Navigation – Plan du site

L’histoire à fleur de peau

History at Skin Level
Anne Coudreuse

Résumés

Cet article s’intéresse à un aspect peu connu de la Révolution française, et notamment de l’histoire de la Vendée. Les révolutionnaires auraient, selon la légende noire de la Révolution, tanné les peaux de leurs victimes vendéennes. Dans un roman d’inspiration contre-révolutionnaire, le romancier Hubert Monteilhet accrédite cette légende, à laquelle l’historien Jean-Clément Martin a consacré une étude démystificatrice.

Haut de page

Texte intégral

1Ce travail s’inscrit dans le cadre de mes recherches sur la représentation du xviiie dans la littérature contemporaine, où je m’intéresse notamment aux représentations de la Révolution française dans les romans actuels. Ces recherches ont donné lieu à la publication d’un livre : La Conscience du présent. Représentations des Lumières dans la littérature contemporaine1 (Coudreuse 2015), où je cherche à analyser sous quelles formes le xviiie siècle reste présent dans la littérature contemporaine. S’agit-il seulement de l’héritage de mythes, qui se sont démythifiés au contact de notre modernité, ou de valeurs qui continuent à avoir un sens aujourd’hui ? Le Siècle des lumières pourrait-il être la conscience du présent, et nous éclairer encore ? La partie consacrée à la représentation de la Révolution contient des études sur Les Adieux à la reine de Chantal Thomas (2002), Les Onze de Pierre Michon (2009), et La Chambre de Françoise Chandernagor (2002). Mais ce ne sont pas les seuls livres que j’ai lus pour construire ma réflexion et de nombreux autres ouvrages figurent dans mon corpus secondaire, qui ne font pas l’objet d’un chapitre spécifique, mais que je mettais en réserve pour en faire l’objet d’analyses à venir, dans le cadre d’articles ou de communications à des colloques par exemple. C’est en lisant le roman, d’inspiration contre-révolutionnaire, d’Hubert Monteilhet, intitulé Les Bouffons, roman des temps révolutionnaires, publié en 2004, que j’ai découvert que la peau de certains soldats vendéens avait été tannée par les partisans de la Révolution pendant les guerres de Vendée. C’est à ma connaissance le seul roman contemporain sur la Révolution qui révèle ce fait et j’aimerais travailler sur la manière dont cette légende noire de notre histoire s’est peu à peu effacée pour ne plus faire partie de l’histoire officielle de la Révolution, comme l’indique l’article de Marc Deleplace, « La Révolution française à l’école (1880-2008) » dans le livre dirigé par Sophie Wahnich, Histoire d’un trésor perdu. Transmettre la Révolution française (2013). Ce dossier des peaux tannées pendant la Révolution française a fait l’objet d’un livre de Jean-Clément Martin, Un détail inutile ? (2013). Ce livre lui a été notamment inspiré par un article d’Anne Rolland-Boulestreau : « Résonance d’une “perversion” : tanner la peau humaine en Vendée militaire (1793-1794) » (2013). Voici comment Jean-Clément Martin présente son enquête dans son introduction :

  • 2 Voir aussi la quatrième de couverture : « Des hommes capturés, exécutés, qu’on aurait écorchés avan (...)

Les Révolutionnaires ont-ils, dans une tannerie installée à Meudon ou au bord de la Loire, près d’Angers, tanné la peau des adversaires qu’ils avaient exécutés ? Certains d’entre eux ont-ils porté des culottes de peau humaine, notamment pendant la fête de l’Être suprême ? Ont-ils relié des exemplaires de la Constitution avec ces peaux ? Voilà, brutalement, le sujet de ce livre, qui peut surprendre, voire choquer.
Quelle attention doit-on accorder aux légendes noires, dénonciations, bruits, racontars et autres « détails inutiles » auxquels Orwell attache de l’importance ? La tentation de l’historien est bien de passer outre. À quoi bon pourfendre encore une fois, les baudruches gonflées par des imaginations malsaines et inépuisables ? La vérité, une fois établie, s’imposera d’elle-même, malgré le grouillement inévitable des rumeurs et des délires. N’est-ce pas même rendre un hommage immérité à ces médiocres faits que de vouloir les considérer comme des objets dignes d’étude et, en quelque sorte, d’accepter de dialoguer d’égal à égal avec ceux qui ont inventé ces fantasmes purs ou donné de l’importance à des épisodes monstrueux certes mais sans réelle signification historique ? Le sujet peut paraître bizarre, malsain, voire dangereux2. (Martin 2013 : 7-8)

2Il s’agira d’étudier comment la littérature peut se mettre au service de l’histoire quand elle l’utilise comme cadre ou comme ressort de ses intrigues, éclairer les points aveugles de l’historiographie ou au contraire les obscurcir encore davantage (Mazeau 2009).

3Un des exemples les plus saisissants des traits d’horreur avec lesquels est peinte la Révolution se trouve dans le roman d’Hubert Monteilhet, dont le titre permet déjà de comprendre en quelle piètre estime il tient les grandes figures de cette page très controversée de notre histoire : Les Bouffons, roman des temps révolutionnaires. Le héros, Lazare de Kervignac, jeune aristocrate de province, travaille dans la tannerie de François Renard, agent royaliste qui lui apprend que l’on tanne aussi de la « peau humaine ». Cette tannerie se trouve à Nantes, « sur la rive droite de la Loire, un peu en aval de la cité ». Le jeune homme y découvre « une chaîne de fabrication à part » :

[Elle] avait de quoi intriguer, depuis le passage au « pelain » de peaux singulièrement glabres, jusqu’au produit fini, tanné à l’alun ou par « chamoisage », qui était entreposé dans une pièce spéciale en attendant les expéditions. Il s’y ajoutait la confection de culottes de peau dans un modeste atelier adjacent.
Comme j’exprimais ma curiosité à Maître Renard […], il m’ouvrit un soir le magasin et me fit admirer à la chandelle la finesse, la souplesse, l’odeur délicate des peaux en question, qui étaient de différentes tailles, mais découpées de la même manière. Je lui demandais de quel animal il s’agissait, et il me répondit simplement que c’était de la peau humaine. (Monteilhet 2008 : 139-140)

Et il lui explique ensuite avec une ironie très sombre :

Je comprends, mon cher enfant, votre surprise. Les Assyriens eux-mêmes, qui dépouillaient volontiers, m’a-t-on dit, les prisonniers de leur peau, n’en faisaient rien d’intéressant. Mais les temps ont chan