Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Appel à participation journée de l’AFA 28 mai 2004

Anthropologues sous contrat : pratiques et produits
p. 301-302

Les restrictions de la recherche publique en matière de postes et de financements, les directives nationales et européennes privilégiant les activités d’experts des chercheurs ainsi qu’une demande constante, adressée à l’anthropologie, par des organismes privés (entreprises, ONG, laboratoires pharmaceutiques…) et publics (ministères, conseils régionaux, mairies, musées…) ont contribué à faire du travail contractuel une modalité fréquente de l’exercice professionnel des ethnologues.

Que la contractualisation soit ponctuelle – le temps de trouver un poste ou de répondre à un appel d’offre – ou chronique, les figures de l’anthropologue sous contrat sont diverses : employé, consultant ou expert, enseignant‑chercheur du public ou professionnel indépendant, ethnologue qui vend sa recherche pour la financer ou bien se voit imposer son objet par son employeur...

Partant des expériences concrètes des intervenants, l’objectif de cette journée d’étude est de réfléchir et de débattre sur les modalités de la pratique contractuelle en anthropologie et de la nature de ses productions : comment construit‑on un objet et un terrain sous contrat ? Avec quelle marge de manœuvre, d’autonomie intellectuelle et quel degré d’implication ? Comment concilier les objectifs des commanditaires et le contrat moral qui lie l’ethnologue avec ses informateurs ? Quelle profession défend‑t‑on lorsque les principes de la discipline sont confrontés aux contraintes des bailleurs de fond ? Comment le contrat de recherche conditionne‑t‑il la production scientifique de l’ethnologue ? Quel droit d’usage et de contrôle sur son usage possède‑t‑il ? Quelle est la place de cette anthropologie contractuelle dans la discipline ? Peut‑on vivre sous contrat ?

Au‑delà des modalités spécifiques de la recherche sous contrat, il s’agit d’interroger les demandes finalisées adressées à l’ethnologue et l’instrumentalisation de sa production dans ce qu’elles révèlent du statut – réel ou imaginaire – de l’anthropologie dans la société et de son positionnement en tant que discipline. Comment la profession se représente‑t‑elle l’efficacité de son savoir dans le devenir des sociétés ?

Si aujourd’hui l’anthropologie n’est plus la science de l’administration coloniale, le rôle souvent assigné à l’anthropologue sous contrat comme conseiller et agent de la gouvernance (en entreprise, dans le cadre de contrats publics, d’institutions multilatérales et/ou de développement…) montre cependant que l’héritage n’a pas totalement disparu. Son intérêt pour le local, son statut présumé de spécialiste de la culture et de la vérité première de l’homme sont souvent mobilisés aux dépens d’une analyse privilégiant la dimension politique, conflictuelle et insérée dans le global, de l’objet qu’on lui donne à étudier.

C’est donc une démarche réellement réflexive à laquelle se livreront les intervenants.

Cette journée est complémentaire des réflexions menées dans le cadre du séminaire de l’AFA « Les champs d’exercice de l’ethnologie : nouvelles polarisations dans le cadre de la globalisa­tion ».

Contacts

Pascale Absi ; cruzabsi@club-internet.fr

Guillaume Huet : huette9@yahoo.com

Dominique Lebleux : lebleux@ehess.fr

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals