Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Antonio Prete, L’ordre animal des choses
traduit par Danièle Robert

Cadenet, Les éditions chemin de ronde, 2013
Yannick Gouchan
p. 907-910
Référence(s) :

Antonio Prete, L’ordre animal des choses, traduit par Danièle Robert, Cadenet, Les éditions chemin de ronde, 2013, 93 pages.

Texte intégral

1Il s’agit de la traduction française de l’ouvrage L’ordine animale delle cose, publié en 2008 chez Nottetempo, dans lequel le critique et poète Antonio Prete propose, suivant l’épigraphe d’Empédocle qui rappelle le lien entre humanité et règne animal (« bêtes et hommes, ensemble, et l’amitié avait fleuri »), treize textes en prose, suivis d’un épilogue. Les textes sont en réalité des récits brefs, des notes et des souvenirs sur l’ailleurs de notre propre condition, sur le lointain, sur la nostalgie, la métamorphose, avec l’animal comme élément liant de l’ensemble.

2Le premier récit traite sur le mode fantastique et moral de l’usage de la parole qui vint aux animaux (par les « voix canines »), au moment de la disparition de la langue humaine. La mélancolie de la langue perdue trouve son moyen d’expression par la consolation de l’écriture, et Antonio Prete nous montre, dès le début, comment les grandes questions qui ont sans cesse motivé et nourri sa réflexion de critique et théoricien de la littérature et de la traduction trouve ici une illustration narrative surprenante et plaisante, à travers le récit d’un « passage à l’ère de la sagesse » (p. 14). Le texte suivant traite, par une analyse à la première personne, du non-retour et du manque, « le vide, effrayant comme un abîme » (p. 16), de la présence d’une absence et de la préciosité du fugitif, une fois intégrée la conscience d’un « souffle du manque ». Le style de Prete affirme sa concision et sa poéticité car il parvient à maintenir une grande élégance tout en atteignant des profondeurs de la pensée. On pourrait considérer que la légèreté apparente des récits renferme une véritable mise en situation animale de la pensée poétique.

3Le texte qui suit est une divagation sur la mise à jour du Dictionnaire de zoologie fantastique, entre humour et fantaisie langagière, riche d’invention pour la création d’un bestiaire dont les espèces (« zenzisque », « mélopard », etc.) témoignent en réalité des infinis du règne animal. Puis le lecteur découvre, dans le quatrième texte, le langage des anges à travers le discours d’un je céleste qui s’aventure vers une métamorphose dans le règne animal plutôt qu’humain. La condition animale devient, chez Prete, une forme de proximité avec la nature sans l’intervention du Moi (p. 30). Les sources médiévales sont à l’origine du récit suivant qui reprend le Bestiaire d’amour. Il est question de l’évolution du sentiment amoureux, de la séparation d’avec l’être aimé et des restes qui élaborent un long processus menant à la mélancolie (« ce qui reste d’un amour », p. 38). Prete, entre émotion intime et fantaisie, nous livre quelques vérités sur le silence et le vide. Le sixième récit part d’une citation de Dante pour se diriger vers un des poètes italiens les plus chers à l’auteur, Leopardi. Ici, c’est L’éloge des oiseaux qui est convoqué pour décrire la « langue de l’air », le langage de la gent ailée que Prete, comme Leopardi – et Pascoli, au passage –, semble comprendre mieux que tout autre. Ce langage embrasse la nature par la seule présence au monde, et il constitue pour cela une origine de la poésie (le « rêve d’une harmonie impossible », où chant et silence entrent dans un dialogue, p. 44).

4Le mythe du labyrinthe offre au septième texte sa matière narrative en présentant le désarroi d’une bête enfermée, mi-homme et mi-animal. Ce Minotaure qui attend Ariane parle de la condition d’être soi et de la prison du monde. Nous trouvons ensuite un texte de divagations sur la description d’un lézard bleu par un naturaliste qui le dissèque. Le neuvième récit rappellera sans doute au lecteur le chat de Natsume Soseki ou le Flush de Virginia Woolf : il s’agit de l’autobiographie d’un chien suivant les épisodes de son existence canine à la première personne. Il évoque les lieux, les rencontres, les maîtres qu’il a eus, puis le maître qui écrit la vie de son animal. L’impossible traversée entre les règnes empêche en fin de compte l’homme de parler avec son animal domestique, car le langage de l’humain ne semble pas posséder de traduction chez les animaux. Le dixième texte est constitué de souvenirs personnels de Prete en relation avec les animaux, notamment les chats de son passé. Il y décrit ce qu’il nomme « le temps félin » (p. 70), par ailleurs thème général du livre tout entier. Face à la condition animale l’homme se heurte au langage, mais parfois deux langages étrangers parviennent à s’approcher dans les frontières entre les règnes vivants : voici la matière des récits de ce livre où se mêlent l’expérience de Prete poéticien et traducteur, la fantaisie d’un auteur qui contemple les possibilités animales de l’humain (ou le contraire), et la mémoire affective d’un amoureux du mystère qu’offre la parole.

5Le onzième texte est un autre exemple de métamorphose, la rencontre avec deux chevaux en Chalcidique, dans une atmosphère hautement mythologique. Le récit suivant évoque le paysage méditerranéen d’un Mezzogiorno entre légende et réalité, ou plus simplement entre souvenirs mythiques de Prete enfant et réalité sociale de l’émigration des méridionaux italiens. Par l’écriture Prete tente d’interpréter les signes de sa mémoire pugliese. Le thème du dernier texte vient aussi de la mémoire personnelle. L’auteur se rappelle le sort des bêtes jadis conduites à l’abattoir mais le cœur du récit est bien une réflexion ironique sur l’incapacité des hommes à comprendre la condition animale. Cette fable sur l’abattage des bêtes jugé trop bruyant par les habitants provient d’une histoire vraie qui en dit long sur le refus de notre époque – le refoulement ? – de regarder la mort.

6L’épilogue est un quatorzième texte qui rassemble « le souffle animal du monde » (p. 90) en quelques fragments saisissants : la migration des oiseaux vue depuis un canot ; l’indifférence face au cadavre d’un chien écrasé ; les hirondelles ; les chevaux ; les abeilles ; etc. Fragments, en effet, d’un imaginaire peuplé d’animaux dont le langage nous rappelle notre propre “être au monde”, entre silence du vide et infinie rêverie. Un des maîtres de la poéticité de l’infini et du lointain nous dévoile avec ce livre son « ordre animal » où chacun pourra trouver sa métamorphose vers une forme d’intime étrangeté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Antonio Prete, L’ordre animal des choses
traduit par Danièle Robert
 », Italies, 17/18 | 2014, 907-910.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Antonio Prete, L’ordre animal des choses
traduit par Danièle Robert
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/italies/5022

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals