Navigation – Plan du site
Actes et actualités

Assemblée générale 2017 : bilan exercice 2016

p. 369-374

L’assemblée générale, qui a fait le bilan de l’exercice 2016, s’est tenue le mercredi 5 avril de 10h00 à 12h30 dans la salle de cours 2 au musée du quai Branly - Jacques Chirac. Huit adhérents étaient présents, dont cinq membres du conseil d’administration. Philippe Peltier, après avoir remercié les présents, annonce qu’en l’absence de plusieurs membres du bureau, il présentera rapidement à la demande de leurs auteurs, les rapports sur l’état financier, les publications et le site internet.

Rapport moral de l’exercice 2016 – Philippe Peltier, secrétaire général

La Société des Océanistes n’échappant pas au cycle naturel de la vie et des saisons, le début de l’année a été marqué, suite à l’Assemblée générale, par le renouvellement du Conseil d’Administration et du bureau. À Emmanuel Kasarhérou a échu la lourde tâche d’être président qui, dès son élection, s’est impliqué avec sagesse et ardeur dans la vie de la Société. Emmanuel Kasarhérou remplace donc Maurice Godelier qui reste des nôtres comme vice-président et que nous voudrions remercier ici pour son engagement pendant plusieurs années auprès de la Société. Qu’il me soit aussi permis de remercier l’ancien conseil et son bureau pour le travail effectué et de dire à chacun le plaisir de travailler ensemble afin que vive la Société et qu’elle continue à contribuer au rayonnement de la recherche française sur le Pacifique et la connaissance de ses mondes.

Quant au conseil d’administration, il compte un nombre important de nouveaux membres dont plusieurs jeunes chercheurs. Ce rajeunissement est aussi remarquable qu’il est réconfortant. Il traduit un dynamisme de la recherche sur le monde océanien et, s’il en fallait une preuve, la reconnaissance internationale de notre revue, de nos publications et de nos activités tout en étant, je l’espère, un heureux présage pour l’avenir de la Société.

Ce rajeunissement s’est déjà retranscrit dans les faits. Dès leur entrée en fonction, plusieurs des membres du conseil se sont proposé pour gérer certains champs. Ainsi le site de la Société a été repensé, rajeuni sous la houlette de Sébastien Gaillot ; une page facebook a été créée et est gérée par Marie Durand. On mesure parfois mal la somme de travail que ces refontes nécessitent. Et pourtant le site internet autant que la page facebook sont des outils indispensables à notre rayonnement. Nous espérons que par ces deux canaux la communication entre les membres de la société sera facilitée. Penser à l’avenir ne doit cependant pas faire oublier le passé. Le classement des archives de la SdO s’est poursuivi. Nous avons effectué un premier tri suivant l’ordre de classement qui nous a été transmis par le service des archives du musée du quai Branly – Jacques Chirac. Dans les mois à venir, il nous reste à vérifier et peaufiner ce premier classement. Puis, nous verserons nos archives au service du même nom du musée afin que celles-ci soient non seulement préservées mais consultables. Elles restent bien évidemment la propriété de la Société et seront gérées comme le sont toutes les archives privées.

Nous avons appris, il y a quelques semaines, la disparition de Jean Monnin. Jean Monnin a été membre du conseil d’administration de la Société. Il a publié dans le Journal de la Société des Océanistes en 1987 un article sur les pétroglyphes de Nouvelle-Calédonie dont il était devenu un spécialiste. Il faisait partie de ces passionnés dont le travail amateur au départ s’impose au fil des ans comme un travail de référence : il publia avec Christophe Sand les résultats de dix ans de recherches inlassables dans un ouvrage intitulé Kibo, le serment gravé. Essai de synthèse sur les pétroglyphes calédoniens.

Enfin, comme chaque année, il m’est agréable de rappeler que la Société, grâce à l’implication de plusieurs de ses membres dont l’infatigable et énergique responsable des publications, Isabelle Leblic, a été présente dans plusieurs événements dont le festival de Rochefort, et à la librairie mise en place pendant quelques jours par la Délégation de la Polynésie française. Enfin, nous avons appris récemment que le film Paroles de tapa avait été sélectionné au prochain fifo (2017), dans la catégorie « Hors compétition ».

Toutes ces activités prouvent que notre société se montre dynamique et entreprenante. Et ceci en grande partie grâce aux membres de son conseil. Qu’ils en soient ici tous remerciés. Malgré tout, nos résultats ne sont pas cette année à la hauteur puisque nous enregistrons un léger déficit financier car nous avons mis sous presse plusieurs publications qui ne sont pas encore amorties puisque cela se fait sur plusieurs années.

Rapport accepté à l’unanimité des présents.

Rapport financier de l’exercice 2016 – Sarah Mohamed-Gaillard

Tableau 1. – Bilan de l’exercice 2016

Recettes

Dépenses

Cotisation membres

5 680,00

jso 142-143

7 712,30

Abonnements jso

7 676,70

Publications

5 208,41

Ventes jso au n°

483,73

Frais d’expéd jso 142-143

1 099,01

Bouquet Cairn

3 478,67

Frais d'expédition hors jso

689,54

Ventes publications

7 265,33

Frais financiers

403,20

Ventes Openbook**

1 051,68

Salaire secrétaire

10 241,87

Subventions film Tapa

1 591,00

Charges sociales

6 349,00

Remb. Frais d’expéd.

726,90

Frais de bureau… dont Maif

651,08

Subventions cnl jso

2 970,00

Droits d’auteurs 2016

491,09

Subventions cnrs jso

1 500,00

Divers

174,96

Subvention amu jso

2 280,00

Frais Expé. Publi Imp

123,86

Droit diffusion dvd

250,00

Participation montage dvd Ataï

2 000,00

Vente dvd

1 637,67

Dons et Droits d’auteurs Gallimard

164,50

Total

34 135,65

Total

35 144,32

Solde : - 1 008,67 €

Position des comptes : ccp (03/01/17) = 14 270,54 € (la facture du jso 142-143 reste à payer sur cette somme) ; Livret a = 21 751,00 € ; Portefeuille = 40 672, 24 €

Tableau 2. – Budget prévisionnel pour l’exercice 2017

Recettes

Dépenses

Cotisations membres

6 000

jso 144-145

9 000

Abonnements jso

6 500

Publications

5 000

Subventions cnl jso

2 900

Salaire secrétaire

10 200

Subventions cnrs jso

1 500

Charges

6 500

Ventes jso au n° + droits de copie

1 000

Frais d’expéd jso

1 100

Bouquet Cairn

3 000

Frais d'expédition autres

750

Ventes publications

9 000

Frais financiers

200

Ventes publi Openbook 2015-16

2 500

dvd Ataï

900

Ventes dvd (n°1, 2, 3)

1 200

Frais de bureau dont Maif

500

Remb. Frais d’expéd.

500

Droits d’auteurs

500

Divers

300

Divers

200

Total

34 400

Total

34 850

Au terme de l’année 2016, le bilan financier de la SdO est déficitaire sans qu’on puisse pour autant conclure à une gestion déséquilibrée : les dépenses sont moins importantes que l’année dernière mais certaines recettes sont en recul. Les cotisations ont progressé (+5). Mais les abonnements continuent leur recul (voir rapport I. Leblic).

Notons que la subvention cnrs se maintient (1500 €) et celle accordée par le cnl augmente (2 970 € en 2016 contre 2 500 € en 2015).

Le ministère de la Culture a versé le reliquat de la subvention de 10 000 € accordé au documentaire Paroles de tapa dont le dvd se vend bien et dont on peut espérer de nouvelles ventes suite à sa sélection au fifo 2017. Paroles de tapa a ainsi généré 1863,67 € de recettes dont 1 613,67 € pour les ventes et 250 € en droit de diffusion.

La SdO a davantage dépensé que l’année dernière pour les publications mais elle a davantage publié : deux « dossiers » et une « petite histoire ». Le volume double du jso est plus économique à tout point de vue que deux volumes simples. Les frais de fonctionnement se maintiennent globalement.

Notons que 2 000 € de dépenses sont liés à la participation aux frais de montage du documentaire Ataï qui n’est pas encore fini et qui n’a donc pas pu engendrer de recettes en 2016. Si les dépenses sont liées à 2016, les recettes devraient être créditées au bilan 2017.

L'importance de la somme avancée au titre des frais financiers s’explique par un contentieux avec la Banque postale : la Banque Postale nous a signalé que des chèques déposés lors d’une remise de chèques effectuée en février 2016 avaient été crédité une seconde fois lors d’une remise de chèques déposée en mai 2016. Il semble que les chèques déposés en février aient été par erreur gardés à la Poste où j’ai effectué le dépôt puis aient été retraités en mai. Après deux recours déposés auprès de la Poste, nous n’avons aucun moyen de vérifier les explications de la Banque postale puisque sur le relevé de compte de mai, la remise de chèque ne précise que la somme globale sans faire mention du détail des chèques (ce qui est habituel lorsque le déport est fait via la borne électronique). Un troisième courrier est en préparation.

Rapport accepté à l’unanimité des présents.

Rapport sur le jso, les Publications et les dvd – Isabelle Leblic

Rapport sur le jso

Une grande nouvelle cette année qui va soulager grandement la tâche de notre secrétaire générale adjointe chargée des Publications de la SdO et rédactrice en chef du jso. Fin novembre 2016, nous avons obtenu du cnrs inshs un poste de secrétaire de rédaction à mi-temps mutualisé avec le lacito selon la procédure cnrs dite Noemi, c’est-à-dire en mutation interne. Isabelle Leblic en compagnie d’Alexandre François, directeur actuel du lacito , a auditionné une candidate le 14 décembre dernier qui a donné toute satisfaction et qui a donc été recrutée. Il s’agit de Madame Raphaëlle Chossenot, ie, qui prendra ses fonctions au 1er avril prochain (et ce n’est pas un poisson d’avril !).

Nous avons conservé cette année nos subventions cnrs et cnl, avec une augmentation notable de la part du cnl, pour un montant total de 4 470 €, avec le même montant qu’en 2015 pour le cnrs, soit 1 500 € et 2 970 € contre 2 500 € en 2015 pour le cnl. Si ces subventions nous sont indispensables pour fonctionner, elles ne nous permettaient pas l’embauche d’un(e) secrétaire de rédaction qui nous a fait tant défaut depuis toujours et qui a impliqué une charge de travail extrêmement lourde pour la rédactrice en chef. Cairn va nous rapporter cette année encore environ 3 000 €, ce qui n’est pas négligeable et vient largement contrebalancer les baisses d’abonnements que nous avons pu connaître ces dernières années.

Le nombre d’abonnés institutionnels se maintient globalement : 91 en 2016, face à 103 abonnés en 2015, 110 en 2014 et 114 en 2013. La légère baisse est largement compensée par notre participation aux bouquets des revues en ligne. Le nombre de cotisations par contre est en légère augmentation cette année : 115 contre 110 en 2015 et 111 en 2014. Il faut noter par contre la baisse du nombre de cotisations étudiantes : 4 en 2016 pour 16 en 2015 et 10 en 2014. Notons que 85 de nos membres sont en France métropolitaine, 21 dans les territoires d’outremer et 9 à l’étranger.

Pour l’année 2016, un seul volume double (n°142-143) a été réalisé, coordonné pour le dossier principal par Aurélie Condevaux, Géraldine Le Roux et Laura Schuft, qui est paru le 23 décembre 2016. Il comporte 334 pages, dont 170 pages pour le dossier Du corps à l’image. La réinvention des performances culturelles en Océanie, qui comprend en plus de son introduction 9 articles, dont 4 en anglais (58 pages). Suit un mini-dossier sur “Les objets « van Grecken ». De bien ténébreuses affaires”, coordonné par Philippe Peltier (30 pages, dont 14 pages en anglais). Cinq articles en varia viennent compléter ces deux dossiers avec un total de 86 pages (tout en français). Onze comptes rendus d’ouvrages complètent ce volume (26 pages). Comme les précédents depuis trois ans, ce volume est tout en couleur avec une illustration sur la couverture.

Plusieurs dossiers sont en cours ou prévus pour les années à venir, qui seront sans doute des numéros doubles en raison du nombre d’articles proposés : Urbanisation en Mélanésie (jso 144-145, 2017) ; Sepik (2018), etc.

Depuis trois ans que nous avons été sélectionnés par Cairn pour être sur la version anglaise de leur site, avec une révision des abstracts et la traduction des titres en anglais pour les articles en français, nous tenons à faire nos introductions de dossier en français et en anglais, cette dernière n’étant présente que sur la version en ligne, de façon à avoir une meilleure visibilité à l’international, sans augmenter nos frais d’impression et d’envoi des versions papier de la revue.

Nous n’avons pas vendu de collections complètes cette année, et peu vendu les numéros puisque nous enregistrons 438,73 € de ventes au numéro contre 1 198,20 € l’an passé, ce qui peut paraître inquiétant si l’on ne parvient pas à inverser la tendance.

Rapport sur les publications

Notre espace éditeur Société des océanistes sur Openedition (http://books.openedition.org/sdo/), ouvert en décembre 2012, avec la mise en ligne de 19 publications, compte donc aujourd’hui 32 volumes dans la collection « Publications » (sur 51 existants au total), les 2 volumes de la collection « Travaux et documents océanistes », 4 dossiers nouvelle formule sur les 4 existants, dont 2 publiés en 2016, 3 publications « Hors séries », soit au total 41 volumes accessibles sous différents formats (pdf, epub, etc.) gratuitement ou à l’achat (d’autres sont à venir). Nous vous encourageons à découvrir et à faire connaître ce nouvel espace éditeur sur lequel nous devons mettre en ligne deux nouvelles publications par an, contrat respecté pour 2014 et en 2016. Mais Openbooks ayant refusé la mise en ligne de la collection « Petites histoires » (acceptée dans un premier temps, mise en ligne puis retirée), nous n’avons pu remplir totalement notre contrat.

Nous avons reçu d’Openbook la somme de 1 051,68 €, à valoir sur un total de 3 505,26 € HT de revenus nets qui se décomposent de la façon suivante : Bibliothèques et institutions : 2 893,19 € HT ; Librairies : 612,07 € HT. On peut signaler que nos ventes sont en progression.

La finition du volume 2 de la collection « Petites histoires » d’Océanie par Hélène Guiot et Catherine Bayle qui devait être mis sous presse en juin 2015 a pris du retard et été mis sous presse en février 2016. Et, suivant la décision prise de préparer des publications en lien avec les expositions à venir, le Dossier sur les tiki préparé par Hélène Guiot et Marie-Noëlle Ottino-Garanger également en retard, a été mis sous presse en juillet, malheureusement une fois l’exposition Matahoata, Arts et Société aux îles Marquises (musée du quai Branly-Jacques Chirac) achevée. Auparavant, nous avions publié en février 2016, le volume 3 proposé spontanément par Jacques Bayle-Ottenheim sur Gauguin à Hiva Oa qui est paru à temps pour l’exposition Marquises et que nous avons bien vendu à cette occasion (36 à la seule librairie du mqb sur 116 vendus).

Rapport sur les dvd

Pas de nouveaux dvd en 2016, nous sommes toujours dans l’attente de la version finalisée de Mehdi Lallaoui sur Ataï. Nous avons vendu 157 dvd Paroles de tapa et 12 dvd Nos ancêtres kanak à Paris. Le documentaire Paroles de tapa a en outre été sélectionné dans la catégorie « Hors compétition » du fifo 2017.

Ventes publications

Nos ventes d’ouvrages papier ne cessent d’augmenter puisque nous avons commercialisé un nombre important d’ouvrages (640 contre 361 en 2015 et 310 en 2014), notamment en liaison avec le troisième salon de Rochefort Pacific 2016. Toutes publications confondues, nous avons enregistré un montant total de ventes de 7 265,33 € (nous sommes donc revenus au montant des ventes de 2013 après une légère baisse en 2014). À ces 640 ventes papier, il faut ajouter les revenus d’Openedition pour un montant total de plus de 3 500 €.

86 ventes via Openbook de livres sous formats électroniques ont été réalisées à des libraires comme Amazon ou autres (et cela sur les trois premiers trimestres, le dernier de l’année n’étant pas encore disponible en ligne). Par comparaison, l’année dernière, nous avions vendu aux libraires via Openbook 63 titres (et 66 en 2014, première année du site). Quant aux ventes institutionnelles, nous en avons enregistré 41 pour les trois premiers trimestres de 2016 contre 39 en 2015 (et 421 au total depuis l’ouverture de notre site Openbook). Nos ventes de formats électroniques via Openbook sont donc en progression. Il semble donc que les revenus perçus cette année ne correspondent pas aux données des ventes annuelles. Il y a sans doute là un décalage que nous devrons vérifier.

Notre meilleure « vente papier » cette année n’est plus Tahiti aux temps anciens avec 116 ventes qui est égalée par Gauguin aux Marquises. Hiva Oa (1901-1903) et est largement dépassée par Taikahano qui enregistre 153 ventes. Cela confirme que les meilleures ventes sont généralement les nouveaux ouvrages plutôt grand public.

Conclusion

On peut donc dire que notre activité Publications se porte plutôt bien puisque toutes nos ventes sont en progression. Si les revenus ne sont pas autant en augmentation, c’est sans doute dû au fait que nos dernières publications sont des petits ouvrages qui se vendent entre 11,50 et 15 €.

Rapport accepté à l’unanimité des présents.

Cinéma et Conférences – Jessica De Largy Healy et Aurélie Condevaux

Les séances de cinéma fonctionnent bien dans l’ensemble, leur maintien est prévu tous les deux mois. Trois séances sont déjà programmées pour 2017. Malgré tout l’intérêt que présentent les conférences, celles-ci fonctionnent peu dans leur format actuel. Il est convenu d’en diminuer la fréquence et de faire un ou deux essais durant la prochaine année, comme une manifestation plus « grand public » et voir ainsi si un autre format conviendrait mieux.

Programmation de 2016

  • 28 janvier : Conférence « Symboles culturels et symboles chrétiens en Océanie » par Gilles Vidal, maître de conférences en histoire du christianisme à l’époque contemporaine à l’Institut protestant de Théologie - Faculté de Montpellier, Université Paul-Valéry Montpellier 3, crises ea 4424.

  • 11 février : Conférence « Le ciment de nos ancêtres. Evénements et destin commun en Kanaky - Nouvelle-Calédonie » par Héloïse Rougemont, Université de Genève fpse

  • 31 mars : Cinéma Wairoa, Maori Film Festival. Débat en présence de Deborah Walker Morrison, membre du Maori Film Festival, venue en France pour Rochefort Pacific 2016 grâce au fonds Pacifique, et Isabelle Leblic. Séance consacrée à la présentation de courts-métrages maori contemporains (présentés pour la première fois en France au Festival Rochefort Pacifique 2015) : Tohunga (2013, 8 min), réalisation Rebecca Collins ; Ahi Ka (2014, 15 min, production Jillian White), réalisation Richard Curtis ; Uru (2010, 15 min, production Hiona Henare et Ngawaeroa Maniapoto), réalisation Hiona Henare ; Pumanawa (2013, 13 min, production Tui Ruwhiu (Maori), Poata Eruera), réalisation Poata Ererua

  • 26 mai : Cinéma Paroles de Tapa un film de Hélène Guiot (Société des Océanistes, 52 min, 2015)

  • 14 octobre 2016 : Cinéma Le voyage cinématographique de Gaston Méliès dans les mers du Sud et en Extrême-Orient et Le voyage cinématographique de Gaston Méliès à Tahiti (60 min et 52 min, 2015 et 2014) de Raphaël Millet. En présence du réalisateur, d’Isabelle Leblic et de Jessica de Largy Healy.

  • 17 novembre 2016 : Conférence « Résilience socio-environnementale en situation de risque extrême. Le cas de l’atoll Tabiteuea, République de Kiribati (Micro-Polynésie) » par Guigone Camus, doctorante en anthropologie, iris/ehess.

  • 1er décembre 2016 : Conférence « L’Histoire des découvertes et le voyage autour du monde d’Etienne Marchand (1790-1792) », par Sandhya Pathel, Maître de conférences, études anglophones, U. Blaise Pascal, Clermont-Ferrand.

Appel pour les Conférences et le Cinéma de la SdO (année 2017)

La Société des Océanistes au musée du quai Branly poursuit en 2017 le cycle de conférences et de projections de film consacré au monde océanien. Dédiées à la diffusion des connaissances sur le Pacifique, ces conférences et séances de cinéma abordent les thèmes les plus divers (littérature, anthropologie, sciences du vivant, arts…). Chaque conférence et séance de cinéma, d’une durée d’une heure, est suivie d’échanges et de discussions pour une seconde heure. Ce programme se déroule le jeudi, une fois par mois, dans la salle de cinéma du musée du quai Branly, de 18h à 20h.

Rapport accepté à l’unanimité des présents.

Rapport sur le site internet 2016 – Sébastien Galliot

Suite à l’élection de Sébastien Galliot comme secrétaire général adjoint chargé du site internet, il a été décidé lors du conseil d’administration du 22 septembre 2016 de transformer le site de la Société des Océanistes afin d’en moderniser le système de navigation et de mise à jour, et de mettre sur pied un outil de communication plus efficace.

Tout en conservant ovh comme hébergeur, S. Galliot a refondu le site à l’aide de WordPress en y ajoutant un module permettant la création et la gestion d’une boutique en ligne. Les moyens de paiement n’ont pas été modifiés et peuvent être effectués à l’aide de Paypal, d’un virement bancaire ou de l’envoi d’un chèque. Ce site est opérationnel depuis janvier 2017 : www.oceanistes.org/oceanie/ et permet notamment que chaque événement relatif aux activités de la société (publication, cinéma, conférence) soit automatiquement publié en page d’accueil et relayé sur la page facebook gérée par Marie Durand.

Rapport accepté à l’unanimité des présents.

Rapport sur la page facebook – Marie Durand

Créée en octobre 2016, la page facebook de la Société des Océanistes a immédiatement suscité l’intérêt avec aujourd’hui 203 abonnés, qui reçoivent régulièrement dans leurs fils d’actualité les nouvelles de la Société. Ce nombre continue d’augmenter régulièrement bien que beaucoup plus lentement que dans les deux premières semaines de création (plus de 150 abonnés). Au nombre de 11, les publications ont été principalement orientées vers l’annonce des conférences et du cinéma des Océanistes et ont eu une portée moyenne de 163 personnes atteintes. Parmi celles-ci, 12 en moyenne ont cliqué sur la publication et 4 l’ont commentée ou partagée. Pour l’année 2017, les chantiers concernant facebook sont la traduction en anglais des annonces afin de les rendre disponibles pour nos collègues anglophones, ainsi que la mise en ligne du catalogue des publications de la SdO sous forme d’une publication périodisée (toutes les semaines par exemple).

Rapport accepté à l’unanimité des présents.

En fin d’ag, des questions diverses ont été abordées. L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 12h45.