Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Esprits incarnés : Planches votives du golfe de Papouasie de Virginia-Lee Webb (ed.)

Nicolas Garnier
p. 366-367
Référence(s) :

Webb Virginia-Lee (ed.), 2015. Esprits incarnés : Planches votives du golfe de Papouasie, avec essais de Victor Teicher, Virginia-Lee Webb, Robert L. Welsch et Thomas Schultze-Westrum, Milan, 5 continents, Beaux livres, 355 p., bibliogr., ill.

Texte intégral

1Il est toujours très réjouissant d’avoir entre les mains une somme récente sur des objets du Pacifique. En particulier lorsque cet ouvrage concerne des objets célèbres mais pas toujours bien connus. L’ouvrage publié par Virginia-Lee Webb, avec des contributions de Robert Welsch (qui signe deux essais) et du collecteur Thomas Schultze-Westrum, appartient à cette catégorie d’ouvrages très attendus. Dire que les objets qui sont au cœur de cette publication sont mal connus serait pourtant en partie faux. Les planches votives de la région du Golfe de Papouasie font partie des objets les mieux étudiés et les mieux documentés de la région. De nombreux ouvrages leur ont été consacrés et certains font figure de pionniers des publications sur l’art océanien (comme le catalogue de la première exposition organisée par Douglas Newton au Museum of Primitive Art de New York en 1961) ou la plus expérimentale publication commune d’Ulli Beier et Sir Albert Maori Kiki en 1971 qui alors était une des premières tentatives d’interprétation d’arts du Pacifique par un habitant du Pacifique. Plus récemment, Robert Welsch et Virginia-Lee Webb, avec la participation de Sebastian Hahara, ancien conservateur au département anthropologie du National Museum and Art Gallery de Port Moresby, ont publié un bilan sur les publications et les connaissances sur cette région de Papouasie, région qui comme le rappelle Virginia-Lee Webb dans l’introduction de la publication de 2015 est une la région de Papouasie Nouvelle-Guinée la mieux connue avec celle du Sepik. On pourrait d’ailleurs noter que pour la région du Golfe, comme pour celle du Sepik, l’abondance de publications et des synthèses n’épuise jamais le sujet et chacune d’entre elle, en même temps qu’elle apporte des éclairages nouveaux, soulève autant de questions originales. Pourtant ce récent opus apporte des informations inédites sur l’art du Golfe, aussi bien par sa méthode (se concentrer sur un seul type d’objets) que par le corpus rassemblé qui permet de publier un grand nombre de pièces peu connues.

2L’ouvrage débute par une série de six essais avant de devenir un catalogue présentant une sélection de 136 planches sculptées, dont l’essentiel (quatre-vingt-dix-neuf) provient de la collection Tomkins. Ainsi cet ouvrage, tout autant qu’il présente une réflexion sur les planches votives du Golfe de Papouasie, est aussi un catalogue de la collection Tomkins dont ce livre présente les exemples les plus remarquables. Ceux-ci sont accompagnés d’autres exemplaires conservés dans des collections publiques à travers le monde (Cambridge, British Museum, Metropolitan Museum of Art, Saint Louis Museum, De Young Museum à San Fransisco, National Gallery de Canberra). Le catalogue est divisé en huit sections géographiques suivant la côte du Golfe d’Est en Ouest (de la région Elema jusqu’à la lointaine zone Kiwai située aujourd’hui dans la Western Province), en suivant le parcours qu’avaient empruntés les premiers collectionneurs d’objets du Golfe. Dans le catalogue, les auteurs présentent les principaux types de planches, parfois accompagnées de courtes notices, la plupart de ces dernières analysant des points stylistiques ou offrant des informations concernant les modalités de leur collecte. La qualité des illustrations y est particulièrement remarquable, le grand format de l’ouvrage met en valeur les détails et la puissance visuelle de ces œuvres. On se demande parfois pourquoi certains types de planches ne sont pas ou peu représentés. Les grandes planches ajourées de Kerewa y sont ainsi notablement absentes. On peut aussi regretter que les planches présentant l’amorce de jambages détourés ne soient illustrées dans l’ouvrage que par deux œuvres seulement tandis que les mêmes auteurs en avaient présenté des exemples plus particulièrement spectaculaires dans l’ouvrage qu’ils avaient publiés à l’occasion de l’exposition du Dartmouth College.

3Les illustrations de cet ouvrage, comme souvent pour les Éditions 5 continents, en représentent un des attraits principaux. Elles permettent de réunir un très grand nombre d’œuvres souvent confrontées à des photographies de terrains dont certains sont déjà bien connues (comme les photos prises par Paul Wirz ou celles déjà iconiques de Lewis souvent publiées). Parmi les photos venues contextualiser les objets, figurent les très nombreuses photos de Thomas Schultze-Westrum qui, quoique postérieures à la Seconde Guerre mondiale, présentent encore les planches votives dans le contexte de grandes maisons et aussi de maisons modernes, lieux dans lesquelles ces objets étaient soit stockés soit présentés aux étrangers en vue, sans doute, d’y être vendus.

4Les quatre contributions de Virginia-Lee Webb (à qui on doit l’introduction et une étude sur les campagnes photographiques) et de Robert Welsch (sur l’histoire des collectes et sur l’interprétation des planches votives) reprennent de manière plus détaillée des essais déjà publiés en 2006 dans le catalogue du Dartmouth College. La contribution de Thomas Schultze-Westrum, l’un des derniers collecteurs de planches anciennes en 1965, y apporte une note assez originale.

  • 1 Pour information, l’University of Papua New Guinea vient de republier certains de ses textes les pl (...)

5Il faut souligner la considérable érudition des contributions de Virginia-Lee Webb et Robert Welsch sur l’histoire de la photographie et des collectes d’objets dans cette région de Nouvelle-Guinée. On s’aperçoit à la lecture de ces essais que les premiers collecteurs et les premiers photographes sont bien souvent les mêmes personnes. Les auteurs apportent des informations détaillées sur le rôle des missionnaires de la London Missionary Society. Ils furent les premiers à entreprendre des collectes d’objets et à prendre des photographies. Peu après, il y a bien sûr Alfred Haddon mais aussi sa fille Kathleen qui accompagna son père lors de son dernier voyage en Nouvelle-Guinée. Cette dernière a ainsi effectué une série de clichés remarquables. Les deux auteurs apportent des précisions sur les travaux du finlandais Gunnar Landtman bien connu pour ses travaux sur le Kiwai, sur la partie la plus occidentale de la région (on peut d’ailleurs se demander s’il était vraiment légitime d’insérer les travaux de Landtman au sein d’un corpus sur les cultures du Golfe de Papouasie), sur ceux du suisse Paul Wirz, mais aussi de collecteurs moins fameux comme William Patten, Paul de Rautenfeld, E.W. brandes ou John W. Vandercook. Trois personnalités se détachent en tant que collecteurs et photographes. L’ancien élève de Franz Boas, Alfred Buell Lewis, assistant curator au Field Museum de Chicago, séjourne dans la région du Golfe de février à juin 1912. Il en rapporte une des collections les plus spectaculaires qui soit. Virginia-Lee Webb décrit les progrès rapides de Lewis dans l’usage des techniques photographiques et les témoignages irremplaçables qu’il rapporte alors sur les planches sculptées photographiées dans l’obscurité des maisons longues de la région. Après la Première Guerre mondiale, l’ethnologue australien F. E. Williams collecte des objets, photographie de nombreux objets (dont les inoubliables masques qu’il immortalise dans la région Elema)1. À peu près à la même époque l’aventurier et génial photographe Frank Hurley rapporte lui aussi des collections (aujourd’hui à l’Australian Museum de Sydney) et de nombreux clichés.

6L’essai de Thomas Schultze-Westrum développe une réflexion sur la forme ovale des planches votives et leur relation avec le monde surnaturel. Quoique nourri par de nombreuses références bibliographiques aussi précises que judicieuses, l’article vaut surtout par les informations de terrain livrées par l’auteur. Celui-ci y évoque les conditions dans lesquelles beaucoup des objets présents dans le catalogue ont été collectées. Il publie de multiples commentaires d’informateurs qui quoique relativement récentes éclairent et apportent des perspectives nouvelles aux interprétations collectées plus anciennement par Haddon, Lewis, Wirz, Williams ou Kiki.

7L’ouvrage publié par Virginia-Lee Webb appartient incontestablement à la catégorie des « beaux livres ». Sa mise en page et ses photographies exemplaires mettent en valeur un corpus d’objets représentatifs de cette région de Papouasie Nouvelle-Guinée. Les essais sont également d’une grande richesse et d’une grande précision. Les seules remarques qu’on puisse lui faire concernent l’accent mis sur une collection particulière, au risque de faire du livre un argument commercial. Quant aux essais, certains d’entre eux reprennent les essais déjà publiés en 2006, tout en leur donnant une ampleur et une richesse nouvelle.

Haut de page

Bibliographie

Beier Ulli et Albert Maori Kiki, 1970. Hohao: The Uneasy Survival of an Art Form in the Papuan Gulf, Sydney, Thomas Nelson.

Douglas Newton, 1961. Art Styles of the Papuan Gulf, New York, The Museum of Primitive Art.

Welsch Robert L., Virginia Lee Webb et Sebastian Hahara, 2006. Coaxing the Spirits to Dance: Art and Society in the Papua Gulf of New Guinea, Hanover, Hood Museum of Art, Dartmouth College.

Williams Francis E., 2015 (ed. or., 1928). Orokaiwa Magic, Port Moresby, University of Papua New Guinea Press and Bookshop, 231 p.

Haut de page

Notes

1 Pour information, l’University of Papua New Guinea vient de republier certains de ses textes les plus importants (Williams, 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Garnier, « Compte rendu de Esprits incarnés : Planches votives du golfe de Papouasie de Virginia-Lee Webb (ed.) », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 366-367.

Référence électronique

Nicolas Garnier, « Compte rendu de Esprits incarnés : Planches votives du golfe de Papouasie de Virginia-Lee Webb (ed.) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7864

Haut de page

Auteur

Nicolas Garnier

musée du quai Branly-Jacques Chirac, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page