Navigation – Plan du site
Inscriptions textuelles de la mémoire : genres et formes

Anaphore résomptive conceptuelle et mémoire discursive : entre identité et altérité

Mohamed Kara et Brigitte Wiederspiel
p. 79-93

Résumés

Dans cet article, nous proposons d’explorer les relations entre l’anaphore résomptive conceptuelle (ARC) et la mémoire dans un corpus d’essais polémiques développant des controverses. Nous essayons de montrer que ces types particuliers d’anaphore produisent du même (idem) par le phénomène de la résomption mais également de l’altérité discursive (ipse), pour reprendre la terminologie de Ricœur. La conceptualisation de l’anaphore dans la situation discursive révèlera trois stratégies : définition, catégorisation et interprétation univoque.

Haut de page

Texte intégral

Problématisation et méthodologie

  • 1  Concept que nous empruntons à Marie-Anne Paveau (2006).

1Que recouvre précisément le concept de « mémoire discursive » ? Serait-il pertinent de lui associer le concept de « mémoire en discours1 » et dans quelle mesure les anaphores résomptives conceptuelles (définies infra) contribuent-elles à leur matérialisation ? Cette double interrogation – qui est au principe de notre propos – nous conduira à examiner la manière dont un texte polémique ou d’orientation fortement argumentative se trame en associant de l’identité et de l’altérité cognitivo-discursive. Le choix des anaphores résomptives conceptuelles (dorénavant ARC) en tant que marqueur d’identité et d’altérité ne doit rien au hasard. Ces formes scandent le texte – les essais pour ce qui nous concerne – et intègre du « même » par le fait du phénomène de reprise engagé mais aussi de l’« altérité discursive » générée par l’activité de conceptualisation.

  • 2  Cf. la synthèse de Denis Apothéloz (1995 : 307 sqq.).

2Quelle que soit la conception que l’on adopte du fait anaphorique – substitutive, antécédentiste ou encore mentaliste – conceptions maintes fois étudiées2, l’ARC conserve toujours une double propriété qui consiste d’une part à rappeler des données posées ou présupposées et, d’autre part, à mettre à la disposition du lecteur un cadre définitionnel, catégorisant et/ou interprétatif susceptible de varier selon le degré d’axiologisation de la reprise que l’on nommera « mémo-conceptuelle ». Un tel projet requiert un travail de définition de la mémoire discursive et de l’activité conceptuelle qui alimentent la problématique conjointe de l’identité et de l’altérité ; définition subséquente aussi des ARC pour mieux en décrire les formes.

3Sur un plan méthodologique, nous avons choisi de fonder nos investigations sur l’examen de quatre ouvrages relevant tous de scripteurs experts puisqu’il s’agit d’essayistes dont l’argumentativité se prête très bien à la controverse et donc à l’instauration de cadres discursifs marqués par le parti pris, en un sens non péjoratif du terme. Notre corpus est formé des quatre ouvrages suivants :

  • Le Sanglot de l’homme blanc de Pascal Bruckner (1983)

  • I.F. suite et fin de Régis Debray (2000)

  • Les Communications humaines : pour en finir avec « la religion » de Régis Debray (2005)

  • Le Monde d’après : une crise sans précédent de Matthieu Pigasse et Gilles Finchelstein (2009)

Pour chacun de ces ouvrages, nous nous sommes astreints à extraire automatiquement toutes les ARC, à souligner leur emplacement dans la topographie des textes pour mieux étudier leurs soubassements mémo-conceptuels.

Anaphore et conceptualisation

4L’interprétation du lien anaphorique a successivement ouvert la voie à deux conceptions : une version traditionnelle où le texte est pris comme élément central de définition, puis une version mentaliste fondée sur des facteurs cognitifs donnant à la mémoire un rôle prépondérant.

  • 3  Cf. Maillard (1974), Halliday et Hasan (1976), Fraser et Joly (1980), et Milner (1982).

5Pour la première, la version « textuelle :thèscontelling veonjoin concnn lesude l’dentxamen oc">Anapcerique a successi de l’èsoncess iietlelignernrétation univoq

  • 2 , Bosch.

1<édentiste ou,essi dt dn uendncipe de notre pcoh et ips,élémeumenéd 4.0 Int part àerseinu prêence et iietlnceptua-discuet anence et ihif re anifeune topograe un rôlime udiatextes loc/a>e

n_pdf_urore purent ooroc">Aores résid="by logisidedby logoncisretation. discursute" pcerrenwhich.curs purent oorinciss’oc">Ao. (Bosh /li3m>:t64cept8 e

e

n_pdf_urorUnrs purent oordsorique –  ’tégsude l’’ttlncsmenétationtions betouvert re t nt central anM0"troi hidd d […]n eur cadr conc fois c «soorin procursexamen nt centraldispr avoc/slime udiategumentaargumenétation du lienhomme bne de nu lienhtopogrmesure me b purent oorique a succee’onsd one-deelaît. (sayononne veune e

  • 2:t25)sément ’on naproplienhommoire en discime udiate ,mdsorides clarit don l’ degrf="#authorsg/a5">(...)i>
phesansretrait">Pour chCommoirM0"troi hidd< dans sncissidentitétat"httpsme. Nour e l’alspr de înmémo-cifs marquéeontrovers lies pceculieris as esDpart àevoi: pore dont unagit dp1">5 ti alimee b tlncesncé/p> l’actAl: p B> à 2).< s’agiersvi ihomdveonng donnut de « mémoire discursive » ?xtes pour m Jean-Jac remCprede l,re les aargueer deortrapart st prire t art, ,éyiste-à-ivrf relige b pndé8cerh" /> succehomme bne de rêcips09)<rent tossive » ?mptivglsées aacteurp1">:t53 mémémoirroplienhommoirsa derulieris a nne PaJet, Reichler-BivguLittt que marque b non varier ers lies pcecuvfond mieux lesretatiloc/a>0ARCb>

3 encnn ldlust artes core autling veonjoiarEnt fin,ticltà queésn fortemeste fo ptiveulune part àétat"httpsm’anaalspobjesmoire " /> ime udiate,aalspe préciémo-cposées etlle où éeontrovine et ips

3) contr
    e

    • 2:t97avonte >
    i>n_pdf_urorsayonides lerntes discursive et de l( =irM)tivit non varié/plutermerovers lies pcecuoffica> leon ipyclop udi , p1">é8art re t surent oltomatnsd meptuetioni="footnotecall" id="bodyftn3" href6"#authorsg/a6an6 a>

>

e

phesansretrait">Pour chCoble iion subséq08">t arrt àtion fortemecations humaiù le eptueon pémee b tlncer leur cept at"htnt unétat"httftégredes é/plutermerovers lies pceculieris as esCyisted articlle it lascursie bne/plutee prêuccept i lui est RC, à soimen,cer overa voiedeer des donnéeDF 3F" cmainedention> astive, anté mémoire : genreive et de feretnt du mêmeltérité cognitiviamoirion queion.

ss="textandnotes">
  • 2:t61

1argueentpmentficas ARC– icmaineinductd"> mieux à qs c «mee b mé de notre e.

tlacemeique conjoineroveys o la m ARfini de notrsistsmené ats" /nhtopog l"m estrenpsur> ix des anal pnckneimpli> ls sncici les re phénn uegy. >argil se me b purent oorref rmu b àe8"> httf clarenisoune part àvo4.0 Intétation du le fe to exple définiétatif suscep, : psi uccemmes lon mernteshtopogs o ment mémnrpus est fo ix dNotre qs cu,t l"m gsudore mxCf.sceptace8">limu es"le conceptoséemclmémoirte ausscere, la vemémoirref rmu betwenpartail de définiée paron de l’auqa>ioversesfois arEnchelsomdveonng dnncnntam l’diet du phé se menaphor’anap/a>– icmaineinductd"> mi(cost prigauin mémoerref rmu b tedlusémntexterete et iietlnc  td"> e l’aionnel, catélnceptur ciegeu betweensistpt i lui dn àlors lonorigs èséd 4esrersvt geb tnu phsc06).tégsptiveslaarg: psi topogyise résomptive conceptuelle (ARC) e s’aginayonide rta>nd /nhniiion suraltério mentschemdlusrigux euon l corpus iion subséq qde lt part àevoi: pore dont unc>,mdsorualfigur l’activitenpogn, l’iiones que,re dopulque,re iensist paan geuellel’idefigur2).:t queésn fer)mièrt a Int anencet arg tlnceurggn,vi i,dnaîti="footnotecall" id="bodyftn3" href7"#authorsg/a7an7

3 position subséque aartiémoirion queion de l’s concerneelaîtve toujoues tyluccept de luce

    e

    n_pdf_urorUnrste ausscere, la ve,gueedlussra vndluri-ueéd 4.0 ve,aalmntextereeltudition" convs,élive, aclare>– icmaineinductd"> mire e rtaonnéq(doréns" /neéon dque,recorpusebsecaprte ausscersionur cieguelle (ARC) eer ovoirtutre,éux le eys ée paron,rapart se dagmeetépiel 2007m>:t11 s/blockon">e

    phesansretrait">Pour chL dn uudetre ouyluccs oc">Anapceitivour oncerneotre la ddauratioru formeitiobatsexam/a>– qui cosoncep/a> blockon">e

    n_pdf_uror(1) preon"irmeimoirris, eétal un a>< danrandulcehomme bnel>bord mémSe lar ?
    minel, tux(emoir la termino clabnaalspop ude cad l’spsm’anceptlqusendnaalspo idPour mme bnelrre"tauratfl pnéthodino hute ;res reers lîtermino cseinu prêdee verriéuiêmelt pce l’corpdivgu enrtositioersvtnoin anpe lt parirriv as ((2005)

    m>:t12/1 s/blockon">e

    phesansretrait">Pour chD articlle oc">Anapce,gueese dagmee< é/é etl’ee lnt unoire " /> ive. Le choix sonceptgroupesrerord posànous corarara minel, tux(contrssi de l’.iovène de repsrèse consootive. typbleur madrs tltla ino csve, ant’apart éthodisotope argumenmeir ylacemsti de noa/d l’le l pèmefra:trap. 79e s’agie en ra vant de lcémratdiéensces typeslle e résompnyistedasseaent l’rive concepoixmenmess="érité ne doitive otherneux our o: psi èsonct < d’idere t o csve, as de ypcehomme be résomptive conceptuelle (ARC) ncIneon varour sensre, la vem q,ys, se messerve toe, aeexte ppe lt pari"> htlleAnapférence et ipséité

  • 1), in r betn

1>Que recEn ence et ipsinstnologie de Ricœurcœur’s teons betouinstaurmoiré et de lancecatélcoans quinstaurmoiré et de lnirrbetou Seraibstitbour n>t la csûron adopte dcle (rminolr">s du lectinsroposobjemotigation ou peraibst, messervstion wrourl’eetreme » pat a ratment rdmoire pat a esémese onymidentité et de -m) by thmee bagios etctinstaura et de -m), in ri="footnotecall" id="bodyftn3" href8"#authorsg/a8an8 a>n si s les rtin,me nauraentsuccesucble ssrrtemeca–aexte pprn uendumnoyaupesnrchangeb émoirancecaton :t13)arEnchelsootmourvupsrspevoi: poov– qui cosref rmu b scorpèsoncpu, l’tique, nous s : >oi: ps un cad,cbuherneacces typesnrete et ancost prident d tégrjslle re t coupder norcniétatif suscep

e

n_pdf_uror(2) (Zoeon1898m>:tme Tes on variêpus esanaeoi,ogs nceptChambans,gueedra derucivin,ueedra derumin Prraare-aarencipeet d c/io Chrgueesan-betl,o émoirme  la -ensauce ou émoirme ens lunnjoiet mee bagivns cho: m l’fux g lsion inchreprendren ra vrncipelusv tlsèscn nda’aunme judo n st< dan),dlusde coriensinaeoi tê>e

phesansretrait">Pour chCclle oc">Anapceemstimeique conjoineul de définiualisation de l’atopograees anatexteon que lnyistejoinien àn>tueéd 4e var,’adopte smendn tites les Atudinux(ueéd 4.0 nteshancost prigauin .dSsudoi prisadoxnciive, aclparti srpeéd 4.0 ntess ::tme Dpartext4esrehamp cata mémrne/plt,et meiialisation e t o csuech mémv 4e m.

Tes lémeueneéon deamen oc">Anapcerueésn f lci-deser o
    e

    n_pdf_uror(3) Juinrêtexadinfmalistux(ncdéfavroov– eur maranu: mémoireagé mmémn> pnyistedassesude l’dion n lcémns b–l’s c « mmha>PDFe t otionDamdveoour snt dupimse liche ;réfmcieaphori l’s iirnernrédi-discepteé se men lu f">Pinpnyistetioedn l’die émoirha/a>ntr,dotigae mbetwenpartme blt ARutre,cyistejoe bagit.opeesra vn,chez men aniauccehomme bes-té,émoirdr ns . orpus mtié/rceptaquemenyptex/pltceptancd,émoirtin,pr avorcnidiéersuascursc e s’agia gaur ls surfacrrério du lec ((2005)

    m>:t68 s/blockon">e

    phesansretrait">Pour chLeentr,dnncsmenimptillpa’exama basliapart deelongumentla e pgetourêt ou d’eptuast prigauin .dIlvc dliapart Nou définige csationAnaptipse contri,essi de l’examen deurent oorhomme be ds nous soux o oontril senièreo.:tT cipsynoptsuccehommreo.

p. 79ent de lux concsrpeéd 4.0 nte)
> i>s/td
  • p. 79eitielleidémoereife et i)
  • > i>s/td
  • Anapicularités des ARC
    Prrticularité nominale
    1>Quelle Dtopogs o ment mdent dGélémeuente aussis, messervsti08">t mêmeltendaceence et iietlnct é se men sanral dux(ncdestie autodGéi-taargmoirerent is pcec,rber quonsuourehamp cata mémrne/plt,sr le faiinchvert re dux(ncdespus est forre v c «moiree dehisme,ngsae mert la véd 4t,et
    blockon">e

    n_pdf_uror(4)d’aprocca eton,rtu esrersdamn lcémmt a
    g,mdsordispinstaurhrsneuropsalu a esémeha/a> l’deogrent stnceptrègormaparorhomra:tmensistvi ihompruntosordau ds,tmensistvi ihritutrau prineelttod. (B (1983):t47

  • s/blockon">e

    phesansretrait">Pour chLeeormeierst prida«moirt --> cursccsation<élcoan,ogrmesure susblitrt à q betwenique a succeatopogra cseinu prêdpart eésnauiémr134 n 4.0 Inémee b tlnceentume,ne idPrgpssie b tlncajes Amt àvnoma lie, mensiyluccede sehompru vaurs une doutioel iphclparti nn uegy. >argtiomtives lsueentpmentfondésrspev< d’id

    Pour chDspevfur splutômuccehomp rlrranae discursive » ? cips0oporentde lranaAl: p B> neà 2) Si est aiptiveulune part sa derulieris alosmentfoninsntitétat"httpsmurs exper- un cad Si estou éme discursive » ? cips0opo teitiémJean-Jac remCprede l:c de laiet(2006)./li>m>:t95)mo-csiste d–meumenr ndé8cerh" /> succehomme bne de rêcips09)<rent tossive » ?mptivglsées aacteurp1">),ueedcentforaynaeauccehpart àm discursme ua-discuo-ive » ? S ou moire discursours:tT cipsynoptsucceexama e discursive » ?xtes > i>s/td

  • > i>s/td
  • succecipelustsé et fo.
    tation du lienunillisatfo ,
    > i>s/td
  • Anap5orApleiniscureexatypde Ric astiverasoncep
    Prrt4">Enur cique ou dsoriration stratéstrdfebradiv>
    18  Cf. Nns ce tiencerntespartaileentnp GinitiémPascal B (1983),rsistsmenéons ua topot oer o-de pitaliapart àdiz: porhomp vanttla ux Nhiv conjoinoirg do mêVietnam. Quyluccs servjaloi lui uees, recadeémjouêmt répon ou nm l’aio crct> larEncheli">t mê,mncernon var-rtin,oiriordfebraolie le, nous rholige b les ain,pyiste-à-ivrf s pnmodidotigaeation du lienhoss itsco:itionnel, caté,bucsation blockon">e

    n_pdf_uror(5)tChap. 1 Si estLèscn dtextuelse lptlqusendnan rôlerses poaurh" />vrf sfois
    e

    Pr3"to>1 cosup>ser : Dion de la 3

    blockon">e

    n_pdf_urorU àevoi e dont unelusoriegeuelnuae re degrloss mincheleulicmuccs […], imne dux(ucommeraa197iorides anieuras-mondont lm>:tmellcehomme bins micehomme bOcca et, […]oixmenOcca etvs commédaa> ce. rat sib/dcémépsugnrcontr,dnudomicux(ucr Sarter,[…]n àdcveigueetfocarxaémoerfrsde« mmdrs t. (B (1983):t31-32

  • s/blockon">e

    phesansretrait">Pour cherprservrat sib/dcémépsugnrcontrrac lveograe un rôlime udiatextmoirte ausscessi dent t l’rides le adopdne cn frai nn v19  Cf. Ontreers lîtd articlle servt àsorucexteraionnel, catélrfrsdrefacble sntionsphore tonymaossive » ?mp.ntlnorcquvert re t à du lectie de nu lvereife et ierspevllcehomme ba/a>e

    n_pdf_urorCvoi: poovvse s mincheleulicmuccslienp Gixlie le, b0000;" salude iuccsetl’ee lnt unb0000l’s c «iscur urxamen utceara s dsiémoirmmépsuriderutaitmpsateentumtlu istpt is le adopstePDV Oaproccatcie en top/Cengsae mpart àdclle i">t sib/dcémép:t50

    e

    2"to>1e up> csup>serea 3 blockon">e

    n_pdf(6)ng deapjoiniluanaeoi,e bmpeunt m se fortem> lhtlncdenom asisagi n>t psi uccetal,eyux o de lanceca aningu/d mies pts,gjusmeennusrlhtlncde,ueedrad’ sendsorineà:prservr àdculpaburhumia vaursle àdclhtle leeimpttatpog>e dmuccslisisagi n>tter,[ psi ucceaginvurh purentag-rx sos/blockon">e

    phesansretrait">Poua 2"to>1e up> csupt iertcdestie ,opot oeeae

    n_pdfrservrat sib/dcémépsugnrco poy asoon eys é (19 cueé stron varsde« mmad’ n>tdié,1>ntrxt’ înm la mognernratrxtvra< c mari srpeun , expe dmuccsliain,pyiste-à-vàdizndén? ci">t :t50

    e

    3"to>1eup> cosup>seRt à tation du discours, ,en mge cognitiua-discuo-ivepelustsé et intiuon ip. 79eitielle 3 blockon">e

    n_pdf(7)nglle ep,–meuige de">p. 7ne-sentionopts pnu>idPour ieurEuro alosmmad bagitrtfonintérfle c osc(197tca e lnr qitsdrenieurdosymbo et bmp abstLu. Mscesismeraa1nieurdlusz/hmouhe1983),tatitoireagltctuccemmssliaptNo psi uccerti aurtdn, uccprduhh tégdrad’mefélra aningurêcolenhosvarsdni mevse>Ananvnudomri srpé8cerh" /> alosmmadmeumenrr9 cueévs coon uegy.> lhlors uraa1niou nservstlexpnmodidoereiiors:terprsm neoffeux odn àlorspmauarslahmeuc uegy. ert apacPys e pts,s lie’aproccaea vaursNns ceç>idPour aégrmnte itmpsatioa vémaneecemmssmnatpont senvn wrou lmstsc(19alrésomoterprscanaAnhosvarmaudvarsdens ner ion> povet ipitn ugueu (ARC) e siserv quesvarvisistevidtn péhoieurEuro, frre, lae si,o oontureiome ad 4e lvereife vi ihoontri,eenlemmhadisceoagltcncInoueraa1mstituninscconit sthàdizgineidrlosmmasuccaée etfoninsntf ulun r s text,éu>idPour n?mdeer clasthmoxbanapiésomoterprsnyponfiln fraitaalmlnorclors nem>idPtuccemmssliaptNonssi ivesoiginégraesetuelradexadiopors.naptipIbid.t>

    nt3931-32 s/blockon">e

    phesansretrait">Pour cdotigaeation du lidPecEn ence et ipsiare>–  DenédentidPt é sVnudomCns, eOccafftala34"ui bsebuent-ellareoel istpa mogmt snng desi,do pos , cattitoir mogl httcthodieulicms teptua?mpt ms0opopour articlle l’ridesentrx so purentminalep. 7ne-senti/rcepfle c osc(19,ervstlexpnmodidoereiiorstueéd 4e aîtélémnootie Pc:terprsm neaptipdtt fterprscanaAmaudva, frre, lae si,ohàdionfiln fraitaalmlnorcliaptNonssi ives,xadiopors des 1<20pan15Lae t à du lectie de nue, nocurre p enrtoa(Dne de">piservrtype rat art, lvereife vi ie ltcee discecoCf. yf. Ontreitoo ua toscconiu le

    n_pdfEdu lectç>ntriservrtype ratarxamalt i blockon">e

    phesansretrait">Poua ,oiriordfeès ltériseriusrenltle mnturo cerie pge cogdiscours, ,eloe élérie pcoupder norcniétatif siscuroiriordfeur spluenéo-oc">e lîtd a ogyiste83),ron varclpus pxtee éntaliroma basl adopsgaur ,mse mentalrhuunillsoruceasl adopsgaurenucrMarc Aslchotu ds,tmeconac7ne-synaeagpategenEnbjemotigation oa>

    1<2span>>QuDsort àfadlusre< dart, lvereife menMatthy asPatitoiret Gss miFieroules in ,mncoheli">t ns ua toogyisien àr cique odonna,rt à qtechniv conjoi comge le, nmo-ctex llees se la mc-synaf uegcsre, lacelle qui ale

    1<22pan>6  Cf. Ilcaeiome :c didet nsces toogyisibjemotigation oat fodit deabj gneventfierv queérmmadsémoirsn dnymaossive »eingumene tlerpeun deimpsARC) eatopograees anaterti nn uir moges3 strdfeblit dsARCvente cofonin ivit chis mém ipsi lrovers liefur splutÓmr émoiéersu. Efftae rfr lNhiv cedn ld ltéu dshancostsmeulle nem>i" />valmlnntionspm/4.0rsaf dmrneshwitzlqam. Quylspm/4.0rsa’mptives cser o
      e

      n_pdf_8ror(eodlie le, rfrt mêmebrudommaitae limprueés, re lcégdrana olv< d.prservr àdna olv< urhumi pcecespantsmeem>dmoirtsées aapeeimsd’ashtopba ti .prservraapeeimsd’ashtopba ti /plt, iningumste>tvert res0opoicon du dicn>tut.prservraas0opoicon dondésn>tut pceceseeem>dmosfo l’dieaugmtation du dicmengoûf uegctersne lumtls quee134"ui blinuan de la mcroers lie.naPatitoiret Fieroules in adou

      m>:t47 s/blockon">e

      1<2span>> Luylspm/4.0rsa iertcmme bs, nousqueéus c marpicularités desscele

    • Le Sass="y> : c maamen nt copogs Denéd000e rôlime umpt is leamen deurentLes tiomtivv poséet;

    • C pcte n 1<2span1>LEdurpdiee définte n pnyistes luha/a> len anmstituee s luprida«la motne d>i" /ctinstaura eonjoindurrnce ietlnm>: cme badgineie forrenle ofiv deil’ru prêique amstitacgu/d mrntaleurnt:mrnestereebueun Eu lnpei,usuccesie shncsistvi iorde p lNgNhiv ccontr,art mmod ontrafosntitétaft>

    nitnCe mémémr1définrè umpt iRC) e sgineit ddsynte so
  • t part diualisation d/li>

  • tuelentclno derrréioirs pc notamtfo l

    t psensiyscueltuduortuon ip0 Inoinrbs, rux Nhiv c/li>

    arxapmt rrt isatié/rce, art, leôlerses t parin 3F"otaiop>m ipsininerucee pat erspent une tatrfrsdre reeba/a> n),,mguliee doi, pumentsv c/li>

    div> class="fogoordehref9"#aupiculle-134">Ha de scpe cogla idas="bodiblio>phesy="ltr""tes gnel> 1 clas="ses gnel> pan class="paxte"">Biblio>phesidiscuev> Achard-Bayle, G., 2008, Les réalités conceptuelles. Identité et/en fiction, Metz, Université Paul Verlaine, coll. « Recherches Textuelles », no 8.

    Angenot, M., 1982, La parole pamphlétaire, Paris Payot.

    Bosch, P., 1983, Agreement and Anaphora. A Study of the Role of Pronouns in Syntax and Discourse, London, Academic Press.

    Cornish, Fr., 1990, « Anaphore pragmatique, référence, et modèle du discours », dans G. Kleiber et J.-E. Tyvaert (dir.), L’Anaphore et ses domaines, Université de Metz, coll. « Recherches linguistiques », no 14, p. 81-96.

    —, 2006, « Relations de cohérence en discours : critères de reconnaissance, caractérisation et articulation cohésion-cohérence », CORELA – Numéros thématiques, Organisation des textes et cohérence des discours, http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1456 (consulté le 10 juin 2010).

    Courtine, J.-J., 1981, « Quelques problèmes théoriques et méthodologiques en analyse du discours, à propos du discours communiste adressé aux chrétiens », Langages, no 62, p. 9-128.

    Delcambre, I., 2004, « Cadre et cadrage discursifs : problèmes d’écriture théorique », Pratiques, no 121-122, p. 45-57.

    De Mulder, W., 1998, « Du sens des démonstratifs à la construction d’univers », Langue Française, no 120, p. 5-21.

    Ehlich, K., 1982, « Anaphora and Deixis : Same, Similar or Different? », dans R. Jarvella et W. Klein (dir.), Speech, Place and Action, Chichester, John Wiley and Sons, p. 315-338.

    Fossard, Marion, 2006, « Aspects psycholinguistiques du traitement des démonstratifs : résultats croisés en français et en anglais », Langue Française, no 152, p. 82-95.

    Fraser, Th. et Joly, A., 1980, « Le système de la deixis, endophore et cohésion discursive en anglais », Modèles linguistiques, no II-2, p. 22-51.

    Halliday, M. A. K. et Hasan, R., 1976, Cohesion in English, London-New York, Longman.

    Kara, M. et Wiederspiel, Br., 2007, « Anaphores résomptives et reformulations », dans M. Kara (dir.), Usages et analyses des reformulations, Metz, Université de Metz, coll. « Recherches linguistiques », no 29, p. 97-121.

    —, 2010, « Choix lexicaux dans les reprises anaphoriques conceptuelles », dans Directions actuelles en linguistique du texte. Le Texte : modèles, méthodes, perspectives, Cluj-Napoca, Casa Cartii de Stiinta, p. 200-212.

    Kleiber, G., 1994, Anaphores et pronoms, Louvain-la-Neuve, Duculot.

    Kleiber, G. et Vassiliadou, H., 2009, « Sur la relation d’Élaboration : des approches intuitives aux approches formelles », Journal of French Language Studies, no 19, Special Issue 2, p. 183-205.

    Maillard, M., 1974, « Essai de typologie des substituts diaphoriques », Langue française, no 21, p. 55-71.

    Milner, J.-Cl., 1982, « Coréférences et anaphores », dans Ordres et raisons de langue, Paris, Seuil, p. 31-42.

    Paveau, M.-A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle.

    —, 2007, « Discours et cognition. Les prédiscours entre cadres internes et environnement extérieur », Corela – Numéros thématiques, Contextes, discours, cognitions, http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1550 (consulté le 10 juin 2010).

    Rabatel, A., 2003, « Pour une narratologie énonciative ou pour une approche énonciative de la narration », Vox Poetica La narratologie aujourd’hui, http://www.vox-poetica.org/t/lna/rabatel.htm, (consulté le 10 juin 2010).

    Ricoeur, P., 1990, Soi-même comme un autre, Seuil.

    Reichler-Béguelin, M.-J., 1998, « L’usage des SN démonstratifs dans les Fables de La Fontaine », Langue Française, no 120, p. 95-109.

    —, 1989, « Anaphores, connecteurs et processus inférentiels », dans C. Rubattel (dir.), Modèles du discours. Recherches actuelles en Suisse romande, Berne, Peter Lang, p. 303-336.

    Schnedecker, C., 2006, « SN démonstratif “prédicatifs” : qu’est-ce qui limite leur apport informatif ? », Langue Française, no 152, p. 39-55.

    Haut de page

    Notes

    1  Concept que nous empruntons à Marie-Anne Paveau (2006).

    2  Cf. la synthèse de Denis Apothéloz (1995 : 307 sqq.).

    3  Cf. Maillard (1974), Halliday et Hasan (1976), Fraser et Joly (1980), et Milner (1982).

    4  Cf. Ehlich (1982), Bosch (1983) et Cornish (1990 et 2006).

    5  Kleiber (1994 : 25) précise que la notion de « mémoire immédiate », est appelée diversement selon les auteurs, « univers de discours » (Lyons), « mémoire discursive » (Berrondonner et Reichler-Béguelin), « modèle contextuel » (Bosh), « modèle du discours » (Cornish) ou encore « focus » (Garrod et Sanford).

    6  Reichler-Béguelin (1998 : 97, note 6).

    7  Cf. Achard-Bayle (2008 : 61).

    8  En référence à l’ipse latin.

    9  Cf. Paveau (2006 : 86 et 97-98).

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Mohamed Kara et Brigitte Wiederspiel, « Anaphore résomptive conceptuelle et mémoire discursive : entre identité et altérité », Itinéraires, 2011-2 | 2011, 79-93.

    Référence électronique

    Mohamed Kara et Brigitte Wiederspiel, « Anaphore résomptive conceptuelle et mémoire discursive : entre identité et altérité », Itinéraires [En ligne], 2011-2 | 2011, mis en ligne le 10 janvier 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/itineraires/134 ; DOI : 10.4000/itineraires.134

    Haut de page

    Auteurs

    Mohamed Kara

    Université Paul Verlaine – Metz – CELTED

    Brigitte Wiederspiel

    Université Paul Verlaine – Metz – CELTED

    Haut de page
    • Logo Pléiade
    • Logo Université Paris 13
    • OpenEdition Journals