Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Andrea Cedola, La tinta uniforme del romanzo
Il ciclo verghiano dell’eros

Ravenna, Giorgio Pozzi Editore, « Studi e testi di cultura letteraria », 2012
Edwige Comoy-Fusaro
p. 903-904
Référence(s) :

Andrea Cedola, La tinta uniforme del romanzo. Il ciclo verghiano dell’eros, Ravenna, Giorgio Pozzi Editore, « Studi e testi di cultura letteraria », 2012, 176 pages.

Texte intégral

1L’essai est intitulé La tinta uniforme del romanzo, mais il s’attache aux craquelures qui sillonnent la surface lisse des romans de jeunesse de Verga, pour dénicher les motifs sous-jacents qui structurent, en profondeur, la dynamique des événements et la psychologie des personnages, en-deçà de la patine que l’élaboration narrative leur imprime – la « tinta uniforme, che può chiamarsi la vernice del romanzo », comme l’écrit Verga lui-même –. Ces motifs convergent vers un élément moteur : la mort. Telle est la thèse d’Andrea Cedola, qui s’intéresse ici aux romans de jeunesse rédigés à Florence et au début des années milanaises : Una peccatrice (1866), Storia di una capinera (1870), Eva (1873), Tigre reale (1874) et Eros (1875). Dès le prologue de Una peccatrice – roman qui fut pourtant répudié par l’auteur lorsqu’un éditeur catanais entreprit, presque trente ans plus tard, de le rééditer –, Verga expose une « poetica della morte » (p. 7) dont Andrea Cedola estime qu’elle ne fonde pas seulement les romans prévéristes mais qu’elle peut aussi éclairer les œuvres plus tardives. L’introduction à l’ouvrage en précise efficacement les modalités et les enjeux. Prendre en compte « La storia come rovina ; la narrazione sarà condotta sull’immagine di quella rovina » (p. 7) : dès Una peccatrice, Verga adopte un angle de vue d’outre-tombe, « [il] punto di vista del cadavere », et c’est ainsi qu’il parvient à « “trasfigurare in mito” » (p. 9), d’après l’expression de Debenedetti, le “document humain”. La démonstration est organisée en deux parties, « La verità della vita » et « La morte degli amanti », au sein desquelles Andrea Cedola relève les caractéristiques qui forment le substrat commun des romans verghiens du ciclo dell’eros (qui n’est pas moins ciclo del thanatos) et justifient sa clé de lecture mortuaire. La première partie repose sur la définition du roman juvénile (c’est-à-dire des différents romans du cycle, qu’Andrea Cedola fait habilement dialoguer sous le signe d’une attention constante aux patterns structurels) comme « definizione di un destino » (p. 39) : un destin d’égarement et de mort. La deuxième partie privilégie les moments clés de la confrontation des personnages à la mort. Chaque roman apparaît ainsi comme l’histoire d’une agonie. L’analyse est précise et convaincante, malgré l’effet de catalogage qui ressort inévitablement du choix de passer en revue les cinq romans dans chacune des parties. L’apparat critique et la documentation sont relativement peu fournis mais pertinents et à jour. Ce livre apporte donc un élément de réflexion intéressant aux recherches sur l’œuvre de Verga.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edwige Comoy-Fusaro, « Andrea Cedola, La tinta uniforme del romanzo
Il ciclo verghiano dell’eros
 », Italies, 17/18 | 2014, 903-904.

Référence électronique

Edwige Comoy-Fusaro, « Andrea Cedola, La tinta uniforme del romanzo
Il ciclo verghiano dell’eros
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/italies/5013

Haut de page

Auteur

Edwige Comoy-Fusaro

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals