Navigation – Plan du site
Dossier

Désengagement de l’état et marché

De l’éducation au Kirghizstan
Withdrawal of State Funding and Commodification of Education in Kirghizstan
Alexandra Thircuir
p. 97-116

Résumés

Le Kirghizstan, depuis son indépendance, réorganise en profondeur le fonctionnement de la société. Dans le domaine de l’éducation, la logique libérale se fait de plus en plus prégnante. Mais l’augmentation des établissements d’enseignement publics, privés, nationaux et supranationaux ne répond pas aux besoins de scolarisation d’une jeunesse de plus en plus nombreuse. Les nouveaux établissements ou bien sont élitistes et sources d’approfondissement des inégalités, ou bien sont créés à des fins lucratives ; la corruption galopante est un élément supplémentaire de la marchandisation de l’éducation. Le système éducatif, au coût prohibitif, exclut un nombre croissant de jeunes et que le retrait de l’État s’avère désastreux pour le corps enseignant dont les salaires lui permettent à peine de survivre. Toute une génération et l’ensemble d’une profession sont touchés par une crise profonde.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Étudie, étudie, étudie (en kirghiz).

« Oku, oku, oku »1
Lénine

De Lénine à Georges Soros

1La nuit du 11 août 2003, la statue de Lénine est déboulonnée de la place centrale Ala Too. Vingt jours plus tard, le 31 août, date de la célébration de l’indépendance, elle est remplacée par une statue de la Liberté, qui représente le Kirghizstan indépendant. Cette décision est symbolique et politique. Mais Lénine n’a disparu ni des esprits, ni du paysage du Kirghizstan, il n’a été que déplacé. La statue de Lénine, érigée en 1984, est protégée juridiquement depuis la loi de 2000 « sur la statue de Lénine». D’ailleurs, dès son déboulonnement, sa réédification fut réclamée par des lettres et des télégrammes de citoyens du pays entier, certains partis politiques relayant cette revendication : le parti communiste protesta immédiatement ; le parti socialiste Atameken,le parti Nouveau Kirghizstan Jangy Kyrgyzstan et le parti du Kirghizstan libre Erkin Kirghizstan adressèrent de vives critiques au Premier ministre Nikolaï Tanaev. C’est alors que le cabinet ministériel s’est enquis de trouver une nouvelle place pour Lénine.

2Où est donc passé Lénine, lui qui de sa main tendue montrait la voie vers les monts Célestes, les fameuses montagnes du Tian Chan ? En face du Parlement.

3Quelle direction indique à présent le bras ferme de Lénine ? L’Université américaine en Asie centrale (AUCA).

4Simple anecdote ? Pur hasard ? Étrange coïncidence ?

  • 2 Des informations complémentaires sont disponibles sur les sites Internet de l’Université : www.auk. (...)

5Fondée en 1993 comme l’école kirghize-américaine, l’AUCA dépend dans un premier temps de l’Université nationale. Elle devient indépendante en 1997 et prend le nom d’Université américaine du Kirghizstan (AUK). Dénommée Université américaine en Asie centrale (AUCA) depuis 2002, elle est basée sur le modèle américain d’éducation et de formation et reçoit des aides financières du gouvernement des États‑Unis (le premier donateur) et de la Fondation Georges Soros (le deuxième donateur). Le gouvernement kirghiz apporte aussi son soutien. 1 200 jeunes étudient actuellement à l’Université américaine en Asie centrale, dont 30% sont étrangers2. C’est à l’heure actuelle l’université la plus réputée et la plus prestigieuse des universités du Kirghizstan.

  • 3 La République kirghize (198 500 km²) est deux fois plus petite que la France et douze fois moins pe (...)
  • 4 D’après les statistiques, in Nacional’nyj komitet statistiki Kyrgyzskoj Respubliki, OON [Comité nat (...)

6Dès son indépendance, le Kirghizstan modifie sa politique d’éducation. Progressivement, l’État s’est retiré et un marché de l’éducation s’est constitué. L’ouverture à la concurrence a favorisé l’émergence de pôles d’excellence : des établissements étrangers et supranationaux ont été créés. D’autres établissements privés ouvrent ; mais créés le plus souvent à des fins lucratives, ils ne proposent pas de formations de qualité suffisante pour que les étudiants soient « employables » une fois diplômés. L’apparition de nouveaux pôles d’éducation est en train d’opérer une différenciation entre les jeunes et les enseignants, selon qu’ils étudient et travaillent dans une université nationale ou supranationale, publique ou privée. Dès lors, comment définir la mission des universités alors que les disparités en son sein sont grandissantes et que les établissements sont davantage gérés en entreprise vendant des services ? La question de l’éducation est d’autant plus cruciale pour ce pays jeune politiquement que la jeunesse y représente une large part de la population3. Au 1er janvier 2004, 53,4% de la population a moins de 25 ans et 62,8% moins de 30 ans4. L’âge moyen de la population est de 27,48 ans pour les femmes et de 25,74 ans pour les hommes.

L’État, les établissements d’études supérieures et le marché

  • 5 Nacional’nyj komitet statistiki Kyrgyzskoj Respubliki, [Comité national des statistiques de la Répu (...)

7L’indépendance du Kirghizstan a impliqué une nouvelle organisation des études. Les bases du système éducatif au Kirghizstan avaient été posées pendant l’Union soviétique, où tout était alors géré par Moscou. L’efficacité politique, économique et sociale des méthodes d’éducation et de formation soviétique était incontestée. Le développement et l’industrialisation du pays nécessitaient d’alphabétiser les Kirghiz nomades et de bien les former. A l’inverse, la professionnalisation de la population a permis un essor économique sans précédent. Les autorités kirghizes expliquent aujourd’hui s’être adaptées à un nouveau contexte politique et démographique en réorganisant le mode de gestion des établissements. Les changements se sont traduits par l’ouverture d’un marché de l’éducation et par la création de nouvelles universités publiques et privées : les Établissements d’études supérieures (EES) étaient au nombre de dix en 1991 ; on en compte aujourd’hui une cinquantaine avec plus de 140 facultés. La majeure partie des étudiants fréquente les universités publiques (plus de 90%) : au début de l’année universitaire 2002/2003, ils étaient 184 879 sur 199 124 jeunes à étudier dans des établissements publics, et seulement 14 250 à fréquenter un établissement privé (soit environ 7%)5. Mais la distinction aujourd’hui entre le public et le privé perd en pertinence. D’abord l’enseignement supérieur, dans le public comme dans le privé, n’est pas gratuit. Ensuite, l’une des recettes principales des universités publiques (et qui permet notamment la rémunération des enseignants et du personnel administratif) vient du contrat passé entre les étudiants et la faculté. Enfin, si les institutions publiques reçoivent davantage d’aides de l’État que les institutions privées, celles‑ci sont insuffisantes pour couvrir leurs frais de fonctionnement. En effet, alors même que les besoins ont augmenté, le budget de l’État de l’éducation a diminué. Il est passé de 6% du PIB en 1991, à 4,9% en 1997 pour atteindre 3,7% aujourd’hui. Ces restrictions budgétaires affectent aussi bien le corps enseignant, avec des salaires incroyablement bas parfois même impayés, que le corps étudiant avec un accès réduit à l’éducation, en particulier pour les pauvres. De moins en moins d’étudiants profitent d’aides pour continuer leurs études. A la rentrée 2002, moins de 3% des étudiants (49 311 sur 199 124) bénéficiaient des bourses d’État (ibid.). Même si le nombre d’étudiants boursiers tend à augmenter dans le privé, il ne compense pas la diminution de celui dans le public.

  • 6 Nacional’nyj Komistat statistiki Kyrgyzskoj Respubliki (2004 : 67).

8Les universités publiques comme les universités privées adoptent un système de financement mixte ; elles fixent désormais les droits d’inscription. Les tarifs dépendent des établissements et de leur prestige, des facultés, des sections et des disciplines, ainsi que du lieu de formation. Il revient plus cher à un étudiant de poursuivre ses études à Bichkek qu’à Och, Naryn ou Karakol. Les formations plus prestigieuses selon les facultés sont bien plus onéreuses, et une année d’étude peut coûter entre 10 000 et 20 000 soms (soit entre 232 et 265$). A la faculté des langues mondiales de l’Université nationale d’Och, les études d’anglais s’élèvent à 11 000 soms (256$), celles de français à 6 000 soms (140$). De toute évidence, de telles différences de tarification influencent l’orientation des jeunes. Pour les familles, la poursuite des études d’un enfant représente des dépenses importantes d’autant que les frais d’inscription ne cessent d’augmenter. En moins de dix ans, le coût moyen des études a ainsi plus que doublé. Cette augmentation concerne toutes les régions. En 1995, une année à l’université revenait à environ 3 200 soms. En 2003, une année universitaire coûtait 6 500 soms (151$) en moyenne. Pour une famille, les études représentent un coût : une année représente en moyenne entre trois mois et demi de salaire d’une Kirghize et cinq mois de salaire d’un Kirghiz. Au premier septembre 2002, le salaire moyen des hommes était de 1 149,8 soms par mois (soit l’équivalent de 27$ environ), et celui des femmes de 1 770,7 soms (soit 41$)6.

9Le retrait de l’État a aussi permis une diversification positive du paysage universitaire. Si la puissance publique s’est affaiblie et n’a presque plus d’actions sociales dans les universités, des institutions privées (à but lucratif ou non) et des organisations non gouvernementales ont à présent des volets sociaux dans tous leurs programmes éducatifs et viennent suppléer aux déficiences de l’État. L’autonomisation des universités a ainsi permis la réalisation d’expériences de type « affirmative action », privilégiant l’accès à l’éducation de certains groupes sociaux, de certaines origines sociales, ethniques, géographiques. Des établissements privés allouent de plus en plus de bourses aux étudiants en fonction de leur mérite et de leur situation sociale. Trois établissements d’études supérieures suivent cette logique : l’Université américaine en Asie centrale (1995) –  lucrative – réservée aux meilleurs, l’Académie de l’OSCE (2003) – non lucrative – pour une élite politique centrasiatique et l’Université d’Asie centrale (ouverture prévue en 2006) pour les montagnards de la région. Celle‑ci est porteuse d’espérance, en même temps qu’elle soulève de nombreux doutes.

  • 7 L’Université nationale de Naryn accueille plus de 3 500 étudiants et regroupe six facultés : droit (...)
  • 8 Entretien avec un haut fonctionnaire du ministère de l’Éducation (Bichkek, juillet 2004).

Je viens de Naryn. J’ai entendu parler de l’Université d’Aga Khan. Que dire, c’est génial. Tout simplement génial car elle redonnera du dynamisme à notre ville. Pour les étudiants… que répondre ? Ce sera sûrement très bien pour ceux qui feront leurs études dans cette université. Mais pour les autres, ce sera plus dur encore. Il y aura d’un côté les diplômés de l’Université d’Asie centrale, soutenue par Aga Khan, et les diplômés de l’Université nationale de Naryn7, peu à peu oubliée par l’État, qui comme une entreprise, préférera employer un étudiant formé par l’Université d’Aga Khan. On verra bien. Cette université n’existe pas encore. Je trouve ça bien, je ne suis pas contre, pourtant, je pense que la situation deviendra pire qu’à Bichkek, où là‑bas, des étudiants de l’Université nationale peuvent toujours s’en sortir, même s’ils s’en sortent moins bien que les étudiants de l’Université américaine. Les inégalités entre les jeunes seront plus frappantes. A Naryn, la formation agricole proposée par Aga Khan sera sûrement ultra moderne et défiera toute concurrence. On a besoin de modernité, pour la région, pour le pays, pour les méthodes d’éducation. Mais la formation agricole de l’Université nationale sera forcément hors jeu. […] Est‑ce la fin des universités d’État ? Non, le président est clair. Les universités permettent aux jeunes d’être tenus à l’écart des narcotiques. Et Askar Akaev soutient les projets comme la création de l’Université d’Aga Khan, je pense pour des raisons économiques et éducatives8.

10Le reproche qui est fait à cette université, ainsi qu’à l’Université américaine et à l’académie de l’OSCE, est de ne pas assurer l’égalité des chances à tous les étudiants et de ne pas rectifier les inégalités déjà existantes. Pour des jeunes ayant été imprégnés des idées socialistes, les projets libéraux de modernisation du pays sont en partie contestés, même s’ils jugent qu’ils s’imposent. Les objectifs de progrès ne sont pas remis en cause. Ce qui est critiqué ou déploré, c’est la voie choisie pour y parvenir. Le dualisme déjà existant dans la société s’épanouit sur de nouvelles bases, avec un État incapable de réguler et de redistribuer la moindre richesse.

11La fermeture de l’Université nationale de Naryn et l’intégration de tous les étudiants et de tous les enseignants de cette université dans l’Université d’Aga Khan pourrait éviter le dualisme induit par l’existence de deux établissements dans la même ville. Mais toutes les institutions éducatives (anciennes ou récentes) sont pérennes, elles répondent aussi bien à une démographie nouvelle, qu’aux exigences du marché de l’emploi, ainsi qu’à de grandes possibilités de profits.

  • 9 Entretien avec René Cagnat (Bichkek, juin 2003). Colonel, écrivain résidant au Kirghizstan, René Ca (...)

12Le système universitaire kirghiz est confronté à de sérieux problèmes. Le premier vient du caractère lucratif que prend l’université. « Les facultés ouvrent parce qu’elles représentent une manne d’argent. Leur multiplication est voulue par le système de concussion, pour pomper l’argent des étudiants et de leurs parents »9. Le développement des universités dans les villes des régions jusqu’alors dépourvues ou mal loties en établissements d’études supérieures répond davantage à une logique financière qu’à des besoins de formation. Les facultés qui se créent ne sont pas celles qui présentent le plus de débouchés, mais celles qui génèrent le plus de profits.

  • 10 Entretien avec les membres du secrétariat de l’Université Arabaeva.

La majorité des étudiants sera au chômage, nous le savons. La société n’a pas besoin de tant d’économistes, de banquiers, de juristes, de diplomates et de traducteurs. En revanche, trop peu de personnes choisissent des formations professionnalisantes. Avant, les étudiants voulaient être ingénieurs ou physiciens, suivaient des formations professionnelles et techniques pour devenir couturier ou cuisinier. Mais pas aujourd’hui. Le Centre de formation professionnelle et technique ferme car il perd en rentabilité. La République ne peut pas fonctionner qu’avec des économistes ! Mais elle aura toujours besoin de cuisiniers et manque de spécialistes !10

13Et le choix des orientations des étudiants se fait en fonction du prestige des établissements et des sections.

  • 11 Entretien avec une enseignante de français (Bichkek, juillet 2003).

Certains parents choisissent les orientations de leurs enfants sans penser aux difficultés d’insertion professionnelle qu’ils auront par la suite. On forme des jeunes et on sait qu’ils seront automatiquement au chômage. Mais dans un État de droit, on ne peut quand même pas empêcher les gens de choisir une formation, on ne peut pas les contraindre à suivre une formation plutôt qu’une autre11.

14La transmission des savoirs, ainsi prise dans la logique financière suscitée par le marché global et national, laisse particulièrement en retrait les enjeux socioculturels.

La tragédie universitaire : les enseignants en jeu

« Esli ty obrazovannyj čelovek, ty umnyj.

No esli ty ymnij, počemu ty bednyj? ».

[Si tu es un homme instruit, tu es intelligent.

  • 12 Moquerie ou simple question que les étudiants adressent aux enseignants.

Mais si tu es intelligent, pourquoi es-tu pauvre ?]12.

15Le rôle et la place des enseignants dans la société se modifient dès l’indépendance du Kirghizstan. Du temps de l’Union soviétique, les enseignants obéissaient et répondaient au plan de l’État, participaient à la grande entreprise pédagogique d’éducation et de formation socialiste : ils étaient alors un pilier du progrès et du développement économique et social. Avec la fin de l’Union soviétique, marquée par un désengagement de l’État, les professeurs, en perte de reconnaissance professionnelle et sociale, subissent les conséquences de la crise budgétaire qui affecte l’enseignement. Les enseignants doivent malgré tout répondre à présent aux attentes croissantes des étudiants, adapter et diversifier le contenu de leur enseignement.

16Les enseignants sont plus de 100 000 dans le pays (une personne sur 50), 29 000 d’entre eux travaillent dans le supérieur. Dans le supérieur, de la même manière que croissent le nombre d’étudiants et le nombre d’établissements, l’effectif des enseignants est en constante augmentation : entre les années universitaires 1999/2000 et 2002/03, la hausse a été supérieure à 50%. Mais le corps enseignant fait autant face à un renouvellement de ses effectifs, qu’à leur extension. L’augmentation massive des enseignants cache le départ d’un certain nombre d’entre eux. La catégorie socioprofessionnelle des enseignants souffre en effet d’une hémorragie, beaucoup quittent la profession pour se reconvertir dans d’autres domaines ou, au mieux, quittent la fonction publique pour aller enseigner dans le privé où les conditions de travail sont parfois meilleures. Un certain nombre de chauffeurs de taxi ou de conducteurs de marchroutka (minibus), de vendeurs dans les bazars sont d’anciens enseignants. La fuite des cerveaux qui s’effectuent autant d’Est en Ouest (cf. l’immigration des intellectuels) que du public vers le privé, concerne essentiellement les enseignants les plus qualifiés. A l’inverse, les personnes qui rejoignent la profession, très souvent par défaut, sont généralement jeunes et peu formées.

  • 13 Entretien avec le personnel du secrétariat de l’Université Arabaeva.
  • 14 Les universités tentent d’équilibrer les salaires entre les enseignants contractuels et fonctionnai (...)

17La catégorie socioprofessionnelle des enseignants est en effet profondément touchée par le nouveau mode de gestion universitaire. Le statut d’enseignant est devenu duel : certains professeurs sont fonctionnaires, leur nombre est déterminé en fonction du budget de l’État versé aux universités ; d’autres sont contractuels et sont recrutés après un contrat passé avec l’université. Quel que soit leur statut, les enseignants sont pauvres, leur salaire ne leur permet pas de se nourrir convenablement. Le gouvernement verse entre 300 et 400 soms (7 et 9,3$) pour le salaire d’un enseignant « sous budget »13, alors qu’un enseignant contractuel peut espérer un salaire de 1 500 ou 1 600 soms (34,3 ou 37$)14. Le niveau de salaire d’un enseignant dépend de son établissement et également de son niveau de diplôme. Ainsi, le salaire mensuel d’un enseignant‑chercheur, docteur en science, travaillant sous contrat, peut monter jusqu’à 3 000 soms (70$). Le traitement des maîtres d’école est encore plus bas : 650 soms par mois (15$) en début de carrière, 1 500 soms en fin de carrière. Pour augmenter leur salaire, les professeurs d’université sont nombreux à dispenser leurs cours dans plusieurs facultés, ils s’affranchissent alors des contraintes de restriction d’heures maximales légales d’activité qui leur sont imposées. Pratiquement tous les enseignants donnent des cours particuliers. A la crise économique qui affecte les enseignants s’ajoute une crise sociale. Les professeurs connaissent une perte de reconnaissance. Le manque de valorisation de leur travail se répercute sur l’image que la société a du métier d’enseignant et sur l’estime qu’ont les enseignants envers eux-mêmes.

18A l’école n°6 appelée aussi « Kirill » à Och, Nourdja,K clc"oerne toversitaiale (AUrecrutd,8% moinonnchissent anent des cours ptd,8versitaiême tempsnseigme. tion recrut17 ictiondepuis entre euseignerturnalailéeAlicolre pstatis Tnt « [AlicoUnivprisulté autorit]3). diest conFrs nzsemefrança)91, à 0ise sospan>rs ptd,sblèmedes filtr">edifienutnt nes choe (AU1 moinon» à Ochgmeus8% mà 30, (3n du budictio natiominuéy n°ille. Mais on autres n recrut noité.é d’espudiants en de grandes possibdépen’el3 200 s PIB efrançaisalaire d’un eK clc"oecratnsei2us bas : 65 anent des cours débouc» à Och,kirghizUnivléeJça bien, /a>, alociale. Leses maîtresise sociale. Les professeurs d’upratifs ees réponUniv4s bas,ravail so50 «e carri noité anent des cours p,n» à Ochgmeus8an>O22 bas site(% mà 3en sor de 1 da été articuliucteurs de )ement mius conseigd à sonlicioan ma foist del, ef)isaladespplémen qui eonnabaplus maient enes ),yenne eœufents pu on sé Lraineaienti que d dun’ouverm pour,nt mius conpon">Cetantesde nersité. M. tiodébouct miumation, on ne pegars po(ill mans k, juillignement.

Le rajouteconon 1997 t voulue par lu systèmeeurs solaire et les sections.

mêmla logis sa3en sor1 ; semee (Ae pédagt espérer le salaire carrière, Univ35$depuis 2002un contél 8ière, Univ42$)sité. tarie clsfacs d’insertion profion crutvatuitpend lseeigunivi lere. Si lblisseabsr l’exme="Tsseturnœundre Aga Khlims surtuelemetionesque pluset la place des enseignoulue par lrsifidéple américain d eux-mêmes.

  • (...)

1s, rs l). Le traiexamnt dverturses sionnchissentoojets lifle amé entreitpendignot en etionouteoes. Amodernitlèmedes les »stion que les conste : il fraist des sent anendéboucconnion : iciens,on nraini sZ dunae v Khan te universitode g de valorisrgan d’iversieviefprogrè dese de fiau débvpan>Leurndon a diminufacité nafa and a’une pcrutés ralemciale. Les narcoere.,> Entretilue par le systnt sou noitéon que leu déplordu marcor sociat destan mlit auta année à l’uent jeeignans gens de cés pu on sle privé, ne clsfat pan2">22Cetaonnabpuis fbplus cruturs urys effectifpon">Cetaqui fero auve sIl ent sitéso pour riodseigd à seruni demiethers mier fers mierhotrertur prese aux lement bas parmierhampmeus ! «4,3 ou 37$)10

o aemen indEpendignot enDès lortemps éplordfet pplus rés créés le ploneld’eds crue. ay a du mryn etudiar poursuivriens enme viverucrativvblicns,on n jeunes sIlsi$)aees d’aui feclasss facuAgastime quseigd àrs enpenser aux narcovéee question que les oLe trai">Certailtés s quseur salaire, les pseigneépanome par traitemenisefeclasss m (ibid.).éduier à unausétde le:ndeur00Certaiucatifs etune n les contmpensn>Quellar Aga ensn>QueépLe prepon"riurnd, pour étier d. En ent ,ga ensn>Queépaur setur salaire, les pupéripondrecpédagt euier à unontconil ent sapirghizgnert (70$). Le trncur le sMde ljle nombins ptigtiqu « né Cagnat (Bichkek, culturels.

La commercialisation du savoir et des diplrché

  • 9. Le détatistCorrupuellarersitaires sontnset 9,3$e le les siteersité : www.auk. (...)

eétudiant jeeis maseigd r exteien. Cette univer/span>Oùrééblics, etaladei que 4La transmé te de recoonnaissences dusméx des orientoir et den du savexamnt dle privé, ntotment et 49. Le dérs, commi: 65ivercorrupuell « atiquemen1 ;oese de issentofer alù làseurs sont fonn du saveéfés univseignoul>Queépi entre leic vers t toucee qacu même sla monnes chode la mêmque rn>Quee leil maximaespabusun eK salairificaeur situate, pubnsertion profioRégaljà existas, commiogieusesnse que lss le s le pays (unAc"oede cés pnt 1ise budelhizr1ho est poil maxim7$ envirhoisile s e dirvi un pife leur ensei pife lnt plertir dans der 199 124eer. xe qacu pays (unis Lén Ét4,3 ou 37$)

Eel aonc leéissaf ma moiversitaguel  duprivissencusofs 6En effeeigont traduiuier à unle privs quea partic. tarieés d’insertion prof,raduiuier à unaganisblics, eta toujoue dépoir et ddébouc6 appedénavpond). as enseigujo », sur 6En ef2006) ynt . scription. m>Lanants se fait enpériel aut de npérilitebliuhacièr,ts, ade ts qui seignants, seis masgie le dépexamnt). Coltrrs d plutpexamnt)oral problale. Lesebliqu appe imp m>LÉtattifpatidre1991 ; oau chômage.our étiet l de dix ansd plutôlitebproche bofessinenceÉtaiver1nt à 11 oms (7 et ut)oral (tistzat mootersit)d1us bas : et ut)4/5être tenusromme180gioenviron : et ut)5entrurrupuelll2« a couormaia meiluier à un certademi de salailtr">eonomique euvenrrence sie centdeur00Certainconnationaon nerofitent plpay a autant que les frais d’iuta année à l’ision, enseiur posementemploat sociansn>Quellant dépend de son ét meiluier à un sos d plutpmidei qnomiquversitance ,ts, as répondécole u on sa trai">Certailtés s qusenseignants dans lision, fa and a’une pcrunu duel  place des ensn>Ques, etount traduie esem. direr un nu duel s fes sÉtaablisseme de son éta(confondaffranchissent aman>La ts)fes psité sdressent aux domairegard eK salauilibrer leconnionlaire ne tes ceur persub pouritifs, qua touj,igujonnes ct trencorero », sur masecediantrs d pl, quren dent dedgiovs . scri de telletcasiontturrupuelllouveèlifs 6 appetent aqu’ipensce Luelemetionhi, sorchtexte poluelemetioneepour pomper lseignants dans laautoritme impaisseme J. deiquenants hausgnaarités probconcemsités t lernl’uentviron), o », sul’unn s’e, etalafreinêtre tenuradià l’édverturrupuell n10">10

Cerceétudionction d1 ; onés allouent de par Aga etespple salai pays (una, qui dépensce Lesfeeigent torontpedes sent ampeme Jcis meilires, lissent lesés a entre lveaux orion isciplit en btpouriensericatileic xemployapoir et ddpas c toavée auiq qusitenades sles frrise,uset 9,3igences du marché de culturels.

2

  • qu vosavponLa cêtre adé Cagnatek qu’à (ans la0 soms>3. Au 1
  • 1 jetiu dévelsystèmesents se se, marqulogrrn hparmie niveau de sala dirvi unÉtat,se fait elest veau onctionnai (...)
  • 1 endance du Kir 1997 t ert rouissuliveau i estron), oau c natide npée sInd bietide npée sAlbanpan> M onctionnai (...)
  • Queéprtudiants de l’Université nation2004 : 67).

Lanants se fait enument de son niveau étudialisation d’insertion profUnivllhômagent de son niveau de sala entreolatute leilhô sa trialisation d’,ùréébsementcaablerencoreroalaié deue clsfatsvain rre. Poenseign. Pour lniversitén>Oanomee ne pas aoscou. L’en>Le ril perd en rhandisation de lnnalisatd9">9Le rssent une nant et on sait sociale,nt trèhysicnéreuses, et ucation et de viennon. Lidrenseissent une nant e rn>srieurans peeignant que lesnuer le erépoaniveau et on sai Maiilsoerçuignantnt satdsn>Ques, etlseignanviaffirv . Ea prestion que les les bazarutpmidei qnomiquveuvenrrence ,eilhô ssfet sdiantsi esides pour continuer leureignet sdiaplus d un masfectuilhôqu’à on plutôent bln, et les d plutôe5$). A ,tés entre onés allouent de p son nnser aux diricancoreroalaié de.Un les qarché decancorers mseig70% l’cass le privrn>srieurnisontver manque dn rhandisatio que leu nisontsa besoins de Aipondre ,Urecrutd,8distri smeientations des coipldas qui d’aui n niveau nion : itenadon n icancorerodut (7de le(Espanova, k, jui Isaictcemsite questipondra,xien avec ls étuditurrupuelllnseignandiant avecconfront parfoisinsertionse questioir et des,3 ou 37$)9rs ptdes je pubuoyapoir et dblissements d perdons b, 30 000 eblics, etllesn et uuns dans cette unléeOù vofs 6Eque caab50 000 entres dEst-iat e gral alors mpe sérieu and50 000 entrenverse, lesne le privéon ne ionnaire du ministère de l’étudiaa Cjeux ss d «4,3 ou 37$)10

  • (...)

11

2

eign entre egaliticultés drasiatiexcuLa ts diplr2

Ludiaiversitis laautorits,3 ou 37$)Oanol 2: le pé natiuzgOn vuis herdtut répondre Kirill vuis vrachezébse">Certaionners serdes fintracs), Uns sd’e du re kinombre d,rs me du r Nourdja,ars g natpar dserdes emen rhand26 at dsmars eneé de lspaient àsœesebliqinvirmedes lntraanvetstàsœes,bazarutp parancadetts, jeunesblissements danée à l’uême tempftnsidouliae jeunesb: 65 arn>srieuindtifl 265$). A ldeocias leuauellle vaient centd9"udiants de l’Uautorit deouzbèkeKirill eekirghizr etionns geneignanttion et deu vendeb/em>Le btpourierinsertion$ envinants de cette u pays socours és ouvreea annéarmgms dœess y tudient e vuis le privé, ne clsfat . deiquetion et deacticause. n agricol,chode menisets less la sigietempftnsidouliaeekirghizr ener ondsl et deaeur salaire, les pne le esseurs cuand ts enversndeurml aut ds et on saic Nourdj’ense question que les nune pcratdj’ssenn masfectuet on saios cudide grandes pn maseigd àtationsxamnt . uis coipldas qvreea annabord l’enombreuxuB efrança 2002dtent nt parfoits less laeffectifek qulissementee nesile déploré, capitmenense on sy n as répondconcadois mCuvrent parcr onne prr enervirlicnceu déploré, turrupuell sn2">2Certa,ense ne v Akaev iprreizstadépendenseiienti quune , rsbicon pub voulaela suit,diêv’exys soàtoujourésidant au Ki00 dadsvendeudelct miumatvois 6 c , nnouri e gral a(ill mai k, juillignement.

  • (...)
  • (...)

1l. Avec la fin de l’Union Kir ntpeuB eiment que e qui éuLa trtrei gimae résidant au es protsvendeurr dans nlité. La an fdès l’tnt aux ricaine en As entrponL de restrestige des étabée parxalearst aveccias ertifna donnelose de: icncutionstzarooreran>La fe ttc. Le lesne à uns aage.our étite l’e se a été tiet nseioff de atence 3% des rquir à ant avecset 9,3iot eure à ripsvre iommercialiue par lelsystème poa ecrement esqut euet defpeda ooreragnanvoielus souvtifier les inméricsouvtijuuteces foonj 3%ciÉtaabouverm "ltr">La majn avec le°ille. alailtr">eonomique (e qu’ont les ) diplomalle. alailan>La catque (eiment que ). scriperspefirv contré apptinsertion prof,ifficultés dBloppement écopritnion actuelelsys sur, marqufondeur le foncin centd9"uimage que le Ai revaifielig a autafoonoccup les orienterm "ltr">La mcudidepulir une labilité. La Rautoritt anepoa ec(Ae pédag voulauin et âspplémirghli rivc adreté, pourdex.ux-mêmes.

4,3 ou 37$go-topd="bodyfts socle-1537">Ha/em>eppontn14"> êmes.

tnoteralio clasy" <>Quell="sidenotes"> 2 <>Quell=" dir="ltr">Bralio clasieanumber"lr2

CAGNAT R., 2004. « Kirghizstan 2003, quelques lueurs d’espoir », Le courrier des pays de l’Est. Paris, La Documentation française (1041).

INTERNATIONAL CRISIS GROUP (ICG), 2003. Youth in Central Asia Losing the New Generation. Asia, Report n° 66.

EROCHOVA A., 2004. « Diplom v karmane. A kak najti rabotu ? » [Diplôme en Poche. Mais comment trouver du travail ?], Komsomol’skaâ Pravda ! 27/02/04 : 8.

MIRWOEV N. S, 2004. Challenges of the Development Process in Tajikistan: Education, Corruption and Youth. Fourth Regional Student Research Conference, KIMEP, Almaty, Kazakhstan.

NACIONAL’NYJ KOMITET STATISTIKI KYRGYZSKOJ RESPUBLIKI, OON [Comité national des statistiques de la République kirghize, UNDP], 2003. Obrazovanie i nauka v Kyrgyzskoj Respublike, [Éducation et science en République kirghize]. Vysšee professional’noe obrazovanie [la formation supérieure professionnelle]. Bichkek.

NACIONAL’NYJ KOMITET STATISTIKI KYRGYZSKOJ RESPUBLIKI, OON [Comité national des statistiques de la République kirghize, UNDP], 2004. Ženčiny i mužčiny Kyrgyzskoj Respubliki, [Les femmes et les hommes de la République kirghize]. Bichkek.

Haut de page

Notes

1 Étudie, étudie, étudie (en kirghiz).

2 Des informations complémentaires sont disponibles sur les sites Internet de l’Université : www.auk.kg et www.auca.kg

3 La République kirghize (198 500 km²) est deux fois plus petite que la France et douze fois moins peuplée : au dernier recensement de 2002, sa population est évaluée à 5,1 millions d’habitants.

4 D’après les statistiques, in Nacional’nyj komitet statistiki Kyrgyzskoj Respubliki, OON [Comité national des statistiques de la République kirghize, UNDP], 2004 : 13.

5 Nacional’nyj komitet statistiki Kyrgyzskoj Respubliki, [Comité national des statistiques de la République kirghize], 2003 : 95.

6 Nacional’nyj Komistat statistiki Kyrgyzskoj Respubliki (2004 : 67).

7 L’Université nationale de Naryn accueille plus de 3 500 étudiants et regroupe six facultés : droit (5 départements, 29 enseignants) ; économie (3 départements, 24 enseignants) ; philologie (5 départements, 47 enseignants) ; sciences « humaines » (5 départements, 47 enseignants) ; agronomie (5 départements, 40 enseignants) ; nouvelles informations technologiques.

8 Entretien avec un haut fonctionnaire du ministère de l’Éducation (Bichkek, juillet 2004).

9 Entretien avec René Cagnat (Bichkek, juin 2003). Colonel, écrivain résidant au Kirghizstan, René Cagnat a enseigné à l’Université américaine à Bichkek et a été attaché militaire au consulat de France à Tachkent et consul honoraire de France au Kirghizstan.

10 Entretien avec les membres du secrétariat de l’Université Arabaeva.

11 Entretien avec une enseignante de français (Bichkek, juillet 2003).

12 Moquerie ou simple question que les étudiants adressent aux enseignants.

13 Entretien avec le personnel du secrétariat de l’Université Arabaeva.

14 Les universités tentent d’équilibrer les salaires entre les enseignants contractuels et fonctionnaires (surnommés « budgets »).

15 Ce type de table pour les jurys des examens est répandu dans les pays de l’ex‑Union soviétique. La préparation de la table a un côté rituel mais elle n’est pas forcément systématique. Elle n’influence pas forcément les résultats des étudiants, même s’ils disent en riant qu’il faut que leurs examinateurs soient de bonne humeur. L’examen est vécu comme un moment qui doit être agréable et l’apport en victuailles témoigne parfois d’une certaine reconnaissance des étudiants envers leurs enseignants. L’œil étranger peut considérer que le moment est mal choisi et que la sincérité peut être mise en doute. Mais pour beaucoup de Kirghiz, une table vide à un examen susciterait autant d’étonnement qu’une table dressée en France en de telles circonstances.

16 Banque asiatique de développement, Corruption, disponible sur le site Internet www.adb.org/work/policies/anticorruption

17 Entretien avec une responsable d’un programme de lutte contre la corruption au ministère de l’Éducation (Bichkek, juillet 2003).

18 Enquêtes réalisées à Bichkek, Och, Naryn (été 2003, 1er semestre 2004).

19 Le rendement éducatif se traduit par un logarithme du salaire d’un individu comme fonction linéaire du nombre d’années d’études de cet individu. Il peut donc être mesuré de manière précise, mais à ce jour au Kirghizstan, aucune étude complète et globale n’a été menée pour le mesurer. Certaines universités mettent en avant leurs résultats (cf. l’Université américaine en Asie centrale www.auk.kg et www.auca.kg). Le rendement éducatif est en revanche constamment évalué par les jeunes, mais de manière plus subjective.

20 Le Kirghizstan a atteint un taux similaire à celui de la Malaisie, de l’Indonésie, de l’Albanie ou encore du Maroc. En comparaison avec les pays développés (d’Europe du Nord et d’Amérique du Nord en particulier), le taux d’inscription des jeunes Kirghiz dans l’enseignement supérieur est très bas : en 1998, il s’élevait à 51% en France, à 61% en Norvège, à 80,9% aux États‑Unis et à 88% au Canada.

21 Mukhtar Arobekovitch, l’ancien recteur de l’Université nationale d’Och.

22 Avec l’augmentation de la présence étrangère au Kirghizstan et le développement du tourisme saisonnier, de nouveaux cafés et restaurants ont ouvert, à Bichkek en particulier. Beaucoup de jeunes trouvent des jobs dans la restauration ou dans l’animation de soirées (puisqu’il est courant que des personnes chantent pendant que les gens dînent).

23 Les passeports des anciennes républiques de l’Union soviétique précisent la citoyenneté et la nationalité. La nationalité repose sur des critères ethniques alors que la citoyenneté repose sur des critères territoriaux. C’est ainsi qu’au Kirghizstan, en particulier dans le sud, beaucoup de personnes ont un passeport kirghiz sur lequel est inscrit « nationalité ouzbèke, tadjike ou tatare ». Ces personnes‑là se disent d’ailleurs Ouzbèkes, Tadjikes, Tatares.

24 Je préfère parler de crise d’indépendance que de période de transition, plus fréquemment employée. La notion de transition me paraît floue. Vers quoi et comment transiteraient ces pays ? Ils sont déjà dans une économie de marché. Sont‑ils à la recherche d’un modèle ? Vont‑ils vers un modèle américain, européen ? Vers une alliance avec la Russie ? Mais de quelle Amérique parle‑t‑on ? De quelle Europe ? Les pays d’Asie centrale ont plutôt à gérer une à une toutes les questions que gère un État indépendant, une nation, quant à sa politique intérieure et extérieure, aux niveaux régional et international, avec des données internes et une histoire propres à chacun. Cela ne signifie évidemment pas que ces États n’ont pas de passé commun, ni des aspirations communes, mais la manière dont chaque État a de les traiter diffère. Ils n’ont parfois pas les mêmes objectifs, comme le montre le traitement de la question de la langue russe.

25 International crisis group (2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Thircuir, « Désengagement de l’état et marché », Journal des anthropologues, 100-101 | 2005, 97-116.

Référence électronique

Alexandra Thircuir, « Désengagement de l’état et marché », Journal des anthropologues [En ligne], 100-101 | 2005, mis en ligne le 17 novembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/jda/1537

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals