Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pitarch Pedro, The Jaguar and the Priest. An Ethnography of Tzeltal Souls

University of Texas Press, Austin, 2010
Perig Pitrou
p. 200-206
Référence(s) :

Pitarch Pedro, The Jaguar and the Priest. An Ethnography of Tzeltal Souls, avant-propos de Roy Wagner, « Linda Schele Series in Maya and Pre-Columbian Studies », University of Texas Press, Austin, 2010, 284 p., bibl., ill., index [traduction de Ch’ulel. Una etnografía de las almas tzeltales, Fondo de Cultura Económica, Mexico, 1996]

Texte intégral

1En Mésoamérique, la complexité des théories indiennes des composantes de la personne n’a cessé d’attirer l’attention des commentateurs et, depuis les premiers chroniqueurs espagnols jusqu’à nos jours, elle a suscité de nombreux débats, en particulier pour élucider le phénomène du tonalisme (du nahuatl tonal), une conception selon laquelle la vie de chaque humain est associée durant son existence à celle d’un non-humain, tel un animal ou un phénomène météorologique par exemple. Une quantité impressionnante d’ouvrages et d’articles, de qualité très inégale, se sont notamment efforcés, avec plus ou moins de rigueur et de succès, d’articuler ce mode d’identification avec les récits dans lesquels des humains sont déclarés pouvoir se transformer en un non-humain, phénomène souvent appelé nahualisme (du nahuatl : nahualli). Pour une grande part, la difficulté à rendre intelligibles ces formes très spécifiques de relation à l’environnement tient à ce qu’elles sont trop souvent abordées à partir de considérations sémantiques alors que seule une approche globale, connectant des ordres de faits tels que les conceptions de la personne, les représentations de la nature et les dynamiques sociales engagées dans les pratiques sorcellaires, se révèle capable d’apporter un éclairage pertinent sur un phénomène aussi composite. C’est précisément une des grandes forces de l’ouvrage de Pedro Pitarch que de s’attaquer au problème de cette façon, en s’appuyant sur une analyse fine et originale de matériaux ethnographiques recueillis au début des années 1990 à Cancuc, une communauté villageoise du Chiapas dans laquelle vivaient à cette époque environ 20 000 Tzeltal. Vingt ans après la publication de Ch’ulel. Una etnografía de las almas tzeltales (1996), la traduction en anglais offre une excellente occasion d’évaluer les apports de ce texte, en passe de devenir un classique en Amérique latine.

  • 1 Plusieurs références sont faites à la philosophie de P. Ricœur, en particulier à Soi-même comme un (...)

2Dans ce livre à l’architecture subtile, le chapitre 2, qui expose la multiplicité des entités animiques, appelées « âmes » par l’auteur et réputées composer la personne chez les Tzeltal, est un peu troublant, surtout pour un lecteur soucieux de voir émerger les propositions analytiques de la description de séquences d’actions ou d’interactions. Même si la précision avec laquelle l’auteur restitue cette multiplicité – expliquant qu’un même individu possède jusqu’à treize âmes –force l’admiration, on a parfois l’impression que la réorganisation de fragments d’entretiens avec des informateurs aboutit à une systématisation (trop) stabilisée. Il ne faut cependant pas en rester à cette première impression car, au contraire, tout l’effort de P. Pitarch vise à démontrer la dimension éminemment instable, tant au point de vue phénoménologique que conceptuel, de l’expérience que les Tzeltal font du monde et de leur corps. Comme nous l’apprend le chapitre 3, intitulé Souls and Signs, la connaissance de l’identité personnelle1, c’est-à-dire de la combinaison des diverses entités animiques qui la constituent, n’est jamais donnée et fait toujours l’objet de pratiques herméneutiques, à l’issue incertaine, s’appuyant sur l’observation de l’apparence physique, des traits de caractère, des symptômes pathologiques ou encore sur l’analyse de récits oniriques. Comme le résume bien un utile appendice (p. 213), au fil du temps on découvre que chaque individu porte dans son cœur un « Bird of the Heart », tel qu’un coq, une poule, un pigeon ou un quiscale bronzé, qui représente une sorte d’énergie vitale impersonnelle dont la fuite ou l’extraction menace la survie du corps. Si l’animal sert ici à penser une force interne, il faut souligner que c’est seulement sous l’angle de la passivité puisque, en fin de compte – comme c’est le cas de beaucoup de récits mésoaméricains mentionnant des tonalli –, l’enjeu est surtout de métaphoriser des chocs brutaux susceptibles de causer la maladie, la perte de conscience, voire la mort chez un humain. Par contraste, les lab auxquels un individu peut aussi être apparié renvoient davantage à une position active, éventuellement agressive, à l’intérieur de relations agonistiques. Une personne possède entre un et treize lab qui existent à la fois dans le cœur, comme des ombres, et à l’extérieur de l’enveloppe corporelle sous diverses apparences : animaux, serpents aquatiques avec des têtes d’outils en métal, phénomènes météoriques ou encore personnages néfastes (« illness-givers ») prenant des formes aussi diverses que celles de prêtres catholiques, de scribes, de maîtres d’école, de cow-boys ou de musiciens évangélistes. Par l’entremise de ces personnages, certains humains possèdent ainsi le pouvoir d’exercer des activités malveillantes sur autrui. À ce tableau déjà bien complexe, il faut encore ajouter une troisième catégorie d’entités animiques, le ch’ulel, une ombre d’apparence humaine, qui confère à chacun son tempérament propre. Le fait qu’à l’instar des lab, le ch’ulel existe simultanément dans le cœur de l’individu et dans une des montagnes (« le lieu de la croissance », ch’iibal), où des entités maternantes prennent soin de lui, soulève le problème à partir duquel se déploie l’ensemble de la démonstration de l’auteur. Comment penser une identité personnelle combinant des éléments aussi bien internes qu’externes ? Quels sont les principes d’agencement grâce auxquels cette hétérogénéité trouve une forme d’unité ou, à tout le moins, d’équilibre ?

  • 2 Gilles Deleuze, Le pli : Leibniz et le baroque, Éditions de Minuit, Paris, 1988.

3Pour traiter ces questions, P. Pitarch a judicieusement recours au concept de pli, élaboré par Deleuze dans son étude consacrée à Leibniz2. Alors que trop souvent, surtout dans le monde anglo-saxon, la référence à un philosophe relève d’un effet de manche ou de mode, dans le cas présent, ce détour par la philosophie occidentale apporte un véritable supplément analytique à la compréhension de la réalité indienne. C’est tout d’abord l’existence même de la personne qui gagne à être observée à travers ce prisme, étant entendu que : « The human being is, in the end, an entity made up of various nodes of consciousness, intention, and emotion, distributed in time and space, that interact with each other in a complex way and are determined by alien forces with which it is necessary to negotiate constantly. […] This constellation is provisionally and unstably united by a focal point that I have called a “fold”, which is what permits individual life » (p. 210). Sans avoir besoin d’instaurer une transcendance ou un arrière-monde, le pli aide ainsi à penser la façon dont les coordonnées de l’existence humaine – ses pouvoirs, ses faiblesses, ses compétences, ses émotions – dépendent d’un assemblage temporaire avec une multitude d’êtres présents dans l’environnement ; la mort, quant à elle, se conçoit comme un dépliage qui déconnecte chaque élément individuel, le laissant en réserve pour de nouvelles associations.

  • 3 Alfredo López Austin, Cuerpo humano e ideología. Las concepciones de los antiguos nahuas, 2 vol., U (...)

4L’auteur ne se contente cependant pas d’apporter un éclairage nouveau à la façon dont les êtres de la nature et, en particulier, les animaux servent de support à des symbolisations ou à des procédures d’identification. Tout comme l’ouvrage classique d’Alfredo López Austin l’avait fait en connectant les conceptions du corps des anciens Nahua avec un cadre à la fois cosmologique et politique3, une des grandes puissances du modèle théorique élaboré par P. Pitarch tient en effet dans sa capacité à englober une réflexion sur la temporalité et la mémoire dans son exploration sur les théories de la personne, comme l’annonce le titre du chapitre 5, Animism as History. Il n’aura pas échappé que, dans l’énumération des différents types de lab, il est fait référence à des personnages appartenant à l’univers occidental. Ainsi, l’étiologie indigène s’appuie-t-elle fréquemment sur des récits dans lesquels 62sition active, éventuellement agressive, à l’intérieur de relations agonistiques. Unrence à des personnau procavantagepaar rière-s, ses iculierntagepadr onscpl’ui, sonstituent, n’ecuxiondtiplici les as )es prodigçu si cidératume bn act catation Àétioline, qui confère à ctécar, au rporelle sme un dl’envir, en pisatillati, qu’elles – drer e ne up ooise lté eciationque : ion des cdu ce une tient en conceptue pertitiona aellrs et, depropos de Roy Wagner, « Lintérieur écuvre m>ch que,nstgaristoryrce mécuvb déd="boa rer au prs hintes 62solisations ouquant à rs hintes 62solis obérei révèannonce l à un philosme (du naoujouuté villati, e lcédt personnau procs, ses utémef="cstar t dans l poulac ou d’i encore mef=icorter logique et politique), où ace la surviecessarsonne e à us ll Docegne à ê

  • 3 Alfredo López Austin, to loystématisatinformférirodes d="breadcssition acter losur des rstématisroissan

    4 tncetà l Soudes le344L’auteur ne se contente cependant pas d’apporter un éclairage 5ouveau Lectinals.opompx

  • he Priest. An Ethnography of Tzelxvi3">(...)eTexas Prup /a>- /a> he Priest. An Ethnography of Tzelxviii3">(...)eTexas Prup /a> d’cv> Gscepmard"texte"> Pedresbas Pedresbas Pedresbas AndquencnntuimienvpPLeib’un assee nombreuent h sarne hualis sl,dation s’attaquer au déjà biay Pedresbas Pedresbas smograndes p L. Dart t se"texte">Navigation>Ha perte , mmond2/strong> < h3font-variantesq idats, en="h3f < <
    p. 200-206
    onass="sh
    Pedro, The Jaguar and the Priest. An Ethnography of Tzeltal Souls
    University of Texas Press,ass="s, soulè-->