Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Appel à participation journée d’études (12 mai 2005)

Sens et fonction des peurs collectives

Les peurs collectives ne relèvent pas du hasard, pas plus qu’elles prennent nécessairement le réel comme objet. En effet, celui‑ci peut être réel ou imaginaire. Mais elles sont toujours l’effet d’un investissement d’objet dont la nature peut varier selon le contexte sociologique, politique et historique. Si au Moyen Age la peur du diable renforçait la soumission à l’Église catholique, récemment les attentats du 11 septembre 2001 aux États‑Unis ont permis un renforcement des peurs collectives associées à une nouvelle rhétorique qui distingue « les amis des ennemis ». Dans ce pays et ses alliés objectifs, la peur du terrorisme, et tout ce qui lui est associé à tort ou à raison, est devenu un outil politique de premier ordre : cette peur a eu pour effet de faire reculer les libertés et a permis à la classe dominante de mieux exercer sa domination. Il convient donc de s’interroger sur la production de ces peurs après avoir défini cette notion. Si les peurs font sens, elles ont aussi une fonction sociale. Les identifier concrètement et les analyser, c’est éclairer tout un pan de l’idéologie du moment en montrant quels groupes, institutions ou personnages emblématiques, sont construits en tant qu’objets de rejet collectif. Dans les années soixante‑dix, le nucléaire et les colorants alimentaires suscitaient les peurs collectives majeures de l’époque qui étaient dirigées contre l’État (avec le nucléaire) et contre l’industrie (avec les colorants alimentaires), c’est‑à‑dire contre deux rouages essentiels du système capitaliste. Quelques années plus tard, la peur a pris pour objet l’Autre, « l’étranger », le différent, associé à la délinquance et à l’insécurité urbaine. La première catégorie, nucléaire et agro‑alimentaire, débouche sur la contestation collective. La seconde catégorie au contraire, dirigée contre l’Autre, ou supposé tel, débouche sur un repli individuel, voire individualiste, crée de nouveaux communautarismes et provoque la recherche de systèmes de protections toujours plus performants. Cette peur promeut la politique néolibérale notamment dans sa soumission à l’idéologie sécuritaire. La peur de l’Autre et la crainte constante de l’agression amènent à un système de surveillance souhaité par le plus grand nombre (caméras dans les magasins et sur la voie publique, portiques de contrôle, présence policière dont la montée des effectifs est inversement proportionnelle à la baisse de l’aide sociale, etc.) qui n’est pas sans rappeler tant 1984 d’Orwell que le panoptisme de M. Foucault. Parmi les peurs collectives actuelles on peut faire une place importante à la peur des « pauvres ». Depuis environ une dizaine d’années on assiste à la mise en place de dispositifs de « pénalisation du social » qui peuvent être analysés comme les outils de politiques de répression des illégalismes dans un contexte de déclin des mesures de protection sociale. Le « retour » de la répression est d’autant mieux accepté qu’il se justifie par la tendance à renvoyer les maux sociaux à la seule responsabilité individuelle. Face au retour des « classes dangereuses » nouvelle mouture, c’est‑à‑dire dans le cadre de la précarisation du travail, notre discipline n’a-t-elle pas là un bel objet d’étude ?

Cette journée d’étude de l’AFA devrait permettre de mettre en évidence les nouvelles focalisations de la peur et les modifications – voire les bouleversements – sociétaux qui en résultent. Nous appelons à des textes analysant le phénomène des peurs vécues sur le mode collectif et à la transformation des contestations collectives qui s’en prennent au système global.

Contacts :

Annie Benveniste : benvenis@ccr.jussieu.fr

Maurice Duval : maurice.duval34@wanadoo.fr

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals