Navigation – Plan du site
Actes et actualités

Cinéma des Océanistes et Conférences de la SdO

p. 375

2 février 2017: cinéma

Mélanie Dalsace : Beauté Fatale

Qu’est-ce que la beauté ? Ses canons ne sont pas les mêmes dans toutes les cultures ou à toutes les époques. À Wallis-et-Futuna, on aime avant tout sourires et rondeurs. Les femmes doivent être fortes et bien portantes, signes de richesse et de générosité. Autrefois, cela n’impliquait pas l’obésité. Aujourd’hui sédentarité et produits alimentaires importés entraînent un excès de poids et des morts précoces. Comment alors garder sa culture et se tourner vers une alimentation plus équilibrée ?

20 avril 2017 : cinéma-conférence

Monika Stern : Ce que le reggae fait au Vanuatu. Perspectives d’un web documentaire

Pourquoi devient-on musicien à Port-Vila ? L’urbanisation croissante de la capitale du Vanuatu a généré d’importants changements de comportements et de points de repères pour ses habitants. Les pratiques musicales, notamment celles du reggae, sont devenues primordiales dans la vie de beaucoup de jeunes. La musique, facilement accessible, représente pour les jeunes les plus défavorisés un remède contre l’ennui, souvent le seul moyen d’expression, de valorisation de soi et de lutte contre la marginalisation. Mais le reggae de Vanuatu est aussi pratiqué par les classes moyennes émergentes, c’est un espace commun d’expression et de revendication.

À travers les extraits du web documentaire Paroles des musiciens – témoignages de Port-Vila et le parcours de quelques musiciens, cette présentation s’interrogera sur le(s) sens de la pratique musicale pour les habitants de Port-Vila.

15 juin 2017 : cinéma

Mehdi Lallaoui : La tête d’Ataï

En 1878 éclate en Nouvelle-Calédonie la grande insurrection kanak dont l’un des principaux instigateurs était le grand chef Ataï. Ce dernier sera tué en septembre 1878 et sa tête envoyée en France dans

un bocal de formol avec celle de son « sorcier ». Étudiée et exhibée un premier temps (en 1879) par le célèbre professeur Broca, la tête fut dite disparue des inventaires des musées français pendant quelques décennies. Pendant ce temps, les descendants d’Ataï et les nationalistes kanak n’ont cessé de réclamer le retour de la tête de leur ancêtre, longtemps en vain. En juillet 2011, on annonce avoir retrouvé le crâne d’Ataï au Muséum national d’histoire naturelle au Jardin des Plantes, dans les réserves entreposées là pendant les travaux de restauration du musée de l’Homme, réserves qu’il n’avait en fait jamais quitté. Ainsi, en ce début du 21e siècle, la mémoire jamais éteinte du grand chef Ataï rejaillit du passé. Ce film retrace l’histoire tant d’Ataï que du périple de son crâne.

16 novembre 2017 : cinéma

A. Bernstein (réalisateur). Nelly Gillet (présentation/traduction) : Quant il partit pour le Sud/When the Man Went South

Quand il partit pour le Sud suit le parcours d’un pêcheur tongien nommé Chauve-Souris qui, à la demande de Baleine-qui-Chante, le chef du village, quitte le nord de son île pour partir à la découverte des mystères du monde tout en cherchant ses propres limites. Durant son périple, Chauve-Souris rencontre deux villages ennemis et entreprend de jouer les médiateurs pour apaiser leurs discordes. À son retour, il doit mettre à profit les leçons tirées de ses récentes expériences pour sortir son village d’une situation périlleuse.

Récit jubilatoire, filmé sur la pittoresque île d’Eua, Quand il partit pour le Sud est le tout premier film intégralement tourné en langue tongienne dans le Royaume de Tonga. Il offre à la fois voyage initiatique, comédie aux profondeurs subtiles et récit universel sur le courage et la quête de la sagesse.

21 décembre 2017 : cinéma-conférence

Jean Masson : La vie Heureuse. Avec présentation de Ricardo Pineri

Peintre de formation, né à Boulogne-sur-Mer, Jean Masson (1914-1973) arrive à Tahiti à la fin des années 1930 grâce à une bourse de voyage. Après un séjour aux Etats-Unis, il s’installe à Punaauia puis à Hapape et participe aux nombreuses manifestations artistiques qui commencent à se succéder à Tahiti. Tourné en 16mm dans les années 1950, La Vie Heureuse se veut un hommage au monde polynésien. Filmé sur la côte est de Tahiti entre Mahina et la baie de Papenoo, ce film fait partie des riches et rares documents de la rencontre entre le cinéma et les mers du Sud.

Appel pour les Conférences et le Cinéma de la SdO (année 2018)

La Société des Océanistes au musée du quai Branly-Jacques Chirac poursuit en 2017-2018 le cycle de films et de rencontres consacrés au monde océanien. 

Dédiées à la diffusion des connaissances sur le Pacifique, ces séances peuvent aborder les thèmes les plus divers (littérature, anthropologie, sciences du vivant, arts, histoire, questions de société). Elles peuvent prendre la forme d'une projection de films ou de présentations s'appuyant sur des supports audiovisuels divers. Chaque séance est suivie d’échanges et de discussions entre le public, le réalisateur, intervenant ou discutant invité.

Ce programme se déroule le jeudi, une fois par mois ou tous les deux mois, dans la salle de cinéma du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, de 18h à 20h. 

Si vous souhaitez présenter un film et/ou conférence, merci de nous envoyer une proposition comprenant vos noms et adresse email, le titre et le résumé du film aux adresses suivantes : cineconf.sdo@gmail.com et sdo@quaibranly.fr.

*

Les séances de cinéma ont lieu dans la salle de cinéma et les conférences dans l'atelier 1, au musée du quai Branly de 18 h à 20 h (entrée libre dans la mesure des places disponibles).