Navigation – Plan du site

De nouvelles subjectivations du(es) / au travail ?

New Subjectivations at/of Work?

De nouvelles subjectivations du(es) / au travail ?

Le domaine du travail connait actuellement des transformations importantes, tous secteurs d’activité ou de production confondus. Sa nature, ses rétributions, son inscription dans un monde globalisé semblent en constant renouvellement. On peut toutefois s’interroger sur le fait de voir, dans ces transformations, la marque d’une extrême contemporanéité ou si, au contraire, elles gagnent à être inscrites dans un temps plus long et renvoyées à une genèse plus ancienne. Ce numéro du Journal des anthropologues vise à examiner les conjonctures relatives aux mondes du travail, leurs interférences et leurs connexions, à en discuter les impacts (et éventuellement les prospectives).

Quels effets subjectifs de ces transformations sur la manière de penser, concevoir et pratiquer le travail ? Quels sont les mots repris ou choisis par les acteurs pour décrire le travail et se prononcer sur son devenir ? Quels sont à leurs yeux les questions et les enjeux soulevés par les transformations du travail ? Faut-il y voir un facteur d’aliénation et d’exploitation, supplémentaires ou renouvelées, ou une occasion d’émancipation ? Renforcent-elles l’individualisme ou au contraire génèrent-elles de nouvelles solidarités ? Et si oui, comment ? Les mêmes problématiques se retrouvent-elles dans les différentes régions du monde ? Les modalités de reconnaissance, effectives ou légitimes, se trouvent-elles modifiées ? Comment penser l’empêchement au travail ? Qu’en est-il désormais du rapport entre vie publique et vie privée ?

Comment ces (nouvelles) formes de travail, qu’il soit manuel ou intellectuel, reflètent-elles les enjeux politiques, économiques et écologiques actuels : règne des indicateurs et des normes, crises économiques, époque de l’anthropocène, réduction des dépenses publiques et des coûts du travail, diminution (voir disparition) du salariat, augmentation de l’auto-entreprenariat, réduction du marché de l’emploi, exacerbation de la concurrence globalisée, prévalence du capitalisme cognitif ? En quoi les corps et vies des acteurs en deviennent-ils les échos ? Doit-on voir ici de nécessaires adaptations aux contraintes ou, au contraire, des occasions de les dépasser par l’invention, voir la résistance ? Plutôt qu’une analyse des « diverses manières inventées par l’homme pour agir sur son environnement naturel » (selon la formule conventionnelle de Maurice Godelier), que comprend-on du travail à travers son inscription dans un « milieu » (écologique) ?

C’est à partir de travaux ethnographiques ou théoriques et d’une attention portée à la subjectivité des acteurs − entendue comme leurs investissements subjectifs et leurs manières de penser − que nous souhaitons construire une réflexion, selon une approche situationnelle, inductive et une méthode multiscalaire. Les terrains possibles ou attendus pour les contributions à ce numéro seront inscrits dans différents pays et pourront par exemple interroger les nouvelles formes de travail et leurs marges, les renouvellements proposés par les pratiques alternatives et collectives, les modalités de partage ou d’économie solidaire, l’articulation des activités concrètes avec les enjeux d’économie politique. Il s’agira, en définitive, d’interroger où se trouvent la création et le politique dans les (nouvelles) formes de travail, alors que l’entreprise est désormais présentée comme une institution cardinale et face aux problèmes environnementaux.

Modalités de soumission

Les propositions d’articles comprendront un titre, un résumé entre 2 500 et 4 000 signes et 5 mots-clefs.

Elles mentionneront les noms et prénoms des auteurs, leur statut et organisme de rattachement, ainsi que leur adresse électronique.

Elles seront adressées aux deux coordinateurs du dossier et à la revue :

Calendrier

Date limite d’envoi des propositions d’articles : 15 mai 2018
Réponse aux propositions d’articles : juin 2018
Rendu des articles : 15 novembre 2018
Rendu des articles retravaillés : 15 juin 2019

Parution : novembre 2019

New Subjectivations at/of Work?

Major transformations are currently impacting the domain of labour, regardless of the sector of activity or production. Its nature, remuneration and inscription in the global world appear to be in constant evolution. However, one may question whether these transformations are indeed due to contemporary phenomena or if, on the contrary, they should be inserted in a broader temporal context, even as far back as their geneses. This issue of Journal des anthropologues will examine the conjunctures relative to labour, their interferences and connections, and discuss their impacts (and potential prospects).

What are the subjective effects of these transformations on ways of thinking, conceiving and practicing work? Which words do actors use or choose to describe their work and to invoke its future? What are the issues and questions raised for them by the transformations in labour? Should labour be seen as a further, renewed form of alienation and exploitation or as an opportunity for emancipation? Does work reinforce individualism or on the contrary does it generate new kinds of solidarity? And if so, how? Do the same issues surface in similar ways in different regions of the world? Does this modify terms of recognition, whether effective or legitimate? How do we now think about impediments to work? What is the current relation between private and public life?

How do these (new) forms of labour, whether manual or intellectual, reflect current political, economic and environmental issues, such as the prevalence of indicators and norms, economic crises, anthropocene, the reduction of public spending and labour costs, the decline (or disappearance) of wage labour, the rise of self-employment, the reduction of the labour market, the exacerbations of globalized competition, or the prevalence of cognitive capitalism? How do social and individual entities and existences consequently echo them? Do we view these elements as compulsory adaptations to new constraints or on the contrary as occasions to overcome them through invention and resistance? Rather than an analysis of “the diverse ways invented by men to act on their natural environment” (following Maurice Godelier’s conventional formulation), what can we understand of labour from its inscription in an (ecological) environment?

We wish to build this reflection on ethnographic or theoretical works and a specific focus on actors’ subjectivity – understood as their subjective investments and their ways of thinking – through a situational, inductive and multi-scale approach. Possible or expected fields of investigation for this issue will be based in different countries and can, for example, examine new forms of labour and their peripheries, revitalisations made possible by alternative and collective practices, modes of sharing and of solidarity economy, and the connections between concrete activities and economic and political issues. The objective is to question and identify the roles of creation and politics in (new) forms of labour, at a time when enterprise has become the cardinal institution, in the face of environmental problems.

Submission

Article proposals should comprise a title, a 2500 – 4000 character, summary and 5 key-words.

To be included are the author’s first and last name, position and institutional affiliation, and email address.

Proposals should be sent to the two coordinators of this issue and to the Journal:

Schedule

Deadline for submission of article proposals: 15 May 2018
Answer to proposals:
June 2018
Sending of first draft articles: 15 November 2018
Sending of articles after evaluation: 15 June 2019

Publication: november 2019

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • OpenEdition Journals