Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La Circé de Giovan Battista Gelli

Édition et traduction de Brigitte Urbani, Paris, Classiques Garnier, 2015
Fanny Eouzan
p. 491-495
Référence(s) :

La Circé de Giovan Battista Gelli, Édition et traduction de Brigitte Urbani, Paris, Classiques Garnier, 2015, 428 p.

Texte intégral

1Brigitte Urbani, professeur émérite à l’université d’Aix-Marseille et membre du CAER (Centre Aixois d’Études Romanes, EA 854), est spécialiste de langue et de littérature italiennes. Après des travaux portant sur le théâtre italien (sur Dario Fo, notamment), sur la poésie, sur les relations entre art et écriture et sur les récits de voyages, elle revient à ses premières amours (rappelons que sa thèse de doctorat avait pour sujet la réécriture du mythe d’Ulysse) avec une édition critique de La Circé de Giovan Battista Gelli pour les Classiques Garnier, collection Textes de la Renaissance, sous la direction de Mireille Huchon, Série Perspectives européennes dirigée par Nora Viet.

2Giovan Battista Gelli est un auteur que l’on pourrait qualifier de mineur permettant d’éclairer les majeurs. Dans une introduction aussi limpide qu’agréable à lire, Brigitte Urbani le remet sur le devant de la scène en rappelant la valeur universelle de son œuvre. La Circé, en effet, pour avoir une valeur de précieux document d’un temps révolu, offre néanmoins au lecteur d’aujourd’hui « une image de l’humanité qui n’est pas aussi désuète que l’on pourrait l’imaginer, les vices des hommes et le culte qu’ils vouent aux biens matériels et à la réussite sociale n’ayant pas sensiblement décliné depuis le xvie siècle ». L’introduction est divisée en catégories par des sous-titres qui aident le lecteur à comprendre le contexte de la traduction.

3Un chaussetier philosophe. L’auteur est une figure à la fois originale, par son parcours, et exemplaire, par sa réussite, de la vie culturelle florentine sous le gouvernement de Côme Ier de Médicis. Au sein de la vie culturelle italienne de la Renaissance, il fait figure de mineur, loin derrière Benvenuto Cellini, Giorgio Vasari, Machiavel, l’Arioste, Castiglione, le Tasse mais il prend part aux discussions qui animaient alors le monde des lettres, occupant une place non négligeable dans la « société du dialogue » illustrée par l’abondante production épidictique du xvie siècle italien.

4Gelli est né à Florence en 1498 et fut inhumé comme ses parents et selon ses vœux en l’église Santa Maria Novella. Si son père lui fit apprendre le métier de chaussetier, c’est en autodidacte qu’il apprit le latin à l’âge adulte, ce qui lui permit d’être membre de l’Académie florentine dès 1540 et jusqu’à sa mort, y commentant Dante et Pétrarque à partir de 1553. Bien qu’exerçant son métier d’artisan, il n’en eut pas moins une production littéraire remarquable, dont deux séries de dialogues philosophiques, Les Fantaisies du tonnelier (1548) et La Circé (1549), deux comédies, La Sporta (1543) dérivée de l’Aulularia de Plaute et l’Errore (1556) inspirée de la Clizia de Machiavel, un dialogue sur les difficultés à fixer des règles à la langue florentine (Ragionamento sopra la difficoltà del mettere in regole la nostra lingua) et enfin un essai peu convaincant sur les origines araméennes de Florence (Trattatello sull’origine di Firenze). Il s’illustre également comme traducteur du latin.

5Gelli commence son activité de lettré en 1537 avec l’arrivée au pouvoir de Côme Ier de Médicis. Après un recadrage historique, Brigitte Urbani nous rappelle l’implication de Côme dans le domaine des lettres jusqu’à la naissance de l’Académie florentine en 1541, que Gelli intègre dès les prémisses, en 1540, avec l’Accademia degli Humidi. C’est dans sa dévotion à la politique culturelle de Côme qu’il faut replacer la publication du Traité sur l’origine de Florence. En mars 1543, Gelli loue une boutique sur la place de la Seigneurie, devenue résidence privée de la famille régnante réaménagée par Vasari, ce qui lui permet de côtoyer quotidiennement le Duc et son entourage.

6Côme Ier, dans le sillage de Laurent de Médicis, défend la langue vulgaire contre le latin, comme moyen de communication et d’expression, dans un contexte dominé par les célèbres Proses de la langue vulgaire du Vénitien Pietro Bembo et parallèlement à l’action menée par l’Académie des Infiammati fondée à Padoue autour de l’exilé florentin Benedetto Varchi. Contrairement aux pratiques de l’enseignement universitaire, aucune leçon n’est prononcée en latin et le but de l’homme de culture est d’apporter à l’auditoire à la fois plaisir et enseignement. Gelli expose dans son Ragionamento sopra le difficoltà di mettere in regole la nostra lingua le souci de fixer une langue officielle qui aboutira à la création de l’Académie de la Crusca en 1583.

7Raffaele Girardi qualifie le xvie siècle italien de « società del dialogo » de même qu’il nomme littérature « conviviale » la somme des dialogues mettant en scène des personnages bavardant en bonne compagnie sur différents sujets qui fleurissent au Cinquecento. Héritier des auteurs grecs redécouverts au siècle de l’Humanisme, genre hétérogène à mi-chemin entre comédie, nouvelle et traité, le genre dialogique connaît son âge d’or, qu’il soit « narratif », « mimétique » ou un mélange des deux comme chez Giordano Bruno, selon les trois catégories définies par Nuccio Ordine. Dans les dialogues de Gelli, appartenant à la deuxième catégorie, les interlocuteurs prennent la parole comme des personnages de comédie sans décor précis et y confrontent des opinions différentes.

8La Circé. En dix Ragionamenti, les Fantaisies du tonnelier reproduisent les dialogues entre le vieux tonnelier Giusto et son Âme, abordant les sujets les plus divers, depuis les effets de la nourriture jusqu’à l’immortalité de l’âme, en passant par le sentiment du temps, la pratique des vertus, l’importance de l’étude ou la question de la langue et la nécessité de vulgariser les savoirs, ces deux derniers constituant le défi qu’il se lance en écrivant La Circé.

9Il s’agit d’une œuvre à portée philosophique en dix dialogues, dont le contenu est résumé dans l’Argument initial. Ulysse, au moment de rentrer dans sa patrie, demande à la magicienne de rendre leur forme humaine à ses compagnons grecs métamorphosés en bêtes. D’après elle, aucun d’eux n’en a envie mais pour contenter Ulysse, elle lui en donne la possibilité. Au grand étonnement du héros, aucun des dix animaux qu’il interroge ne souhaite redevenir un homme, sauf le dernier, l’Éléphant, qui finit par se laisser convaincre in extremis. Le cadre du dialogue est donné par le Gryllus (le porc qui répond au nom de tous ses camarades à Ulysse sur l’île de la magicienne) de Plutarque ou Que les bêtes ont l’usage de la raison, cité explicitement dans la dédicace à Côme Ier. Entre Plutarque et Gelli s’intercale une autre source, récente, le poème de Machiavel intitulé L’Âne d’or où, parodiant la Divine Comédie, le narrateur raconte que, perdu dans la forêt, il rencontre Circé qui l’invite à parler à un cochon qui lui aussi fait l’éloge de son état de bête au détriment de celui d’être humain.

10Le texte de Gelli s’articule en dix chapitres où le héros dialogue avec dix animaux, respectivement une Huître (pêcheur), une Taupe (paysan), un Serpent (médecin), un Lièvre (qui passa d’un métier à un autre), un Bouc, une Biche (unique femme, épouse d’un philosophe, féministe avant l’heure), un Lion, un Cheval, un Chien (riche lettré oisif), un Veau et un Éléphant (philosophe). L’auteur expose sa thèse dans la dédicace : seul l’homme jouit de la liberté de choisir sa vie et si les hommes sont des bêtes qui regardent vers la terre, c’est parce qu’ils ont mal utilisé leur libre-arbitre, privilégiant les « choses basses et terrestres » aux « choses hautes et divines » qui permettent à l’homme de s’élever. Les cinq premiers chapitres sont pleins d’humour, les animaux impertinents damant le pion à l’habile parleur qu’est Ulysse. Même si les derniers sont ternis par des propos philosophiques abstraits, le filon humoristique persiste et le parcours aboutit, par une démonstration pétrie de philosophie aristotélicienne et platonicienne, à la supériorité de l’intellect humain et à la reddition de l’Éléphant. Dans ce printemps éternel, la magicienne joue le rôle du contradicteur pour rappeler que le dialogue est avant tout un divertissement. Néanmoins, les arguments des animaux peuvent se résumer à la perfection de la Nature contre les inconvénients matériels de la condition humaine et à l’idée que l’homme doit cultiver les vertus que l’animal possède naturellement, la Force (Lion), la Tempérance (Cheval), la Prudence (Chien) et la Justice (Veau).

11L’érudit italien du xvie siècle connaît moins l’Ulysse d’Homère que celui de Dante, qui a plus envie d’aller explorer l’inconnu que de rentrer à Ithaque. Gelli opère un décalage narratif pour faire d’Ulysse une figure intermédiaire qui arrive chez Circé au terme de ses pérégrinations dans le vaste monde. La ruse qui le caractérise chez Homère est ici dénoncée au nom d’une morale de la loyauté par le Lion, tandis que sa sagesse et sa prudence sont tournées en dérision. Les animaux étaient porteurs d’une valeur symbolique dont les clés sont à rechercher dans les documents sur les espèces animales de l’époque, explicitées par Brigitte Urbani.

12Un manuel de philosophie pratique. Gelli met en œuvre dans ses dialogues une maïeutique élaborée où les points de vue différents sont argumentés de manière convaincante, laissant le lecteur seul juge. Un peu comme Dante, Gelli semble vouloir condenser le savoir scientifique de son temps. Il utilise abondamment Aristote, Plutarque, Pline, Platon mais aussi Marsile Ficin et Pic de la Mirandole ainsi que Thomas d’Aquin lecteur d’Aristote.

13Après l’enthousiaste redécouverte de l’Antiquité gréco-latine au sein des classes les plus aisées, le nouvel Humanisme illustré par La Circé étend ses bienfaits aux classes moyennes grâce à la langue vulgaire et encourage, par l’exemple de son auteur, à ne pas élever de barrières entre travail manuel et activité intellectuelle.

14On pourrait voir une forme de vengeance de la part de Gelli dans son accusation de bestialité à quatre-vingt-dix pour cent de l’humanité mais c’est la dimension didactique qui l’emporte. En écrivant ses dialogues, Gelli remplit le cahier des charges de Côme Ier : forger une nouvelle classe bureaucratique au service de l’État. Pour être dévoué au Duc, Gelli ne se montre pas adulateur pour autant dans la mesure où ses leçons de bonne conduite touchent aussi les maîtres et où il conserve une attitude pondérée et pragmatique. Si l’œuvre de Gelli nous parle encore aujourd’hui, c’est par la revendication d’une culture accessible à toutes les classes sociales, pour son exaltation de l’intelligence humaine, pour son refus du pédantisme et de la tour d’ivoire, et surtout grâce à la constante bonne humeur qui l’accompagne.

15Fortune et éditions italiennes et françaises de La Circé. La Circé est publiée à Florence en 1549, à Venise en 1550 et encore à Florence en 1562. Son succès dépasse aussitôt les frontières de l’Italie, paraissant à Lyon en traduction française en 1550, en castillan en 1551, en anglais en 1557, en latin en 1609 et en allemand en 1620, succès qui ne faiblit pas après la mort de son auteur, malgré la censure du Concile de Trente qui a quelque incidence sur le texte. Le frère prêcheur Girolamo Gioannini da Capugnano censure l’acerbe critique de la vie monastique (le Lièvre) et les répliques concernant la sépulture (le Bouc).

16Après 1639, La Circé ne connaît pas d’autre publication en Italie avant le xixe siècle. Une nouvelle édition paraît en 1804, suivie d’autres au cours du siècle et Giacomo Leopardi insère de larges extraits du texte dans son anthologie de littérature italienne.

17La fortune française de La Circé de Gelli. En France, par contre, l’intérêt pour le texte se maintient plus longtemps. Après une première traduction par Denis Sauvage, dont Birgitte Urbani fait figurer des extraits en annexe du volume, un autre traducteur, anonyme, publie en 1681 une autre version du texte.

18Comme avaient commencé à le faire les Italiens sous Laurent de Médicis, les lettrés français veulent aussi défendre la langue vulgaire et lui conférer du prestige. Les dialogues de La Circé réunissaient toutes les qualités requises pour une bonne réception du public : le sujet était philosophique, le texte agréable à lire et même amusant.

19Brigitte Urbani rappelle que le critère de fidélité n’existait pas à l’époque : une traduction devait exprimer le sens du texte et non en rendre le style, d’où l’intérêt de faire figurer en annexe des extraits de la traduction contemporaine à l’œuvre, comme document comparatif avec celle qu’elle nous propose ici. Denis Sauvage (1520-1582), est l’un des plus célèbres traducteurs de l’italien de son temps. Historien, éditeur, philosophe, il joue un rôle majeur dans le travail sur la langue française de son temps. La tonalité de l’ensemble répond à une volonté d’embellissement du style : passage du tutoiement au vouvoiement, d’une impression d’oralité un peu cancanière à des formules d’usage et à un ton plus élevé et à des expressions élégantes. Les extraits mettent notamment en valeur la traduction de proverbes italiens au moyen d’images fort réussies.

20La traduction de Denis Sauvage avait cependant le défaut de n’être pas toujours claire, Gelli étant lui-même parfois abscons. Celle du traducteur anonyme de 1681 l’est davantage pour le lecteur d’aujourd’hui, mais la préciosité ambiante entraîne une édulcoration de ce qui pouvait paraître trop cru.

21Brigitte Urbani termine sur quelques exemples de réécritures françaises dans le cadre du théâtre comique ou des fables.

22Dans la note d’édition, elle explicite enfin ses choix de traduction. Refusant à la fois d’être « sourciste » (traduction de type universitaire) ou « cibliste » (réécriture en fonction du lecteur visé), elle a suivi une ligne médiane afin que La Circé soit agréable à lire tout en conservant la patine d’époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Eouzan, « La Circé de Giovan Battista Gelli », Italies, 21 | 2017, 491-495.

Référence électronique

Fanny Eouzan, « La Circé de Giovan Battista Gelli », Italies [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 19 janvier 2018, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/italies/5862

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals