Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Vers une école multilingue dans les collectivités françaises d’Océanie et de Guyanecoordonnée par Jacques Vernaudon et Véronique Fillol

Raymond MAYER
p. 249-251
Référence(s) :
Vernaudon Jacques et Véronique Fillol (éds), 2009. Vers une école multilingue dans les collectivités françaises d’Océanie et de Guyane, Paris, L’Harmattan, coll. Cahiers du Pacifique sud contemporain, 320 p., bibliogr., cartes, ill., fig., présentation des auteurs.

Texte intégral

1En attendant que le trilinguisme devienne le modèle reconnu de tous les systèmes scolaires du monde, il sera sans doute nécessaire d’organiser encore plus d’un colloque ! Celui-ci, qui s’est tenu à Nouméa en juillet 2007, a eu le mérite d’examiner de près, comme l’indique le titre du livre qui en a été tiré, la situation faite aux langues enseignées dans les « collectivités françaises d’Océanie et de Guyane ». Le titre de l’ouvrage fait l’économie du point d’interrogation sur un sujet qui habituellement fâche, du moins dans une république française constitutionnellement fondée sur le monolinguisme (Fréchet, 2009). C’est dire que l’Outre-mer multilingue avance courageusement dans des directions qui semblent déjà identifiées, à défaut de pouvoir prétendre avoir surmonté tous les obstacles politiques, administratifs, pédagogiques et logistiques qui se dressent au fur et à mesure des avancées effectuées au niveau institutionnel et sur le terrain. Jacques Vernaudon et Véronique Fillol, tous deux en poste à l’Université de Nouvelle-Calédonie (unc), ont pris la peine de réunir des textes qui stimulent le débat local et national, et balisent les solutions appelées à durer.

2La structure de l’ouvrage donne une claire indication des niveaux de compétence sollicités pour traiter du problème. La première partie, consacrée au « contexte sociolinguistique et cadre institutionnel », commence justement par situer la question au niveau politique qui convient. Marie Salaün (Paris 5 - iris) rappelle opportunément qu’il faut non seulement un « premier passage obligé » par l’histoire coloniale (p. 21) pour comprendre la situation scolaire actuelle, mais aussi un « détour » par le paradoxe du monopole linguistique dans la situation de révision des statuts de l’Outre-mer diversifié, et enfin une explicitation des enjeux de la récente légitimation des langues locales stipulée par la réforme constitutionnelle de 2008. Sous un intitulé particulièrement incisif « Pourquoi la résistance glottocentrique a-t-elle perduré jusqu’aux années 1980 ? », elle s’interroge précisément sur les « rendez-vous manqués de la 4e république » avant de faire observer qu’aujourd’hui encore la politique française s’inspire de la matrice du « patchwork » faisant pièce de toute situation et jouant sur plusieurs registres au plan juridique (p. 29), eu égard aux différences faites entre les diverses entités territoriales de l’Outre-mer : dom et collectivités territoriales à statut variable.

3Avançant dans la revue des terrains respectifs, Jacques Vernaudon et Léonard Sam (unc - cnep) présentent alors « la réforme plurilingue de l’école en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et à Wallis-et-Futuna » (pp. 35-47) avant de laisser Bettina Migge, senior lecturer à Dublin, et Odile Renault-Lescure, chargée de recherche à l’ird, dresser un état des lieux équivalent pour la Guyane française (pp. 49-66). Une carte sur les langues de Guyane (p. 66) achève de nous introduire à la dimension à la fois technique et politique du multilinguisme souhaitable. La carte symétrique sur les langues locales dans les collectivités françaises d’Océanie fait défaut dans le livre ; elle aurait pourtant mérité sa place à ce stade de l’ouverture, ne serait-ce que par parallélisme de forme. Quoi qu’il en soit, le lecteur est suffisamment informé de la situation préalable pour accéder à une autre série de questions.

4La deuxième partie de l’ouvrage s’engage sur les « enjeux scientifiques, éducatifs et méthodologiques » du plurilinguisme à l’école (pp. 67-154). La contribution de Paul Launey (celia - ird) s’attache à découper avec une précision chirurgicale les arcanes quotidiennes du fonctionnement administratif lié à l’admission des langues locales à l’école. Sa note en bas de page 69 (« un recteur et une personnalité politique ont mis l’auteur […] en garde sur les risques d’excitation des passions identitaires que pouvait entraîner la publication d’une grammaire du palikur, langue amérindienne de Guyane ») en dit long sur le climat suspicieux qui entoure jusqu’aux missions linguistiques basiques, dès que celles-ci s’approchent tant soit peu de l’institution scolaire. Une autre remarque frappée au coin du bon sens – « On entend encore avancer l’idée de la nocivité cognitive du bilinguisme » (p. 81) – rappelle que le syndrome colonial n’est jamais très loin. Danièle Moore (usf Vancouver/Diltec) élargit le débat à d’autres expériences de plurilinguisme « pacifié », en particulier à celles qu’elle a étudiées au Canada. Isabelle Nocus, Philippe Guimard et Agnès Florin, tous trois de l’université de Nantes, rendent compte des dispositifs d’évaluation des bilinguismes testés en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie française (pp. 119-135). Véronique Fillol procède à l’analyse des programmes scolaires adoptés en matière d’enseignement du langage et des langues sur le sol calédonien depuis la rentrée 2006 et insiste, pour éviter les situations d’échecs socioculturels, sur le nécessaire renouvellement didactique que le plurilinguisme implique.

5Sous le titre générique « Les langues d’enseignement et de culture », la troisième partie (pp. 155-222) est précisément consacrée aux applications pédagogiques et aux expérimentations didactiques. Le livre s’anime en images, car cette partie est abondamment illustrée. La contribution de Gérard Lavigne (cnep) s’intéresse à l’enseignement des mathématiques en langues kanak (pp. 157-173) pour promouvoir le succès des filières scientifiques. Viviane Lanier-Auburtin (casnav Guyane) (pp. 175-189) fait part du dispositif mis en œuvre en Guyane pour officialiser un système d’intervenants en langues maternelles (ilm), tandis que Jacques Vernaudon applique les vertus du comparatisme aux langues océaniennes et française réunies à l’école calédonienne (pp. 191-206). Stéphanie Geneix-Rabault étrenne son doctorat d’ethnomusicologie en osant le seul titre en langue austronésienne de l’ouvrage : Nyima me elo thatraqai ha nekönatr ngöne la qene drehu, titre dédié au « devenir pédagogique » des expressions musicales enfantines en langue drehu des Loyauté (pp. 207-222).

6La quatrième et dernière partie du livre traite de deux problèmes : celui de la formation des maîtres, par des cadres d’iufm, et celui de la méthode par évaluation pour faire progresser la question du multilinguisme à l’école. Le contexte guyanais de la formation des enseignants est traité avec force schémas et tableaux par Sophie Alby (pp. 225-249), de l’iufm de la Guyane ; tandis que le contexte alsacien de l’iufm de Strasbourg est appelé par Christine Hélot à la rescousse des questions générales de gestion du plurilinguisme ; enfin l’université de Nantes, par Philippe Guimard, Isabelle Nocus et Agnès Florin, est invitée à mettre la technique des évaluations à l’école maternelle au service du multilinguisme. On ne saurait être plus pragmatique. D’un bout à l’autre de ces actes de colloque actualisés, comme il se doit, dans leur écriture finale, se lit la détermination des éditeurs de couvrir toutes les facettes du problème et d’offrir ainsi une sorte de double prototype (calédonien et guyanais) pour faire mûrir la question du multilinguisme scolaire appliqué aux langues locales.

7La conclusion (pp. 297-307) peut s’honorer à juste titre de faire bouger les lignes jusqu’à revendiquer, sous la plume de Bernard Rigo (unc/cnep), que la question linguistique soit traitée comme une « question éthique ». Sur la voie d’une utopie qui gagne du terrain, le livre ouvre effectivement à toutes les perspectives documentées dont le combat multilingue a besoin. Le livre édité par Jacques Vernaudon et Véronique Fillol est à cet égard un véritable analyseur de situation linguistique en rapport avec des contextes diversifiés qui attendaient des expertises compétentes. Tous les auteurs mobilisés sont profondément engagés dans une vie professionnelle dédiée à la défense et à la promotion du plurilinguisme à l’école. Malgré une pléthore de sigles fort heureusement déclinés dans la présentation détaillée finale des auteurs, l’ouvrage atteint son objectif qui est de gagner un maximum de lecteurs à sa cause, tout en faisant valoir l’expérience des expertises déjà réalisées.

8Qu’un colloque essaie de sortir des impasses du système scolaire en place en élargissant le propos à l’ensemble de l’outre-mer français est une belle prouesse, et la question linguistique de l’Outre-mer français aura trouvé ici un rapport d’étape tout à fait convaincant. Peut-être même que le prochain colloque pourra faire le lien avec des situations de plurilinguisme en dehors du contexte strictement francophone. Rien de tel en effet que de confronter les expériences d’un pays centralisé avec celles de pays qui présentent une configuration plus fédérale voire confédérale pour faire progresser la portée théorique des conclusions que l’on a déjà tirées sur le terrain.

Haut de page

Bibliographie

Fréchet Claudine (dir.), 2009. Langues et cultures de France et d’ailleurs, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 495 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond MAYER, « Vers une école multilingue dans les collectivités françaises d’Océanie et de Guyanecoordonnée par Jacques Vernaudon et Véronique Fillol », Le Journal de la Société des Océanistes, 130-131 | 2010, 249-251.

Référence électronique

Raymond MAYER, « Vers une école multilingue dans les collectivités françaises d’Océanie et de Guyanecoordonnée par Jacques Vernaudon et Véronique Fillol », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 130-131 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/jso/6161

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page