou « âme limacienne » :

  • 29   NFC, IX, p. 13.

L’anima di tale specie di bimani [gli accorti galantuomini] così numerosa e stimata, io la chiamo anima lumaca, né ella è propriamente uno spirito, bensì qualche cosa di carnale e di polputo, che si informa presso a poco dallo stampo d’una cipolla. Gli strati […] sono come anelli disposti l’uno dentro all’altro, […] ma tuttavia involge il tutto una pellicola trasparente e sensibile ad ogni buffo d’aria, chiusa con tutta gelosia ; e solamente in un canto per un bucherello quasi invisibile si penetra all’interno, e per quanto minimo sia, pure sembra s’impiccolisca sempre più […].29

  • 30   « […] il tuo fondo buono è rimasto tutto stagnante nella sua ignara e sterile bonaccia ! », NFC, (...)
  • 31   « Questa cotal pellicina così dilicata e tenace contiene sulle sue papille esterne, per dirlo al (...)
  • 32   « Vedi che tutte queste doti sono eccellenti, e che avendoti ammobigliato l’animo d’ogni virtù p (...)

25Il s’agit bien là d’un imaginaire de l’espace clos, tout au fond duquel se cachent les vingt-quatre bons sentiments du riche propriétaire selon un ordre qui situe dans le fond « stagnant »30 de cette âme « charnelle » et donc matérialiste, la « connaissance du bien et du mal »31. Or, les bons sentiments voudraient bien sortir à l’air libre, mais ils en sont empêchés par le « sens de son intérêt », si bien que les « faits extérieurs » ne parviennent jamais à « émouvoir les parties internes de cet appareil »32.

26Tout au contraire, le vieux paysan menuisier rencontré au chapitre VI évoque son profond besoin de l’air libre et des horizons dégagés :

  • 33   NFC, VII, p. 9.

In quella settimana or ora passata, io non poteva ridurmi a toccar una sega, e mi convenne uscir sempre in campagna, e zappare, e mettere in assetto i viticci, e pulire le siepi, e in quel lavoro mi si rinfrancavano le forze ; mentre chiudendomi qui nel cortile a piallar assi, e a martellar chiodi, credo che sarei morto !33

  • 34   « Sono giù alla bassa in cerca di lavoro ; e Dio no’l voglia torneranno con quelle benedette feb (...)
  • 35   « Ora avvenne che mentre il vecchio finiva d’attaccare il cavallo, ed io m'affaccendava a riscuo (...)

27Le voyage comporte, au demeurant, des risques et des dangers ; ainsi le vieux paysan menuisier exprime-t-il son inquiétude à l’idée que sa femme et ses deux filles, qui sont parties dans la bassa pour y chercher du travail, courent le risque d’y attraper la fièvre, c’est-à-dire la malaria34. Mais le courage dont elles font preuve en affrontant ce péril est récompensé, puisqu’elles en reviennent, rayonnantes d’avoir trouvé du travail35.

28En ce qui concerne le riche propriétaire, le risque couru par le voyageur possède précisément une dimension « sentimentale » chère à Sterne. Lorsque le propriétaire terrien Tommaso décide d’aller faire une promenade vespérale, l’adjectif sternien, ici souligné par nous, est employé par Nievo :

  • 36   NFC, x, pp. 14-15.

Un giorno quell’anima lumacosa di Tommaso passeggiava per la viuzza del cimitero ; e fosse l’ora del tramonto, o la solitudine e la mestizia del luogo o la lenta digestione, i grilli sentimentali gli brulicavano pel cervello : sapeva egli d’essere un buon diavolo, perché l’era voce comune, e così prendeva beatamente sul serio le poetiche oscillazioni de’ suoi anelli spirituali ; in quel momento poi, tanto leggiero era il suo volo nel mondo dei sogni, e così libero il respiro dell’anima in quel viaggio gratuito, da non accorgersi quasi del sordido sacco entro il quale per costume affogava.36

29Par un concours de circonstances extraordinaires, l’âme « limacienne » de Tommaso, qui habituellement stagne dans l’immobilité de son égoïsme, se trouve exposée à l’ouverture envers autrui. C’est précisément à ce moment qu’il fait la rencontre de la veuve d’un de ses anciens employés, qu’il a chassée avec son enfant pour ne pas avoir à nourrir de bouches inutiles et qui, devenue mendiante, le supplie de lui trouver un toit et une brassée de paille, si bien que ce « voyage gratuit » lui offre la possibilité d’une confrontation avec sa propre conscience, une occasion qu’il se garde bien de saisir :

  • 37   NFC, x, p. 15.

[…] Tommaso appressatosi ancora alla povera, e messe le due dita al taschino depose nella sua mano paralitica un solduccio tosato. La povera donna guardò quella moneta con occhio rassegnato, e una lagrima, ultimo sforzo de’ suoi occhi aridi e infossati, vi cadde sopra ; mentre il padrone se la dava a gambe fuggendo i pericoli d’un nuovo accesso di tenerezza.37

30Du point de vue de Tommaso, le risque (« i pericoli »), ironiquement souligné par l’auteur, est de céder à sa propre compassion.

31Ainsi, les personnages pourraient être divisés en deux catégories, les voyageurs sentimentaux, généreux et capables de se laisser émouvoir, de partir en quête d’une vérité humaine, et les autres, caractérisés par leur fixité et leur frilosité morale, enfermés dans un système de préjugés.

  • 38   L’histoire de Basilio est racontée aux chapitres xx-xxxiii et xxxviii-xxxix.

32C’est à la première catégorie qu’appartient Basilio. Selon des critères capitalistes courants, Basilio devrait être considéré comme un perdant, un raté : à force de vouloir payer et nourrir dignement ses employés et de se laisser voler par l’un d’entre eux, il a fait faillite et son domaine a été saisi par les huissiers38. Or, à l’opposé de la doxa capitaliste, Nievo en fait, parmi les propriétaires, le personnage le plus positif de son récit.

  • 39   Le récit tiers de Basilio sur son vacher Fortunato se trouve aux chapitres xxix-xxx.

33Ainsi, lorsque Basilio s’aperçoit que les quatre vaches laitières de son étable ne lui rapportent pas tout l’argent qu’il pourrait espérer, il décide de suivre son vacher Fortunato, et s’aperçoit que le vacher, un peu trop porté sur le bon vin, échange son lait contre des bouteilles, si bien qu’il en apporte bien moins que prévu à la coopérative laitière39. Toutefois, à la fin de cette tournée, Basilio aperçoit Fortunato qui entre dans une église et qui, conscient de sa faiblesse, se repent. La logique capitaliste voudrait que Basilio renvoie Fortunato et le mette au chômage, mais Basilio préfère conserver Fortunato à son service. Pourquoi ?

34Même si le texte n’est pas explicite sur ce sujet, il est clair que Basilio, en suivant Fortunato dans ses pérégrinations, est devenu un voyageur sentimental, dont le cœur voyage tout autant que son corps en déplacement. En d’autres termes, il considère que la découverte d’une vérité profondément humaine et intime sur Fortunato est plus importante que la perte financière, et que l’acceptation d’autrui est prioritaire par rapport au développement économique.

35L’un des aspects les plus étranges de ce petit texte nievien est sans doute que l’échec de Basilio, le patron indulgent mais perdant, semble valorisé. Or, cet insuccès paraît en quelque sorte confirmé, redoublé, par le revers que subit de son côté l’io narrante qui retrouve, chez son ami propriétaire terrien autrefois bien disposé envers les paysans, les préjugés qu’il cherche à éradiquer chez son compagnon de voyage, si bien qu’il échoue complètement à convaincre ce dernier du bien-fondé de ses idées sur les paysans.

36Trois motifs pourraient expliquer que Nievo choisisse de finir ainsi sur ce qui a toutes les apparences d’une défaite. Le premier pourrait être la résignation à un état de fait auquel on ne peut rien changer, mais étant donné la charge humoristique du texte contre les privilèges et les privilégiés, cette explication ne paraît pas très satisfaisante. Le second pourrait être l’exigence de réalisme : peut-être Nievo avait-il, dans la classe des propriétaires terriens à laquelle il appartenait, bien des amis décevants qui refusaient de remettre en cause ce qui leur apparaissait comme des évidences et n’était que des préjugés, et en faisant d’eux un portrait à charge, il pouvait espérer les ébranler. Le troisième pourrait être que Nievo refuse tout triomphe facile afin de rendre son texte, au bout du compte, bien plus problématique.

  • 40   Frédéric Ogée, op. cit., p. 14.

37Il nous semble que ces deux dernières explications se trouvent éclairées par la notion de « voyage sentimental ». Car le voyageur sentimental n’est pas un triomphateur, son but n’est pas l’efficacité redoutable de la raison, et sa quête consiste au contraire à se laisser émouvoir pour mieux fissurer l’immobilisme des préjugés chez autrui, afin d’ébranler son lecteur sceptique au moyen de l’évocation d’une réalité problématique. Selon Frédéric Ogée, qui conclut ainsi son article sur le Voyage sternien, « l’irritation de certains à la lecture des œuvres de Sterne vient de ce qu’ils n’acceptent pas de se laisser aller aux pulsations du récit. Si l’on remplace, dans la préface, les mots traveller et travelling par les mots reader et reading, on a, il me semble, la clé des plaisirs sterniens »40.

38Lire, c’est donc déjà voyager ; lire, c’est déjà être ce voyageur « sentimental » ; lire, c’est déjà accepter de faire ce « voyage du cœur » en quête de sentiments et d’émotions nouvelles, si bien que lire La nostra famiglia di campagna, c’est accepter de se confronter avec la mise en scène par Nievo d’opinions discordantes et divergentes sur les habitants de la campagne. La défaite apparente du narrateur cache, en réalité, la foi de son auteur dans les forces et dans les faiblesses de la littérature : Nievo pensait peut-être que si le lecteur lisait jusqu’au bout ce texte agaçant, il ferait déjà la moitié du voyage.

Haut de page

Notes

1 Ce texte est avant tout, comme le volume entier, un témoignage d’amitié à Brigitte Urbani, mais je voudrais le dédier aussi à mon frère Étienne Lesourd, angliciste.

2 Marinella Colummi Camerino, Introduzione a Nievo, Bari, Laterza, 1991, p. 33 ; Maurizio Bertolotti, Le complicazioni della vita, Milano, Feltri-nelli, 1998, p. 162.

3 Marinella Colummi Camerino, Il tema del viaggio nella narrativa di Ippolito Nievo, « Quaderni veneti », giugno 1990, pp. 155-167 et Id., Vivere il tempo, guardare il mondo : tragitti spaziali e temporali nelle Confessioni d’un Italiano, « Quaderni veneti », giugno 2002, n. 35, pp. 29-48.

4 Giovanni Maffei, Nievo umorista, in Effetto Sterne. La narrazione umoristica in Italia da Foscolo a Pirandello, Pisa, Nistri-Lischi, 1990, pp. 202-203 ; Marinella Colummi Camerino, Introduzione…, cit., p. 33.

5 Ippolito lut probablement le roman de Jane Austen Pride and prejudice dans la version française que son premier amour Matilde Ferrari lui avait prêtée, selon une de ses lettres. Cf. Ippolito Nievo, Lettere, a cura di Marcella Gorra, Milano, Arnoldo Mondadori, 1981, lettres n. 74 p. 135 et n. 76 p. 142.

6 Pour la version italienne, cf. Ugo Foscolo, Viaggio sentimentale di Yorick, in Idem, Opere, vol. II, Prose e saggi, pp. 213-343. Nous avons consulté aussi Matteo Palumbo, Saggi sulla prosa di Foscolo, Napoli, Liguori, [1994], 2000. Le texte de l’écrivain britannique est disponible sur internet à l’adresse suivante : Laurence Sterne, A sentimental journey through France and Italy, http://www.gutenberg.org/ebooks/804

7 Cf. Frédéric Ogée, “This matter”? “Better in France” ? Laurence Sterne et le voyage sentimental, in Le continent européen et le monde anglo-américain aux XVIIe et XVIIIe siècles, Actes du Colloque de la Société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, 1986, pp. 5-15, voir pp. 6-7, consultable sur internet à l’adresse suivante : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xvii_0294-1953_1986_act_23_1_2234

8 Laurence Sterne, A sentimental journey through France and Italy, cit., désormais abrégé en SJ.

9 Ugo Foscolo, Viaggio sentimentale di Yorick, cit., désormais abrégé en VSY.

10   Ippolito Nievo, La nostra famiglia di campagna, in Idem, Novelliere campagnuolo e altri racconti, Torino, Einaudi, pp. 3-61, désormais abrégé en NFC.

11   (1) La roue de la voiture se brise, et les voyageurs rencontrent un vieux paysan-menuisier, jamais nommé, qui la répare. (2) Récit second n° 1, inséré dans l’épisode précédent : histoire de Tommaso (x). (3) Retour au récit premier (xvi-xviii), rencontre de l’io narrante avec l’ex-fermier Giuliano. (4) Récit second n° 2 : histoire de Basilio, racontée par Giuliano (xx-xxxi/xxxiii). (5) Récit tiers : histoire de Fortunato, racontée par Basilio, insérée dans le récit second de Giuliano sur Basilio (xxix). (6) Retour au récit premier au sein du récit de Giuliano : l’io narrante, destinataire impatient, interrompt le récit de Giuliano. (xxxii) (7) Fin du récit de Giuliano. (xxxiii) (8) Retour au récit premier : le prêtre don Pietro, que Giuliano attendait, annonce une bonne nouvelle sur Basilio, et Giuliano invite l’io narrante et son ami à venir fêter cette nouvelle avec la famille de Basilio (xxxiv-xxxviii/xli/xliii). (9) Suite du récit premier : l’io narrante entraîne son ami chez un propriétaire qu’il croit ami des paysans, afin de le convaincre de la bonté de ces derniers, mais le propriétaire a beaucoup changé. Dépité, l’io narrante peine à s’endormir (xliii-xlv) (10) Reprise du voyage et fin du texte (xl).

12   Chapitre i : Exposition de ses intentions par l’io narrante. Chapitre II : L’io narrante imagine son lectorat. Chapitre v : L’io narrante défend son “Art”, c’est à dire sa manière d’écrire. Chapitres viii-ix : L’io narrante, indigné par le traitement que les propriétaires réservent aux paysans comme le vieux paysan-menuisier, laisse libre cours à ses réflexions. Chapitres xiii-xiv : Digression de l’io narrante sur l’influence bénéfique de la campagne. Chapitre xv : Digression de l’io narrante sur les parasites dans la nature et dans la société humaine. Chapitre xix : Seconde digression de l’io narrante sur l’art. Chapitres xxxix-xl : Digression de l’io narrante sur la prodigalité de Basilio et sur l’avarice de certains propriétaires. Partie du xli : Digression de l’io narrante sur la « sotte philosophie » de son siècle. Chapitre xlii : Digression de l’io narrante sur la vie naturelle des paysans en contraste avec les artifices de la ville. Chapitres xlvi à xlix : Défense des paysans par l’io narrante pendant son insomnie.

13   Qu’il nous soit permis de citer ici Elsa Chaarani Lesourd, Ippolito Nievo, uno scrittore politico, traduit du français par Laura Toppan, Venezia, Marsilio, 2011, 223 p., en particulier p. 48.

14   On pourrait imaginer, par exemple, qu’Ippolito se fonde sur un voyage retour réel de Brescia (chez Andrea Cassa) à Mantoue, en compagnie d’un ami, qui pourrait être Andrea Cassa lui-même, auquel Nievo avait reproché son insouciance de riche dans une lettre-poème, écrite le 4 décembre 1853, où il évoquait les conséquences des mauvaises récoltes selon les classes sociales : simple inconfort passager pour les propriétaires, mais misère souvent tragique pour les paysans. En voici les premiers vers : « Andrea mio caro, è questo / Anno da porlo in farsa / Col futile pretesto / Della vendemmia scarsa, / E da affogar l’affanno / In distorti bisticci / Sull’umidor dell’anno / E sui palati arsicci ? … / Or, ben altro dolore / Dovria stracciarti il cuore, / Chè sul livido ossame / Di chi per te lavora / Intravvedi la fame / Che limando divora, / O la paura d’essa / Che sulla mente cuoce / E l’inchioda in se stessa / Come in tomba precoce […] » Pane e vino, in Poesie, a cura di Marcella Gorra, Milano, Arnoldo Mondadori, 1970, p. 18 et Lettere, cit., p. 257. Nievo dut se souvenir d’Andrea Cassa quand il construisit, dans La nostra famiglia di campagna, quelques mois plus tard, son personnage de riche à « l’âme-limace » qui, à cause de la mauvaise récolte de raisin, se lamente de ne pas avoir « un doigt de bon vin », (« “E l’uva ? Dio del paradiso, quando ci consentirete un dito di vino buono e genuino a tavola ?” »), sans voir les conséquences dramatiques qu’une mauvaise année peut avoir pour les paysans qui travaillent pour lui. Cf. NFC, p. 11.

15   « Il ronzino salta di qua, risalta di là, e ricalcitra – torna di qua – poi di là – da per tutto insomma fuorché verso l’asino morto […] », VSY, p. 252.

16   « Ora mi convien tornare a un personaggio principalissimo del racconto, troppo a lungo trasandato. Il ronzinello dunque giacché mi tocca dire di lui, era annoiatissimo di quell’eterna fermata. », NFC, XXXVI, p. 43.

17   VSY, p. 330.

18   Au sujet de l’identification êtres humains/animaux, qu’il me soit permis de citer ici Elsa Chaarani Lesourd, Le papillon, la limace et les plantes tropicales, in Le sourire de l’âme. Mélanges en l’honneur de François Livi, Paris, Université de Paris-Sorbonne, sous presse.

19   NFC, X, pp. 14-16.

20   Qu’il me soit permis de citer à ce sujet Elsa Chaarani Lesourd, Ippolito Nievo et le roman kaléïdoscope, dossier pour l’Habilitation à diriger des recherches dirigé par le professeur Bruno Toppan, Nancy, Université Nancy 2, Chap. 3, pp. 183-186 et Chap. 5, pp. 288-289.

21   VSY, p. 298

22   « Si rendeva intelligibile alle più rozze persone. […] Chiaro, nobile nel parlare, modellava il suo discorso alle circostanze sebbene nel tratto e nelle maniere fosse, come suol dirsi un po’ inesattamente “aristocratico”, odiava però la boria e vieppiù ancora quando fosse accompagnata da quella falsa dolcezza di modi dell’aristocrazia. Preferiva conversare coll’agricoltore e col mandriano », Antonio Nievo, cité par Ugo Gallo, Nievo, Genova, Orfini, 1932, pp. 19-20.

23   « Di rado ho visto come in lui accoppiarsi un certo che di scelto e di nobile, qual d’uomo nato e vissuto nella colta società e avvezzo a trattar con essa ed atto a dominarla con la superiorità, non dico tanto dell’ingegno, come del carattere suo, ed una seducente semplicità e schiettezza, in piena armonia colle bellezze della natura e colle maniere della vita campestre », Pacifico Valussi, Il Friuli. Studii e reminiscenze, Milano, Tipografia Internazionale, 1865, pp. 153-166.

24   VSY, p. 226.

25   NFC, XLVII, p. 57.

26   Ibidem, p. 58.

27   NFC, I, p. 3.

28   Ibidem.

29   NFC, IX, p. 13.

30   « […] il tuo fondo buono è rimasto tutto stagnante nella sua ignara e sterile bonaccia ! », NFC, XI, p. 17.

31   « Questa cotal pellicina così dilicata e tenace contiene sulle sue papille esterne, per dirlo alla tua maniera, il senso dell’interesse, mentre gli anelli che stanno entro compongono tutta la scala delle virtualità e passioni umane. Il primo si è l'amore della giustizia, il secondo l’affetto di famiglia, il terzo la religione, il quarto la carità fraterna, e così via via fino al ventiquattresimo, che è il più chiuso, il più cieco, il più piccino di tutti, e si trova essere per avventura la scienza del bene e del male », NFC, IX, pp. 13-14.

32   « Vedi che tutte queste doti sono eccellenti, e che avendoti ammobigliato l’animo d’ogni virtù pagana e cattolica, io rendo giustizia a quello che si chiama il tuo buon fondo ; ma solamente si frappone, a guastar il tutto, quel maledetto ostacolo dell’interesse, dacché i buoni movimenti di quelle facoltà sorgenti a migliaja, come i funghi dopo la pioggia, per premere che facciano quella sua vescica non possono spuntarla d’uscire ; e parimenti il forellino per l’affollarsi tumultuoso di tutti que’ prigionieri non dà passaggio intero ad alcuno, ed è miracolo se ne sbuca fuori alle volte uno de’ più meschini, e tutto smembrato e svigorito. Così pure i fatti esterni non commovono mai addirittura le parti interiori di quell’apparato […] », NFC, IX, p. 14.

33   NFC, VII, p. 9.

34   « Sono giù alla bassa in cerca di lavoro ; e Dio no’l voglia torneranno con quelle benedette febbri, che già noi ce le pigliamo sempre in quelle risaie ! » NFC, vii, p. 10.

35   « Ora avvenne che mentre il vecchio finiva d’attaccare il cavallo, ed io m'affaccendava a riscuotere il mio compagno da un sonnetto che aveva trovato modo d'appiccare sur una panchetta, tre donne entrassero nel cortile, tutte stanche e polverose, ma allegre negli atti e nel viso. Una più vecchia stava dietro alcuni passi, le altre giovinette brune e non ancora avvizzite dalle fatiche contadine correvano verso il vecchio, e lì, a dirvi gli abbracci e la consolazione di quelle quattro creature, ci vorrebbe la penna d’un angelo. Bastivi sapere che le erano sua moglie e le figliuole, le quali giunte a un paesotto della pianura poco discosto, avevano trovato impiego in un filatojo […] », NFC, XII, p. 17.

36   NFC, x, pp. 14-15.

37   NFC, x, p. 15.

38   L’histoire de Basilio est racontée aux chapitres xx-xxxiii et xxxviii-xxxix.

39   Le récit tiers de Basilio sur son vacher Fortunato se trouve aux chapitres xxix-xxx.

40   Frédéric Ogée, op. cit., p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Chaarani Lesourd, « Nievo voyageur sentimental », Italies, 17/18 | 2014, 613-632.

Référence électronique

Elsa Chaarani Lesourd, « Nievo voyageur sentimental », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/italies/4907 ; DOI : 10.4000/italies.4907

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals