Navigation – Plan du site
Comptes rendus

d’Évreux Yves, Voyage au nord du Brésil (1615)

Westensee-Verlag, Kiel, 2012
David Jabin
p. 214-219
Référence(s) :

d’Évreux Yves, Voyage au nord du Brésil (1615), édition critique du texte complet établie par Franz Obermeier, Westensee-Verlag, coll. « Fontes Americanae » 4, Kiel, 2012, 429 p., ill., introduction, index, bibl.

Texte intégral

1À l’heure où internet permet à tout un chacun de se procurer certains documents historiques jadis relativement difficiles à consulter, doit-on encore s’enthousiasmer pour la réédition d’une chronique somme toute assez connue ? Dans le cas de cette quatrième édition en français du célèbre ouvrage du capucin Yves d’Évreux, la réponse est clairement affirmative. Comme nous allons le découvrir, Franz Obermeier a sorti de l’oubli de larges passages du livre que l’on croyait irrémédiablement perdus. Pour bien comprendre l’importance de cette découverte bibliographique, il nous faut revenir brièvement sur le contexte politique de l’écriture de cette chronique et évoquer sa tumultueuse histoire éditoriale.

  • 1 À ne pas confondre avec les tentatives homonymes ultérieures sur le territoire de l’actuelle Guyane (...)
  • 2 Claude d’Abbeville s’en retourna après 4 mois de séjour. Quant à Jean de Léry et André Thevet, leur (...)

2La France Antarctique (1555-1560) fut la première tentative de colonisation française sur les côtes du Brésil, plus exactement dans la baie de Rio de Janeiro. Pour rappel, elle constitua le décor des aventures de Jean de Léry, d’André Thevet, mais aussi de Hans Staden. Après cet échec cinglant, les Français essayèrent à nouveau de s’établir sur ces rivages, plus exactement sur l’île de Maranhão, située plus de 2 000 kilomètres plus au nord. Ils y fondèrent l’éphémère colonie désignée sous le nom de France Équinoxiale1 (1612-1615), donnant naissance à la ville de São Luis do Maranhão. Yves d’Évreux y était responsable de l’évangélisation des populations indigènes locales, mission dans laquelle il fut accompagné, entre autres, par l’illustre Claude d’Abbeville, dont il était le supérieur hiérarchique. Le missionnaire normand, avant de rédiger son Voyage…, séjourna au Brésil, aux côtés des fameux Indiens tupinamba, durant deux années entières, soit bien plus longtemps que ses trois compatriotes missionnaires et chroniqueurs sus-cités2. Il laissa derrière lui un riche témoignage de l’observation d’un monde indigène en pleine transformation, dont il est ici question.

  • 3 En témoigne le titre original de l’œuvre : Suitte de l’Histoire de la mission des choses plus memor (...)
  • 4 En cette même année, 1615, les Couronnes de France et d’Espagne scellèrent une alliance stratégique (...)

3En 1614, les nouvelles de ces lointains rivages exerçaient depuis plus d’un demi-siècle une influence non négligeable sur la vie des idées en Europe. La parution de l’ouvrage de Claude d’Abbeville fournit alors au public français l’opportunité d’enrichir sa connaissance du Brésil et des anthropophages Tupinamba. Dès 1615, Yves d’Évreux tenta, lui aussi, de publier le récit de son voyage missionnaire, pensé comme une suite ou, plutôt, un complément indispensable à celui de son coreligionnaire3. Mais l’auteur et son livre tombèrent brusquement dans l’oubli pour une période de 250 ans : l’ouvrage fut interdit pour des raisons politiques et, à peine imprimés, les premiers exemplaires furent lacérés dans leur quasi-totalité4.

4Miraculeusement, un exemplaire avait toutefois survécu à la destruction et fut offert au jeune roi Louis XIII par l’amiral de Razilly, instigateur de la colonie et lieutenant du souverain en Maranhão. Cet exemplaire était cependant incomplet, le militaire ayant pris soin de retirer de nombreuses feuilles comprenant des passages susceptibles de froisser personnellement le souverain ou de l’embarrasser d’un point de vue politique. L’ouvrage resta inconnu du public jusqu’à ce que l’érudit américaniste Ferdinand Denis le retrouve à la Bibliothèque impériale. C’est à partir de cet « unique » exemplaire, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France, qu’il publia en 1864 le texte d’Yves d’Évreux, accompagné d’une introduction et d’un appareil critique magistraux.

  • 5 L’ouvrage est organisé en deux traités, l’un qualifié de « temporel » et l’autre de « spirituel ». (...)
  • 6 Pour une réflexion sur la question, voir en particulier de Castelnau-l’Estoile (2011).

5Pendant très longtemps, les écrits d’Yves d’Évreux ne furent connus qu’au travers de cette admirable édition du xixe siècle, hélas incomplète. C’est en effet de celle-ci qu’étaient tirées, jusqu’à très récemment, toutes les rééditions et traductions de l’ouvrage, tant françaises que brésiliennes. Avant Franz Obermeier, seule Hélène Clastres avait fait l’effort de rééditer Yves d’Évreux en langue française (1985), en se fondant, elle aussi, sur l’édition de Ferdinand Denis. Cette anthropologue spécialiste du monde tupi-guarani avait cependant pris le parti de moderniser l’écriture et d’amputer l’ouvrage de nombreux chapitres superflus à son sens5. Ce choix éditorial peut aujourd’hui surprendre ; même si ces larges remaniements semblent compréhensibles dans le contexte scientifique de l’époque, ils sont révélateurs d’un traitement particulier des sources historiques, et en particulier des sources missionnaires, par les anthropologues6. Ils n’en sont pas moins regrettables, car ils privent le lecteur de données fondamentales, décontextualisent le propos et empêchent de comprendre la logique de l’auteur.

  • 7 Pianzola 1991, p. 206.
  • 8 Il existe cependant une traduction brésilienne de l’exemplaire de New York parue peu avant celle do (...)

6Au cours du temps, le Voyage au nord du Brésil a donc subi plusieurs censures aux causes politiques, puis idéologiques, pour la plus grande irritation du lecteur avide d’en savoir plus. On connaissait pourtant depuis longtemps l’existence de deux autres exemplaires de l’édition princeps, dont l’existence était déjà évoquée au début du siècle dernier par Marcel (1907, pp. 181-182). L’un était conservé à la bibliothèque de Chartres, et disparut lors de son incendie en 19447 ; l’autre, plus complet, appartenait à un collectionneur français et fut vendu avant qu’on en perde la trace. On ignora durant plus de cent ans son lieu de conservation. Selon Obermeier (p. iv), c’est ce dernier exemplaire qui est apparu à la Public Library de New York au début du xxe siècle sans que l’on puisse retracer son histoire. Obermeier l’assure : il est le premier à avoir lu cet exemplaire dont il propose une analyse dans sa thèse (1995) puis dans un article (2005)8. Il propose aujourd’hui la première édition en langue française de cette version (presque) complète de l’œuvre du capucin.

7Dans cette nouvelle édition, une introduction fournie (57 pages) offre au lecteur une idée très claire des contextes idéologique, littéraire et historique dans lesquels s’inscrit l’ouvrage. Une partie de cette introduction est dédiée à l’analyse des motifs de la censure opérée sur ces différents exemplaires. Franz Obermeier l’explique « par le fond de la conception politique et théologique de l’époque plutôt que par le mariage du roi qui était le point de départ de la censure, non sa raison » (p. xi).

  • 9 Dans ce format, le feuillet plié par trois fois permettait l’impression de 16 pages en recto-verso.

8Les exemplaires de Paris et de New York incluent une introduction du Cardinal de Razilly, soupçonné par Franz Obermeier d’avoir lui-même retiré çà et là de nombreuses pages de l’ouvrage. Mais quelle est la proportion de l’ouvrage touchée par cette censure ? Dans l’exemplaire de Paris, il manque 7 feuillets du corps du texte, soit 112 pages de l’œuvre originale in octavo, ce qui représente plus d’un septième de l’ouvrage9. Concrètement, Franz Obermeier a retrouvé avec l’exemplaire de New York 4 des 7 feuillets perdus, soit 64 pages. Ces pages complètent 8 chapitres auparavant largement tronqués.

9Quant au contenu de ces quatre feuillets retrouvés, il est difficile d’en rendre compte de manière exhaustive dans le cadre de cette recension. Le lecteur peut cependant être assuré qu’il trouvera là de nombreux matériaux linguistiques, ethnographiques et historiques de toute première importance. Évoquons, par exemple, quelques-uns de ces passages retrouvés. Dans le premier traité, la fin du chapitre 23, intitulé De la consanguinité qui est parmi ces sauvages, et celle du chapitre 26, De l'Oeconomie des Sauuages, apportent un nouvel éclairage sur la parenté tupinamba, le traitement des captifs et le sort des « bâtards ». Par ailleurs, on retrouve le début de certains chapitres aux titres auparavant inconnus : comme le chapitre 27 du premier traité intitulé De l’inclination générale qu’on les Sauuages de paroistre, que la nature leur donne, tant-en leurs gestes qu’à rechercher des noms honorables, ou encore le chapitre 15 du second traité, Des points de nostre religions, ausquels facilement les Sauuvages prestent leur consentement: et des diverses questions qu'ils nous faisoient.

10Si l’effort de publier le texte dans sa langue d’origine, accompagné d’une introduction et de 409 notes en français est fort louable, on aurait souhaité que Franz Obermeier fût davantage assisté dans son travail de relecture. L’appareil critique est en effet émaillé de nombreuses coquilles et barbarismes, et ce, dès les premières lignes. Bien peu de soin a été apporté à la mise en page : le lecteur peine par exemple à distinguer les titres des chapitres. En outre, le manque d’iconographie et l’étonnante absence de table des matières (pourtant présentes dans les éditions précédentes) laissent à penser que l’édition la plus complète d’un texte si précieux aurait mérité plus bel écrin.

11Les notes relatives aux éléments de théologie et à l’histoire de la colonisation sont très riches. En revanche, l’analyse des matériaux ethnographiques s’avère bien insuffisante à nos yeux. Mais doit-on en tenir rigueur à Franz Obermeier ? Nous ne le pensons pas : grâce à un méticuleux travail de recherche, l’historien offre ici aux spécialistes de ces questions une belle opportunité de s’atteler à cette tâche.

12Ces quelques critiques relatives à la forme plutôt qu’au fond ne doivent pas minimiser la découverte et l’analyse de Franz Obermeier. Cet ouvrage présente un intérêt scientifique indéniable pour les anthropologues, linguistes, historiens et autres chercheurs intéressés par la France Équinoxiale et les populations qui s’y trouvaient au début du xviie siècle. À n’en pas douter, il deviendra l’édition de référence de l’œuvre d’Yves d’Évreux et prendra bien vite place dans les bibliothèques tant des spécialistes des peuples tupi-guarani que de ceux de l’histoire coloniale et de la « conquête spirituelle » du Brésil.

Haut de page

Bibliographie

Castelnau-l’Estoile Charlotte de
2011 « De l’observation à la conversion : le savoir sur les Indiens du Brésil dans l’œuvre d’Yves d’Évreux », in Charlotte de Castelnau-l’Estoile, Marie-Lucie Copete, Aliocha Maldavsky et Ines G. Županov (éds), Missions d’évangélisation et circulation des savoirs (xvie-xviiie siècle), Casa de Velázquez, Collection de la Casa de Velázquez 120, Madrid, pp. 269-293.

Évreux Yves d’
1864 Voyage dans le nord du Brésil par le Père Yves d’Évreux publié d’après l’exemplaire unique conservé à la bibliothèque impériale de Paris, avec une introduction et des notes par Ferdinand Denis, Librairie A. Franck, coll. « Biblioteca Americana », Leipzig/Paris.

1985 Voyage au nord du Brésil fait en 1613 et 1614, présentation par Hélène Clastres, Payot, Paris [1615].

2009 Histórias das coisas mais memoráveis, ocorridas no Maranhão nos anos de 1613 e 1614, Fundação Darcy Ribeiro, Rio de Janeiro.

Marcel Gabriel
1907 « Le Père Yves d’Évreux », Journal de la Société des Américanistes de Paris, nouvelle série, 4, pp. 175-184.

Obermeier Franz
1995 Französische Brasilienreiseberichte im 17. Jahrundert. Claude d’Abbeville : Histoire de la mission, 1614, Yves d’Évreux : Suitte de l’histoire, 1615, Romanistischer Verlag, Bonn.

2005 « Documentos inéditos para a história do Maranhão o do nordeste na obra do capucinho francês Yves d’Évreux Suitte de l’histoire (1615) », Boletim do Museu Paraense Emílio Goeldi, coll. « Ciências Humanas » 1 (1), Belém, pp. 195-251.

Pianzola Maurice
1991 Des Français à la conquête du Brésil (xviie siècle), L’Harmattan, coll. « Recherches et documents, Amérique Latine », Paris.

Haut de page

Notes

1 À ne pas confondre avec les tentatives homonymes ultérieures sur le territoire de l’actuelle Guyane française.

2 Claude d’Abbeville s’en retourna après 4 mois de séjour. Quant à Jean de Léry et André Thevet, leur présence dans la baie de Guanabara n’excéda pas 10 mois pour le premier, et 10 semaines pour le second !

3 En témoigne le titre original de l’œuvre : Suitte de l’Histoire de la mission des choses plus memorables advenues en Maragnan, és annees 1613 & 1614.

4 En cette même année, 1615, les Couronnes de France et d’Espagne scellèrent une alliance stratégique par un double mariage princier. Par ailleurs, durant la période connue sous le nom d’Union ibérique (1580-1640), le Portugal et son empire colonial se trouvaient sous souveraineté espagnole. La colonisation française du Maranhão menaçait donc l’alliance franco-espagnole et le livre fut alors l’objet d’une totale censure.

5 L’ouvrage est organisé en deux traités, l’un qualifié de « temporel » et l’autre de « spirituel ». C’est dans le deuxième traité qui a, dans une certaine mesure, trait au récit de l’évangélisation des Amérindiens, qu’Hélène Clastres a décidé de supprimer 7 chapitres complets et d’en réduire partiellement un huitième.

6 Pour une réflexion sur la question, voir en particulier de Castelnau-l’Estoile (2011).

7 Pianzola 1991, p. 206.

8 Il existe cependant une traduction brésilienne de l’exemplaire de New York parue peu avant celle dont il est ici question : voir d’Évreux (2009).

9 Dans ce format, le feuillet plié par trois fois permettait l’impression de 16 pages en recto-verso.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Jabin, « d’Évreux Yves, Voyage au nord du Brésil (1615) », Journal de la société des américanistes, 99-2 | 2013, 214-219.

Référence électronique

David Jabin, « d’Évreux Yves, Voyage au nord du Brésil (1615) », Journal de la société des américanistes [En ligne], 99-2 | 2013, mis en ligne le 11 mars 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/jsa/12926

Haut de page

Auteur

David Jabin

Centre EREA du LESC, Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société des Américanistes

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals