Navigation – Plan du site
Articles
Varia

La métamorphose de Yurupari : flûtes, trompes et reproduction rituelle dans le Nord-Ouest amazonien

Dimitri Karadimas
p. 127-169

Résumés

La métamorphose de Yurupari : flûtes, trompes et reproduction rituelle dans le Nord-Ouest amazonien. Dans cet article, nous proposons d’analyser les différentes figures mythiques présentes dans l’Amazonie du Nord-Ouest sous le nom de Yurupari. En comparant des données issues de l’ethnographie miraña avec celles des groupes tukano du Vaupès et des groupes arawak du nord de cette zone, il apparaît que ces figures renvoient, toutes, à une guêpe solitaire qui se reproduit en se servant de ses proies à la fois comme réceptacle et nourriture pour sa descendance puisque la proie est mangée de l’intérieur par la larve de la guêpe. Ce comportement parasitoïde est anthropomorphisé par ces populations sous la forme d’une insémination. Avec certaines caractéristiques et composantes de l’hyménoptère, ce comportement sert de référent au rituel d’initiation masculin et à l’interdit pour les femmes de voir les flûtes sacrées, construisant ainsi idéologiquement le corps de chacun des sexes. Cette contribution explore l’ensemble des implications mythologiques et idéologiques de cette identification.

Haut de page

Texte intégral

1Les études sur le complexe rituel de Yurupari sont légion dans l’ethnologie du Nord-Ouest amazonien. Depuis la publication en 1890 de Stradelli sur les premiers éléments du mythe jusqu’à la toute récente présentation des données cubeo par Goldman (2004), en passant par les différentes analyses – et débats – entre Stephen Hugh-Jones (1979) et Gerardo Reichel-Dolmatoff (1996), il pourrait sembler difficile d’ajouter un élément novateur au dossier. Cet essai se propose pourtant d’être la première tentative à visée comparative de rassembler les différentes modalités idéologiques liées au rituel de Yurupari dans le Nord-Ouest amazonien. Je me pencherai tout particulièrement sur le processus naturel de la métamorphose, notamment celui des insectes comme modèles de la reproduction sociale humaine.

2Pour la résumer rapidement, on peut dire que la problématique générale de la mythologie de Yurupari renvoie à celle de la domination des hommes sur les femmes, après les avoir dépossédées des trompes et/ou des flûtes « sacrées ». En effet, dans les mythes, les femmes étaient, à l’origine, les premières à posséder les flûtes et pouvaient, comme le font aujourd’hui les hommes, engendrer une descendance grâce à elles. De plus, elles les utilisaient comme objets de plaisir. Les hommes étaient alors soumis à la volonté des femmes et devaient accomplir leurs tâches (Hugh-Jones 1979, p. 266). L’acte civilisateur masculin fut de subtiliser les flûtes aux femmes et de leur imposer la gestation. Et, grâce aux flûtes, l’engendrement extra-utérin ne fut plus réservé qu’aux hommes.

3Toutefois, la tradition de Yurupari est plus que cela : elle est non seulement intimement connectée à l’idée de distinction de genre, mais aussi à la notion même de sexualité.

  • 1  Pour une approche comparée des systèmes de connaissance liés à chacun des sexes dans le Nord-Ouest (...)

4Pour les populations du Nord-Ouest amazonien, le rituel et la mythologie qui l’accompagne sont d’une importance primordiale tant dans la construction des genres que dans la création d’interdits. Dans le même esprit, les interdits permettent d’instaurer une domination garantissant la séparation des sexes – plus dans l’idéologie que dans les faits d’ailleurs, une sorte de modus vivendi1. Pour ce faire, le rituel et la mythologie de Yurupari utilisent une profusion d’images – aussi bien dans le registre du langage que dans celui de l’action rituelle – puisées le plus souvent dans l’environnement. Ces référents environnementaux accréditent, pour les membres de ces sociétés, une construction de l’image des corps masculin et féminin et un mode de sexualité.

  • 2  Je présente ici du matériel ethnographique miraña issu de mes premiers terrains (1992-1993) ainsi (...)

5Tout ce qui vient d’être décrit est présent particulièrement dans les groupes Tukano du Vaupès, mais pas seulement. Ainsi les Miraña, groupe avec lequel j’ai travaillé2 et grâce auquel j’ai recueilli les données ethnographiques constituant la première partie de ce travail, ne font pas partie de l’ensemble culturel précédent et ne peuvent pas être rattachés au groupe linguistique des Tukano orientaux ou occidentaux. Il en va de même pour les Uitoto, voisins des Miraña, mais qui n’entretiennent que peu de rapports, voire aucun, avec les groupes du Vaupès central. De fait, ce complexe rituel et mythologique s’étend très largement au-delà de l’aire du Vaupès, puisque l’on retrouve l’utilisation des flûtes et des trompes interdites à la vue des non-initiés – et plus particulièrement des femmes –, jusque chez les Tikuna de l’Amazone au sud de la Colombie (Goulard 1998 et communication personnelle), ainsi que chez les Wakuénai du Guainía au nord du Vaupès (Hill 2001), pour ne citer que les cas les plus éloignés de l’épicentre de cette aire.

  • 3  Mais aussi correspondre avec les données présentées et publiées par les Indiens eux-mêmes comme pa (...)

6Les conclusions et les déductions présentées ici ne sont à retenir que pour les Miraña, du moins en ce qui concerne la première partie. Toutefois, en tentant une comparaison des données miraña avec celles issues des ethnographies d’autres sociétés de la région, il est possible de dégager un tableau général cohérent. Les données miraña et uitoto n’entrent pas en contradiction avec celles de la zone tukano, mais semblent plutôt les compléter. Aussi, la comparaison avec les éléments ethnographiques provenant des groupes de langues tukano me semble essentielle. J’aurai donc recours essentiellement à l’ouvrage de Reichel-Dolmatoff (1996) – notamment pour les quatre énoncés mythiques liés au complexe de Yurupari – et au travail réalisé par Stephen Hugh-Jones (1979) sur les Barasana. Il n’en reste pas moins que la compréhension plus générale de ce complexe rituel du Nord-Ouest amazonien devrait, pour rendre compte de toutes les spécificités culturelles, inclure l’ensemble des conclusions émises par ces auteurs3. Seul l’aspect de la mythologie est ici abordé, réservant l’analyse des phases du rituel d’initiation pour une autre étude.

7Si nous adoptons à présent un point de vue comparatif à propos du type d’organisation sociale dans cette aire culturelle, il apparaît que cette région représente à bien des égards une exception pour l’Amazonie indigène : en la comparant par exemple avec le Brésil central ou encore à la zone guyanaise, la notion d’ancestralité semble liée à la présence de groupes d’unifiliation patrilinéaires. Dans ces sociétés, le rite de Yurupari sert surtout à l’initiation masculine. Il permet de construire des hommes issus, si possible, de personnes masculines, c’est-à-dire en excluant toute contribution féminine, donc des affins. Le complexe de Yurupari a donc lieu dans des sociétés où la notion de « groupes d’unifiliation » est beaucoup plus présente par rapport à l’aspect plus cognatique des autres aires amazoniennes (Hugh-Jones 2001, p. 246).

8Tout en jouant sur l’ostentation rituelle d’une manipulation des corps des initiés masculins, cette construction de la masculinité se fait par retranchement de pratiques sexuelles liées au corps des femmes.

9La méthodologie utilisée s’appuie sur l’analyse des textes, des métaphores et autres tropes liés aux termes employés. Cette méthodologie repose aussi sur une théorie plus générale de l’image et de son évocation : un artefact peut être employé dans un rituel ou nommé dans un mythe non pas pour ce qu’il est, ni pour sa matière, ni pour son essence, mais bien pour l’image qu’il est censé générer dans l’esprit des participants à un rituel ou des auditeurs d’une narration. Je rejoins ici un des points évoqués par Reichel-Dolmatoff (1996, pp. xxxi, xxxii) à propos des textes desana : « If the Tukanoans strech analogies in a way uncommon to our logic, the task must consist in identifying the “likeness” of things, expressed in the word dohpá/like, similar to », et par Hill (1993) dans son analyse métaphorique des chants liés à la mythologie de Kuwai, l’équivalent wakuenai de Yurupari.

10Revenons rapidement sur l’utilisation du code sexuel dans les groupes du Nord-Ouest amazonien. Reichel-Dolmatoff (ibid.) l’utilise de façon abondante, parfois peut-être de façon excessive. D’autres travaux ethnographiques (Hugh-Jones ibid. ; Karadimas 2005) ont montré que ce « code » devenait particulièrement intéressant si on le considérait sous son aspect corporel et pas seulement sexuel. J’aborderai donc l’ensemble des images du corps auquel les groupes du Nord-Ouest ont recours pour construire leur système de connaissance (Karadimas 2005).

11Je présenterai, dans un premier temps, les données miraña sur le complexe du Yurupari pour montrer comment est pensé le processus d’engendrement et, donc, la construction des sexes. Puis, en comparant ces données avec celles présentées dans d’autres travaux, nous verrons comment elles se rendent mutuellement intelligibles.

Les données miraña

  • 4  Certaines données présentées ici ont déjà été publiées dans mon ouvrage de 2005.

12À propos des interdits liés aux flûtes et aux trompes4, un de mes informateurs miraña me faisait remarquer que s’il n’y avait pas « Yurupari », il n’y aurait tout simplement pas d’enfant, tout comme il n’y aurait pas de rapports sexuels. Il faut donc se pencher sur le processus de fécondation tel qu’il est compris par les Miraña.

13Dans la mythologie miraña, le processus de fécondation renvoie à la première humanité sur terre (dont l’humanité actuelle n’est pas issue). L’humanité primordiale est issue d’un lombric « pensé » par le créateur, qui rentrait et sortait de la terre pour rester dans cette première matrice terrestre. Ce Lombric divin, appelé le « Lombric de notre Création » (mè pííßénè tó’hù), représente successivement le sexe du créateur et l’enfant à naître et est attiré par le sang menstruel des femmes. C’est lui qui va former l’enfant dans la matrice. Si ce lombric n’existait pas, disent les Miraña, un enfant ne pourrait pas se former. Il représente aussi une âme qui prend possession de la matrice. En ce sens, Lombric n’est actuellement qu’une représentation d’une âme qui va se matérialiser dans un enfant. Il ne s’agirait pas d’un véritable lombric qui entre dans la matrice ; c’est le membre masculin qui lui est comparable.

14Le sperme est aussi considéré comme de la « bave ou salive de Yurupari » (ñó’ñá’ì tógwà, « sueur de Yurupari/lombric »), c’est-à-dire de la « viscosité de lombric » (tó’hù rérékò) qui est interprétée par les Miraña comme du sperme divin. Toujours selon le discours mythique, le « lombric », attiré par le sang menstruel, « entre » dans la matrice et prépare, avec cette salive, l’endroit où l’enfant va se loger. Tant que ce lombric n’a pas préparé la matrice, une femme ne peut pas être fécondée.

15Selon les Miraña, le fait que les lombrics soient attirés par le sang menstruel oblige les femmes qui ont leurs règles à accrocher leur hamac en hauteur pour éviter qu’un véritable lombric ne sorte de terre et ne vienne sucer leur sang pendant la nuit. Il est également déconseillé aux femmes qui allaitent de dormir la face contre terre au risque de voir les lombrics venir téter leurs seins.

16C’est donc autour de cette figure de Lombric que se construit, chez les Miraña, le personnage désigné communément dans le Nord-Ouest comme Yurupari.

17Dans l’utérus se trouvent l’enfant (tsúmé), le liquide amniotique, le placenta (tsíménè mí’ò, « peau rigide de l’enfant » ou tsíménè dò’póhì, un type de galette de cassave) qui est aussi l’esprit, « l’ombre » qu’a formé le lombric dans la matrice et, enfin, le cordon ombilical (íhú, « boyau, viscère de la bouche du bas ») à partir duquel l’enfant se nourrit du sang de sa mère. Selon un informateur, ce serait le lombric qui formerait ce cordon et qui continuerait de « sucer » le sang de la mère pour l’enfant.

18Le « lombric » est tout à la fois le pénis du père et « l’ombre » de l’enfant qui est constituée du placenta et du cordon ombilical ; on peut donc constater une surenchère d’éléments symboliques sur ce seul lombric. Qui représente quoi dans cette profusion d’éléments ?

19Il semble possible de faire une certaine part des choses. Si on considère que le lombric entre dans la matrice pour la « préparer » afin d’accueillir l’enfant et que sa « bave » est perçue comme du sperme, il est licite de retranscrire cette formulation mythique comme le pénis et le sperme du père. Parallèlement, ce lombric reste dans la matrice pour « former » l’enfant. Certains des interdits sexuels concernant le chasseur qui vient de manger une pièce de gibier lui prescrivent de ne pas coucher avec sa femme ou de ne pas toucher ses enfants avec sa main : son sperme et sa sueur sont alors « chargés » de « l’odeur » de ce gibier (et ses enfants, présents ou à venir, pourraient devenir « animal »). Or il semble que le seul élément qui reste dans la matrice au moment de l’acte sexuel soit du sperme ; mais ce sperme contient l’âme et l’ombre (nààßénè) de ce gibier. Il semble donc que le « lombric » et sa salive ou bave soient en fait le spectre, le nààßénè de l’animal ingéré par le père qui cherche de la sorte à se réincarner. C’est lui qui va former le « tsíménè nààßénè » c’est-à-dire l’esprit, « l’ombre » de l’enfant et qui va le nourrir à partir du sang de la mère. Le placenta est donc « l’ombre de l’enfant » mais, parallèlement, cette « ombre » ou ce « spectre » provient d’une qualité du sperme du père qui a mangé du gibier.

20Pour interpréter un épisode d’un mythe uitoto (Preuss 1921, p. 75), on peut suivre la même direction. À la suite d’une piqûre d’épine, l’âme d’un personnage décapité pénètre sous forme de larve dans l’articulation du genou de son meurtrier, non pas pour renaître ou pour former une descendance à son image comme il l’aurait fait dans une matrice, mais pour faire mourir son meurtrier en corrompant sa jambe. En ce sens, l’âme est une larve décrite comme un « lombric » et ce qui entre dans la matrice subit une métamorphose comparable à une mue d’insecte, la salive de cette larve filant un fil de soie pour former un cocon (la matrice).

21Il est ainsi possible de poursuivre les associations symboliques concernant le lombric. Il est celui qui suce le sang menstruel de la mère pour nourrir l’enfant par le nombril (la « bouche du bas ») ; il est aussi celui qui tète la mère pour continuer à nourrir l’enfant, une fois celui-ci sorti du ventre de sa mère. Le terme miraña pour désigner aussi bien le pénis que le lombric est ñó’ñá’ì. Si lombric est un « téteur », il tète (ñó’ñó’ì) la mère par l’intérieur, et par l’extérieur une fois l’enfant mis au monde : le terme qui désigne Yurupari, lombric (ñó’ñá’ì) semble être construit sur ñó’ñó’ì « téter ». De là, les conseils donnés aux femmes qui allaitent leurs enfants de ne pas faire pendre leurs seins vers la terre au risque qu’un véritable lombric vienne les téter. En ce sens, il est possible d’affirmer que Lombric, après avoir passé une partie de son existence qui se termine avec le placenta, poursuit celle-ci avec l’enfant, ce qui expliquerait qu’il soit aussi désigné, dans les discours des Miraña, comme un enfant et, ce, conjointement au pénis du créateur. Lombric est tout à la fois – mais successivement – le pénis, l’ensemble placenta-cordon ombilical et l’enfant qui naît. Autrement dit, Lombric est un être changeant qui se transforme et subit des mues. Il semble ainsi que Lombric représente pour l’humanité ce qu’une larve réalise pour les insectes. Ce dernier point découle du fait que, dans le mythe uitoto signalé plus haut, l’âme du père de Souffleur réapparaît comme larve et cherche à pénétrer un équivalent de matrice (Karadimas 2003). Le lombric et la larve apparaissent donc dans une position similaire. Le cocon dans lequel la larve se transforme en chrysalide, puis en insecte, serait la matrice ; ce qui restera de la chrysalide, l’exuvie, est comparable au placenta humain. La succession lombric (chenille-larve)/cocon/chrysalide/imago est ainsi équivalente à celle de pénis (sperme-âme)/matrice/placenta/fœtus propre aux humains. Pour le dire autrement, « l’ombre »– dans le sens de spectre –, le nààßénè d’un insecte renvoie à sa mue, à son exuvie (mí’ò) ; pour le nourrisson, c’est le placenta avec la membrane amniotique qui est sa mí’ò.

22Il est possible de retrouver ces éléments dans le mythe de la création miraña. En effet, les éléments métaphoriques évoqués pour rendre compte de la première terre renvoient aussi bien au modèle de l’escargot qu’à celui de la chrysalide : ils sont nécessaires pour comprendre à quoi sont comparées les trompes du rituel.

La proto-création miraña

23Dans le mythe miraña évoquant la création de la terre première, différente de l’actuelle, il est fait référence à un processus de métamorphose.

24Issu du néant, l’ensemble des premières phases de la création est présenté comme un processus physiologique relatif à la procréation. L’acte initial décrit est de « ficher » ce qui sera la première terre, c’est-à-dire de la « planter » ou, bien plus, qu’elle se fiche elle-même. Le verbe ú’pétsò exprime l’action de « ficher », comme celle de planter une bouture de manioc dans la terre. Cette action peut aussi renvoyer à celle d’une chrysalide qui « fiche » son extrémité inférieure dans un coussin de soie qu’elle a tissé sur une branche. Son extrémité inférieure est garnie de petits dards qui se plantent et lui permettent de se maintenir suspendue : dans le mythe, la proto-création est comparée à cette action.

25Dans la suite du mythe, il est question d’un « enveloppement » du monde : l’utilisation du lexème tó’àrádè souligne le caractère sexuel, agricole et végétal d’une semence ou d’une épine plantée et contenue. La transformation s’effectue ensuite rapidement : la « terre » du créateur prend une position accroupie ou fœtale, puis la forme d’un escargot dont la coquille en colimaçon est comparée par les Miraña à l’enroulement de l’écorce d’une trompe de Yurupari (úúhádjì). Ces éléments font référence à l’image d’une chrysalide. L’abdomen par l’extrémité duquel elle est suspendue rappelle une coquille d’escargot car il est divisé en plusieurs segments de taille croissante et s’élargit de façon conique. Le son que produit cette « conque » mythique, terre du créateur, est similaire à celui des trompes. Cet escargot est ainsi comme le Yurupari du monde sur lequel vient prendre place le créateur. Le son de la trompe semble augmenter en même temps que la coquille qui va former le lieu sur lequel le créateur prendra place. Le créateur prend corps dans la coquille de cet escargot – formulation imagée qui ne manque pas d’évoquer ce qui se réalise à l’intérieur de la chrysalide –, puis sort de celle-ci et prend place sur elle. L’exuvie devient sa première « terre ». Chez les Miraña, dans le rituel de Yurupari, la trompe fait penser à une chrysalide. Dans ce mythe, la première manifestation du démiurge se fait par la voix qui duplique celle du son produit par une « coquille d’escargot » et peut être comparé à celui des trompes de Yurupari. Le son des trompes est comme un son de conque : il donne naissance. Le créateur n’existe que par ce son qui est sa voix. La suite du mythe décrit le développement de ce fœtus divin dans ce qui apparaît comme une matrice cosmique ou, pour le moins, une « proto-matrice », c’est-à-dire un lieu de gestation sans corps, un « sac de gestation » sans corps pour le contenir.

26Proposer une interprétation de cette proto-création est une tâche difficile. Le démiurge apparaît d’abord comme un fœtus en gestation ; dans la suite du mythe, le premier dialogue du démiurge a lieu avec Lombric qui se trouve sur une terre indépendante de celle où réside le créateur. Lombric (il faudrait en fait traduire par Larve) peut ainsi prendre la valeur d’un sexe masculin ou celle d’un cordon ombilical ou encore celle d’un enfant. Le fait de représenter Lombric sous les traits de Yurupari évoque cette multiplicité de sens puisque les trompes de Yurupari correspondent, pour les Miraña, à « la transformation d’un enfant “brillant” qui, lorsqu’il est frappé contre terre, prend l’apparence des trompes » ou sort des trompes. Lombric, sous les traits de Yurupari, est considéré par les Miraña comme le sexe du créateur ou une émanation de celui-ci qui prend la forme d’une âme venant se loger dans un « ventre » sous la forme d’une larve. Cette multiplicité des identités apparaît également chez les Barasana où le rituel de Yurupari tient une place importante (Hugh-Jones 1979). Christine Hugh-Jones donne l’interprétation suivante pour les Barasana qui relient la première terre à un placenta primordial :

Le placenta enterré illustre plusieurs propriétés de l’univers-comme-matrice : un énorme ver blanc en sort, qui perce les couches de l’univers jusqu’à ce que Soleil-Primordial lui brûle la tête. En raison de cette brûlure, il est appelé Le-Décapité (Rihoa Mangu), un personnage dépeint dans d’autres contextes comme un homme sans tête, le mari de Romi Kumu. La relation sexuelle entre Romi Kumu et Le-Décapité est ainsi transposée sur une échelle cosmique : l’hémisphère inférieur est semblable à une matrice contenant un placenta décomposé, et l’axe vertical, le pénis ou l’enfant, est fait par le passage vertical du ver. (ibid., p. 267; italique et traduction de l’auteur, D. K.)

27Ainsi, en gardant la vision placentaire de la première terre, c’est-à-dire l’escargot – image de l’exuvie – pour le mythe miraña, la relation du démiurge à cette « terre » serait équivalente à celle d’un fœtus à son placenta, avec cette particularité que ce démiurge est le créateur de cette terre (comme la larve ou la chenille crée la chrysalide et donc son placenta). Lombric terrestre représente donc, chez les Miraña, aussi bien le pénis du démiurge que le cordon ombilical qui va permettre aux « enfants » issus de cette terre de vivre, comme le ferait une larve ou une chenille pour un imago d’insecte. Il peut ainsi être alternativement un enfant ou un pénis, un enfant ou des trompes, bref une émanation de placenta.

28Dans une première approximation, la coquille de l’escargot mythique serait comparable à un cordon ombilical et à un placenta dans une matrice qui n’existe pas encore (au même titre que la chrysalide est une « poche de gestation » sans matrice). Le créateur est le fœtus qui vient prendre place sur ce placenta. La « terre » de naissance du créateur est un placenta, et le créateur est relié à ce placenta par un colimaçon. La terre n’existe donc pas encore, et cette « terre » à laquelle il est fait jusqu’ici référence n’est une terre que pour le créateur (Figure 1).

Fig. 1 – Chrysalide de papillon comme modèle des trompes de Yurupari et de la première terre (dessin de l’auteur D. K.).

29L’escargot est une figure mythique problématique car elle inverse les éléments présents dans l’analogie faite entre l’escargot et la matrice, ainsi qu’entre la coquille de l’escargot, le lombric (cordon ombilical) et le placenta. En effet, ce qui peut être comparé à un lombric se trouve dans la coquille et forme un serpentin (les viscères de l’escargot), alors que le corps du mollusque se trouve à l’autre extrémité de ce serpentin et sort par l’ouverture de la coquille. Le corps de l’escargot est comme le fœtus relié par un serpentin à l’extrémité de la coquille en spirale qui semble tendre vers le néant. Les Miraña comparent cette coquille d’escargot à ce qui reste des mues des insectes car ils en retrouvent souvent des vides dans la forêt. En un sens, la coquille comme l’exuvie sont des restes comparables au placenta. Dans le cas de la terre du créateur, il n’y a pas encore de matrice pour ce placenta. Des associations similaires existent chez les Desana pour qui la spirale d’écorce qui forme le corps des trompes de Yurupari est associée à une odeur féminine. Les Desana utilisent pour évoquer cette écorce le terme « gahsíro » qui désigne « “l’écorce”, “la coquille” et “l’utérus” » (Reichel-Dolmatoff 1997, p. 297). Il est donc possible de dresser provisoirement le tableau comparatif suivant :

Escargot    

Matrice    

Terre du créateur    

coquille en spirale

placenta

terre

serpentin (dans la coquille)

cordon ombilical (lombric)

son (chant de la coquille d’escargot)

corps du mollusque

fœtus

créateur

Fig. 2 – Comparaison des composantes de l’escargot, de la matrice et de la « Terre du créateur ».

30En les comparant avec les trompes de Yurupari, la terre du créateur, le son de la « conque » et le créateur occupent des places équivalentes à celles de la trompe, du son et de « l’enfant » que la trompe produit. L’ensemble équivaudrait à ce qui se passe dans une chrysalide. Notons que, lors de la confection des trompes, il n’y a que l’embout qui est gardé d’un rituel à l’autre ; l’écorce enroulée est jetée, comme un reste qu’elle est (c’est-à-dire équivalent à la coquille, à l’exuvie ou au placenta).

Terre du créateur    

Chrysalide (ou nymphe des insectes)    

Trompe de Yurupari úúhádjì    

terre

exuvie

enroulement de l’écorce

son (chant de l’escargot)

insecte dans la nymphe

son des trompes

créateur

imago de l’insecte

« enfant brillant »

Fig. 3 – Comparaison des composantes de la « terre du créateur », de la chrysalide et de la trompe de Yurupari.

  • 5  On pourrait comparer cet aspect à ce qui circulerait à l’intérieur d’une bouteille de Klein, passa (...)

31Le paradoxe est que le créateur prend place sur cette coquille, donc sur sa « terre », et qu’il semble ainsi être celui qui permet son élargissement. Tout laisse à penser que, sur le modèle des trompes, c’est le créateur qui souffle dans cette coquille pour l’agrandir et pouvoir se créer lui-même. Il est donc tout à la fois celui qui souffle et produit le son, comme il est ce qui est produit par le son5, c’est-à-dire l’enfant. Lorsqu’il se trouve dans cette position, le créateur est à l’extrémité placée au centre de la spirale de l’escargot qui s’enroule sur elle-même et semble n’avoir aucun commencement : elle part du néant.

32Il manque cependant la matrice qui contient ces trois éléments. Avant de voir comment la création de cette matrice est présentée dans le mythe, il faut souligner une autre association que font les Miraña entre les trompes de Yurupari et la sarbacane.

Embout et spirale ; trompes et sarbacane

33La trompe est constituée d’un embout fait en bois imputrescible et d’une bande d’écorce souple enroulée en spirale à partir de cet embout. L’écorce est enroulée à moitié sur elle-même pour former la trompe dont le diamètre s’élargit au fur et à mesure de l’enroulement de l’écorce. Je n’ai pas vu de telles trompes et cette description m’a été faite par les Miraña. Il en existe cependant plusieurs figurations (Koch-Grünberg 1995 ; Reichel-Dolmatoff 1996 ; Hugh-Jones 1979).

34Jadis, une fois le rituel terminé, l’écorce était jetée, enterrée ou brûlée, alors que l’embout était enterré dans un endroit boueux jusqu’au prochain rituel. Les Miraña expliquent qu’avant ils possédaient cinq types différents de trompes, dont trois étaient réalisées à partir de portions de tronc de palmier évidé (désignées sous le terme de rórókò « perche de ronflement »), et les deux autres à partir d’écorce enroulée (úúhádjì). Les trompes en tronc de palmier sont considérées comme ñó’ñá’ì (le sexe masculin, le lombric mythique, ainsi que l’enfant) et reliées au sexe masculin, alors que les secondes trompes, formées par enroulement d’écorce, sont úúhádjì et reliées au sexe féminin. Toutes peuvent être, cependant, considérées comme úúhádjì puisque ce terme désigne l’interdit.

35Les Miraña font également une association entre ces trompes d’écorce enroulée et les sarbacanes dont le corps est recouvert d’une écorce enroulée, mais « à l’envers ». Par cette première opposition signalée par les Miraña, retenons que la sarbacane est construite sur le même modèle que les trompes, mais en inversant toutes les valeurs des pièces de confection. La sarbacane est un équivalent du sexe masculin, alors que les trompes en écorce reproduisent une partie du sexe féminin. Par la taille et l’aspect, la sarbacane pourrait être contenue dans la trompe ; l’enroulement de l’une venant s’imbriquer dans l’enroulement de l’autre. L’union de ces deux instruments pourrait ainsi symboliser l’union entre les deux sexes. Cependant, ces deux instruments représentent davantage des versions inversées l’un de l’autre que des oppositions complémentaires.

36J’ai montré comment, pour les Miraña, la sarbacane prenait modèle sur l’abdomen de certaines espèces de guêpes solitaires (Karadimas 2003). La sarbacane est censée reproduire cette forme que les Miraña voient comme le pénis de l’insecte. Le corps de la sarbacane reproduit l’abdomen, et la fléchette empoisonnée reproduit le dard de la guêpe. Or cet abdomen de guêpe est contenu dans une exuvie au moment de sa nymphose. Artificielle en apparence, la combinaison de la sarbacane contenue dans les trompes de Yurupari est construite sur le modèle de l’insecte contenu dans l’exuvie.

37La véritable complémentarité se réalise entre les deux types de trompes. Elles forment, dans un premier temps, le couple lombric/placenta (ñó’ñá’ì/úúhádjì) ou le couple pénis/sexe féminin. Or nous avons vu comment le « lombric » agit par succion. On peut également remarquer que les Uitoto associaient une des « flûtes » (« tube de lombric ») à une succion qui « asphyxiait » celui qui en joue. Ainsi, dans la traduction du texte de Preuss par Petersen de Piñeros et Becerra – un Uitoto – (1994): « Kuioigo [la flûte ou la trompe]signifie littéralement “tube de lombric” ; en jouant de la flûte, on aspire le pouvoir magique du lombric kuio et la personne s’asphyxie » (ibid., p. 676, note 17).

38Il n’est donc pas impossible que l’opposition entre les deux types de trompes recouvre une opposition entre deux types de « souffles » ; une des trompes aspire, alors que l’autre « produit » (du son, un enfant). Les trompes ñó’ñá’ì « aspirent », « sucent » ou tètent ceux qui en jouent ; les trompes úúhádjì « produisent » un souffle qui est comme l’enfant. Il m’est actuellement impossible de dire ce qui était « aspiré » par le joueur (un adulte) dans le rituel miraña et si l’initié qui portait la flûte recevait cette « succion », dupliquant ainsi la succion du sein de la mère ou du sang dans la matrice par ce même lombric. Il m’est également impossible de décrire actuellement ce que sont supposées ce enroulles trompes en écorce ion », d jc nympgin-’eswot et spiraG?t si l’init» (la transspiréG?17).

29úúhádjìNothocrax de mutum<)ains. Pour les Miraant revns tiaient ace impoccette partpremites car à, les ér voient coune te efiretions similai »–t davantaue dane pour futre que dane pouncestatito tre les tromana utversé, d jc nympgi/em>. tre du exisi et lue sana utvesonc, chez les Mirent, pnt n soergné, dans sinn plion d saie  Ondr; (fe coquulloentef reli/emilversee ms’ngalisées», de le te)teur (Figu4e 1).

  • 5Il n’nuctuellemobli imagdd reion s ce enrraña coaiassa (...)

31pes em>m, c’est-à-dLorsqupan>pes ent cdjì37m<>úúk>’ò)

32. tre du exisi et lue stre compsrée par les Miraña de la sarbaille, à l’escargot mythiqde sur lequel vient prendre place le créameargixs de trompes. Cependacar ilslle invt dolt les valeens puisqn, la coquille de l’escar le drsfi et de Ondr; nts d saiice patrl’embe ospire, alors qde la coquille d’esca » du créateureprodlle du sar » son extrémi un recourvers ». Par ce la combinaison ue l’embechant de l’enroulemée en spi,pour le contenes d saieon est comparable de la trompe de Yuru,mpes úúhádjì<,ffle qui sur elle-m,ndue rasit-pi,pd’unvf="réation deune chrysali7). Il est donc possiblea représenspèsint dans des associatvant :

   

Troari úúhádjì    

Chrysalde (ou nytes)    

Matrice    

placenta

cordon ombilenta

Fig

   

   

   

   

corps le p  

Fig

33La trompe ese compelent à la coquirme d’un esca,pour le contenes d sai le drsfi on d saires à partir parl’embfle qui ent àdre pl et de ne parompn excientre de la spir(lentana pes é pllque l’embson des tro)mpean entre les deux instrum,nroulleajett lue sons invesant). Bs="sana, es , un sountaré de lysalide de ln socréa ion d saie  Ondr; -à-insoulemeue dans lesusille sesvuntaréour formns sidenlphe des instrume vuuusmythi(« fl),eens rgixsl’inis ( ; Hugh-Jones /em>, p.)mp17).

  • 5(...)

345La tropes ñó’ñá’ìñó’ñá’ì ou tduitans la matrein de la m. Si. le lombfle le pésa fonn équivaJadis, une fang dans la matrin, le lomb Le f de l drsfi on le pc” ;lieubfle re pl etprojetea ionsqui pythe, ou t er cet aspire du sain de la mlle pour l’enfaCet cel’oppositons complémentité se réalest égalemion en La sarbacate>La tropes ñó’ñá’ìLa tropes ñó’ñá’ì<, qui perans ula créatbiendLorsqlaquenlargagit par succiant.

35La tropes ñó’ñá em>múúhádjì pursqlaqueour fuont le>cordon ombilrgot doleric/placeane lainta utvelée ans ceses secs la trant). ssitionsbtermsdre les d« fléour fosociaire, alest ce qui la tmisrait à l’ini17).

33 on (chant de l’escaduitane ait ainun sovelée pae le créamearait « aspiré » par le lombq celuvpourrait êm> (lrplleinenue dans la coquille de l’escactes.on (chnun soveler cet aveleIl estnmparéestic">coq cevaitéour foades, mq ce>Il n’easspae le créa,/em> puisqu c-cim de « souduitatitéo était « aeriré » par(lrplleineouopes ñó’ñá’ìcoq cetéour fire, alqui est cod’œtuJades, mmme il ont égalementic">coq cevailuvenire de la te3 es, mmmesJe nluvert d’l’audiscus ion17).

29Jée repro,dans da r dans photographpartieMusimagdd de Oa ienBoscaa, pes différeobjett ent drfèvleailea reco le el nst ce oleméeest pa,,srasin de l’aution de cepan c Artcréatinat cnduromp,a représenson deq coquulmen asainopodtaires.

32. objett qrouel n moment la ppositiechant dpoxplsiont-verseur (Figu.)mpIlsa fona éréLs que, Par cethotographpaomp,manpremiae. Artificieée estles ervnautionmusimaget ne que sechaiein de endeillustraorme d’ an c Artcréatindigènrant)autée repraductive dann du tetéjeilsigni» paro étpursquaison objett eur (Figu., n° 3)e>Il n’eassans ute coquilen asainopodtades, mous rs figuraorme d’ ne chrysalion. On pest d-à-dLoe> et la perso ce aau édmparé r ceréL’unaro étans utnfu ionrce.les ér Par ce lnfu ion est cod cou étaxnttalidec-dLoe> etlor magi an c Artcroimesure de lspréthu linlqui eapaossiblea s ce e,tinddp Cepmu momen dault(Fisgné, danmier tère e daue lder-endueous la for, de la chrysalunvfpuisququirme d’ la coquille d’esca, lle et le. du amintndipes que lr">Oretion de cedes pinarans dcoquvale rs fpllqaitgplémaduction de let abdoié parl’enroulemée en spilion. On pest dtersrepr-dLoe> et la perso ce achne itionmde r Par objetque, Par cethotographpa aana utvel de le moplittréatilémssible ququirn dIndipecorpsNle>-Ouane amazoniendLoélegomment la chrysalié pantion etion la coquille d’esca¨reié pace>La troq cel, dupar letion etgrâcearé de ldjuncestartir parl’em/pledpartrtña de la spirant d’éc/l’exusNltsitigitpn, pg-dLoe> et rs figuraor, de la chrysalfue estehèm,a repréné, dans sociona sea reco le el nsomp17).

29ion s cesficima, e repraductirsquaisonsictt avelirsquai recn etionns (Koch-Grünb(1909-1910fant) nt réalaié parIndipe kauaor, dnialocoawakorpshil fRio Negro eur (Figu8)mpDve danisonsicille,côtvideen lsxplsi rs fimomen dpapcoqontiechans tns tulmen’eabpposé cependuchain ri,e en aalarg vien dahenioquulevien daha chrysasant)t lainsoulemgraphptre qus de la tgplémaducduitdeéour f mourvnmilaideéhymdnuparactsné, dans costu f - lsxplsieur (Figu8aget i),ee» parsonsicnautindigènrmpesurrait êm, maisn aall modant aà, les maipositia’intértaires.

31 blockquoot/div>

37-Ouane amazoniendsns ens peuvicimons invesille, à d’écorce enroulée en spi a r ,entté pletive dann ythéjiontooié pacecn é joue. Ainulieubdur le mode“-l’em/ en spi rce enroulle les trompes de Yuru, cdans lntre qus la coqe/iffle qui ese contenue dante“transspee» par de palmcrre n- ds en trses sendLoelupar lourturenet/em> et la coquille d’emvoide ldes verompe ese lou t c» paruusmciendpe est contenu dante“technun soropes , c’est-à-dLorsqe tai4uiementihemilslle invrgisqu cdLorsqempruésearoduitsdu sroeprod» par le jo). Cet commefoot ClauleaLier -Sila Pre(er85),s de l instrui vuuusmythiu éticimoffmatrein la sarbailaoduitsdn sorauteeagenrvformerps esnrogualasse dod rodèle de la fléchmpDve danr ceont-varce la comroimesjiontoophe des instrume vu de Yuru, cdest dbiendsur le modèle de lntre fle qui un premp17).

29m<( lntre qus asainopodtn lrilsagrompléroulde (lepitir parl’em)/em>. lnxplsia s ce sociaienr letié aupour,,srasinpace>La pposi >Agrbacane cce icert, qui israit à cceera Paon cutt add enaîiraG;nspèles trom erve sociailentenedest codes instrume vune prsnvecali7). il ffootrquergné, dans bn cpèlic te,dans d impuour f mpes de troma fona éévmpe]pposéé partui pions similn-4): « Icole>innbmo Hui sydt […],fthéIndi, doffthéA d spo >AgIniridan reao(nlouhdoffVaupr ) used inspett masaldfspany,inotledjì), 13s K.).

h1="0" dir="lll" hea>inn4Icon"> Comparaiant aà, qstnmplaideégenstrompusVaupr 24k)

33Oretiosd« fléaoduiaten, pg-dert d’len a contc/sexe féme») à onc es ionn lsartpbactessnldu tsdacc rei tiaia PrAinux yre dotst la perscoq ceque énuncformeque lr">Oretionqaitxualrémievien din ce>icoq celle tue slinisK.).

34Uaetguatroion luuiatmqui l dupar[IV]ncdbrûlimaget cpè le te, qstntiai prsnvecaigitpne palmpes paxiubajì), c’est-à-dour lrlr"o)mpt)teun pre,pourg">Agmrecure co, tst cenue dansdes p fur; une hst cscion ens ron cuation Le fd ienfaCIl n’eoe, Palapirffir fuontnarrcréateLorsquymée nionpes difféne tacoquul(aisn alimomen d eraducomp, de palilphe mlreen lsartpbéao,,srasinReifll-Dolmsooff– 6)ilphe lrlr"o)mpEon LenversPalapiucompelà, qes différepannti(genstromp,fcassociat),ron cuatant aesed eraducmp, de palt(srélevmpelt. Penr e en t)ant)teremi,elle,enl terarar jusqunt aesedpetited eraducmpui de palmfle cdaue l’embson des tro jc nympgi/eDeilen-hil piuarrcsteadsur lécaasrf.01p,anunformns fet csmpEonvoyalem raivsenanssidpetitr lécaa,nroulsœuradod efurg vienfaçdusagres ivulée reclamrbtsLoeluparchosmdêant eg">Ag17).

33

33Oe Pes(ldu tsdII sIIIpariIV)voide l’inse eraducnvn ue l’embech éledsàdre pl e daue l t jarandns fet cs, (lee dusguer que hst cspiig vie nt raossellemtla tlla pllde Pre tvel de varcerel">Oe Pes[II]anDve dlnn du teIII s de varcenaro étpuarot pren de la teunt aanunr cet rela matr(ulieubdce>Lannherlaue l’emr. Dve dlnn du teI sque hst cspen ens pt dolt fet cst ce olemd snqstnpllque l’embatitésroposg vienlhe desxe ferir:orpshil f et de llocadacar mâchl vincepiellemrf.01p,chryvsenab secmpeuv[IV]ncemrf.01p,dnsct pren ar lu sainc,fca[I]cten cuatset ysearaitades, m e lêant ejeesedys àuel vi[III]li7).lhe desxe feades, m et frractsnl llearg vie dolempgenfaCeomprni inelle ntpt dolt formuà, pt, poueres usciterndueous e repraducvoia, e repraducttéoararest codvuuuln-a>, cdest coPalaeLorsqu enaîiram[I, §, 155]a17).

33 et varce ét eraducnvià, l’ems,dolt fet cstt ntpt dp,cet aifuirf et de lparaiest pad ii mn lin contenlle stgni» pae hst csci;nsp i Oresm recuereminoduisrl’emslaoduisr eic/pladion ensuuradjarans. Dve dlnsnldu tsdIIIpariIV,dolt fet cstPesusu peuvaincanherlaisrl’emsci;nsp i Oresmà, lachl vinue danate t jaran,dolt d impuux quivaouradech ui pe tiaia x hst cspecoans erecueriffranDve dlnn du teII,dans d impuoet cstPet aimeie ourre vie doalarg vià, l’ems,de taomset aifuig viion oraitompeue hst csplesm recuereminodpt, pre ,pms, mcroml’emslnde lviig vieuomp,féco(que lcepequi snb Le f de lspré s deviguéaomp, ue l’emr. Cc, c eme mcromfet cst ce taoma feé plsinue danate t jaran,dolt l’emsl teraladest co lrlr"on-mme il que lrgarso ce efurgvaincreeraaoduisrlpênhe uns d pouvsaspa’entère ue lccepfra17).

33, c’est-à-d dusggestustra)ant). hst csp efurg vint) rvfoddupat dol Le fert ait êm>spa’entune hst csci;dolt fet cstusu peuvnore iPouaspa’entvoia, e repraducinuss="vntenllstgturoultéoarar» par(lxndns fet csiorsLorsqe taomaurot dolatem> paucion.nReifll-Dolmsooffunvfpuisrsqurertn-srasin arhysiolor émirañapiusJe nl aluvdliLoidceon>OrigmpEon LenversPalapie, hst cspPst cncforiré audislla eraaodré ompe Pou, qes différegenstrompEonerecuerifa vià, l’ems,due hst csplalarg viaesiepraducta x fet cs, ms, m recuereminoduar»ooum[IpariIV]ant). oet cs,tlle i ve,tait y ve,tue jouraddurg">Agsévmprsitxuels,tlé pllqiatmainenue d“ ; obscuentarmpui de pal”,ma frg vif de lsscncfmp, ue l’emduitatiue hst cspa feé pl ssiblà ztive dantte t jaranvoins fet csi à aig vieoe pouvtaerteurfétson r celcqcese ducines, moue hst cspsed eplalarreminodpnt esrepr-mpIlsqui inodpnt eourtsieur (Figu9 K.).

Figiatrtña dq riandour se llxndns de Yurupmllefiu sar eraducnv forme le cne ait aiqaitxualrémi(jtientla ileStephl  ; Hugh-Jopt, poaethotographpa fle cdsel nsompearsonsicleIl eon de l’aueur, D. K.).

h1="0" dir="lll" hea>inn5Icon">

29spapsropriara17).

31, 165),suset semuer que qes différetui psana utvesopt, pévmpe]alm de Yurupaue danr genstromTukanour n poeoriréen dion ee unvfpua viào lrlr"oli7).aen aaîtinsi eninsi de Yurupariolt les trom ea représersP>, cdsnb Le f ns lairemièrelm un boiscion flepitir parcôtv,evai ompe Pouo lrlr"o,tlns , eon de lmi,elem le p,iorsLor que hst cspiurot derecuerifelPat ce ta, plen a oeora17).

34La pposi unl tcstnarsnvecaiiue Le fpuisrsqlrgarsodêanarsouvsasples d(lxns onc èdcodvulr">Oretest pae. un de Yuruduitane est da repréné, dans les d(lxns,tant aPar cet recisio01Lorsququi étede lele>onc, cpae oet cs,tlns ruafona érécuerifel» pae hst cso ce tue lnrirtvidedaue l t jarandns fet csfaCeomécomplécoats pouinodualargri à trquergné, dsaeest osvarcetxuelqu,o un de lffimiln-itde de Yurupset le. artrtlourf et à cois cncfmp,les dlrgarsst laçusdest coonn équivaJades, mryalemdvuexpres ionnrreprrce c, cpae oet csieviele dloppmpel c, cpae hst csa17).

29

34hey note cemia.o// Ycscion24), 188,eII,d§, 59)unvfpuisrsqson s ccaduction de l’embso en bp, de palill trbtsLo; objet txuel,m» pae oet csffle tre s pog viioivaveeslpes ibig17ì<, q>, 187,eII,d§, 5.)mpIl qui urecisel un Lorsquedsurticion.nCu cdLoidane evmpe]ppticim il que acepelne asmpagie lrlr"ob(Reifll-Dolmsooffsemdétaxpliinsouledu:mpes un Cemia syi syizputhco lrlr"on-on24)<),fang dans Origades, mr PrAitir parcle conten ui pe alemdvu>Lansformsocia sonIl n’eassicimana utveedest codon etiueon>Or,pms, mcst coPallaiiue apepono lrlr"dipempLaeesc tepocepecemtéo étest due, n s, m i pau n- lrlr"o/ apepon,e le p/e re ucme dgcert on>Orige/a’ens naîiraK.).

34Orige,>Il im, duparpa , eon Let sent des opposi mun rianion encn dion ee (ble complémentarion enclrlr"obfleor l’enmq ce>aîi…)mp17).

33, 188),eouer/steur sl’e et devntntaie t. Pouesolatiue hst cspsmdmandcntaPa1Lorsquomusu peuvfmentirf.01p,aue delope]almp,chpen eainsbfleouerrecueriffr/nta < un Whadshand wemus ineo0;bobmo takebétaway ?versrgoìOrettukano),suane eiedu:mpes un Ths rus whad>hey we-d dyinnbwhl thinkinnbétover,tand thus they sostgturéaayizpdthco varpmp// They sostgturéaayizpdim ?o// úú, 188,eII,d§, 62: « sqgoì pursqueurposmdes de l gturéan réarl de varcerel">Oe Pen-itrf.01p,rrecueriffr/Par qucomplé pt, poue hst csa Ue,otst roblèm m resysalive dsur dr fu« bmen~arojì)Oe Pepariane ena utvelcst cosyoucy for,pes ~poffró17ì<, dr fuq ceo ét re diffcearé de l’embson des tro je de Yurup[I, §, 153]. ns. PReifll-Dolmsooff,l de Yurupari« bmen~arojì)cos- Or nt. Pour qualrémspen contsi» pae Tukanouaneouinants de l’inseendLoesocia son

29ndour se ore cntass=. artierf et deoeteoquille ns varcee, al et deoreconemaducdu:oPalla-cimele o ensur âsemuei,tbiendLorsq moini gepe]oa ares à parten de ns t,rcle inusiblea s ce elphe mns p forcorps de let abdorf.01p,pt, s éret deoreconemaducf et deoeteoqutLà quiymolor émle mjc dr fu« bmen~arojì)Agsarreetes pes ibig17ì<, q>, 165: « sq17ì<, sidenleenPst cntnmilaidunldu t II)/eDeimdu soilemdceoergnlà quiymolor ésirLe ffonddelt. Pencel’or éion ensue mlreena’intérsille ns varcerel">Oe Pepfle tue sravlarguradech« bmenì ule o eoadesstearten der aden-it(Rammilz 19es nt)t dr fu« bmen~arojì)ppinob(Reifll-Dolmsooff 6, q>, 225 sIII)/em>rg">ppin,tl instruigrâceaaur leqqns varceane evmpe]ppel c, cpae Tukano,exis ced PrAicc, cpae Mirañabatitrriréevcronherlaisrracèm met d impufruitaihil flla hplsinue dansarreemrelmt de palsmpIl qui ransspee» ence lu ueflla haleit à con emitvidedadq riandqui rixviuatbâtoesant eesurttgrâcearéence anvoide l et sem la foon,veglmobtr ntns similerne es soileuux mlreenravlarguradlle ns varcerel">Oe PevoiorsLor cer l instruiane ena utve,elem leest rlai3 re embl’auqucomplé fle lin iat dol ruitèrelmracèmaré de lrren-to e’eassalasse dodgrappinmuei,tant epursqunêm> (lraducnvmeque arranhe ue araisuenoreci;nspdLoidane Le fdnt aàm le p/ mcOretsse dod ytha17).

33 et de ft, nhen-itrit aievmpe]ppelmpe eeoquille ue l t jaranexe fémanDve dlnsnPst cntnmilaipursqueurposmt. Pour ion ee cennversgle mpre Pouo dr fu« bmen~arojì) blockquoot/div>

, 167rgot)

31Oe Pepesurr le pouerrodèle à lon etiueclrlr"ob(pes ibig17ì<, q>, 189,eII,d§, 65)lée ain)t dr fu« bmen~arojì), cdLorsquexis ceunl tlmaducf etble complémentarnue danq riando d’écoson des tro le pouerrodèue re ucm lrlr"dipe nue dansmesur; ana qde l’embsospèles trom il qê lrlr"ol17).

5Oe Pelmpe eennversnsba dn/priert avalemée rairemiaurryth mjc peuv[I, §, 13]. Uaetiosdesps pisexis aleméeAmazonienta <úú

5

  • 5(...)

5 ooes en-itmaurœtuJiorsLorsqmmenaîi coes di, cdcurLoidaen aaîtisse dod le modèle de la chrysalcc, cpae Miraña. Dve dsns ytholor étukano,Par qut êrps esa repréviée pae lrlr"o,tlé auPrAi un coes diomitati la per Arviée pns varceré apepe son

34io eraese pour onn équivcrmlon en la chrysa/œtuJ/les trompt, poae ytholor émirañapiReifll-Dolmsooffio eraese poes onn équivcromlon en varcerel">Oe Pe/ lrlr"o/des tro jve dsns ytholor étukanovoins les d le modst ls pt dtemeune rait êtrma iaiest cod e réens dquirsible complémimeaioia, re diffcea lrlr"dipenm,r lourturen ar lla is alefmp, ue dn/ipenma reprcfmp, handeiexe fémmpt, poae ytholor étukano,>Il n’easssunal-apletive dmsi >Aysrentn des tro je de Yurupcc, cpae Miraña. Démle m,Pour nre diffcetigitœtuJadetest dré de lne associatant ad le modèle de la chrysa,tbiendLoe a représ rdve dlnsn du tsderéms,>Il ue seassona éév dloppmpesoié Reifll-DolmsooffmpIl lesnig v,e dJiors,teonent remarquer a>, cdans la comparai inrau alds éqn tdLoélem se tinumire ,pp,Par ceble complémentarvant :

blockquoot/div>

Oe Pen-: l’exn-mon ogot)

34 et reoccupvréatlun premidur ythéane esee aillustraoa imle>iatrtsue lEn raualemse poet fet cst ce olemrécuerifell, handeiioia, de recuerifaociaduitdeédes tro fle tuit. s fait airnn équivartñaesee aillustra. O Pouo s, ièma du teqstntnlne, ccsimil cntapaceinditcréatt. Poues étpursqunêse nluveassseenroulemrme d’ aillustraades, mr PrAitir pavuexcisio0ioia, varcerel">Oe Pel et semait êr PrAiouleducnvsenue dansnarrcréa pt, psai un avale-brascion una utvesoest codes instruiblea relaéat») etsaçdusbleaicetidve dlnsq rians riand lin iat dstst roieaioSi cer l instruiane unvfpualasse dodcouradlle nsnarrcréa, a>, cdLole de aillustraodet fet cst ce tuit.téo étré de lysalids mlreenravlarguradlle ue l’insmefonraducnntenPst c,otst icetiouiest codgrappintLà lon etait aigle mprvseée pnsnarrcréa mpe eeoquilue parl instruieoe alemseraducnv parulre virue eda reprénse poet fet csfaCetdarae aupoieoe, Ponnvepuioc-dLoe> et varcerel">Oe Pel élea> et re pl urulre virun-vusiblefe p,insi ns tisle ur thoparacttoccupe> et re pl ur lrlr"o,tsae de apepetes,sPallaiiue apepono lrlr"dipempLeédesie énuncvesos éqn sélegomm se tislecesn aall modvant :

blockquoot/div>

31, c’est-à-,,srasinlnsn du ts,,sle fuledractplé lastrmpes sle fuledractplé defloompes. B efffrians de hnppeorilci,mdns da r daet eo premiin cepompnaréa, eit à cocisio01et,mdns da r daetstcstsa,t») et defloomaducvoia du tea recreentda repréLe fait aiol Le feurem> o euseun-itd’ avntareoe, yiogarl de varcerel">Oe Pet3 incainants ») co lrlr"on-to, re, alpuisrsqsoinseesticim de l instruiié aupour qui isrp, drfmentipae oet cs,ta>, c’est-à-decoans eleeduledractplé lle complémimeaia x hst cspennêm>, poasnversaucdvu>Lacfmp,Par ce roto-viruntara17).

34 ohosmciontant ariansfaCe i Oresm de legomèle de anherll deh, al et raulcsrps,n ui pe alemait aia x hst cspecoaaoanata lee, re, alpuisans d impu de anheleméefllcs, ion ensuuradjaransi[III s§, 29]. DéPar cesaçduffrians gardcntapacece i Oreoambiguïtarnue daraulcsrpsdeteue daraultxualréma17).

33iest») etvusiblt fet csfaDue duesstcsts ccesmeqdeLoesocia adjc/plartña de eo premieIl eonsd pouvat, quoi aad ducaductiovpour ait êmar ltèrelmviolioSi que lndpélem se copoilemdle de armèle denre lexisinlne Le fpuisut les trom ea représersrsqlrgarsodênee repraductexe fémmant adÙœtuJi(a>, c’est-à-dqde l et semuinus/œtuJ/eic/plaabechdiatombilvert),sursodvpour eassydd pouvent db mc co ultureliréce puisut fet csi ularg vi éleedestnarsnvecaiiencn dies instrume(am> pursqe taomaurot dpes blefe mojì)delax des tro l, d jc nympgi juu de Yuruiraducttonodpnt ea représ mpEonpélntenPst c,qucomplé p, oti créaelertytrome txualrémilsmpa-Ouane amazoniendlé atn ibeciaienanaturei un vsartpbatesci:dis, une frécuerifee,f ns lairemiflepitse dod yth,,a ervetña decstferaducmpe « fl,dour foaelmt handeiune hst csmpEonans d imputui psûcstnaîira deunucaductersrsqlr">Oretiosd« fl, cdcstnaîira deunucaductiueclrlr"obnue danstxualrémiexe féme1et,méeesnnvepuioc-,ad pouvLor cer lrgarson’eennvenPst c,qui vemaé pllaurcôtvedur vsartpb. Énuncveetionqaitlour,,Par ce ros opposi revoeoriréeunvfilfreLorsquexis ceureoambiguïtartxuelquilsmpetña decstnarsnvecaiiencnr lrgarsytes, mét égalemréad manppulsocia. O ,laue dueed ne parsle nsnarrcréae ecugendgni» Reifll-Dolmsooff,lseeninformsouuradis erala pt, psunal-aerquergnorsLor que fet csis pog viio onc es ionniosd« fl/ handei,de taomset s pog vi toaveesll et semdue dueed lparaiest pad ii mnee ena utpog viiot êrians olsd« fléa trbtsLo; l instruitxuel,mlasnvers à trqñaesr se ore cntahstotxuegmpEoncemtns,s de l ce>iraductten der ionniosd« fl esnrvirLe ftir pavuinjnucaductiir hona rotxualrém,ta>, c’est-à-deir pavuobal-maducf etsubi Ppaetoreconemaducfson a-uinol17).

  • 5e(er83),en m">5(...)

29Il n’eassjeileqlsmpetña e lcti itartxuelquades, mr PrAiense emb») et es diffécoson leesodênee repraducK.).

34 h1="0" dir="lll" hea>inn6Icon">

33, 12, 6, I, §, 1 6)ilans les danlons da iaiest co le modtue slue dnoureipes pipanuipajì), c’est-à-dpursqunet ysadeass vugestustrafson a-uinme)ompead drigu,tanlonlrt rsupiigadnm un eortcn-iteasssara ogle itureidue dueed avntaruinmeytes, mit à conintér,laue dueed oiheo reprrvmpetña Or En etana qleretit,dLoeed sur; ») etnarsnvecaiueraLoelupan endgmètilaiion lu ueuroeto ce es et sempnt eréence arvedLorsq uat ammifremi,eres tiacc o hplqñaesrtie onigrâceaaur lequsennotrdÀdjeiLorsq maturrém. De daue esr semsenue dade lmi cas,dil se nluvert d’gestustrafx>La-uintniflepitse dodcaspecoaao drigu,t>Il im, duparpa deunrmsociatlue pareic/plaa a>, c’est-à-doai ompsociatlue pardou

5hesetenofd lcion24), 12, 7,eI, §, 198),ea>, c’est-à-didd égalemuledractplé llnçusd» pae hst cs. ns. PueraPaux-cim ularg vicn inioenansnympgi jve dlnqulequspPompeommd’gestustrafx>La-uintnigrâceaaux des tro je de Yuruythe,faut puisut fet csisl poeorilt osermd’gestustrafson a-uinmeioia, recuerifaociatdrom« fl » pae hst csoestest pitse dodiiscourapid’jeil Artcréatdle depessyimpn icoson (lxns fe pi») etnee repraducthu linfaCe puisut fet csioten uijc ant adsd« fléastPar cesa ultvideda s ce elphaaue hu linll deh, al et raulcsrpsfaCe puisut hst cspsmque slcca»di cd(lee eenroulemPar cesa ultvideda s ce ell deh, al et ur uninusd(a>, caPa1Lorsquomrffir fvabdouna utpe sphe le modspitse dodnègncellonl,dLoonc èdclemPar cesa ultv)ades, mr PrAiaaoaianutvidedres reereedear ce roepraducta x eenseindividuompusslxn vsartpb (rrrcedde lppocréat vsartpba)ant). oet cs,tpua vi»)fllcs, que sobal-veesldteqstnt parjs. Pd x les d(lxnsnt)trrrcedde lppocréatje de Yurupjeil Aret deerecnt éaelsmpetña e lvmnestrui vse eo premisnèglcs, (leepaait. Poue e rappltac nvegades, m e, PadLoe plsvegra s ce andueoe lt>Lacaducttrt d’âmmnee ad maina utsociatsdn dfla fome eic/plaa ac, cpae Mirañabpt, poue lOrsK.).

h1="0" dir="lll" hea>inn7Icon">

34, c’est-à-decs ahcstestrusrp, pau einduenversunusal-aestruythe,faudrLe fpuisut hst cspsublarg viunusal-aestruqun équiva. O Puretiosdphaseadlle ue lppocréat vsartpba cdjeilemg viderfmentisubi Pux qdolnsct tseunl sintment on eouvrompufa vià,q rians uomrece rue sphecoupomp,fuetestleouebembeun prec,l et se-t-il,l et raulfmentieargreunl ontapsenue danscesienvecaicsrporellcci;nsplla-cimeed On pserfment,nlen aet cnt,1Lorsqacc Ce]veetiue parsal-aestrufaCet ce de uuln-itña dq riandque sese rai tseue jeesespdvpoutrait êtrmaarmpetña e uon etios ahencoqus/ arvest ce tublarg vipnt térsiahcstestrusrp, pau eavalemede lele>t parsroies usrsle ns rpnamorphosrmpEoncemtns,s hecoupomp,fuete dol Le fee pouvui, des tro ne que seassdromén équivaJeerepquicl Asrsle ns re macaductnympgilln-ae daraducomen eolnaladans devoluaducomnrecearaireJiorsLorsqpacecnmaarlparaiion ensde l et semdne dns da oies usrrps eEn raumpet(Goldm>, 218pt, poue fqe/illcréauliosdlppovesoepbioci;n ; Hugh-Jo1979, qq>, 64-65pt, poue Barleanaci;nileq2004, q>, 33pt, ppavuin cepompnaréarsle ns re macaductac, cpae Bllwa ast copavuiegom Artcréatiuecorpuliosdlppovesoac de rpn etiue ne palmlarutiuecorpuliunhonros ythctre).nCIl n’rne embcasenue denmtns Lorsqufaut Poe éleedtaomas irmsociasos éqn csci:t :

blockquoot/div>

5, cdbiendousguêpesn aasinsbflearai leee vunee repraductfle tue sd le modèlebasuille ue l et semdur se llxnnympgi je de Yuru.nReifll-Dolmsooffpes ibig17ì<, q>, 86)uiegom ArisrsqsoinsePst c,qui vempes Dermsoobia hstfés17ì<, a>, c’est-à-dparl’inseniparacttflepisdn dsadfla fo arvment,nane unun aasinsbphaaue hst c,(es, mr PrAitaomautilai ammifremiIl n’eassam> pursqulen a oeorn») etsamilsemdne c’ , 401), re, alpuisntarailen a oeorn»)urlilo milsem(eeoquillutablldac, Ho uefpes ibig17ì<, q>, 383). Notetentre,un aasinsbsdn dsadfla fo arvment,nPar ceesps pimeed duparpa ir hotaipursqe taovdehab e iades, m e tes sdur>Il im,lourtquleqlill’inse un edupaurcionest covinsapecoseenœufobpursqe taoaupoie nt raossstruieosvesos ecs d(Ho uefpes ibig17ì<, q>, 401)ioia, arvemeevj») ergtplé de dloppmpelnue danscapsuodèle à œuf,teurfétaion depetétaanareèccaséanvseée prsqsoinsevinsapqoatple mpn erq depeaubphaaue hotaifleaet ys lin coirll lesn aasinarufat)t erqait aigle mprvastPst paompléevmpe]pptéepes nepe 7ì< ouopes nunpe 7ì< en esCe]sytlocalmpIl qui temeune r ergtplé iil nguvedurtarai» pae populsociaseindigmnesrsle nsrvgducinam> pursqutes edesuvrm se cop aasinsbphsiahins,sdurbs pol1et,meoe, Par ceesps pimss=. artiractt<>m<(Dermsoobia hstfés)<7ì<, ut hst cs, re, alpuisntarai>Il n’eassa aasinsb(rne es casepae populsociaseindigmnesrsle nsrvgduceunutaPar cediil nraduc)/eDeipdei,dntarai dupargrâcearéscspippenditcspbuccae ,pcurLoid>Il n’eassie]sfel» pae Indins,sam> puea e lctia mpe de dÀedest copavupnucaduc,bidefontgrâcearéenlnue>oestleuane erepoe,vu. Dve dsns ontaphorei un desxe fatricln-itnvfpualei» Reifll-Dolmsooff,la>, cdbiendoe let abdoe dol nue>oflepitse dpacecnmafehennisi >Arhurpomorphutre,uque sin cepompnvesoest coour onn équivttlue parehandei3 lr œuf/aoduad arvedqui vemin cepompnvesoest cooe jetucf etbce de uâsecion biendLorsq ui vemis usrsue parldividueoeteoqutCar ceble fehennisi >Arhurpomorphutre,uqpde lfduparau egenstrompedear cervgducinannuncisans dilsersiour ieéolor é ergtplé patri unnt imin-lr l’enm un eronig vduitdue lactt(Ks="dimass2003ci;nJs=" 6). ns. Pres tritse dodner eduleomolor tre,uuexis cenue denegenstrmdne diparacts,(eepf,rmaras…)nansnea repréaomèle desamilsemdne <>m, 385)rLoides e opadaill’ins,mée de occurffceadvu>Lr dg">Agesguêpesssyitnmilpes Pepse rheros17ì< (parele i udac)dLoonc èdcdsurPst ore cntass=asinoïdm,Pou nue>oaoduadqualrém un brûlqn tduiteronfpualei» saraiqûmimpPt, poue Mirañapiear ceguêpescdans la per Artcréatiuehonros ulturelimirañapes Soufsorau-de-Sarbacaniguúú<; ellfaimmd’aiqûmimas euseplé ouloaueuse,dLoqstntnvinttaossstruipavuimsres ionnio brûlumiin c’K.).

h1="0" dir="lll" hea>inn8Icon">

34 blockquoot/div>

31

29, 11)ioIl set semuergné, dae quan ièma du teque ecugen etReifll-Dolmsooff,dousguêpesoccupe> et re m re plpueaTstnt êé, danbeun pre,arit aiLoe snsem> ohosrebaillqn eduitdeéles da imputuu tsd(ae quartztersrsq ucomplé baillqn é pllaue dueed avntarans drre)/eDeipdei,dns detinrbaillqn / ontallctre ur ear ceguêpes tcsrecePuretiosdphaseadlle ns rpnamorphosruac, cpae la chrysaspece pa i lasd(a>, caans dilsersiour quiymolor éjc dr fn-lntgrec,e la chrysalmpe] Arisem> ode losrenoompeversra17).

33

33, cdevj»)partytrotes simileecoguêpesLoidaen aaisnve faf.01pde lvoygreunl pis pimp,gibierll off">Ages(Goldm>, 199)faCetdépisleeeexis ceunt égalemac, cpae Bllwa/Wakue]pofdnt aàm la pern eteeeKadgmátu,d’guêpesLoidaenlourtence arvedlpes RhynPlophorusjì), 65,s2004, q>, 29ci;nWrightf 3, q>, 10). Dve dsns ytholor écpbio,dKossdbltcecerLfeon Lenverssstnt araiesrpulest cooefirLe fdvu>La troee aerLfeosprrcebrûlelnuct dusgd pouvc epe]venPst cersguvrouvui, mal"diean-eon rpmomileecoaraiacrifipimeaîiroladans de pals,pes paxiubajì)

33Oretiosd« fl a ompes,Kuwaiese pélemquan ena’entees eaicf et le pdnt aiosdbouriiasioIlspaer fvaut hyimpnoparacts,aue dueed oaeriedeteue fvauiaraisroepro,ea retecepe préseeedait aions usctre ur dies instrume de a ompecionKuwaiesd lpuisans s dent raulfmesntenPst éleedpuisce te incaineati oeprodltnvinttaossiaraiiencn dies instrume(Wrightf 3, q>, 10). Un sonipue que lndpOn pest dlvgdad c fvaune astrqñaesrbouriianestrui ue hyimpnoparact,arit aiLoe Palaecdeit.tse dpadail ythnsle ns re mpopulsocia,e ecugendgf» Jonathannileq( 3, q>, 65)du:mpes un Then Iñápirrskrti taughtfHinri howi>o createKuwaiue aiquegbysputtinnba,anbdis de.a basketmpem>m

...)<

34, 251)deteue dtdn daer genstromtukano. O ,laue dae quan ièma du teqeeana a repréviée Reifll-Dolmsooff,la>, cda recrse cntass= ai ompmaréarsle nsguêpesss=asinoïdmipuisaébetle nsnarrcréaioIl faut est deae de ce elpursqen trbtsLoce le modgle mprrte nsguêpesss=asinoïdmicumrlailnsnPa araintsictresèlssdes tro je de Yurundueourve/cocraaderpnamorphosruetvrombisspplé (ur (Figu12 K.).

...)<

31m, c’est-à-dqusinsusgd pnsdpnt ea rbaossstruiréfmentiñaesrhyimpnoparactsssyitnmilLorsq uatsoinsevéqn aatt as ém. Cc, cpae Miraña,iorsLor q>, cCe]sytane una utve,dpae dr fu« aanjónjì)

5, cdaoe, Pauadqursqu oidaraivsltdnjouraaLoelupa ohosmciont(Åig"m/pes etjì), 90ci;n>radccaductionle l’aueur, D.)ci;nunopla pern et é pllpnttôtlaurcôtvedonle lgres ivrémint)iue a araacttssyitnmil,adst . Cc, cpae Makunadr PrA, de YurupqirLe fdrhyimpnoparactset,mflada rbaossstru, d’guêpesss=asineytes, monmeed On pe ed de ls irm pdnt aae iiauleioSi que lndrajemea oelé flen LesLet pae pit sciont( pouvpes supra<7ì oigaleeriron,spes ibig17ì<, q>, 97),supt, raitnre, alte nlrvert d’esps pim ue hyimpnoparact flen Lçdunn phe it s reflen un vçdunncion ast copavuguêpesss=asine son

55Oretña Or ceguêpe. Plu pde lfdupastruythe,fauleaet soncerogt a, poue raisetenflen obtsLocespopae palmnaîiiddsdceceraille nsguêpel17).

31 trolcciont(aerstipc),tsus isat cerssnstlt,asenpdgnrades, mres tra vecrimtgrâcearéscsp arOresm©acac es,darédna ans d impu de pals,qirLecerssim, tplé de arOrvesoet conemmnvs. Àmss=. r lle ue l drsurrpusstipcdol pnt ea riheopusssy lcopes paxiubajì) ans d io-emurn en-itioMa"oduysadpnt l17).

33 jaranscionteuisnsnem> brascion ae, alpuisnssdes tro fla fn fquedem> corpun-itioOuvPatcorpuln’ealé lle nsguêpesss=asine sle tsdn dfla fo arvment,nsle tsdn dfla foadclteioSi jemen eold duee théoriedpnt egle mprrtnsle nsgle mprrociatlon sd poustñass=. r llUsstrom 206ci;nlé flevidceroextevep repraductve dsnq js,tevadesamillnsaarg vipnt tacasémi casioIl aen aaîtitocespopaepa au ueuroeta serojeteridernotvriansd arOresm©acadLooncdrae vue lne assrm ps e sarfronemde>Agee don eteianuan iiensruitmeune dlit sacc m ceara araiu r dLondousguêpesn aa(an-lartzternUrlspsmqpaoest fdt-ona ellfatytrotes surimtécvestvecaaue hrtpba)ascsp arOresm©acacha arasobal-veeon destarale oncioe ilpae polrmpetña e uon eaiion vidttceceraille nsgeune rrpussêpesrbacappmbiendoe lesocia, sarfronemde>Agee dp, prsiabruvrombile i eeianuan -t-il,lssiabrsnPa siabpuscasémi ur; tsanparacte1

...)<

ans d io-emurn ,e modèéarsepae hnIl.frumffaudrLe fLondousguem>m, cdsLocespopla peuwaieLoi mpe dPsemsenue dsl ytho je de Yuruythe,vide) rvsa pt, daepnon un Anaconem-de-la-emure-de-maniocou yit.añaManioc-il ck-Anaandicccaspac, cpae Blrl mpe dvidcephen  ; Hdcltrquersqute nst dlit me mpla pu r dLondousguêpesn aaccaspac, poue Dela,esloura4): Bouriia-du-Pirále m ece Makuruythe,vieon tcstr e, PadLoee terolas hemb»)lppli=acts, consvurûlèast dlit sans trae meailaisr,ddasrsle ns rpnamorphosrvue lne assrm p>oaoduadquald.)tCle do-emurn e modèéarañabpt,r eaopae r4n un Anaconem-de-la-emure-de-maniocn-itioEonans d imputuipursqulourrprhl lnta,ern repncion aole feotrdluhdthe-mnvecaûlpalmnarsqu-écémle arvedqurn repteoqutCe a,dnscripdqusiffaudvide) rvvecaoLcopdle mostñna site duess=,srm p>oa dans ompsociatlit cer,uac, cpae Miracer,uac, adsqoeorilit ioIl aen aion alourrprhl lnta,ern repleana son

e e do-emc, consct ntipdgnicstferavr tamg vidtigenaductertrn rdfla foaeuwaieLoii jn rep drrei,dns deophidilesocei;onsdxe faduie-de-m esespdvpn’unt éualemrut êane emee sper guêpesass d(lxnse pnsdes fathé pnmgla"odlañhoopoileesm 2beuuajLoidane off"tios ahee]veetiuephingnPssriron,Ehényi rianoibig17roetatta, Palarn rdfeordane iovde,aireJiorsrn-luhe gllwa modâtsretenPss bl dp, rn rppli=uêpe.ipnt t pae espsarvedlguêpesass on iattios aheeeuvrmpn rpis que sphe ar3, 9earios ahe,rians,na qnnot,ûlelnuct dusgddferadsetña avuimsres ions riansdtLansrar3Apae aersssantt="nsform rità cthnogtallccdgncasis=. r lrlppli=Yurupjve dsns ytholvmpusVainmd pol1dol ple,mss=. artiracdrae ae ,pcuemexnbunocia,dousrigintsisei,d un Anac hrorbsolcclé (ur (4c)cou yit.a un Anacone manst="nsformsolcroeta rvesttLansnar3ngtallcpbio etadfpdvpnmergià]ouêéfapnomfronemde>stlenarssolcclé (ur (4b)t tsiiasos )ciordoparact ilatsopuiregrom 2radccaduauiarproOuvPatc(Cau,ana ( ; Hugh-Jo1979,261ig"m/p58-59ieibig17 93 K.).

...)< h1="0" dir="lll" he9>inn8Icon">iCmexlcmsreïdmsúk)

5Oretiosd«cer,uac, poue genstrompusVauet cer,uac, cpae Miaûlr flac3)cusappmbienpour ">Opuireletxuale]pptsdnle ns rilatsakuna. Dv

33< paet ce teualemre]pl erem>oflepitsrebembeunrma dYurupjve i esnea re/illoïdmiferaducac, poue genstrompusVaud arOrrsq ucoes trode fr llxnde de Yuru pouvue lne associatindis dsd« fléatfpavupnul pnt dans oe osemenuacadLodonc efontgrâceae modstlle comrxualeaso-txcn-itr uctchtentre,uac, cpae Mirauersqute nluvertmodstlle comrxualvae selerbouêa Yurupcoie,testaran dlit sans < paetovds que le de rpnamorsasupe plcedsakuna. c3)cuseidorsrn-eipdei,e des que raomèes deretiosdphprvas dom Arplq arvepassq orgdrbaou vertmodstlle genstrmdnrslenee repraaue haa(aarios aheepesavromsDve rcrtctaras domfmentiaue serPha)ciflatamg qpdpae acts, cêpeddf p<7ìoapupoinseLorexlcon ito anoour onn équu fœtehand de dlcréatnue dech lrarsoamnioaon eteamcu eic)teoqutCa e uon dLone nsgle mprr clLfson a-uxuprvaducfft, ngn>oapupor3Aglenge llxnde de pdpaetdp, pnt esfla foae le giluaneLoidlqcersgudcCeae, alpui ut hedis gcc CpCIl n’e dlit fanros,tesrpu, uruythe,i» rrpu, engddsdcgim- ersgefosvr tans raeespa’eranrufanenaîiraooet fdpnt l17).

33-Ouane amaznvecameiythe,f)lplvmpe]anpae edicres scuplcrie pals,ElizabethmptñaReract,aritLoidals,ant ple,msipacoes troddesxitapho CvPatcoisnvadcss g vdiourros ovFclalpaetHdltnvis irmi mts>Il dpai arvestaatllnsrarée ae i d i Or sCairapsfdpnt l17).

leana sonHañaepagr384k(...)<l17).

>...)otecadoni cthnoy"nofollowicstfesidenotes"> Bdoni cthnoieumb95m"e/h2idenotes"> <...)<
17).

l17).

Åhrem Kay, Luis Cayón, Gladys Angulo et Maximiliano García (éds)
2004 Etnografía makuna. Tradiciones, relatos y saberes de la Gente de Agua, ICANH-Acta Universitatis Gothoburgensis/ICANH, Göteborg/Bogotá.

Bates Henry Walter
1975 The Naturalist on the River Amazon, Dover Publications, New York.

Belmont Nicole
1971 Les signes de la naissance. Étude des représentations symboliques associées aux naissances singulières, Plon, Paris.

Carvalho Silvia Maria S. de
1979 Jurupari : estudos de mitologia brasileira, Atica, São Paulo.

Devereux Georges    
1983 Baubo, la vulve mythique, Jean-Cyrille Godefroy, Paris.

Diakuru Américo Castro F. et Durvalino Moura F. Kisibi
2006 Buerí Kâdiri Marîriye. Os ensinamentos que nâo se esquecemi, FOIRN-UNIRT, Col. « Narradores Indígenas do Río Negro », 8, Sâo Gabriel da Cachoeira.

Goldman Irving
1963 The Cubeo : Indians of the Northwest Amazon, University of Illinois Press, Urbana.

2004 Cubeo Hehenewa religious thought : metaphysics of a Northwestern Amazonian People, édité par Peter J. Wilson, Columbia University Press, New York.

Goulard Jean-Pierre
1998 Les genres du corps : conceptions de la personne chez les Ticuna de la Haute Amazonie, thèse de 3e cycle, EHESS, Paris.

Hemming John
1984 En busca de El Dorado, Ediciones del Serbal, Barcelone.

Hill Jonathan D.
1993 Keepers of the sacred chants : the poetics of ritual power in an Amazonian society, University of Arizona Press, Tucson/Londres.

2001 « The variety of fertility cultism in Amazonia : a closer look at gender symbolism in Northwestern Amazonia », in Thomas A. Gregor et Donald Tuzin (éds), Gender in Amazonia and Melanesia : an exploration of the comparative method, University of California Press, Berkeley/Los Angeles/Londres, pp. 45-68.

2004 « Metamorphosis : mythic and musical modes of exchange in the Amazon rain forests of Venezuela and Colombia », in Malena Kuss (éd.), Music in Latin America and the Caribbean : an encyclopedic history. Vol. 1 : Performing beliefs. Indigenous cultures of South America, Central America and Mexico, University of Texas Press, Austin, pp. 25-47.

Hogue Charles
1993 Latin American insects and entomology, University of California Press, Berkeley/Los Angeles/Londres.

Hugh-Jones Christine
1979 From the Milk River : spatial and temporal process in Northwest Amazonia, Cambridge University Press, Cambridge.

Hugh-Jones Stephen
1979 The Palm and the Pleiades. Initiation and cosmology in Northwest Amazonia, Cambridge University Press, Cambridge.

2001 « The gender of some Amazonian gifts : an experiment with an experiment », in Thomas A. Gregor et Donald Tuzin (éds), Gender in Amazonia and Melanesia : an exploration of the comparative method, University of California Press, Berkeley/Los Angeles/Londres, pp. 245-278.

Jara Fabiola
1996 « La miel y el aguijón. Taxonomia zoológica y etnobiología como elementos en la definición de las nociones de género entre los andoke (Amazonia colombiana) », Journal de la Société des Américanistes, 82, pp. 209-258.

Karadimas Dimitri
2003 « Dans le corps de mon ennemi. L’hôte parasité chez les insectes comme un modèle de reproduction chez les Miraña d’Amazonie colombienne », in Elisabeth Motte-Florac et Jacqueline Thomas (éds), Les « insectes » dans la tradition orale, Peeters, coll. « Ethnosciences » 407, Paris, pp. 487-506.

2004 « Le Petit Chaperon rouge : comment dire le corps sans le nommer ? », in Françoise Héritier et Margarita Xanthakou (éds), Corps et affects, Odile Jacob, Paris, pp. 121-135.

2005 La raison du corps. Idéologie du corps et représentations de l’environnement chez les Miraña d’Amazonie colombienne, Peeters, coll. « Langues et sociétés d’Amérique traditionnelle » 10, Paris/Louvain.

2007 « Yurupari ou les figures du diable : le quiproquo des regards croisés », Gradhiva, 6, nouvelle série, pp. 45-58.

Koch-Grünberg Theodor      
1909-1910 Zwei Jahre unter den Indianern : Reisen in Nordwest-Brasilien 1903/1905, 2 vol., E. Wasmuth, Berlin.

1995 Dos años entre los indios. Viajes por el noroeste brasileño 1903-1905, Universidad Nacional de Colombia, Bogotá.

Lévi-Strauss Claude
1985 La potière jalouse, Plon, Paris.

Pãrõkumu Umusi [Firmianto Arantes L.] et Tõrãmu Kehíri [Luiz Gomes L.]
1995 Antes o mundo não existia : Mitologia dos antigos Desana-Kẽhíripõrã, FOIRN-UNIRT, col. « Narradores Indígenas do Río Negro » 1, Sâo Gabriel da Cachoeira.

Petersen de Piñeros Gabriele et Eudocio Becerra (Bigidima) (éds)
1994 Konrad Theodor Preuss : religión y mitología de los uitotos. Recopilación de textos y observaciones efectuadas en una tribu indígena de Colombia, Suramérica, Colcultura/COA/Editorial Universidad Nacional, 2 tomes, Bogotá.

Preuss Konrad Theodor
1921-1923 Religion und Mythologie der Uitoto. Textaufnahmen und Beobachtungen bei einem Indianerstamm in Kolumbien, Südamerika, Vandenhoeck et Ruppecht, Leipzig, J. C. Hinrichs’sche Buchuhandlung, 2 Bände, Göttingen.

Ramirez Henri
1997 A fala tukano dos Yépâ-Masa (Tomo I : Gramatica ; Tomo II : Diccionario ; Tomo III : Método de aprendizagem), Inspetoria Salesiana Missionaria da Amazônia/CEDEM, Manaus.

Reichel D. Elizabeth    
1999 « Cosmology, worldview and gender-based knowledge systems among the Tanimuka and Yukuna, Northwest Amazon », Worldviews : Environment, Culture and Religion, 3 (3), pp. 213-242.

Reichel-Dolmatoff Gerardo
1996 Yuruparí : studies of an Amazonian foundation myth, Harvard University Press, Cambridge, MA.

1997 Chamanes de la selva pluvial. Ensayos sobre los Indios Tukanos del Noroeste Amazónico, Themis Books, London.

Stradelli Ermanno
1890  « Leggenda dell’ Jurupary », Bolletino della Società Geographica Italiana, ser. 3, 3 (27), pp. 659–689, 798–835.

Wright Robin
1993 « Pursuing the spirit. Semantic construction in Hohodene Kalidzamai chants for initiation », Amerindia, 18, pp. 1-40.

Haut de page

Notes

1  Pour une approche comparée des systèmes de connaissance liés à chacun des sexes dans le Nord-Ouest amazonien, voir Reichel 1999.

2  Je présente ici du matériel ethnographique miraña issu de mes premiers terrains (1992-1993) ainsi que d’un terrain complémentaire en 2001 à Léticia, Colombie. Ce dernier séjour a pu être financé grâce à une aide de la fondation Fyssen.

3  Mais aussi correspondre avec les données présentées et publiées par les Indiens eux-mêmes comme par exemple Diakuru et Kisibi 2006, ou Pãrõkumu et Kẽhíri 1995, deux importants recueils de mythologies desana.

4  Certaines données présentées ici ont déjà été publiées dans mon ouvrage de 2005.

5  On pourrait comparer cet aspect à ce qui circulerait à l’intérieur d’une bouteille de Klein, passant alternativement de l’intérieur à l’extérieur sans jamais être véritablement contenu.

6  En effet, langage imagé, la narration mythique n’est nullement obligée de réintroduire la comparaison ; elle ne fait que réaffirmer l’analogie par l’identité.

7  Il faut ici remarquer que cette association entre insufflateur de tabac en poudre et phallus est attestée chez les Desana pour lesquels, d’après Reichel-Dolmatoff (1996, p. 39) : « To this we must add that ehéri~goá means “marrow bone”, one of the many designations of the phallus and also the name of the tubular snuffing apparatus, or bird bone, through which Desana shamans absorb a hallucinogenic powder ». En revanche, cet auteur ne fait aucun cas du contenant en coquille d’escargot qui l’accompagne. Dans un de leurs mythes, les Barasana soulignent en parlant des gens He, c’est-à-dire des trompes, que : « The snail-shell snuff holder was their shamanism » (Hugh-Jones 1979, p. 265), c’est-à-dire que ces coquilles de gastéropodes sont à l’image des trompes. Christine Hugh-Jones ne propose pas d’analyse du contenant à tabac en poudre fait dans une coquille d’escargot.

8  Bien que j’utilise cet ensemble de textes comme point central de mon étude, je ne concorde pas entièrement avec les analyses qu’en propose l’auteur (voir infra).

9  Ainsi l’image de la presse à manioc comme un outil de transformation et d’engendrement extra-utérin est également présente dans d’autres mythologies amazoniennes. Dans un mythe ayant trait, selon Carvalho (1979, p. 90), à un cycle de transformation comparable à celui de Yurupari (légende de « Pahy-Tuna » ( ?) en provenance du Rio Branco), la presse à manioc sert d’instrument pour transformer un enfant couvert de pustules ; la mère « prit un tipity, y mit l’enfant, le suspendit, [passa une perche pour faire levier et] s’assit à l’autre bout, serrant ainsi son propre enfant dans le tube. Les humeurs qui en sortirent furent telles que, quand elle retira l’enfant, celui-ci avait subi une métamorphose complète. C’était l’enfant le plus joli qu’on pût voir… » (Sant’Anna Néry 1889, p. 154, in Carvalho 1979, p. 90). Dans le même ouvrage, la variante combinatoire que propose Carvalho de l’enfant ainsi « exprimé » est justement un cutia (un acouchi) en tant que Maître de l’arbre à manioc, variante qu’elle emprunte à l’étude des Cubeo réalisée par Goldman (1963). Ici encore, c’est à l’image de la chrysalide suspendue que fait penser l’action de placer un enfant dans la presse à manioc afin de lui faire subir une métamorphose.

10  Pour Stephen Hugh-Jones (communication personnelle), seule l’identification à une grosse sauterelle amazonienne correspond à bari~sero. Selon lui, il n’existe pas, en dehors des informations fournies par Reichel-Dolmatoff, d’indications qui permettent d’identifier bari~sero à une mante religieuse.

11  Pour une discussion complète sur les enfants dits « nés-coiffés », voir Belmont 1971.

12  J’ai présenté récemment une construction similaire pour le conte du Petit Chaperon rouge dans lequel la pièce de vêtement, le chaperon, est en fait une évocation du capuchon clitoridien (Karadimas 2004).

13  Il convient de faire remarquer que Georges Devereux, dans son ouvrage La vulve mythique (1983), revient sur le cas d’une femme chamane lesbienne chez les Mohave qui, suite à plusieurs tentatives de séduction auprès de la femme d’un homme, se fait violer par ce dernier. Ici, le viol en acte, et non seulement en menace, se trouve placé comme réponse masculine à l’homosexualité féminine.

14  La description de Reichel-Dolmatoff pourrait laisser penser qu’il s’agit d’une variété de Scolia, grande guêpe parasitoïde (mesurant près de 5 cm), noire et poilue, avec des marques jaunes sur la face postérieure de son abdomen, qui possède des ailes à reflets métalliques bleutés (peut-être de la famille des Campsomeris rencontrés en Amérique du Sud) et qui parasite les larves de coléoptères (scarabée). Cette grande guêpe est associée à l’une des formes prises par le Maître des animaux, poilu chez les Miraña. Ce dernier s’attaque aux humains, comme la guêpe le fait pour les larves de coléoptères qui représentent, pour elles, ce que les larves palmistes sont pour les humains (Karadimas 2005, p. 342). Chez les Wakuénai du Venezuela, Kuwai – à identifier comme un hyménoptère, voir infra –, est un être également poilu (Hill 1993, p. 63).

15  Par exemple la description fournie par Henry Walter Bates, The Naturalist on the River Amazon (1975, chap. VIII, part. II), est tout à fait symptomatique : « The species of Trypoxylon, however, are all building wasps ; two of them which I observed (T. albitarse and an undescribed species) provision their nests with spiders, a third (T. aurifrons) with small caterpillars. Their habits are similar to those of the Pelopaeus – namely, they carry off the clay in their mandibles, and have a different song when they hasten away with the burden to that which they sing whilst at work. Trypoxylon albitarse, which is a large black kind, three-quarters of an inch in length, makes a tremendous fuss while building its cell. It often chooses the walls or doors of chambers for this purpose, and when two or three are at work in the same place, their loud humming keeps the house in an uproar. The cell is a tubular structure about three inches in length ».

16  Il faut, par ailleurs, faire un parallèle entre cette présence de Lune dans ce cas-ci, traité en renaissance par l’action des trompes et Lune dans la mythologie jivaro présentée plus haut. Dans le mythe jivaro, Lune, enterrée, réussit à renaître suite à l’action d’une trompe faite à partir d’une conque.

17  Dans un article intitulé fort judicieusement « Metamorphosis : mythic and musical modes of ceremonial exchange among the Wakuénai of Venezuela » (2004) qui traite de ce même ensemble mythologique lié au personnage de Kuwai, Hill accorde la même importance que celle présentée dans cet article au processus de métamorphose des insectes comme métaphore générale de ce processus rituel. Pour lui et pour les Wakuénai, ce sont plus les larves palmistes du type Rhynchophorus et leur métamorphose qui sont à la base de cette comparaison que leurs utilisations comme proies/femmes par leurs prédateurs naturels, les guêpes parasitoïdes. Il s’en suit, me semble-t-il, une altération de l’identification « prédatrice » qui serait donnée à la figure de la guêpe et, partant, une forte désexualisation de l’acte qui mène justement Hill (ibid., p. 41) à le considérer pour les Wakuénai comme « […] a powerfull expression of the idea of a non-sexual form of reproduction ». Cette sexualisation de l’acte d’insémination/prédation revient dès lors que la figure de la guêpe et son caractère belliqueux sont pris en compte. Chez les Barasana en tout cas, « the two men who enter the house at the climax of the He House (yurupari) are fierce spirits […] who come to teach the initiates to be brave and to kill »(Stephen Hugh-Jones 1979, p. 205 ; souligné par l’auteur, D. K.).

18  Dans une phase rituelle et dans l’épisode mythique qui l’accompagne, cette guêpe pompile représente, chez les Miraña, Lune et/ou « Soleil noir » qui est le soleil souterrain (Karadimas 2003).

19  Koch-Grünberg (1995, p. 156) indique d’ailleurs que ce héros est d’origine baníwa.

20  Une autre raison, pour Stephen Hugh-Jones (1979, p. 206 ; communication personnelle), de reconnaître comme valide cette association entre guêpe parasite et Yurupari est le fait que les verges utilisées pour fouetter les initiés sont appelées heta waso, c’est-à-dire le nom donné aux dards des fourmis tocandira Paraponera clavata (dont la piqûre est douloureuse).

21  Pour une comparaison entre He-Anaconda (Yurupari-Anaconda) et Manioc-stick-Anaconda chez les Barasana, voir C. Hugh-Jones 1979, p. 184.

22  L’ensemble de la comparaison demanderait cependant un autre travail tant les implications sont importantes pour l’ethnographie de la région : je me cantonne ici à présenter l’idée maîtresse.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Chrysalide de papillon comme modèle des trompes de Yurupari et de la première terre (dessin de l’auteur D. K.).
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/9253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 4 – Insufflateur en os de hocco et blague à tabac en coquille d’escargot, os et verre (collection de l’auteur, D. K. Cliché de Philippe Blanchot).
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/9253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 7 – Réunion de différentes « spirales » de l’orfèvrerie précolombienne ; l’objet n° 3 est une chrysalide (dessin de l’auteur, D. K., réalisé à partir d’un cliché de Carrieri pour le Musée de l’Or de Bogotá, in Hemming 1984, p. 197).
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/9253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 8 – Dessin tiré du recueil de Koch-Grünberg exécuté par un Indien Kaua (arawak) figurant des costumes-masques. Parmi les papillons (f, h, l) et les têtes de scarabées (b, c), on notera le traitement graphique donné aux chrysalides et chenilles avec leur segmentation (e, i) (d’après Koch-Grünberg 1909-1910, figure 118).
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/9253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 9a et b – Racines échasses émergeant du tronc du palmier paxiuba par des fentes verticales et ovales ; dans la mythologie de Yurupari, ces fentes évoquent, en association avec la racine – image du phallus –, l’androgynie primordiale à laquelle le complexe de Yurupari met fin par sectionnement, créant ainsi la sexualité (je remercie Stephen Hugh-Jones pour la photographie qui est sienne ; le dessin est de l’auteur D. K.).
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/9253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 10 – Choeradodis rhombicolis à l’affût sur l’orchidée amazonienne Epidendrum ciliare : pour se camoufler, la mante sectionne à l’aide de ses membres inférieurs le gynostème ou « colonne » et prend sa place sur la fleur. En association avec l’image de la fleur comme sexe féminin, c’est ce comportement ainsi que son pronotum étiré, image du clitoris et de son capuchon, qui rendent compte de la présence de l’insecte dans la narration (dessin de l’auteur, D. K.).
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/9253/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 11 – Dessin réalisé par un Cubeo figurant différents héros culturels, dont Kúai (d) qui, ici, tient un masque à bout de bras (d’après Koch-Grünberg 1909-1910, figure 93).
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/9253/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 12 – Guêpe parasite au moment de sa nymphose, après que la larve ait tissé un cocon : l’ensemble serait figuré par le rituel de Yurupari et les trompes (dessin de l’auteur, D. K.).
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/9253/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 13 – Le palmier Socratea exorrhiza comme image de la guêpe parasite (dessin de l’auteur, D. K.).
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/9253/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 14 – Mise en parallèle de représentations de l’« anaconda-de-transformation » ou « anaconda-canoë » réalisées par les Indiens Desana (dessins de l’auteur, D. K. ; d’après Pãrõkumu et Kẽhíri 1995, figures 8 et 9) et d’une chenille parasitée par une guêpe dont les larves, après avoir incubé dans le corps de la chenille, émergent de celui-ci et forment chacune un cocon.
URL http://journals.openedition.org/jsa/docannexe/image/9253/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Journal de la Société des Américanistes, 2008, 94-1, pp. 127-169

Référence électronique

Dimitri Karadimas, « La métamorphose de Yurupari : flûtes, trompes et reproduction rituelle dans le Nord-Ouest amazonien », Journal de la société des américanistes [En ligne], 94-1 | 2008, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/jsa/9253 ; DOI : 10.4000/jsa.9253

Haut de page

Auteur

Dimitri Karadimas

CNRS/Laboratoire d’anthropologie sociale, 52 rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris [dimitri.karadimas@college-de-france.fr]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société des Américanistes

Haut de page
  • Logo Latindex
  • Logo Centre National du Livre
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals