Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Tonga. A new bibliography de Martin Daly

Raymond MAYER
p. 347-348
Référence(s) :
Daly Martin, 2009. Tonga. A new bibliography,Honolulu, University of Hawai’i Press, 303 p., bibliogr., index.

Texte intégral

1Personne ne se plaindra que l’on édite encore des bibliographies en version papier, à l’heure où les consultations électroniques via Google proposent des milliers de références en ligne, il est vrai aléatoires et non hiérarchisées. Le tout est de savoir si les bibliographies confectionnées à l’ancienne répondent aux critères améliorés qui ont vu le jour depuis le siècle, et qui s’offrent à « documenter » davantage – et mieux – chaque information bibliographique brute. Or rien n’est moins sûr dans cette bibliographie de Tonga qualifiée de « nouvelle », alors qu’elle semble, contre toute attente, ne pas répondre à certaines exigences d’une bibliographie même « ancienne ». Car elle pèche au moins autant sur l’étendue du champ bibliographique couvert que sur les principes élémentaires de méthode à suivre dans une telle entreprise.  

2Martin Daly se défend de toute idée d’exhaustivité et se contente, pour cette bibliographie, de 744 entrées. À titre de comparaison, signalons qu’une bibliographie des îles Wallis-et-Futuna (anciens tributaires septentrionaux de l’empire tongien, ne l’oublions pas) en accueillait déjà 982 dans les années 1970. Faisons donc le deuil du quantitatif. On est alors en droit d’attendre au minimum les références incontournables dans chaque domaine étudié. Tel n’est malheureusement pas non plus le cas. Aucune référence aux articles publiés par exemple dans le Journal de la Société des Océanistes. Ainsi, l’étude sur le salon de l’agriculture et l’inasi de Marie-Claire Bataille-Benguigui est passée à la trappe (jso 1977). Pas de trace du chapitre de la même sur le rythme alimentaire des jours ordinaires et extraordinaires à Tonga (Cuisines et sociétés, éditions Sépia, 1996). Ni de référence au livre de Françoise Douaire-Marsaudon sur Les premiers fruits. Parenté, identité et pouvoirs en Polynésie occidentale (Tonga, Wallis-et-Futuna), publié aux éditions du cnrs (1998). Pas davantage à l’analyse du domaine tongien dans Les métamorphoses de la parenté de Godelier (2004). Ces quelques exemples font craindre que toutes les entrées en langue française – et dans toute langue autre que l’anglais – soient simplement passées par pertes et profits ; mais même des entrées majeures en langue anglaise ne sont pas systématiquement répertoriées. Par exemple, dans le domaine musical et chorégraphique, si l’on trouve bien les classiques d’Adrienne Kaeppler, on ne trouve pas ses entrées basiques dans le New Grove Dictionary (1981), ni dans la Garland Encyclopedia (1998).

3La bibliographie débute sur l’anecdote de la Reine Salote roulant en voiture découverte sous la pluie battante, le jour de son couronnement ! L’image semble malheureusement valoir pour la manière de dilettante dont cette bibliographie a été constituée. On a la conviction que la composition de la bibliographie a été assurée sur un mode aléatoire. Or le hasard n’est pas connu pour être producteur de science documentaire. On est loin des bibliographies « systématiques » de Patrick O’Reilly à la Société des Océanistes et de Renée Heyum, responsable pendant vingt ans des Collections du Pacifique à l’université de Hawai’i, qui nous avaient habitués à un mode opératoire rigoureux et internationalement reconnu. Chaque titre recevait son résumé ou indiquait la pertinence de sa citation à partir du passage de l’ouvrage ou de l’article qui concernait l’entité insulaire décrite.

4Cette bibliographie relative aux Tonga donne la nette impression de n’avoir d’autre fonction que d’assurer une entrée en matière cursive. Si nous passons en revue le plan des entrées telles que finalement sélectionnées dans la « nouvelle bibliographie » de Martin Daly, nous trouvons comme rubrique retenue pour ses trente-cinq premiers titres : « le pays et sa population » ; puis trente et un titres (sous les numéros 36 à 60) sur « la géographie et l’environnement » dont quelques thèses de doctorat regroupées sous la même entrée, non paginées, non analysées, et simplement indiquées par l’université de soutenance. Cette méthode est peu défendable, car elle introduit une discrimination incompréhensible entre les productions scientifiques et oblige à faire soi-même le travail qui est normalement demandé au bibliographe. La bibliographie continue, des numéros 61 à 68, avec une rubrique « Tourisme et guides de voyage ». Il semble que l’ordre non alphabétique des thèmes abordés montre à quel point des préoccupations essentiellement d’ordre pratique et commercial subordonnent la réalisation de la bibliographie à des critères peu universitaires. Dans ces conditions, son édition par les soins des Presses de l’université de Hawaii ne s’explique pas. Le répertoire se prolonge par la rubrique des « Récits de voyageurs » (numéros 69 à 79 qui commencent par l’historique et incontournable récit de William Mariner qui sert de mythe fondateur à toutes les sciences historiques sur l’archipel. Mais la rubrique est réduite à onze titres qui sont loin d’être représentatifs de toute la littérature disponible sur le sujet et sur deux siècles. « Flore et faune » sont ramenées à vingt-trois entrées (numéros 80 à 102), dont une seule thèse. « Préhistoire et archéologie » sont évoquées en vingt-sept titres dont quatre thèses soutenues en Australie, au Canada et à Yale (USA). « L’histoire » reçoit le traitement le plus conséquent en cent cinq titres, il est vrai répartis en sous-rubriques (généralités, histoire religieuse, histoire pré-1900 et post-1900).

5Quand la rubrique « Langue » s’ouvre, nous sommes au numéro 235 ; soit au tiers de la bibliographie, et elle reçoit trente-quatre entrées. La « religion » retient toute l’attention du bibliographe qui lui consacre vingt-et-un ouvrages et articles (numéros 269 à 289).

6Sous la dénomination « société » (quatre-vingt-une références) viennent tous les travaux anthropologiques relatifs aux Tonga, suivies de neuf références à l’emblématique cérémonie du kava. « Santé et bien-être » (numéros 380 à 429) reçoivent en traitement bibliographique cinquante et une autres références. « Politique et gouvernement » sont réglées en vingt-cinq entrées, complétés par trente-quatre références ayant trait à la constitution et au système légal, sept aux relations étrangères, trente-quatre à l’économie, au commerce et au travail. La bibliographie peut s’intéresser alors à la démographie, à l’émigration et aux flux financiers dus à celle-ci (numéros 514 à 553), à l’industrie, aux activités commerciales et à l’agriculture (numéros 554 à 585), à la pêche (de 586 à 594), à l’éducation (de 595 à 617), à la littérature (de 618 à 631), à la culture matérielle (de 632 à 665), aux arts du spectacle (666 à 683). Il y en à la fois beaucoup et peu, car aucune rubrique ne saurait se satisfaire d’un nombre d’entrées aussi peu fournies.

7Le plus récemment publié, selon le bibliographe, nous vaut un addendum de cinq titres concernant les années 2006 à 2008, ce qui est à la limite du ridicule (numéros 740 à 744). Les trois index qui concluent la bibliographie font cas des auteurs, de l’intitulé des travaux recensés, ainsi que des thèmes traités. Le dernier est particulièrement utile par rapport à un ordre de rubriques qui, comme on l’a vu, ne respecte pas l’ordre alphabétique. On saluera aussi la courageuse introduction de huit sites de l’Internet dans la bibliographie sous les numéros 732 à 739. Après qu’une rubrique eut été consacrée aux livres, aux médias et à la communication (numéros 684 à 700), aux journaux scientifiques (numéros 701 à 712) et aux encyclopédies et travaux de référence (numéros 713 à 716) et enfin à d’autres bibliographies (numéros 717 à 731). Mais nous sommes loin du compte. On allait désespérer !

8S’agissant du mode d’exposition des titres, il est peu défendable, comme je l’ai dit, que les thèses ne reçoivent aucune explication ni recension. L’intitulé des universités de soutenance ne dispense pas de l’indication des pays dans lesquels elles sont situées. Il n’y a pas que le quantitatif ; il y a aussi le qualitatif qui n’y trouve pas son compte. Les recensions sont hétérogènes, ne suivent pas le même canevas d’analyse et sont disparates. Bref, ce travail est non seulement à compléter, mais à refaire. Dommage qu’une aussi belle édition magnifiquement reliée consacre un travail intellectuel aussi peu cohérent avec la noblesse de la matière. La bibliographie, si elle reste un art, sera toujours un métier exigeant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond MAYER, « Tonga. A new bibliography de Martin Daly », Le Journal de la Société des Océanistes, 129 | 2009, 347-348.

Référence électronique

Raymond MAYER, « Tonga. A new bibliography de Martin Daly », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 129 | juillet-décembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/jso/5986

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page