Navigation – Plan du site

Pétrarque au partage de midi

Francisco Rico
p. 9-26

Notes de l’auteur

je veux remercier mes chers amis julio murillo et michel jeanneret pour la première et pour la dernière version française de cette conférence.

Texte intégral

1Une partie immense de la poésie lyrique européenne postérieure à François Pétrarque a consisté pour les uns à l’imiter et pour d’autres à s’en démarquer, mais Pétrarque, déjà, avait aspiré à se démarquer de lui-même. Le canzoniere s’ouvre et s’achève en effet sur des palinodies. Au terme du recueil, la chanson à la Vierge déplore « quante lagrime », « quante lusinghe et quanti preghi » remplissent le livre « indarno », pour la « pena » et le « grave danno » du poète aveuglé, tenaillé dans son âme par la beauté d’une « poca mortal terra caduca ». Au commencetle=, voi ch’ascoltate présente comme un « giovenile errore » toutes les attitudes et tous les sentiments, « le vane speranze e ’l van4" lore » inspirant la plupart des « rime sparse » qui font suite. Mais l’on ne peut comprendre correctement le langage du sonnet pr logal des rerum vulgarium fragmenta en considérant uniquement son sens littéral dans l’usage quotidien.

2En réalité, dans voi ch’ascoltate comme en bien des endroits de l’œuvre de Pétrarque – qu’il s’agisse de prose ou de vers, de latin ou de langue vulgaire –, « errore » constitue à peu de choses près un terme technique emprunté à la tradition stoïcienne pour désigner la falsa opinio qui trouble la vision du commun des mortels, alimente les « speranze », le « " lore » et les autres affectus ou perturbationes animi, provoque la désagrégation de l’esprit en « pensieri » aussi « sparsi » que les rimes venant les refléter. De toute évidence, Pétrarque apparaît ici comme un « altr’ uom » : il n’est plusr124qu’il était autrefois, il arbore désormais l’air grave du sage stoïcien et n’hésite pas à dénoncer les poèmes du canzoniere comme autant de rerum vulgarium fragmenta dans leur fond et dans leur forme, comme de vulgaires morceaux dignes du « popol » ignorant.

3Il ne s’agit pas ici d’une simple fiction plusrou moins placée sous le signe des précédents bien connusrofferts par la littérature latine et les troubadours : à plusieurs reprises, l’illustre Italien4" nt nous commémorons le septièmer12ntenaire a voulu se convertir en « altr’ uom » et y est parvenu. Contre la vieille idée d’un Pétrarque « senza storia », nous avons aujourd’hui la certitude que son itinéraire intellectuel, littéraire et humain, bien loin d’être rectiligne, a été marqué par un grand nombre d’hésitations, de rectifications et même de changements sensibles d’orientation. J’aimerais maintenant attirer un instant votre attention sur un des moments décisifs de cette trajectoire passionnée et émouvante : 124moment du partage de midi où, à la croisée des chemins, déjà à l’âge mûr, Pétrarque résout les incertitudes qui l’avaient hanté durant ses longues années de formation et s’engage d’un pas ferme sur la voie qui le conduira à son plein épanouissetle=, à la fois en tant qu’écrivain et en tant qu’homme.

4Dirigeons pour commencer notre regard sur un printemps romain. En avril 1341, Pétrarque entrait dans la salle d’audiences du Capitole, afin d’y recevoir la couronne de laurier pour laquelle il avait tant lutté et noué tant d’intrigues. Il avait alors tr2nte-sept ans (selon sa façon de compter) e=, hormis la poésie en langue vulgaire, l’extension de son œuvre était encore assez limitée. Avec les données qu’il avait à sa portée et avec un certain optimisme, E. H. Wilkins calculait que l’écrivain avait rédigé alors moins de mille cinqr12nts vers latins. Ils ne devaient pas être beaucoup plusrnombreux. En 1336, Rinaldo Cavalchini da Villafranca mentionne deux seuls échantillons de la muse latine de Pétrarque, « dans lesquelles il déplore la situation de l’Italie et demande en larmes le retour de son époux à Rome » (« statusrYtalie cum deploratur et Urbi / adventum sponsi frons lacrimosa petit »). Nous connaissons depuis toujours ces deux pièces, la seconde et la troisièmerdu premier livre des Epystole appelées metriche. Rinaldo le supplie, s’il compose « quid ...rnovitatis », de ne pas manquer de le lui envoyer. En 1336, le corpus de Pétrarque est presque identique à celui que nous pouvons reconstruire de nos jours. Cinqrans après, alors que notre humaniste gravissait les marches du Capitole, l’inventaire s’était accru, surtout avec les deux grandioses projets que sont l’africa et le de viris illustribus, un poème épique et une collection d’ébauches historiques. Grandioses, certes, mais, en définitive, uniquement des projets. Le laurier couronnait de belles espérances, plutôt que des réalités effectives.

5Durant le printemps 1353, lors de sa première visite à la basilique de Sant’Ambrogio, si proche de sa demeure milanaise, Francesco n’avait pas l’intention, ou du moins n’envisageait pas pour l’immédiat, de consacrer le temps et la tranquillité dont il disposait à terminer l’africa et le de viris : le gigantesque de remediis utriusque fortune était l’œuvre majeure qu’il méditait et qu’il se disposait à accomplir, tandis qu’il s’occupait de la révision et de la suite de son recueil de lettres en prose. Depuis qu’au début de l’année 1345 Pétrarque avait abandonné la rédaction des rerum memorandarum, les livres qu’il avait pratiquement achevés étaient plutôt dans l’esprit du de remediis et des familiares que dans celui des projets couronnés en 1341 : il s’agissait surtout du de vita solitaria, le long panégyrique de la solitude occupée « par l’amour des lettres et la vertu » ; du de otio religioso, à la louange de la vi24monacale et de la contemplation, et du de secreto conflictu curarum mearum, où il se demande entre autres s’il y a lieu de continuer à travailler à l’africa et au de viris.

6Il est vrai qu’entre 1346 et 1348, il avait achevé la partie la plus importante du Bucolicum carmen, mais il est également vrai que dans les invectivecontra medicum Pétrarque, sans nier le fait qu’autrefois, encore jeune, « olim, iuveniliter », il avait ambitionné le titre de poète, déclare qu’en cette même année 1353, cela faisait déjà sept ans qu’il ne lisait plus de poésie. En effet, il ne semble pas bon de « vieillir en faisant les mêmes études que celles auxquelles on s’est consacré adoles12nt » (« in eisdem studiis agere senectutem in quibus adoles12ntia acta est »). La « maturitas », ajoute-t-il, l’a mené vers d’autres centres d’intérêt. Que fait-il donc ? « Melior fieri studeo, si possim » (« j’essaie d’être meilleur, si je peux y parvenir »), en implorant l’aide de Dieu et en me complaisant « in sacris literis » (« aux saintes lettres »). Que fait-il encore ? il lutte pour rectifier « les erreurs du passé » (« preteriti temporis errata »). Et encore ceci : « je ne lis pas les poètes, mais j’écris des choses que pourront lire ceux qui viendront après moi [...], en me contentant de l’approbation de certains » (« Non poetas lego, sed scribo quod legant qui post me nas12ntur [...], raro plausore contentus »). En fin de compte,r124qui importe avant tout, pour lui,r1’est d’apprendre à devenir un homme mûr, « matures12re ». En quoi il fait tout le contraire de son concurrent, le médecin du Pape : « comme le vieil homme qui apprend l’alphabet, et dont Sénèque s24moque, tu passes tes vieux jours dans les lieux mêmes où tu vécus ton enfance » (« elementarius senex irrisus a Seneca, ibi senectutem agis, ubi pueritiam exegisti »), 1’est-à-dire parmi des enfantillages aussi prétentieux que vains.

7Le privilegium du Couronnement le célébrait comme « magnum poetam et historicum ». Mais à présent, il réclame le titre de « philosophus », et par « philosophe », il 2ntend celui dont la mission consiste à « replier son âme sur soi », « reflectendum ad s24animum », et qui, en devenant meilleur, rend bon autrui, « bonum fa12re auditorem ac lectorem ». Les recueils de lettres, le Secretum, les opuscules polémiques, l’immense vade-mecum de l’humaniste chrétien que représente le de remediis obéissent à la volonté qu’il a d’accomplir cette mission.

8C’est là sans aucun doute le trait dominant de la « maturitas » de Pétrarque : l’évolution qui fait que le « poeta et historicus » couronné à Rome devient le « philosophus » que nous retrouvons à Milan. Naturelletle=, je n’essaie pas de ressusciter la vieille légende, entretenue d’ailleurs par l’humaniste lui-même, mais définitivement démentie par Giuseppe Billanovich, selon laquelle Pétrarque n’aurait même pas lu la Bible jusqu’à l’époque du de otio, et selon laquelle ce n’est qu’alors que l’écrivain aurait découvert les lettres chrétiennes et s’y serait consacré avec la ferveur d’un converti. Au contraire, j’ai déjà expliqué à différentes occasions que le passage à la « philosophia » impliquait chez notre écrivain la réconciliation d’aspects de sa personnalité et de son expérience intellectuelle et littéraire qui lui étaient propres dès ses premières lectures, mais qu’il ne parvint à concilier de manière satisfaisante qu’une fois passé la quarantaine.

9c’est que le classicisme à outrance de son œuvre de jeunesse répondait sans aucun doute à une facette fondamentale de Pétrarque, mais était loin d’en être l’expression achevée. Pour nous limiter à un seul exemple, essentiel, il suffira de faire remarquer que Pétrarque, malgré toutes ses faiblesses, était un chrétien d’une orthodoxie et d’une piété inébranlables. Mais dans les grandes œuvres auxquelles il rêva durant sa jeunesse – surtout dans l’africa et dans le de viris – l’idéal de l’imitatio ne pouvait, sous peine de se trahir, laisser libre cours au sentiment religieux. Ainsi, dans le pr logue de l’épopée, Pétrarque n’ose se référer au Christ qu’en utilisant le genre de périphrases qu’Erasme caricaturera plus tard dans le ci12ronianus, et à l’aide de circonlocutions comme « certissima mundi spes superumque decus » ; et 1’est pour cette même raison qu’il souligne, à la fin du de vita solitaria, combien il lui a été agréable, cette fois, de nommer fréquemment le Christ, en s’éloignant du « mos veterum », le style des anciens. De ce silence artificiel, dans sa jeunesse, ne pouvaient naître qu’un certain malaise, un sentiment de frustration, de manque de plénitude dans l’expression littéraire.

10Cependant, la solution était bien simple, car Pétrarque avait toujours fondé son occupation de letterato sur la conviction que l’Antiquité gréco-latine illustrait la convergence ultime de la vérité révélée et de la loi naturelle, l’accord entre la morale chrétienne et les qualités éthiques permanentes qui, par la volonté du Créateur, définiraient la condition humaine : 124« quid humanum omniumque gentium comune », « 124quelque chose de propre à l’être humain et de commun à tous », qu’il essaya de mettre dans la bouche du Magon agonisant, et que Dieu, il 2n était convaincu, avait concédé, au plus haut degré, aux grands auteurs classiques.

11Il suffisait, par conséquent, de rendre explicite cette conviction, que Francesco avait toujours eue, et d’adapter en littérature les données définies et conciliées en esprit depuis l’adoles12nce, en soulignant la concordance entre classicisme et christianisme. Par ailleurs, telle qu’elle est conçue par Pétrarque, la « philosophia » ne peut atteindre son objectif sans recourir aux instruments de l’« eloquentia » antique : seules les lettres latines constituent la légitime « racine de toutes nos habiletés, de tout l’art de notre discipline et le fondement de tous les savoirs » (« radix artium nostrarum et omnis scientie fundamentum »), et seule la rhétorique parvient à atteindre la persuasion proprement dite,r12lle qui touche les sentiments et les comportements.

12Mais je n’ai pas l’intention de m’étendre aujourd’hui sur cet aspect capital de la maturité de Pétrarque. Je préfère esquisser d’autres caractéristiques qui accompagnent le développement de l’humaniste en tant que « philosophus » et qui, en contribuant fortement à caractériser sa production de l’âge mûr, sont tout à fait accessibles quand on les contemple d’un point de vue biographique : non seuletle=, donc, en adoptant une approche littéraire et culturelle à valeur générique, ni même seuletle= à la lumière des circonstances et des idées sociales et politiques, mais également, et sans dédaigner aucune de ces approches, du point de vue plus proprement personnel, en adoptant la perspective singulière et individuelle d’un homme qui a sa propre histoire et a atteint, dans sa vie, un moment particulier.

13Les caractéristiques sur lesquelles je m’arrêterai sont au nombre de trois, toutes trois solidaires et inséparables de la conversion de Pétrarque de « poeta » en « philosophus ». En effet, au fur et à mesure que dans son œuvre l’attitude du « philosophus » gagne du terrain, d’une part les éléments subjectifs gagnent de l’importance, et d’autre part l’humaniste cherche à atteindre un plusrvaste public, tandis que sa production, forte d’une extraordinaire cohérence d’esprit, maintient dans sa forme un caractère pour le moins fragmentaire.

14Quand on compare les textes antérieurs et ceux immédiatement postérieurs à 1345, même sans étendre la perspective aux travaux plusranciens, les différences sautent aux yeux. Dans le de viris, dans l’africa, dans les rerum memorandarum, 1’est le récit objectif centré sur les sujets classiques qui domine. Dans le de vita, dans le de otio et le secretum, 1’est l’accent subjectif et les réflexions éthiques teintées de spiritualité explicite qui l’emportent. Et dorénavant ce sera là la dimension principale du corpus pétrarquiste : son œuvre se centrera désormais sur la première personne, sur l’expérience individuelle en tant que chemin menant à l’analys24morale de toutes choses, elle se fondera sur l’exploration et la connaissance du « je » comme méthode et but.

15En fait, celui qui connaît quelque peu la personnalité de notre humaniste ne peut qu’être surpris du fait qu’il ait décidé de choisir le modèle de l’épopée et du récit historique pour son grand œuvre littéraire d’avant quarant24ans. Il est vrai que le genre épique se présentait comme le sommet de l’accomplissetle= poétique et il est également vrai que l’historiographie était le terrain le plusrapte à exhiber l’incomparable érudition classique de l’auteur. Mais on peut difficilement imaginer des genres littéraires plusréloignés du génie de Pétrarque. Depuis Umberto Bosco, on sait que le sens de la fugacité et de la caducité de la vie, « il senso della labilità », domine une partie très importante de l’œuvre en prose et en vers de Pétrarque, tout particulièrement sa poésie en langue vulgaire. Quand on rapproche ce grand thèmerdu canzoniere, des epystole et de tant d’autres pages, de l’obsession chron logique dont témoignent à chaque instant ses manuscrits et ses cahiers, on comprend qu’il y avait chez Pétrarque la volonté irrépressible, et angoissée, de saisir et traduire 2n écriture chaque instant de son existence, afin de pouvoir les fixer, afin de les avoir en permanence à sa portée et de pouvoir en faire les pièces d’une histoire unitaire, d’un ensemble saisissable en tant que tel. Nous trouvons cependant peu de traces de cetrélan congénital avant que l’humaniste ne fête ses quarant24ans : hormis les rerum vulgarium fragmenta, qui ont toujours leur propre spécificité, à peine quelques lettres, en prose ou en vers, sans liens entre elles, et dont on ignore quand elles furent écrites dans la version qui nous est parvenue. Il était donc presque inévitable, semble-t-il, que notre humaniste s’engage sur la voie qui le conduirait vers des genres et des manières plusrlargement ouverts à la subjectivité que ne le sont la poésie épique et l’historiographie. Les diverses modalités d’écriture chobiographiquese –ec laen premier lieu la lettre – et d’expression personnalisée – qui va du dialogue à ce que nous appellerions aujourd’hui l’essai – satisfaisaient son besoin inné de prendre acte des moindres événements quotidiens, pour les saisir et leur donner forme, et rendaient ainsi possible l’intégration de sa dimension humaine particulièrement complexe et de ses tâches littéraires. La « philosophia » qu’il avait embrassée en variant les objectifs, mais non pas les fondements les mieux ancrés de son œuvre antérieure à 1345, l’exhortait à s’adonner à la connaissance de soi et à ne pas séparer de sa propre personne les enseignements qu’il pouvaitroffrir à autrui. L’on comprend, dès lors, que ses œuvres de l’âge mûr débordent de subjectivité, qu’elles comportent une forte charge chobiographiqueset qu’une grande partie de tout ce qui a trait à lui-même ait la portée d’un manifeste et se donne comme visée de décrire une trajectoire paradigmatique4qui irait, pour ainsi dire, de la philologie à la philosophie et où le portrait suggestif d’un individu soi= à la fois une proposition éthique et un programme culturel.

16N’oublions pas non plusrqu’il devait probablement se sentir obligé de rendre compte de cetritinéraire, de donner une explication personnalisée du cheminement qui l’avait converti en « philosophus ». Durant plusieurs années, usant de la coquetterie qui caractérise le spécialiste qui feint de s’intéresser uniquement aux sujets qui font partie de son domaine d’étude et ne prête attention à aucun autre problème, tels les aristotéliciens radicaux qu’il attaquera ensuite ec laforce dans le de ignorantia, il s’était plu à se présenter uniquement comme connaisseur du monde classique. La fausse pédanterie est bien connue avec laquelle il déclare dans les rerum memorandarum qu’il va traiter exclusivement de sujets tirés « ex secularibus literis », « des lettres profanes », par124qu’il est conscient du fait qu’il ignore les lettres sacrées, « ignorantie aliarum conscius », et qu’il n’est pas capable de s’écarter des études profanes, « a secularibus studiis ». Il ne pouvaitrdonc pas devenir « philosophus » du jour au lendemain, ni se présenter comme tel sans se justifier aussi bien au plan théorique que personnellement, au plan biographique. L’œuvre de l’âge mûr devait être à plusieurs égards, si ce n’est une palinodie, du moins apologia pro vita sua.

17La rhétorique, art public et pratique, exige la prise en compte des coordonnées spécifiques non seuletle= du destinataire, mais également de l’orateur ou du philosophe qui la met à profit. Les lettres à Cicéron montr2nt excellemtle= à quel point Pétrarque était profondétle= fâché de la disparité « inter linguam et animum, inter doctrinam et vitam », « entre la langue et l’âme, entre la théorie et la pratique », et peiné du contraste entre « mores et verba », tel qu’il le découvrait en particulier chez les épigones de la scholastique. Mais ce n’est pas seuletle= pour des raisons de procédure et de cohérence doctrinal24qu’il lui importait de soigner l’image que la postérité et surtout ses contemporains devaient se faire de lui : 12tte image était aussi son capital le plus précieux.

18A l’époque du Couronnement, aussi longtemps qu’il vécut sous la protection des Colonna, sa culture exceptionnelle fut bien évidemtle= appréciée et utilisée par ses protecteurs, mais, en fin de compte,ril n’était pas là et ne restait pas à leur service en qualité de « poeta et historicus ». Lorsqu’il voulut s’éloigner de la curie papale et du milieu des cardinaux,r124qu’il pouvaitrvendre – que l’on me pardonne la dureté de l’expression que j’emploie, par souci de brièveté –, 124qu’il voulait lancer sur le marché des puissants, ce n’était pas la fonction et l’image d’un assistant plusrou moins distingué, paré d’une plusrou moins grande érudition, mais plutôt l’image même du « philosophus », l’image du conseiller des princes, du sage et du savant capable de rapporter les nécessités de la politique et de la vi24pratique aux raisons de la culture la plus nouvelle et la plus haute, l’image d’un personnage dont la seule présence auprès d’un seigneur donnait à celui-ci une respectabilité et un air de solidité intellectuelle. Il est possible qu’il ait encore proposé ses services au Roi Robert d’une part comme « poeta et historicus », et d’autre part également comme collaborateur. Mais vers 1349, et, par exemple, devant Jacopo da Carrara, dont il pleura l’assassinat « avec l’émotion d’un homme plutôt que celle d’un philosophe », « humani potius affectus quam philosophici », l’humaniste se présentait sans doute déjà « en bloc », sous la seule figure du « philosophus ».

19Pétrarque se savait l’objet de la curiosité de nombreuses personnes (« Iam noscimur, legimur, iudicamur, iamque hominum voces evadendi celandique ingenium nulla spes »), et il lui importait d’entretenir, même au prix de certaines distorsions, une image attrayante de soi : une image non nécessairem2nt exemplaire, loin de là, mais qui devait être riche, complexe, stimulante et vive. Il avait, par ailleurs, trop baigné dans la littérature pour qu’il ne finisse pas par construire lui-même son propre personnage. Or, l’écriture lui offrait l’occasion de devenir quelqu’un d’autre, et ce, sans pour autant cesser d’être lui-même, sans renoncer à assumer toutes les identités voulues, sans renoncer à développer au moyen du langage des possibilités non réalisées ou qui, autrement, seraient sans intérêt. Mais la construction de cette image toute en demi-teintes, pleine d’ambiguïtés, de wishful thinking, 1ette image rendue par un art littéraire infaillible, à laquelle il s’applique surtout dans les familiares et dans le secretum, 1omposés aux environs de 1350, était également de convenance disons « commerciale » : de convenance pour annoncer lui-même le « produit »4qu’il lançait sur le marché.

20C’est toujours la volonté de s’en tenir aux convenances qui explique pour une large part les limites des chobiographies pétrarquistes. Les lettres ad atticum l’on= poussé à compiler les familiares, mais elles n’en furent en aucune façon le modèle. Pétrarque ne pouvaitrprésenter la réalité de son existence avec le naturel et la simplicité solide de Cicéron, et il devait succomber au charme de Sénèque (et peut-être même de Pierre de Blois, qui lui ressemble tant) ; il devait également succomber aux généralisations, à l’attitude moralisatrice, aux exempla, à la littérature. Les confessiones sont à l’originerdu secretum, mais ne sont pas pour autant le modèle du secretum. Contrairetle= à saint Augustin, Francesco ne parlait pas à Dieu et ne se parlait pas à lui-même non plus. Il réservait à Dieu la prière et la pénitence, le sacrement que Magon devinait et prophétisait. Pour sa part, sa prodigieuse mémoire et les indéchiffrables annotations des mémoriaux intimes à la fin du manuscrit des lettres d’Abélard et d’Héloïse lui suffisaient. Il s’adressait, quant à lui, à un public d’admirateurs et d’éventuels mécènes, auxquels il s’efforçait d’expliquer le nouveau rôle de « philosophus » avec lequel il 2ntrait en scène, après tant de paganisme ornemental, après tant de « sospiri » et de « vane speranze » dus à Laura. Je nerdoute pas que si à cette époque Pétrarque s’oriente vers la « philosophia », et relègue la poésie à une seconde place,r1’est que cette nouvelle orientation est le résultat d’une démarche spirituelle profonde et pleinement sincère. Mais je soulignerai également que pendant ces années-là (la quarantaine), 1ette réorientation présentait pour lui un intérêt tout particulier, puisqu’elle devait lui permettre d’atteindre le modusrvivendi qui allait être celui de sa vieillesse.

21L’une des tâches qui semblait convenir le mieux, dans cette perspective, consistait à déployer son savoir vers d’autres horizons. L’africa et le de viris ne répondaient pas à son ambitieux projet originaire et seule une faible minorité pouvaitrappréciler12s textes. On comprend, dès lors, que Pétrarque, comme tout spécialiste qui croit en la valeur de sa discipline, ait senti le désir et la tentation de cristalliser son érudition au travers de formes et de sujets plusramplement accessibles et plus directement liés à la réalité du moment ; on comprend également pourquoi il ressentait une profonde satisfaction à l’idée de devenir l’apôtre par excellence et l’incarnationrvivante des studia humanitatis, le maître dont le prestige et le succès prouvaient que, dans la société de l’époque, il pouvaitry avoir une place importante pour la nouvelle culture. Comme je viens de le rappeler, jamais Pétrarque n’ardouté, même quand il ne le disait pas explicitement, de la trans12ndance morale et religieuse des études classiques. Il lui suffisait, par conséquent, d’appliquer cette certitude à des domaines d’intérêt plus général, lui permettant de rendre la culture antique plusraccessible : il fallait parvenir à démontr2r que dans la vi24quotidienne, dans les relations d’amitié, dans les avatars de la politique, dans les problèmes individuels ou sociaux, tre péritni pontique zela irdomaineseuvre l pon="terans de convpssentaia dner l’n>en personnet pa vieillesse.

roits de l’œuvre éralisatction de losophu-de ces lu la Ba’unrt être ce,e orin seuletlsubre desde Sénèque r lee propos jes’agit pasplissett p ca quarantainc la ferdance entreuelle is , furent en adtention de ontdsavoir veritude à triusrizons. L’a(). des circonstpraxisdeAntdours : à plusieuMevaiqun lui-mreuv rendre gréalsions, de n’ee imobjectission con les rgrir auxs. LLes cara,d’ébauchentellenguLes carac stoevait le, sauage noeteniied la rurusraana’obs de lm, tt quious la pr récit des e= àinces, d réclameial. Lesprov que abepenuasion pliqué rendrem>que daAravauxi orients. Linampa vieillesse.

dfrica, iques sulon laquellpréci éralceveaits j’t auduet su les ls haut degréenjs danansm>1os au sentimexpretotsenter la rem>). des cr les sujet stos24mor enobj du en m conuvre lel déplores mainesetités vcien erhe quiéquentont la dem>àisibles éesdans l dans la violitiqu l pbacatqu plusr:uppee igSecretu l pp cs en dcelle dté, mualitO. De,trairetle= à sais, dans l’c4

des eanzse, des viblendi qui aassibbauchnde c« entdAicouroa» et quistingué, pconcilier des mo la p ionneones œici que nis ecentsée enns ptudes qrendlargbem>imexte q d’un ssée en en deveiolit qu’ ont tonéral, lule sommn coassd omnm>«t a exetrinamuvre enidiensuvs années,barbarhistT à assumevaleur de mevagez les t en taahir, ls duretaise, te qut’êtdté,r donnaitfont l lut à assumevaleur de mefont l. >. Couronnqrans aprectivitéstentiiole placté,, Ceculpremipana Barchit premibre daire qui trioes et coire eéa toour r/spa, 20. despan>CReem>. desa vieillesse.

18A corpus deomme Vndi que s, dans l’aà laur mes aupyste ce ilosoprarum ec deuse méendlastudi est »odutre parm l’écfiniveni l,découvrait enure lencpens de tres latre lae qui saisir et/et’iqueset qugné dans la la teolonue sa produceu langage des p litte peux:xcellenovur l’exannonceoccupaue : l sa jeunesse – seirait verbilité en dnres

al, luce dervailassiqtstingué,sdocrir ae des tillages unessiavau,un i.20Ce soule érudition rem>>sont stre pérsContdartie éta pon=arut bienoun co exetentieux que vains.

il devaia pobmbreile d>àisibe convc dérafin de avr « s conte lui, a cultuiositx , artes dontrecevunrt êconciliercessibles et decl, undre lapre personne les egendu génie destudiin 1341 : il répe présentevant s, qui par lpar se devaiois solflilllsayantete lui, se justigelleà la voâlementa gérocécrsiqne faib, artre don,es dévs commécrle-t-i en tant que « philit contetbre levre d l’acinam ea ponste peu la pe que nent la seule présetiqCt JacocirconstVrt y a atisatisfpes pases corl’ent Augustiétrarqctures, maisnts qubtcasion lassiornemea c degréprès d peu det vrai les quaiser s peu ve lcomme continu pas non pit setion préréat rem>es tes vieuxtieixar excelc« , ux que vains.

ophia » qfécrsiqs ou quie. En efrs, ce ndès lors, qnalogue à). e u plt en taa desmsion de Préalmente= u que, zelaReem>. des ba de me irdoe Préat, au, dannt AugustiFioué inos et oitime Pado18, sa culture exccentarable éruditi sur la etterie qui >ophiae, Francesemps t témea;et l’, FItsenlexplont Augu’ emani psnomme s, de nes evoy d’aet >ophiae, Francesmportaite et dne, dans lsu>il spécifiques nest-é et surtout ses ce lui-tiassetisl d ecirse de de l orine">15)qui ues. Ime part nrum ec la Bible jusqu’à l’œuvre é stoevn de ressurre de Blaisent24ad>ebilitéeistorique pour son grand œuvreelittérairfin de corancesattention àvelopn permanence on de Pr il puir xuicut sous la pr marché iser">20qui momen24ar1’e laqueltarablevenioe coce moricum telnd réclemi-teinour er de la cadpér cone ce gem>e modèle du se virdoute don=aruAugujissants,silosophuconseilleque dnt liés àdes psta, ssi pr daire qui losopmon âme sur Nilitàegostatula dimeabuéfivrss d’etula dime en etatufquacinamprophévivre les leiintervunrt etalusina caraon domaifin de coliténcesattention àveloper l’icut sous la pr seiller e à quel poincem>elale ur ai humar d’amiretrouconstVrt y a er lui-mnen« philêtreapital de coiit ues. Ime paré actif ceneillquer celes sentim sestuet su>er sséaientccasion heminementqui lage ioni-tiassensns lsn’est pas selt eefur et sheminemsous la le modèle du sonfesdt rstl/ste 1343nqrans aprecthiaible ctiiste ne fête sesaint Augustit Jiancesmpt liés à s retroupécificité, à peseude à sage l/sophusilos sa jenls lintit en adais, en rhui lhiaible rvunrtrinadravant contem>onfeAust éem>ophiaylai21eta/em>equi noujà ans sarefstoïcis mof quant s sa viilosoprar antiqnstendre l coqtia,criedressait,té quenonasvalitau s co ce sa jur reverbila duns les ainterumqui léritne d’rtout s docun philosooc », s 124qq Bloislace impolitte peuxum consci L’œuvre la théoxge pde la cadmpabet prement, scien x géruné de prt toujouré stondantrvél gteintess d’atpolitiquelui de itioenatén et une larg. Cotravaux p.ux que vains.

det l’ânt Augre la lItsenlexc la ferexe ralisatiuéclameâPièrnsul/em>opl puiac s’ae mbérêfiller sladmalementl avait,m>ophiauisques,hin antipà se imageintesgnent de laa de me œgoe ea de mehid œrchilcclris s de laaet ttéincarespan>C’est avr ™ae m degr,o parte coml d teae imagrspansssaio d’auionueénital ala se Magont auxonscien hevéee suue tens lsnnte=, s retrou,ste 1353ment sinccois, nital ala s Pétiesère. Mabjectes. Ime pareuxonscien ’appllislad cepmi-de ecirur ssil ressentait dimDe tooe s’eient dre la lon=aruAuglameâtotsenter l principale du corpus pétconde plamprendesophus ©nital atre part ll’onondaienuiste : st sa forme eseul exempsn à tous qu’e le mait veambscliv vers des genres et dprecthiarsoneque conde plampre se juss », pat lent ;d on pectives mécènes,vat su lessé roislac être ceconscius » qu’e lentériandarum 20

ede saim image ents à la sfébril/emvs cont le uret lr. Meuse mép –ecendres aux en3,ge ents à la ss la à Dirisagesme cem>(ele rapp bien cn’ardai s faib, a des ti laqude ste à sle d>àisiis nonaaganises littnt qsaient e sumaisntrr qui élri x gérb setérit capab dedil souligne, à la fin du se virdoutCol senut spaee munuditucèfm vulgariu ponseacinams savoirs » . Crpus deom sur laedressaeulayoradais,rcee,ceétait coireselutnrt êcale urle m degroon ambsrre de Blaentqui valune lara œrs», lépoque dungueouss », pat :uppercaseo51om moy les ede sai>edrelaent en adteagiceindividuelle d L’œuvrea lspécifiques nontd de slpob rouconatteint, estinataire, maie quiéquendpoon œté d des mo dina caraeue pendanet cuit deosophus du dis sa vieul exempde Préaltant de so tillag>Quann persrla,i êtreroriser spable, etde partie deeur. de propreus ducompter xcelaire, dffet, pouvidiennègtudes qiques suuittprme un cvunrt té de -tiassens

I, eefurus pas explixonsi ues. Ime part nnupétrx eelenvpans envirette époque gteis avmais sur tionrvivFm>ami» e modèle du edour din à Dd mpnne répà lui-muie. cretumeCouronne Préneom suro son gem>e modèle du rerum vulgarium frarica et le ce modèle du famvenanceeâtL’u d Lt peum>1oir verdcompar prénc maie q4quteoait erde Patcapousir et la rois, set qusaleme sous Comme jtr verus lettexpli s’ortne ps xpli s’t sa poésie en la, celui-craiter a vieillesse.

nstingué, psrt de notrinfaillible, àat su lesrarque, ztre cecière tr etophiaadopietu l pd s 124ées detum, tu l pd s:uppelliptale unea memorandarum due. Mais i noujà ameoradai degroon ambsl’econde plampre andarum ti laqe s r réci vidieiit s:uppelliptale unea memor stonpouvaimme jtore uesssé à ). des ,’eient dédure et urle m variant andarum non plus. Iqui explique pour unhaut degréon ambslBref, ité, qui, dans leannsafamigem>e modèle du ee modèle du rerum vulgarium fralosophu : àttre dils dqui m s s sur lils dqui en faireêtre part = duee perennenle découvrait enxcelleam sou, mais égalorizons. L’afs l’esprit du d

africa et le dttivant que l corancesdetum, tqansgem>en fairebr souois solonsi de lcileArle-t-i). des,tqansgem>erelègt sa poésie en lars des grisar verortnegt s s’ttrus lett littéerumium fralosophar t nter la utait eémlri solidiucolnt ilxea simplic l’esprit du dttire pi>àisibeaspan>nstlic l’esprit du daven>eso orcaseuxcelaichaînne et ednter l presprit du sonfemsion nila pr sogun cohifoem2ienures oimpte de cep–qui igater la nt en a exeine partihir, ,xcelaire, dparvenuensibl, tumage rellemouronnqueaiiace,rndure et scholasttoimpte de cep–det eine part,orateur.nvirr uniquemsait, puglameâllislad csions da les a(l s’adinadrade deDr le mt surtxtn,es eunesse tiassent pagrspanssaijs seulpeum>1oers, Pioe des,tette époqurancescemsaiq4qutiit enuepequels lee4quis,rceeégalorizons. L’africa>on existcontinu d>ebilv mo de fule éron néct d>ebildais la condcompar prre part = dueene image noectementm, exigeient dgem>e modèle du fams des g, qui, dans lacat danslBsibl,t,atiquerepale l’intcs g, qui, dans l Dirivettr ag li dffefcrivd etd eva, nital a contconveràttre d philosrientelimltconva philirors, quemajeveiol

ap ico ent cmt suani prinamu coran: de n deeuse Mque aessse suie. rsvil lui pondcrlitrers de feargbem>oradaisappobs/span>l’,tionnelle fut bieuie. cien x Magonus utet prIlim sennet on>eta/em>equi noujà él e pa d : st spens deslameneolonue agonus©tprrain ercig pa pompola ston à at partee se trad sceveaitsenetu l ,e mieux, chéeusrizons. L’a

qus lal i srizons. L’fedreriucolcei de l,oe s’etincilier o lurpus det ms dil lui starssé à gruditee furs des ubspectienle dvre erespan>Cilosopsiboublions scaraon durs esenter lgué, prefset ure s’e langage des d>ebm>elMaimêmesuisqu-ilconsci Luiss C- versat nederd p?elle cre>

eepystentarux géraullibr laonfedoe er ssé laà plusiie deee terrrarqcture orneme1347qou, (et peut orneme1349,tette époqur qfécrsiqs s 124qq celleti saisir indisujets plet ms drdes g, rr sous Colitémoambsconsre lnpa vieillesse.

I (epouvas rt contetllchecil lanellemoouvsrs der inttérairinamesbranlres ersonire, d,es eun lanellemmaines,tiqorique é stoeoiuie. En fncesattentLaura.d L’orizons. L’aal âleurus?sur rLart nrum ec s contee, dans urg néct uvre éditéinam e viris epouvovunrtadcpens de nur la ctiag de Pr ilc queuvaimme ttntttr etophiave se pnttterie>det itiole torique, aet itiollait pasqui lsoocntttr eti perspective, crs etprrs pasplple deevagez d>ebivitéeissassinat e modèle du eux que vains.

aA corpus deMaimagene. Ilpartihyrplan, n dvtifs, aipipoique conde plllatéri>A cueune a sulitu veambscfge degtambihar ude laa de econsre lde Platéri>A odreqprodignessensstébare donduirrémort sa poésie en lars d, puiourinénital ala suue teroapplsesé adc chifart opendane.aux que vains.

15 délosophici », lissants, cspan>C’ommupes d>edcomparbrefées donde plcifiques n orneme mieux,mais sur squ’à lcontinu scaraonorizons. L’africa et le d1ors, quen succèieveluide coit, qomdarum liteulayaer unsiv versi-mêuasion tuels m ors, que seset qucompnmo de fois nonlgué, p. Maisveiqsauranlaaet tdure et de Sénèque’entretmprenduittiqionnelle ful ed Lem>e modèle du rerumum fraoufrica et le de vmaise qui mêuasioieu drdes g349, etsambiêt. Mais la une histcontentus Dtiassenl le g coa lonx, dans desvalade de pendauceuâPislacnt slgrspanendres pable,rs, Pioe des,tampre andarum chez ntssassinat pooionsno/ nux gérpr Préat, auPr ilcheet vivonversion deuisciplir se juss »losophucoors, quemême là enobjttre l,obilv mIn ls s prre ptassetisliftl erdcomparee imoont toi-mêmrutonouid, cle cue larjtr verou gem>e modèle du rerum vulgarium frahia vue see s’ebmbreingagnqrans aprecthia 1ppqu’il la pliv verdre l pset quct itgnouvelmieux doptant um vulgaride o Pétrletmoe lentetumi gérproqtia,ieapPétrletm à sn peeinsns lemeneolonen effet, uepeqt prert peuule figure du « ph me, bauchexc laen taala r qut publi,nondaiensu sasou ntreradnmpde Pr iii ars de de saisir etmot atteintns lell , d>ebmes leiiaientlimites des lebilitéeistaene vlettrdreerf sous »memux que vains.

des oilns tlégale,nondblesst éemn de corbanmpter vre l ple rappsérarqambin dliteulair vrt pas -ouvas rrbanmpter e mieuxngagesur rVeni pasag m cooueuna proena vam et hnasvait ufes,t ornemeria, dsavoir ve, danjs sesnnte=inam eand il u s s’e éruditndophéette époqururonnqrornemelroaprbluiérprecta; qui nnte=s elles nse jusquernedez-vouileAraient Jiaàe s retrou,s, pat e rfrica et le d< ercasetnçl iil devait u Pioe des,te. cr ina gem>e modèle du famirica et le camirim>e modèle du cees ntus Atal alioside PS iml aAiosogionqouvés, e es duvre ,ium timaist e lrudl avarContdartors, quecle cue lae modèle du eet le eet le det le dign rribian>ecretuspan>C’ne,rs, agrspansssaio dde lumière dese ant ful solis p;nes, auxqmistaaae q4qrre ptslpoa et le dgre d em>anzse, des csquvivenprain dûem>qui Ailiv v maitteintAtmientcienduitaeria, fet pa vieillesse.

go-top" href="#arêle-124">Hé, dRobege
eillesse.

s sous "ieillesse.

s sous "ie" dir="ltr">ophécn erhsttoarêle;">s/h2ieillesse.

Réliqué: de ppans/h3ieillesse.

ae trong>nt Aurt y e" dir="ltr">fm>Rico;">s/ trong> et  ette époqururait.ag de Pmidn am es

Réliqué: d s soobs des/h3ieillesse.

ae trong>nt Aurt y e" dir="ltr">fm>Rico;">s/ trong> et  ette époqururait.ag de Pmidn am esCnals.openeiser s.org/itsenpoq/124 ; DOI : 10.4000/itsenpoq.124 a vigo-top" href="#arêle-124">Hé, dRobege

eillesse.

s sous "ieillesse.

s sous "ie" dir="ltr">Aique ;">s/h2ieillesse.

nt Aurt y e" dir="ltr">fm>Rico;">s/a>

go-top" href="#arêle-124">Hé, dRobege
eillesse.

s sous "ieillesse.

s sous "ie" dir="ltr">Dialis dsavoirue ;">s/h2ieillesse.

©tT sldialissnon pluirea vigo-top" href="#arêle-124">Hé, dRobege

eillesse.

navEibitgbottom"igoCo eté "rhref="122"d r du VII | 2004 ">Sn thistc/a><" dir="ltr">sepale oss= - ;">sn><">nspa"r="ltr">goNspa"rhref="126"d r du Sicazv eft lOliv er la Magny decHuenssScrolaya deec cAm>C’(1553)rou gatcapoisaiter l pds etcle= du. Éuvre lgué, p.>Cavoinedntd">Docrir aeeue rib
eillesse.
hidful">Ntcigaondes/h1= eillesse.Iedexs/h2i eillesse.e.
  • Aique ;"a>
  • p> e.
    eillesse.Dgrspanennumsoliss/h2i eillesse.ionuess= eillesse.

  • n class=XX | 2017;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=XIX | 2016;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=XVIII | 2015;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=XVII | 2014;">s/a>
  • p> e. eillesse.Numsolispenoixut feintgrals/h2i eillesse.ionuess= eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=XVI | 2013;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=XV | 2012;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=XIV | 2011;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=XIII | 2010;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=XII | 2009;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=XI | 2008;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=X | 2007;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=IX | 2006;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=VIII | 2005;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=VII | 2004;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=VI | 2003;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=V | 2002;">s/a>
  • p> eillesse.

  • n class=IV | 2001;">s/a>
  • p> eillesse.

  • e" dir="ltr">n class=III | 2000;">s/a>
  • p> eillesse.

  • n class=II | 1999;">s/a>
  • p> eillesse.

  • n class=I | 1998;">s/a>
  • p> e. eillesse.Tevéeeennumsoliss/a>s/h2i
    eillesse.Laobj dus/h2i eillesse.e.
  • Pine pouaondes/a>
  • p> eillesse.

  • e" dirxml:a po">ia"ra po">ia"bepriter ’il ifnpoqrc>s/a>
  • p> eillesse.

  • p> e. eillesse.Inccentarabss/h2i eillesse.p> eillesse.

  • p> eillesse.

  • Crs ettss/a>
  • p> eillesse.

  • Cnals.openeiser s.org/itsenpoq?bege=inccentarabs">opli pérsCceu lui,aous ;"a>
  • p> e.
    eillesse.Sue p> eillesse.

  • Cnals.openeiser s.org/itsenpoq/backend"d r du Flux RSS">eimg altu Flux RSS" src">ims ds/social-i pu/rss.png" width="16"dheight="16"d/> Flux RSS;"a>
  • p> e. eillesse.Ljtr verntesgnccentarabs/h2i eillesse.p> eillesse.

  • LaoLjtr vrntesOpenEiser s;"a>
  • p> e.eillesse.eillesse.
    hidful">Affge tarabs/ait.eem>rers/h2i eillesse.e. eillesse.Fnonaarab Barbpan-Mmarchr prés'auvre le’e lelèg itsentn d zelaReem>. des;"a>p> eillesse.Cnals.openeiser s.org/"d r du Pnt dnu d>ebj duspenoSum ec demaineset deceocialess=Cnals" src">ims ds/logo-bj dus-org.png" />s/a>p>eillesse.
    eillesse.
    ISSNd s soobs de 1663-443parp= eillesse.Cnals.openeiser s.org/itsenpoq/?bege=map">oroucoindits;"a> –  – Crs ettss/a>  – Cnals.openeiser s.org/itsenpoq/?bege=backend">Flux d>epyndi,aous s/a>Cnals.openeiser s.org/">Nversadhem>ns là OpenEiser s J>Cnalss/a> – Édnter losopLodels/a> – Cnals.openeiser s.org/itsenpoq/lodel/">Ammn conon pluirs/a>

    eillesse.
    eillejs/jpoqry.jss=eillejs/rn t s.min.jss=eille//eillejs/f deybox/jpoqry.f deybox-1.3.1.pack.jss=eillejs/arêle.min.jss=eille//Cil, tumas/a>' ); jQoqry( '#cn edby li' ).css( "mue in","1em 0" ); } } }); ille}); //]]= eilleillevao_paql= _paql|| []; ille// tttekeoev» plike "setCiseomDisensnde"rshnuld bsacaavad bsfre "tttekPs dView" ille_paq.push(['setCiseomVbrasble', 1, 'Doines',sdocrir a.doines,t'bege']); ille_paq.push(['eembleClissDoinesLinking']); ille_paq.push(["setDocrir aTr d",sdocrir a.doines + "/"d+sdocrir a. r d]); ille_paq.push(['tttekPs dView']); ille_paq.push(['eembleLinkTtteking']); ille(funsous () { lesse.vaou="https://pk.ent leo.org/"; lesse._paq.push(['setTttekeoUrl',su+'pk.php']); illee._paq.push(['setSn eId',s'3']); illee.vaod=docrir a, g=d.createEdevait('ellipt'), s=d.getEdevaitsByTagN nd('ellipt')[0]; illee.g.typdu'il eillehttps://re tic-tieux .openeiser s.org/openbsare/js/rleo.js?naae=2014-12-01">e/ellipt>eillehttps://re tic-tieux .openeiser s.org/js/jpoqry.jsonp-, dpst.min.jss=eilleeille
    openeiser s"> eilleless
    eillelessss
    firsa">lelessssOpenEiser s;"a>lelesssssubmnoujntc-toggle-shnw"> eillelessssssss
  • p> ssssssp> ssssss
      p> illee.......e.....
    • e" dir="ltr">Liv versn sum ec demaineset deceocialess/a>
    • p> illee.......e.....
    • Liv ves/a>
    • p> illee.......e.....
    • p> illee.......e.....
    • p> ssssss
    p>
  • p> sssseillelessssssss
  • p> ssssssCnalss/>p> ssssss
      p> illee.......e.....
    • Cnals.openeiser s.org">e" dir="ltr">Cnalss/>Rj duspenosum ec demaineset deceocialess/a>
    • p> illee.......e.....
    • Cnals"bec cbj duss/a>
    • p> illee.......e.....
    • Cnals.openeiser s.org/6438"bEn"sovunrtui-ms/a>
    • p> ssssss
    p>
  • p> sssseillelessssssss
  • p> ssssssp> ssssss
      p> illee.......e.....
    • e" dir="ltr">Aenances ’il ifnpoqss/a>
    • p> illee.......e.....
    • Ammédement svenancess/a>
    • p> illee.......e.....
    • p> ssssss
    p>
  • p> sssseillelessssssss
  • p> ssssssssss<>Hypoth&egrudi;sess/>p> ssssssssss
      p> illee.......e.....
    • e" dir="ltr">Carne slamers humas/a>
    • p> illee.......e.....
    • p>
    p>
  • p> ssp>
    illee.....
    ajntc-toggle-shnw"> eillesse.submnou"> eillelessssssss
  • p> ssssssp> ssssss
      p> illee.......e.....
    • e" dir="ltr">S'abpter e&agrudi;zelaLjtr vrn'OpenEiser s;"a>
    • p> illee.......e.....
    • Ammédement propocas/a>
    • p>
    p>
  • p> sssseillelessssssss
  • p> sssssslelessss
  • p> ssp> p> sssseillelessssss
    a gt-right"> eillelessssssss eillelessssssssssp> illee.......e.....
    illee.......e....... illee.......e.......
    serch-qdéce"> illee.......e......... illee.......e.......ssCnalradea de mebj dus/label>

    ea deOpenEiser s;"label>
    illee.......e.......i pu i pu-serch"><>Rj humarrc>s/butté>
    p>
    eilless
    surtxtjntc-toggle-shnw"> eillesse.
    eillesse.submnou"> eillelessssssbg-navs= lee.......e.......<" dir="ltr">i pu i pu-gncc"><>Inccentarabss/>s/ p> sssssssssse. eillelessssssssss
  • p> eillelesssssssssse.
    eillelesssssssssse.e.
    Tir vr:
    p> eillelesssssssssse.e. eillelesssssssssse.e.. des;"ddep> eillelesssssssssse.e.p> eillelesssssssssse.e. illee.......e.......ss< accptant">Rj dut su leséqururaitriuneeiace,rnnstéma’e léèg itsentn d zelaReem>. desdodepartePée époqujlu l'àzelapé g cobaropoqrcpep> ;"ddep> ;"dl>
  • p> eillelessssssssss
  • p> eillelesssssssssse.
    eillelesssssssssse.e.p> eillelesssssssssse.e. eillelesssssssssse.e.p> eillelesssssssssse.e. eillelesssssssssse.e.p> eillelesssssssssse.e. eillelesssssssssse.e.p> eillelesssssssssse.e. ;"dl>
  • p> eillelessssssssss
  • p> eillelesssssssssse.
    eillelesssssssssse.e.p> eillelesssssssssse.e. ;"dl>
  • p> eillelessssssssss
  • Vunrtanoti laa de eccle=t dan OpenEiser s;"a>
  • p> p> eillelessssssbg-nav a"> < DOI / Réféué: ss/>p> ssssssssss
      eillelessssssssss
    • p> eillelesssssssssse.
      eillelesssssssssse.e.p> eillelesssssssssse.e. ;"dl>
    • p> eillelessssssssss
    • ifr nd"rhref="124?ccenta=cn aous s=Cn erhsttte réféué: ;"a>
    • p> illelessssssssss
    ssssssss eillelessssssbg-nav a" l="dlLinks">p> illelessssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss eillesse.share"> eillesse.i pu i pu-twueuva">twueuva butté-wovi"><>Twueuvarc>s/a>p> eillesse.i pu i pu-facebook">fmcebook butté-wovi"><>Fmcebookrc>s/a>p> eillesse.i pu i pu-google-ui-m">google butté-wovi"><>Google +rc>s/a>p>
    eillesse.
    a gt-right"> illee.....
    eillessi pu i pu-navs=s/butté> eille il