Navigation – Plan du site
Activités de l’AFA

Comités et codes d’éthique en anthropologie : garantie ou contrainte ?*

Conférence présentée par Will C. Van der Hoonard
Aleksandra Cimpric
p. 445-448
  • *     Intitulé en anglais : « Ethics and Globalization ».
  • 2   La notion est utilisée dans la version française de « l’Énoncé politique des trois conseils : ét (...)

Le 16 mars 2007, la conférence « Comités et codes d’éthique en anthropologie : Garantie ou contrainte ? » organisée par l’Association française des anthropologues et présentée à la MMSH par Will C. Van der Hoonard (département de Sociologie de l’université de New Brunswick au Canada) avait pour finalité de poser un questionnement sur la pertinence des normes éthiques en sciences sociales. Ces normes éthiques furent définies par trois organisations fondatrices : Institut de recherche en santé du Canada, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines du Canada sous l’intitulé « Énoncé de politique des trois conseils : éthique de la recherche avec des êtres humains » (1998). L’éthique de la recherche avec des « sujets humains »2 se compose de huit principes : le respect de la dignité humaine, le respect du consentement libre et éclairé, le respect des personnes vulnérables, le respect de la vie privée et des renseignements personnels, le respect de la justice et de l’intégration, l’équilibre des avantages et des inconvénients, la réduction des inconvénients et enfin, l’optimalisation des avantages. Ces huit principes concernent les sciences dures, les sciences de la vie et les sciences humaines. « Énoncé de politique de trois conseils » est composé de 478 paragraphes ; seuls quatre abordent la problématique de l’observation participante.

La parution de cet Énoncé suscita un débat concernant son application dans les sciences sociales, et en particulier en anthropologie et en sociologie. Appliquées au Canada, ces normes éthiques suscitent deux questions : permettent-elles l’amélioration de la qualité de la recherche scientifique en sciences sociales ou constituent-elles plutôt un obstacle pour le développement de celles-ci ? « Énoncé de politique de trois conseils », en réglementant la recherche avec les « sujets humains » vise-t-il à protéger les chercheurs et/ou « sujets » ? En appuyant sa démonstration par des statistiques, W.C. Van der Hoonard a démontré tout d’abord l’influence négative de ces normes éthiques sur les recherches qualitatives en anthropologie et en sociologie, bien que celles-ci représentent un pilier méthodologique de ces disciplines. Par exemple en 1995, 21% de recherches en anthropologie ont inclus une enquête de terrain, tandis qu’en 2000, ce chiffre atteint uniquement 4%. Par contre, l’utilisation des questionnaires, qui était négligeable en 1995, est estimée à 48% en 2000. Ces statistiques témoignent d’un appauvrissement de la recherche, qui est basée désormais essentiellement sur les interviews sans observation participante. Selon Van der Hoonard, cette dévaluation s’explique par le fait que la méthode quantitative à travers interviews est plus applicable aux principes éthiques que la méthode qualitative. Puis l’intervenant a essayé de mettre en évidence l’inadéquation de ces principes éthiques, qu’il qualifie de « médicales » pour la recherche en sciences sociales.

Le premier principe « le respect de la dignité humaine » vise à protéger les intérêts des individus. Ce principe indique qu’il existe une unique signification de la dignité applicable à tout un chacun. Cependant, la notion de dignité a des significations variées selon les groupes, les individus et selon les contextes. La sémiologie de cette notion apparaît donc plurielle. En appliquant ce principe, les chercheurs risquent par conséquent d’imposer leur propre conception, leurs théories et leurs hypothèses aux autres sociétés.

Le deuxième principe « le respect du consentement libre et éclairé » implique le droit et la capacité de chacun de prendre les décisions. Il instaure un dialogue ouvert, établit des procédures et le respect de droits, de devoirs et d’exigences envers un individu. Basé sur l’individualisme, ce principe est un concept occidental, qui ne peut être appliqué dans toutes les cultures. Selon Van der Hoonard, une personne n’est pas réellement autonome, car elle vit en société. De plus, que se passe-t-il quand les résultats de l’enquête sont différents de ce qu’on avait dit au préalable à nos informateurs ? Avons-nous transgressé le respect du consentement ? L’intervenant montre ainsi que le processus de consentement est difficilement appliqué dans la pratique des sciences sociales.

Ce principe est suivi de celui du « respect des personnes vulnérables ». Dans l’Énoncé, les personnes qualifiées de « vulnérables » doivent être protégées et traitées avec des soins particuliers. Selon Van der Hoonard, ce principe pose la question suivante : qui est vulnérable ? En s’appuyant sur l’exemple des personnes sans domicile fixe à New-York, il se demande si les personnes sans domicile fixe sont vulnérables à nos yeux ou bien ce sont eux qui se sentent vulnérables ? Dans ce contexte, comment définit-on la vulnérabilité ?

Le quatrième principe concerne « le respect de la vie privée et des renseignements personnels ». Ce principe de confidentialité est l’un des principes les plus importants dans la recherche médicale. Il existe également en sciences sociales, mais il acquiert des dimensions différentes, étant donné que la plupart des personnes sont identifiables et se connaissent. Van der Hoonard souligne ainsi la difficulté de protéger la vie privée et les renseignements personnels. Malgré un certain effort des chercheurs (le changement de nom de la personne, de lieu, des dates et même de sexe), les informateurs peuvent en effet se reconnaître ainsi qu’être reconnus.

Évoqué à la suite, le principe « le respect de la justice et de l’intégration » met l’accent sur la notion de la justice. Cette dernière fait appel aux concepts d’impartialité et d’équité. Elle s’appuie sur les protocoles de recherche, qui sont évalués selon des méthodes, des normes et des règles justes. Ainsi, toute la population doit être soumise au même traitement. Dans les sciences sociales, les chercheurs sont souvent amenés à émettre une critique des injustices sociales à l’œuvre dans la société étudiée. Est-ce que cette critique sociale implique la critique envers les participants ? Selon l’intervenant, l’énonciation d’injustice ne remet pas en cause nécessairement les individus X et Y.

Pour finir, les trois derniers principes regroupant les avantages et les inconvénients sont : « l’équilibre des avantages et des inconvénients », « la réduction des inconvénients » ainsi que « l’optimalisation des avantages ». Ces principes sont cruciaux pour l’éthique de la recherche avec des « sujets humains ». Il apparaît difficile de connaître les effets bénéfiques ou néfastes d’une recherche. D’autre part, ces effets sont-ils émis par des chercheurs ou par des participants ?

La conférence a suscité un débat particulièrement intéressant sur l’institutionnalisation des questions éthiques, sur les normes éthiques elles-mêmes et sur la nécessité de reconstituer ces normes éthiques pour les appliquer à la recherche anthropologique. Tout le long de son intervention, Van der Hoonard insista sur le fait que la réalisation de cet énoncé se fit sans la consultation de spécialistes des sciences sociales. Cela explique selon lui l’inadéquation de ses normes. Il a également évoqué l’importance de la recherche qualitative, invitant ainsi les chercheurs des sciences sociales à participer au débat suscité par l’Énoncé. De façon plus générale, la conférence a questionné la place des sciences sociales dans les recherches scientifiques. Elle montre que le point de vue des anthropologues et des sociologues est indispensable dans l’élaboration des documents tels que l’« Énoncé de politique de trois conseils : éthique de la recherche avec des êtres humains » et que ce point de vue permet d’enrichir le débat scientifique.

Notes

*     Intitulé en anglais : « Ethics and Globalization ».

2   La notion est utilisée dans la version française de « l’Énoncé politique des trois conseils : éthique de la recherche avec des êtres humains », 2005. Travaux publics et Services gouvernementaux, Canada.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals