Navigation – Plan du site
Articles
Dossier : Les Amériques noires (II)

Renaissance des études afromexicaines et production de nouvelles identités ethniques

Odile Hoffmann
p. 123-152

Résumés

Renaissance des études afromexicaines et production de nouvelles identités ethniques. Les travaux sur les populations noires au Mexique ont longtemps été cantonnés au cercle restreint de quelques spécialistes, principalement historiens. Depuis quelques années, les études se multiplient et abordent des thématiques contemporaines concernant ces populations certes minoritaires mais qui commencent à exprimer publiquement des revendications d’ordre culturel et, plus timidement, politique. La révision bibliographique permet de pointer les atouts et les faiblesses des courants théoriques actuels, tout en situant les enjeux de la problématique mexicaine sur la scène nationale et au sein des études « afro » en Amérique latine. On analyse ensuite les stratégies et moyens d’action des acteurs – universitaires, politiques, culturels – qui participent aux débats. Face à un phénomène d’ethnicisation rapide et largement exogène, une dernière partie explore quelques voies de recherche alternative.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu en mars 2005, accepté pour publication en juin 2005

Texte intégral

  • 1 Je remercie Anath Ariel de Vidas qui a bien voulu commenter une première version de ce texte et m’a (...)

1Les travaux sur les populations noires mexicaines sont peu nombreux, mais se multiplient depuis quelques années, composant un champ d’études relativement peu exploré et problématique à plus d’un titre1. Une première série de questions se déduit du fait que la présence même de « populations noires » ou « groupes de population noire » ne fait pas consensus au Mexique. La plupart des habitants l’ignorent et certains spécialistes argumentent de sa disparition historique et achevée par métissage et « fusion » dans la société nationale (Velasco 2002), alors que d’autres au contraire la reconnaissent et intègrent « les afromexicains » dans la longue liste des « groupes ethniques » mexicains contemporains (Barabas et Bartolomé 1986).

2Le débat ressemble à un dialogue de sourds tant les termes sont mal posés, les uns et les autres cherchant à reconnaître, pour des raisons opposées, un « groupe ethnique » constitué et délimité par des caractéristiques « culturelles » objectivement descriptibles et distinctes de celles « des autres », en général qualifiés de blancs ou d’indiens. On pourrait reconnaître là une tendance essentialiste, largement critiquée en anthropologie et qu’il est aisé de rejeter, tant il est vrai que les « traits culturels » s’empruntent, se transforment et ne prennent sens que dans des configurations historiques et socio-politiques données, sous l’effet d’actions et d’interactions de la part des acteurs sociaux mis en présence. Les auteurs cités eux-mêmes se réclament d’un modèle « processuel » et cherchent à rendre compte de « réalités » dans la mesure où le groupe assume comme siennes certaines représentations collectives spécifiques (ibid.), pouvant à l’occasion se réclamer d’un essentialisme stratégique nécessaire lors des négociations et mobilisations politico-ethniques.

3Reste la question de savoir si, dans le contexte mexicain, il est pertinent de faire appel à une « identité noire » ou à une spécificité « noire » pour expliquer des processus sociaux plus généraux, pourquoi et, surtout, pour qui ? Comment, où et quand s’exprime éventuellement cette « identité », et que recouvre-t-elle ? L’approche instrumentaliste de l’identité (Glazer et Moynihan 1975) est insatisfaisante dans la mesure où, au Mexique, il n’existe pas de catégrrasation exteine institutiotaliuée qui reconnaisst « l’identiténoire » et qui s socte des mesures spécifiques ou Les uvanmaget mctéruels,-politiques ou culturel.? L éventuella expreision us revendicatiok identifairenoiru Lvrrait docn se com rendrehlors d, toume stratégek identifairedairactementliuée à des politiques multculturelle ou à des rupports de ornce ntre « Comun autés »ionstituues.

  • 2(...)
  • 3(...)
  • (...)

, . 171)s. CommeleA noteSahlains, « que e la cli seoeu nntiaux anthropoloues, lesgsens–eit passeullementlues d mitants– réclament te lacultur,e et l réclament préliuament danss a mdalit limites, rlifir,e essentialiuée utintempouella que la plupart l’ntirenuse rejeions rsformis e

Lecrfaivement dtceis questions siidentité ethnique ou collectiv,s demeusioseiendogèn et exogène de l’identité snce euntsde faire qu On analyuant les espace, où sesfrgment et s’exosmentlues processusdue consruactiok identifairs.Ll’espac) est cie com ist danss adtomble accepsion : en tant qL rchellaoeu tivaou d expreision identifaire(indvidtuelr, groualue ou collectiv),e et en tant quelmeas giographique cocr et atpour u qult sfrgcanide l’identificctios. elus’stt pas la mêmecho seqgue de se réclamer « noio » fcle auavosion us fcle au cherchur,u nnt plus meleA faire auaillsage ou dans laailleuavosiome de la mêmertégio, >

Je propott ci,t à l’occasion de la r iusion de aelmtntpaltur,e d’aborder les questions théoriques et mého pologiques tout enegarvant à l’escritmiot domble objectf,t à savoir:r quelme lfcleoclumentia/jou dhqi les études afromexicalistes au sein ue débatintollecqult sur les populations noire,t d’ure prle ? commet aborder l analyse dscet « groupe socil », d’autre prle ?Ll articleset consrulit en rfaie partise. La premièreiretitet les enjeux de la problématique afromexicaliste. La dauièmer erfcle lagGénéalogit des travaux en signasant usesfrtne tendance à l’essentialicctios.Enfain, la rfaiième analyse les porteurs de l’ethnicisatiot ee ceur. EoncConclusio, jl’explore quelques voiesmpossibles de recherch).

Lesinte prtpctions vancuues reosmentsurs dauxntercains conrasutés:e lun, dans la>Costa Chics de>Guerrer-Oaxaics( préliuament les uninciues deMarequlias etCuajfincuilapa),e sen un trav il ethiographique ee ceurs depuis 203s qui nrtne sur la distributionudes rs.sources et sur les stratégies des acteurs psursdtopoiutionnre danslmenjes politiqu, oicle

h1p class="texte">Les populations noires au Mexique, le chaînon manquant ?

la présence et l’impritance des populations noires danslme sou- continent latio- américais sont rsformis reconques u-de làdau cercleudes spécialistes et sontllibejes devaistes débat nationaux tsintennationaur, tant sur les scènes politiques que danslet d cainedre la recherch)? tes « afr-descendants »– termerexpoysé depuis la contprenceintennation l" conreblerzacsms et a xdncphobice àDurban, en 201,s parldesfrgcanilations noires psursdtifftprenmeat desafr américaint desÉtpcs-Uanis s snit reconus en tant que « comun autés ethniques » parldesntextns constitutionners dans pluiteurs ayse quimcettant en lfcle des mesures spécifiques psurluitte" conrebla dn crmginatiot et prmouavoir l’nctgrcatiok dans la reconnaissance dst prltcuparités( aur erexpe enCtolobgie,avoirAgtudlo 19996).

  • (...)

>1Lu Mexique particips àctes débat en tnsant useopoiutio osincutièr. Sie lÉtpce mexicai la reconue lanalturs plriethnique et multculturelle ue ayse(prsforms constitutionnecle de19902), uc useloi, d’application de l’nr snt suii)? tesoputioes-politiques ue ays), ffiortce, dans lss annéee1990 (adhtésioe à lOrgcanilatiosdue coptpaltiot etdne dvelippvementpéonomnique ouOCDE, Accmode de iobreléchngme vecebleC andas et lesÉtpcs-Uani)s, qui permetment iffticavement L é aboter dstlfaie aubGénftile degroupes spécifiques s principalementlles indieneHoffmann 201).eMalgoré les mobilisations politques, les erinidus socille,elues protetpctions et l’nscurractiokno-zaupctiste de1994,t lss obgguïités-politiques ne sont raslhevéns et l" multcultuialisme ffichte au tivaouftdnéralune setranuint aur uc use mesure cocrèth).

>2 Jevoudrcast cieexplorur les voies de cette consruactiok intollecqulale et politiqu, rceente, de cette «prnnaissancs » les études afromexicalistee, en la r lfçaent danssone contexte institutionnes,-politiqus et socil..

>3. La premièresymbpolide luntité ue ayse alors quelrrs ncfn rsel glitrment etfrgcanident lo diversité culturell,s la chtprencedtes dauxoputioesé tant assrvée parles/disceurs ue métissag,t rj à enmen ( depuis lafein ue>xiexsup>ex iiècle)t etornoouvete prst lRdvolbutionude1910-1920.? L mergmecme d’autres revendications identifaires de surrait danscet contexteurerevreqgue dell’eccepsios ou Lell’eotlism,e et pour des populations bien prltcutièrus parldourorigiru(lrrsChinfaie rriviés ds Phbolppainesaue>xviixsup>ex iiècle,t lssJaponmisaeeceble trav il ornut, plus rcemementlrrsCbouéns,e ec.)s.Lles études sur les populations noires ne sont longtemps cantonnése àncescThéms, faisane « uenoio » unêtare historiquement titué–eit dispau).

  • (...)

72.Eelme eunt alorsdionnrelmeas à toumes srstes de stratégiesindvidtuelrre pourfuiarldt tig mcle( nénatio)s, li reaearcrt( ffiornatio)e ou l’ignorrt( dlévntmmen)s.Llesapprochrs dvelippuéus parGHoffmae 1991)e en termt d’interactio, butlniuéusnnofmement parCunans( 2046e enCtolobgie dans des contextnscsimitaires, peuvontnuseasider à com rendreldes obgguïitésent cotrandiations qus caractériment seuvontlrre poiutionnmdenrs identifaires lss afrométi. Aobgguïités qusintednidentdue palmer d’ureidentitérévduante ou «nalturells ,s mais qu,n epcendan,imcettant tojceurs nenjesbla demeusio «paocills » le laifftprenc).

  • xviixsup>ex iiècle)t et, surtout, dans la tégios e Córdoub (Vteraruz6e en1a (...)
  • >1(...)
  • >2(...)
  • >3(...)

Les prltcuparités de la situatiosomexicains contemporain upéoulment dansute large mesure dell histidre ue euxpementnoi. Comme prltau en Amérique latin,e les populations noires sont descendanesedl’indvidtss rriviés au Mexique en tant qL’s claue. Ilesrtpamentrexpoysse dans du nombreue scuteur,s pasfais coccEntrus par tégios(miines, Platpctions le cnnce àsucrm,e leasag)x, maisleu plussnouvont dspveriés atvant à al camagnre qu Onailleu(prltsanin,srexpoies d esitiques,couviear)t, dans pmatiqumtant toneseldesrtégioes ue ays (Mprlínez Mrentell1994)>. Durane la méro Le coontalt,eiseeconnaissentll histidre clastiquk et ramatiquedse rsxissacues,rdvolcte,efumiens et consruactions le>, prltcutièrement dans lssrtégioes e, Platpctions commeleeVteraruze, où n’s clasagepversisrejus qu au>xiexsup>ex iiècle (Nlaunde1987 ;rC rroall1991).eAilleeur,t rs: le dbout ue>xviiixsup>e>iiècle etgrâce à ae rcupipaltiot uaiographique indienr,lldes rriviesedl’s clauea deinquenu(Aguio r Belntran 192s,-. 85)s et l" métissage saccventut, principalemens mais ras xnclusvlemen,aeecebls indie(ne)saeecebls que(le)sielt auragmene la codiutio de uaborionnss fcle ax Esmagnoels,cpébles etométi. Ll aorte « ppéoncs » l’impritutio l’s claueanoi a jes pue" coséiquacese principalsr l’ncmeusificctio ue métissageent lo deinqutios rapidedes puecvensage l’s clauea aumie la populationnoir,x dauxtraits quimarequenu aesppécificité les populations noires au Mexique par ruppore àncelrre d’autrespayse d Amérique latin >1.Auemfament te d’abliutio de n’s clasage(intedntr une premièresfais en1810, ablis en1817 mmisaeeceble dernmer pérfet d’abliutio sogrte parViceente>Guerrers en1829 xviiixsup>e>iiècle,sleu plussnouvontsnomrst à des micanimtesftpocesedes d mitation actiqfises,cpliendélstm,no,-antennlstm)

1Costa Chics(côste pcifiqu de>Guerrer-Oaxaic),r tégios «rmult ethnique » oùco habimentgroupes indien,e>

h1p class="texte">
es dispositif scientifiqus ee institutionel?

2d’isitateour lss études afromexicalistes snt anes context Gonzal Aguio r Belntra.n Mdecinu d-origir, Aguio r Belntranste rj à enthropoloue lor queMranel Gamios, chfn ue d prlsement de uaiographre au miistièredLellInctéruurs, qui erinid une étudl sur la populationnoiru au Mexiqu, en1942. Ssensien un emareqsmble trav il historique qu,n pourlLa premièresfai,er erfcleeot uifal,s soucesedlarchtives à l apui,tlrrs-origirrs et l expurs ue trifiss clasalint,t lssrythmas d’rriviee et l r prltatiosdus s claue,elrrs ncrteurs d’actvlitésentlues processusdue métissag,tcConcltant sur ’impritance d l apourt ues populations d’origiru afxicaint à al culturs et àll histidreomexicaines(Aguio r Belntran 192 [1946]6) Qquliquesaonnése plut pad, et prst unoijpour axsÉtpcs-Uanis où ilétuimsaeeceHperkovlie,eGonzal Aguio r Belntratréaliet lo première étudl ethiographiqui, dans leaillsage e Cuajfincuilapal sur lacôste de>Guerrerr( publuée en19586) Àr lrpfique ecmoreaisetes giographiquement( l toumespa américainlus’stt consrulits que dansless annéee1960)s et habites principalemensdes populations eut métisvén,e la>Costa Chicsapatnaîs commeldulitrm tuaisigngce d’ure populationnoiru Onaorie de disparition par métissag. SieAguio r Belntrat palme de « nois » et sarge lannotion « d afr- métie » ànce propoe,cs’ste pouremeauxens scutgnnreles caractèreeccepsionels etréffioreursas hèsse d l’nctgrcatio des « noisentlueursm é ngrns » negor y ssusmez cla.)

d’ictgrcatiok sesfn rrfait historiquement sur daux processus quidifftprenmeentlrrsnoisdes autreegroupes uaborionns>, en l’oclrprencelles indien. D’ure prl,s lss traits culturelsdesnoisngesuealmene passuffaismement distinctist psursdrvirt d’instrumenedl’identificctio ethnique;s lss traitspaociaus uealmene pourllure prls rapidement dispaun par métissag r rtu) Àr lafein ee la méro Le coontalt,eilusuifane pasmpossible d ssevoir dsa dn crmginatioessfrtns (n apaicidadesa signdla.)xiexsup>ex iiècles quelrrs rsformse ionérates ablireentlrrs « ptvllègrns » et roaits spécifiques reconusjus qu alors axs comun autés indienre,tnnofmementlrre roaits sur la terl>.Aue contrair,r la populationafr métists etométisu,esdans pfcle reconqut aurlresystimme coontal,sdLvimedrcs labastedus nouv ausystimmein upcendans qui pr tend s apuyere sur une population « nation ls » etlabesoein ee eettemaisu,eanctéruurlemens mrginialiidx, maisnion constituus ee cistn clirlement r prtu,e pue"set consrulir (>, . 291).eAinsi, des micanimtes-politco-nsruacturels–leabesoein l’nctgrder les coochrs populoires psur faireexistrs la « socrtuénation lo » pst- coontalte–eitssocio culturels–leam é ngrn ee traitspaociausentculturels– uealmene covergt)aeareureictgrcatiokxpre que comlrtce des populations noires et muâutree dans lassocrtuénation le etaearellure coséiquatde disparition commegroupe spécifiqu au sein es lassocrtué contemporain. Notions qui, dansst analyss, Aguio r Belntran sctiment que cnsifftprences-ethniques e,cpérent et se transforment dansudes rulations me pouoir,r-psur lesnois comme porelles indien,t dansuteapprocheanci-essentialiste vtant lhuurce qicepcendann ne fait pas duaubles etrRestrcs longtempsinipveçuh).

  • 72

72

.Eelmenpruvesudes rultes etsme pou duit a/jou dhqi dans pluiteursundiversitns me rovience82, auColegis d MMéxice92, à l’onstitunMpore1.Een toutrtpcs le cusu,e l’nctorte d’ure approche historique des populations noires de l’setja maisduamenu,n ase plut que cellr lss étudesdou «folkplors »(mushiqui, dane,tr datio orflrs.VvoirGctitpprzsÁvilau1988)e qu npruves enGabrueeMoundno Nzv rroe 1997)sios plutilpluntle spécialist..

uultui y cla Arcte,eCONACULTA). Diriogt aurLuzeMaríatMprlínez Mrentell(1993b,s ovrsagecoborionnt aurBcofil)s, li piogrmrmevliet à reconnaîtd l apourt( dans la dane, la ushiqui, al cosiom,e aelmtntpaltur orflr)t ues populations d’origiru afxicaint à al cultursnation le et ionnelmeas àdru nombresees recherchsspcocctuelrrtete publications surncns hèms,e àdresprenoEntes nationalns etintennation lse et finavement àdres débate pasfaisnovateoue. Ilel glitrm l approche ethiographique danslesssphièrsf scientifiqus ee institutionel lse et, surtout,i dnstèrecle champ Le recherchss dansun andreintennation e.Ll Mexique participsrainisaui piogrmrme d lUNESCOeintitete «Lla toume de n’s clare » qilo prmue eendannure izraine d annéeedresprenoEntesete publicationsnoEjpoinetsntirepayse d foriqun et d Amérique latins.Ldesrreprésentensertpamen,r-psur lu Mexiqu, LuzeMaríatMprlínez Mrentellet,n pourlLaCtolobgie,JatrmAproca, toes dauxenthropolouis qus d’oclumeni, dans leurs ayse reslectfs,s uere nouv au lss études afr américalistes contemporaineseitssctimeneannure approche en termesdde «paocndes afxicaines » les culturns noires latio américaine..

Les annéee1990 marequenuunvroritmblemalirrt dans lmvolbutionudss études afromexicaliste,ejus qe- là pmatiqumtant cantonnése à la recherchl historiqueentculturebl. Mmaisles,approchrs ethiographiques actuelrsa présettant ecmoredesesasiblesis qus d expliqunit en partie parldour histidr).

la tatpctios afrgGénatiqueent ’impossible définiton?

  • 2Costa Chic.>

Le ceupant afromexicalistt nae poreld’insuane asepruosse àsle dgsagrn ue arcland mitaliste qu veuntique d’nrppréliet d’abrdn « cs qui palm-t-ioe t » en termesdl apprlsnaence ethniqu. Barabase etBprltlr mn( 186)t, dans lasscfn rem datio drebleus ovrsage desyn hèsse>,ioncleentlrrs « afromexicains » dansless «17sgroupes-ethniques deOaxaice ).Ctetteopoiutio od expliqusnnofmement parleu fait que lÉtpce deOaxaics dispoce d’urel glslnatioe qu reconnaî,e instites etrgull aeifftprence ethniqu. Ddanslet d cainedéhoctrblsnnofmemen,u eesntextnsvaldeentlrrssformse L éractiok dismcoires nliosltsa «uns et cutcums ,e qui peuvontvparmer d’us mnticips à l autre( à cai hevé,sdrsxgnsation pr, le onssilsdes enmees,s eece ousdans prltcipctiok disfueamns et des «taragerse » auaillsag,e ec.e,avoirRscfn on 201).eLla « iispositif ethnique » rj à consrulis etrReconue parldes institutioessnt docnl à pluu fcilrs à trns poteraearelles populations noire. Pjouuaen,sent cotrairlement axegroupes indiennavosioas, il n’existe pas d’instrumenedluestmaltiot etdne encriepsiotetpctsatiquedou « groupe ethniqueafr métie ).Ldesindicateurs clastiquee au Mexiquunsesfncutionnnit pas( l ngqui, allsnutaavsitrmenrair,r frgcanicatiok socillu « tr dationrells ), etocaiqu ateour é abot, Commeile euntsts,-prorsa dn crmginenr,n consruliisleu plussnouvont sur ls yens comune prorg à aessituatios qu’ilétuim.eLla cherchursneviment àdopitrt les catégrrrre dussage desensinte oiauteur,sleu plussnouvontsanes rlitiqu, réatmbleapprfjongie,aeeceblerisiquedse e prodaire tsdse tranmcetare lessttééctypuea le laifftprencs– ou Lell’indfftprenc).Cs’sterainis que «lrenoio » s fafrenenviolmmement à l indie, dans la>Costa Chics(F n ts1977),n umevlitios rcurpreste2

d approche ethiographique qui nurrruitlévnturncebiltes et « n upéntarrs » le la prblématiqueenthnicssantesny pllones pasfaissdansr lsnut) IldfHautdairt quuecleeestleu plussseuvontlre fait ’étuinenr,n dbouanit en enthropolone,n qusiavsitissentleegtemps fbsdrvlationpéssfaire ts renment Coptle dslteusu travaux dansudesmuaisrusdueliceecrs ou maîtists plusoue oinre bien documents etrarlement publuuo. La plupartsdt rstèrent uxu travaux e Aguio r Belntran( 189)sdsontldes encriepsiors ethiographiques(réalivén,eorupveior-lt,eily ae plus dundemi-iiècle)t scutgncamentlreserfclas d’fricalité dans lasaçiotdue nerchr,sdue consruirdl atrmiios ou Leoprutrt lesenftense aur erexp,trmisauosseddans certainsriiees degutériiok et royanclesurerigeuses. Llinfludecre ue maîtdsnt l auuane plusogrndes qu’ily ae eou Le conr-poide,elrrs étuitenseomexicaini–eitbleurs rofreimeurs–econnaisaens mle aelmtntpaltur intennation ll sur des populations noires contemporaine. Mmai, surtout,ldes encriepsiors l a/jou dhqi sont r contexuialiides(Mprlínez Mparatos1994 ;rCruzn 189),e alors qd guio r Belntran( 172 ;r1989)s prgnntr unevlitios politiqu, le laifftprenc,s clirlementaincriste dansudes rulations me d mitation qu’il analynnt..

d’ictorte le cetteutgnnsdse trav il sttcn eendann l avoir apourté le ladocumenpctios cxuialiid. Slesltrrtrresmenpruvenls rapidement au tivaou théoriqu,xaeeceun domble « d rasags »:uou fament tequialifeat certaines pmatiques de « noiues ,evisred « afxicaines t, et enlastimitnet ues pmatiques, ou lesenssemblns me rmatiques, à uneidentité collectiv arbitrairlement noute « noire » pr, le heerchur..

.Eelme rovivont surtout, enggrndes parti,, le laifftiulitt à nssarlle métissage autrement que Comme nénatio les culturns «™origirlbls ,e cs quiamcèn,l ee cot recoptete pau fcilrtut, àurel gltrimreqgue «lrrs-origirre » au uirimment d’ure coccepuailisatios plusouuvrtn,s dialectiqun et ynamniqu Lesinteractions culturelle(Gruz inki 1999)).Ctetteifftiulittdointrévdueameneêtaremists ot relatios eecebl histidre le la eosée ue métissage au Mexiquu qu,n m uaislle>xiexsup>exejus qu au dbout ue>xexsup>ex iiècle,eviyfait dans « a rfclecosmniquo »(Vlascocclpo 1958)s lhComme uefuturs,ddélvrté lest tavnimtes culturels consitrtns commeibstacleu aue dvelippvementent à al consruactioknnation l. Rrelytes parld’itpologe pst-rmvolbutioniirdl uaisll indogalimmeiffticuee qui prgnntrll†astimitctiok et l’nctgrcatio res indien,t rsformis rlitiqtes poursiok uprocntisms etsios racsmsitcmen,u cette coccepiio ue métissage nde asepnté cxuialiidenn tant quentoll. Eelmeae pltôtepntésubnstituus à lafein ue>xexsup>ex iiècles par unevlitiosenthnicssanteudes apourst socio politiques,toll- mêmeblué,t d’ure prl,s à la reconnaisaencedus caractère mult culturetete lurt ethnique le lancctio,t d’autre prl,s axs mobilisations socilleseit jolitiquesnm nces dernièrsfupénnilu).Ldesgroupes indien,ennofmemen,u revendiqunit rsformisbleusacrst aux roaitsent à al prltcipctiokicimoyenue sur labastedl leurs identités-ethniqueo. La coccepuailisatiosdde la situatios afromexicainsses aliqu"rainis sur ue odècle consrulisdaons d’autressphièrs..

xiexsup>ex etlau dbout ue>xexsup>ex iiècle),edLell†apourt afxicaik et e qui ese cooneseuroptiens d’origiruesmagnoee. Comme le oot rntn bien esu travaux e quliquesundiversicoires(AlcraxpareLóprzs 202), la ushiqui, al dane, lagansronomnun et d’autresexpreisiosr culturelle renment Coptle dsc ethroritgue comlexesdsont ne euntsd apprparmer uc ue eselpoincaini prdpésseeurs ne prltcuieao. oein esf shéms rdédcrteurs d l’ncte prtpctioe afrgGénatiqu, nces cherchurrsomtttant ee vtant la réutvtité culturelleitssocale decers socrtuns tégion lse qu de l
ffichment uelrement Comme « noiues  ltau en revendiqtnet ues ifludecresnmtttement afxicaine (avoirFiguire16).

Le dauièmed rasagt théoriqun concervtlte passage ut tincuters uu collectf,rll†astimitctiok L éuamenre iiversfluu, à usenssembl consrulis etsxgnsfltant sur e, Plas identifair. DdansletSudedauVteraruze, la>Costa Chics ou eesnterles haudtes u Balsnas, uen ne euntnisarll’origiru afxicaintduentos ountos trai,s llitt à els autrenmtttement mso américaie ou uroptiee et iotrll†rarageament setglobiadement distince dece qui eseavosioa. Ttoutun hac ue euntégillementcconsftrrt lo présencs me hdnctypueamtttement « nois » ou Leopmatiquesg setuells,e que cs slisdaons al danes ou ee qotindie,s quimarequenu aeifftprencsaeecebls tégioes indienree etométisurs d laultipdno aur erexp) Ppour auuan,ajus qu àeprésen,e il n’sne pasmpruvst quncettesComme L éuamenre iistinctist slislsesfn rmment d’urelltértuu collectivementcconsrulits etlassute).Ldesidentitns tégion lse intègrentcrrs éuamenre et biet d’autres qu,ndau,e ne sont passspécifiquement « d’origiru afxicains n : l histidre auragué,tleegypue lehitparchtet sociopéonomniqu,tleerôlge rrs éitue,elrrs lliancles etrivalitéencte tégion ls,rllenvirionnmdens etavrs codiutions mctérueclea le la productioe ts r productioe sont auaen de fcuteue qicmo ceument à lm dificctio d’ut « nus » tégion , ltau auaen que cns « prltcuparités culturelleo » issseuvontmrst ee vtan).Ldes études sur desidentitns tégion lsesont d uaisllongtemps uaiEntr que ce champ culturet n’snesxgnsfltantqguesu il sttccollectivementtrÙinte prtte danslee andre plusvcistnudes apourst socaau,e jolitiques etréonomniques à l ictéruure etaeareld’ectéruuredvtlla tégios(dvtllaPeñau1981 ;rLomnitzs19956).

.Eenlastimitnetld’identité au s

  • Logo Latindex
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals