Navigation – Plan du site
Comptes rendus

López Luján Leonardo et Marie-France Fauvet-Berthelot, Aztèques. La collection de sculptures du musée du Quai Branly, musée du Quai Branly, Paris, 2005, 191 p., nombr. ill. coul.

Nathalie Ragot

Texte intégral

1Le catalogue Aztèque. La collection de sculptures du musée du Quai Branly est une véritable réussite. C’est le fruit d’un savant et minutieux travail de recherche historique et d’analyse conduit par Marie-France Fauvet-Bertholet, ancienne responsable des collections américaines du musée de l’Homme, et Leonardo López Luján, chercheur de l’Institut national d’Anthropologie et d’Histoire du Mexique et membre du projet Templo Mayor. On y découvre avec intérêt l’histoire et l’analyse des 90 sculptures aztèques, datées de 1350 à 1521, qu’abrite désormais le musée du Quai Branly. Provenant pour l’essentiel de Mexico-Tenochtitlan, capitale de l’empire aztèque dans le bassin de Mexico, cet ensemble de pièces constitue l’une des plus riches collections européennes avec celles de Londres, Berlin et Bâle.

2D’emblée la qualité de l’édition et l’originalité de la mise en page donne envie de feuilleter l’ouvrage. Le premier chapitre est une présentation succincte de la civilisation aztèque tant dans sa version historique que mythique avec le récit des pérégrinations et de la fondation de Mexico-Tenochtitlan.

3Le deuxième chapitre nous informe sur le rôle et la place de la sculpture dans la culture aztèque. Très nombreuses, les sculptures étaient pour beaucoup au service de la religion indigène. Dotée d’un « cœur », l’effigie possédait un pouvoir divin. Les sculpteurs aztèques restent inconnus puisqu’aucune œuvre n’est signée. En dépit d’un niveau technique rudimentaire, ces artistes anonymes ont donné naissance à des pièces extraordinaires, réalisées à partir d’une grande variété de matériaux (pierres volcaniques locales dures comme le basalte ou l’andésite, l’obsidienne, la pyrite, le coquillage ou l’or). À l’origine, ces sculptures de pierre étaient peintes de couleurs vives, habillées et parées de bijoux et de coiffes en papier.

4Le troisième chapitre est consacré à l’histoire des différentes collections privées, constituées pour la plupart au xixe siècle, et à leur parcours jusqu’à nos jours. En 1850, grâce à Arien de Longpierre, des œuvres américaines entrent déjà au Louvre avec la création du premier « musée des Antiquités mexicaines », lequel, en dépit de son succès, fermera ses portes en 1870. En 1879, ces pièces sont accueillies au Palais du Trocadéro où s’installe le Musée d’ethnographie dirigé par Eugène-Théodore Lamy. En 1937, ce musée devient le musée de l’Homme.

5Les pièces, désormais réunies au musée du Quai Branly, proviennent de treize collections et, parmi les principaux donateurs, on trouve notamment Latour Allard, Édouard Pingret, Alphonse Pinar et Émile Boban. Citons également la participation active d’Eugène Boban, l’incontournable fournisseur d’antiquités mexicaines du xixe siècle, dans la constitution de ces collections.

6Vient ensuite le catalogue des pièces, lequel occupe la majeure partie de l’ouvrage. Sont présentés 84 objets en pierre, quatre tambours de bois, une pièce de bois de cervidé et une résine. Classé thématiquement (sculptures anthropomorphes, anthropozoomorphes, zoomorphes, phytomorphes), chaque objet est assorti d’une fiche technique (matériau, dimensions, collection etc.) et d’un commentaire descriptif et explicatif. La présentation détaillée de certaines des divinités représentées (Chicomecoatl, Chalchiuhtlicue, Quetzalcoatl, Xipe Totec etc.) rompt la monotonie que pourrait installer la lecture d’un catalogue.

7On ne peut que louer la qualité des photographies qui permet de bien voir les pièces et, surtout, les prises de profil ou de dos des sculptures donnent à voir des détails significatifs. Très utiles également, les dessins du dessous de certaines pièces permettent de montrer des détails iconographiques généralement inaccessibles et insoupçonnés dans les salles d’exposition.

8Première publication exhaustive d’une des collections du musée du Quai Branly, le catalogue Aztèque… est un ouvrage d’une grande qualité scientifique et une belle réussite esthétique. On ne peut qu’espérer qu’il sera suivi d’autres semblables pour toutes les collections du musée. Seul reproche, son prix, que justifie certes la qualité de l’édition, mais qui peut être un frein à sa diffusion, en particulier chez les néophytes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ragot, « López Luján Leonardo et Marie-France Fauvet-Berthelot, Aztèques. La collection de sculptures du musée du Quai Branly, musée du Quai Branly, Paris, 2005, 191 p., nombr. ill. coul. », Journal de la société des américanistes [En ligne], 93-1 | 2007, mis en ligne le 23 janvier 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/jsa/7303

Haut de page

Auteur

Nathalie Ragot

EPHE, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société des Américanistes

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals