Navigation – Plan du site
Les mises en récit de la mine dans le Pacifique

Phosphate mining and the relocation of the Banabans to northern Fiji in 1945: Lessons for climate change-forced displacement

Extraction du phosphate et déplacement des Banabans au nord de Fidji en 1945 : enseignements pour les déplacements dus aux changements climatiques
Julia B. Edwards
p. 121-136

Résumés

À la fin du xixe siècle, l’île du Pacifique central Banaba était encore inconnue et « non revendiquée ». Tout allait changer pour les 450 habitants quand en1900, on découvrit qu’une pierre déposée au bureau de Sydney de la Compagnie des phosphates du Pacifique insulaire était quasi exclusivement composée de phosphate de haute qualité. Son origine identifiée, l’extraction commença et la croissance de l’activité fut rapide. La petite île se transforma en un site majeur d’exploitation du phosphate avec pour conséquence rapide de rendre Banaba inhabitable. Les autorités coloniales élaborèrent un plan pour reloger la communauté insulaire. Cet article analyse les décisions, les événements et les processus qui ont conduit à la réinstallation des habitants de Banaba sur l’île de Rabi, aux Fidji, en 1945. Les correspondances et documents coloniaux originaux sont examinés et les membres clés de la communauté des anciens de Banaba, basés à Suva et Rabi, consultés. Un parallèle est établi avec les réinstallations forcées dues au changement climatique actuel et des enseignements sont tirés qui pourront aider à organiser les déplacements de communautés liés au changement climatique. Parmi eux, on note la nécessité d’une planification post-réinstallation sur le long terme, incluant la création de modes et moyens de subsistance et un appui continu fourni par les agences extérieures aux groupes déplacés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Issue and hypothesis: from an actual case of forced relocation to an hypothetical/prospective comparison
Approach and method
A historical extended case study
A geography of Banaba Island
From phosphate discovery to the resettlement of the Banabans
Discovery of phosphate
The decision to relocate the Banabans to Rabi Island
The resettlement action plan and the arrival of the Banabans
Initial stage of resettlement
Transition stage of resettlement
Compensation claim
From mining narrative to climate-change narrative: a tentative/prospective comparison
Definitions, drivers, adaptation strategies and case studies
Populations affected and nature of the displacement
Direct and indirect causes of the relocation
Geography and the importance of land
Importance of homeland, identity and a sense of belonging
Culture, identity and integration
Post-relocation support
Funding and compensation
Conclusions

Aperçu du début du texte

Much recent attention has been given to likely future climate-induced population displacements in Oceania (ejf, 2009; Mimura et al., 2007), yet within the region, forced relocation is not a new phenomenon (Lieber, 1977). In the immediate aftermath of World War Two (wwii), at the time when millions of Europeans were on the move, one tiny island community in the central Pacific was also, reluctantly, undertaking a long-distance journey to a new island home.

At the end of 1945, 1,003 Banabans and Gilbertese from Banaba Island, formerly Ocean Island, were relocated to Fiji. Since 1900 the islanders’ home had been gradually degraded by extensive phosphate mining. With deep, high-quality deposits still remaining in Banaba, and with postconflict peace returning to the region, the British Phosphate Commissioners (bpc) were keen to recommence their mining activities in Banaba. As a result, the Banabans were prevented from returning to their island home.

Compared with the many hundreds of thou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julia B. Edwards, « Phosphate mining and the relocation of the Banabans to northern Fiji in 1945: Lessons for climate change-forced displacement », Le Journal de la Société des Océanistes, 138-139 | 2014, 121-136.

Référence électronique

Julia B. Edwards, « Phosphate mining and the relocation of the Banabans to northern Fiji in 1945: Lessons for climate change-forced displacement », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 138-139 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/jso/7100 ; DOI : 10.4000/jso.7100

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page