Navigation – Plan du site

Pourquoi s’interroger encore sur l’image du soldat italien ?

Stefano Magni
p. 7-11

Texte intégral

1Ce numéro 20 d’Italies est consacré aux images du soldat italien. Il poursuit l’expérience du numéro 19. Si le premier numéro a été focalisé sur le xxe et xxie siècles (les guerres mondiales et les récentes missions internationales de l’armée italienne), celui-ci accueille des contributions concernant le xixe siècle (le Risorgimento et les premières considérations sur la nouvelle armée nationale). La contribution des chercheurs d’Aix-Marseille, associée à la participation d’experts internationaux, a en effet permis d’obtenir un grand succès quant aux propositions reçues, de sorte que notre revue a consacré deux numéros à ce sujet.

2Notre idée de publication sur l’image du soldat est née de plusieurs facteurs. Rappelons d’abord que depuis des années, le CAER (Centre Aixois d’Études Romanes, EA 854) englobe l’Histoire dans ses intérêts et que la revue Italies fait une large place à ce type de recherche. Le numéro 15 de 2011 a accueilli par exemple les actes du colloque consacré à L’Envers du Risorgimento. Depuis sa récente naissance, l’Axe 4 du CAER intitulé Mémoire, Mémoires renforce cet intérêt pour l’Histoire : en novembre 2013, il a accueilli un colloque concernant la réécriture de l’Histoire dans les romans de la postmodernité dont les actes ont été récemment publiés aux Presses Universitaires de Provence, et deux ans après, en novembre 2015, un colloque sur les Italiens et la Grande Guerre, intitulé De la guerre des idées à la guerre des hommes, dont les actes vont bientôt paraître.

3L’idée d’aborder le sujet de l’image du soldat italien dans la revue Italies s’insère donc dans un projet de recherche affirmé et naît de la volonté de créer une collaboration sur ce sujet entre toutes les forces intellectuelles du CAER. En effet, si c’est la vie culturelle qui intéresse les études littéraires, il est aussi vrai que ce sont les faits d’armes qui ont souvent dessiné le visage de la nation italienne et que ces événements ont captivé l’attention des intellectuels : des volontaires garibaldiens aux milices envoyées endiguer le phénomène du brigandage ; des masses de fantassins dans les tranchées aux héros de la Résistance, jusqu’aux missions en Afghanistan.

4Ce numéro accueille une vaste réflexion sur le Risorgimento et les années qui l’ont précédé. Ce processus historique a en effet poussé les intellectuels à se confronter avec la pensée militaire et nombre d’articles nous en montrent les différentes facettes. La richesse de positions idéologiques est introduite d’une façon voilée et mitigée par une contribution qui a pour objet les Paralipomeni de Giacomo Leopardi. Cette œuvre parodique qui touche au fantastique a en effet été mise en relation avec les premières insurrections qui ont porté à l’unité de la nation italienne. Maria Luisa Pani en analyse les cinq premiers chants pour mieux comprendre le déroulement et les raisons de la guerre que cette œuvre raconte. Elle constate d’ailleurs qu’il s’agit d’une parodie générale des combats qui ne concerne pas seulement la satire politique de la période de la Restauration. En effet, la guerre devient, pour l’auteur, l’occasion pour avoir une réflexion plus vaste sur certains idéaux.

5En particulier, Maria Luisa Pani nous explique que Leopardi attribue au soldat héroïque « Rubatocchi » des comportements vertueux que le narrateur-poète croit désormais disparus du monde.

6L’on sait par ailleurs que le Risorgimento a éveillé les esprits et conduit les hommes à des actions nobles ainsi qu’héroïques. Beaucoup d’intellectuels ont voué leur art et parfois leur vie à la cause nationale. Parmi eux, on retrouve Massimo D’Azeglio. En parcourant les batailles auxquelles il a participé au cours de son existence aventureuse et riche de multiples expériences, Laura Guidobaldi nous offre un portrait engagé du soldat Massimo D’Azeglio. En effet, de la peinture à l’écriture et de la politique à la guerre, cet aristocrate piémontais s’est imposé comme une personnalité essentielle de la pensée et de l’action du Risorgimento. Il a acquis sa stature intellectuelle et historique en empoignant tour à tour ou simultanément son pinceau, sa plume et son épée, ses trois armes préférées. Poussé, dans sa jeunesse, par la volonté de lutter pour s’affranchir d’une éducation rigide, d’un milieu social et familial étouffant, il a ensuite été amené, par la maturité et de profondes motivations patriotiques, à peindre, écrire et combattre pour l’indépendance de l’Italie et pour l’unité des Italiens.

7Dans l’imaginaire collectif italien, l’écrivain le plus dévoué à la cause du Risorgimento est Ippolito Nievo. C’est Alessandro Marignani qui nous en parle, en choisissant un point de vue plus intime et moins public. Sonarticle étudie la figure du soldat dans Le Confessioni d’un Italiano (1857) d’Ippolito Nievoen cherchant à démontrer que les trois principales interprétations différentes que le roman propose sont les trois étapes d’un parcours de formation tout d’abord individuel que l’auteur considère comme indispensable pour aboutir à la réalisation de l’Unité italienne.

8En restant idéalement dans la même région et en abordant l’aspect privé des souffrances des individus engagés dans la guerre de libération, Anne Demorieux nous raconte le Risorgimento à travers les nouvelles de Caterina Percoto. L’écrivaine frioulane manifeste avant tout la volonté de témoigner de la répression atroce dont furent victimes ses cor-régionaux au cours de ce processus historique. Percoto oppose ainsi les soldats impériaux, avides, cruels, inhumains aux martyrs italiens morts pour leur patrie. Mais elle exprime également un point de vue pacifiste en montrant que les soldats ennemis sont tout autant victimes de la guerre qui instrumentalise les êtres humains.

9Le parcours à travers les intellectuels qui se sont engagés dans le Risorgimento continue avec le portrait que Rémy Fuentes nous fait de Francesco Faà di Bruno (1825-1888) qui embrasse la carrière militaire en entrant à l’Académie Militaire Royale de Turin. En 1848, Lieutenant d’État-major Général, il prend part aux guerres d’Indépendance au côté du futur Victor-Emmanuel II. Pour perfectionner sa formation en Sciences mathématiques à la Sorbonne et au Collège de France il part à Paris. De retour à Turin, Francesco Faà di Bruno devient un universitaire, mathématicien et astronome au service du progrès social. Dans cet article, un portrait du soldat qu’il a été est ébauché au travers de l’étude de sa correspondance originale.

10Après la littérature et les sciences, l’opéra mérite un encadré, puisque le mélodrame – et tout particulièrement l’opéra de Giuseppe Verdi – a constitué un véritable ersatz du roman au xixe siècle. Comme l’a observé Antonio Gramsci, le développement de l’opéra, loin d’exprimer le génie individuel des artistes, relève d’une manifestation collective, dès lors qu’il coïncide avec l’expansion des forces démocratiques, populaires et nationales européennes.

11Federico Lenzi cherche des images du soldat dans ce genre artistique. Selon lui, l’opéra italien du xixe siècle semble riche, au premier regard, de soldats, d’armées, de batailles. Mais aucun de ces soldats n’explore sa propre condition, ne nous parle véritablement de lui. L’article analyse les opéras les plus célèbres de l’époque, à la recherche d’un soldat-héros du Risorgimento qui ne soit pas qu’un simple figurant.

12Une fois que l’Italie est devenue une nation, les intellectuels se sont confrontés à son armée nationale. À cheval entre le xixe et le xxe siècles Carducci et Pascoli ont vécu entre le souvenir des bataillons héroïques des volontaires et la réalité de la nouvelle armée nationale. Tout en présentant des variantes significatives, ces deux piliers de la poésie italienne ont participé à la construction du mythe de la guerre et des soldats italiens. C’est ce que nous explique Laura Fournier-Finocchiaro. Selon elle, pour Carducci, qui dresse un éloge des guerres passées et surtout des martyrs du Risorgimento, c’est par le biais des batailles et des armées que la nation construit ses héros et sa « religion civile ». Pascoli oscille quant à lui entre l’exaltation des batailles et les appels à la paix. En offrant son appui à l’expansion coloniale au nom de la revanche de la « nation prolétaire », il participe comme son maître à l’incubation des nationalismes qui précipitèrent l’Italie dans la Grande Guerre.

13En revenant sur cette question, Fabrice De Poli analyse l’évolution de Pascoli quant à la question de l’armée ; d’une position anarchiste antimilitariste durant ses années universitaires, Pascoli évolue vers un militarisme ambivalent qui entend, à travers la figure du soldat comme représentant et serviteur du peuple, effacer toute solution de continuité entre l’armée populaire de l’Antiquité ou du Moyen Âge et l’armée permanente de l’Italie unifiée. De cette manière, le Pascoli de la maturité cherche à concilier son militarisme avec les idéaux de son lointain militantisme internationaliste.

14La toute fin du xixe siècle a en effet connu une poussée vers l’anarchisme représentée également par des auteurs appartenant au courant des Scapigliati. C’est ce qui nous montre Luca Bani. Son étude part d’une brève analyse du sujet du soldat ainsi que de la vie militaire dans la littérature italienne et européenne du xixe siècle et se concentre ensuite sur le roman d’Iginio Ugo Tarchetti Una nobile follia (1866-67). De cette œuvre l’auteur souligne l’idéologie antimilitariste, le message radicalement pacifiste ainsi que la polémique contre la condescendance avec laquelle la société accepte le service militaire obligatoire. Celui-ci n’est utile qu’à poursuivre des objectifs de pouvoir qui n’ont rien à voir avec le bien-être et le progrès de la société, mais qui, au contraire, limitent les libertés individuelles à tel point qu’ils arrivent à transformer les individus-soldats en des automates sans plus aucune volonté.

15L’Histoire nationale a d’ailleurs connu une forte opposition au service militaire obligatoire et l’armée a dû intervenir dans le Sud du pays pour contrôler par la force le phénomène spontané du brigandage, en se trouvant dans une situation de conflit avec les populations locales.

16Marco Caccavo nous explique que Carmine Donatelli Crocco a été l’un des personnages emblématiques du phénomène du brigandage qui est né juste après l’Unité d’Italie. À la tête de son groupuscule armé, il mit en échec l’armée officielle pendant quatre ans. L’article retrace les mémoires du « général des brigands » qui, entre révolte sociale, légitimisme bourbon et pure criminalité, infesta les provinces de l’ancien Royaume des Deux-Siciles.

17L’Italie peinait à trouver son identité et ce fut l’école ainsi que les livres pour l’éducation qui donnèrent une image positive des institutions nationales. À partir d’un corpus de livres de lecture scolaire et de littérature de jeunesse, Mariella Colin présente des images et des stéréotypes positifs qui furent transmis aux nouvelles générations afin de faire accepter la conscription obligatoire et rendre populaire l’armée après l’Unité. L’armée y apparaît comme le creuset de la nouvelle nation, et le service militaire n’apporte que des avantages aux conscrits. Tout comme les livres de lecture, la littérature pour l’enfance a également véhiculé des représentations valorisantes des soldats et de l’armée, grâce notamment à Cuore (1886) de De Amicis et Scurpiddu (1898) de Capuana : le premier exalte des valeurs et des modèles liés au Risorgimento, le deuxième fait de la condition du soldat une voie d’accès à la modernité.

18Tiraillés entre l’obligation militaire, la présence envahissante des soldats dans le Sud du pays, la gloire du Risorgimento et les tendances pacifistes et anarchistes, quelle sera donc l’image du soldat dont les Italiens vont être les héritiers au xxsiècle ?

19Le temps présent et le temps passé sont tous deux présents peut-être dans le temps futur et le temps futur contenu dans le temps passé. Si tout temps est éternellement présent tout temps est irrémissible.

20Au début du xxe siècle, dans son poème The Waste Land, T. S. Eliot nous a magnifiquement décrit l’image cyclique du temps qui revient sur lui-même. Si le futur est prédestiné, tout est éternellement présent et le futur a déjà été écrit. Dans le sillage de Simeon, le prophète de The Wast Land, nous connaissons le futur. Il a déjà été écrit, dans le volume no 19 d’Italies qui est déjà sorti en 2015 sous forme de volume et que l’on peut trouver en ligne à l’adresse suivante http://italies.revues.org/​5087. Dans un paradoxe maniériste du temps, la réponse existe déjà. L’image du soldat au xxe siècle est déjà disponible pour les lecteurs avertis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefano Magni, « Pourquoi s’interroger encore sur l’image du soldat italien ? », Italies, 20 | 2016, 7-11.

Référence électronique

Stefano Magni, « Pourquoi s’interroger encore sur l’image du soldat italien ? », Italies [En ligne], 20 | 2016, mis en ligne le 19 janvier 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/italies/5530

Haut de page

Auteur

Stefano Magni

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals