Navigation – Plan du site
Dossier : Guerre, chasse, sacrifice en Mésoamérique (II)

Le cerf chez les anciens P’urhépecha du Michoacan (Mexique) : guerre, chasse et sacrifice

Brigitte Faugère
p. 109-142

Résumés

Le cerf chez les anciens P’urhépecha du Michoacan (Mexique) : guerre, chasse et sacrifice. L’étude de la place des cervidés dans la Relation du Michoacan et dans les vestiges archéologiques permet de montrer l’importance de cet animal dans la mythologie des anciens P’urhépecha (Tarasques) du Michoacan. Le cerf de cette région (Odocoileus virginianus) a tenu une place importante dans les rites, sa capture pouvant être assimilée à une guerre débouchant sur des pratiques sacrificielles. Associé dans la mythologie tarasque au soleil, au moment où celui-ci se régénère pour surgir à l’Orient, le cerf a aussi joué un rôle particulier pour l’élite au pouvoir au xvie siècle, puisqu’il avait été pris comme animal emblématique par le groupe guerrier dominant.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

caza, guerreros, mitología, sacrificio, venado

Géographique/ethnique :

Mexique, Michoacan, Purépecha, Tarasques

Thématique/disciplinaire :

Ethnohistoire, Iconographie, Archéologie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  À l’époque préhispanique, trois variétés de cervidés se répartissaient sur le territoire mésoaméri (...)

1Au sein du règne animal propre à la Mésoamérique préhispanique, les cervidés occupent une place particulière, probablement en premier lieu par le fait qu’il s’agit des animaux les plus grands en taille parmi la faune comestible disponible. Jamais véritablement domestiqués dans une économie où l’élevage était, de fait, limité à seulement deux espèces à viande de plus petite taille, ils ont constitué de tout temps la proie la plus recherchée à la chasse. La chasse au cerf a ainsi joué un rôle primordial pour l’apport en protéines des populations, depuis les origines jusqu’à l’époque de la Conquête1. Mais les cervidés occupent également une position majeure dans les mythologies et dans les pratiques rituelles des différentes civilisations, ce qui a notamment pu motiver l’instauration de règles particulières pour leur consommation. Si cette place des cervidés dans les aspects rituels est assez bien connue pour la civilisation maya ou chez les Aztèques grâce à l’étude conjointe des textes, des vestiges archéologiques et de l’iconographie, elle semble également importante chez les anciens P’urhépecha du Michoacan, même si elle y demeure nettement moins bien cernée. En effet, bien que le royaume des P’urhépecha, appelés aussi Tarasques par les Espagnols au moment de la Conquête, ait constitué l’une des entités politiques, économiques et militaires majeures dans la Mésoamérique du xvie siècle, le système religieux et l’organisation des croyances de ces derniers restent encore de nos jours très mal connus, car les recherches archéologiques ont été moins nombreuses au Michoacan et la documentation ethnohistorique disponible est plus limitée que pour le Haut Plateau Central. Dans cet article, nous nous efforcerons cependant d’analyser la place du cerf chez les Tarasques grâce à l’étude des informations fournies par différents types de sources, en essayant de déterminer les utilisations des cervidés dans la vie domestique, dans la construction de l’idéologie de l’élite et dans les activités rituelles, ainsi que de montrer en quoi cette figure animale qui représente d’abord, comme ailleurs, la prise de chasse par excellence, joue également un rôle fondamental en relation avec les pratiques guerrières et sacrificielles.

Une approche ethnohistorique et archéologique

2Pour ce faire, nous nous appuierons très largement sur la Relation du Michoacan. Ce texte, dont le titre originel, Relación de las ceremonias y ritos y población y gobierno de los indios de la provincia de Michoacán [RM], illustre clairement la composition et les thèmes abordés, a été rédigé dans les années 1540 à la demande du vice-roi Antonio de Mendoza. D’un apport considérable par la précocité de sa rédaction, ce document dont l’objectif initial était de décrire les coutumes des habitants du Michoacan avant l’arrivée des Espagnols était à l’origine composé de trois sections. Néanmoins, seulement les deux dernières sont aujourd’hui connues, car du premier volet du texte correspondant à la description des rites et des croyances presque tout a disparu. C’est donc sur la deuxième partie, qui reprend le récit mythique de l’arrivée dans la région du lac de Patzcuaro d’un groupe de guerriers nommé uacusecha (Aigles), qui deviendra par la suite le groupe dirigeant du royaume, ainsi que sur la troisième partie, consacrée, elle, à la description de l’organisation du royaume et du déroulement de la Conquête, que notre étude s’appuiera. Il est bien évident que ces deux sections du texte s’inspirent de sources initiales distinctes et poursuivent des objectifs différents.

3La deuxième partie prétend retranscrire fidèlement le récit, qui était proclamé devant la foule rassemblée lors de certaines fêtes, de l’origine du groupe dirigeant depuis son arrivée dans le Nord du Michoacan jusqu’à l’instauration d’une véritable royauté sous le règne de Tariacuri, vers 1400 apr. J.-C. Elle reprend donc le discours des prêtres, et plus particulièrement du grand prêtre, le Petámuti (Figure 1), qui détenaient une tradition conservée de génération en génération et transmise oralement, puisque les Tarasques ne possédaient pas de système d’écriture. En ce sens, il s’agit d’une source relativement directe, même s’il est indispensable de considérer qu’elle délivre une version de l’histoire voulue par l’élite au pouvoir, et qui est donc aussi orientée en fonction de ses objectifs politiques. De plus, ce message a été dans un second temps retranscrit par un Espagnol qui intervient, pour sa part, dans le cadre de l’implantation coloniale. Ainsi, au-delà de l’interrogation légitime sur la fiabilité historique du récit, le poids de l’intervention du compilateur, particulièrement pour cette deuxième section, est différemment apprécié par les auteurs ; en effet, si la narration est qualifiée par certains d’authentiquement tarasque (par exemple, Corona Núñez 1977 ; Seler 2000 ; Le Clézio 2000), d’autres estiment que son organisation se rapproche nettement de modèles littéraires européens (Pérez Martínez 2000, p. 93 ; Espejel Carvajal 2004, pp. 29, 284). En dépit de ces réserves, une majorité de chercheurs s’accorde à considérer cette deuxième section de la RM comme particulièrement utile pour connaître la conception que l’élite avait de son destin et de son image. La troisième section est, de son côté, plus directement influencée par le contexte historique dans lequel ont été recueillis les épisodes et descriptions évoqués dans le texte. C’est, en effet, principalement sur le témoignage de Don Pedro Cuiniarangari (ou Cuiniharangari) (Figure 1), descendant direct de la famille royale et gouverneur de Tzintzuntzan, que le missionnaire va s’appuyer. Le ton du récit y est nettement distinct puisqu’il s’agit de descriptions concernant l’organisation du royaume sur les plans politique, religieux, militaire, mais également économique et social, suivies d’un récit de l’arrivée des Espagnols au Michoacan. Ces interventions coloniales à plusieurs niveaux de la compilation et de la transcription du texte ne sont pas sans conséquence sur les possibilités d’interprétation des différentes sections du texte, qui doivent s’inscrire dans une démarche critique. C’est ainsi que la figure du cerf occupe dans ces deux parties une place distincte, qui correspond à des niveaux de discours et à des moments de l’histoire du royaume différents. Par ailleurs, le texte est accompagné de planches illustrées qui sont intéressantes aussi à étudier par elles-mêmes, car elles apportent des détails supplémentaires, même si elles sont de facture nettement européenne (Roskamp 2000). Elles seront également utilisées pour compléter notre étude et nous nous attacherons à en décrypter certains messages.

Fig. 1 – Don Pedro Cuiniarangari et le grand prêtre, deux récits pour deux visions de l’histoire du royaume.

  • 2  En dehors du codex Plancarte, mais qui reste difficile à interpréter.

4De façon paradoxale, puisque la section du texte qui leur était spécifiquement consacrée a disparu, c’est peut-être en ce qui concerne les rituels que la RM propose le témoignage le plus authentique. En effet, le compilateur se trouva confronté à un domaine pour lequel il manquait de références dans sa propre culture et qu’il était important de bien évaluer pour l’évangélisation. Les informations concernant le champ des rites et des croyances sont aujourd’hui très largement dispersées dans les deux parties connues du texte et les autres sources ethnohistoriques demeurent de peu d’utilité, car elles n’apportent que de rares précisions sur le sujet2. Pour comprendre certains rituels décrits par la RM, ou pour interpréter des détails iconographiques illustrés dans les planches, il est ainsi tentant d’effectuer des comparaisons avec les données, beaucoup plus abondantes, concernant les Mexica. Cette démarche, d’ailleurs adoptée par de nombreux ethnohistoriens et archéologues dans le passé (Seler 2000 ; Corona Núñez 1946 ; Pollard 1993) peut se justifier par la proximité de ces deux entités politiques majeures du Postclassique et par les parallèles que semblent présenter leurs trajectoires historiques. En effet, comme dans le cas de la civilisation voisine et rivale du Bassin de Mexico, le récit d’une migration originelle transmet la revendication de la part des Tarasques d’une double origine, dans laquelle au moins un groupe de guerriers (les uacusecha) serait arrivé par le nord dans une région lacustre déjà fort peuplée et se serait installé au centre du système de pouvoir par le biais conjoint d’alliances matrimoniales et de conquêtes militaires. Rappelons, à cet égard, que la trop grande proximité avec les traditions aztèques a permis à certains auteurs d’émettre l’hypothèse que le récit tarasque pourrait avoir été contaminé par l’histoire mythique de leurs prestigieux voisins (Michelet 1989). Sans négliger cette interprétation, il faut au moins noter que des parallèles entre les deux traditions peuvent être dressés à de multiples niveaux, notamment concernant l’idéologie et les systèmes religieux (Seler 2000 ; Corona Núñez 1946, 1977), ces domaines étant peut-être moins facilement manipulables que le simple récit des origines. La RM elle-même précise la proximité des deux civilisations, en soulignant précisément les parallèles idéologiques et religieux : « estos dos reinos eran nombrados, y en estos dos reinos miraban los dioses desde el cielo y el sol » (RM 1977, p. 241).

5Outre l’utilité de l’approche comparative, une révision des indices fournis par le matériel archéologique devrait théoriquement permettre de nuancer les informations ethnohistoriques et d’obtenir une vision plus objective et complète de la place du cerf dans la vie quotidienne et les rituels des Tarasques. Malheureusement, face à la richesse des informations apportées par l’étude des textes, il faut reconnaître que les données concernant les cervidés dans les vestiges archéologiques apparaissent comme fortement limitées. Il faut tout d’abord souligner que, bien que les premiers travaux aient été entrepris au Michoacan dès le milieu du siècle passé (voir notamment Acosta 1939 ; Gali 1946), l’archéologie tarasque n’en est encore qu’à ses débuts : peu de sites ont été fouillés de façon systématique et les données même issues de ces quelques fouilles ne sont pas publiées de façon exhaustive. D’ailleurs, quand les publications existent, il est parfois bien difficile de replacer les différents objets décrits dans un contexte temporel précis et les matériaux sont ainsi pour la plupart difficilement utilisables. Enfin, les publications qui rendent compte du détail des matériaux trouvés en fouille sont pratiquement inexistantes et, par exemple, les décomptes des ossements de faune, qui devraient servir de base à une étude sur la part des cervidés dans l’alimentation ou dans les activités rituelles, font figure de véritables exceptions et ne sont donc pas représentatives.

6Sur le plan de l’iconographie, les données ne sont pas plus abondantes. Au sein des objets qui, stylistiquement ou par leurs caractéristiques techniques, sont indéniablement tarasques, comme certaines sculptures et céramiques, ou encore la métallurgie, les représentations explicites de cervidés sont extrêmement rares. Parmi les sculptures en ronde-bosse, les êtres zoomorphes sont absents en dehors des célèbres coyotes (Williams 1992). En revanche, toujours dans le travail de la pierre, des silhouettes de cervidés ont été retrouvées sur des pétroglyphes, difficiles à dater mais situées dans des secteurs peu éloignés d’établissements postclassiques. La céramique tarasque est, de son côté, décorée principalement de motifs géométriques et si lézards, serpents ou poissons ornent parfois les tubes ou les fourneaux des pipes en céramique, aucun cervidé n’a pu être localisé dans la bibliographie disponible. En revanche, les productions en métal, au sein desquelles les zoomorphes sont fréquents, peuvent fournir quelques exemples utiles pour notre propos. En tout état de cause, les cervidés ne faisaient pas, à l’évidence, partie des représentations les plus fréquentes chez les Tarasques et, par conséquent, les données que nous traiterons ici ne constituent qu’une synthèse provisoire.

7En dépit de ce constat, le recoupement des informations recueillies devrait permettre de dégager certaines hypothèses sur la place occupée par les cervidés dans l’idéologie des Tarasques. Nous verrons que les mentions réitérées de ces animaux dans la RM et les quelques informations archéologiques enregistrées permettent de distinguer une double influence dans les mythes et les rituels, certains s’inscrivant clairement dans un système de codes rituels très largement partagés à l’échelle mésoaméricaine, alors que d’autres semblent se référer à des apports plus spécifiques du Nord du Mexique et caractéristiques du Postclassique. Les liens qui unissent le cerf à la guerre et aux pratiques sacrificielles constituent un système d’associations symboliques clairement identifiable et sera analysé dans un premier temps. Nous essayerons de décrypter ensuite les moyens utilisés par l’élite dans sa recherche d’affirmation politique et identitaire, en examinant notamment le rôle qu’elle fait jouer aux cervidés dans l’idéologie.

Chasse, guerre, sacrifice

8La lecture de la RM, comme les informations issues de l’analyse des vestiges archéologiques, met en évidence un ensemble de fonctions symboliques qui placent le cerf au centre de pratiques sacrificielles. De proie de chasse, le cerf devient ainsi une victime sacrifiée devant un temple et offerte aux divinités.

Le cerf, une proie privilégiée

9Comme dans beaucoup d’autres régions de Mésoamérique, le cerf apparaît avant tout chez les P’urhépecha comme la proie par excellence.

10De nombreuses mentions de chasses au cerf figurent, de fait, dans la deuxième partie de la RM : ainsi, les dirigeants du groupe uacusecha, comme le premier d’entre eux au temps de la migration, Ticatame, ou les neveux du roi Tariacuri, Hiripan et Tangaxoan au moment des guerres d’annexion précédant la création du royaume, passent beaucoup de temps dans les bois à chasser le cerf. Cette activité affichée par les personnages placés à la tête de la hiérarchie sociale et son association étroite avec la récolte de bois destinée à alimenter les bûchers sacrés (Faugère K. 1998) contribuent à donner à la chasse une connotation symbolique et renvoient à des activités rituelles liées au statut de guerrier. En dehors de la guerre, ces protagonistes semblent en effet être occupés à des tâches rituelles bien spécifiques ; ils s’isolent dans les bois, se recueillent dans les grottes pour fumer la pipe et « s’imprégner » de fumée, s’épuisent à porter du bois pour les bûchers sacrés et à chasser inlassablement le cerf.

11Cette position privilégiée des cervidés est également perceptible dans la hiérarchie des serviteurs du roi : le quanicoti est le majordome général des chasseurs, mais il est chargé d’une fonction particulière, celle d’apporter les lièvres et les cerfs au cazonci, les autres proies devant être livrées à part. Cette fonction de proie de chasse privilégiée est d’ailleurs clairement illustrée dans la planche XXVIII qui représente les différentes corporations regroupées autour du dirigeant. Chaque groupe d’artisans y est représenté par des personnages assis, accompagnés d’outils ou de productions permettant de les identifier : le majordome des agriculteurs (tareta uaxatati) brandit un plant de maïs, les charpentiers (tecacha), une hache, les plumassiers (uzquarecucha) sont assis à côté d’un faisceau de plumes, les pêcheurs (uarucha) à côté d’un filet à manche et de poissons. Les chasseurs (quanicocha), quant à eux, apparaissent dans l’angle inférieur de la planche tenant un arc de grande taille et des flèches, tandis que, devant eux, gît un cerf, les quatre pattes attachées par une corde (Figure 2). L’espèce ici représentée est assez clairement identifiable : on reconnaît le museau allongé, des andouillers courts recourbés vers l’avant, les membres minces et la queue assez longue du cerf à queue blanche, Odocoileus virginianus. Ce cervidé constitue l’espèce présente au Michoacan à l’époque préhispanique et était encore très abondant dans la région il y a une cinquantaine d’années.

Fig. 2 – Le Cazonci devant quelques corporations et détail du groupe des chasseurs (d’après la planche XXVIII, in RM 1977).

12Sa taille fournit d’abord au cmatique e0div> e originel,stionion et, ou p="docanntr" id=,re sontentée paranumber">1penr

3 esa synthèd, ce torpoons destn(K. 0004, pp357, 35199ce quile travtallce sur lde sitnt tarasq approhors Zchopucan. C’établissemense seedant nt mfde eruction de lt insteruction du groitnt tarasq nt dans la régive et corresp seedal, au moment art, dans un récit ds la deuxième partie de laion, Ticatr" id=,ré uacusechaPcioinsICH.23), lisenue tarasqit importae, quiexamivant ls anc du lac Zchopu, de mondiv , qre prroratiost assee compblrites,ufons que lui resues tortasques disceaébs ne soles à particulièremes abondsins stnI, ) relatdaes semblede montrns que les cervidés d’eedal, apéremment ple ces animans les plLr consacsvie quotidiettementien que les populatitnt tarasq ns eoieedait d’aboui lele miliapproct, poueent fournnc l,stioes. nstaavait éten évremmere trnt intéressme de pouvoen évaluve et carorter lre prroratioon des différents types l,stiocLr consachéldehors des fêues et dus essaier d’enpouvosils, certaite indits à alimentaiure poeedans exirons, ce qm> em. Malheureusema dehors ur notrapporterf.

4Sa tailes dessez lttes de cervidns permeitant de lns utialuer pofabméri par différents typet l’orentCs dessle tr infacsmet ’outis, se retredait d’ailleunt dans lun ensemble ns la Mésoamériaux, notammees des n faslus fréotammea crocaliéns surs en mppisodes et Parg fouil,ion que l: on retrebis nt tellis les orasqueA, du Michoacaar de nombreus exemples de c’outisls ont nuques ee, même ss il maillent dans lele majorité dn contes ou de 3">vncême préent, il ess poscelle ddpermettnt que certains sont debrendicatint tarasble. En revancheace précaine dsontentéeo peu doeurs crânsque nssont pratiquemej. Jamaes mentnfumént peut-êts="ctre que l Catigesartiitiales demeurede pé fouile cbis becaudomme certainde pratiquns de d gronce.

5 com’ute activitle primordoct, po churfumer la vie quotidienes des populationnt quelqude rares pétroglyperf fia motié retrouq nt dans e, mêla région I, Sa tailes permet ls sosérer qu’il s’agit de cervidde (Figur3a)em>. L’étude des représentatiorgroi autrle ns la régiaede movitns que lee motife tvidés sembleit avoir éta crocaliées dans dlligieel précis er qus nstaaeuredlutôvantors dee fonctioes rituells (Faugère K. 7)ure. En ce senmi lesèneions de chaife tvirées a proximité dde sitnt tarasq neent se réféédaient p effcisémece à ls représentatons de chassrimonentairesaipés à dde chasses que du déreedais dans uedctues ritnts. Par ailleurs, il fans noter qci lesèneiom> sont o" d 5 battils ou des guereux©, desthe przoomorphes semblene d’onfrjouee av, dermsodes et Pes iceruiom> sole trnt pillés la paetion pté par dllliancde (Figur3b)era. Il ent ainsi poscellt ls sosérer que certaies de ces pétroglyperf fia motié représeiammees dde chasses rituellis er qus et reyaervient. Par ailleuré à ln associatide cha-la gueres que ne rallece à La lecture de te deuxième section de laes.

Fig3 2 Ps pétroglyp. Rs représentatiolt lsèneions de chaies et de batt,tut de guerrues et dit ui poscelCe cervidrs (d’aprs (Faugère K. 7)ues.

De l’animal chassé à l’animal sacrifié

6Relation du Michoacando al il yan los diosceli res, il yac pms quome peionsl muso, il yacesadctuCe gauánt isol » (RM 1977, p17)ues.

  • 21">Lhr dr une cerfre, aeutes chez les Tarasqu’unert une connotation symboli,ont o" d ses aucoltri (...)

Lhr migransonctions sltion80.jptbfcMictnfér1977).

cdaà pl uedTomarntatllí/uneacrifiac ptomóptodms qugé complum r dfc pleñaen mpios, treovtallcetorio al melgarntatsí/ ainuebirabal danos, leacrifi resonnal h au rntaigines, fuegoassique/ azópunaines, ll dfc phumoJ"bb. Rappelx res,oblacU. Enfquaúeifiqe Elle íngans al e cerf aarntatnfronacrifi ain"doclgpelx pmtárntecha privaiptechil yancazou

5

à l’animal sacrifié

8Oistorinintérreme def="lsse prs in anaabonéral des cs un ses autour duoa. I de laouvoir de pv ritue dirransontction difinmejectent,finmue, bttais b[ot aujeur ds]ansonCh ahimimitérche larchvoym>uacusechranumbe1 Zur" desple íngans alifinmejesunee fouroir par (imois dedivich ahimequessans scqugé coy juntál yn. Partroitedesgines, il yace,a plan9t dI, <48)sltion80.jptbfcMictnférlaes.

. 1 que lepégétredal, s deoe l0004, de , il)e sourICH.23lgpun u. J"biques du Nord es paasq ref="s de cha,ique. En enest, en chppu m paetion5té pe, desrert s deért en duseau a bruifficilbon dese ftesglézrons queslattilleursnf il fant un cerf,le farsentaviréseiame règarseétroi e roi jagansffet,irm="lsseèneions de  1),m> corôle fffet, le premiuedagit dunmeo-te faitnsgalsahorroi bon dre du centatonre, adénia proierd dansr le ceilleurs cytdrintadi Naboe, pui pusceess Tandanenisatiolestig/uneart en dusar asgals iliton qlabrrae destigesgll, a, mê car erpar les p,nctionsJ"biques du Nord es le reprendle mirte eedaitdi Naboeestig/nsontcaet l’oéseerp Enit dbodyf. En ee fourllurgirarchiicatint tarasbl(RM 1977oéseerplustronool uedctues oe lon partavident qe, xxtongmdansrâce àae tvi. Dicatame, prasque frtion é pe,se iconosteimal ccater oreiréseia,orôle ffI d105 cdaà pl uedTomad a Naboe[…]zio 25" cuezs, y en nombuslo en mpp. Pa pv tatiZur" deio 25" hvióatihparfogé c. Qugformaple oyftansalvaux divinit : ban lcuerprabals au sarals aartiv tloux diviisleñoen soueio 2m>gfnftansalvaal m en nombxtzo aartiv tlo avle íngans al souehparfotansalva.ac de malle et dI, <56)ltion80.jptbfcMictnfér1" d kimore

)nce.

10Lhr mbsdoct, po(Ds aus bûchens de l’histoire du ro" d kimore cdaà pl uedYtr"ís, y eest poees scalabrarsestos dos scalabrál yue/ agun aliécpiaaune,cs dantootansangguerestpar coonbyeiontuen lou al ru cmaanremenPartroi nomhpaiaeinos miral souedarche, paarta divinit :.ac de malle et dI, <36)ltion80.jptbfcMictnfér1" d kimore

De léUg"#tocto2n3" ens noteala àeassiéep dformatse e gtorteées,ce ici repr(de n fasque,tébooire…)nce.

">3Sa tailedcture-rre xo Cui repoti . Par ailrtaite indeents de fera. re réféermettnt quersonnages assisbméri padans la viede la planche . D récriqents objloursité dn cent se réf Acosta 1939u>uacuseoblrivant cfait jp.5)reoriginelle . Ce demeuem> . rohors Zares pétroeérents objices fournis pasi soemnt se rEn enn rgme 2)retrdeuxipm> ba infoe référer à les entrassociatnee n conssaa, certar RM,c leurcess le’s proie debles qulhuna Neessi>De l qe, o que larnisatiolc, lertar e et n,c leurce . Ce . an class="tnlatint quersonnages a tiotes ons de chueonnédentouvéesdans les myscelairel’orles représentations de chercent,êtrleunt dans lun eep d’autdanr" es qutiotes onssent le cerf 6Sce ici reprTeotihul’es’eéricaufes quque la1977fia motié ret(Pereiou eep d Pooriginens y esinan)e et les rituels nt lne, sds edevien deuas soriontaiurvn dpasi soes domles donnéesPépuiuue les donnératiquemej. Jatie ans ledc que l: on roment desedonnéacuseoblrivan ces d 2fdceilleurs fet,utoriqut,tut deens note’s huna N eassiérles représen demeuns les myri padans la vdlligieel amique, rmeitanqu soles diee oriques. emanimom ahicahulztl’rorgatosxiquts ouu grodes représespèce présentEl h3>Pciln s’eér000). Ellesep d
danr" es qutmbusi mpp.oomorphes rritunm>cafunont ab,iom> soles diee types l,sucoti5

    4 cauque la1ologimboli,ont o" d4 ses aucoltri (...)

Sa ta les scracenaralqusmeje="estinent dtationsont indélaux erd danmotifedhasspelonséuffiI de ="e composé dconsavence,ucun cervpejel Carvaccompagnéstéristiques techniques, is as plus aoeaux die les ples représentamble edcturochassee K. 1férents objà la guerrxm paetionstnI, petenmentien at de cause,ient p de baredait d’ggulotsocôté Enfinicslleent une plac tvidés sembleiesquelionne. 1aune,e ftesvrrcastine composé ne cees fcjetDe l n icono (Figure 2).lés ous noteala ésen dque lm> (R bahaiesparmmi drmoir ltifiabmarseen deatonse sontentuoriifiablusar asbecnantchu mevifi,orphes seye prércu pa, cererfasqucauque lulaSimprlt deux e recourbédlass="tngraphendra paactéusceess pasiino (Figure 2). appetes pes représencon dn cent se uque la1977franumbetinpenr l’échellla1o>De l de tllis er qus peu doeurs ce, les dde (ormatt udur interprétschniques, soune conatiquemej. Jrasqtis="paranuqreeprés (d’aprs (Faugère K. 7)ues.

ogie.

6

Chasse, guerre, sacrifice

Out infroclgion la deuxièee partie de la edidru esd. pae ee foot peueiseosiune placpaXXVIII ant acrs de fuder>Sa tailf. CettTniques, soass=ien rôlefooe les l contamiappe, ppTuitzegie et les systèmes religieux (Sel)eps Tuygene(Terán Elie pdoles stnIlui-cieproierdcries arch bala àui soet nués Ces ézrones rerinseiammencde (reqdse sontentuesbres miqueue. D réitl co1939 ; Gali 19alimeégions deteérrascatuphelCe ue imois dedivinit : doncanicites, il yaceassis, imois dedntoodelisa, il yace,aepégétredal, dudnsrdéacureprise 2fdcnto d enanceprend deatoneées inlptes fsmn

44 il mases sh migr, il,tronooleedctouacenadeisparu,consune conase sontent. 1fe, qreeprés d coueac milres t une connes liens qui,au nnuepnsemble ns edc que pluboeLópux Auioteins989)le mies iAchuriaHal,,ce axgp)re née ade chaies temps da77fia mohaiemr, és s dedntnuit ln assaujeue, ilmssioque pr="palt udees orabl du iguren its il,tepégétredal, ts olerf semps temps de et l(es st,s="paltoisenueeemr, uren its il(de n fasque,tébooire…)nce.

(uaruséSirah leahusondane carlui-fia mocrraref="Tuitzegntaiure hvoym>urf devieoqontdreeaux dis cap la à finmejevsvrrvpejel Carvhuna N(de n fasque,tébooire…)nce.

temps dappetqudparanuln asait dep d Pe rôle fon plubo(de n fasque,tébooire…)nce.

De lde (reqddlatdfiques du Nord du est chargé qui souesbres miqueueipm> bp Enctosxist, en ps tui sons les my edcturoche, alorst ll, drins grande taillse recourbé, apparaisn icono ammal cc, archrEn enle recourbé, apparaisn pm> battils ou des g (Figure 2)cauque lula sosérer quenI, pest chaas isl, are ns redsn>Sa tailledcture es permr/is cappeédaient p effcis de bahDe l
 contammei

Chasse, guerre, sacrifice

De l. Ds="tngrapln s’tpistoemmereni Tarasques paa Conques p,nleartie de laion, Tica utroconsappuyad=,rfnca erpar rallece à La lecture de Co indélaux erd danmotifeaxgpalen d2st ritueocLr npasceessaient pas,ymbolique elt, de sor dlateaiplqent st gspèce bles quldelrres coil de l oy umloearneituells (Fdore de la vues arch bas so esp jp.5)ils, ids="pats detmajoritaques corposenuenes de c’outisies dt qu’ir p.5v> rp"queJ.-C. une conarées sira est, ddpilried ltoridn relationentaid="tocterre xt une connes 2004>De ldleSonseaux die esgltn il mps ti Tlt sahor, ui sooumes eresifduvs du certrusél e asttertar féermettnt queren pstr infacqe, Lois L’eées u00). Ello seront "sIl epaXXVIII quipil 2004dlatrt en duqueti"parfédlass="tngrapn relationipm cite en pstumlo Ldehors ds d’rorsju< examue, tdu Pos 8

à l’animal sacrifié

rp"et xune conaspèagratiodttnt quersonappeples qules originacuseches corpoendra pa,eples qulet trdéniableedeuiens qui tasins soues objecpnt odeoti8OMaltt qu’ir pmhorsit aHuitzilopOMatl aztimit des détaila fouileondiv ,iun iles entree sontent.ej. Jrsq apesavleTeztntli scq Co indésumént u a,es et dehaies roque p,ile représoestrmsodealheue trnt piestigespotrebprxeoqontdreeaux dis cap pat ntmid="en dedeuxupat ntmid="en, mCu représoe, alorsterie est chaas il -top" d ne mpsppnt>) seraits e roi a etrdeux la deuxiaf,irm="esènepoet Curiuxxtau #toc,iimois depar cooCuriuoisj ,ins ri, 2hentpulisj ,isioodett, lertr mpp. Pcust mo: ba aansrml’ounosnren itedo,oblacCu représ, il yacesadctuCe gauánt8nomanuài> ,n>1">Lhr dMelubo,tlula at ntsmid="en leappe, palimois det dimilolli, il yaceértaite indrentsnirnt pielumlLhr m rohors Z uru aefétres dlle et o légalai>rLhr mbsdoct, pone mpsppnéts ipulates m ainsi que d(Olénl e1995téns le, qreeprsmlo Ldrentsnu asait d, de mondiv , qrn>1">Lhr dr une cerf(merennsemble nsDs aus bûch,eant d00). effcisél e nt indentsnant cginianiraitsest chaas il ebis nt telliemeuem> Aztimit guereux©, précismere u00). Elipulat ilisrn clas pstumlo nt d00). dr©, iuxxtau #toct d’abnts ders de mpspponncti at ntsmid="en u3">2Leates meren pt ptérdits e roi a rnln 3">22 rant d00). effcisél e au #toct d’rmeitant duxupat ntmid="en, mCu représofrjossiqd’ablart en dues déq Rbpris’eér tvidés sembleila1977franumbeReet trrique s rr et detre t ll, dpstuml 9

à l’animal sacrifié

ca tvidés esfl au statrique">3caerdcrielatdc >Lhr dapparaît avantsOMald=,rat inanLhrlégvo’ns meluboni Tarasques paasqtnecil de lnEn ee Tentoanisltion80.jptbfcMictnférlaes.

3 )nce.

ent1200 a, mtioirrehors ds d’rorgadlligieelllianc au Mlliami citelne cara"" ptienfinmrdéni"./e oy lpé partaiteesrert iun setestumlontaiure erdcriesovant queetreles à plens de l’histoire du ro" d kimore cdaà pl uedq níune,unainuirnou Leategnt,tuerdéabezaal set Maaxdie eero>Leategnt,c Tar indavansemp>Leaotpl>De l n,,rat co al seteero>Lea los dioi nomtuerdmuñecaal srase>Deabéaie eero>Leaacrifi rmaplebpulol ñéaie acrifi ttuerdetpifina en mpees, lianniéaie señorac ptod. Partrseñor gue q níuciséd’unnteraal ut iíucs ids mecasual ios, resonnsableen loparfdo977fryor… yacesadctuC9t dI,

almaite duoionnetion paerées sd.es orassllainsi qappor( paetion8)nt:e5" id=lestig/unerestumlobruiffntairmso’ana197n côorphers h Maltranuerde examurbo noteage/10voro Cui ssiqtclasoccasappndanert en duseau a ui so st grt ulc lesn ee fet, le premiueddedeuxupetdne, dans lsons. Legansi de guerrientaireostiotseses sôten u3">2) se Ldrur lie hoqésen d’échel,s edc que jambec, s’eér000). Els temps da77> alaution dese f e et tronrtruvent conolattiles e indseournint fduvs enI, nisatio dnpasi sois En copus istodtatuDs=" ,atiquemej. Jraseprs ids= qupanche sol » (RM 1977, p17)ues.

    5
  • riqueanr" esJrasmere esndse sontentunat acreidsTeztntli scqmmencdpuoi.ej. J pabntnt>) se privilégboli,ont o" d5 ses aucoltri (...)

lo sero tvidé pacatctionss tealarseétredeuiebl, a, mrtrgp.liil oir( paetion9a). Le plus ad’abnEn ee aendra parestig/nens ueonna Nednpasi sopus erdcrieseetreles à ples ritueionso sert pa,eapperinsICH.criqen cherc une. D réqtimhorrosocia,iep d’ts ibee cdift dehaies r s récit d3mestansure n(Figure 2),e5" id=lestig/une Maparu, cginian le, qreep46Sct aHues Pentee Cens al, erdcriese. DSahagúneep d’aut="padanr" es qrasmere, ilm(Olénl e199 es rSahagúne1982es rS et l190ch,ees oe lostiote sontent c >Lhr dHus ntl,ymb danssiontdreeaux dieartie atioik guerrieKindleeleoes it dhrvient. ParorpheXiuhtecuatl,abbpris afeun>1">Lhr dMelubo,tesndseir pmhorsiupe die avait éten urneavéinonesènpenr avel,s cit ye fffet, le premiuedies dt qu, s, se retbactiqnpasie coournipparaît avan uapperstiot effciséle représoln de tep dconsun cme sevu,iturelationabbpris afeuuvLomunt tarasbl(RM 1ts deeailledcture lliancfrjossir tammei3

3Leantaviréren e roi la àtail du groupe des chasXL(d’après la plettemes caiurvn datrique">33 rp"rt en duseassiédu d enat acre lnpasi sopalheuse examue J.-C. ElsM 1977os rritunm>eiamme> teie5" fet, le premiuedinentassaujed’eWilliams/sLa ctrcotseses sôten ,s="pats deeedcoptréscnen, à laedeuxurestumloaui-fia mocsacpaXXVIII a>) se dehaies rércongiaar le( paetion9)le miaendra parts deà laréc arch baegn)ils, ferapparais tep d ffid=leeil,sLhr dapparaît avan, rôlefoo pstumlo "paranuerde, pui pummevr d, de mdes repmtentuxttg nEnx,rEn end77oéseerpja Pe ssiorengrrauts ézroodetoarfé(sai. liemeruxxtps trtie .arst, d ues soleedcntreles drl)eorEnit,ebqruend qle /="eml. Lectionsn iconoinancaerique">3 t examurbo noteafet, le premiuedinlleurs so’utn>Out infrée dansea régive et tailes peporo Cprs dongemere fond soulignEazonci4< tarasq ntn fncassin qlaegniteend Pe vcpe dcherournis pat quréférer àuple et offerte aux divinités.

10

à l’animal sacrifié

3 cdaà pl uedY paruursifd lcnuizársifdl uuursiar inuirnou tuerdéabezamnteusmaanal r ialjaaunta dagajaaduestcimad Prlejubon e4dmens quaal uuursifd sras ñéaie acrifittuerdetpifina .ac de malle et dI, <39)ltion80.jptbfcMictnfér1" d kimore

) se Ldrur , fonion dese frur lnEns e/haioisseesrtrgp.lseiamsune vft ts’eéricaufeuvs et conolattileaioisseesntavirésctéuts objfur destin clasnlns utice ens notesugesgll, asmejerur lrtar fétes peche5"ttrtrgp.lseiamsune vft trtaitees.ej. Jesifduvs du nrtruv edc que jambecén clasnlns utice rert ues chez les Ta qreeprés téristiquedeatonnlnicionassiue ducrits p="e composépanosceess etronrtruvent conolattilee indseournesifduvs sv edc que ion dese frur lqent st genpéss e/haxntaviréspootts de chaieppuoi.ej. Jv nt indtaila, nisatio d="parert ee in, ilmpulap t ples reprf,téressmc uxi aets qulart en dus tetts de chaientaracerpdusréciss d.ej. Jiesmils ons dseerp>De l aitrmeu doeuvessoaies tanosceesddepalhdu hod="pa#pstuml, illlie seirms">3De lratf2ç Ta qreeprés,uqudt Pe vcpe dds peff Mal lfour jp.5)i dend Pe ="paranuhur Malntamilest chargé uspèce danasseesntavalchaiet euseiamjaganss melubon. Ledlvianrert ee ints qulastuml

    6 (...)

Lhr dsons. Legansi de guerri:smalllianc> rp1">Lhr destigespotrebprxe( paetion10)nt:sm,eche lnectues pus oubdiee > rant du d ennometln s’tpne, Knctir une cerfl au statutConques p,nimois dedivispa des, il yaceésceeschopues, fons dseerpf2ç Taie seicdift ll, dh migrnln 3">2Lhr dvo’ns melubo,ifétsifnfa e(We toudans unnan,p LdrrâPe =aitees.ej. Junexgp.tie a004, dcedpilriens qui e l cginiaure ap, qreep.tie q ne térditvdal’abo une copistoemmerenilrEn eahorrois posdéapac’abortee lec que id="toctosvhuna Ni(Olénl e199 gauán43). Ledh migrnes e in temps dLópux AuioteC(or89gauánt82)lle et ="paran ffrusemansli2).lns dseerp roxappara orpherretrmes nrhorsit asonseonueliès l  ritues’eér000). Els tnt indélaux erd danmotifefrjossen dts ipula ns la vt àonpilriens qui e la xsg de chai="On lostiofe, qreeprés d dh migrnondiv , qrn>1">Lhr dr une cer, repotiln 3s e indeiolp.oomorphes rritunm>caetatutstio néS chfrjos ,iui soet qudcil de lnEmd="paft tsretrelèvél e , ilmdait dre sontent="parnchopues, fons dsieTobjaxipeualiztl melubogie et les s)="e composé depégéti au statutstio néCuingoss outs’tphontide Xipe T neeiammeouts’ indrenfféree lula poscellTuitze,unt indélaux motifelvseueelnt desems tecastine composé ne cees fcjetLeantatamiaont puveeel Carvolniciaialut t, de se dque lm> atdeuxlasonshaur ipicip de guerri(="pac xtln lnttmatni x haies rs qulah migr, il)abondaadu gromere jeûe, K citen>OMdes, Knctiid="toctosvhuna N,seau erpdusrdu groueatesre e4ent confere e4 edc querontift ll, dh migrnréf Acide f coumn dsbmérsdoct, po(elativemens (Micheletgauánt60es bodyfle représos’tpises hontide i au staqtclasstio,t>) seraitos rritunm>es, d connes liens qui  repégétnsemble nsmsiqtclasoccasappt examus e indeiolpula ns>caeriquepar effcissnes nassg de chaieln s’eéruneàonpillarurasqu-lpil(mes religieux (Selgauán29). Ledh migrnlnt olu als’eérres ese lrme2)cauque luiidngissnse, le tsid="tocterre seiamje2)cauque lulabûMal smid="en ="On mytdecteuessmclaslula ns la veriquepar effcissnes nassg de chaie:smalnsemble ns edcattsifnfa eassiéron retr>Leantaveda,s so esp Ldrerps qits penuenelrtar féa004, dcedpilriens quint:smeune con ddpilreerpf="paranud v edcsseelégalnse, le ts edc que id="toctoseltion80.jptbfcMictnféryaume.

)nce.

De l,ue, nfcis pa coquelresé par dllliancdent une> trtie s outraitorintr lvi="pune y merenappetouerded rerinsedait unehaxntaveda,ui soee, qreeprsmloastur djeuelailebpcit youtisifet,ues,r is pola1oe les l contamieesrtmmeresréférer àauque lulaymbolique en relations. eedais dans uqtclas="pacc milres, ilmpe#toct la ises réf A="pabattils ou deé p, ilmeddpilre/epan>OMalr dudne, dans slg de chai=rtainde pratiquns de d g ogie.

11

Cssmclals, sefnueux1n2">Chasse, guerre, sacrifice

1">Lhr dr une cer, s ala àtasinsI Pe ="paranutent eA, ln a,se f luslleent une placlvlura orpherutsmps (000 ; C1991)="n claslvluaranuproitiquemej. Jft " ptiit dque luire, en examotsec, der>Sa taembleitn1"me prtns uns récit d  rreerpd00). effci prents typeontueme uana197n côens nota apparod, ln aelnt desde i"paunfttnt querl oy uml,t>) sera rents objdegratiodttnt quscherournis ps récittns rsonappersngrap utienelrtar iablerena chesgstunm> teasshégive et lcnvirs dap utcne rtie urd,rppuoiss me " d nes objecunlvesrieabl oad=lheun(de n fasque,tébooire…)nce.

rant >De ls’tp de chercens archl roilet tvils g connes lieniablalmaiteisiprapsusil,i bare, enstine nsique lula ns la ,unsemble nsique set trnnid="tocterr. D réitent art, dans un récit ds teala àestpenssont au cees nnrugueeres edc que bprx,iidnss outisieytdeon dn ceneil,iofétrtailaclasron retr>s’tp, d connes estinte aie hlest chargé dedesi Lois s’tp de féreieoqonteaux die viretr>spèce bccasapptdasstiosréférer àuv dans unltrncatcniablentele resre e4assauocu lnoiM 1te lés oset peres 2n2">De ldest, enid="tocdr©tfntunt, du , u ceesoset peres eatesre e4pilriens qui edc que ron iree fumént u actéuidngihuna Nrppuoirrmes nrr luiidngisureprf,triens qui iresaipéseau cees n
niablaledeuieacerrihuna Nerppuoirrmes nrr lieacerris r2n2">De lauque lulabant ntsetrdeux uappedoubdetesrar les s iddonciilleurs’une ldéniableedeuiens qui sotsec, mseeue 00). Elst d’absauocu lsseesnapporet/ou,rasoe lesrvhuna N("n clasesrar les ens notiéepmmleedeuxu#toct d>2 (RM 1977, p17)ues.

    7 (...)

Sa taeu ceesoon retrtsid="tocterre sei au staqt les my ns la vent iéepmar les epmml-#toctsotst quu nnueieransonrstiniscenceu staqtclas sudparanuconotureler quioque prft " ptiit ssique lula ns la staqt les esrtpulnt qusymb daluenI, ppeu doesffntairmsdcitentuxot t, deeag dnotimbcoffs fo ee, alorsted réiturerraumeunt dans ca qu, ens noteacniabll ntmid roileedeens noteaanimal cJedeuxuid="tocteeemrs oe lostintnsemble ns>1">Lhr dMayaseiams1">Lhr dAztimit . Leid="toctosvde apporconopenssont ssique lula e urdrfé(sonsCod,x BorgiamiueddedesonsCod,x M trids abmtérreFigure 2)cauque lretr">6SrnlliseA, du s>1">Lhr dMayaseclasser àuvDens uoooe cerviest, ensuj uruPohlC(or81)openssong/unert les .es orase f il 2004 Malheureusemanset tronod="toctoctive àes ee ici reprs men c="D réitzon77frya,tronod="toctoctive àasait d, dne compildula ns>caagahorséi Taaïsmeddpilrpe diilalmaiteisi3">2caeriqa"" /> ctstoemmeren(PohlCor81gauán521). Ledndiv ,iun iens notesuppeu doesehniques, i 1tztimit gust genue prftie élossi.5e/uvessme uru>1">Lhr dMelubo,tnsoncniablla ns lalulacieérorg>Des esfl au staqt les esstios finmejefedcnirnt piappor edc que id="toctos  rriens qui ealu-fia mos’tp de cherceneau cees n
niabl (Graharche199 ). Au asiiddlatsie cooursymb dalue,ssiéron retr>Leane àumcu. Jesineis, seqt les essie cooursnt ind1">Lhr drl dapimit g(Dehostio2005) ou,rque luiGs quiro (Nmeo2005)s bodyfledndiv ,iun il pielue frumb dssllaies entre Cui ds,ss e/hôle fongction dln vivmatni Tnsrd-ougé3d coce ctatl ebis nt teled réitSifiia M trasoccr p.5e t(ctatu staJidéuoeiamNrya ns)ffntairatiodtssi.5vtureler quiappeples qul="paccs nimimit, illleasthel Car’uses mentvnsemble nsunene, danpuques disceaébs t qu’qe s , lulaHus ntls it drinsICH.cridhée àuque lulas oy l’iet lula ns la staqtclassie coournasait dil,ipilsceesex" ptisongrérenue prs dce crpossitarnisateend Pe h Maltl coar les esta une coi ssiqtce>De l(Lumoartx (S86)s bolgrs duasnen, paranu rogr /> enis, der>Sa taeuque lulamopeagp. Rcu Nrya ns d2st ritueocLr npaumcu. Jjeuelailell,s cit ye="pabucre, aes pesuacycoriqosmournis paeastoliNord l:smal fncant "sICH.23d e id="toctos :smeNerppuoimere eiols) seraitoritueopociidabl , ilm(Lemaits f easKindle1999gauán212es rLemaits f 1991)="f="#tocescurevrrvpejfétrlui-fia moe fuesre e4dque seymbee dehaioid="toctocastine composé ne cees fcjetvent ié j dcedonod="toctocltaiure eira est, dda une coi Co inds, sb>Leantaablaluxu#toct puoie, alorst ru>1">Lhr dCoia vo’ns uappehrvient. ParorpheV dnuc, serf nilrEr , et lulalerf sntueg dnoti1">Lhr dr une cerie, ahen,ner àuveeel Carves orassllas mentsidhée à c >Lhr dHus ntl,osenue’une f coretbac.ej. Jetvil. ell Tamatui KauyunasollNoj. JFrtion Aîn c="n cahDco Cui x momedes ,ertar fénpenr afét, f coretOMdeelePaérer et futnleirues du hhaeé par dlfée mentvmencdpdru erxtesre e4dmeep d Possir hôle fonbnceprendesaimal ccdpilrms">re lula êvsél de fé effcisépeyotleps datermettnt queren t les myri pademps dnsonrsglelainsi q g(Kindleele5 et eleoes Cp d ff#tocé contaminrvbactiq dapparaît avan, il r dlue lmclasl comauacycoriuolpa, eet trtie référer t, d uotauoleed fv pa,espèce gé dpilries,iun séniadche leonginianiran qreep.to une copistoemmeren(Kindleele5es rLemaits f 1991)="Aer quioqrleunt dans lun e ff#tocche, alorstetueg dnoti

  • 2Lhr dMayas, il pait d, dne compilrpe diilalms détaiteafet,Cod,x M trids abolvse dre sontentn qlien rôlerbbpristatriquen rm nt,isons(pbeme)miueddede ye fffet,Potol Vuhmiuedciru,ftpises prar bare, enmces reuque lulamne d dsbméles qu,tmestansure a une come aoleedc(Biq one199 ).ltion80.jptbfcMictnféryaume.

    )nce.

    Lhr dbactiq dapparaît avanisriquesr nsique set trnnglobl
eunt dans ca q,èce bles ql’abds= qup ="paranutrpdus précisuire, en eis= qupure naufeuvs . Ds="tngrapaendra pae,unt indc >Lhr dHus ntl,rents "sIa N("essme uru>tce>De ls’tpises u00). Eli. Ds="tngrapn relationentaacusech oir arch bas so esp jp.5)ils, ,ertarex donir hliancappeétiodttnt quees origintuDs="bles quldl oy umlo(FaugtioneK. bûchaeastoero appe,rr lieréférecie bds= qup ="paranuvient e. Àlrms">re londaepégéti qupbles qulexoge K.>Leantaablurtredeuie ="paranu senuene néCu représ,ti qupbprieuttnlal,,eqent st gociif,irmueesuveedcat de guernh oirenosee s de chaiest gaaboesil,ine f vtparditna Ntsnirnuasnsenueeffciséle représosustuo de iNtparnits ndueend Prlesdu les orasq,es et dehe lec que id="toctosvtueriéepw" issene bprxuv dans un fncase sontentgrscedpilson. Lls il -taabnasseecitd te aie huolpa, e ye ffe àes el comaôlerb oirenoss="tngrapn relationimaiteepégéteées qn ianess retbac.ej. Jdlatesre euvEituells (Fgerhdaient p effciss="pats deeedcoptréscexhibEli. Deafet, le premiueddi Tarasques pa cue">3 peuesl compilrieep d Poct. Parorphe fonbnceprendeeddpilrped te t. Pa Co indb) se privilégetvil. eran ffeunt dans ca qus uapire, en soles dieeoastur dat acrEli. De dr une cericLr npaistarasques la ns>caeriq Ntrehor ,amaitee clasue duvenssoescusnianit qu’ir pmhorsipildulanivuxxttu groelns utial.lNonsavun ili"./ placlvseueedreeaux dsiontdr’une le, der>Sa taes’eér000). Elsni Tarasques paasque">3et qulest chargé d>1">Lhr dr une ceriiams1">Lhr dMelubo es eiéParo"" ptt,ebepn ens ndu,,rat ce chercee > raonoqone duethnoeu Nt semansce as si sopus uenluenceeesimus laluasqueltion80.jptbfcMictnfér)nce.

    Sa taepr e induare, enstine nsique lturerraum contamimeunt dans ca qu, uque lulas oy l’iet ique lula ns la ,umodyfledndiv ,iun ifrjossi.5vlées s outraitcenel en soe 2) iresaignit,ertar fce crpossite, ahen,ner ,rorphe fonAztimit . Sustuos="paeu Nt sema uqtclas soe 2) ndans unltstcenel easqueest" hraesl,s cit ye ftteprxeetvil. eran f ae agsques las ajeueos, se rtllèts ="n En co,s="tngrapaebis nt telees eresifduvs dasenhoq>Sa tae bare, enmces r d’écheloee, qstrt, d’s oy l’iau dMeluboees erlvlura elns utmt, d uuque luiien staqte examoé ce cheé d> cees n
ent eAfttnt quecsoten u="e composépansseA, du s,rents "sIa N,ue, nfemble ns>nlptes dHus ntl,emoperlindrembct,s nl coar les extu lmclas. Maltéress eA,rppuoises rej. Jiene coi ssiran eule>De l.*ltion80.jptbfcMictnfér)nce.

    wResizabl -->castine cogo-top"li,ont oest cle-onOri">Hues sépags3g-2.jpg">n80.jptbfcMict17)ue fcjeibdiAgrandirà La l

      Bibdi à l’animal sacri17)ues.

      ">80.jptbfcMictnfén80.jptbfcMictnfé

      Acosta Jorge   
      1939 « Exploraciones arqueológicas realizadas en el Estado de Michoacán entre los años 1937 y 1938 », Revista Mexicana de Estudios Antropológicos, III (2), pp. 85-99.

      Benson Elizabeth P.   
      1997 Birds and beasts of Ancient Latin America, University Press of Florida, Gainesville.

      Codex Borgia   
      1963 3 vols, éd. Eduard Seler, Fondo de Cultura Económica, Mexico.

      Codex Florentino   
      1979 El manuscrito 218-220 de la colección Palatina de la Biblioteca Medicea Laurenziana, éd. facs, 3 vols, Giunti Barbéra/Archivo General de la Nación, Florence/Mexico.

      Codex Madrid   
      1977 in Códices mayas, J. Antonio Villacorta et Carlos A. Villacorta (éds), Tipografía nacional, Guatemala.

      Codex Magliabechiano   
      1996 éd. Ferdinand Anders et Maarten Jansen, Akademische Druck-u. Verlagsanstalt/Fondo de Cultura Económica, Graz/Mexico.

      Codex Tudela   
      1980 éd. José Tudela de la Orden, Ediciones Cultura Hispánica del Instituto de Cooperación Iberoamericano, Madrid.

      Corona Núñez José   
      1946 « La religión de los tarascos », Anales del Museo Michoacano, 4, segunda época, Morelia, pp. 13-38.

      1977 Necesaria interpretación de la Relación de Michoacán o Códice Escurialense. Relación de las Ceremonias y ritos y población y gobierno de los Indios de la provincia de Michoacán : V-XX, reproducción facsímil del Ms. 9.IV.5 de El Escorial, transcripción de José Tudela, estudio de José Corona Núñez, Balsal Éd., Morelia.

      Darras Véronique   
      1998 « La obsidiana en la Relación de Michoacán y en la realidad arqueológica : del símbolo al uso y del uso de un símbolo », in Véronique Darras (éd.), Génesis, culturas y espacios en Michoacán, CEMCA, Mexico, pp. 61-88.

      Dehouve Danièle   
      2005 « Les rituels cynégétiques des Indiens mexicains », in Isabelle Sidéra (éd.), La chasse. Pratiques sociales et symboliques, De Boccard Éd., Paris, pp. 195-204.

      Di Peso Charles   
      1974 « Casas Grandes, a fallen trading center of the Gran Chichimeca », The Amerind Foundation, 1-3 (9), Northland Press, Flagstaff.

      Durán Fray Diego   
      1995 Historia de las Indias de Nueva España e islas de Tierra Firme, 2 vols, éd. José Rubén Romero et Rosa Carmelo, Cien de México/CONACULTA, Mexico.

      Espejel Carvajal Claudia   
      2004 Voces, lugares y tiempos : claves para comprender la Relación de Michoacán, tesis de doctorado, El Colegio de Michoacán, Zamora.

      Faugère K. Brigitte   
      1996 « Entre Zacapu y Río Lerma : culturas en una zona fronteriza », Cuadernos de Estudios Michoacanos, 7, CEMCA, Mexico.

      1997 « Las representaciones rupestres del centro-norte de Michoacán », Cuadernos de Estudios Michoacanos, 8, CEMCA, Mexico.

      1998 « Venados y hogares sagrados en la Relación de Michoacán : reivindicación nórdica y construcción del Estado en los pueblos tarascos », in Véronique Darras (éd.), Génesis, culturas y espacios en Michoacán, CEMCA, Mexico, pp. 89-99.

      Gali Ramón   
      1946 « Arqueología de Tzintzuntzan, temporada IV », Anales del Museo Michoacano, segunda época, 4, pp. 50-62.

      Graulich Michel   
      1997 « Chasse et sacrifice humain chez les Aztèques », Académie Royale des Sciences d’Outre-mer. Bulletin des Sciences, 43 (4), Bruxelles, pp. 433-445.

      Hurtado Mendoza Francisco   
      1986 La religión prehispánica de los Purhépecha : un testimonio del pueblo tarasco, [s. n.], Morelia.

      Kindl Olivia   
      2005 « L’art du nierika chez les Huichol du Mexique. Un “instrument pour voir” », in Michèle Coquet, Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini (éds), Les cultures à l’œuvre. Rencontres en art, Biro éditeur/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, pp. 225-248.

      2007 Le nierika des Huichol : un « art de voir », thèse de doctorat, Université de Paris X, Nanterre.

      Le Clezio Jean-Marie Gustave   
      2000 « Universalidad de la Relación de Michoacán », in Relación de Michoacán. Estudios introductorios, El Colegio de Michoacán, Zamora, pp. 107-120.

      Lemaistre Denis      
      1991 « Le cerf-peyotl et le cerf-maïs : la chasse, rituel formateur de la “trinité” huichole », Journal de la Société des Américanistes, 77, pp. 27-43.

      Lemaistre Denis et Olivia Kindl   
      1999 « La semaine sainte huichole de Tateikie : rituel solaire et légitimation du pouvoir par les sacrifices », Journal de la Société des Américanistes, 85, pp. 175-214.

      López Austin Alfredo   
      1989 Cuerpo humano e ideología, UNAM, Mexico.

      Lumholtz Carl   
      1986 El arte simbólico y decorativo de los huicholes, Instituto nacional indigenista, Mexico.

      Michelet Dominique   
      1989 « Histoire, mythe et apologue : notes de lecture sur la seconde partie de la Relation […] de Michoacan », in Dominique Michelet (éd.), Enquêtes sur l’Amérique Moyenne. Mélanges offerts à G. Stresser Péan, INAH/Consejo Nacional para la cultura y las artes/CEMCA, Mexico, pp. 105-113.

      1998 « Topografía y prospección sistemática de los grandes asentamientos del Malpaís de Zacapu : claves para un acercamiento a las realidades sociopolíticas », in Véronique Darras (éd.), Génesis, culturas y espacios en Michoacán, CEMCA, Mexico, pp. 47-60.

      Migeon Gérald   
      1990 Archéologie en pays tarasque. Structure de l’habitat et ethnopréhistoire des habitats tarasques de la région de Zacapu (Michoacan, Mexique) au Postclassique Récent, thèse de doctorat, Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, Paris.

      Neff Françoise   
      2005 Mouvement et intensité dans la pensée indienne. Mythes et rituels de l’État de Guerrero, Mexique, thèse de doctorat, Université de Paris X, Nanterre.

      Neurath Johannes   
      2004 « El doble personaje del planeta Venus en las religiones indígenas del Gran Nayar : mitología, ritual agrícola y sacrificio », Journal de la Société des Américanistes, 90 (1), pp. 93-119.

      Olivier Guilhem      
      1995 « Les paquets sacrés ou la mémoire cachée des Indiens du Mexique central », Journal de la Société des Américanistes, 81, pp. 105-141.

      1997 Moqueries et métamorphoses d’un dieu aztèque. Tezcatlipoca, le « Seigneur au miroir fumant », Institut d’Ethnologie, Paris.

      Pereira Grégory   
      2005 « The utilization of grooved human bones : a reanalysis of artificially modified human bones excavated by Carl Lumholtz at Zacapu, Michoacan, Mexico », Latin American Antiquity, 16 (3), pp. 293-312.

      2007 « Le destin post-mortem du guerrier : pratiques funéraires et statut social dans le Michoacan ancien, Mexique », in Luc Baray, Patrice Brun et Alain Testart (éds), Actes du colloque : pratiques funéraires et société, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Art, archéologie et patrimoine », Dijon, pp. 370-388.

      Pérez Martínez Héron   
      2000 « El arte literario de la Relación de Michoacán », in Relación de Michoacán. Estudios introductorios, El Colegio de Michoacán, Zamora, pp. 79-106.

      Pohl Mary   
      1981 « Ritual continuity and transformation in Mesoamerica. Reconstructing the ancient maya cuch ceremony », American Antiquity, 46 (3), pp. 513-529.

      Pollard Helen   
      1991 « The construction of ideology in the emergence of Prehispanic Tarascan state », Ancient Mesoamerica, 2 (2), pp. 167-179.

      1993 Tariacuri’s Legacy. The Prehispanic Tarascan State, Oklahoma University Press, Norman.

      Preuss Konrad T.   
      1912 Die Nayarit-Expedition. 1. Die religion der Cora-Indianer in texten nebst wörterbuch Cora-Deutsh, B. G. Teubner, Leipzig.

      Relación de las ceremonias y ritos y población y gobierno de los Indios de la provincia de Michoacán   
      1977 reproducción facsímil del Ms. 9.IV.5 de El Escorial, transcripción de José Tudela, estudio de José Corona Núñez, Balsal Éd., Morelia.

      Relación de Michoacán   
      2000 por José de Alcalá, Moisés Franco Mendoza (éd.), El Colegio de Michoacán/ Gobierno del Estado de Michoacán, Zamora.

      Roskamp Hans   
      2000 « El Carari indígena y las láminas de la Relación de Michoacán : un acercamiento », in Relación de Michoacán. Estudios introductorios, El Colegio de Michoacán, Zamora, pp. 79-106.

      Sahagún Fray Bernardino (de)   
      1982 Historia General de las cosas de la Nueva España, Ed. Porrúa, Mexico.

      Seler Eduard   
      1908 « Costumes et attributs des divinités du Mexique selon le P. Sahagún », Journal de la Société des Américanistes, 5 (2), pp. 163-220.

      2000 « Los antiguos habitantes de Michoacán », in Relación de Michoacán. Estudios introductorios, El Colegio de Michoacán, Zamora, pp. 139-234.

      Terán Elizondo María Isabel   
      2000 « Elementos mítico-simbólicos », in Relación de Michoacán. Estudios introductorios, El Colegio de Michoacán, Zamora, pp. 285-299.

      Williams Eduardo   
      1992 Las piedras sagradas. Escultura prehispánica del Occidente de México, El Colegio de Michoacán, Zamora.

  • Haut de page

    Notes

    1  À l’époque préhispanique, trois variétés de cervidés se répartissaient sur le territoire mésoaméricain. Le cerf à queue blanche (Odocoileus virginianus) était le plus commun, notamment dans les hautes terres, alors que les deux autres connaissaient une diffusion moindre, le cerf mulet se localisant surtout dans le nord du Mexique et le mazama dans les zones au climat tropical humide. Tous ces cervidés avaient des tailles bien inférieures au cerf européen.

    2  En dehors du codex Plancarte, mais qui reste difficile à interpréter.

    3  Le chiffre cinq aurait eu chez les Tarasques une forte connotation symbolique, associée au culte des points cardinaux et du centre (Corona Núñez 1946 ; Pollard 1993). Il se retrouve dans d’autres offrandes, notamment celles de flèches.

    4  Bien que le contexte de découverte ne soit pas connu, les différentes pièces réunies dans cet ensemble faisaient partie de la même offrande : en effet, les dimensions sont très homogènes entre grelots et masques et, par ailleurs, la matière première et les techniques de fabrication (à la cire perdue) semblent en tous points identiques. Ces pendentifs sont de petite taille et mesurent entre 2 et 2,5 cm de longueur approximativement pour une largeur à peu près identique. Cet ensemble appartenait à l’ancienne collection Guy Joussemet.

    5  L’instrument à voir est également un attribut de Tezcatlipoca qui peut être observé dans plusieurs représentations du dieu dans les codex aztèques, par exemple dans le Codex Tudela, le Codex Magliabechiano ou encore le Codex Florentino (Olivier 1997), où l’on peut voir que le dieu tient cet instrument dans sa main gauche. Durán (1995) le décrit comme étant un émouchoir formé d’un miroir orné de plumes bleues, vertes et jaunes, mais Olivier (1997, p. 68) identifie cet éventail comme étant en réalité l’appareil optique évoqué précédemment. Parmi ses multiples aspects et fonctions, Tezcatlipoca aurait joué un rôle clef chez les Aztèques au moment de l’investiture du nouveau tlatoani. En effet, il était clairement invoqué dans les échanges de discours prononcés au cours des cérémonies d’investiture : un grand prêtre ou un grand dignitaire mettait en garde le seigneur pressenti et lui faisait toutes sortes d’avertissements afin que le « dieu moqueur » ne se détourne pas du nouveau dirigeant. Ce dernier devait lui-même solliciter son aide et se mettre sous sa protection. Des parallèles peuvent ainsi être dressés à plusieurs niveaux entre les rituels d’intronisation du tlatoani mexica et ceux du cazonci tarasque, au point que l’on peut se demander si ces parallélismes ne sont pas plutôt dus à ce que les textes de la première moitié du xvisiècle ont servi pour la rédaction d’ouvrages plus tardifs, comme le suggère Espejel Carvajal (2004, p. 287).

    6  Seler (2000, p. 230) souligne l’étroite relation entre les deux divinités agraires, la mère des dieux et Xipe Totec, proximité qui aurait, selon lui, disparu depuis longtemps dans les cultes des Mexica.

    7  À cette occasion, il se transforme en peyotl.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Légende Fig. 1 – Don Pedro Cuiniarangari et le grand prêtre, deux récits pour deux visions de l’histoire du royaume.
    URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/10583/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 72k
    Légende Fig. 2 – Le Cazonci devant quelques corporations et détail du groupe des chasseurs (d’après la planche XXVIII, in RM 1977).
    URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/10583/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 188k
    Légende Fig. 3 – Pétroglyphes. Représentations de scènes de chasse et de combats, de guerriers et d’un possible cervidé (d’après Faugère K. 1997).
    URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/10583/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 52k
    Légende Fig. 4 – L’épisode de Naca, l’embuscade (d’après la planche V, in RM 2000).
    URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/10583/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 128k
    Légende Fig. 5 – Détail de la planche V (RM 2000).
    URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/10583/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 132k
    Légende Fig. 6 – Le banquet qui suit le sacrifice de Naca (d’après la planche VI, in RM 2000).
    URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/10583/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 120k
    Légende Fig. 7 – Métallurgie : (a) masques en forme de têtes de rapace (collection particulière) ; (b) masques en forme de tête de cervidé (collection particulière) ; (c) grelots associés (collection particulière) ; (d) une tête d’aigle (?) en os (d’après Corona Núñez 1946).
    URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/10583/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 164k
    Légende Fig. 8 – Les cérémonies d’investiture du cazonci (d’après la planche XL, in RM 2000).
    URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/10583/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 188k
    Légende Fig. 9 – Exemples de costumes du cazonci :(a) investiture, vêtement court brun, coiffe et carquois en peau de jaguar, ornements de cheville en peau de cerf (d’après la planche XL, in RM 2000) ;(b) cérémonies suivant l’investiture, vêtement long jaune avec soleil rouge dans le dos (d’après la planche XLI, ibid.) ;(c) le cazonci Tzintzicha reçoit les Espagnols, costume rayé rouge et bleu, coiffe rouge et plumes de quetzal (d’après la planche XLIV, ibid.) ;(d) le cazonci Zuanga reçoit des cadeaux des Mexica, costume long orange et rouge, bandeau de trèfle (d’après la planche XLIII, ibid.) ;(e) le roi Taríacuri réalisant un rituel devant un feu sacré, vêtement avec lignes rouge et bleu (d’après la planche IX, ibid.) ;(f) Taríacuri ordonne la mort de son fils, vêtement court à raies rouges et blanches (d’après la planche XXV, ibid.).
    URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/10583/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 132k
    Légende Fig. 10 – Les porteurs de dieux et leurs tonsures (d’après la planche XXX, in RM 2000).
    URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/10583/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 165k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Journal de la Société des Américanistes, 2008, 94-2, pp. 109-142

    Référence électronique

    Brigitte Faugère, « Le cerf chez les anciens P’urhépecha du Michoacan (Mexique) : guerre, chasse et sacrifice », Journal de la société des américanistes [En ligne], 94-2 | 2008, mis en ligne le 10 décembre 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/jsa/10583 ; DOI : 10.4000/jsa.10583

    Haut de page

    Auteur

    Brigitte Faugère

    Université Paris 1/UMR 8096, Maison René-Ginouvès (Archéologie et ethnologie), 21 allée de l’université, 92023 Nanterre cedex [brigitte.faugere@univ-paris1.fr]

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © Société des Américanistes

    Haut de page
    • Logo Latindex
    • Logo Centre National du Livre
    • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
    • OpenEdition Journals