Navigation – Plan du site
Comptes rendus et Notes de lecture

Coimbra Jr. Carlos E. A., Nancy M. Flowers, Francisco M. Salzano and Ricardo V. Santos (eds), The Xavánte in transition. Health, ecology, and bioanthropology in Central Brazil, The University of Michigan Press, Linking Levels of Analysis, Ann Arbor, 2002, 344 p.

Dominique Buchillet
p. 244-248

Texte intégral

1Cet ouvrage, écrit à huit mains, est le résultat de recherches en anthropologie biologique (Santos), en écologie humaine et démographie anthropologique (Flowers), en génétique des populations (Salzano) et en anthropologie médicale (Coimbra Jr.), réalisées à différentes périodes au cours des années 1960-1990, dans la communauté xavánte Etéñitépa, dans l’État de Mato Grosso, au Brésil. L’objectif majeur de cet ouvrage est d’examiner comment les transformations environnementales et socio-économiques induites par le contact interethnique ont affecté la biologie, la santé et l’écologie d’une petite société amérindienne. Il s’agit, en d’autres termes, de montrer comment ces transformations ont imprimé des « signatures » ou des marques biologiques sur la société xavánte, appréhendée comme une « société en transition » (p. 2). Pour les auteurs, tant les événements et les situations exogènes que les caractéristiques (écologiques, sociales et biologiques) propres aux Xavánte ont joué un rôle important en façonnant leur expérience du contact et de la période post-contact.

2Cet ouvrage comporte dix chapitres. Le premier, introductif, revoit brièvement les grandes lignes des recherches en biologie humaine (surtout en génétique des populations) et en épidémiologie réalisées en Amazonie brésilienne. Les premières, effectuées parmi des populations considérées comme relativement isolées ou récemment contactées et dont l’objectif global était de mieux connaître les facteurs impliqués dans la production et le maintien de la variabilité génétique, ont montré comment des processus aléatoires (dérive génique et effet fondateur) ont résulté dans des niveaux élevés de variabilité génétique entre les populations. Le peuplement des Amériques, la dynamique micro-évolutive des populations amérindiennes et/ou l’émergence des maladies chroniques et dégénératives ainsi que les « ajustements génétiques » qui dérivent du contact de ces populations avec la société occidentale en sont les principaux thèmes. Les recherches en épidémiologie visaient, pour leur part, soit à définir les principaux facteurs de morbi-mortalité indigène, soit à comprendre la relation entre la persistance de certaines maladies contagieuses et la taille des populations, soit, enfin, à décrire des maladies à l’étiologie peu connue (la toxoplasmose, les mansonelloses ou la maladie de Jorge Lobo, par exemple). Les auteurs soulignent le haut degré de sophistication méthodologique et théorique de ces différentes recherches tout en remarquant, néanmoins, l’absence de prise en compte de la dimension historique (p. 8).

3Le chapitre II décrit les principaux traits de l’organisation politique (chefferie, factionnalisme), de la structure sociale (clans et lignages, système de classes et de catégories d’âge, moitiés exogames), de la vie cérémonielle et rituelle des Xavánte ainsi que ceux de l’environnement (cerrado) dans lequel ils vivent. Environ 8 000, les Xavánte, un groupe de la famille linguistique Jê, vivent actuellement dans six réserves indigènes (Terras indígenas), démarquées à la fin des années 1960 et au début des années 1970, indépendantes sur le plan social et politique mais reliées toutefois par un ensemble complexe de relations de parenté et connectées à divers centres urbains régionaux avec lesquels les Indiens ont établi des liens pour des raisons d’ordre économique (agriculture, commerce) ou de recherche de soins. La communauté de Etéñitépa, où s’est réalisée la recherche, fait partie de la réserve indigène Pimentel Barbosa. Malgré les changements dans le mode de vie des diverses communautés indiennes induits par le contact interethnique, les membres de Etéñitépa ont réussi à mieux maintenir leur vie cérémonielle et rituelle que les autres groupes et communautés xavánte.

4Le chapitre III décrit l’interaction des différents groupes xavánte avec la société nationale. Au xviiie siècle, les Xavánte et divers autres groupes indigènes, comme les Xerénte qui vivaient alors dans ce qui est aujourd’hui l’État de Goiás, eurent leurs premiers contacts avec les Blancs, essentiellement orpailleurs et éleveurs de bétail. Ils résistèrent de diverses manières à l’invasion de leur territoire, soit en attaquant les orpailleurs et les villages des éleveurs, soit en migrant vers d’autres régions. Comme ailleurs en Amazonie, la politique de la couronne portugaise, qui voulait contrôler les Indiens et exploiter les richesses de leurs territoires, oscillait entre la guerre offensive contre les groupes indigènes et leur sédentarisation forcée dans des villages pour les transformer en agriculteurs. Le gouvernement colonial réussit ainsi à « pacifier » et sédentariser quelques groupes xavánte. Nombre d’entre eux furent alors décimés par la faim et les épidémies de maladies infectieuses. Vers le milieu du xixe siècle, les Xavánte qui réussirent à survivre aux épidémies et aux guerres commencèrent à migrer en direction de l’ouest pour fuir l’expansion portugaise. Plus tard, certains groupes xavánte, dont celui de la communauté actuelle Etéñitépa, s’installèrent dans la région du Rio das Mortes où ils réussirent à maintenir leur isolement jusqu’au milieu du xxe siècle, moment où ils établirent des relations permanentes avec l’ancien Service de protection des Indiens (Serviço de Proteção aos Índios-SPI). Dans les années 1980, le gouvernement brésilien tenta d’incorporer les Xavánte dans l’économie régionale en les transformant en producteurs de riz. Ce projet, qui sera discuté dans le chapitre VI, échoua, mais il est à l’origine de changements importants dans les habitudes alimentaires. Les auteurs soulignent la diversité des expériences de contact avec la société nationale environnante selon les groupes xavánte et concluent sur la parenté des tentatives de contrôler les Indiens au cours des siècles. Des stratégies visant à restreindre la mobilité des Xavánte et à les circonscrire physiquement et socialement sont en effet des éléments importants des politiques implantées tant par le gouvernement colonial au cours du xviiie siècle que par le gouvernement fédéral brésilien au xxe siècle.

5Dans le chapitre IV, les auteurs revoient les données biologiques (caractéristiques morphologiques, groupes sanguins, protéines, enzymes, polymorphismes de l’ADN, etc.) disponibles sur les Xavánte, particulièrement sur ceux de la communauté Etéñitépa, en les comparant avec celles obtenues dans d’autres groupes indigènes des basses terres de l’Amérique du Sud afin de replacer les Xavánte dans le contexte plus large de la variabilité biologique humaine. Tout en montrant l’existence de traits morphologiques (anthropométriques, dermatoglyphiques) et moléculaires (ADN mitochondrial, notamment) distinctifs chez ces Indiens, ils concluent sur la continuité génétique des Xavánte de Etéñitépa au cours des trente dernières années.

6Dans le chapitre V, les auteurs analysent la dynamique démographique des Xavánte de Etéñitépa à partir des données (généalogies, recensements, interviews sur les histoires reproductives des femmes) recueillies au cours des années 1940-1990 par différents chercheurs. Ils analysent les interactions étroites entre l’organisation sociale xavánte et la dépopulation due aux épidémies de maladies infectieuses consécutives à l’établissement des contacts permanents avec la société nationale. Après une phase de déclin démographique, les Xavánte expérimentent actuellement un taux de croissance démographique significatif. Malgré leur diminution, les taux de mortalité infantile restent, toutefois, encore supérieurs aux taux nationaux. Les auteurs analysent également l’interaction entre les disputes politiques et la mortalité due aux épidémies et leur impact sur différents aspects de l’organisation sociale indigène. La mortalité adulte, à partir de l’instauration du contact permanent, n’est pas seulement due aux épidémies mais aussi à l’exacerbation des conflits, entre les membres des différentes factions xavánte, provoqués par les accusations de sorcellerie et dont les auteurs examinent les conséquences sur les mariages une génération plus tard. Ainsi, si la crise démographique peut être considérée comme une expérience commune dans l’histoire des peuples indigènes du Nouveau Monde, ses effets varient selon les caractéristiques sociales et culturelles spécifiques des sociétés. En outre, les épidémies ont des effets à long terme sur la dynamique sociale, comme sur les pratiques maritales (p. 150).

7Le chapitre VI examine la diversité et la complexité du système productif indigène traditionnel (chasse, pêche, cueillette, agriculture) ainsi que les changements récents, notamment sous l’influence de projets de développement gouvernementaux, comme le « Projet Xavánte ». Celui-ci, implanté par l’organisme indigéniste officiel (Fundação Nacional do Índio ou FUNAI) à la fin des années 1970, visait à rendre les Xavánte indépendants sur le plan économique en les transformant en producteurs de riz à large échelle tout en réduisant, du même coup, leur mobilité. Mis en place à plus ou moins grande échelle dans plusieurs réserves xavánte, ce projet, qui a eu des conséquences différentes pour chacune d’entre elles, échoua, les Indiens n’ayant pas la préparation technique nécessaire pour mener à bien une telle entreprise impliquant connaissance des finances, marketing et agriculture mécanisée. Loin de se borner à être un désastre économique, il a eu des conséquences sociales inédites pour les communautés indiennes, comme l’augmentation du factionnalisme résultant en fissions, l’émergence de leaders désireux de fonder de nouvelles communautés pour obtenir des bénéfices directs de la FUNAI (tracteurs, outils, salaires, etc.), tout en affectant profondément le mode de subsistance et la diète de ces Indiens (diminution du temps alloué aux activités traditionnelles de subsistance, augmentation sensible des produits de la chasse, de la pêche et de la cueillette dans l’alimentation, importance moindre des produits de l’agriculture traditionnelle, consommation croissante de nourriture industrialisée). Ce chapitre examine aussi la récente association des Xavánte avec diverses organisations environnementalistes pour lutter contre la création d’une voie d’eau qui devra traverser leur territoire et aura un impact négatif sur les ressources aquatiques de la région.

  • 1 Par transition épidémiologique, on se réfère à la diminution graduelle des maladies infectieuses, l (...)

8Le chapitre VII est un bref historique des tentatives successives d’installer un système de santé pour les populations indiennes du Brésil, depuis l’expédition Roncador-Xingu organisée par la Fundação Brasil Central (années 1940). Les auteurs examinent aussi la politique officielle récente en matière de santé indigène (mise en place de districts sanitaires spéciaux indigènes) et ses implications en termes d’organisation des services de soins. Le chapitre VIII analyse les données épidémiologiques et anthropométriques recueillies parmi les Xavánte. Leur état de santé est marqué par la prédominance de maladies infectieuses et parasitaires (tuberculose, paludisme et parasitoses intestinales). Les données anthropométriques indiquent des déficits dans l’état nutritionnel des enfants. On note également des taux d’anémie élevés chez les jeunes enfants et les femmes en âge de se reproduire. Enfin, les taux de malnutrition protéino-calorique sont plus élevés que ceux trouvés dans les populations les plus pauvres du Brésil. Le chapitre IX examine la théorie de la transition épidémiologique émise par Omran1 en 1971 et de ses reformulations successives. Bien que les maladies infectieuses et parasitaires soient les principaux facteurs de morbi-mortalité indigène, on assiste actuellement à l’émergence de nouvelles maladies, surtout obésité et hypertension artérielle, qui sont principalement associées aux changements dans le mode de vie des Indiens liés au contact interethnique (diminution des activités physiques, modification des habitudes alimentaires, etc.). Les auteurs notent que cette transition épidémiologique est plus lente chez les Xavánte de Etéñitépa que parmi les autres groupes xavánte où l’on observe actuellement des taux alarmants d’obésité et de diabète.

9Dans le chapitre X qui sert de conclusion, les auteurs replacent les données épidémiologiques, écologiques et démographiques obtenues parmi les Xavánte dans le contexte de la théorie de la transition épidémiologique et de ses diverses reformulations. Ils montrent notamment que la transition qui s’opère chez les Xavánte a des caractéristiques distinctes de celles trouvées parmi d’autres populations et concluent sur la nécessité et l’importance de prendre en considération les contextes locaux dans toute discussion sur la santé indigène au Brésil.

10L’intérêt de cet ouvrage est qu’il s’attache à démontrer la complexité de l’interaction entre les transformations induites par le contact interethnique et les caractéristiques propres aux sociétés. En outre, l’état de santé des populations indiennes au Brésil est encore largement inconnu et cet ouvrage a le mérite de synthétiser des données recueillies sur plus de trente ans. Il devrait ainsi retenir l’attention de tout chercheur s’intéressant à la biologie et à la santé des peuples indigènes d’aujourd’hui ainsi que des professionnels de la santé et des planificateurs de projets et de services de santé destinés aux populations indiennes. Il devrait aussi intéresser les planificateurs de projets de développement.

Haut de page

Notes

1 Par transition épidémiologique, on se réfère à la diminution graduelle des maladies infectieuses, lesquelles sont progressivement supplantées par les maladies de nature chronique et dégénérative et/ou provoquées par l’homme. Sur ce sujet, voir A. R. Omran, 1971, « The epidemiological transition: A theory of the epidemiology of population change », Milbank Memorial Fund Quarterly, 49, pp. 508-536.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Journal de la Société des Américanistes, 2003, 89-2, pp. 244-248

Référence électronique

Dominique Buchillet, « Coimbra Jr. Carlos E. A., Nancy M. Flowers, Francisco M. Salzano and Ricardo V. Santos (eds), The Xavánte in transition. Health, ecology, and bioanthropology in Central Brazil, The University of Michigan Press, Linking Levels of Analysis, Ann Arbor, 2002, 344 p. », Journal de la société des américanistes [En ligne], 89-2 | 2003, mis en ligne le 05 novembre 2003, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/jsa/1619

Haut de page

Auteur

Dominique Buchillet

Centre de recherches d’Île-de-France, IRD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société des Américanistes

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals