Navigation – Plan du site
Études

Life, Death, and a Lokrian Goddess

Revisiting the Nature of Persephone in the Gold Leaves of Magna Graecia
Hanne Eisenfeld
p. 41-72

Résumés

en

La présente étude entreprend de réévaluer la figure de la déesse Perséphone telle qu’elle apparaît dans une partie du corpus des lamelles funéraires en or. Il s’agit de montrer que l’importance régionale de la Perséphone de Locres a contribué à la représentation de la déesses dans les lamelles destinées à être utilisées en Grande Grèce. Des représentations mythiques et cultuelles sur les tablettes en terre cuite (pinakes) dédiées à cette déesse révèlent non seulement une « reine chtonienne », mais aussi une divinité concernée par les sphères du mariage et de la naissance. Ces compétences entrent en résonance avec les notions de transition et de renaissance attestées dans les textes des lamelles d’or. Grâce à son importance régionale, la Perséphone de Locres fonctionnait comme une figure familière, capable d’ancrer dans le terreau existant des croyances locales l’expérience nouvelle et individuelle de l’initiation exprimée sur les lamelles.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Introduction
A Jaunt Through the Leaves
The Lokrian Maiden
Points of Contact
The Rooster or the Egg?
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

“Pure I come from the pure, Queen of the Chthonian Ones.” This is the opening line of a gold leaf — one element of a geographically and chronologically disparate corpus that has variously been described as ‘Orphic,’ ‘Pythagorean,’ and ‘Bacchic’ — from the site of Thurii in northern Calabria. The speaker is the soul of the initiate who presents the credentials that guarantee her a privileged status in the afterlife. The text goes on to identify the Chthonian Queen as Persephone and to characterize the initiate addressing her as a supplicant. A similar relationship can be glimpsed between Persephone and her worshippers in her cult at Epizephyrian Lokri in southern Calabria which Diodorus in his own time knew as the most illustrious in Italy. We lack the written evidence to know how this Persephone was addressed by her worshippers, but the visual evidence depicts her as a majestic goddess presiding over the lands of the dead, yet approachable by worshippers who came to seek...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hanne Eisenfeld, « Life, Death, and a Lokrian Goddess », Kernos, 29 | 2016, 41-72.

Référence électronique

Hanne Eisenfeld, « Life, Death, and a Lokrian Goddess », Kernos [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/kernos/2388 ; DOI : 10.4000/kernos.2388

Haut de page

Auteur

Hanne Eisenfeld

Boston College
Classical Studies Department
Stokes S260
140 Commonwealth Avenue
Chestnut Hill, MA 02467–3806
eisenfel@bc.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals