Navigation – Plan du site

Poètes, Muses et divinités dans les textes liminaires des recueils poétiques: le premier sonnet de Giovanni della Casa

Maria Antonietta Terzoli
p. 17-51

Notes de l’auteur

La première version de cette étude, L’omaggio al maestro: Giovanni Della Casa a Pietro Bembo, est pubbliée en italien in Letteratura e filologia fra Svizzera e Italia. Studi in onore di Guglielmo Gorni. II: La tradizione letteraria dal Duecento al Settecento, a cura di M. A. Terzoli, A. Asor Rosa, G. Inglese, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2010, pp. 279-310. Cette version en français est dédiée également à Guglielmo Gorni. Je remercie Renato Weber pour son aide à la traduction et Dominique Brancher pour sa précieuse relecture.

Texte intégral

  • 1 Cf. G. Gorni, Il libro di poesia cinquecentesco: principio e fine, in Il libro di poesia dal copista (...)

1Dans un article de 1987, Il libro di poesia cinquecentesco: principio e fine, consacré aux modalités de construction des recueils poétiques, Gugliemo Gorni nous invite à réfléchir à l’anomalie structurelle que constitue la présence d’une invocation aux Muses dans le texte d’ouverture: une présence incongrue par rapport au genre (poésie lyrique et non épique) et anormale si l’on songe à l’archétype par excellence, le premier sonnet des Rerum vulgarium fragmenta.1

21. Cette anomalie a été commise par Pietro Bembo, le partisan le plus fidèle à la leçon pétrarquiste, qui invoque les Muses dans le deuxième quatrain du sonnet proémial:

  • 2 Poeti del Cinquecento, Tomo I, Poeti lirici, burleschi, satirici e didascalici, a cura di G. Gorni, (...)

Dive, per cui s’apre Helicona e serra,
Use a far a la morte illustri inganni,
Date allo stil, che nacque de’ miei danni,
Viver, quand’io sarò spento e sotterra.
(Bembo, Rime i, 5-8)2

  • 3 Cf. LUDOVICO CASTELVETRO, Opere varie, Lione, Foppens, 1727, pp. 79-99. La citation suivante d’aprè (...)

3Malgré la censure des anciens exégètes, de Severino à Castelvetro (qui a même publié un Parere sopra laiuto, che domandano i Poeti alle Muse),3 les Muses avaient déjà fait une première apparition dans le deuxième sonnet de Sannazaro, Eran le Muse intorno al cantar mio, et, comme le rappelle Gorni, «ayant une fois pris place dans le sonnet d’ouverture, elles y demeuraient pour un bon moment et sans embarras» («una volta installatesi nel sonetto proemiale, ci rimasero poi per buon tratto e senza imbarazzo»), comme c’est le cas chez Giovanni Della Casa et l’Arétin, Galeazzo di Tarsia jusqu’au Tasse. Gorni mette en évidence en particulier le dernier tercet du sonnet proémial de Giovanni Della Casa:

O se cura di voi, figlie di Giove,
pur suol destarmi al primo suon di squilla,
date al mio stil costei seguir volando.
(Della Casa, Rime i, 12-14)

  • 4 Cf. Gorni, Il libro di poesia, pp. 198-99; les vers d’après GIOVANNI DELLA CASA, Rime, a cura di S. (...)
  • 5 Voir au moins Erspamer, Il canzoniere rinascimentale, pp. 112; S. Carrai, Il canzoniere di Giovanni (...)

4Il en souligne le rapport étroit rhétorique, syntaxique et lexical avec le sonnet d’ouverture de Bembo.4 A la suite de cette remarque, d’autres spécialistes ont fait mention de ce lien,5 déjà évoqué par quelques anciens commentateurs des Rime dellacasiennes (à partir d’Aurelio Severino au moins), mais longtemps oublié. Severino louait ce petit poème, qui «est le premier parmi les autres du canzoniere quant à l’ordre, et qui à nul n’est second quant à la qualité » («questo poemetto, che degli altri tutti di questo Canzoniere è per ordine il primo, e a niuno per degnità secondo»). Dans ce contexte particulier il justifiait l’invocation aux Muses dans un texte lyrique liminaire, tout en stigmatisant l’usage précédent de Bembo:

  • 6 Cf. Rime di M. Gio. Della Casa, sposte per M. Aurelio Severino, Secondo l’Idea d’Hermogene, con la (...)

E qui apparendo forte la necessità della ’nvocazione, libero si rende il Poeta ciò che contradir gli si potea: che i Lirici Poeti, sì per la mezzanità della Melica poesia; sì perché scrivon degli amori, non sogliono valersi della ’nvocazione divina: e se ’l Bembo la usò, non va già egli d’opposizione libero, né voto. In oltre aggiugni, che né esso Pindaro, che più di tutti potea, per questa porta entrar volle. Or leggiadrissima, e degnissima è questa materia, tanto più capendo la contesa; perché del lodare vi è la persuasione, e la dissuasione: la quale prevalendo, e perciò dell’affar suo disperando il Poeta, ricorre per ultimo avviso all’aita delle Muse, perché l’avvalorino con la podestà del lor Nume.6

5Il y a un renvoi encore plus précis au précédent de Bembo: celui de l’auteur anonyme d’un commentaire aux Rime de Della Casa, publié au début du XVIII e siècle dans l’édition vénitienne des œuvres. Après avoir constaté, sans remontrances particulières, que dans ce sonnet, qui fait office de proème, les Muses sont invoquées à l’exemple des meilleurs poètes («in questo sonetto, che tien luogo di proemio, a esempio de’ miglior poeti, invocansi le Muse»), le commentateur fait allusion justement à l’exemple de Bembo pour justifier l’ellipse (anormale) de la préposition «di» après le verbe «dare»:

  • 7 Osservazioni d’Autore anonimo sovra le Rime di M. Gio. Della Casa, Alcune fatte da esso, altre per (...)

Date al mio stil, costei seguir volando:
In cambio di
Date di seguire. Così il Bembo:
Date allo stil, che vive de
miei danni,
Viver, quando sarò spento e sotterra
.
In vece di Date di vivere: né mancan gli esempi d’altri ottimi scrittori.7

6En effet, dans le premier sonnet de Giovanni Della Casa, le rapport avec Bembo sur lequel insistait déjà la tradition exégétique ancienne et dont Gorni a eu le mérite de reconnaître la portée structurelle qui concerne aussi d’autres recueils de Rime – pourrait se révéler même plus fort et plus exclusif et se répercuter sur la structure même du canzoniere dellacasien. Tout d’abord, il est utile de relire le sonnet dans son intégralité:

  • 8 DELLA CASA, Rime 2003, pp. 5-6 (d’ici, sauf indication contraire, viennent toutes les citations de (...)

Poi ch’ogni esperta, ogni spedita mano,
qualunque mosse mai più pronto stile,
pigra in seguir voi fôra, alma gentile,
pregio del mondo e mio sommo e sovrano;
né poria lingua od intelletto umano
formar sua loda a voi par né simile,
troppo ampio spazio il mio dir tardo umile
dietro al vostro valor verrà lontano;
e più mi fôra onor volgerlo altrove,
se non che ’l desir mio tutto sfavilla,
angel novo del ciel qua giù mirando.
O se cura di voi, figlie di Giove,
pur suol destarmi al primo suon di squilla,
date al mio stil costei seguir volando.
(Della Casa, Rime i)8

7L’identification du personnage auquel le poète s’adresse par le pronom «voi» dans les deux premiers quatrains (vv. 3 et 6) paraît très incertaine et la tradition exégétique n’a cessé de corriger ou de justifier les différentes hypothèses. Sertorio Quattromani, qui en 1616 fait imprimer ses Sposizioni aux Rime de Della Casa, fournit une première indication: il considère le sonnet comme adressé à Camilla Gonzaga, sans autres précisions. Dans l’édition imprimée à Venise par Pasinello entre 1728 et 1729, cette indication est reproposée de la manière suivante:

  • 9 Rime di Mons. Gio. Della Casa, sposte dal signor Sertorio Quattrimano, in Napoli, appresso Lazaro S (...)

A CAMILLA GONZAGA.
Sforzato dal suo amore a celebrare la virtù, e bellezza
della sua Donna, conoscendosi a ciò fare mal’at-
to, cerca ajuto dalle Muse.9

8Dans ses Annotazioni aux Rime, parues à Paris en 1667, l’abbé français et académicien de la Crusca Gilles Ménage (Egidio Menagio) remet en question cette identification et opte en faveur d’une dame de la famille Colonna, «una Colonnese », qui n’est pas autrement spécifiée. Pour cela, il s’appuie sur un madrigal qui se trouve dans la Galeria de Giambattista Marino, où la dame dont Della Casa chante les louanges est caractérisée par des métaphores exprimant une dureté de pierre:

Nell’Edizione di Napoli dell’Anno 1616, con le Sposizioni di Sertorio Quattrimano, viene il presente Sonetto, che in luogo di Proemio si pone, indirizzato a Cammilla Gonzaga. Pare abbia creduto il Marini, che fosse scritto a una Colon- nese, dicendo in un suo Madrigale sopra il Ritratto di Monsignor Gio: della Casa, in persona del detto Monsignore;

Scoglio in mar, Selce in terra, Angelo in Cielo,
Fu, sotto umano velo,
La Donna, ch’io cantai;

  • 10 Rime di Gio. Della Casa, con le Annotazioni del signor Egidio Menagio, in Parigi, appresso Tomaso I (...)

che quello Scoglio in mar, e quella Selce in terra, s’intende senza dubbio d’una Signora de’ Colonnesi, siccome di sotto al Son. XXIV. e al XXXII. vedremo; quell’Angelo in Cielo non si legge altrove in queste Rime.10

9En se fondant sur l’éventuelle indignité morale de Camilla Gonzaga, l’Anonyme dans son commentaire aux Rime, à propos de l’appellatif «angel novo del ciel» du v. 11, exprime aussi des doutes sur l’identification de Quattromani, sans pour autant proposer d’autres candidatures:

  • 11 Osservazioni d’Autore anonimo, in DELLA CASA, Opere 1728, I, p. 273; italique de l’auteur.

Dà il Casa, poeticamente grandi lodi alla sua S. D. E pure della stessa, Sertorio Quattromani a c. 157. delle sue opere, stampate in Napoli 1714. in 8. afferma, che ella fu temeraria, arrogante, e piena di vanità; e così liberale del suo onore, che ne facea dovizia a chi ne volea. Ma dalla censura di quello scrittore non giron salve le Donne de’ più insigni poeti.11

10Dans son édition des Opere, Giovan Battista Casotti met en relation le syntagme «angel novo del ciel» avec l’Orlando Furioso, qui par jeu onomastique, est appliqué à Michelange («Michel più che mortale Angel Divino», Orlando Furioso xxxiii, 2, 4). Il soutient l’impossibilité de l’adresser à Camilla Gonzaga et, tout en cherchant à faire le point sur cette question, il va jusqu’à supposer que la personne à laquelle Della Casa s’adresse dans le sonnet liminaire pourrait être une personne bien plus prestigieuse qu’une simple dame de la maison Colonna, à savoir l’illustre poétesse du même nom, Vittoria Colonna:

  • 12 Alcune annotazioni sopra le Rime del Casa di G. B. C., in Opere di Monsignor Giovanni Della Casa, T (...)

Il Casa non avrebbe certamente onorata con questo Nome la Donna ch’Egli aveva preso a lodare, se stata fosse della condizione che sognò Sertorio Quattromani. Meglio di Lui giudicarono il Marini, ed il Menagio, che questa fosse una Colonnese. E se fu Vittoria Colonna, conosciuta sotto il glorioso Nome della Marchesana di Pescara, non può a buona equità esser biasimato il Casa d’averla chiamata Angel novo del Cielo per rappresentare la doppia rara, e quasi sovrumana bellezza del Corpo, e dell’Animo di questa virtuosissima Matrona.12

  • 13 GIOVANNI DELLA CASA, Rime. Secondo le edizioni del 1558, del 1560, del 1564, accresciute di altre r (...)
  • 14 GIOVANNI DELLA CASA, Le Rime, con annotazioni di A. Seroni, Firenze, Le Monnier, 1944, pp. 41-42: 4 (...)
  • 15 GIOVANNI DELLA CASA, Rime, a cura di D. Ponchiroli, Torino, Einaudi, 1967 (dorénavant Rime 1967), p (...)
  • 16 DELLA CASA, Rime 1993, p. 69 [«Quattromani: mais l’identification est hypothétique»].
  • 17 DELLA CASA, Rime 2001, p. 4 [«selon Quattromani, il s’agirait de Camilla Gonzaga»].

11Les commentateurs modernes se divisent entre ceux qui acceptent les proposi- tions fournies par la tradition, qu’ils reprennent avec plus ou moins de conviction, et ceux qui tentent de proposer des identifications alternatives. Si en 1937 Giuseppe Prezzolini acceptait sans réserve l’indication de Quattromani («Quattromani nel suo commento, lo dice indirizzato a Camilla Gonzaga, figlia di Gian Pietro di Novellara e moglie del conte Alessandro da Porto di Vicenza, dama famosa per bellezza e per coltura, per cui sospiraron il Bembo e il Molza e altri poeti»),13 Adriano Seroni, quelques années plus tard, en 1944, semble avoir un doute: «È il sonetto liminare (diretto, sembra, a Camilla Gonzaga); e valgano i consueti raffronti col Petrarca, col Boiardo, col Tasso, e coi petrarchisti in generale».14 Aucun doute par contre pour Daniele Ponchiroli, qui se contente de noter «A Camilla Gonzaga».15 L’éditeur critique moderne, Roberto Fedi, dans l’édition commentée de 1993, en expliquant le «voi» du v. 3 semble prendre ses distances avec l’identification courante: «Camilla Gonzaga (Quattromani: ma l’identificazione è ipotetica)».16 Giuliano Tanturli, dans son commentaire pour la Fondation Bembo paru en 2001, à propos du v. 3 cite avec réserve la proposition de Quattromani: «secondo il Quattromani si tratterebbe di Camilla Gonzaga».17

  • 18 DELLA CASA, Rime 2003, p. 5 [«selon Quattromani, cela indiquerait Camilla Gonzaga»].
  • 19 Cf. G. Tanturli, Una raccolta di rime di Giovanni Della Casa, «Studi di filologia italiana», XXXIX ( (...)
  • 20 Carrai, Il canzoniere di Giovanni Della Casa, p. 476 [«Toutefois, cela n’empêche pas de suspecter q (...)

12Enfin, Stefano Carrai, dans son édition des Classici italiani de 2003, à propos du syntagme «alma gentile» du v. 3 note: «secondo Quattromani indicherebbe Camilla Gongaza».18 Mais dans un essai de 1996, lui même avait proposé une toute autre identification ceci sur la base de quelques indications de Tanturli (vers qui nous reviendrons), qui montrent un rapport étroit entre le sonnet d’ouverture et le xxxiii, dédié au portrait d’Elisabetta Quirini peint par le Titien19 et avait suggéré pour le premier sonnet une allusion à la dame chantée dans le xxxiii: «Ciò non impedisce, comunque, di coltivare il sospetto che proprio a Tiziano il poeta pensasse in avvio di Poi chogni esperta e che, di conseguenza, la donna cui esso era dedicato fosse non Camilla Gonzaga – identificazione tradizionale, ma non fondata su dati concreti – bensì la Quirini, ritratta appunto dal pittore».20

13Camilla Gonzaga, une «Colonnese», Vittoria Colonna, Elisabetta Quirini: la diffraction exégétique témoigne d’une difficulté inter prétative ou d’une sorte de gêne que chacun tente de pallier avec des hypothèses parfois très divergentes. Que la destinataire du premier sonnet soit une dame inconnue de Vicence, dont on sait juste qu’elle s’appelle Camilla Gonzaga et qu’elle est mariée au comte Alessandro da Porto, voilà qui ne convainc pas pour plusieurs raisons: le niveau social (et éventuellement moral), l’absence de toute autre référence explicite à cette personne dans les Rime de Della Casa; et surtout la position et le genre du sonnet, indiscutablement proémial et, en tant que tel, soumis à un statut précis et à des conventions rigoureuses plus que tout autre texte du recueil.

  • 21 Cf. E. H. Wilkins, La formazione del ‘Canzoniere’, in Vita del Petrarca e La formazione del ‘Canzon (...)
  • 22 Cf. Erspamer, Il canzoniere rinascimentale, p. 114; le sonnet in BEMBO, Prose e rime, p. 617 (CXXXV (...)

14Aucun des deux sonnets proémiaux, desquels Della Casa s’inspire, en reprenant aussi le même schéma de rimes (ABBA ABBA CDE CDE), ne s’adresse à la femme aimée. Ni celui de Bembo, Piansi e cantai lo strazio e laspra guerra, qui, comme on l’a vu, invoque les Muses tout en annonçant une matière amoureuse, ni celui de Pétrarque, Voi chascoltate in rime sparse il suono, qui au début d’un Canzoniere, où la thématique amoureuse est dominante, s’adresse plutôt, dès les premiers mots, à son public potentiel. Il en va de même d’ailleurs pour un autre sonnet de Pétrarque, avec le même schéma de rimes, qui avait à l’origine une fonction liminaire, Apollo, sanchor vive il bel desio (xxxiv), et ouvrait le Canzoniere dans sa première forme.21 C’est encore à Apollon et encore avec le même schéma de rimes que s’adresse à son tour le sonnet de Bembo Se mai ti piacque, Apollo, non indegno, destiné par Ludovico Domenichi à ouvrir en 1545 l’édition Giolito des Rime diverse di molti eccellentissimi autori.22

  • 23 On trouve une ample recherche sur les thématiques des Rime et sur leur distribution dans le recueil (...)
  • 24 Cf. DELLA CASA, Opere 1728, I, pp. 42-47; RIME, ET PROSE / DI M. GIOVANNI / DELLA CASA. / Con le Co (...)

15Dans un climat de pétrarquisme rigoureux, adresser le sonnet d’ouverture à la femme aimée constituerait une forte infraction au code, même dans le cas d’un canzoniere à sujet essentiellement amoureux. Le fait semble d’autant plus curieux dans un recueil comme celui de Della Casa, où cette thématique occupe une place limitée, en concurrence avec des sujets tels que l’amour de la gloire et des honneurs, l’amitié virile, les arts figuratifs.23 Et paraît encore plus étrange dans un «canzoniere» qui accorde beaucoup de place à la conversation réelle ou idéale avec des amis, des poètes et des artistes contemporains, auxquels sont dédiés un grand nombre de textes (une vingtaine sur soixante), dont certains répondent «per le rime» aux sonnets d’autrui, qui sont publiés en appendice dans la première édition des Rime, en 1558 éditée de manière posthume à Venise par le secrétaire Erasmo Gemini , et réimprimés encore au XVIII e dans l’édition Pasinello des Opere.24

16Par conséquent, ni Camilla Gonzaga, ni une «Colonnese», ni Elisabetta Quirini, ni aucune autre femme, fût-elle plus ou moins titrée ou méritante, ne pourrait être accueillie dans un sonnet proémial qui respecte le code pétrar- quiste. Ce poème est d’ailleurs thématiquement bien loin de l’éloge de la beauté féminine, voire de toute beauté, à moins de vouloir la trouver, de façon très implicite, dans le mot «valor» du v. 8. Par contre, le sonnet exprime, de toute évidence, la crainte du poète d’une insuffisance stylistique individuelle et générale par rapport à un modèle a suivre, «Poi ch’ogni esperta, ogni spedita mano, / qualunque mosse mai più pronto stile, / pigra in voi seguir fôra» (i, vv. 1-3), et par rapport à l’éloge qui conviendrait à ce personnage: «né porìa lingua od intelletto umano / formar sua loda a voi par né simile» (i, vv. 5-6). C’est pour cela qu’à la fin le poète implore l’aide extraordinaire des Muses: «date al mio stil costei seguir volando» (I, v. 14). En outre, il n’est jamais question dans le texte de «représenter» ou de «faire le portrait de» quelqu’un, à moins de vouloir donner cette inter prétation forcée à mon avis au mot «seguir» (suivre): celui-ci apparaît en effet à deux reprises au v. 3 et au v. 14, en position forte, et encore sous une autre forme mais avec une référence analogue à un mouvement de succession dans un autre vers de clôture, à la fin du second tercet, dans la périphrase «dietro al vostro valor verrà lontano» (I, v. 8).

  • 25 Cf. Longhi, Il tutto e le parti, pp. 287-88 e 298-99.

17«Seguire» dans le sens de «représenter, faire le portrait de» serait en effet un hapax sémantique dans les Rime de Della Casa, qui dans toutes les autres occurrences utilise ce verbe dans le sens plus habituel de «suivre» quelqu’un ou quelque chose: une personne, un faux guide, les honneurs, l’amour ou éventuel- lement la femme aimée. Parmi les occurrences de «seguire», la grande chanson Errai gran tempo e, del cammino incerto (xlvii) mérite une attention particulière: car elle occupe une position structurellement forte, qui correspond à échelle réduite à celle qui ouvre la seconde partie du Canzoniere de Pétrarque.25 Après l’évocation d’autres expériences existentielles, telles que les passions amoureuses (deuxième et troisième strophe) et avant la mention de la recherche de faux honneurs (sixième), dans la cinquième strophe, l’auteur fait allusion à son amour pour la poésie et à la tentative ardue de s’approcher de ses illustres prédecesseurs, avec la passion d’un pèlerin poussé par la nostalgie de son domicile lointain:

  • 26 DELLA CASA, Rime 2003, pp. 151-61: 158-59; l’italique est de moi; de même dans la suite, sauf indic (...)

Qual peregrin, se rimembranza il punge
di sua dolce magion, talor se ’nvia
ratto per selve e per alpestri monti,
tal men givo io per la non piana via,
seguendo
pur alcun’ ch’io scorsi lunge,
e fur tra noi cantando illustri e conti.
(Della Casa, Rime xlvii, 69-74)26

18Le verbe utilisé est justement «seguire» («seguendo pur alcun’ ch’io scorsi lunge»), comme ce sera le cas à la fin de la même strophe, où il se réfère aux «sublimi elette vie» de la poésie sur lesquelles Pétrarque («’l mio buon vicino») a entamé une voie nouvelle («feo novo camino»):

  • 27 DELLA CASA, Rime 2003, p. 159; ainsi que la citation suivante.

sublimi elette vie,
onde ’l mio buon vicino
lungo Permesso feo novo camino,
deh come seguir voi miei pie’ fur vaghi!
Né par ch’altrove ancor l’alma s’appaghi.
(Della Casa, Rime xlvii, 81-85)27

19«Seguire» est donc utilisé dans le sens d’imiter quelqu’un dans un art, et, en l’occurrence, dans l’art poétique. Le rapport entre cette strophe et le sonnet d’ouverture devient encore plus étroit si l’on considère également les vers du milieu, où – tout en restant dans la métaphore du chemin – le poète évoque les heures nocturnes consacrées à la poésie:

Erano i pie’ men del desir mio pronti,
ond’io, del sonno e del riposo l’ore
dolci scemando, parte aggiunsi al die
de le mie notti anco in quest’altro errore
per appressar quella onorata schiera,
ma poco alto salir concesso m’era.
(Della Casa, Rime xlvii, 75-80)

  • 28 Selon Quattromani (cf. Opere 1728, II, p. 4) le «primo suon di squilla» pourraît indiquer minuit (m (...)

20Cette évocation est certes classique, au moins depuis les «noctes vigilare serenas» de Lucrèce (De rerum natura, I, v. 142), mais exprimée ici avec des mots tout à fait proches de ceux du premier sonnet, dans lequel la même passion est à l’origine de veilles nocturnes réitérées: «O se cura di voi, figlie di Giove, / pur suol destarmi al primo suon di squilla» (Rime i, vv. 12-13).28

  • 29 DELLA CASA, Rime 2003, p. 159; ainsi que la citation suivante de cette chanson.

21Le rapport qu’entretiennent les deux textes semble difficilement contestable et nous permet de mieux comprendre le sens de «desir» dans le premier sonnet, «se non che ’l desir mio tutto sfavilla» (i, v. 10), qui amène justement le poète à suivre de loin quelqu’un de bien plus averti que lui dans cet art («dietro al vostro valor verrà lontano», i, v. 8; «seguendo pur alcun ch’io scorsi lunge», xlvii, v. 73)29 au détriment d’autres occupations qui seraient plus fécondes en honneur («e più mi fôra onor volgerlo altrove», i, v. 9). Ce «desir» n’est autre, en fait, que l’amour pour la poésie (et non pas pour une personne, et encore moins pour une femme), exprimé en termes analogues dans la «canzone», aussi bien dans les vers déjà cités [«Erano i piè men del desir mio pronti», xlvii, v. 75] que dans la strophe précédente, où sont mentionnés «Elicona, e i sacri poggi»:

  • 30 DELLA CASA, Rime 2003, p. 158.

tardo partimmi e lasso a lento volo;
indi, cantando il mio passato duolo,
in sé l’alma s’accolse,
e di desir novo arse,
credendo assai da terra alto levarse
,
ond’io vidi Elicona e i sacri poggi
salii
, dove rado orma è segnata oggi.
(Della Casa, Rime xlvii, 62-68)30

  • 31 DELLA CASA, Rime 2003, p. 159; la citation suivante p. 158.

22Ici aussi, on retrouve (dans un contexte différent cependant) quelques mots du premier sonnet tels que «alma» et «novo» (xlvii, vv. 64-65; i, v. 3 e 11), ainsi qu’une indication de modestie, exprimée avec la métaphore du haut et du bas: le poète tente de monter vers les «sacri poggi», mais ne parvient pas à prendre de la hauteur («ma poco alto salir concesso m’era», xlvii, v. 80).31 De la même manière apparaissaient dans le premier sonnet les désignations antithétiques de «sommo» / «umile», «del ciel» / «qua giù» (i, vv. 4, 7, 11) jusqu’au souhait final de pouvoir suivre son propre modèle en s’élevant dans les airs: «date al mio stil costei seguir volando» (i, v. 14; et voir aussi, dans un autre contexte: «tardo partimmi e lasso a lento volo», xlvii, v. 62).

  • 32 Cf. DANTE ALIGHIERI, La Commedia secondo l’antica vulgata, Testo critico stabilito da G. Petrocchi (...)

23L’emploi de «seguire» dans le sens figuré de suivre un maître est d’ailleurs autorisée par Dante, dans un texte d’ouverture par excellence, le premier chant de la Divine Comédie, où ce mot est prononcé par Virgile, guide de Dante-personnage dans les deux premiers règnes de l’outre-tombe, mais également modèle et précédent de Dante-poète dans la composition du poème: «Ond’io per lo tuo me’ penso e discerno, / che tu mi segui, e io sarò tua guida» (Inf. i 112-13).32 Le premier chant de l’Enfer, qui se termine sur l’image des deux poètes qui se mettent en route, «Allor si mosse, e io li tenni dietro» (Inf. i 136), est scellé par le mot «dietro», qui ouvre à son tour le dernier vers du second quatrain dans le sonnet de Della Casa: «dietro al vostro valor verrà lontano» (Rime i, v. 8). La présence de Dante dans le premier sonnet de Della Casa (outre celle de Bembo et de Pétrarque) était déjà signalée par les anciens commentateurs surtout par rapport à l’endroit le plus explicitement lié à l’activité poétique, l’invocation aux Muses du second tercet, qui semble se souvenir aussi de l’invocation de Purgatoire xxix:

  • 33 DANTE, La Commedia, pp. 257-60: 258; indiqué par Quattromani: cf. DELLA CASA, Opere 1728, II, p. 2.

O sacrosante Vergini, se fami,
freddi o vigilie mai per voi soffersi,
cagion mi sprona ch’io mercé vi chiami.
(Dante, Purg. xxix 37-39)33

24L’hypothèse selon laquelle Della Casa ne s’adresse pas à une femme aimée mais à un autre poète nous permet d’autre part de mettre en valeur, tout en les lisant dans un contexte bien plus pertinent, les références topiques à l’écriture et à l’acte de composition que l’on trouve dans le premier sonnet: «mano», «stile» et «umile» en rime (Rime i, vv. 1, 2, 7); «lingua», «intelletto», «loda», «dir» et de nouveau «stil» à l’intérieur des vers (i, vv. 5, 6, 7, 14).

  • 34 Cf. QUINTO ORAZIO FLACCO, Tutte le opere, Versione, introduzione e note di E. Cetran- golo, con un (...)

25La critique a souvent souligné la fonction non seulement d’ouverture, mais clairement dédicatoire de ce sonnet. En effet, ce texte présente divers éléments typologiques de la dédicace: l’abaissement du dédicateur et l’élévation du dédi- cataire par la métaphore déjà mentionnée du haut et du bas, l’impossibilité déclarée de faire convenablement l’éloge de ce dernier («né porìa lingua od intelletto umano / formar sua loda a voi par né simile» i, vv. 5-6), la présence d’adjectifs au superlatif se référant au dédicataire: «pregio del mondo e mio sommo e sovrano» (i, v. 4). Ce dernier vers contient en outre une réminiscence classique, bien reconnaissable et signalée déjà par Quattromani, qui crée un lien direct avec un des textes canoniques du genre dédicatoire dans le domaine lyrique, à savoir la dédicace d’Horace à Mécène, qui ouvre la première des odes: «Mecenas atavis edite regibus, / o et praesidium et dulce decus meum» (Carmina, i, vv. 1-2).34 Ce rapport avec le texte d’Horace semble donc confirmer encore, d’une autre manière, que dans le premier sonnet il ne s’agit pas d’une femme, mais plutôt d’un dédicataire masculin.

262. L’évidence (et la fonctionnalité) de l’inter prétation proposée encore étayée par d’autres éléments, comme je vais le montrer qui semble résoudre de nombreuses contradictions exégétiques et donner plus de sens au premier sonnet et au recueil même, est d’ailleurs si forte qu’on est obligé de se demander comment elle a pu échapper aux exégètes jusqu’à présent. C’est-à-dire qu’il faut essayer de comprendre, pour aller au bout du raisonnement, ce qui dans le sonnet a amené à l’inter préter comme étant adressé à une destinataire fémi- nine. Certainement pas l’appellatif «alma gentile» («pigra in seguir voi fôra, alma gentile», Rime i, v. 3), qui peut se référer et qui ailleurs se réfère explicitement, comme on le verra à une personne masculine. On pourrait penser plutôt au pronom «costei» du dernier vers («date al mio stil costei seguir volando», i, v. 14), rapporté par les exégètes à la femme aimée, pour laquelle on retient comme pertinente la métaphore du vol parce que celle-ci serait désignée, juste avant, par l’appellatif «angel novo» («angel novo del ciel qua giù mirando», i, v. 11).

  • 35 Lettre 210, du 29.1.1547, à Giovanni Della Casa, in Corrispondenza Giovanni Della Casa Carlo Gual (...)
  • 36 Lettre 331, du 7.7.1548, ibid., pp. 490-91: 491.

27En réalité, le pronom personnel «costei» ne doit pas se réfèrer nécessairement à une femme: il est utilisé au féminin parce qu’il se réfère à l’ «alma gentile» du v. 3, qui est un féminin grammatical. Au XVIe siècle, il n’est en effet pas rare, en poésie comme en prose, de trouver des exemples de ces concordances grammaticales rigides, qui peuvent dérouter des lecteurs habitués à des accords moins stricts. Je me limite à deux exemples, tirés de la correspondance de Della Casa. Dans une lettre du 29 janvier 1547, Carlo Gualteruzzi parle de Bembo qui vient de s’éteindre en utilisant le pronom féminin «essa», dû à l’accord rigoureux avec la désignation précédente de «felice memoria»: «Le opere di quella felice memoria sono tutte appresso di me guardate come si conviene da me a cui essa ha mostrato tanto di confidentia, commettendole alla mia cura, et con proponimento di rimettersi sempre alla prudentia et giudicio di Vostra Signoria Reverendissima. Alla buona gratia della quale reverentissimamente mi raccomado».35 Della Casa, à son tour, dans une lettre à Gualteruzzi du 7 juillet 1548, en parlant de Bembo, qui est désigné par la périphrase «Sua Magnificenza», utilise la forme féminine pour le participe et pour l’adjectif prédicatif: «dicolo per dirvi che Sua Magnificenza è tornata a esser tutta vostra».36

  • 37 Cf. FRANCESCO PETRARCA, Canzoniere, Testo critico e introduzione di G. Contini, Annotazioni di D. P (...)

28On peut ajouter que le terme «alma», dans le sonnet «alma gentile» (Rime i, v. 3), suivi d’un adjectif de sens positif, n’est pas rare pour désigner une personne décédée (homme ou femme): cela au moins à partir de la canzone Tacer non posso, et temo non adopre de Pétrarque, où il est référé Laure morte, «poco era stato anchor l’alma gentile» (Rvf cccxxv, v. 10).37

  • 38 Cf. FRANCESCO PETRARCA, Triumphus Mortis, in Id., Trionfi, Rime estravaganti, codice degli abbozzi, (...)
  • 39 DELLA CASA, Rime 2003, pp. 165-66: 166; ainsi que la citation précédente.

29Cette «canzone» de Petrarque précède d’ailleurs un autre texte, à savoir le sonnet Or ài fatto lextremo di tua possa (Rvf cccxxvi), impliqué, comme nous le verrons, dans le premier sonnet de Della Casa. Dans les Trionfi, le syntagme est utilisé dans la même acception: «Se la terra bagnâr lagrime molte / per la pietà di quella alma gentile» (Triumphus Mortis i, vv. 130-31).38 Une variante de «alma gentile», «candida alma», est attribuée par Della Casa à l’ami Trifon Gabriele, décédé récemment, dans le sonnet Poco il mondo già mai tinfuse o tinse, «e or di lui si scosse in tutto e scinse / tua candida alma e, leve fatta a pieno, / salìo, son certo, ov’è più il ciel sereno» (Rime xlix, vv. 5-6), dans lequel l’ami est invoqué en tant que nouvel habitant du ciel: «ma tu, del ciel abitator novello, / prega il Signor che per pietà le scioglia» (Rime xlix, vv. 13-14).39 Une autre variante, «alma cortese», accompagnée par un prédicatif féminin, désigne le frère de Bembo, décédé prématurément, dans la canzone qui lui est dédiée, Alma cortese, che dal mondo errante, très aimée et louée par Della Casa:

  • 40 Cf. BEMBO, Prose e rime, pp. 623-30: 623; Poeti del Cinquecento, I, pp. 147-56: 147. Pour l’éloge f (...)

Alma cortese, che dal mondo errante
partendo ne la tua più verde etade,
hai me lasciato eternamente in doglia,
da le sempre beate alme contrade,
ov’or dimori cara a quello amante.
(Bembo, Rime cxlii, 1-5)40

  • 41 BEMBO, Prose e rime, p. 624.
  • 42 Lettre 208, du 22.1.1547, in Corrispondenza, pp. 334-35.
  • 43 DELLE RIME DI. M. PIETRO BEMBO / TERZA IMPRESSIONE. // [in fine:] Stampate in Roma per Valerio Doric (...)
  • 44 Lettre 236, del 9.6.1547, in Corrispondenza, pp. 379-81: 380.

30Il faut noter que Bembo, dans cette «canzone», voulait, entre autres, chanter les louanges du défunt («e siano in mille carte / i miei lamenti e le tue lode sparte», Rime cxlii, vv. 39-40),41 comme après Della Casa dans le sonnet d’ouverture («né porìa lingua o intelletto umano / formar sua loda a voi par né simile», Rime i, vv. 5-6). «Benedetta anima» désigne Bembo dans une lettre de Della Casa à Gualteruzzi du 22 janvier 1547: «Se quella benedetta anima sarà andata al suo felice cammino, sarà offitio vostro di haver cura delle sue compositioni non meno, anzi più, che delle gioie e degli argenti».42 Et «anima gloriosa» renvoi à Bembo mort dans la dédicace d’Annibal Caro à Alessandro Farnese, dans l’édition Dorico des Rime de 1548: «Per questo fare, come quelli, che sanno l’affettione, che quella anima gloriosa, per sua bontà mostrò di portarmi: et come quelli, che son per se stessi modestissimi, conoscendo, che io sono il minimo de’ servi vostri, hanno eletto me, che in lor nome ve le dedichi, et ve le presenti».43 Surtout il convient de rappeler une lettre à Della Casa, du 9 juin 1547, dans laquelle Gualteruzzi, à propos du sonnet que Bembo lui avait adressé, Casa, in cui le virtuti han chiaro albergo, se réfère au poète mort comme à une «felicissima anima»: «il sonetto che quella felicissima anima le fece, fu l’ultimo spirito poetico che le Muse le trassero dal petto»,44 en utilisant également le pronom personnel féminin («le»), parce qu’il se réfère, très rigoureusement, à la «felicissima anima». Et il est sédui- sant de noter que, à propos de cette dernière composition du vieux Bembo qui sonne comme une investiture officielle du disciple préféré soient mention- nées les mêmes Muses qui reviendront, avec tellement d’évidence, à la fin du sonnet proémial de Della Casa.

  • 45 PETRARCA, Canzoniere, p. 142; cf. DELLA CASA, Opere 1728, I, pp. 122-23; DELLA CASA, Rime 2001, p. (...)
  • 46 Ainsi DELLA CASA, Rime 2003, p. 5: «e dunque novo significa ‘meraviglioso’».

31Un autre élément qui pourrait avoir suggéré une lecture féminine et amoureuse du premier sonnet est la désignation «angel novo» à la fin du premier tercet («angel novo del ciel qua giù mirando», Rime i, v. 11), que les exégètes ont inter prétée comme faisant référence à la femme aimée, à chaque fois présentée comme femme angélisée, femme-ange, et ainsi de suite, parfois avec le renvoi à un lieu pétrarquesque déjà signalé par Ménage: «Nova angeletta sovra l’ale accorta / scese dal cielo» (Rvf cvi, vv. 1-2).45 Cette inter prétation oblige également à prendre «novo» non pas dans le sens plus normal de «nouveau, récent», mais dans le sens moins fréquent de «meraviglioso».46 C’est pourtant Pétrarque même comme de nombreux commentateurs le soulignent qui nous offre un autre renvoi, plus précis, dans un sonnet de la seconde partie du Canzoniere, le cccxxvi, Or ài fatto lextremo di tua possa, dans lequel le syntagme est utilisé, exactement dans la même forme, pour désigner Laure morte, devenue un nouvel ange du ciel:

  • 47 PETRARCA, Canzoniere, p. 405; déjà signalé par Menagio, cf. DELLA CASA, Opere 1728, I, pp. 122-23; (...)

Vinca ’l cor vostro, in sua tanta victoria,
angel novo
, lassù, di me pietate,
come vinse qui ’l mio vostra beltate.
(Petrarca, Rvf cccxxvi, 12-14)47

32Bembo avait également utilisé l’expression «angel novo» dans un contexte funèbre, en faisant allusion à la Morosina disparue:

  • 48 Cf. BEMBO, Prose e rime, p. 640 (CLV).

Donna, che fosti orïental Fenice
tra l’altre donne, mentre il mondo t’ebbe,
e poi che d’abitar fra noi t’increbbe,
angel
salisti al ciel novo e felice.
(Bembo, Rime clv, 1-4)48

33Dans le premier sonnet de Della Casa, «angel novo» pourrait donc indiquer une personne décédée récemment, désignée presque techniquement par «alma» au v. 3 et par «angel [...] del cielo», qui est justement «novo», au v. 11. Dans ce cas, «qua giù» du même vers se référerait naturellement au sujet et non pas au complément d’objet de «mirando».

34Cette nouvelle lecture, que le texte admet et que la source principale ne contredit pas, mais, au contraire, renforce, comporte un avantage exégétique supplémentaire: elle s’inscrit parfaitement dans le système du canzoniere del- lacasien, dans lequel on trouve une autre occurrence de «angel novo», très proche de celle de Bembo que nous venons de voir, et placée dans un contexte explicitement funèbre:

  • 49 Cf. DELLA CASA, Rime 2003, pp. 113-15: 114.

era alma a Dio diletta, a Febo cara,
d’onor amica e ’n bene oprar ardente:
questa, angel novo fatta, al ciel sen vola,
suo proprio albergo, e ’mpoverita e scema
del suo pregio sovran la terra lassa.
(Della Casa, Rime xxxvii, 7-11)49

35Dans un système de codification rigide jusqu’au niveau lexical comme l’est celui du pétrarquisme au XVI e siècle, il me paraît très risqué d’ignorer aussi bien l’archétype pétrarquesque avec ses imitations que le seul autre endroit du recueil où le même syntagme est employé, d’autant plus qu’il ne s’agit pas d’un texte quelconque, mais du sonnet Or piagni in negra veste, orba e dolente, composé par Della Casa à l’occasion de la mort de Bembo (advenue le 18 janvier 1547) et adressé à l’ami fraternel Girolamo Quirini.

  • 50 Ainsi Quattromani: «si rende benevole le Muse con chiamarle figlie di Giove, che è il maggiore di tu (...)

36Le sonnet d’ouverture et le xxxvii semblent en effet étroitement liés et présen- tent de nombreux points de contact. Tout d’abord «angel novo», lié à «alma» (Rime xxxvii, v. 7), est ici également accompagné de pronoms et d’adjectifs au féminin («amica» et «questa», xxxvii vv. 8 et 9), y compris le participe qui s’y réfère directement («angel novo fatta», xxxvii v. 9). En outre, certains éléments lexicaux, tels que «ciel» et «vola» (v. 9), qui appartiennent au même domaine sémantique, et d’autres comme «onor» (v. 8), figurent également dans le sonnet d’ouverture (respectivement aux vv. 11, 14 et 9). Surtout, la manière dont on parle du mort et dont on plaint la terre qui en a été privée, «e ’mpoverita e scema / del suo pregio sovran la terra lassa» (xxxvii, vv. 10-11), est vraiment très proche de la désignation «pregio del mondo e moi sommo e sovrano», qui se réfère à l’ «alma gentile» dans le premier sonnet (i, v. 4): identité lexicale («pregio», dans les deux; «sovran», xxxvii / «sovrano», i); variation synonymique («terra», xxxvii / «mondo», i); recours aux adjec- tifs possessifs («suo», xxxvii / «mio», i); polysyndète dans le second hémisti- che semblable bien que non identique («e ’mpoverita e scema», xxxvii / «e mio sommo e sovrano», i). La présence des Muses dans le sonnet d’ouverture (i, v. 12) peut également entrer en correspondance idéale avec le Phébus du v. 7 («era anima a Dio diletta, a Febo cara», xxxvii, v. 7), avec une parfaite gradation de modestie. En effet, pour le maître pleuré est évoqué un rapport privilégié avec le dieu même de la poésie, alors que pour soi-même, disciple qui suit de loin un modèle, les Muses, plus conciliantes, suffisent, même si ces dernières sont ennoblies par la périphrase élogieuse «figlie di Giove», remarquée par les commentateurs anciens.50

  • 51 BEMBO, Prose e rime, pp. 562-63: 563.
  • 52 Cf. le chapitre 19, in DANTE ALIGHIERI, Vita Nova, a cura di G. Gorni, Torino, Einaudi, 1996, pp. 1 (...)
  • 53 Cf. Esperimento di traduzione della Iliade di Omero di Ugo Foscolo, Brescia, Per Nicolò Bettoni, 18 (...)
  • 54 Cf. CANZONI / DI / GIACOMO LEOPARDI / SULL’ITALIA / Sul Monumento di Dante che si prepara / in Fire (...)
  • 55 Cf. La Guerre. Une poésie de Giuseppe Ungaretti, Paris, Établissements Lux, 1919, p. 1 nn.; mainten (...)
  • 56 Moschi, Bionis, Theocriti, elegantissimorum poetarum idyllia aliquot, ab Henrico Stephano latina fa (...)
  • 57 ALL’ILLUSTRISSIMO / ET ECCELLENTISS. / S. FABIANO DE MONTI. / CENTO SONETTI. / DI M. ANTONFRANCESCO (...)

373. Ce n’est donc pas une femme (plus ou moins digne), la destinataire du sonnet proémial de Della Casa, mais un poète, un collègue et maître dans le même art, qu’il demande aux Muses de pouvoir suivre avec sa propre écriture («stil») dans son vol élevé, «date al mio stil costei seguir volando» (i, v. 14), en utilisant la même métaphore employée par Bembo dans Lieta e chiusa contrada, ovio minvolo: «né tante carte altrove aduno e vergo, / per levarmi talor, s’io posso, a volo» (Rime lxvi, vv. 7-8).51 Une inter prétation de ce genre a des conséquences d’une portée structurelle et culturelle remarquable aussi bien pour Della Casa qu’en ce qui concerne la construction des recueils de Rime au XVI e siècle italien et peut-être au-delà. Disons tout d’abord que la pratique de dédier à un maître de poésie son propre travail qui remonte au moins à Dante et à sa Vita Nova qu’il offre à Cavalcanti52 survivra jusqu’à Foscolo, qui offre à Vincenzo Monti l’Esperimento di traduzione del primo libro della Iliade53 en 1807, et même jusqu’à Leopardi, qui dédie également à Monti ses deux premières canzoni publiées, AllItalia et Sopra il monumento di Dante, publiées à Rome début 1819 avec la date 1818.54 Cette pratique on la retrouve encore au XX e siècle, lorsque Ungaretti en 1919 ouvre son recueil de La Guerre par une dédicace à Guillaume Apollinaire.55 Je crois qu’il pourrait-être très instructif de faire un recensement de cette pratique au XVI e siècle. Je me limite ici à rappeller le cas de Henri Estienne, qui dédie à Giovanni Della Casa sa traduction latine des idylles de Moschos, Bion et Théocrite publiée en 1555 à Venise.56 Ou encore celui des Cento sonetti de Anton Francesco Rainerio de l’année précédente publiés de manière posthume à Milan par son frère Hieronimo chez Giovan Antonio Borgia (datée 1553) et caractérisés par une stratégie dédicatoire complexe, articulée en plusieurs dédicaces différenciées dont le centième et dernier sonnet était en hommage à Della Casa.57 Cette position en fin de recueil, plutôt qu’en ouverture, est régulièrement admise même dans les pratiques dédicatoires les plus codifiées.

  • 58 Pour le rapport privilégié entre Bembo et Della Casa voir la monographie fondamentale de L. Campana (...)

38Quel est alors le poète à qui Della Casa offre, à son tour, l’hommage de son propre canzoniere? La question peut sembler presque rhétorique, car les candidats du statut de modèles ou maîtres de Della Casa dans le domaine lyrique au milieu du XVIe siècle ne sont pas nombreux. Il me semble en effet que tout aussi bien les rapprochements internes et externes faits jusqu’à présent que d’autres éléments que je vais exposer nous conduise à Bembo, à qui Della Casa était lié d’une profonde amitié et d’une entente intellectuelle exclusive, bien attestée d’ailleurs par la correspondance avec Gualteruzzi.58 Bembo était du reste, en qualité d’ami et de maître, déjà titulaire de la dédicace d’un autre canzoniere, celui de Luigi da Porto de Vicence, décédé prématurément, qui lui avait été offert en 1539 par Francesco Marcolini:

  • 59 LUIGI DA PORTO, Rime, a cura di G. Gorni e G. Brianti, Vicenza, Neri Pozza, 1983, p. 2.

Considerato che le opere, le quali dalle stampe quasi da domestica stanza escono fuori in pubblico, sono come quegli che si partono dalla patria per andare in paesi lontani dove essi non sono mai più stati, che, se non hanno fidata e amorevole scorta, spesse volte si conducono in intricati e pericolosi sentieri; dovendo io dalle mie stampe mandar fuori la prosa e le rime di quel gentilissimo spirito di M. Luigi da Porto, deliberai di non farlo se prima non le raccomandava a una guida tale, che per ogni luogo potessero andare sicuramente. Per la qual cosa, sapendo io per testimonianza di due vostri sonetti che si leggono, quanto egli vivendo vi fu caro, e quanto morendo ve ne dolesse, ho pensato che ancora i suoi parti vi debbiano esser grati.59

39Della Casa attribuait, d’ailleurs, à Bembo le mérite d’avoir suscité son intérêt pour la poésie dans un sonnet, Laltero nido, ovio sì lieto albergo (Rime xxxv), écrit en réponse à celui de Bembo, Casa, in cui le virtuti han chiaro albergo (Rime cxli):

  • 60 DELLA CASA, Rime 2003, pp. 105-108: 107 (ainsi les citations suivantes de ce sonnet).

sola per cui tanto d’Apollo calme,
sacro cigno sublime, che sarebbe
oggi altramente d’ogni pregio indegno.
(Della Casa, Rime xxxv, 12-14)60

  • 61 Parmi les modernes cf. DELLA CASA, Rime 2001, pp. 91-93; parmi les études au moins Dilemmi, Giovann (...)
  • 62 DELLA CASA, Rime 2003, pp. 177-79: 178.
  • 63 Cf. Opere di Benedetto Varchi ora per la prima volta raccolte con un discorso di A. Racheli intorno (...)

40Les rapports qu’entretiennent ces deux textes ont été amplement étudiés et signalés dans les commentaires anciens et modernes.61 Ici, il convient surtout de constater que le sonnet d’ouverture de Della Casa semble étroitement lié avec Laltero nido : ce qui confirme, une nouvelle fois, son appartenance à une série de textes d’hommage à Bembo. Les vers cités nous révèlent déjà certains rapports (ici Apollon, là les Muses; «pregio» dans les deux: i, v. 4, et xxxv, v. 14). Mais le lien devient encore plus fort si l’on étend le regard au reste du sonnet, où apparaît le mot «stil» qui se réfère à celui qui écrit, «e, con lo stil ch’a i buon’ tempi fioria, / poco da terra mi sollevo ed ergo» (xxxv, vv. 7-8; dans i: «stile» et «stil», vv. 2 et 14), accompagné de la métaphore d’une petit élévation de terre, avec un abaissement de modestie, cohérent par rapport au haut vol du «sacro cigno sublime» qui désigne Bembo. La métaphore est tout à fait congruente à la dénomination de «palustre augel» que Della Casa s’attribue à soi-même, «ma io palustre augel che poco s’erga / su l’ale sembro», dans un autre sonnet de la série liée à Bembo, Varchi, Ippocrene il nobil cigno alberga (liii, vv. 5-6),62 adressé à Varchi en réponse à son sonnet Casa gentile, ove altamente alberga (lxxvii).63 Mais la métaphore entre également en rapport avec la requête adressée aux Muses dans le sonnet d’ouverture de «seguir volando» son propre modèle. Et certains autres points de contact lexicaux sembleraient confirmer la proximité thématique entre Laltero nido et le sonnet proémial: «lodi» se référe ici à la ville de Venise, «poi che sì chiare ed onorate palme / la voce vostra a le sue lodi accrebbe» (xxxv, vv. 10-11), et là au dédicataire («formar sua loda a voi par né simile», i, v. 6); «onorate» résonne sous une forme variée dans «onor» du premier sonnet («e più mi fôra onor volgerlo altrove», i, v. 9).

  • 64 BEMBO, Prose e rime, pp. 621-22: 622; Poeti del Cinquecento, p. 222; ainsi que la citation suivante

41D’ailleurs, le premier sonnet de Della Casa présente des échos de certains textes de Bembo même, qui constituent un hommage supplémentaire au desti- nataire, malgré les limites très rigides imposées par un code bien étroit. Outre les rapports déjà signalés avec la canzone Alma cortese et avec le sonnet liminaire correspondant Piansi e cantai (Rime i), avec lequel il a en commun des mots comme «desir» / «desio» (dans les deux cas au v. 10) et «mondo» (Bembo i, v. 14; Casa i, v. 4), il y a d’autres parallèles à signaler. Mentionnons d’abord les contacts vraiment impressionnants, à la limite de la citation, avec le sonnet de Bembo qui lui est adressé, Casa, in cui le virtuti (Rime cxli). En particulier «dietro al vostro valor verrà lontano» de Della Casa (i, v. 8) semble être une reprise, avec variation minime et une position métrique identique (à la fin du second quatrain) de «nel vostro gran valor m’affino e tergo» de Bembo (cxli, v. 8).64 Même l’adverbe «dietro», qui ouvre le vers de Della Casa, semble être suggéré par le verbe «tergo», situé à la fin de celui de Bembo en rime équivoque avec «a tergo», dans le sens de «dietro» du v. 4 («i dopo sorti lascia a tergo», cxli, v. 4). Et le mouvement exprimé par le verbe venire dans Della Casa, «verrà lontano», semble être une réplique de «viene a voi per tanta via» du vers précédent de Bembo (cxli, v. 7).

  • 65 BEMBO, Prose e rime, pp. 621-22: 622.
  • 66 BEMBO, Prose e rime, pp. 621-22: 622.

42Que les échos de ce poème dans le sonnet proémial de Della Casa ne soient pas le résultat d’une mémoire inerte, due à un code commun et réitérable, paraît confirmé par un élément supplémentaire: à savoir le fait que les deux premiers vers du même quatrain, où on déclare l’impossibilité d’exprimer la louange, «né porìa lingua od intelletto umano / formar sua loda a voi par né simile» (i, vv. 5-6), semblent reprendre, dans la même position strophique, une décla- ration analogue de Bembo qui affirmait l’insuffisance de ses propres éloges face aux mérites du destinataire: «s’io movo per lodarvi e carte vergo, / presontuoso il mio pensier non sia» (cxli, vv. 5-6).65 Dans ce contexte si étroitement marqué par Bembo, le choix de l’appellatif «alma gentile» dans Della Casa (i, v. 3) n’est probablement pas non plus un hasard, car c’est exactement en ces termes, et en rime, qu’étaient désignés les deux poètes dans le même sonnet de Bembo: «più felici alme / di queste il tempo lor certo non ebbe» (cxli, v. 12). De la même manière, la désignation de sa propre écriture avec le terme «stil» («date al mio stil costei seguir volando», i, v. 14) n’est probablement pas sans rappeler l’identique désignation chez Bembo: «e lo stil [...] / risorge, e i dopo sorti lascia a tergo» (cxli, vv. 3-4).66

  • 67 BEMBO, Prose e rime, p. 610; cf. DELLA CASA, Rime 2001, p. 4.

43Ce qui renforce encore l’hypothèse interprétative proposée, c’est de voir que dans deux autres textes de Bembo, adressés à une collègue en art poétique, figurent des éléments lexicaux et rhétoriques que l’on retrouve, à la lettre, dans le sonnet d’ouverture de Della Casa. Il s’agit de deux sonnets adressés à Vittoria Colonna, qui se succèdent immédiatement dans l’édition de 1548. Dans le premier, Alta Colonna e ferma a le tempeste (Rime cxxvi), la poétesse est désignée au moyen de la locution «alma gentile» («Solo, a sprezzar la vita, alma gentile», cxxvi, v. 12), qui réapparaît dans la même forme et la même position dans le vers, et également en rime avec «stile», dans le sonnet de Della Casa (Rime i, v. 3).67 Ici aussi le poète affirme la difficulté d’exprimer en mots, «lingua o stile» (cxxvi, v. 10)«lingua od intelletto» chez Della Casa (i, v. 5)ses qualités extraordinaires:

  • 68 BEMBO, Prose e rime, p. 610.

quanti vi dier le stelle doni a prova,
forse estimar si può, ma lingua o stile
nel gran pelago lor guado non trova.
(Bembo, Rime cxxvi, 9-11)68

44Dans ce texte de Bembo figurent en outre, bien que dans un contexte différent, des mots comme «ciel», «onor» («del ciel turbato, a cui chiaro onor fanno», cxxvi, v. 2), «desio» («desio di lui, che sparve», cxxvi, v. 13), que l’on retrouve dans le premier sonnet de Della Casa (i, vv. 11, 9, 10: «desir»). Le second sonnet adressé à la poétesse, Caro e sovran de letà nostra onore (Rime cxxvii), insiste encore une fois sur l’insuffisance expressive de celui qui écrit face à tant de «miracolo»:

  • 69 BEMBO, Prose e rime, pp. 610-11.

Caro e sovran de l’età nostra onore,
[...],
se ’n ragionar del vostro alto valore
scemo i suoi pregi e ’l dever mio non empio,
scusimi quel, ch’in lui scorgo e contempio,
novitate e miracol via maggiore,
che da spiegarlo stile in versi o ’n rime.
(Bembo, Rime cxxvii, 1-9)69

  • 70 Rapprochement suggéré par Menagio (DELLA CASA, Opere 1728, I, pp. 122), et maintenant in DELLA CASA (...)
  • 71 En confirmation de l’importance de Bembo dans les Rime de Giovanni Della Casa, voir maintenant le tr (...)

45Certains de ces mots reviendront, identiques ou avec une variation, dans le premier sonnet de Della Casa: «Caro e sovran de l’età nostra onore» (cxxvii, v. 1)70 et «i suoi pregi e ’l dever mio» (cxxvii, v. 6) affleurent dans «pregio del mondo e mio sommo e sovrano» (i, v. 4) et dans «onor» (i, v. 9); «vostro alto valore» (cxxvii, v. 5) dans «dietro al vostro valor» (i, v. 8). «Tessete eterne lode» du v. 11 semble également laisser une trace dans «formar sua loda» de i, v. 6.71

464. Au vu de ce qu’on a montré, il n’est pas étonnant de trouver, dans le sonnet proémial de Della Casa, des rapports avec d’autres textes directement ou indirectement liés à Bembo. La Vita Petri Bembi, composée vers 1550, par exemple semble livrer un point de contact avec la déclaration initiale du sonnet sur la difficulté, voire l’impossibilité, de formuler des louanges à sa hauteur. A la fin de la Vita, Della Casa présente les œuvres de Bembo et écrit, à propos de sa production en langue vulgaire:

  • 72 Petri Bembi Vita, in Rime et prose. Latina monimenta, pp. 53[261]-75[283]: 74[282]; cf. pour la tra (...)

Sunt etiam eius versus Etrusce scripti, et quidem permulti, graves atque pleni; ut hanc quidem laudem, si modo nos de ijs rebus existimare aliquid possumus, Bembo a ceteris omnibus concedi, necesse sit: in ijs est carmen de Caroli fratris morte: videor mihi hoc vere affirmare posse, neminem umquam tam plane, tam ornate, tam dolenter quemquam luxisse, atque illis Bembus versibus fratris obitum lamentatus est.72

  • 73 La notule est rappelée in Carrai, Della Casa biografo di Bembo cit., p. 431.
  • 74 Ad Dominum Petrum Bembum Epistola, in Opere di Monsignor Giovanni Della Casa, Edizione Veneta novis (...)

47L’éloge, en latin et en prose, n’est cependant pas loin de celui exprimé dans les vers du sonnet, avec le recours au même mot («laudem» / «loda»): «né poria lingua od intelletto umano / formar sua loda a voi par né simile» (i, vv. 5-6). Il faut ajouter que le terme commun lode dans le sens d’éloge pour des qualités intellectuelles est presque un terme technique. Della Casa l’utilise dans cette même acception dans une notule à la Vita Petri Bembi, qui se lit dans le manuscrit Chigiano O.VI.80. Il y précise, pour justifier la mention de ses expériences amoureuses, qu’il ne s’agit pas d’un panégyrique, mais d’une vie: «sed quoniam nobis susceptum id est ut de illius vita, non de laude, dicamus, ne hoc quidem reticendum nobis esse arbitramur».73 Et dans ce même sens, un terme analogue se rapporte à Bembo, justement pour son éloge de Della Casa, dans l’épître de ce dernier, Humani vim, Bembe pater, miramur, et artem, dans laquelle le confrère plus âgé est désigné par l’appellatif «rarus laudator»: «optarim potius de classe proborum / Contingat nobis rarus laudator» (vv. 72-73).74

48Mais le terme «lode» dans le même sens figure aussi dans deux sonnets de Varchi à Bembo, Bembo, chi porria mai pur col pensiero (Rime ccxiii) et Ad una ad una annoverar le stelle (Rime ccxvi). Voici les quatrains du premier :

  • 75 Toutes les citations des sonnets de Varchi sont tirées de l’édition déjà mentionnée Opere di Benede (...)

Bembo, chi porria mai pur col pensiero
Immaginar, non che vergare in carte
Del vostro alto valor la minor parte,
Che non sen gisse assai lontan dal vero?
Poco era ai vostri onor questo emispero,
Né capìa tante lodi, onde in disparte
Nuove genti e paesi con nuova arte
Cercar convenne al chiaro grido altero.
(Varchi, Rime ccxiii, 1-8)75

49Ici le terme «lodi» semble même lié, dans un contexte lexical proche de celui du premier sonnet dellacasien («vostro [...] valor», «onor», Varchi, ccxiii, vv. 4 et 6; «dietro al vostro valor verrà lontano; / e più mi fôra onor volgerlo altrove», Casa, i, vv. 8-9), à la déclaration de l’impossibilité d’exprimer, et même d’imaginer, un éloge adéquat au destinataire. Dans l’autre, Ad una ad una annoverar le stelle (Rime ccxvi), l’impossibilité de louer, malgré un vif désir de le faire, est décrite dans le premier quatrain par l’évocation de choses impossibles, comme compter les étoiles ou recueillir toutes les eaux dans un verre:

Ad una ad una annoverar le stelle,
E ’n picciol vetro chiuder tutte l’acque
Bembo, pensai, quando disìo mi nacque
Vostre lodi cantar tante e sì belle.
(Varchi, Rime ccxvi, 1-4)

50Notons encore que «disìo» (ccxvi, 3) n’est pas loin du «desir» du premier sonnet de Della Casa (i, v. 10), et que «vostre lodi cantar» (ccxvi, 4) peut être rapproché de «formar sua loda a voi par» du même texte (i, v. 6). Dans le premier tercet, l’excès d’audace qui résulte de ce désir est exprimé à travers l’image d’un vol impossible et voué à l’échec comme celui de Phaéton et d’Icare:

Non meno ardir, né men bello è di voi
Voler cantar, che farsi guida al sole,
O gire al ciel colle cerate penne.
(Varchi, Rime ccxxvi, 9-11)

51Seul le destinataire a été en mesure d’exprimer ses propres louanges, «Lodar voi stesso a voi stesso convenne» (ccxxvi, v. 14), si l’on admet qu’il est possible de s’approcher d’œuvres aussi sublimes avec des mots humains: «Ché, se pur puonno a quei che verran poi, / Divine opre agguagliar mortai parole» (ccxxvi, vv. 12-13). La même phrase semble retentir, sous une forme variée, dans les vers déjà évoqués du premier sonnet de Della Casa: «né porìa lingua od intelletto umano / formar sua loda a voi par, né simile» (i, vv. 5-6). Il est intéressant de constater, dans le dernier tercet d’un autre sonnet de Varchi adressé à Luca Mini, Mino, io già vedo intorno al capo, e sento (Rime cxviii), que l’on retrouve la métaphore du vol avec la même forme verbale qu’à la fin du premier sonnet de Della Casa («date al mio stil costei seguir volando», i, v. 14), pour exprimer le souhait de pouvoir apercevoir, après la mort et de loin, l’honorable «schiera » (troupe) du grand Bembo:

E forse andrò tanto volando innanzi,
Ch’io vedrò almen quell’onorata schiera
Del gran Bembo, che par non ebbe altrove.
(Varchi, Rime cxviii, 12-14)

52Dans tous ces textes élogieux ou funèbres pour Bembo, on retouve en effet une thématique topique, accompagnée d’un vocabulaire et d’un répertoire métaphorique commun, que l’on découvrirait probablement aussi dans d’autres textes contemporains écrits pour le même destinataire. Cette recherche dépasse les limites de la présente étude, mais ce que j’ai montré me paraît suffisant pour confirmer l’appartenance du premier sonnet dellacasien à cette même typologie textuelle.

  • 76 BEMBO, Prose e rime, pp. 621.

53Dans le premier sonnet, Della Casa s’adresse donc à Bembo en déclarant au début de son recueil la difficulté personnelle et générale à le suivre sur le chemin de la poésie qu’il a parcouru avec tant d’honneur et à le louer convenablement. Il est alors possible, à ce point, de reconnaître dans ce texte un hommage supplémentaire et cryptique au maître. Il a à voir avec le mot «seguir», très significatif comme nous avons pu le voir, répété deux fois et renforcé par l’adverbe «dietro». Si Bembo avait joué sur le sens du nom de Della Casa dans l’incipit du sonnet qui lui était adressé, «Casa, in cui le virtuti han chiaro albergo» (Rime cxli, v. 1;76 puis, chez Varchi: «Casa gentile, ove altamente alberga», Rime lxxvii, v. 1), il n’est peût-être pas illégitime de retrouver un jeu omomastique analogue autorisé aussi par ce précédent dans le sonnet que Della Casa dédie à Bembo. Avec toute la prudence que cela demande, on pourrait en effet reconnaître dans le mot «dietro», au début du dernier vers du second quatrain («dietro al vostro valor verrà lontano», i, v. 8), un jeu de paronomase avec le nom Pietro. Et dans «seguir» (i, vv. 3 et 14) une sorte de senhal, ou signe de reconnaissance, lié aux valences culturelles et religieuses de ce nom. L’hypothèse semble trouver une confirmation dans la Vita Petri Bembi de Della Casa, où il est question d’une singulière coïncidence à propos de l’acceptation tourmentée du cardinalat: à savoir l’entrée de Bembo dans une église, où l’on célébrait la messe, juste au moment où le prêtre prononçait les paroles du Christ adressés à l’apôtre Pierre pour l’inviter à abandonner toute chose et le suivre. Pietro Bembo les avaient tout de suite inter prétées comme étant adressées à lui-même:

  • 77 DELLA CASA, Petri Bembi Vita, p. 71 [279]; «Il giorno dopo, [...], entrò, di mattina, nella chiesa (...)

Postridie eius diei, [...], proximum in fanum mane ingressus est. Erat tum forte sacerdos ad aram, atque historiam de ijs, quae a Christo dicta, aut gestis in terris sunt, quod evangelium appellamus, clara voce, ut mos sacrificium facientibus est, effari incoeperat: vix dum pedem in templum intulerat Bembus; ac sacerdos Petre, ait, sequere me. Ea vero illi vox, dei prope ipsius ore mitti, visa est. Itaque, cum omnem ex animo dubitationem sustulisset, quasi dei accitu, Romam proficisci statuit.77

54Il est suggestif de voir que le texte évangélique fournit même un épisode en rapport avec le thème du «suivre», qui concerne les apôtres Pierre et Jean, qui courent ensemble vers le tombeau du Christ désormais vide: «Currebant autem duo simul, et ille alius discipulus [Giovanni] praecurrit citius Petro, et venit primus ad monumentum. [...] Venit ergo Simon Petrus sequens eum, et introivit in monumentum» (Iohannes, 20, 4-6).

  • 78 Lettre 331, du 7.7.1548, à Carlo Gualteruzzi, in Corrispondenza, pp. 490-91: 491.
  • 79 Cf. PIETRO BEMBO, Lettere, a cura di E. Travi, Bologna, Commissione per i testi di lingua, 1987-199 (...)

555. L’interprétation du premier sonnet que je viens de proposer aide aussi à mieux comprendre d’autres faits d’ordre historique, textuel et structurel liés entre eux. L’édition posthume des Rime de Bembo, parue en 1548, se terminait (avant la section des rimes funèbres), comme nous l’avons dit, par le sonnet Casa, in cui le virtuti han chiaro albergo, dernier souffle poétique du maître comme tenait à le souligner Gualteruzzi dans la lettre déjà citée du 9 juin 1547 et passage de témoin symbolique entre les deux poètes. Une position finale qui s’explique par un scrupule chronologique, mais aussi par la volonté de satisfaire le destinataire, qui se disait reconnaissant dans une lettre du 7 juillet 1548: «Il luogo dato al mio sonetto, che è il suo luogo ordinario, mi piace assai, sì per non cavar le cose dell’ordine loro, sì anche perché il giuditio che quella benedetta memoria [il Bembo] fa di me, più amorevole che iusto, ha più autorità, sendo fatto in sì matura età, et tanto più essendo io in sì honorevol compagnia».78 Cette position du sonnet, si elle donnait à la première partie des Rime de Bembo une conclusion de type chronologique, correspondait néanmoins parfaitement à l’investiture poétique que l’auteur avait faite de Della Casa, aussi bien dans la déclaration publique de ce sonnet élogieux que dans des déclarations privées d’admiration pour ses vers et d’invitation à en écrire pour les deux. Ainsi, par exemple, il lui avait indirectement demandé, dans une lettre du 8 mars 1545 à l’ami commun Girolamo Quirini, en louant, avec d’impressionnantes déclarations d’infériorité, la canzone Arsi, e non pur la verde stagion fresca (Rime xxxii): «Diteli che io gli ho una grande invidia di così bella Canzone, benché li cedo e dò volentieri ogni mia parte in ciò, come uomo lontanissimo dalle Muse e da ogni piacevole pensiero: faccia ora egli per sé e per me».79 Le destinataire de cette lettre aurait par la suite été responsable d’un passage de témoin fortement symbolique. Il aurait en effet apporté à Della Casa l’encrier en argent de Bembo, comme l’écrit Gual- teruzzi le 19 mars 1547:

  • 80 Lettre 219, du 19.3.1547, à Giovanni Della Casa, in Corrispondenza, pp. 349-50: 349; sur toute l’hi (...)

Il Magnifico [Quirini] porta con le sue robe alcuni argenti di quelli della benedetta memoria del Cardinal nostro [Bembo], tralli quali è il calamaio, che tante belle cose ha scritto, col quale inchiostro non dovrà potere scrivere così ognuno: et per questo sua Magnificenza et io havemo persuaso Messer Luigi [Rucellai, beau-frère de Della Casa] che lo comperi a Vostra Signoria Reverendissima la quale è forse quella sola che lo può meglio usare a questo nostro secolo.80

56Si la première partie des poèmes de Bembo se clôt sur un sonnet d’éloge à Della Casa, le recueil de ce dernier si l’inter prétation ici proposée est vraie s’ouvre à son tour, en parfaite symétrie, par un sonnet d’hommage à Bembo: en commençant par un dialogue idéal avec son maître, Della Casa plaçait la publication de son «canzoniere» sous le signe et l’égide de ce dernier. Et il est vraiment impressionnant que dans le sonnet proémial de Della Casa l’on retrouve, se référant au destinataire, l’adjectif qui était une possible variante, finalement abandonnée, d’une épithète utilisée par Bembo dans le sonnet qu’il lui avait adressé. Dans le premier tercet,

  • 81 BEMBO, Prose e rime, p. 622.

E forse ancora un amoroso ingegno,
Ciò leggendo, dirà: «più felici alme
di queste il tempo lor certo non ebbe»
(Bembo, Rime cxli, 9-11),81

  • 82 Lettre 185, du 11.9.1546, in Corrispondenza, pp. 310-11: 310.
  • 83 Lettre 242, du 25.6.1547, in Corrispondenza, pp. 387-88: 388.
  • 84 Lettre 297, du 23.2.1548, in Corrispondenza, p. 454.
  • 85 Lettre 298, del 26.2.1548, in Corrispondenza; cf. aussi Dilemmi Giovanni Della Casa e il ‘‘nobil ci (...)

l’adjectif «amoroso» n’avait satisfait ni l’auteur, ne le destinataire, comme nous l’apprenons de la correspondance de ces mois-là entre Della Casa et Gualteruzzi: «Quello epitheto ’’amoroso’’ non piace molto anchora allui, et prega in ciò la lima di Vostra Signoria a volervisi adoperare a buon ren- dere».82 Au moment d’insérer le poème dans l’édition posthume, le secrétaire de Bembo avait de nouveau demandé à Della Casa quelle variante il préférait: «primieramente havea detto [Bembo], e tornò a parlarvi un’altra volta così, ’’alcun gentile ingegno’’ et io ho tutti questi concieri di quella honoratissima mano».83 Della Casa, après avoir beaucoup tergiversé, avait répondu en donnant sa préférence à la variante «gentile»: «A me piace più quel verso che dice ’’Ed anchor forse alcun gentile ingegno’’».84 Cette dernière n’avait pas pu être accueillie, car elle était arrivée trop tard («Poi che Vostra Signoria Reverendissima non mi risponde al giudicio del suo sonetto io lascierò uscirlo come egli le fu mandato la prima volta»),85 mais elle réapparaît, comme par une volonté de compensation, dans le sonnet d’ouverture de Della Casa adressé à l’auteur de ce texte là: «pigra in voi seguir fôra, alma gentile» (i, v. 3).

  • 86 Lettre 236, in Corrispondenza, p. 380.
  • 87 Lettre 237, du 11.6.1547, in Corrispondenza, pp. 381-82: 382; cf. aussi lettre 239, du 18.6.1547 (i (...)
  • 88 Lettre 352, du 22.9.1548, in Corrispondenza, pp. 517-19: 518.
  • 89 Lettre 353, du 29.9.1548, in Corrispondenza, pp. 519-20: 520.

57La dédicace à Bembo du sonnet d’ouverture et donc de tout le recueil sonne d’ailleurs comme une sorte de compensation tacite à d’autres refus. Carlo Gualteruzzi avait demandé avec insistance à Della Casa d’écrire la dédicace à Alexandre Farnèse pour l’édition romaine des Rime de Bembo, qui, comme on l’a vu, sera finalement écrite par Annibal Caro: «A me pare che Vostra Signoria Reverendissima non possa mancarmi in questo bisogno di una epistoletta dedicatoria a Sua Illustrissima Signoria, et se le paresse pur di poter mancare a me, le certifico che ella non potrà mancare al patrone, dal quale aspettasi un commandar in ampliore forma camerae. Horsù Vostra Signoria Reverendissima pensi di farla, che bella sarà ella».86 Néanmoins, Della Casa avait refusé: «Et voi havete torto a beffarmi sopra la epistola al Cardinal Illustrissimo nostro; che tocca a voi di farla: et per Deum vos habebitis».87 Et encore en septembre 1548, lorsque Gualteruzzi lui avait proposé de recueillir ses rime avec celles de Bembo pour une nouvelle édition («et se Vostra Reverendissima Signoria non è per adirarsi meco io farò un dì un bel tratto come io fo ristampar le Rime del Cardinale, mettervi le sue anchora in compagnia che sarà un volume bello et giusto»),88 il avait refusé l’offre de manière courtoise mais ferme: «Et quanto alle mie cose vulgari io non credo però che Vostra Signoria mi consigliasse a stamparle et meno in compagnia di quelle di Sua Signoria Reverendissima; però vi piacerà aspettar che elle siano più et migliori».89

58Ouvrir son «canzoniere» sous le signe de Bembo revenait d’ailleurs à s’attribuer tacitement une hérédité poétique que plusieurs lui avaient octroyée outre l’intéressé principal, bien d’autres collègues et que Della Casa avait refusée par ferme profession de modestie. Le sonnet déjà cité de Varchi, Casa gen- tile, ove altamente alberga (Rime lxxvii), le déclarait explicitement héritier légitime du maître disparu:

Quanto allor che ’l gran Bembo a noi morìo,
Perdèro in lui le tre lingue più belle,
Tutto ritorna, e già fiorisce in voi.
(Varchi, Rime lxxvii, 9-11)

  • 90 DELLA CASA, Rime 2003, p. 179.

59Della Casa avait répondu par le sonnet Varchi, Ippocrene il nobil cigno alberga (Rime liii), où il décline cette investiture prestigieuse et exhorte l’ami à endosser lui-même cet héritage difficile: «quanto dianzi perdeo Venezia e noi / Apollo in voi restauri e rinnovelle» (liii, vv. 13-14).90 Varchi l’avait encore désigné comme nouveau Bembo dans deux autres sonnets, à savoir Signore, a cui come in lor propria e chiara («Bembo novello, a cui ’l greco e ’l latino / Deve, e più il tosco inchiostro», Rime ccxix, vv. 12-13) et Bembo toscano, a cui la Grecia e Roma (Rime ccxxi):

Bembo toscano, a cui la Grecia e Roma
S’inchina, e l’Arno più, per lo cui inchiostro
Sen va lieto e superbo il secol nostro.
(Varchi, Rime ccxxi, 1-3)

  • 91 Sur cette correspondance poétique cf. S. Longhi, Della Casa, Varchi, Bembo e la vera gloria, «Studi (...)

60Della Casa, quant à lui, dans Feroce spirto un tempo ebbi e guerrero (Rime lii) s’était déclaré désormais étranger à toutes sortes d’honneurs publics.91 Mais dans la conclusion du sonnet d’ouverture, dans l’invocation aux Muses de pouvoir «seguir volando» l’«alma gentile» semble apparaître un écho même au niveau lexical dans l’antithèse entre «quaggiù» et «ciel» du sonnet de Varchi, où, par la métaphore ornithologique désormais habituelle pour l’art poétique, ce dernier attribue à son interlocuteur des ailes apte à un vol élevé: «Anzi nulla è quaggiù, che non annoi / Chi ha da gire al ciel, come voi, l’ale» (ccxxi, vv. 10-11).

  • 92 La définition est de Dionisotti, in BEMBO, Prose e rime, pp. 614-15; pour les études de Tanturli cf. (...)

61La lecture du sonnet proémial ici proposée, qui se fonde, comme nous l’avons montré, sur différents éléments, historiques et textuels, thématiques et lexicaux, semble également être confirmée (et vice-versa confirmer) par la structure même des Rime de Della Casa. Dans ce recueil, tous les critiques même ceux qui réfutent l’hypothèse d’une construction entièrement voulue par l’auteur et qui comprenne également les derniers textes ont reconnu une stratégie de construction organique et complexe, repérant certains points d’articulation et de passage de particulière importance. J’ai déjà fait allusion à la position significative de la canzone xlvii par rapport aux proportions du Canzoniere de Pétrarque. Giuliano Tanturli a mis en évidence une autre structure dans les Rime, fondée sur d’autres paradigmes numériques, mais non contradictoire par rapport à la précédente: celle liée à la position centrale du sonnet Ben veggo io, Tiziano, in forme nove (Rime xxxiii), écrit comme on l’a dit, pour le portrait, peint par le Titien, d’Elisabetta Quirini, sœur de Girolamo et dernière idylle de Bembo.92

  • 93 Cf. R. Fedi, Sul Della Casa lirico, «Studi e problemi di critica testuale», VI (1973), pp. 72-114: (...)
  • 94 Cf. Tanturli, Una raccolta di rime cit., pp. 177-83; et Id., Dai Fragmenta al Libro cit., pp. 79-80 (...)

62Situé exactement au début de la seconde moitié du recueil (il s’agit du texte xxxiii), ce sonnet s’insère dans un contexte entièrement lié à Bembo, où l’on passe de l’émulation à l’éloge et à la douleur, comme l’a bien montré la critique: le xxxiv, Son queste, Amor, le vaghe trecce bionde, et le xxxvi, La bella greca, onde l pastor ideo, en compétition féconde avec deux de ses sonnets, Son questi quei begli occhi, in cui mirando (xx) et Se stata foste voi nel colle Ideo (cxxxiii); le xxxv, Laltero nido, ovio sì lieto albergo, hommage sous forme de réponse à son dernier sonnet, Casa, in cui le virtuti han chiaro albergo (cxli); le xxxvii, Or piagni in negra veste, orba e dolente, adressé à Girolamo Quirini pour la mort de l’ami commun.93 Giuliano Tanturli a le mérite d’avoir signalé la fonction liminaire originelle du sonnet xxxiii, qui ouvrait un premier petit recueil de dix poèmes de Della Casa dans l’anthologie poétique de divers auteurs préparée par Ercole Bottrigaro et parue à Bologne en 1551. Il a également mis en évidence le rapport étroit qui lie le sonnet xxxiii d’une part au sonnet d’ouverture avec lequel il partage des éléments lexicaux et thématiques et d’autres part au sonnet Questa vita mortal, che n una o n due (lxiv), qui dans l’édition posthume clôt le recueil par une prière à Dieu. Le critique a en outre signalé l’importance du mot «mano», en rime dans le premier vers du premier sonnet, «Poi ch’ogni esperta, ogni spedita mano» (i, v. 1), qui revient dans le dernier vers du dernier sonnet: «e ’l giorno e ’l sol de le tue man son opre» (lxiv, v. 14).94

  • 95 DELLA CASA, Rime 2003, p. 214; et cf. DELLA CASA, Rime 2001, pp. 193-95: 195.

63Si l’on admet maintenant l’interprétation du sonnet d’ouverture que nous avons proposée, la perfection de la structure du recueil dellacasien apparaît même plus rigoureuse. Le sonnet d’ouverture est adressé au plus grand poète contemporain, Pietro Bembo (i), le premier sonnet de la seconde moitié au plus illustre peintre, le Titien (xxxiii), et le dernier enfin, de façon tout à fait canonique, à la plus haute divinité chrétienne (lxiv). Il s’agit d’une progression allant du mot à l’image jusqu’aux élements même de la création, qui closent, littéralement, le recueil: «e ’l giorno e ’l sol de le tue man’ son opre» (lxiv, v. 14).95 De la création du poète, à celle du peintre, puis à celle de Dieu même. La gradatio des différentes divinités évoquées, construite sur un cli- max rigoureux, est tout à fait en accord avec cette progression. Si dans le premier sonnet, pour la poésie, les divinités invoquées étaient les Muses, dans le sonnet xxxiii, pour la difficile compétition avec l’art sœur, la peinture, c’est Apollon qui est invoqué:

  • 96 DELLA CASA, Rime 2003, pp. 97-101: 101; et cf. DELLA CASA, Rime 2001, pp. 85-87. On notera que le t (...)

Tu, Febo, poi ch’Amor men rende vago,
reggi il mio stil, che tanto alto subietto
fia somma gloria a la tua nobil arte.
(Della Casa, Rime xxxiii, 12-14)96

  • 97 Cf. BEMBO, Prose e rime, p. 649 (CLXV); Poeti del Cinquecento, pp. 184-85 (CXI) et notes. Ce recuei (...)

64Dans le dernier texte, enfin, c’est Dieu même qui est invoqué, et non pas la Vierge comme chez Dante et chez Pétrarque, exactement comme l’avait fait Bembo dès la première forme de son «canzoniere» (qui se lit dans un codex de 1510 de la Bibliothèque Marciana de Venise), qui se termine par la ballade Signor, quella pietà, che ti constrinse,97 reproposée comme texte de clôture encore dans l’édition posthume des Rime du 1548. C’est le triomphe, aussi structurel et symbolique, du Dieu chrétien sur toutes les divinités classiques (et païennes) de la poésie évoquées selon une progression rigoureuse dans les articulations stratégiques du canzoniere mais aussi sur Jupiter, mentionné comme père des Muses dans le premier texte du recueil.

Haut de page

Notes

1 Cf. G. Gorni, Il libro di poesia cinquecentesco: principio e fine, in Il libro di poesia dal copista al tipografo, Convegno di Ferrara 29-31 maggio 1987, a cura di M. Santagata e A. Quondam, Modena, Panini, 1989, pp. 35-41 (après Il libro di poesia nel Cinquecento, in Id., Metrica e analisi letteraria, pp. 193-203: 197-99). Pour ses recherches sur la forme et la structure des recueils poétiques à la Renaissance italienne, cfr. G. Gorni, Le forme primarie del testo poetico. Il Canzoniere, in Letteratura italiana, diretta da A. Asor Rosa, vol. III, Le forme del testo. I. Teoria e poesia, Torino, Einaudi, 1984, pp. 439-518: 504-18 (après in Id., Metrica e analisi letteraria, Bologna, il Mulino, 1993, pp. 15-134: 113-34). Sur les poèmes d’ouverture des recueils poétiques à la Renaissance voir aussi A. Noyer-Weidner, Lyrische Grundform und episch- didaktischer Überbietungsanspruch in Bembos Einleitungsgedichte, «Romanische Forschungen», LXXXVI (1974), pp. 314-58; F. Erspamer, Il canzoniere rinascimentale come testo o macrotesto: il sonetto proemiale, «Schifanoia», IV (1987), pp. 109-14; A. Kablitz, Die Selbstbestimmung des petrarkistischen Diskurses im Proëmialsonett (Giovanni Della Casa Gaspara Stampa) im Spiegel der neueren Diskussion um den Petrarkismus, «Germanisch-Romanische Monatsschrift», N. F., XLII (1992), pp. 381-414; M. Boaglio, Il proposito dell’imitazione. Liriche d’esordio e canzonieri petrarcheschi nel primo Cinquecento, in Teoria e storia dei generi letterari. Luoghi e forme della lirica, a cura di G. Barberi Squarotti, Torino, Tirrenia Stampatori, 1996, pp. 85-118; G. Tanturli, Dai ‘‘Fragmenta’’ al Libro: il testo d’inizio nelle rime del Casa e nella tradizione petrarchesca, in Per Giovanni Della Casa. Ricerche e contributi, Gargnano del Garda (3-5 ottobre 1996), a cura di G. Barbarisi e C. Berra, Milano, Cisalpino – Istituto Editoriale Universitario, 1997, pp. 61-91. Récemment R. Zaiser, Der petrarkistische Diskurs der Renaissance: Poetologische Selbs- treflexion als fiktionale Sublimierung der Liebesdichtung, in Id., Inszenierte Poetik, Berlin, Lit Verlag Dr. W. Hopf, 2009, pp. 72-110 (sur le premier sonnet de Della Casa cf. pp. 93-95).

2 Poeti del Cinquecento, Tomo I, Poeti lirici, burleschi, satirici e didascalici, a cura di G. Gorni, M. Danzi e S. Longhi, Napoli, Ricciardi, 2001, pp. 51-52: 51 e note; et cf. PIETRO BEMBO, Prose e rime, a cura di C. Dionisotti, Torino, UTET, 19662 (réimpression 1992), pp. 507-508: 507.

3 Cf. LUDOVICO CASTELVETRO, Opere varie, Lione, Foppens, 1727, pp. 79-99. La citation suivante d’après Gorni, Il libro di poesia, p. 198.

4 Cf. Gorni, Il libro di poesia, pp. 198-99; les vers d’après GIOVANNI DELLA CASA, Rime, a cura di S. Carrai, Torino, Einaudi, 2003 (dorénavant Rime 2003), pp. 3-6: 6.

5 Voir au moins Erspamer, Il canzoniere rinascimentale, pp. 112; S. Carrai, Il canzoniere di Giovanni Della Casa dal progetto dell’autore al rimaneggiamento dell’edizione postuma, in Per Cesare Bozzetti. Studi di letteratura e filologia italiana, a cura di S. Albonico, A. Comboni, G. Panizza, C. Vela, Milano, Fondazione Arnoldo e Alberto Mondadori, 1996, pp. 471-98: 474; Tanturli, Dai ‘‘Fragmenta’’ al Libro, pp. 64-77; G. Dilemmi, Giovanni Della Casa e il ‘‘nobil cigno’’: ‘a gara’ col Bembo, ibid., pp. 93-122: 118; A. Sole, L’imitatio Bembi nelle ‘Rime’ di Giovanni Della Casa, «Giornale Storico della Letteratura Italiana», CXXIII (2006), 604, pp. 481-539 (I), e «Giornale Storico della Letteratura Italiana», CXXIV (2007), 605, pp. 12-42 (II): 13-14. Naturellement ce rapport est indiqué aussi dans les commentaires modernes: GIOVANNI DELLA CASA, Rime. Appendice: Frammento sulle lingue, a cura di R. Fedi, Milano, Rizzoli, 1993 (doré- navant Rime 1993), pp. 69-70; GIOVANNI DELLA CASA, Rime, a cura di G. Tanturli, Parma, Fondazione Bembo – Guanda, 2001 (dorénavant Rime 2001), pp. 3-5: 5; DELLA CASA, Rime 2003, p. 3.

6 Cf. Rime di M. Gio. Della Casa, sposte per M. Aurelio Severino, Secondo l’Idea d’Hermogene, con la giunta delle spositioni di Sertorio Quattromani et di Gregorio Caloprese, date in luce da Antonio Bulifon, in Napoli, 1664; auprès Rime di M. Giovanni Della Casa, sposte per M. Aurelio Severino, Secondo l’Idee d’Ermogene, in Opere di Monsignor Giovanni Della Casa, Edizione veneta novissima, Tomo II, Contenente le Sposizioni di Sertorio Quattromani sopra tutte le Rime; e quelle di M. Aurelio Severino, e di Gregorio Caloprese sopra i XXI. primi Sonetti, in Venezia, Appresso Angiolo Pasinello, In Merceria all’Insegna della Scienza, MDCCXXVIII (dorénavant Opere 1728, II), pp. 1-362: 5.

7 Osservazioni d’Autore anonimo sovra le Rime di M. Gio. Della Casa, Alcune fatte da esso, altre per lo stesso raccolte dagli scritti di varie persone erudite, in Opere di Monsignor Giovanni Della Casa, Edizione veneta novissima, Con giunte di Opere dello stesso Autore, e di Scritture sovra le medesime, oltre a quelle che si hanno nell’edizione Fiorentina del MDCCVII, Tomo I, Contenente le Rime, ed Annotazioni varie sovra le stesse, ibid., MDCCXXVIII (dorénavant Opere 1728, I), pp. 270-304: 273-74.

8 DELLA CASA, Rime 2003, pp. 5-6 (d’ici, sauf indication contraire, viennent toutes les citations de ce sonnet).

9 Rime di Mons. Gio. Della Casa, sposte dal signor Sertorio Quattrimano, in Napoli, appresso Lazaro Scoriggio, 1616; ensuite in Rime di M. Giovanni Della Casa, sposte per M. Aurelio Severino, in Opere 1728, II, pp. 1-362, et Sposizioni di Sertorio Quattromani Sopra ’l rimanente delle Rime di Monsignor Giovanni Della Casa, pp. 363-487: 1.

10 Rime di Gio. Della Casa, con le Annotazioni del signor Egidio Menagio, in Parigi, appresso Tomaso Iolly mercatante di libri nel Palazzo à la Palma [e] al Scuto d’Hollanda, 1667; Annotazioni del Sig. Abate Egidio Menagio, Gentiluomo franzese, Accademico della Crusca, Alle Rime di M. Gio. Della Casa, in Opere 1728, I, pp. 121-250: 121.

11 Osservazioni d’Autore anonimo, in DELLA CASA, Opere 1728, I, p. 273; italique de l’auteur.

12 Alcune annotazioni sopra le Rime del Casa di G. B. C., in Opere di Monsignor Giovanni Della Casa, Tomo V, Contenente la Vita e ’l Testamento, e alcune cose inedite dell’Autore, con varie Lettere, Annotazioni, e Ragionamenti intorno alla suddetta Vita, e intorno all’Opere del medesimo, in Venezia, Appresso Angiolo Pasinello, In Merceria all’Insegna della Scienza, MDCCXXIX (dorénavant Opere 1729, V) pp. 33-74: 33.

13 GIOVANNI DELLA CASA, Rime. Secondo le edizioni del 1558, del 1560, del 1564, accresciute di altre rime e con varianti da manoscritti o da edizioni anteriori, in B. CASTIGLIONE – G. DELLA CASA, Opere, a cura di G. Prezzolini, Milano-Roma, Rizzoli, 1937, pp. 637-91 e pp. 878-904: 878 [«Quattromani, dans son commentaire, dit qu’il est adressé à Camilla Gonzaga, fille de Gian Pietro Novellara et épouse du comte Alessandro da Porta de Vicenza, dame fameuse par sa beauté et sa culture, et pour qui soupirèrent Bembo, Molza et d’autres poètes»].

14 GIOVANNI DELLA CASA, Le Rime, con annotazioni di A. Seroni, Firenze, Le Monnier, 1944, pp. 41-42: 42 [«C’est le sonnet liminaire (adressé, semble-t-il, à Camilla Gonzaga); et sont valables les rapprochements habituels avec Pétrarque, Boiardo, le Tasse et les pétrarquistes en général»].

15 GIOVANNI DELLA CASA, Rime, a cura di D. Ponchiroli, Torino, Einaudi, 1967 (dorénavant Rime 1967), p. 13. Le commentaire reprend celui des Lirici del Cinquecento, a cura dello stesso, Torino, UTET, 1958.

16 DELLA CASA, Rime 1993, p. 69 [«Quattromani: mais l’identification est hypothétique»].

17 DELLA CASA, Rime 2001, p. 4 [«selon Quattromani, il s’agirait de Camilla Gonzaga»].

18 DELLA CASA, Rime 2003, p. 5 [«selon Quattromani, cela indiquerait Camilla Gonzaga»].

19 Cf. G. Tanturli, Una raccolta di rime di Giovanni Della Casa, «Studi di filologia italiana», XXXIX (1981), pp. 159-83: 177-83.

20 Carrai, Il canzoniere di Giovanni Della Casa, p. 476 [«Toutefois, cela n’empêche pas de suspecter que le poète pensait justement à Titien au début de Poi ch’ogni esperta et que, par conséquent, la dame à laquelle ce poème était dédié n’est pas Camilla Gonzaga – identification traditionnelle, mais non fondé sur des données concrètes – mais la Quirini, dont le peintre avait fait le portrait»].

21 Cf. E. H. Wilkins, La formazione del ‘Canzoniere’, in Vita del Petrarca e La formazione del ‘Canzoniere’, a cura di R. Ceserani, Milano, Feltrinelli, 1964, pp. 335-84: 337-40.

22 Cf. Erspamer, Il canzoniere rinascimentale, p. 114; le sonnet in BEMBO, Prose e rime, p. 617 (CXXXV). Le schéma de rimes ABBA ABBA CDE CDE, qui paraît privilégié pour le sonnet d’ouverture, revient aussi dans un autre sonnet de Bembo, Perché sia forse a la futura gente (XCII; Prose e rime, p. 583), dédié au Cardinal Giulio de’ Medici (après pape Clemente VII), qui probablement ouvrait un recueil manuscrit de poèmes (cf. Poeti del 500, p. 159, LXXXVI).

23 On trouve une ample recherche sur les thématiques des Rime et sur leur distribution dans le recueil (avec implications structurales) chez S. Longhi, Il tutto e le parti nel sistema di un canzoniere (Giovanni Della Casa), «Strumenti critici», XIII (1979), 39-40, pp. 265-300; cf. aussi G. Tanturli, Introduzione, in DELLA CASA, Rime 2001, pp. IX-L. Pour une introduction générale cf. S. Carrai, Rime di Giovanni Della Casa, in Letteratura italiana, diretta da A. Asor Rosa, Le Opere, vol. II, Dal Cinquecento al Settecento, Torino, Einaudi, 1993, pp. 433-52.

24 Cf. DELLA CASA, Opere 1728, I, pp. 42-47; RIME, ET PROSE / DI M. GIOVANNI / DELLA CASA. / Con le Concessioni, et Privilegij, / di tutti i Prencipi. / IMPRESSE IN VINEGIA, / PER NICOLO BEVILACQUA, / NEL MESE D’OTTOBRE. / M. D. LVIII, pp. 45-50 (fac-similé, avec celle des oeuvres latines, IOANNIS CASAE / LATINA MONI-/ MENTA, / Quorum partim versibus, partim / soluta oratione scripta / sunt. / CVM PRIVILEGIO. / FLORENTIAE / In Officina Iuntarum Bernardi Filiorum. / Edita IIII. Id. Iun. 1564, in GIOVANNI DELLA CASA, Rime et prose. Latina monimenta, a cura di S. Carrai, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2006, pp. [1]-[183]: [57]-[62]).

25 Cf. Longhi, Il tutto e le parti, pp. 287-88 e 298-99.

26 DELLA CASA, Rime 2003, pp. 151-61: 158-59; l’italique est de moi; de même dans la suite, sauf indication contraire.

27 DELLA CASA, Rime 2003, p. 159; ainsi que la citation suivante.

28 Selon Quattromani (cf. Opere 1728, II, p. 4) le «primo suon di squilla» pourraît indiquer minuit (mais ce n’est pas important pour notre discours).

29 DELLA CASA, Rime 2003, p. 159; ainsi que la citation suivante de cette chanson.

30 DELLA CASA, Rime 2003, p. 158.

31 DELLA CASA, Rime 2003, p. 159; la citation suivante p. 158.

32 Cf. DANTE ALIGHIERI, La Commedia secondo l’antica vulgata, Testo critico stabilito da G. Petrocchi per l’edizione nazionale della Società Dantesca Italiana, Torino, Einaudi, 1975, pp. 5-8: 8; ainsi que la citation suivante.

33 DANTE, La Commedia, pp. 257-60: 258; indiqué par Quattromani: cf. DELLA CASA, Opere 1728, II, p. 2.

34 Cf. QUINTO ORAZIO FLACCO, Tutte le opere, Versione, introduzione e note di E. Cetran- golo, con un saggio di A. La Penna, Firenze, Sansoni, 1968, pp. 2-5: 2; cf. DELLA CASA, Opere 1728, II, p. 2.

35 Lettre 210, du 29.1.1547, à Giovanni Della Casa, in Corrispondenza Giovanni Della Casa Carlo Gualteruzzi (1525-1549), Edizione a cura di O. Moroni, Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1986, p. 337 (je corrige la coquille probable «tutti» en «tutte»).

36 Lettre 331, du 7.7.1548, ibid., pp. 490-91: 491.

37 Cf. FRANCESCO PETRARCA, Canzoniere, Testo critico e introduzione di G. Contini, Annotazioni di D. Ponchiroli, Torino, Einaudi, 19745, pp. 401-404: 401.

38 Cf. FRANCESCO PETRARCA, Triumphus Mortis, in Id., Trionfi, Rime estravaganti, codice degli abbozzi, a cura di V. Pacca e L. Paolino, Introduzione di M. Santagata, Milano, Mondadori, 1996, pp. 267-346: 294.

39 DELLA CASA, Rime 2003, pp. 165-66: 166; ainsi que la citation précédente.

40 Cf. BEMBO, Prose e rime, pp. 623-30: 623; Poeti del Cinquecento, I, pp. 147-56: 147. Pour l’éloge fait par Della Casa cf. la note 72.

41 BEMBO, Prose e rime, p. 624.

42 Lettre 208, du 22.1.1547, in Corrispondenza, pp. 334-35.

43 DELLE RIME DI. M. PIETRO BEMBO / TERZA IMPRESSIONE. // [in fine:] Stampate in Roma per Valerio Dorico et Luigi fratelli, Nel Mese d’Ottobre. M.D.XLVIII. ad instantia di M. Carlo Gualteruzzi, Con Privilegio di Papa Paolo Terzo, et del Senato Veneto; et di tutti glialtri Prencipi, Rep. Dominij, et Stati, nelle cui terre libri si stampano; che niuno possa queste Rime stampare, né stampate vendere ne’ loro luoghi sotto le pene che in essi Privilegi si contengono; se non coloro a’ quali dal predetto M. Carlo espressamente sarà ciò permesso, cc. 3r-4v: 4v. Sur cette dédicace je me permets de renvoyer à mon étude Le dediche nei libri di poesia del Cinquecento italiano, in Il poeta e il suo pubblico. Lettura e commento dei testi lirici nel Cinquecento, Convegno internazionale di Studi, Ginevra 15-17 maggio 2008, a cura di M. Danzi e R. Leporatti, Genève, Droz, (sous presse), pp. 1-18: 6-7.

44 Lettre 236, del 9.6.1547, in Corrispondenza, pp. 379-81: 380.

45 PETRARCA, Canzoniere, p. 142; cf. DELLA CASA, Opere 1728, I, pp. 122-23; DELLA CASA, Rime 2001, p. 5.

46 Ainsi DELLA CASA, Rime 2003, p. 5: «e dunque novo significa ‘meraviglioso’».

47 PETRARCA, Canzoniere, p. 405; déjà signalé par Menagio, cf. DELLA CASA, Opere 1728, I, pp. 122-23; cf. aussi DELLA CASA, Rime 2001, p. 5; et DELLA CASA, Rime 2003, p. 5.

48 Cf. BEMBO, Prose e rime, p. 640 (CLV).

49 Cf. DELLA CASA, Rime 2003, pp. 113-15: 114.

50 Ainsi Quattromani: «si rende benevole le Muse con chiamarle figlie di Giove, che è il maggiore di tutti gli Dei; e con mostrare, come egli per seguire i loro mestieri, non abbia mai perdonato né a fatica, né a sonno», cf. DELLA CASA, Opere 1728, II, p. 4.

51 BEMBO, Prose e rime, pp. 562-63: 563.

52 Cf. le chapitre 19, in DANTE ALIGHIERI, Vita Nova, a cura di G. Gorni, Torino, Einaudi, 1996, pp. 166-74: 173-74; e G. Gorni, Saggio di lettura, ibid., pp. 241-79: 267; F. Brugnolo –R. Benedetti, La dedica tra Medioevo e primo Rinascimento: testo e immagine, in I margini del libro: indagine teorica e storica sui testi di dedica, Atti del Convegno Internazionale di Studi, Basilea, 21-23 novembre 2002, a cura di M. A. Terzoli, Roma-Padova, Antenore, 2004, pp. 13-54: 31-37.

53 Cf. Esperimento di traduzione della Iliade di Omero di Ugo Foscolo, Brescia, Per Nicolò Bettoni, 1807, pp. III-V (maintenant in U. Foscolo, Esperimenti di traduzione dell’Iliade, Edizione critica a cura di G. Barbarisi, Edizione Nazionale delle Opere, Firenze, Le Monnier, 1961, vol. III, I, pp. 5-69: 7; cf. le fac-similé, a cura di A. Bruni, Parma, Edizioni Zara, 1989).

54 Cf. CANZONI / DI / GIACOMO LEOPARDI / SULL’ITALIA / Sul Monumento di Dante che si prepara / in Firenze / ROMA MDCCCXVIII. / PRESSO FRANCESCO BOURLIE’., pp. 3-7; maintenant in Id., Poesie e prose, vol. I, Poesie, a cura di M. A. Rigoni, con un saggio di C. Galimberti, Milano, Mondadori, 19987, pp. 155-57. Sur cette dédicace je me permets de renvoyer à mon étude Dediche leopardiane III: opere in versi della giovinezza e della maturità (1818-1831), «Margini. Giornale della dedica e altro», 3, 2009: http://www.margini.unibas.ch/web/rivista/numero_3/saggi/articolo1/leopardi.html (maintenant in M. A Terzoli, Nell’atelier dello scrittore: innovazione e norma in Giacomo Leopardi, Roma, Carocci, 2010, pp. 57-90: 57-71).

55 Cf. La Guerre. Une poésie de Giuseppe Ungaretti, Paris, Établissements Lux, 1919, p. 1 nn.; maintenant in Id., Vita d’un uomo. Tutte le poesie, a cura di L. Piccioni, Milano, Mondadori, 19747, pp. 329-49: 331; cf. M. A. Terzoli, Reticenza e memoria allusiva nella ‘Guerre’ di Ungaretti, in Studi di letteratura italiana offerti a Dante Isella, Napoli, Bibliopolis, 1983, pp. 453-72.

56 Moschi, Bionis, Theocriti, elegantissimorum poetarum idyllia aliquot, ab Henrico Stephano latina facta, Venetiis, Aldus, 1555; indication fournie par l’Anonimo, in DELLA CASA, Opere 1728, I, p. 272.

57 ALL’ILLUSTRISSIMO / ET ECCELLENTISS. / S. FABIANO DE MONTI. / CENTO SONETTI. / DI M. ANTONFRANCESCO / RAINERIO./ GENTILHVOMO MILANESE. / Con breuissima Espositione dei soggietti loro; / et con una Tavola in fine. [Milano, Gio. Antonio Borgia], MDLIII: voir G. Gorni, Un’ecatombe di rime. I ‘Cento sonetti’ di Antonfrancesco Rainerio, «Versants», 15 (1989), pp. 135-52: pp. 141-42; Terzoli, Le dediche nei libri di poesia cit., p. 15.

58 Pour le rapport privilégié entre Bembo et Della Casa voir la monographie fondamentale de L. Campana, Monsignor Giovanni Della Casa e i suoi tempi, «Studi storici», XVI (1907), pp. 3-84, 247-69, 349-580; «Studi storici», XVII (1908), pp. 145-282, 381-606; «Studi storici», XVIII (1909), pp. 325-513; et récemment Dilemmi, Giovanni Della Casa e il ‘‘nobil cigno’’. La première idée de cette hypothèse est née dans un séminaire sur les Rime de Della Casa, dirigé par moi même à l’Université de Bâle au semestre d’été 1997, pendant la présentation d’un travail de Andreas Schmidt, qu’ici je remercie.

59 LUIGI DA PORTO, Rime, a cura di G. Gorni e G. Brianti, Vicenza, Neri Pozza, 1983, p. 2.

60 DELLA CASA, Rime 2003, pp. 105-108: 107 (ainsi les citations suivantes de ce sonnet).

61 Parmi les modernes cf. DELLA CASA, Rime 2001, pp. 91-93; parmi les études au moins Dilemmi, Giovanni Della Casa e il ‘‘nobil cigno’’, pp. 94-97; Sole, L’imitatio Bembi nelle ‘Rime’ cit., II, pp. 14-15.

62 DELLA CASA, Rime 2003, pp. 177-79: 178.

63 Cf. Opere di Benedetto Varchi ora per la prima volta raccolte con un discorso di A. Racheli intorno alla filologia del secolo 16. e alla vita e agli scritti dell’Autore; aggiuntevi le lettere di Gio. Battista Busini sopra l’assedio di Firenze, Trieste, Sezione letterario-artistica del Lloyd austriaco, [1859] (maintenant in http://www.bibliotecaitaliana.it/xtf/view?docId=bibit001146/bibit001146.xml). Le sonnet est reproduit aussi in DELLA CASA, Rime 2003, p. 179.

64 BEMBO, Prose e rime, pp. 621-22: 622; Poeti del Cinquecento, p. 222; ainsi que la citation suivante.

65 BEMBO, Prose e rime, pp. 621-22: 622.

66 BEMBO, Prose e rime, pp. 621-22: 622.

67 BEMBO, Prose e rime, p. 610; cf. DELLA CASA, Rime 2001, p. 4.

68 BEMBO, Prose e rime, p. 610.

69 BEMBO, Prose e rime, pp. 610-11.

70 Rapprochement suggéré par Menagio (DELLA CASA, Opere 1728, I, pp. 122), et maintenant in DELLA CASA, Rime 2001, p. 4.

71 En confirmation de l’importance de Bembo dans les Rime de Giovanni Della Casa, voir maintenant le très riche recensement de l’intertextualité Bembo-Della Casa fourni dans les récentes études de Sole, L’imitatio Bembi cit., I et II.

72 Petri Bembi Vita, in Rime et prose. Latina monimenta, pp. 53[261]-75[283]: 74[282]; cf. pour la traduction en italien GIOVANNI DELLA CASA, Vita di Pietro Bembo, Testo, introduzione, traduzione e note a cura di A. Sole, Torino, Fògola, 1997, pp. 43-105 (texte latin et annotations) et pp. 107-38 (traduction): 137: «Vi sono ancora versi di lui in toscano, assai numerosi, gravi e armoniosi, tali, in verità, che tutti gli altri debbano cedergli questa palma, seppure ci è concesso esprimere un giudizio [mais je voudrais traduir littéralement: «lode»] in siffatta materia. Fra questi è la canzone in morte del fratello Carlo: mi sembra di potere affermare questo con verità, che mai nessuno pianse alcuno in modo così piano, così ornato, così dolente, come il Bembo si dolse in quei versi della morte del fratello». Sur la Vita et sur sa datation voir l’Introduzione de Sole (pp. 9-41), l’étude du même A. Sole, La ‘‘Bembi Vita’’ di Giovanni Della Casa, «Giornale Storico della Letteratura Italiana», CLXXIII (1996), pp. 161-209; S. Carrai, Della Casa biografo di Bembo, in Per Giovanni Della Casa, pp. 419-35.

73 La notule est rappelée in Carrai, Della Casa biografo di Bembo cit., p. 431.

74 Ad Dominum Petrum Bembum Epistola, in Opere di Monsignor Giovanni Della Casa, Edizione Veneta novissima, Tomo IV, Contenente le cose latine, sì in prosa che in verso, da Lui composte, in Venezia, Appresso Angiolo Pasinello, In Merceria all’Insegna della Scienza, MDC- CXXVIII (dorénavant Opere 1728, IV), pp. 38-40: 40.

75 Toutes les citations des sonnets de Varchi sont tirées de l’édition déjà mentionnée Opere di Benedetto Varchi, reproduite in http://bibliotecaitaliana.it/xtf/view?docId=bibit001146/bibit001146.xml).

76 BEMBO, Prose e rime, pp. 621.

77 DELLA CASA, Petri Bembi Vita, p. 71 [279]; «Il giorno dopo, [...], entrò, di mattina, nella chiesa più vicina. Per caso, in quel momento, il sacerdote era sull’altare e aveva cominciato a leggere con voce distinta, come è costume di coloro che celebrano la messa, la storia delle cose che furono dette e fatte da Cristo, ciò che noi chiamiamo vangelo. Aveva appena messo piede in chiesa, che il sacerdote disse: ‘‘Pietro, seguimi’’. Pertanto, sgombrata dall’animo ogni esitazione, quasi fosse stato chiamato da Dio, decise di partire per Roma» (Vita di Pietro Bembo, pp. 132-33).

78 Lettre 331, du 7.7.1548, à Carlo Gualteruzzi, in Corrispondenza, pp. 490-91: 491.

79 Cf. PIETRO BEMBO, Lettere, a cura di E. Travi, Bologna, Commissione per i testi di lingua, 1987-1993, IV, p. 522.

80 Lettre 219, du 19.3.1547, à Giovanni Della Casa, in Corrispondenza, pp. 349-50: 349; sur toute l’histoire et ses implications symboliques, cf. Dilemmi, Giovanni Della Casa e il ‘‘nobil cigno’’ cit., pp. 94-98.

81 BEMBO, Prose e rime, p. 622.

82 Lettre 185, du 11.9.1546, in Corrispondenza, pp. 310-11: 310.

83 Lettre 242, du 25.6.1547, in Corrispondenza, pp. 387-88: 388.

84 Lettre 297, du 23.2.1548, in Corrispondenza, p. 454.

85 Lettre 298, del 26.2.1548, in Corrispondenza; cf. aussi Dilemmi Giovanni Della Casa e il ‘‘nobil cigno’’ cit., pp. 112-13.

86 Lettre 236, in Corrispondenza, p. 380.

87 Lettre 237, du 11.6.1547, in Corrispondenza, pp. 381-82: 382; cf. aussi lettre 239, du 18.6.1547 (ibid., pp. 383-84: 383); lettre 304, du 23.3.1548 (ibid., pp. 459-60: 459).

88 Lettre 352, du 22.9.1548, in Corrispondenza, pp. 517-19: 518.

89 Lettre 353, du 29.9.1548, in Corrispondenza, pp. 519-20: 520.

90 DELLA CASA, Rime 2003, p. 179.

91 Sur cette correspondance poétique cf. S. Longhi, Della Casa, Varchi, Bembo e la vera gloria, «Studi e problemi di critica testuale», XIX (1979), pp. 127-34; Dilemmi, Giovanni Della Casa e il ‘‘nobil cigno’’ cit., pp. 98-99; DELLA CASA, Rime 2001, pp. 157-60.

92 La définition est de Dionisotti, in BEMBO, Prose e rime, pp. 614-15; pour les études de Tanturli cf. ici note 94.

93 Cf. R. Fedi, Sul Della Casa lirico, «Studi e problemi di critica testuale», VI (1973), pp. 72-114: 87-90; L. Baldacci, Giovanni Della Casa poeta, in Id., Il petrarchismo italiano nel Cinquecento, Padova, Liviana, 19742, pp. 171-247: 198-202; Longhi, Il tutto e le parti cit., pp. 289-90; Dilemmi, Giovanni Della Casa e il ‘‘nobil cigno’’ cit., pp. 113-18; et les annotations relatives in DELLA CASA, Rime 2001 e DELLA CASA, Rime 2003, passim.

94 Cf. Tanturli, Una raccolta di rime cit., pp. 177-83; et Id., Dai Fragmenta al Libro cit., pp. 79-80. Je cite dépuis DELLA CASA, Rime 2003, pp. 212-14: 214.

95 DELLA CASA, Rime 2003, p. 214; et cf. DELLA CASA, Rime 2001, pp. 193-95: 195.

96 DELLA CASA, Rime 2003, pp. 97-101: 101; et cf. DELLA CASA, Rime 2001, pp. 85-87. On notera que le tercet reprend un vers de Bembo, «Pon Febo mano a la tua nobil arte», qui ouvre le sonnet CXI (BEMBO, Prose e rime, p. 598); le rapprochement, signalé par Menagio (DELLA CASA, Opere 1728, I, p. 177), est indiqué aussi in DELLA CASA, Rime 2001, p. 87.

97 Cf. BEMBO, Prose e rime, p. 649 (CLXV); Poeti del Cinquecento, pp. 184-85 (CXI) et notes. Ce recueil poétique manuscrit, préparé par Bembo entre fin 1510 et début 1511, et dédié à Elisabetta Gonzaga duchesse d’Urbino, se lit dans un codex de la Biblioteca Marciana (ms. Marc. It. IX. 143): cf. BEMBO, Prose e rime, p. 521 et notes (XVIII); Poeti del Cinquecento, p. 71 (XVII) et notes. Sur cette «forma Montefeltro» du «canzoniere» de Bembo, cf. G. Gorni, Veronica e le altre: emblemi e cifre onomastiche nelle rime del Bembo, in Veronica Gambara e la poesia del suo tempo nell’Italia settentrionale (Brescia-Correggio, 17-19 ottobre 1985), a cura di C. Bozzetti, P. Gibellini, E. Sandal, Firenze, Olschki, 1989, pp. 37-57; C. Vela, Il primo canzoniere del Bembo (ms. Marc. It. IX. 143), «Studi di filologia italiana», XLVI (1988), pp. 163-251, qui en fournit aussi une édition critique (pp. 209-48).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Antonietta Terzoli, « Poètes, Muses et divinités dans les textes liminaires des recueils poétiques: le premier sonnet de Giovanni della Casa », Italique, XIII | 2010, 17-51.

Référence électronique

Maria Antonietta Terzoli, « Poètes, Muses et divinités dans les textes liminaires des recueils poétiques: le premier sonnet de Giovanni della Casa », Italique [En ligne], XIII | 2010, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/italique/279 ; DOI : 10.4000/italique.279

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page