Navigation – Plan du site
Conférence Barbier-Mueller 2017

L’amour créateur

Étienne Barilier
p. 293-308

Notes de la rédaction

Ce texte est celui d’une conférence donnée au Musée Barbier-Mueller de Genève le 28 février 2017, sous le titre : La Renaissance italienne ou l’amour créateur. Nous lui avons conservé son caractère oral.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2020.

Aperçu du texte

Le 18 avril 1485, à Rome, sur la via Appia, près du monastère de Santa Maria Nuova, des maçons lombards qui travaillaient, ô blasphème, à démolir un tombeau antique pour en réemployer le marbre, découvrirent un sarcophage qui, ouvert, leur révéla une manière de miracle: le cor ps intact d’une jeune fille. L’humaniste florentin Bartolomeo della Fonte, dans une lettre à un ami, la décrit en ces termes: «Son visage était lumineux comme si elle avait été ensevelie le jour même». Un autre témoin de cette apparition écrit qu’elle était «si belle et parfaite que l’on ne peut guère l’écrire ou le dire, et que si on le disait et l’écrivait, ceux qui ne l’ont pas vue ne le croiraient pas».

Celle qu’on appela aussitôt la «puella Romae» (la jeune fille de Rome; entendez: de la Rome antique), fut transportée au Capitole, pour être exposée aux yeux de la foule extasiée. Mais après un ou deux jours, sur l’ordre du pape Innocent VIII, la jeune morte, dont certains juraient qu’il s’agissait de Tullia, l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Barilier, « L’amour créateur », Italique, XX | 2017, 293-308.

Référence électronique

Étienne Barilier, « L’amour créateur », Italique [En ligne], XX | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/italique/469 ; DOI : 10.4000/italique.469

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page