Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Antonio Lucio Giannone, Sentieri nascosti.
Studi sulla letteratura italiana dell’Otto-Novecento

Lecce, Milella, 2016, 200 p.
Yannick Gouchan
p. 521-522
Référence(s) :

Antonio Lucio Giannone, Sentieri nascosti. Studi sulla letteratura italiana dell’Otto-Novecento, Lecce, Milella, 2016, 200 p.

Texte intégral

1Le volume, sixième numéro de la collection « Contemporanea » chez l’éditeur apulien Milella, se présente sous la forme d’un recueil d’essais consacrés à la culture littéraire italienne, et notamment méridionale, entre le Risorgimento et la fin du XXe siècle. Le volume est divisé en trois parties principales qui rassemblent chacune plusieurs articles.

2La première partie (« Trittico su Sigismondo Castromediano ») est entièrement consacrée à une figure historique du Salento, le Duc de Castromediano, dont le rôle dans le processus d’unification de la Péninsule est actuellement réévalué, aussi bien par des critiques universitaires comme Giannone que par les autorités locales de Cavallino, la localité qui s’enorgueillit d’avoir vu naître le Duc et qui organise régulièrement des manifestations autour de cette figure. Le premier et le deuxième article (« Sigismondo Castromediano e la memoralistica risorgimentale » ; « Epopea risorgimentale nel Sud : Castromediano e altri memorialisti ») sont consacrés à l’étude de la production de type autobiographique de Castromadiano, dont on souligne l’originalité au sein des nombreux mémorialistes risorgimentaux. Le Duc a en effet écrit un impressionnant volume intitulé Carceri e galere politiche. Memorie del duca Sigismondo Castromediano, réédité en 2011, d’une grande richesse pour mieux connaître la période de répression des Bourbons contre les patriotes méridionaux. Le troisième article (« “Il più leale tra noi” : la figura di Sigismondo Castromediano nel romanzo di Anna Banti, Noi credevamo ») se concentre en revanche sur la figure du Duc à travers le filtre narratif fictionnel de l’écrivaine d’origine calabraise Anna Banti, dans son roman historique Noi credevamo (1967). Castromediano n’est pas le protagoniste du roman (c’est Domenico Lopresti, inspiré du propre grand-père de Banti) mais il constitue un personnage très important pour comprendre les méandres entre les désaccords et l’amitié entretenue par deux patriotes du Royaume des Deux-Siciles ayant payé leur engagement par des années de bagne, avant de siéger au Parlement de Turin.

3Le deuxième volet de l’ouvrage rassemble cinq essais sur la littérature contemporaine : on prend d’abord en examen le rapport de la poétesse Ada Negri – désormais, malheureusement, un peu oubliée – avec la Rivista d’Italia dans les années 1918-1919, en se fondant sur la correspondance écrite par Michele Saponaro, rédacteur du périodique. Puis c’est l’écrivain des Pouilles Vittorio Bodini – un autre auteur peu étudié par la critique académique italienne – qui fait l’objet de l’essai suivant, non pas le poète mais le romancier, et en particulier son livre inachevé Il fiore dell’amicizia, publié en 1983. L’essai suivant est consacré à l’écrivaine napolitaine Anna Maria Ortese. Il est question d’analyser les neufs écrits de type journalistique qu’elle a rédigés lors d’un voyage dans les Pouilles au début des années 1950, publiés dans le volume La lente scura. Scritti di viaggio (1991, puis 2004). Le voyage s’est effectué pour le compte de l’hebdomadaire milanais Noi donne, organe officiel de l’Union des femmes italiennes (UDI). Une autre écrivaine méridionale du Salento, probablement pas assez reconnue au niveau national, fait l’objet de l’article suivant : Rina Durante. Giannone se penche précisément sur son unique roman, La malapianta, publié en 1964, centré sur une histoire familiale durant les années fascistes, et dont l’influence du cinéma des années 50 et 60 se ressent fortement sur les choix narratifs. Pour terminer, un article propose l’étude linguistique et stylistique de la poésie en dialecte leccese de Nicola G. De Nonno, qualifiée par Giannone de « poésie philosophique », et notamment le recueil Lu senzu de la vita (1992).

4La dernière partie du volume (« Critica e critici ») débute par l’interprétation de l’œuvre de Vincenzo Monti par Luigi Russo. Puis on trouve un hommage au professeur et critique Mario Marti, spécialiste de poésie italienne contemporaine, notamment d’Albino Pierro, originaire de Basilicate, et Vittorio Bodini, déjà cité plus haut. Un autre hommage est consacré au critique Donato Valli et à son maître Girolamo Comi.

5Le livre de Giannone permet donc d’approfondir la culture historiographique et littéraire du Sud italien profond, souvent marginalisée dans l’élaboration progressive d’une culture nationale (d’où le choix du titre « Sentieri nascosti ») et dont les qualités sont parfaitement démontrées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Antonio Lucio Giannone, Sentieri nascosti.
Studi sulla letteratura italiana dell’Otto-Novecento
 », Italies, 21 | 2017, 521-522.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Antonio Lucio Giannone, Sentieri nascosti.
Studi sulla letteratura italiana dell’Otto-Novecento
 », Italies [En ligne], 21 | 2017, mis en ligne le 19 janvier 2018, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/italies/5885

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Aix Marseille Université, CAER, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals