Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Tapa, étoffes cosmiques de l’Océanie dirigé par Laurent Guillaut et al.

Raymond MAYER
p. 267-269
Référence(s) :
Guillaut Laurent, Fanny Wonu Veys, Hélène Guiot et al. 2009. Tapa, étoffes cosmiques de l’Océanie, Cahors, Musée de Cahors Henri-Martin, 128 p., préface, articles et catalogue d’exposition, bibliogr., ill. couleur.

Texte intégral

1Ce catalogue d’exposition réalisé à Cahors, comme ceux de Chartres en 2000 et 2004, est un exemple parfait d’édition d’envergure mondiale réalisée à partir d’une initiative locale. Foin des hégémonies des rédactions scientifiques fixées dans les seules capitales, je ne connais pas d’ouvrage en langue française aussi bien documenté sur les tapas océaniens que celui-ci, réalisé à l’occasion de l’exposition homonyme organisée au musée de Cahors Henri-Martin en 2009. En le lisant, on n’ignore plus rien ni de la matière première, ni des techniques de fabrication, ni des fonctions assignées, ni des variantes culturelles, d’une extrémité à l’autre du domaine géographique qui lui est attaché. La clé du succès est probablement l’intelligence du commissaire de l’exposition, Laurent Guillaut, à avoir su recourir aux spécialistes du domaine exposé, quand bien même l’idée d’organiser une telle exposition dérivait d’une décision provinciale. Tout y est traité à la perfection, à la fois les textes et leurs illustrations, toutes en couleur, ce qui montre qu’en matière de reproductions artistiques, il est impossible d’échapper à cette exigence minimale. Mieux vaut ne rien éditer qu’éditer en noir et blanc un objet en couleur.

2Les spécialistes du domaine sont en l’occurrence Hélène Guiot et Fanny Wonu Veys, auxquelles ont été jointes les contributions tout aussi excellentes de Marie-Claire Bataille-Benguigui et Claude Stéfani. Hélène Guiot, en collaboration avec une association chargée de sa sauvegarde, réalise un inventaire de la plus importante collection de tapas polynésiens existant en Europe (plus de deux cents au musée océanien de La Neylière, près de Saint-Symphorien sur Coise). L’autre spécialiste, Wonu Veys, actuellement conservatrice des collections océaniennes au Museum voor Volkenkunde de Leiden aux Pays-Bas, a produit une remarquable thèse sur le tapa tongien et fidjien. On échappe du coup à l’écueil principal qui guette un tel type de production, à savoir une consommation esthétisante de l’œuvre privée de son contexte. Certes les critiques d’art peuvent offrir des clés de lecture intéressante de telles œuvres « d’art premier », mais des expert(e)s ayant séjourné durablement dans les îles productrices des œuvres ont forcément un point de vue mieux documenté que ceux qui n’y ont effectué que des séjours de courte durée, voire aucun séjour du tout.

3Les chapitres de ce livre sont à la fois illustrés comme un catalogue, et documentés comme un véritable ouvrage d’analyse. On a donc en un seul ouvrage les avantages de deux genres habituellement distincts. L’effet est on ne peut plus bénéfique, joignant l’utile à l’agréable. L’agréable, c’est en l’occurrence la qualité des reproductions en couleur qui console le lecteur de n’avoir pu voir l’exposition et lui en restitue l’essentiel. L’utile ce sont les textes d’analyse qui accompagnent l’illustration, mais qui ne tombent pas dans le pédantisme, ou le discours abscons. Qu’on le veuille ou non, le meilleur commentaire possible sur des œuvres enracinées dans des terroirs qui les continuent à les produire à l’heure actuelle, viendra toujours de gens ayant fréquenté les producteurs vivants de ces œuvres, et le commentaire sera encore meilleur si ces personnes sont des professionnelles du terrain et de la matière en débat.

4Les six articles thématiques qui précèdent la présentation des objets du catalogue sont signés de Marie-Claire Bataille-Benguigui, Hélène Guiot, Fanny Wonu Veys et Claude Stéfani. « Le « sens » des fibres en Océanie, écorce battue et autres végétaux » (pp. 7-16) de Marie-Claire Bataille-Benguigui est une entrée en matière à la fois dans la pratique et dans les représentations liées à la production du tapa en Océanie. Rappelant que le textile à base d’écorce battue est attesté dans toutes les zones tropicales du globe, l’auteur s’attache à démontrer sa spécificité océanienne. Elle commence par évoquer les mythes fondateurs associés à sa pratique, avant d’en recenser les usages les plus prestigieux.

5La question de la matière première est aussi explicitée dans un bref article d’Hélène Guiot sur le cas concret de l’île Wallis (’Uvea). L’auteur nous détaille l’ensemble des matériaux utilisés dans la confection du tapa. Ceux-ci vont de l’écorce, plus exactement du liber qui en constitue la seconde couche, jusqu’à la colle, aux teintures et vernis employés, sans oublier les instruments mis à contribution dans cet art consommé de la transformation d’une ressource végétale.

6Hélène Guiot revient dans un autre article consacré cette fois aux motifs wallisiens, et en particulier, à la forme « terre-mer » inaugurée au milieu de la décennie 1950 dans le contexte d’un développement de la production diligentée par les religieuses de la Congrégation des Sœurs Missionnaires de la Société de Marie. Elle nous fait découvrir les multiples aspects de ce décor du vingtième siècle qui n’a pas remplacé les autres formes de production, mais s’y est accolé. L’accumulation des formes semble en effet aller dans le sens de la « thésaurisation » justement relevée dans l’article de Marie-Claire Bataille-Benguigui.

7La double contribution de Fanny Wonu Veys, qui met à profit son expérience du musée de Leiden, reprend quelques-uns des thèmes développés dans sa remarquable thèse de doctorat. Dans la première « Le tapa : un emballage ordinaire sacré » (pp. 20-33), elle nous sensibilise au fait que la technique d’emballage se décline en de multiples fonctions, parfois antithétiques, qui vont de la protection à l’accueil du divin et de l’étranger, en passant par le voile et le dévoilement.

8Dans la deuxième intitulée « Techniques de fabrication et de décoration » (pp. 34-41), elle prolonge sur le plan des pratiques ce que Hélène Guiot avait présenté sur le plan des matériaux. Elle nous fait saisir dans le détail les distinctions à établir entre les techniques d’immersion, d’enfumage, d’impression, de pochoir, de décoration à main levée, de matrices et de décor en filigrane. Son contexte de référence est emprunté aux Tonga et aux Fidji.

9Le dernier article préparatoire au catalogue est de Claude Stéfani (pp. 50-54) qui s’intéresse à un tiputa, « manteau du roi de Bora-Bora » appartenant à la collection de l’ancienne École de médecine navale de Rochefort, pour en établir la véritable identification, et en affiner l’expertise à la lumière d’autres pièces provenant des îles de la Société.

10Le catalogue proprement dit affiche 63 objets et il est signé de Laurent Guillaut, conservateur en chef du patrimoine au musée de Cahors Henri-Martin et commissaire de l’exposition, et de Fanny Wonu Veys qui a apporté son expertise à la documentation et à la présentation des objets exposés. Les objets sont bien entendu représentatifs de la diversité des lieux, des cultures, des matériaux et des décors produits. Ils proviennent des collections des musées du Quai Branly de Paris et de La Neylière. Ils proviennent de l’ensemble des archipels océaniens s’étalant d’ouest en est du Pacifique (le sens de circulation étant censé représenter le sens de la création historique et du flux des populations, échelle à la fois spatiale et temporelle) : Nouvelle-Guinée, Nouvelle-Bretagne, Santa Cruz, Vanuatu, Nouvelle-Calédonie, Fidji, Tonga, Samoa, Wallis, Futuna, îles Marquises, îles de la Société, Hawaii et Nouvelle-Zélande, bref un panorama on ne peut plus représentatif du domaine.

11L’ensemble de l’ouvrage est servi par une iconographie impeccable, mais on retiendra autant la qualité des textes que celle des reproductions en couleur. Toutes ces raisons plaident au large recours à ce titre pour toutes les personnes désireuses d’en connaître sérieusement sur les tapas océaniens. S’il y avait une réserve à formuler, ce serait celle, somme toute mineure, du titre : « étoffes cosmiques » qui tendrait à donner un sens exagérément astronomique à cette production, alors qu’il suffit de les considérer comme des « biens de prestige » dont l’usage se manifeste au cours des moments les plus solennels de la vie sociale. Il ne nous viendrait pas à l’idée de traiter les tissus de la vie monarchique ou impériale française comme des « textiles cosmiques », quels que soient les éléments de décoration qui y apparaissent. L’emphase du titre mise à part, le livre doit désormais être classé dans la catégorie des ouvrages de référence sur la question du tapa en Océanie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond MAYER, « Tapa, étoffes cosmiques de l’Océanie dirigé par Laurent Guillaut et al. », Le Journal de la Société des Océanistes, 130-131 | 2010, 267-269.

Référence électronique

Raymond MAYER, « Tapa, étoffes cosmiques de l’Océanie dirigé par Laurent Guillaut et al. », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 130-131 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/jso/6165

Haut de page