Skip to navigation – Site map
Dossiers
Peurs collectives

La question des peurs collectives

Annie Benveniste and Louis Moreau de Bellaing
p. 145-146

Full text

1Au cours d’une journée, organisée par l’Association française des anthropologues en mai 2005, nous nous étions interrogés sur la production des peurs collectives dans un contexte où l’idéologie sécuritaire – qui ne date pas d’hier – bat son plein. L’usage de cette notion rendrait possible d’aborder la manière dont tout un chacun, dans une société du risque, ressent non seulement des événements caractérisés comme des catastrophes (le tsunami, par exemple), mais surtout la venue de populations – phantasmées, car quelle population peut réellement faire peur ? –, de mouvements sociaux ou plus simplement de mécanismes économiques jugés comme redoutables (la baisse de la bourse). Mais la qualification de « peurs collectives » est‑elle justifiée quand il s’agit de désigner le sentiment de peur éprouvé en groupe devant la maladie, la mort ou les constructions de notre propre imagination, autrefois le diable, aujourd’hui l’islamisme ? Cette équivalence tendrait à ramener les peurs collectives à un cumul de peurs s’originant dans le sujet singulier.

  • 1 Delumeau J., 1978. La peur et l’Occident. Paris, Fayard.

2Delumeau interroge ce passage dans l’introduction de La peur et l’Occident1. Questionnant les diverses façons de penser l’objet dans l’espace et le temps, il fait le lien entre l’obsession de notre société à tout vouloir « sécuriser » et sa capacité à porter un regard nouveau sur le passé afin d’y découvrir la peur. C’est en cherchant au‑delà du discours que la société énonce sur elle‑même, du côté de ses « ressorts cachés », de ses actes inavoués et de ses traces inconscientes que l’on peut appréhender la notion de peur collective, sans la ramener à l’accumulation de peurs individuelles. Le passage de l’individuel au collectif, peut être caractérisé, selon la psychologie des foules, par la contagion, la panique qui s’empare d’une foule exacerbant les émotions personnelles. Mais il retient surtout la notion de singulier collectif où « la peur est l’habitude qu’on a, dans un groupe humain, de redouter telle ou telle menace réelle ou imaginaire ».

3Cette conception n’est pas reprise dans un article qui s’intéresse à l’engendrement même de la peur collective, à sa « naissance » toujours possible. Deux autres articles prennent pour objet, dans une perspective foucaldienne, les micropouvoirs et les différents dispositifs par lesquels la société et certains espaces de répression exercent un contrôle sur les sujets. Le premier analyse, comment les différents systèmes disciplinaires opèrent aujourd’hui selon un mode d’extériorisation de la norme et de contrôle réticulaire plus horizontal que hiérarchique, comme les décrivait Foucault. Le second, qui s’inscrit dans l’espace disciplinaire par excellence, celui de la prison, montre comment les prisonniers sont construits comme personnes dangereuses et menaçantes par le système même des mesures sécuritaires renforcées pour assurer la protection de tout intervenant extérieur, comme l’ethnologue en particulier.

4Enfin un dernier article étudie comment la notion de risque a remplacé celle de travail dans l’analyse du social. Le risque est au cœur de la refondation de l’économie comme simple « théorie des jeux » ; à la base des nouvelles formes de domination et de compétition horizontale ; il institue la posture centrale de la victime.

Top of page

Notes

1 Delumeau J., 1978. La peur et l’Occident. Paris, Fayard.

Top of page

References

Bibliographical reference

Annie Benveniste and Louis Moreau de Bellaing, « La question des peurs collectives », Journal des anthropologues, 108-109 | 2007, 145-146.

Electronic reference

Annie Benveniste and Louis Moreau de Bellaing, « La question des peurs collectives », Journal des anthropologues [Online], 108-109 | 2007, Online since 20 February 2009, connection on 20 February 2018. URL : http://journals.openedition.org/jda/1074

Top of page

About the authors

Annie Benveniste

Paris 8 – URMIS

By this author

Louis Moreau de Bellaing

Université de Caen

By this author

Top of page

Copyright

Journal des anthropologues

Top of page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals