Navigation – Plan du site

Sciences sociales et littérature : actualité, enjeux et avenir d’une commune passion pour le réel

Appels à contribution
Social sciences and literature: actuality, stakes and future of a common passion for reality

Sciences sociales et littérature : actualité, enjeux et avenir d’une commune passion pour le réel

Bien après le « linguistic turn », une fraction des chercheurs en sciences sociales semble avoir entamé, ces dernières années, un « tournant narratif » visant à reconfigurer, grâce notamment à l’usage d’internet, aussi bien la distance et l’écart entre producteurs et récepteurs des dites sciences, que la stricte séparation initialement établie (et sans cesse remise en question depuis) entre enquêteurs et enquêtés, sujets et objets de l’enquête. Par leur entremise, de nouveaux scripteurs émergent en tant qu’auteurs de leur propre histoire ou du moins du récit que la perception de celle-ci leur inspire. Et les sites participatifs qui leur proposent de les publier se donnent pour objectif non seulement de renouveler nos disciplines en s’ouvrant davantage à l’ordinaire voire à l’« invisible » et à l’« invisibilisation » qui caractérisent nos sociétés marquées par un déficit démocratique croissant, mais d’agir politiquement, au sein des dites disciplines et au-delà, en promouvant une « politique des auteurs » susceptible de redonner voix et dignité à ceux qui en sont privés.

Mais en pensant et en agissant ainsi, les tenants de cette politique de la narration et des narrateurs n’assignent-ils pas aux sciences sociales une fonction qui est en réalité celle de la littérature ? Et ne s’en remettent-ils pas, sans le dire, aux pouvoirs de celle-ci, en déplaçant et en exportant implicitement certaines des questions actuelles des sciences sociales – celles de leur audience, de leurs usages publics et de leur efficacité sociale et politique – vers le champ de la littérature et de l’évolution contemporaine de ses pratiques publiques ou privées ? Mais quelle « valeur » reconnaître à ces témoignages que leurs promoteurs refusent de considérer comme de simples matériaux sociographiques sans être pour autant en mesure de les faire accéder au statut de textes littéraires ?

Simultanément, d’après certains spécialistes avérés (ou autoproclamés), le « réel » ferait son grand retour dans la littérature, ainsi qu’en témoigne de manière spectaculaire le prix Nobel récemment décerné à l’écrivaine – journaliste de formation – Svetlana Alexievitch, récompensant une œuvre « polyphonique, mémorial de la souffrance et du courage à notre époque », ainsi qu’un courant proche du documentaire, primé pour la première fois de son histoire par cette académie.

Un tel contexte nous paraît offrir l’occasion de réinterroger en profondeur le rapport qu’entretiennent aujourd’hui nos disciplines non seulement aux textes mais à la pratique littéraire non pas passés et consacrés, mais contemporains et actuels. Si le chercheur en sciences sociales aborde l’objet qu’il s’efforce de construire en fonction de ses problématiques et de ses hypothèses, il fait néanmoins lui aussi l’expérience de l’inconnu, de l’indéterminé, et se confronte à sa propre impossibilité à élaborer une vérité qui se cristalliserait d’emblée en quasi-certitude. C’est dans la coupure entre visée initiale et résultat final qu’il se constitue lui-même en tant qu’auteur. Or, c’est sans doute là aussi, mais en quelque sorte à l’inverse, en se servant de sa subjectivité pour aller vers la liberté et la subversion, que le « littéraire » se réalise lui aussi et tend vers ce que l’on peut nommer, à la suite de Jacques Bouveresse, « la connaissance de l’écrivain ».

L’auteur en sciences sociales peut-il parvenir à aborder le subjectif, sans puiser dans le répertoire de contenus, de styles, de formes et de questionnements que la littérature, à travers tous ses genres, met à sa disposition ? Et, à l’inverse, la pratique de l’écrivain ne peut-elle se nourrir des apports de la sociologie, de l’anthropologie, de la géographie, de la philosophie ou de l’histoire pour se réinventer ? Les visées, les objectifs, les démarches et les résultats n’apparaissent-ils pas alors compatibles voire complémentaires ?

Si certaines formes contemporaines de littérature et de productions en sciences sociales semblent donc partager une même passion pour le réel, de quel « réel » s’agit-il et dans quelle mesure les territoires propres à l’une et l’autre de ces deux démarches, qu’une tradition bien française s’est longtemps plu à tenir soigneusement séparées, s’en trouvent-ils dès lors redessinés ? Dans une perspective dialogique et internationale, ces questions sont donc adressées non seulement aux chercheurs et enseignants en sciences sociales mais également aux écrivains, francophones ou non francophones, y compris d’œuvres graphiques, voire aux cinéastes et auteurs de spectacles vivants. Elles sont globalement de deux ordres :

1) On peut se demander comment l’écrivain exploite ou mobilise un matériau scientifique concret ou abstrait pour le mettre au service de sa langue, de son style ou de la construction de ses œuvres. Sa démarche est-elle complémentaire de celle du chercheur en sciences sociales qui, quant à lui, problématise son objet de recherche et le construit dans l’espoir de « piéger » le réel et de le dévoiler ? Si l’écrivain prête sa bouche à d’autres que lui-même, un sociologue, par exemple, s’il ne refuse pas la coupure qui apparaît dans sa démarche entre ce qu’il objectivise et ce qu’il subjectivise, ne peut-il lui-même mettre un temps ses pas dans ceux de l’écrivain, se faire plus ou moins « écrivant », aussi proche que possible de l’écrivain ? Mais jusqu’où ? Et qu’est-ce qui justifie, in fine, de poursuivre jusqu’à son terme l’une plutôt que l’autre de ces deux démarches ? Y a-t-il des exemples de reconversions réussies, dans quels sens, selon quelles motivations spécifiques, au prix de quelles ruptures, de quels choix, et pour quels bénéfices ?

2) La distance est-elle si grande aujourd’hui entre un anthropologue, un journaliste d’investigation et un écrivain qui décident, par exemple, d’enquêter sur le quotidien de fractions invisibilisées ou méconnues d’une société donnée ? N’est-il pas nécessaire d’admettre que, parcourant l’un et l’autre – quoiqu’avec des objectifs différents – tout ou partie du spectre allant du subjectif à l’objectif, et mobilisant chacun des ressources spécifiques pour en tirer profit, la pratique de l’écrivain est susceptible d’informer voire de transformer celle du chercheur et inversement ? Et ne faut-il pas, dès à présent, favoriser l’apprentissage des croisements et des métissages, des alliances et des allers-retours que l’on constate, depuis de longues années, dans le champ de la publication, y compris savante ? Dès lors, n’y aurait-il pas intérêt à croiser les approches en littérature et en sciences sociales, dans l’enseignement et la formation pratique des étudiants, sachant qu’ils auront, quelle que soit leur orientation professionnelle ultérieure, à produire des textes ? Mais alors, quelles rencontres, quelles médiations, quels échanges, quels métissages et hybridations susciter et quelle « pédagogie » mettre en œuvre pour y parvenir ?

Coordination

Yves Lacascade, Louis Moreau de Bellaing, Julie Peghini, Marie Rebeyrolle.

Calendrier et consignes aux auteur(e)s

Les résumés d’articles (moins de 5 000 signes) sont à adresser par mail en format word avant le 1er juin 2016 aux coordinateurs, et les articles complets, d’une longueur maximum de 40 000 signes (espaces compris) avant le 1er septembre 2016, avec copie à la rédaction du Journal des anthropologues : afa@msh-paris.fr.

Publication

1er semestre 2017.

Contacts

yves.lacascade@aliceadsl.fr
l.moreaudebellaing@gmail.com
julie.peghini@gmail.com
marie.rebeyrolle@gmail.com

Social sciences and literature: actuality, stakes and future of a common passion for reality

Long after the “linguistic turn”, a few social scientists seem to have recently launched a “narrative turn”, aiming at reshaping, partly thanks to the Internet, both the distance between producers and receivers of social sciences, and the strict separation initially established (and constantly questioned since) between interviewers and respondents, subjects and objects of investigations. Thanks to their work, new writers are emerging as authors of their own history, or at least of stories inspired by their perception of it. And the participative websites that publish them try not only to renew our disciplines, through an opening to the ordinary, the “invisible” and the “invisibility” that characterize our societies, which are marked by increasing democratic deficit, but also to be politically active within those disciplines and beyond, by promoting a “politics of authors” able to give voice and dignity to those who are deprived of them.

But doing so, do not proponents of this narrative and narrator politics give social sciences a function, which is generally given to literature? And don’t they rely on literary power – without actually acknowledging it – when they implicitly export some current social sciences questions – their audience, their public use, and their social and political efficacy – to the field of literature and its changing public and private practices? And which “value” can we give to the testimonies, which are not only considered as pure sociographic material but cannot actually be said to be literary texts?

Simultaneously, according to confirmed (or self-appointed) specialists, “reality” would be making a comeback in literature. The fact that writer – and former journalist – Svetlana Alexievitch was recently awarded the Nobel Prize ("for her polyphonic writings, a monument to suffering and courage in our time”) is seen as a spectacular example of that. It is the first time that the literary documentary tradition is offered a prize by this academy.

This context offers the opportunity to re-examine in depth the relationship between our disciplines and (contemporary rather than past) literary texts and practices. Social scientists indeed builds their scientific object through questions and hypotheses, but they also experience some kind of unknown, he/she is unable to create an immediate truth. It is the cut between one’s initial aim and the final results that one changes oneself into an author. The same process, but somehow reversed, going from subjectivity towards freedom and subversion, allows the writer to reach what Jacques Bouveresse called “the knowledge of the writer”.

Can social scientists approach subjectivity without drawing from the stock of contents, styles, forms and questions we find in literature? And, conversely, can writers’ practices be fed and reinvented by drawing on sociology, anthropology, geography, philosophy or history? In that sense, the aims, objectives, approaches and results of literature on the one hand and social sciences on the other hand might then seem to be compatible or complementary?

Therefore, if contemporary forms of literature and social sciences productions seem to share the same passion for what’s “real”, what “real” are they talking about? And how does this common passion reshape the very territories – held apart, in the French tradition – which delineate both perspectives? In a dialogical and international perspective, we would like to address the following questions to social researchers and teachers as well as to writers (including non French-speaking ones), authors of graphic novels, and even to filmmakers and authors of live performances.

1) How does a writer use concrete or abstract scientific material to work out his/her language, style or the structure of his/her works. Is his/her approach complementary to the social scientist’s one who questions his/her research object and intends to “trap” reality in order to unmask it? If the writer lends his/her voice to others than himself, can’t a sociologist, for example, without denying the cut between objectivity and subjectivity, walk in the shoes of the writer and enter “a writing” process, and as close as possible to that of the writer? To what extent?

And why would one choose one perspective rather than the other? Are there examples of successful reconversion (from science to literature or from literature to science), and for which reasons, with which kind of ruptures, and with which benefits?

2) Is there so much difference today between the work of an anthropologist, a reporter and a writer who decide, for example, to investigate the everyday life of invisible or ignored aspects of society? Wouldn’t it be relevant to think how writers’ practices could shape social scientists’ practices and vice versa (though with differing objectives, and a different emphasis on objectivity and subjectivity)? And should we not, right now, support interbreedings and alliances between the two, especially since they’ve already been taking place in scholarly as well as literary publications? Therefore, why not provide our students with a combination of both perspectives, since they will need to write texts anyways when they leave university and get a job? If we follow that lead, let us then think about the theoretical and practical processes, which will allow us to manage to put that pedagogy into place.

Coordination

Yves Lacascade, Louis Moreau de Bellaing, Julie Peghini, Marie Rebeyrolle.

Schedule and instructions for authors

Abstracts (between 1000 and 1500 words) should be sent to the coordinators by mail before June 1st 2016 and, if accepted, the full articles, (40 000 typed characters including spaces) before September 1st 2016 (with a copy to the Journal des anthropologues editorial staff: afa@msh-paris.fr ) to the following coordinators:

Yves Lacascade: yves.lacascade@aliceadsl.fr
Louis Moreau de Bellaing: l.moreaudebellaing@gmail.com
Julie Peghini: julie.peghini@gmail.com
Marie Rebeyrolle: marie.rebeyrolle@gmail.com

Publication

1st semester 2017.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals