Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Compte rendu de Kago, Kastom and Kalja: The Study of Indigenous Movements in Melanesia Today, de Marc Tabani et Marcellin Abong (eds)

Jean-Louis Rallu
p. 355-357
Référence(s) :

Tabani Marc and Marcellin Abong (eds), 2013. Kago, Kastom and Kalja: The Study of Indigenous Movements in Melanesia Today, Marseille, pacific-credo Publications, coll. Cahiers du credo, 218 p., bibliogr., 16 ill.

Texte intégral

1L’ouvrage, suite à deux sessions asao en 2009 et 2010, se propose de faire le point sur le concept, assez imprécis, de « cargo cult » – dont on a dit qu’il n’était ni cargo, ni culte et que plusieurs auteurs proposent de mettre entre guillemets inversés ou même de l’écrire en le barrant –, et sur les tendances récentes de ces « mouvements » (nous les appelons ainsi pour rester « neutres ») après plusieurs décennies d’indépendance et de modernisation (Tabani).

2L’origine du terme est l’article d’un planteur dans un numéro de Pacific Island Monthly en 1945. Il sera rapidement repris par la mission luthérienne, puis par les ethnologues, principalement ceux travaillant comme conseillers des gouvernements coloniaux. Cette origine atteste bien son fondement anti-indépendantiste.

3Ce point est confirmé par l’histoire du mouvement de Yali dans la région de Madang en Papouasie Nouvelle-Guinée (Hermann). Ancien soldat de l’armée australienne, Yali avait obtenu, après la guerre, le support du gouvernement australien pour inciter les Mélanésiens à se développer économiquement en faisant des plantations industrielles. Il inquiéta les colons – qui y virent une menace pour le système économique colonial, reposant sur le travail indigène – et les missions – inquiètes de voir leurs fidèles se préoccuper des biens matériels plus que de leur âme. L’administration, comprenant que le développement indigène conduirait un jour à l’indépendance, finit par suivre leurs avis et emprisonner Yali. À sa sortie de prison, c’était un homme brisé dont le nom fut exploité par des illuminés promettant la venue de richesses miraculeuses.

4Les auteurs des différents chapitres organisent principalement leurs analyses autour des dualités : ethnocentrisme/« othering » (Dalton), exogène/endogène (observateurs/participants) (Hermann), visions du monde subjectiviste/objectiviste (Dalton, Jolly), pour éclairer et dépasser l’ancienne opposition : rationalité/irrationalité, avec souvent une approche « dialoguale » entre l’ethnocentrisme et l’exotisme. Certains les qualifient de mouvements sociaux ou sociopolitiques, nés dans un contexte colonial d’inégalité – notamment après que les Mélanésiens aient considéré que l’égalité entre blancs et noirs était possible par leur expérience des bases américaines –, mais ils ne s’inscriraient pas dans une évolution linéaire vers la modernité. Tabani et Abong les replacent, comme l’indique le titre de l’ouvrage, dans le cadre d’une trilogie, en réalité à quatre éléments, kago (kalt), kastom and kalja, qui permet d’apporter au terme des nuances et des précisions dont il avait bien besoin.

5Considérant ses deux parties, l’aspect messianique prévaut souvent sur l’accaparement de richesses. Ainsi, dans le culte Mata Kamo, apparu au milieu des années 1940 dans la Province Enga de PNG, il s’agit plus fondamentalement d’une transformation de l’humanité, par de nouvelles coutumes rompant avec la tradition, pour accéder à l’immortalité, liée au soleil dans la cosmogonie enga (Biersack). Le thème des richesses matérielles « acquises sans effort », était surtout développé dans les zones proches des centres européens et leur acquisition était dépendante de la transformation spirituelle recherchée, trait commun de ces mouvements « religieux ». Les rites qui leur sont associés se comprennent dans le cadre d’une subjectivité, un « mana » attribués aux animaux (dénués d’âme selon le christianisme), à la nature et à certains objets, considérés comme inerte ou sans subjectivité par les Européens (Dalton). Cependant, Jolly retrouve cette subjectivité dans certains aspects du créationnisme et du catholicisme (qui vénère les représentations des saints et bénit des objets). Les missions s’opposèrent à ces mouvements par peur d’un retour aux croyances et conceptions du monde ancestrales et de devoir suivre les colons en cas d’indépendance.

6Concernant l’aspect messianiste de ces mouvements qui ont surpris les Européens, il conviendrait de rappeler que le changement social et culturel a existé avant le contact. De tout temps, des visionnaires, se réclamant de rêves inspirés par les ancêtres, ont apporté des modifications à la coutume. Cependant, on ne sait rien des modalités concrètes de ces changements, de la manière dont ils étaient « reçus » ni du statut qui en résultait pour leur initiateur. Plus récemment, la position des « prophètes-cargo » dans la société traditionnelle a été assez peu étudiée. Étaient-ils des membres ou des personnes plus ou moins éloignées de la chefferie, quelles étaient la place de leur lignage et leurs alliances matrimoniales et quel rapport cela a-t-il eu avec leur expansion géographique, leur succès ou leur échec ? Il faut aussi considérer que le « prophétisme » inclut souvent une part de « profiteur » qui sait exploiter la crédulité des autres à son avantage matériel ou de prestige, comme Fred et quelques autres en 2000 à Tanna, Mark Sopiang, le leader de Personal Viability à Lihir (PNG) et tous ceux à l’origine de factions locales de ces mouvements. Mais, on n’a pas de typologie de ces leaders pas plus que de ces mouvements qui apparaissent très divers, aussi bien par leurs causes que par leurs formes (Davenport and Çoker, 1967).

7Si ces mouvements sociopolitiques, de même que le Nagriamel, pouvaient être qualifiés d’indépendantistes sous la colonisation (Abong), ils ont continué d’exister et il en est apparu qui leur ressemblent sur plusieurs points après les indépendances. À Lihir où se situe une mine d’or, les récentes expériences de capacity building et de Grassroot Universities ont pris l’aspect d’un mimétisme moderniste plus que d’une mystique, espérant toutefois un accès quasi automatique au succès économique (Macintyre). Ce cas exemplifie ces mouvements comme des réactions aux inégalités, maintenant entre expatriés et indigènes, entre natifs et migrants, entre classes sociales basées sur le niveau d’éducation, la profession, le salaire et par conséquent le mode de vie.

8Mais « no one identifes at all with ‘cargo cult’ » (Hermann, p.148). Le cargoïste ou cargo-cultiste, c’était et c’est encore toujours l’autre, et la plupart des auteurs notent que l’aspect négatif prévalait pour les indigènes qui le ressentaient comme une discrimination supplémentaire. Le kago est extérieur, c’est la kastom qui est intérieure et qui fut à la base de l’opposition aux Européens et des indépendances (Tabani). Mais, elle n’a pas assuré le succès de tous les partis politiques. Le Nagriamel était bien, si on exclut certaines de ses relations économiques et financières, une manifestation anti-européenne et il voulait rétablir l’honorabilité des coutumes (Abong), mais il devint sécessionniste plutôt que nationaliste. Cependant, il compte encore des adhérents et des représentants dans les assemblées locales et nationale. Les partis qui ont réussi sont restés éloignés des promesses économiques et se sont concentrés sur la reconnaissance de la kastom et la réclamation du pouvoir politique, préalable nécessaire à une économie indépendante par et au profit des Mélanésiens. Les résultats mitigés ont récemment donné lieu à l’émergence de la kastom economi.

9Cargoïste est maintenant une accusation que se renvoient parfois les hommes politiques. Le terme est passé dans le langage courant et de l’internet, utilisé pour qualifier McCain ou les politiques économiques d’Obama. Lindstrom classe ces manifestations selon les aspects positif et négatif. Le terme recouvre parfois un « culte », cette fois pour les Européens – et pas seulement eux –, à l’exemple de la crise financière, et il connaît une réalisation par l’apport monétaire des shows du Mouvement John Frum organisés pour les touristes à Tanna. Et finalement,

« Cargo’s secret […] is also the secret of modern desire itself […] unrequited, undying and never-ending » (Lindstrom p.184)

Haut de page

Bibliographie

Davenport William and Gülbün Çoker, 1967. The Moro Movement of Guadalcanal, British Solomon Islands Protectorate, Journal of Polynesian Society, 76:2, pp.123-176.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/7401/img-1.png
Fichier image/png, 325k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Rallu, « Compte rendu de Kago, Kastom and Kalja: The Study of Indigenous Movements in Melanesia Today, de Marc Tabani et Marcellin Abong (eds) », Le Journal de la Société des Océanistes, 141 | 2015, 355-357.

Référence électronique

Jean-Louis Rallu, « Compte rendu de Kago, Kastom and Kalja: The Study of Indigenous Movements in Melanesia Today, de Marc Tabani et Marcellin Abong (eds) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 141 | juillet-décembre 2015, mis en ligne le 03 janvier 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/jso/7401

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Rallu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page