Navigation – Plan du site
Article
Special Section: Affect and the Short Story and Cycle

The Affectivity of Music in Virginia Woolf’s
“The String Quartet”

Kuo Chia-chen
p. 129-148

Résumé

Cet article utilise la nouvelle “The String Quartet” de Virginia Woolf pour avancer que, selon Woolf, la musique n’est pas une simple distraction. La musique lui inspire non seulement une révolution de la structure formelle du langage, mais crée également un environnement de l’affect (une sensation non-humaine et dé-subjective) qui subjugue le public. Cet article s’appuiera sur la conception de l’affect de Gilles Deleuze et Félix Guattari pour démontrer la manière dont le membre du public/narrateur est pénétré par la forte affectivité de la musique, à tel point que la structure formelle est fragmentée en une multiplicité afin de traduire la musicalité. En d’autres termes, avec la forte affectivité de la musique dans “The String Quartet”, Woolf atteint la musicalité en tant que style d’écriture affectif. Ce style d’écriture ne cherche pas à étudier dans quelle mesure la fiction peut être structurée comme de la musique (comme dans la « musicalisation de la fiction » d’Huxley), mais plutôt la façon dont le contenu est transformé afin d’exprimer l’affectivité intensive de la musique alors même que la forme d’expression produit certaines propriétés non-linguistiques et pré-personnelles. Il s’agira ici de montrer que la musicalité est corrélative à l’«écriture atomique » de Woolf, que cette dernière expérimente dans cette nouvelle.

Entrées d’index

Studied authors :

Virginia Woolf

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2018.

Plan

Music and Woolf
The Affectivity of Music
Musicality as Affective Style in “The String Quartet”
Conclusion

Aperçu du texte

Music and Woolf

“All great writers are great colorists, just as they are musicians into the bargain.”
Woolf, “Walter Sickert” 199

Virginia Woolf had an intricate relationship with music. She and her sister Vanessa had some music lessons in their youth: governesses were hired to teach them how to sing and play the piano (Bell 27). Although Virginia could not play any instrument nor professionally comprehend music (Bell 149), music became her lifelong interest. From her diary entries and letters, we know she was a regular concert-goer. She often attended several music performances in a single week, and her short story “The String Quartet” was inspired by the Schubert piano quintet to which she listened in Campden Hill, on March 9, 1920 (Woolf, Diary v.2 24). When attending musical performances seemed a distraction to her literary project, gramophone became a suitable substitute. The Woolfs usually listened to it after dinner and Virginia enjoyed the “snatches of divine loveliness” (Lette...

Pour citer cet article

Référence papier

Kuo Chia-chen, « The Affectivity of Music in Virginia Woolf’s
“The String Quartet”
 », Journal of the Short Story in English, 66 | 2016, 129-148.

Référence électronique

Kuo Chia-chen, « The Affectivity of Music in Virginia Woolf’s
“The String Quartet”
 », Journal of the Short Story in English [En ligne], 66 | Spring 2016, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/jsse/1697

Auteur

Kuo Chia-chen

Kuo Chia-chen is Assistant Professor in the Department of English at Tamkang University, Taiwan. Her articles on Virginia Woolf and the philosophy of Gilles Deleuze have been published in several academic journals.

Droits d’auteur

© All rights reserved

  • OpenEdition Journals