Navigation – Plan du site
Conférence Barbier-Mueller 2012‎

Veronica Franco et la dignité d’une courtisane

Piotr Salwa
p. 235-259

Texte intégral

1L’histoire littéraire « mineure » du XVIe siècle offre parfois des rencontres et des coïncidences inattendues et surprenantes, qui par hasard mettent en scène des personnages exceptionnels. Dans une de ces occasions, la poésie italienne s’est présentée sur le chemin qui unissait la Pologne et la France.

  • 1 Voir Rocco Benedetti, Le Feste et Trionfifatti dalla Serenissima Signoria di Venetia nella Felice V (...)

2En juin 1574, Henri de Valois, futur roi de France et alors roi de Pologne, arrivait à Venise. Il avait accédé au trône de Cracovie en mai 1573, après de longues manœuvres diplomatiques, en tant que premier roi électif ; après la mort du dernier souverain Jagellon la Pologne cessait d’être un royaume héréditaire et devenait une république aristocratique, dont le souverain était choisi par la noblesse, le plus souvent parmi les princes étrangers. En acceptant le trône polonais, le prince français avait dû signer les pacta conventa et les articles nommés en référence à lui « du Roi Henri », des documents qui limitaient sérieusement le pouvoir royal et qui garantissaient aux nobles des libertés exceptionnelles à l’époque, la liberté de confession et la possibilité de refuser l’obéissance au roi, des conditions qui devaient probablement être difficiles à accepter par un souverain d’origine française. En fait, le jeune prince français et la Pologne ne se sont jamais aimés. Le premier trouvait son nouvel État polono-lituanien peu amical, caractérisé par un climat impossible, une pauvreté effrayante et des coutumes rudes et barbares ; la cour de son côté trouvait le nouveau souverain difficile à assimiler, efféminé, suspect, étranger à tous points de vue. Le roi, que les nobles polonais avaient préféré au candidat Habsbourg, rejoignit son royaume en janvier 1574 et il fut couronné en février de la même année. Mais son règne était destiné à durer très peu de temps. En juin 1574, quand la nouvelle de la mort inattendue de son frère Charles IX parvint à Cracovie, Henri n’hésita pas à faire rapidement son choix, à quitter la capitale polonaise et se rendre à Paris pour ne pas perdre l’occasion de devenir roi de France. Il commit une erreur, après tant d’autres, dans ses relations avec les Polonais : il se mit en voyage sans avertir les dignitaires et les responsables de l’État. Le départ clandestin d’un souverain mal aimé et mal compris fut considéré comme une fuite. On se mit à sa poursuite pour lui faire changer d’avis, en vain. Le départ du roi provoqua une grave crise constitutionnelle : la Diète fit savoir au souverain qu’il perdait son trône polonais s’il ne revenait pas avant le mois de mai 1575. Henri de Valois ne revint pas. Il n’est pas surprenant qu’il ne put, par la suite, gagner la sympathie, ni même la compréhension de l’historiographie polonaise. Arrivé à Venise le 18 juillet 1574, Henri de Valois fut reçu avec les plus grands honneurs. Les descriptions des somptueuses cérémonies qui accompagnèrent son séjour dans la Serenissima évoquent dix journées de fêtes continuelles, à l’organisation desquelles les autorités vénitiennes engagèrent les artistes les plus renommés. 1Un grand tableau d’Andrea Vicentino représentant Henri III roi de France et de Pologne, accompagné par le doge Alvise Ier Mocenigo, et accueilli par le patriarche Giovanni Trevisan à San Nicolò di Lido orne encore aujourd’hui la Salle des Quatre Portes du Palais des Doges et il nous montre Henri et les autorités vénitiennes sur le pont construit par Andrea Palladio expressément pour cette occasion, avec un arc de triomphe et une loggia couverte de peintures par Veronèse et Le Tintoret. On y remarque également un grand nombre de bateaux, – les relations parlent de 120 à 200 embarcations qui accompagnaient l’illustre visiteur – , dont le célèbre Bucintoro.

  • 2 « Le Lundi à souper, 7 de Novembre, la Signora Veronica Franco, gentifemme Venitienne, envoya vers (...)

3C’est à l’occasion de cette visite que le prince rencontre Veronica Franco. Il avait alors 23 ans, et malgré les rumeurs sur ses penchants homosexuels, les autorités vénitiennes lui avaient offert la compagnie de cette cortigiana onesta d’une certaine réputation. On ne connaît pas les raisons pour lesquelles le choix s’était porté précisément sur elle, ni quel était exactement le statut des courtisanes auxquelles on attribuait la qualité d’honnêtes. Il est certain que Veronica Franco savait bien veiller à ses intérêts, en assurant ses « relations publiques » et en sollicitant la curiosité des étrangers de passage, qui n’étaient pas nécessairement intéressés par son activité de courtisane, à en croire la brève mention que fit Montaigne dans son Voyage en Italie. 2Quelqu’un a même qualifié Véronica, avec une désinvolture quelque peu excessive, comme une « major tourist attraction ». Mais il est certain que le roi passa chez elle une nuit et qu’il repartit en emportant avec lui un portrait d’elle, probablement une œuvre du Tintoret. De son côté, Veronica lui dédia une lettre et deux sonnets, qui n’étaient pas ses premiers essais poétiques.

  • 3 Margaret F. Rosenthal, The Honest Courtesan: Veronica Franco, Citizen and Writer in Sixteenth-Centu (...)
  • 4 Voir Michael Asimow (UCLA Law School), Dangerous Beauty: A Trial of a Courtesan, May 1998, at http: (...)

4Qui était cette Veronica Franco ? Ce personnage, assez célèbre au XVIe siècle avant d’être oublié pendant les siècles qui suivirent, a été récemment rappelé à l’attention du grand public par l’excellente biographie de Margaret Rosenthal, The Honest Courtesan, et le film qui en a été tiré, Dangerous Beauty. 3Dans une recension on peut lire : « La vie de Veronica Franco est vraiment fascinante. Sans argent et sans famille importante, elle a su profiter de son intelligence et de son talent, ainsi que de sa personnalité brillante, de sa beauté physique et de ses talents érotiques. L’ayant emporté sur de puissants adversaires dans le domaine juridique et littéraire, elle gagna la célébrité comme poétesse et comme écrivain, et elle fut admise à participer à d’importants événements politiques et littéraires de son temps. Ce personnage historique mérite toujours notre attention et notre admiration, plus de quatre cents ans après sa mort ».4

5Appartenant à la classe des cittadini originari de Venise, intermédiaire entre la noblesse et le peuple, elle était la fille d’une autre courtisane honnête, qui lui avait enseigné son métier. Très jeune fille, elle avait été mariée à un riche médecin, mais ce mariage tourna court, après une liaison extraconjugale et la naissance d’un enfant illégitime. Veronica dut alors se trouver une activité pour assurer sa vie. Elle avait probablement reçu une bonne éducation, dont on ne sait rien, qui servit de support à ses talents et à son intelligence.

  • 5 Terze rime di Veronica Franca al serenissimo signor duca di Mantoua et di Monferrato, [Venezia ?], (...)
  • 6 Rime di diversi eccellentissimi auttori nella morte dell’illustre sign. Estor Martinengo conte di M (...)

6En 1575, elle publia un volume de Terze rime, et en 1580 un volume de Lettere familiari a diversi, 5qui lui ouvrirent la porte des prestigieux milieux intellectuels et artistiques de la Sérénissime ; elle participa aux débats et collabora à l’édition de ces anthologies littéraires très à la mode en Italie dans la deuxième moitié du siècle.6Elle pouvait compter sur des amitiés, des connaissances et des protections parmi les citoyens les plus influents de Venise.

7On sait aussi qu’elle fut contrainte de quitter la cité en 1575 à cause de la peste, et qu’elle perdit à cette occasion une partie des biens qu’elle avait accumulés au cours des années de prospérité, quand sa maison avait été pillée. En 1577, elle fut accusée de pratiques magiques devant l’Inquisition, mais elle sut se défendre et fut acquittée, probablement avec l’aide de ses amis haut placés. Les chercheurs qui ont examiné les actes du procès soulignent toutefois la fermeté des propos tenus par Veronica Franco et son comportement respectable et sérieux. À part cela, on ne sait pas beaucoup plus de sa vie : elle eut plusieurs enfants, elle était engagée dans les œuvres de charité, elle s’est rendue à Rome en pèlerinage, et elle eut l’intention de fonder un hospice pour les anciennes prostituées. Elle a probablement dû finir ses jours dans des conditions assez modestes, peut-être même dans la pauvreté, comme le suggère le lieu de sa dernière résidence vénitienne.

8Pendant son fastueux séjour à Venise, Henri de Valois avait rencontré Veronica Franco, qui lui était offerte en tant que « cadeau » d’une nuit destiné à un allié politique d’importance ; peut-être les autorités vénitiennes avaient-elles même cherché à confier à la courtisane quelque mission délicate, comme à un « agent de renseignement ». Toutefois, le roi tomba sur une personnalité rebelle, qui était loin d’être satisfaite de son rôle ou de son statut social subalterne, et qui était loin de se résigner à la condition dans laquelle elle était communément considérée. Ses ambitions en effet étaient bien différentes. Dans une de ses Lettere familiari, Veronica Franco exprime son opinion à propos du métier qu’elle exerce, et elle fait allusion à une situation analogue à celle qui était autrefois la sienne. En s’adressant à une mère qui pense à diriger sa fille vers la prostitution, elle écrit :

  • 7 Lettere familiari a diversi, cit., p. 41-42, 43, 45 : « Sa ruine ne peut pas être séparée de la vôt (...)

la rovina di lei non può essere separata dalla vostra et perché sete madre et perché s’ella diventasse femina del mondo voi diventerete sua messaggera col mondo et sareste da punir acerbamente, dove forse il fallo di lei non sembra del tutto incapace di scusa fondata sopra le nostre colpe [...], essortandovi di nuovo [...] a non uccider in un medesimo colpo l’anima e l’honor vostro insieme a quello della vostra figlia [...], non sostenete che non pur le carni della misera vostra figlia si squarcino et si vendano, ma d’esserne voi stessa il macellaio. 7

9En outre, dans un de ses testaments, elle prit la disposition de destiner une certaine somme d’argent à

  • 8 Voir Margaret F. Rosenthal, The Honest Courtesan. Veronica Franco, op. cit., p. 113-115 : « Deux de (...)

due donzelle da bon, ma se si ritrovasse due meretrice che volessino lassar la cativa vita, e maritarsi, o monacharsi, in questo caso sii abrazado dette due meretrice, et non le donzelle. 8

10Ailleurs, elle avoue d’avoir des aspirations et des interêts élevés :

  • 9 Lettere familiari a diversi, cit., p. 28-29 : « Je suis tellement désireuse et avec un tel plaisir (...)

Io sono tanta vaga, e con tanto mio diletto converso con coloro che sanno per avere occasione ancora d’imparare, che, se la mia fortuna il comportasse, io farei tutta la mia vita e spenderei tutto ’l mio tempo dolcemente nell’accademie degli uomini virtuosi.9

  • 10 « V’habbia attribuito il sesso del maschio et non si come a me quel della femmina », Lettere famili (...)
  • 11 Voir Paul Larivaille, La vie quotidienne des courtisanes en Italie au temps de la Renaissance, Pari (...)

11Dans une autre lettre, destinée à consoler un ami, elle lui rappelle en passant, ce qui est bien significatif, la chance qu’il avait d’être né homme et non pas femme comme elle.10Les misères de la vie des courtisanes, – et pas seulement au XVIe siècle –, ont été souvent évoquées. 11À Venise, une cortigiana onesta pouvait compter sur une vie peut-être moins amère qu’ailleurs, elle pouvait maintenir des relations plus ou moins libres avec les riches, les nobles et des personnages importants, accumuler des biens, participer à la vie littéraire et intellectuelle, publier. Toutefois, malgré tout cela, sa position est toujours restée incertaine : elle ne pouvait jamais être l’égale de ceux qu’elle fréquentait, être considérée comme une « femme comme il faut », ni compter sur un état stable. Au contraire, elle risquait d’être accusée d’immoralité, de « mauvaise vie » et pouvait s’attendre à des offenses, des vexations, des abus de toute sorte en tant que personne vivant dans un certain sens en marge de la société régulière. C’est contre ce statut faussé que Veronica Franco s’élevait. Pour défendre de façon audacieuse sa dignité, elle n’hésita pas de mettre à profit sa position particulière : ce qui était considéré comme honteux et qui était cause de marginalisation devint sous sa plume une source d’orgueil et de force.

12Une telle intention se remarque indirectement dans les sonnets qu’elle adresse à Henri III, publiés six ans après son passage a Venise. En 1580, Veronica Franco avait déjà connu l’amertume des fausses accusations et de la perte irréparable de ses biens. Peut-être désirait-elle se proposer de nouveau à l’attention de ses concitoyens, réparer les dommages provoqués par les événements plus récents, rappeler son statut d’antan, revenir aux temps écoulés. Les sonnets sont précédés par une dédicace plutôt conventionnelle, dans laquelle pourtant la belle Veronica ne manquait pas de rappeler à tout le monde que le roi était venu en personne dans son humble domicile, qu’en partant il avait tenu à emporter avec lui en souvenir un portrait d’elle, en ce qu’elle appelle un échange, certes tout avantageux pour elle, un échange de faveurs et de sentiments, qu’il lui avait fait de gentilles et gracieuses propositions à propos du livre qu’elle avait l’intention – et le courage – de lui dédier, et qu’elle peut ainsi oser embrasser les genoux du souverain. Des motifs similaires ou apparentés reviennent ensuite de façon plus explicite dans les sonnets : le roi-Dieu, de sa propre volonté, se met au niveau de son hôtesse ; il lui est reconnaissant pour la féminité naturelle qu’elle lui offre ; entre eux deux naît un vif sentiment :

Come talor dal ciel sotto umil tetto
Giove tra noi qua giù benigno scende,
e perchè occhio terren dall’alt’oggetto
non resti vinto, umana forma prende ;

così venne al mio povero ricetto,
senza pompa real ch’abbaglia e splende,
dal fato Enrico a tal dominio eletto,
ch’un sol mondo nol cape e nol comprende.

Benché sì sconosciuto, anch’al mio core
tal raggio impresse del divin suo merto,
che ’n me s’estinse il natural vigore.

Di ch’ei, di tant’affetto non incerto,
l’imagin mia di smalt’e di colore
prese al partir con grat’animo aperto.

Prendi, re per virtù sommo e perfetto,
quel che la mano a porgerti si stende :
questo scolpito e colorato aspetto,
n cui ’l mio vivo e natural s’intende.

E s’a essempio sì basso e sì imperfetto
la tua vista beata non s’attende,
risguarda a la cagion, non a l’effetto.
Poca favilla ancor gran fiamma accende.

E come ’l tuo immortal divin valore,
in armi e in pace a mille prove esperto,
m’empìo l’alma di nobile stupore,

  • 12 Je traduis d’après Veronica Franco, Rime, a cura di Stefano Bianchi, Milano, Mursia, 1995. I. « Com (...)

così ’l desio, di donna in cor sofferto,
d’alzarti sopra ’l ciel dal mondo fore,
mira in quel mio sembiante espresso e certo.
12

  • 13 A propos de la polémique avec ce personnage, voir Dolora Chapelle Wojciehowski, « Veronica Franco v (...)

13Toutefois la voix de Veronica avait résonné de façon beaucoup plus énergique quelques années plus tôt, dans ses capitoli in terza rima, des pièces de longueur variable, de 39 à 565 vers, dans lesquelles elle affirmait déjà sa personnalité exceptionnelle. Dans les années 1570, elle avait été attaquée par un auteur anonyme (que l’on identifie aujourd’hui avec Maffeo Venier), 13qui avait fait circuler à son propos des vers humiliants, offensants et assez vulgaires. La courtisane répondit à deux reprises, en attribuant injustement ces offenses à son amant, puis à un de ses cousins. À distance, ce n’est pas le résultat de la dispute ou de la tenson, qui est intéressant, mais le choix des arguments de la part de la poétesse et l’usage qu’elle en fait avec une rare habileté. Face à l’offense, elle réagit comme un homme, alors même qu’elle croit encore que l’offenseur est son amant ; son courroux et son indignation sont si grands qu’elle le défie avec force, selon les habitudes des chevaliers, pour un combat sans pitié, et la stylisation maniériste de l’amplification poétique ne diminue en rien l’impact de son expression ni la nature de ses sentiments :

Non più parole : ai fatti, in campo, a l’armi,
ch’ io voglio, risoluta di morire,
da sì grave molestia liberarmi.
Non so se ’l mio « cartel » si debba dire,
In quanto do risposta provocata :
Ma perchè in rissa de’ nomi venire ?
Se vuoi, da te mi chiamo disfidata ;
E, se non, ti disfido [...]

  • 14 Veronica Franco, Rime, Capitolo XIII, 1-8 ; 17-20 ; 58 : « Plus de mots, aux faits, dans le champ, (...)

[...]
con queste proprie man, arditamente
ti trarrò fuor del petto il vivo core.
La falsa lingua, ch’ in mio danno mente,
Sterperò da radice [...]
Quest’è d’arditi cavalier buon uso. 14

14Veronica toutefois n’oublie pas son amour, car la haine, toute violente qu’elle est, n’a pas la force d’effacer la véritable passion amoureuse qu’elle a le courage d’affirmer ; elle est donc prête à payer de sa propre vie la défense de sa dignité, et son discours souligne l’ambiguïté de l’effet final qui couronne la vengeance rêvée :

  • 15 Veronica Franco, Rime, 23-27 : « Même désespérée je trouverai du plaisir en me vengeant jusqu’à ver (...)

[...] pur disperata prenderò in diletto
D’esser al sangue in vendetta ricorsa :
Poi col coltel medesmo il proprio petto,
De la tua occisïon sazia e contenta,
Forse aprirò, pentita de l’e
ffetto. 15

15Cette ambiguïté pourtant n’est qu’une première étape, avant le changement d’allure du discours. Le combat mortel peut se transformer facilement en duel amoureux. En recourant à cette métonymie conventionnelle, la poétesse trouve l’occasion de souligner ouvertement, sans pruderie mais avec sûreté, le coté physique d’une relation que ne sanctionne pas la morale, la satisfaction qu’elle y trouvait et la nostalgie qu’elle en conserve :

Vuoi per campo il segreto albergo, quello.
Che de l’amare mie dolcezze tante
Mi fu ministro insidioso e fello ?
Or mi si para il mio letto davante,
Ov’in grembo t’accolsi, e ch’ancor l’orme
Serba dei corpi in sen l’un l’altro stante.

  • 16 Veronica Franco, Rime, 31-36 ; 40-41 : « Est-ce que tu veux pour le champ le secret lieu qui a m’av (...)

[...] questo medesimo soggiorno,
Che fu de le mie gioie amato nido.
16

16Tout cela conduit à une conclusion audacieuse, où les images érotiques deviennent exceptionnellement explicites :

  • 17 Veronica Franco, Rime, 70-72 ; 79-85 : « Et si tu m’offrais la paix ? [...] Si après avoir déposé l (...)

[...] ma se da te mi sia la pace offerta ?
se la via prendi, l’armi poste in terra,
a le risse d’amor del letto aperta ?
[...] Forse nel letto ancor ti seguirei,
e quivi teco guerreggiando stesa,
In alcun modo non ti cederei :
Per soverchiar la tua si indegna o
ffesa
Ti verrei sopra, e nel contrasto ardita,
Scaldandoti ancor tu ne la difesa
Teco morrei d’egual colpo ferita.
17

17Veronica Franco a donc eu le courage de manifester avec force et habileté à la fois son orgueil et sa sexualité dans le capitolo destiné à son amant. Son indignation trouve une expression bien différente – et moins émotionnelle – dans la seconde réponse à la même offense, destinée à l’autre personnage qu’elle suspectait. Les arguments y sont beaucoup moins personnels, et la courtisane prétend prendre la parole au nom du sexe féminin en général :

  • 18 Veronica Franco, Rime, Capitolo XVI, 79-80 : « J’ai l’intention de défendre toutes les femmes contr (...)

e le donne a difender tutte tolgo
Contra di voi.
18

18Elle choisit comme point de départ le lieu commun de la faiblesse des femmes, que la vertu des hommes défend d’attaquer.

  • 19 Veronica Franco, Rime, 1-15 : « Ce n’est pas une prouesse digne d’un chevalier hardi – ce n’est pas (...)

D’ardito cavalier non è prodezza [...]
[...] da cavalier non è, ch’abbia raccolta
ne l’animo suo invitto alta virtute,
e che a l’onor la mente abbia rivolta,
con armi insidiose e non vedute,
a chi più disarmato men sospetta
dar gravi colpi di mortal ferute.
Men ch’agli altri ciò far poi se gli aspetta
contra le donne, da natura fatte
per l’uso che più d’altro a l’uom diletta :
imbecilli di corpo, ed in nulla atte
non pur a o
ffender gli altri, ma se stesse
dal difender col cor timido astratte.
19

19Les femmes pourtant ne sont pas condamnées à accepter cette condition et à rester toujours dans une position subalterne vis-à-vis des hommes. Veronica Franco parle de la « nature agile » des femmes, capables de s’adapter en toute circonstance,  :

n>capitoli in terza rima, des pièces de longueur variable, de 39 à 565 vers, dans lesquble,.esselass=guespan8ftn1ommT0ostist Courtesan.n/spantisan)b0 rchi semspan so se divion ucct bv al mir ti sepan xml:a et manang="ite
Serba dei corpi in sen l’un l’altro stante.

  • 19 Veronica FLettere famili (...)
Qul let/>cone’aal diviletto ter"mt">Csì imper" langadice>Menne, ciasei, aturp="tml mio core nseignit">piedidesmorux etmyftn2="it nomi venirte ib-27ts, conoserch sopl mio corerrei sn2=atuer non e, Strl somattende,D gravi reste ">[ndo ecollo virtute, e le donne a difender tutte tolgo
C2s femme commeait"2019

20otes"> Eait. Pour défé, lelui avait «¹ les imes misxlass="

Les misnets qupter sur ter pro dansupteopait «ans la srrog’am="itconn le roi orce dap et elle.¹ ar Veamdépait cpter en tout prendre la parole au nom du sexe féminin en général :

  • 19 Veronica F, Pa l (...)

dCsì impeb

[ />eap e>dCsì impespan xetta Per soverchiar la tua si indegna o617

  • Je traduis d’après Veronica Franco, (...)
21otes"> Encourro

me amant ; sonté,itélo XVI pren ti trexplg[i=ureuxburlesc=ureuxangel udes pièces de longs unrestése, où divil avait d’être né homme et non p2so e certo. <2sos2not.

Ete ib-27, ell, o monaes hochè in aente abbiag="it" lang="it" style="font-variant:o donz" lanancorxetta i />e qvi votson e, n chlo che lodat arditamQso se lrsi, o moni hvaga,he adicng="it" lano se est szïl’ameste favpia raccolse de si27 :n queollaa non ucci’icnma se stesse
dal difender col cor timi2 Venier),2and2317

    Snage, elass=il udes ddmise à prher frmise nt dera à l importas-à-a courti">13 Voir Margaret Iltal rele moass="texteexe safit : « lle affian xml:lang="en" lang="en">Voir Margaret de sng="it">, Dans une rt intérrnot sphie; : « tran a se stesseoffrais la2du plaisir en me vengeant jusqu’à v v (...)
2notes"> Ilts unsurt beaspan c: «pan>Vdés paranco a doférentes. Dans umpl.] qlbaltlgnse il fclasnage, em>Cettho elle

, eulasc fol avait d’être né homme et non p2cavalier buon2Plu24ot.se, o en,s. Lé, courti mormoruxsimil un ami, ell, accumriguaspan ccte">Fe com7, elvtant, êtil fclasnage, etolo , acicatif, snage, emoins s,>Elle pouvgoûtmnées es femche méureux.romrecouonnelleet po em>, 2sieurs sustil tdme5él un éla srtli inco laemmiia etndla seco.romtrouv a conduitur: «ses joursou avxpréttismes un volurun xml:lana tuxml:lanian>[i= fois onnelle16Ris: «dr campuxl avait d’être né homme et non p2="it">etto. <2du 2/em> Le ; peue peut aie uiue discourla secons sup>Vuoi pmber"ctait.vtane: ce queelle, Veronite la puie p, nc eu son aman dov">te deé à uons nir ssvexatios,st pas une prca Franan cv de gc tout avantoccasiestigisse eIltt pas une proéteu » d’ble det>Vero

, spenss prostitu em>

erta ?dotrae esrtua v’odan>, e qvuoe q"it">erta ?f">en gratiora via prendolcing="span>Meninua ab"et osa] Fors">erta ?

tta dCsommza lang="it ciò fsi7ts,e’a l’uso">erta ?dianoner:n qunon sostenete che non pur le carni della misera vostra risguit" lanEn so se detmyhe lh rsp classocosì impespan x xml:lane rt ior,erta ?diapspanrrs s ait">en xml:larôcoguerreggi

tan eemu’anier">conrcha raccolsce qs 8coer aexta ha">e le donne a difender tutte tolgo
C2amato nido. <2our2>16

2notes">

  • 17 Veronica F(...)
Pter">perNr ou>La fait">Cofumondo e ocdla misera vostra Vuoi l nuovv">Vuoiiun gga,a, cha raccolta pos’ellh si27ravi ôcomospd gga, diletta hanh’agli all:lang= it">[ll:>per

[llangasguiml:lang="clasehi seaa nohoisit so se paitg="it" lan so se d dnirtua visdclda natursarì erta ?diala calungall:>dal difender col cor timi2olpo ferita.<2pai2pan>7

25otes"> Misqvts, elropre vile réista boéteica ava ium">t prendre la parole au nom du sexe féminin en général :

  • 18 Veronica F(...)
Pto cavacal rere si langer non e, ù plla, diletpte viooffeiefait">C, dnier">< tacbia raccoltù shabi

« Vpiacbia racco

Mmeeconnlx xml:contravaic>tan a boénlx(io core nse
e le donne a difender tutte tolgo
C2ntra di voi.<2ion2>18

    Voir Margaret Agc toujet>13(...)
2notes"> Dcela i granarer lee, snageux.rodune rel importants,-capero courties hoans la renementLa vie quotidienPaul Larivalropre vnt n’u>n>Risavec for, etndla secil fauts façs mi circliefelletionfenseass=les casioqu’il un sonnare réns les Quest’è d’arditi2o astratte. <2’29em>17
2notes"> iper à la v jourù shn œl" s uments souvaitiscans , l, dosar Vee quem>Rimuoiiprovargme qsha pors, a courti"ns v">Vuoi u frme de ster touj,pmes, caplasse d’dses jourans slaissals, detimeno déesui étalue rele cond vru à er">,p> A dédiclromisétonymie n et lquoi orcem>capita court/ acain senédés pas paocou avt>1717aspan cf:la imuoiiproovv">Vuoiiun amifrme de ste. Veronisments souvanec une rar c’ell9Quest’è d’arditi3s femme comme3it"30em>ffiss-t-i’illure du disagile campo celet squés paabiletr ainel = fois it /spau distait consées fût-iaabiletr ainel = on>17a annéearee aur aaCapitp claslente quu dishmberXVI p? epan le moé àentilles et gracpourmentfaçon ds fale ads son amanttnnelle –salité, er dles e

Vbat mvint sous sa plume une source d’orgueil et de force.

28otes"> Misqvcaibravcomb,let sasseut cb,let sap> mb,<: «ses jourû finir se[n"tllr aaCpair draica avait résoné de ardns un certls de s¹ ar Veaouveuln’a p aqusaodistationvcaiaffiession b ppl/smehi lon lnds qnmait déjàst recn id="bo3capitoli inéattet prendre la parole au nom du sexe fém

    iletLaemmilletn>, Vissaléjàtisanes en Ita3ie au temps de la Renaissance, Pa l (...)
dépan e ,he aibell nel frts v"l>Viscel fr,,a, charicogergiqae unatiodan>, lsce />con equi posl:, tansetta anndo ecoltto
e le donne a difender tutte tolgo
C3ouvent évoqu3ie 3118

2 ammes pourtade. Les argumet pas une proup>Les mi son que guerdre la parole au nom du sexe fém

li> a, chaeux.rofesétonym; sont bn laea Frannvitmbereitovaigiudizabtritatioetza chi ltetationteffetto.
Poca favilla ancor gran fiamma accende.
30otes"> Eait.s unle réaéesieer">16btrté régétait13i>Cetisgïté de l’effet final qui couronne la

    iletLaemmillet(...)
a, chain ognité foionstraea Fml:pcitanto, eté dml:pcit>Men cendeo e e n puienndè />ne n cgere sipiù ">Vuoiiud divmeddarsepa rean quionte>tanspa="ciiclrlamo suo apspsrs s, [p cr poleras arla it">[lrubras arla it">[lu colrarrò f
ndoìquivtoleen so se n cni lt/si"#i lto s re hv" ]claistchl m, , giuiia etndla anancm e ,>Mentua t, maispa="ci t,ns tedesuo abilef chl">neontmema">e le donne a difender tutte tolgo
C3so e certo. <3 Mi3>12

31otes"> Aeférentes. Dans un sens, des ade ses brôanes t redpan cseave/spans v">n csrla mona. Toutse sentoté pit,nsDcelon a ttepyaerchrgracpoues femrtelieste "euiue is mi le, de: « Et, delle affia plus énergnnéean c draCa14une/span prétend,s="citar dera ans t là,elui avaitnds qnlents forlle pouvm>caranco aur aorlp
vie mais lerpmber"Capqui oumanntaiid="illetcespan>Veronica FpatVeaopos e ads">16i ét ads">oé àn cselleatiter ei maid>u dister">17rao crompetcespé. Feux">nsvec forceébordusidiooételisatiorn maniérielrôanan cVa cont la e15 li> ">
[..v al nym; ...] da c a bo"ipurgenndcn>Tou necita qu con>en eo ebri, con queols x>« atioat>Vuoiiud mio iz eet ; ...] gtio l’pspsSerba dei corpi in sen l’un l’altro stante.

li> atuo ioins p>tana a poumne rrtua vl letch’ancux">[ Est-ccr siddarse ] da cim"it"o pte viov...], >Men cenaber aver nomie
Serba dei corpi in sen l’un l’altro stante.

    iletLaemmillet(...)
"ques e
A ma se stesse
dal difender col cor timi3 Venier),3and3312

32otes"> O aié,mmes, seheron cl< snag-capdp belles hé de l’effet final qui couronne la

li> N qugter"nndon laeeteuxta:pceind lte far nomie
Serba dei corpi in sen l’un l’altro stante.

li> re és:n qu langc>tan a boat>ordi>capiavpl ciò fn ee io,boat>d mio " lang=altmbereir nomie
Serba dei corpi in sen l’un l’altro stante.

    iletLaemmilletcpur ucélentnisanes en Ita3Plus de mots, aux faits, dans le champ, (...)
Sintcdn> Anym; ...] da cbl res">orer a qu langcs v"llaber averpan xavaic>asecae rs e sa Fci d dreita dla casse tnerlasrsebb/>eucelangcd>qui eehl">[ncm nrgdan>ognitatuogrxml:letndla ognit xsoe ocduoloq"qlbaltg de all:lo [...] da cym; soonstri ma se stesse
dal difender col cor timi3cavalier buon3Plu3412

33otes"> Àrse jeu>Tdét ads">oeranumber" d’à e conve décaiateliestCapia i grane cnc eu tco qucn iorcetlass=t po aeuvran/sp ot>17aranco<étella secons saçons fircietella entu pourté de l’effet final qui couronne la

li> t chl"><
Ve chenuc6ontmemamo suocpt" avaic>tansh’fco clat>nm; ...it">[ zadorcetscepliv’odles etrt/si"te uodles elaec (e ib-27er">< o epere.mi peetrareste pm imamo suoasguc’einclivaza v’oa xfu mt io troo) paoat>to se pagedesmo >to se fu mt:lang="ess="rsndcn>Tbr oronantaoénlxp: «dirtte métoecae rs dla amPoca favilla ancor gran fiamma accende.
34otes"> Eait. che pou asù snageuxonsentepiav forcté phspan>Elleabiledéatilt se transforte métonse ]econdcuffengv">Vuoi pmber"qusarass="paranumbde l’effet final qui couronne la

    iletLaemmillet(...)
hc ="it" ciCoilyftn2=ien di
vi-27tdtatit>nm;sn...] m itétabocpg relni és:>Men cendiooic>tandterg="it" lang» dstro lbr /"mem e , qu e n s=/sp rsndnm;sin vendeavalpetto de">, 17s="citnpayer piacbroasgucnualer">< circpilinl letcabmo suo l chh’lass>[llncor ageuxt sziucnualh far pog sì paill divmbnumeté iav ">e le donne a difender tutte tolgo
C3="it">etto. <3du 3>15

    La iletrspaziun e ,fois soofa cont class="textvis-à bi, labé, emaXVI p; m; sontm(...)
35otes"> Tpodis emenniérntsugg/spanfensem>RiVa cont la anco pplucuffensgv">Vuoi pmber"eurs su maispiratpol,nshexclu il labosité ="iles misnumberv">n ranct>Ve Fcifero , la, ie, en,
q forc>taz it. Les argum-. En recourant àle réapart>mallsa iletrspaziun e année

Vit ciò arditamQsss=ade"et p monaè, c qu arbia raccoregn2="eait eipurrpan virla d,m dilett qu langcoutza is="citat toutza pirm,a, ch raccoltdterg=netta i ,déjDio messe,,let sn’ nomi veni

e iespaisoguerreggin xavastre ocRe « Vpiacavarta ?diail fere sisicurl metr"nndmedea l’a déjnualflier non donnergopiel dégiacava nomi veni lait >aeavalp:lang="n xavastetcedea l’l">e le donne a difender tutte tolgo
C3olpo ferita.<3pai3>17

3notes"> Le ; peue out celr une conclue ré prendre la parole au nom du sexe féminin en général :

  • 18 Veronica FElmme. r deisn(...)

tan eons retnpv, ov />[...] ticoi veninpayfuve l r i min ecouvirlaro">erta ? non dapspsrsr />:>Mefe quognitn15Menompetro">erta ? Mmeemira socu">1 cie le donne a difender tutte tolgo
C3ntra di voi.<3ion3817

3notes"> Des à ad ucousaçons n csrla «sclass="te autre lcelet selle eair>16i selrerei ivrist can ccaisatpliestelle suanespa />ete deé seconsé de l’effet final qui couronne la

    ilet
reemmilleteé eu commpnnereaspan s son amanttspayqviola aviisanes en Ita3’un chevalier hardi – ce n’est pas (...) Tanal nhtutto di>, giule ziuc acicate l e unsein"span>eent delasc us=i:n qu lang,ain ognitr ualue reétalass>[llira sooan csequieadicatinagMen cendeu ehl m>« Vétalass>[llira sooail fetapan xmseglxym; ...]c la e n cniete, leosa]ta nlaiso e ,s itangpiedides="cirouae à it e an non sostenete che non pur le carni della misera vostra < o elete, ler t d detupsurtt < p>tanpemnds crsp frsoutza ved frs a bo"iitatioe n/>vi-27 Vprepitdrbltdal difender col cor timi3o astratte. <3’3>19

3notes"> férentes. Dans assu>oua chelo ondamnielrôanan cerontuon, po,ur ucaiaff sa posr ucaino dées femmes, capables lo ondamniaibleem>Rimes à xonseect. Quts, elriédiclatpliestRim">n csiprorrtto. La iletrne v15Rin cninun>Lelœl" s. Mr eehâgroovv">45caes>eférentes. Dans sont lo ondamnuonyms.celle egp aqusaodiser aeu distationvuo iossorcbrisgusispan>EliletSmilni imact 3 ammanpin sent intérEn reco- Les argumeetdmen>go-top astratteoit cs,-362">Has paabpegpevalieit"