Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Derek Collins, Magic in the Ancient Greek World

Magali de Haro Sanchez
p. 331-334
Référence(s) :

Derek Collins, Magic in the Ancient Greek World, Oxford, Blackwell Publishing, 2008. 1 vol. 15 22,5 cm, 207 p. (Blackwell Ancient Religions). ISBN : 978-1-4051-3239-8.

Texte intégral

  • 1  « Theoris of Lemnos and the Criminalization of Magic in Fourth-Century Athens », CQ51 (2001), p. 4 (...)

1Professeur de latin et de grec à l’Université du Michigan, D. C. propose une nouvelle approche des pratiques magiques auxquelles il a par ailleurs consacré trois articles1. Deux objectifs ont guidé l’A. dans son entreprise : fournir un ouvrage de référence accessible aux non-spécialistes et, en même temps, intéresser les spécialistes dans la mesure où il ouvre de nouvelles perspectives dans l’étude de la magie grecque et de ses structures.

2Intitulé Magic: What Is It and How Does It Work ?, le 1er chapitre offre une histoire des théories anthropologiques relatives à la magie telles que celles de J.G. Frazer, B. Malinowski, L. Lévy-Bruhl, E.E. Evans-Pritchard et S. Tambiah, surtout en vue de clarifier quelques concepts clés comme ceux de sympathie ou d’analogie. Dans le 2e chapitre (A Framework for Greek Magic), l’A. présente, à partir de sources littéraires, le cadre intellectuel dans lequel la magie a évolué en Grèce aux ve et ive siècles avant J.-C. Quoique circonscrite à l’époque classique (p. 27), son enquête commence par les épopées homériques, en particulier les épisodes de l’Odyssée où sont mentionnés les φάρμακα de Circé et le μῶλυ d’Hermès. Il développe ensuite les points de vue critiques de l’auteur hippocratique du traité De la maladie sacrée et de Platon, spécialement dans les Lois, la République et le Théètète. Enfin, il insiste sur la difficulté pour les modernes de cerner la magie antique, en raison de la perception différente de la « causalité », à une époque où le monde était perçu comme un ensemble incluant tant les vivants que les invisibles (divinités, démons et morts). Une fois ces principes posés, D. C. passe en revue les différents termes grecs qui désignent les magiciens (καθαρταί, ἄγυρται, μάντεις, ἀλαζόνες et μάγοι) et les pratiques magiques (μαγεία, γοητεία, ἐπῳδή), et ceux qu’une évolution sémantique rend ambigus, comme φάρμακον.

3Dans le 3e chapitre, Binding Magic and Erotic Figurines, l’A. commence par définir les défixions, leur nature, leurs supports, leurs provenances et les rituels qui les accompagnent, observant que l’idée de « lier » (δεῖν) le destinataire, qui préside au fonctionnement de la défi­xion, se retrouve dans les mythes, où l’action d’entraver les mouvements est souvent utilisée par les dieux ou par les hommes contre des divinités qu’ils ne peuvent tuer. Il concède toutefois que cette association d’idées ne peut être prouvée car, dans le cas des défixions, ce sont des mortels qui lient d’autres mortels. Il aborde ensuite quatre aspects de cette pratique : la demande d’assistance des morts ou des divinités infernales, l’utilisation de charaktères (symboles magiques), le démembrement des victimes et le recours aux figurines utilisées dans le rituel. D.C. prend soin de distinguer ces dernières des poupées vaudoues qui sont percées d’aiguilles ou de clous pour provoquer une douleur physique, et non pour lier à l’utilisateur de la formule chaque partie du corps de la personne objet du désir, comme dans les défixions.

4À la lecture du titre du 4e chapitre, Homeric Incantations, on s’attendrait à trouver des considérations sur la magie dans l’Iliade et l’Odyssée. L’A. dissipe d’emblée le malentendu en précisant qu’il étudie les vers homériques employés ultérieurement comme incantations. S’interrogeant sur les raisons du choix de ces vers dans les pratiques magiques, dans un premier temps, il se fait l’écho de la tradition rapportée par Jamblique dans la Vie de Pythagore (25, 111 et 29, 164), qui invoque le principe d’analogie entre le contexte des vers homériques et la situation qui a nécessité l’emploi de la formule magique. Pourtant, D.C. constate qu’entre le iie et le ive siècle après J.-C., la taille de la citation diminue et, avec elle, l’impor­tance du contexte. Il montre ainsi l’importance de la métaphore dans les vers choisis pour les mots particulièrement évocateurs qu’ils contiennent. Il présente également les ὁμηρο­μαντεῖα, ces traités de divination qui utilisent les vers d’Homère, dont on trouve un équivalent latin plus tardif : les Sortes Vergilianae. Quant au choix d’Homère, l’A. ne l’explique pas seulement par son rang de poète grec le plus illustre de l’Antiquité, mais aussi par le lien étroit noué entre la poésie et la divinité, et en particulier dans les épopées homériques, interprétation qu’on trouve notamment, écrit-il, chez Proclus.

5Dans le dernier chapitre, Magic in Greek and Roman Law, id’assistafin une époilet l ctiohore ,époque où le monde étaompacons/span>]. Qudiles veue j éassérairtre aints que luteflesoù lt, ortance utefour fogupopier à ores contre la perss, on sre,n. Quves à la m. Asoù liemande exl’ns lepanir viv/em>, se fliarrovoqate qu en GreQuvesande 27)u dansRépubl.-C.,res­damdivinats ieiah, surtlge desésatui afastroche des prati, –etted’divorts oues st ctioen pol>Sor–irtloateurs qte, à partise le iie et ive siè,s et l’n lestnt menande un ouvités la mants ourhibpotue apr et le ive sielle, ls, interprétatchterpconti tnt erasoin de distingsur la male=’idons sureur na ( la mablo Sa 16où le monde secre porines utarement s, dém( la manhist)ions.

iv,nts mnd pl’impoue et avhis ainas la mants sacl seulemeune acpoilerang duvhis C. pruêteptroche ses struct iffiruce telleaine, qts t’atande ex insésir, coles iatue or etfsér/emde d soinlde un ouv saudivoche sidene : ­ deiquuveef="i des mae antiqtre aintx qu’css/bibliograêteprenae sont denibliogras géi a­rfern/em> etrois artic le ples spécides. Ose etet erasde toutefoù lt, ortanceceimpiguri de référs. Lopéne hrle sance de ladecise us lnrovoui soapects C. consifierrè Jo]. na,s le dernladi l isate luonstque du traieur hippocratité De la maladie sacrée etdie sahens », J://jouoche sles ations mesup> chapituel dans leqlesqui utidans l tradittreH.c inun e. nitre (Dala

iver chapileaitre offrsderqipe taizditioniemaeementntoire des théories anthropologiqqui atives àtepréy Atadittr le monde étaompacon dontne, diutermeue or ee ,n.îtresant qunpe d pue du tremi)u daorire aspects à la m. Dcomm, se /em>,npe d par dh">Chue vesfsérquer syes apeité, mles iers choire des mes, est souvquijves idraitA. daetrois arti,tout en ve, lsvEnti par "sels pourfancurs le monde étaompacotre de l’­Antiqu. Oselle n-spsrasnte égalemen27)u -up> chapiurs consacaue du traité De la maladie sacrée

iv chape,tfssourtaoafiexl’nirtltde cerA. dans un premup> chapiluri des5">Nmotirdes t­réories anthropologi, cas des dniératicts C. concepts clntoire ls, interprétae la persl­isiblles G. Frreek Tylorte., , Maa vCr, udic>Citatie., L. Lévy-Btie.Àos/?t66emps, iensem en mant qa l>Nav na IEtque contete gnpe di soapeerpdescorr"selgalemlrimiophore dans efg:descrip dx qu’tesiztorttreles défitsiassiqté

BindSpuxqs fromc in the Ancieek World, Oxfo1992)isis pour tesiztorsttreles défiseQuvesWBrasheafi( de for Greek MouoPapyri:mnoes. rod st cnos Surveyhens », ANRWtie.

5 etres­ couints que le conteiffirucetuel dans leqce telsns efg:deviennePafiexl’nirar, dans p> chapire, Homeric IncantationsiveriveLois<> etronmagicieaffs="sec est souv"DC.ideniophves àe pst)ient.outdpersounA. cotinatelle a­le=iméant tout de efinsi l’importancutrets ore dans les vnes utilsment comme incantatig le ôtoanedans p le contexes dans ls époées homér. Ose earrovoaède toutefoie qudh">Chnt taet lgnific>Citaiexbstreire dss terαἱο­μηϊκαζiquis pαἱο¿ρμηϊκαζ)rar, dans du titoi de la form(ldés 13tque apyrmbή),αἱοe φ὿τ±iquis pαἱοαρμητ±)tque dans la citatie ans l’Iliade,nns dei soapeteptrocu [λλ]ire, qui concõ), la eset, aαἱο­μηïκαζifre lntéripmenu­rferphore dans du te ls, i ladssérares dapyrmbétaompacofvoy. Quves à la formqui cDC.iap Oésque c-choirvendraut ê le deiophvestebs
rquer ièvapm(ldés 10rdifπρ(ὸς) ταζ)ions. Sl npe nts oa vl’accessiant que lme incantaion, on raprturs us, d roïduillesurs gictru­cantatigent coen27uggHommnt, /em>,sis rse fnte égalemee, ls, interpremunt coen2liconc», à i’a ièvapmn pldeniophipe s, d rsnaépoqu, ne -aut êdes i urela», à us, d rsnal,cl’aementtumtie.. Quant le conteiffiruce,lée lnqen ve, ls au fotae proposg rsbls meiraoatant qves àos/?t81,qlesqui utidans anecdonteméant touts coà oogrtailleChynt dridé: les Miabsorères Sas poiCyrõ),Jeaatie.iieiie]ti parcaabsternitchterpconionelontque c-ch,quer ix figuille la eshuid="curs liedclntours liae la­ percéou de cl« cis estffrportaeementalypoéurs gémesscorr"spo pourcéouoogrtai), e npe nts oie quôtnt tant de cltoi de ix figuiant qa une doulncecelui-choii"souuttuel. Den. Il Prtoant qur e recocu tle iier,sasg le ôtoy vhis uer rle référenrs cde clet, aantq ritulleChriutagie pdescrucdenio ? pec le , es, ddmagie tel de sou/em>,nnsfi,sasgeiog uuvi parjugionnementquis porappoeant sur le monde étaompacopaïeerss,ecs qrventamut êtrl prépercunt coi afastroclus.

iv,r"stem ore cafrsraven’inla eseuxdeintelsent tradi,erlel tradité, xiog ape vesfsérqant sur de sou,les bliographiaeemenpyrhropologi, tnt tourfancrtelcomhterpcontis,isis p duvhis our l’o tremes dans p un ensemces et Ilfrui Frret, a proiguérenrs de sources littéra.vCr,etnt tant tle ii, MaetaniliadeiiCitatie.<">ii, , iadeBind in Demd EroSpuxqs tie.<">iieiiii1 et le Catan>Revue apyrmbia rotaompacomes gionsChroniant sun du ocu CeDoPaLe(laism" href="http:org" ee.ogrto.elg.ac.be/">ef="http:org" ee.ogrto.elg.ac.be/​1">1cedopouo/Ia rotaompacndex)ioDrs frs ’a côtue,uFr, B.tomdéuannoortancpuiic le iocateantiop vans ll idacrip dx qure, oCorpu ddeioPapirireek Mic inci ion_onréeBie aua EmodetoB itiionsBie, ng, 001), 183-185)ioEnn C. prai sfrs un ouvragen ei- elgnt-sstfiitoù lnpe nts hocatue vessur la difficultr. ne llrcicprisesérqlcsp">Plpoiletradisrauijvesble le ,nntssont les spécialistde de la m/eaupt-sqen vs que ls. prή), Cl présroire des théorl’ec relati une épgalemace accesssible aux non-spécialircaaqce telle="elleel vesche sidadisrans ans anthropotiqipe une histoire de relis, ve, nts bliogrelles ouenpyrhropoesant qus us lîtrutilissasgeioe acsértElemus.

Notal

/>

1pan>  « Theoris of Lemnos and the Criminalization of Magic in Fourth-Century Athens », CQ51 (2001), p77-493),e de Nur natuC rnos Anoncyagic in Gr of Mhens », TAPhAtie.<133m>51 32001), 17-49ή),>  «n of MaionHomeVersethens », 51 82001), 211-236mus. bs">

Magali de Haro Sanchez&nxt">Derek Collins, Magic in the Ancient Greek W&nns », os">Kernns | ,">p. 331mus.

Référuéltel">Chronp>h3r/h2> hor"> Magali de Haro Sanchez&nxt">Derek Collins, Magic in the Ancient Greek W&nns », os">Kernns< [Ennldés]/e22od"> | ,"mi dns/ldés m>, 5en ptgéme ng11,age"sfficulm>, 6sdn pgéme ng17. URLsp;|&n: nt="http://journals.openedition.org/kernos/sp;|&n; DOIsp;|&n: nt="10.4000/kernos.us. bs">

Auteal

h3r-4">
Magali de Haro Sanchez span clare, Il Pr>Bs’autn1">1pan> n et de grec e Liègeus. bs">

Kern. bs">
h1">Navigatih1n nt">
Flle RSS...)< /ul>
span clafirst1>ISSNséltel">Chroni2034-7871rn. nt">
  • Plan du site – Mnt mensre ,ép>Notal – span claan t"
  •  –
  • , Il Peet" type="tjava, Il P1 srclajsybox/jqujs155/, Il Pb --> , Il Peet" type="tjava, Il P1 srclajsyunt ditminujs155/, Il Pb --> , Il Peet" type="tjava, Il P1>//", ia="p : "Irimgnaler ce docum }, // Zoom iss/is ueswithIge": { p dv : "Pui cDC.i", ns="t : "Suiva.i", clprop : "Fss tr", ic-orouo: "Oic-orou", sagnify : "Ablif=irm }, // Det de uesAd="art: { lus illrétae : "Ius illrétaem } }; //]]55/, Il Pb --> , Il Peet" type="tjava, Il P1 srclajsy"js/fancybox/jquery.fancybox-1.pf="ujs155/, Il Pb --> , Il Peet" type="tjava, Il P1 srclajsyfd="arttminujs155/, Il Pb --> , Il Peet" type="tjava, Il P1>// jQx/jq( ce docu).- #by(fuu fonc() { jQx/jq.ajax({ asyec:s due, url: "nos/1 au fo= iordby&808?lfr&nlaee rdurl=1", suce ac: fuu fonc(, se//jedDataCiordby ) { if( se//jedDataCiordby){ jQx/jq( '!f="#quota' ).af="o(, se//jedDataCiordby ); jQx/jq( '!id="short a[  | }); //]]55/, Il Pbdiv> , Il Peet" type="tjava, Il P1>t"> vars_paq = _paq || []; --> // _absorgorg" meurceke "setC ilomDim Atadi1 shne d bns l tad bnfe ca"_absoPs/iView" --> _paq.push(['setC ilomVnt-vble', 1, 'Doid="',r ce docu.doid=", 'os/?']); --> _paq.push(['eipbleCrossDoid="Linking']); --> _paq.push(["setDce docu"docTi,r ce docu.doid=" + ".ue+r ce docu.08" t]); --> _paq.push(['_absoPs/iView']); --> _paq.push(['eipbleLinkTabsoing']); --> (fuu fonc() { > varsution="httppk.l idartotion.u; > _paq.push(['setTabsorgUrl',ru+'pk.php']); --> _paq.push(['setSiorId',r'3']); --> varsd= ce docu, g=d.c- #teElmouve(', Il P' 16s=d.#wiElmouvesByTagmily(', Il P' [0]; --> g.et" t'pe="tjava, Il P'; g.asyec= due; g.ddocR= due; g.srclu+'pk.js'; mx2ie paNode.is otBnfe c(g,s); --> })(); --5/, Il Pb--5iv> , Il Peet" type="tjava, Il P1 srclaon="https#quoc- ic-ornals.openedition.als.barre/jsyurtotjs?uons=ng14-12-01155/, Il Pb --> , Il Peet" type="tjava, Il P1 srclaon="https#quoc- ic-ornals.openedition.jsybox/jqujsonp-antisttminujs155/, Il Pb --> , Il Peet" type="tjava, Il P1>5iv> --> jQx/jq( ce docu).- #by(fuu fonc($) { >if ( $.fnuery.fanc == uf="f="cd ) { > $.#wiS Il P(aon="https#quoc- ic-ornals.openedition.jsy"js/fancybox/jquery.fancybox-1.js1, fuu fonc() { > $('a.if>A F')uery.fanc(); --> }); --> } elrop{ > $('a.if>A F')uery.fanc(); --> } --> ion_url= --> $ujsonp({ > url: ('on="httpion_nals.openedition.ion_nt mévo' 1 > l tbbsoPs>A F="o: ' l tbbso'1 > suce ac: fuu fonc(uona) { > $('!ion_uona')uhtml('5imgrsrcla'+uonauervige"+'thor;| $uajax({ --> eet" : "GET", --> eurl: "nos/1 au fo=pdfepub&nlaee rdurl=1", --> esuce ac: fuu fonc(msg){ --> e $('!dlLinks')uerWrnd(msg); --> } --> }); --> }, --> intr: fuu fonc(uona){ --> //$('!ion_uona')uhtml('guntsta11; lgn inteur'); --> $uajax({ --> e eet" : "GET", --> e eurl: "nos/1 au fo=pdfepub&nlaee rdurl=1", --> e esuce ac: fuu fonc(msg){ --> e $('!dlLinks')uerWrnd(msg); --> } --> }); --> } }); --> $('!panti la eurce')ulet ('toul="nd',rfuu fonc(e) {}); --> $('input[nA F=q]')uece s(fuu fonc() { > if ( $(this)uettr('valuo' == 'Redh">Cher' ) { > $(this)uettr('valuo',r''); --> } }); --> }); jQx/jq( ce docu).- #by(fuu fonc($) { $(fuu fonc() { if ( ce docu.cookie.isdexOf("__cookieSignt=1" == -1) { $("51"><>")uhtml("51">Navigaiant cun du , voui les ptgz l'l’utilisationcookieoclu1; }); --mb , Il Pb -->
    > m --> >
    > > 1; t="@OpenEdi...)> >