Skip to navigation – Site map

Anthropologie et anarchisme

Anthropologie et anarchisme

L’anarchie et l’anarchisme sont l’expression d’une philosophie politique dont la pensée convoque les figures du collectivisme, de l’individualisme, de la solidarité, de l’autonomie ou encore de la contestation radicale comme éléments d’un projet de transformation de la société dans une perspective téléologique et dont la critique repose essentiellement sur la question du pouvoir et des formes de domination. Mais c’est aussi, dans le langage commun, une expression qui désigne improprement une situation de chaos ou bien une situation de contestation politique menaçant de renverser − réellement ou fantasmatiquement – l’organisation sociale d’une société donnée.

Or l’influence de l’anarchie comme philosophie politique sur les sciences sociales et sur l’anthropologie plus particulièrement est injustement méconnue, hormis la figure tutélaire de Pierre Clastres. Nous interrogerons son usage commun indûment repris ainsi que les nombreux impensés qu’il recouvre (structures de pouvoir, espaces d’autonomie, dynamiques de libération, marges ou formes variées de rejet de normes sociales, culturelles et territoriales, autoritaires ou hégémoniques).

Il ne s’agit pas de convoquer un imaginaire militant, d’analyser les formes de domination par l’héroïsation du militant ou de l’autochtone en lutte, en louangeant son folklore ce qui empêcherait d’appréhender les structures globales de pouvoir à l’intérieur des groupes insurrectionnels. On peut d’ailleurs se demander si une anthropologie anarchiste peut seulement sembler pertinente, à la suite d’une anthropologie marxiste laquelle formulait des théories des rapports sociaux au prisme d’une conception idéalisée de l’économie et du politique ?

Mais deux publications récentes ont remis sur le devant de la scène ces questions : James Scott, avec Zomia, ou l’art de ne pas être gouverné, et David Graeber, avec Pour une anthropologie anarchiste, qui nous invitent à poursuivre dans ce numéro l’analyse de cette dynamique qui se déploie, en enquête, lors de la fabrication de liens particuliers non hiérarchiques avec le milieu étudié et par des techniques spécifiques de rédaction du texte ethnographique. Le mouvement de radical anthropology poursuit cette même ambition épistémologique sans que les chercheurs ne revendiquent de positions politiques personnelles mais bien une méthode et une grille de lecture critique radicale des processus sociaux à l’œuvre.

La dimension politique de toute démarche d’écriture du réel se heurte à deux principes. Une légitimation par l’époque et l’en-cours des savoirs disponibles et celle qui nous intéresse ici, sa valeur heuristique : comment au-delà de ses aspects dénotatifs, poétiques ou idéologiques se manifeste ce que recouvrent les idées et représentations, dispositifs et réalités sociales, mais aussi les discours et formes de l’imaginaire qui peuvent être rattachés à l’idée et au concept d’anarchie ? Quelles réarticulations, pour reprendre le terme de Scott, paraissent aujourd’hui à même de permettre le dépassement des perspectives marxistes sans renoncer au projet émancipateur des sciences sociales ? Entre projections et réalités ethnographiques, quelle place, quelle position d’objet, quels soubassements méthodologiques, quels terrains, quelles perspectives de recherche renouvelées, une anthropologie anarchiste ouvre-t-elle, alors qu’elle pourrait succéder – si l’on en croit les tenants de cet « anarchistturn » – aux écoles marxistes et postmodernes comme ferment majeur d’une réinvention de ses perspectives analytiques ?

Il s’agira donc ici de traiter des objets, terrains et questions méthodologiques afférentes qui lient anthropologie ou ethnographie à l’anarchie tels que :

  • Production et échanges non marchands

  • Parenté, morale et libération sexuelle

  • Terrains insurrectionnels et romantisme révolutionnaire

  • Constructions expérimentales et formes utopistes

  • Dispositifs politiques, souveraineté et autonomie

  • Démocratie et pratiques horizontales

  • Dimension normative des savoirs hérités, des catégories et des représentations

  • Convocations littéraires, philosophiques, ethnopolitiques, esthétiques et visuelles, numériques et techniques du concept d’anarchie.

Coordination

Sophie Accolas, Jacob Durieux, Ariel Planeix

Calendrier et consignes aux auteurs

Les résumés d’article (moins de 5 000 signes) sont à adresser par mail en format word avant le 1er mars 2017 aux coordinateurs et les articles complets d’une longueur maximum de 40 000 signes (bibliographie et résumés français-anglais compris) avant le 1er septembre 2017 avec copie à la rédaction du Journal des anthropologues : afa@msh-paris.fr. Certains articles pourront être publiés également dans les rubriques du Journal des anthropologues et ne dépasseront pas 25 000 signes.

Rubriques « Recherches et Débats », « Anthropologies Actuelles », « Anthropologie Visuelle », « Anthropologies Libres – Libre Anthropologie ».

Les auteurs pourront consulter les instructions pour la mise en forme de leur texte et les modalités de fonctionnement éditorial de la revue sur les sites suivants : 

Contacts

Sophie Accolas : sophieaccolas@yahoo.fr
Jacob Durieux : noir_sur_blanc@hotmail.com
Ariel Planeix : arielplaneix@gmail.com
Rédaction de l’AFA : afa@msh-paris.fr

Parution

1er semestre 2018

Anthropologie et anarchisme

Anarchy and anarchism are the expression of a political philosophy whose thought assembles the figures of collectivism, individualism, solidarity, autonomy, or else radical dissent as elements of a project of social transformation with a teleological perspective. Its critical approach focuses essentially on the issue of power and forms of domination. However, it is also, in the vernacular, an expression that improperly denotes a situation of chaos or of political contestation that threatens to overthrow – in reality or as phantasm – the social order of a given society.

As a political philosophy, anarchy’s influence on the social sciences and on anthropology in particular is relatively misunderstood, with the exception of the tutelary Pierre Clastres. We will examine how the common perception of anarchy is unduly reprised, as well as the many areas that it encompasses (power structures, spaces of autonomy, processes of liberation, marginal positions, and, in a variety of forms, the rejection of norms, including social, cultural, territorial, authoritarian and hegemonic ones). It is not question of evoking a militant imaginary nor of analyzing forms of domination by the heroisation of militants or of the indigenous struggle, through praise of their folklore. This perspective impedes the understanding of the overarching power structures within insurrectional groups. One can furthermore wonder whether an anarchist anthropology may only appear relevant, following upon a Marxist anthropology that formulated theories on social relations through the prism of an idealized conception of economics and politics.

Two recent publications have brought these questions to the forefront: James Scott, with The Art of Not Being Governed: An Anarchist History of Upland Southeast Asia, and David Graeber, with Fragments of an Anarchist Anthropology, invite us to continue, with this volume, an analysis of this dynamic, which is deployed, during investigation, in the building of particular non-hierarchical connections with the environment studied and by the use of specific writing techniques for the ethnographic text. The radical anthropology movement pursues this same epistemological ambition without researchers claiming personal political positions but rather a method and a model for a radical critical reading of the social processes at work.

The political dimension of any approach to writing on reality comes up against two principles: temporal and contextual legitimization, in terms of era and available knowledge, and the one that interests us here, heuristic value. How, beyond anarchy’s denotative, poetic or ideological facets, do the ideas and representations, mechanisms and social realities, but also the discourses and forms of the imaginary that can be linked to the idea and concept of anarchy manifest themselves? What re-articulations, in the words of Scott, now seem capable of surpassing Marxist perspectives without renouncing the emancipatory project of the social sciences? Between projections and ethnographic realities, to which spaces, objects, methodological foundations, fields, and new research perspectives might an anarchist anthropology give rise, when - if we are to believe the advocates of an "anarchist turn" – it could succeed the Marxist and postmodern schools.

This volume will thus treat objects, domains, and related methodological questions that connect anthropology or ethnography to anarchism, such as:

  • Non-market production and trade

  • Relationships, morals and sexual liberation

  • Insurrectional regions and revolutionary romanticism

  • Experimental constructions and utopian forms

  • Political structures, sovereignty and autonomy

  • Democracy and horizontal practices

  • Normative dimensions of inherited knowledge, categories and representations

  • The concept of anarchy in literature, philosophy, ethno-politics, and aesthetic, visual, digital and technical representations (DIY, Free Culture, Open Access, Copyleft, Digital freedom, Common goods, etc.)

Schedule and instructions for authors

Article abstract (1/2 to 1 page, in Word format) should be addressed to the coordinators by mail before March 1st 2017, and the full article (maximum 40,000 characters, including spaces, bibliography, english and french abstracts -5 to 10 lines) before September 1st 2017, with a copy to the editorial staff of the Journal des Anthropologues (afa@msh-paris.fr).

Coordinators

Sophie Accolas : sophieaccolas@yahoo.fr
Jacob Durieux : noir_sur_blanc@hotmail.com
Ariel Planeix : arielplaneix@gmail.com

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals