Navigation – Plan du site
Dossier Urbanisation en Mélanésie

Is Music a “Safe Place”? The Creative and Reactive Construction of Urban Youth through Reggae Music (Port Vila, Vanuatu)

Le reggae, remède contre la marginalisation ? Construction de la jeunesse urbaine à travers la musique (Port-Vila)
Monika Stern
p. 117-130
Traduction(s) :
Le reggae, remède contre la marginalisation ? Construction de la jeunesse urbaine à travers la musique (Port-Vila)

Résumés

Une urbanisation et un développement industriel rapides de Port-Vila, capitale du Vanuatu, ont fait émerger certaines formes de pauvreté et de fragilité sociale. Ces changements se reflètent dans les pratiques musicales urbaines, devenues essentielles dans la vie de nombreux jeunes. Ils utilisent la musique pour faire face à leur propre marginalisation. Plusieurs associations procurent l’accès facile à des instruments, à des cours et à des studios de répétition. La musique comporte des aspects éducatifs et est un moyen de socialisation au-delà des frontières sociales et culturelles. Elle créé des liens entre les musiciens, qui enrichissent ou remplacent d’anciens liens communautaires et de parenté. Enfin, la musique offre la possibilité d’une expression publique, de revendications pacifiques, de rêves de liberté, etc. Étudier ces rôles musicaux comme une forme d’action de la jeunesse peut éclairer de nombreux aspects de la vie de ces jeunes dans la ville de Port-Vila d’aujourd’hui.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Music as a “way out”?
The life of young people in the settlements and their marginalization
Music as a “safe place”
The building of new “communities”: networks
Creating musicians’ networks
Institutionalizations: music festivals, studios, associations
Music as the political voice of youth
Musicians against the “system”
Music: a “peaceful revolution”?
Conclusion

Aperçu du début du texte

For more than a decade, the growth of economic and industrial development in Port Vila has been widening the gap between the capital and rural parts of the Vanuatu archipelago. Despite the fact that it is in town, among Port Vila’s 45,000 or so inhabitants, that the greatest economic inequalities and signs of poverty are found (Simeoni, 2009: 290), the city continues to attract young people from rural areas of Vanuatu.

The capital’s inhabitants are predominantly Melanesian, ni-Vanuatu. Less than 10% of the population is of foreign origin, but the majority of private sector investments are in the hands of foreigners (National Population and Housing Census, 2009: 27). However, in recent years, with the emergence of a certain local middle-class, ni-Vanuatu have been embarking on their own private enterprise projects. Since the early 2000s, the technological development of the city has provided attractive musical activities such as concerts, festivals, nightclubs, and organisational stru...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monika Stern, « Is Music a “Safe Place”? The Creative and Reactive Construction of Urban Youth through Reggae Music (Port Vila, Vanuatu) », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 117-130.

Référence électronique

Monika Stern, « Is Music a “Safe Place”? The Creative and Reactive Construction of Urban Youth through Reggae Music (Port Vila, Vanuatu) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7852 ; DOI : 10.4000/jso.7852

Haut de page

Auteur

Monika Stern

amu, cnrs, ehess, credo, Marseille, France monika.stern@pacific-credo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page