Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Débats

À propos de l’édition française de Partigia de Sergio Luzzatto

A proposito dell’edizione francese di Partigia di Sergio Luzzatto
About the French edition of Sergio Luzzatto’s Partigia
Enrico Mattioda
Traduction de Livia Di Ianni

Résumés

Partigia. Una storia della Resistenza, de Sergio Luzzatto, a paru en Italie en 2013 : l’objectif de cette recherche de “micro-histoire” était de reconstruire l’exécution, pour raisons disciplinaires, de deux partigiani membres du groupe de résistance auquel appartenait aussi Primo Levi. Parue en 2016, l’édition française est accompagnée d’une longue postface dans laquelle Luzzatto entend répondre aux critiques reçues par son livre. Le présent article veut montrer que Luzzatto prend appui sur un manque de contextualisation historique de l’événement pour construire chez Levi un sentiment de culpabilité. En réalité, Luzzatto ne fournit aucune preuve et masque ce manque de preuves en se transformant en un personnage menant une recherche et en élaborant un pacte de « véridicité » avec ses lecteurs. Quant à la postface, elle ne répond pas aux critiques et ajoute fort peu à la connaissance de la vie et de la pensée de Primo Levi.

Haut de page

Texte intégral

Le contexte historique

1Partigia. Une histoire de la Résistance de Sergio Luzzatto, publié par Mondadori en 2013, fit aussitôt polémique en Italie. L’édition française sort actuellement chez Gallimard sous le titre Partigia. Primo Levi, la Résistance et la mémoire. Le bandeau du livre est illustré d’une belle photo de Primo Levi dans son bureau, suggérant ainsi qu’il en sera l’objet. Le fait est que Partigia ne traite pas seulement de Levi, mais raconte une micro-histoire de la Résistance sur laquelle, pour la première fois, Primo Levi lui-même leva le voile. Dans le chapitre Or du Système périodique de 1975, Levi citait un fait, un « vilain secret » de sa très brève expérience de résistant, la condamnation à mort de certains camarades d’aventure au mois de décembre 1943 :

Entre nous, dans l’esprit de chacun, pesait un vilain secret, ce secret même qui nous avait exposés à la capture, éteignant en nous, quelques jours plus tôt, toute volonté de résister, et même de vivre. Nous nous étions trouvés obligés en conscience d’exécuter une condamnation et nous l’avions fait, mais nous en étions sortis démolis, démoralisés, désireux de voir tout finir et de finir nous-mêmes, mais désireux aussi de nous voir, de nous parler, de nous aider mutuellement à exorciser ce souvenir encore si récent.

2Les recherches de Luzzato ont porté à la connaissance d’un vaste public l’exécution de deux membres du groupe d’aspirants partisans dans lequel se trouvait Levi : Fulvio Oppezzo et Luciano Zabaldano furent deux victimes de l’ordre interne au groupe de partisans. Ce fait – certes sans les détails, et même avec quelques erreurs – était déjà connu parce que Levi en avait fait le récit et que ses biographes (Anissimov, Angier et Thomson) y avaient fait allusion. Quelques mois avant la parution du livre de Luzzatto était sorti, sur le même sujet, celui de Frediano Sessi, Il lungo viaggio di Primo Levi. La scelta della Resistenza, il tradimento, l’arresto. Una storia taciuta [Le long voyage de Primo Levi. Le choix de la Résistance, la trahison, l’arrestation. Une histoire passée sous silence], Venise, Marsilio, 2013, expédié par Luzzatto avec un jugement expéditif en pur style académique (il en parle comme d’un ouvrage « très modeste »). Quiconque voudra s’en assurer verra que le livre de Sessi est le fruit d’une recherche sérieuse, qui cite d’ailleurs des sources négligées par Luzzatto, mais veut se limiter aux faits sans construire une affaire ou un « scoop ».

3Pour quelqu’un comme Primo Levi qui, quarante ans plus tard, se sentait coupable de ne pas avoir partagé un verre d’eau avec un camarade, nous pouvons imaginer quel poids sur la conscience avait provoqué l’acceptation de la condamnation à mort de ces deux hommes. Le livre de Luzzatto entend, d’une part, reconstituer l’histoire de ces deux jeunes hommes et de leur exécution, celle des espions fascistes qui s’étaient déjà infiltrés dans la bande et qui insistèrent en faveur de l’exécution, de la justice non rendue pour les criminels fascistes dans l’après-guerre ; d’autre part, il essaye de retrouver dans l’œuvre de Levi les traces de ce choc. Nous verrons ensuite s’il y est parvenu. Le problème que je voudrais aborder maintenant est plutôt de savoir dans quelle mesure le livre peut être compris par un public non italien, par des lecteurs qui, en général, savent peu de choses de la lutte partisane en Italie, née après l’armistice du 8 décembre 1943, et des polémiques sur la Résistance qu’ont connues les décennies suivantes et qui ne sont toujours pas terminées à notre époque.

4Le premier problème est que l’histoire mêlée des différents personnages qui se rencontrent dans le livre forme une micro-histoire que Luzzatto ne contextualise pas à l’intérieur de l’histoire de la Résistance. L’auteur semble se poser une question sur le sens de sa propre recherche lorsqu’il se demande :

Alors que je travaillais à ce livre, il n’y eut pas un seul instant où je ne me sois posé la question : pourquoi ? Pourquoi enquêter sur une histoire qui ressemblait plutôt à une micro-histoire, apparemment aussi restreinte dans son sujet et son objet, dans le temps et dans l’espace ?

5La réponse que Luzzatto se donne – « pour approfondir les connaissances » – ne répond pas à cette question. C’est au contraire une réponse banale et générale : pour quelle autre raison devrait-on faire des recherches ? Il essaye de dramatiser la question pour après l’éluder : on dirait une façon de se protéger afin d’éviter de futures objections. En fait, le choix de Luzzatto est de faire une narration (qui devient autodiégétique quand lui aussi s’insère parmi les personnages du livre), et même s’il cite quelques textes historiques sur la Résistance en Italie, il évite de contextualiser sa micro-histoire à l’intérieur de l’histoire de la Résistance italienne et il tente d’absolutiser et de faire apparaître comme exceptionnelle une affaire qui ne l’est pas tant que ça, si ce n’est du fait de la présence de Primo Levi.

  • 1 A. Bravo, Raccontare per la storia – Narratives for History, Turin, Einaudi (Lezioni Primo Levi, 5) (...)

6Je m’explique : en Italie, la Résistance a été lue de façons très différentes pendant presque toutes les décennies successives de l’histoire et elle est devenue un thème acharné de polémique politique et de tentatives pour fonder sur elle la Constitution républicaine, l’identité nationale, l’idée même de démocratie ou pour en remettre en question l’importance à des fins idéologiques. Dans les années soixante-dix, la Résistance a été transformée en monument par la gauche ; dans cette période où, d’une part, le stragi fasciste (les attentats meurtriers perpétrés par les fascistes) et les activités des services secrets déviés, et de l’autre le terrorisme « rouge », semblaient mettre en crise la démocratie, la gauche parlementaire et en particulier le Parti communiste italien, ont construit le monument historiographique de la Résistance comme porteuse de toutes les valeurs positives du pays : l’idée ancienne de régénération morale de la nation était identifiée dans la Résistance, nouveau Risorgimento politique et moral qui pouvait devenir la base de l’identité nationale car interprété principalement comme guerre de libération contre l’étranger. Par rapport à cette situation, à la monumentalisation de la Résistance dans l’historiographie et l’opinion publique, Levi intervient en écrivant les pages d’Or dans le Système périodique ; d’ailleurs, ces pages avaient déjà été anticipées par la poésie Epigrafe, de 1952, avec laquelle il posait la question de la violence ou de la justice punitive interne aux groupes de partisans. C’était un acte de grand courage de sa part, comme l’a bien souligné Anna Bravo dans l’une des interventions les plus pondérées sur la question1. L’interprétation de la Résistance a ensuite été modifiée en profondeur par le grand essai de Claudio Pavone, Une guerre civile. Essai sur la moralité dans la Résistance, de 1991, où l’auteur distinguait trois types de guerres dans la Résistance (guerre civile, guerre de libération et guerre de classe) : cette analyse permettait de fissurer le monument et d’incorporer, sans intentions idéologiques, l’interprétation déjà chère à la droite italienne de la Résistance en tant que guerre civile. Mais dans ce livre, Pavone consacrait aussi le magnifique chapitre VII à la violence dans la guerre partisane ; ce chapitre contenait enfin vingt-cinq pages intitulées Autodiscipline et organisation de la violence. Le système punitif. À partir de ces pages mûrement réfléchies (et qui se confrontaient d’ailleurs avec le chapitre sur la Violence inutile de Les naufragés et les rescapés de Levi) jaillirait une nouvelle lecture, moins manichéenne, de la guerre partisane. Le fait que Luzzatto ne fasse pas référence aux études, qui pourtant existent, sur la justice punitive interne aux groupes de partisans est un des défauts majeurs du livre, qui finit par offrir une vision partielle, une optique déformée de ce qui se passa à Amay, la petite localité du Val d’Aoste où s’était positionnée le groupe auquel Levi avait adhéré. Les condamnations à mort dans les groupes de partisans furent nombreuses, parfois sans procès, et elles ont constitué le problème moral de base pour ces groupes : mais la moralité de la Résistance est un concept dont Luzzatto se passe volontiers (voir, par exemple, le sarcasme avec lequel il traite maintenant La Resistenza perfetta [La Résistance parfaite] de Giovanni De Luna, publié en 2015 et véritable contrechant de l’opération représentée par Partigia).

  • 2 « La mort infligée à autrui en l’agressant fait partie de la culture fasciste ; et sa propre mort (...)

7Cependant, si l’on reprend l’histoire des interprétations de la Résistance, il faut signaler comment, dans les années du triomphe de la droite berlusconienne en Italie, qui avait réuni autour d’elle les héritiers du fascisme, on a assisté à la tentative d’assimiler fascistes et résistants, de faire disparaître la différence entre violence fasciste et violence partisane, de mettre tout le monde sur le même plan2 : l’apogée de cette tentative a été atteinte avec Il sangue dei vinti [Le sang des vaincus] de Giampaolo Pansa (Milan, Sperling & Kupfer, 2003) qui lisait le mouvement de libération et les journées insurrectionnelles comme une sorte de gigantesque tuerie.

8Les tentatives de rapporter l’interprétation sur un plan de discussion historique, de lire les vingt mois de la Résistance en distinguant les différentes phases du mouvement de libération et de la guerre partisane n’ont pas manqué, comme on le voit, par exemple, dans le livre de Santo Peli, La Resistenza in Italia. Storia e critica [La Résistance en Italie. Histoire et critique],Turin, Einaudi, 2004, qui distingue cinq phases de la Résistance : la première, celle des origines, du 8 septembre jusqu’à la fin de l’année 1943, serait la phase qui concerne la brève expérience partisane de Levi. C’est une période caractérisée par la volonté de distinguer les vrais groupes de partisans des pilleurs, la Résistance du banditisme : et pour cela, les partisans adoptent un code moral interne très dur, qui souvent prévoit la fusillade pour celui qui commet quelques petits vols aux dépens de la population (en plus de ceux qui menacent de faire de la délation, ou qui menacent les civils pour se faire donner de l’argent). Luzzatto cite les débuts difficiles du mouvement partisan, mais il ne contextualise pas ensuite l’histoire de Levi dans cette période et cela est bien plus qu’un défaut du livre : c’est sa raison d’être. Parce que, précisément, la décontextualisation permet à Luzzatto d’assumer une morale proche de celle de Pansa (dont les mémoires sont évoquées au début du chapitre V), selon laquelle les morts sont tous égaux : si les partisans tuaient leurs camarades sans raison, les autres aussi étaient des victimes innocentes de la violence partisane.

9C’est pourquoi, même si le livre s’intéresse ensuite à la justice manquée envers les espions et les traîtres fascistes, il y a des gens qui ont pu taxer de “révisionnisme” l’opération de Luzzatto. Et c’est encore la décontextualisation qui lui permet de constituer en affaire la condamnation à mort des deux jeunes gens qui s’étaient unis au groupe de partisans où se trouvait Levi. Comme on va le voir, Luzzatto ne retrace pas les raisons pour lesquelles Oppezzo et Zabaldano ont été condamnés : il introduit le doute, insinuant qu’ils auraient été tués injustement. La morale du temps de guerre, et surtout celle du début de la guerre partisane, était très différente de celle d’aujourd’hui : on l’a déjà souligné, dans le code de guerre que de nombreux groupes de partisans avaient adopté, il suffisait parfois de voler un sac de farine pour être condamné à mort. Mais en décontextualisant, Luzzatto peut construire une affaire et la présence de Levi lui sert de caisse de résonance.

Le choix de se transformer en personnage dans la narration

  • 3 P. Levi, I sommersi e i salvati, dans Id., Opere, M. Belpoliti éd., Turin, Einaudi, 1997, vol. II, (...)

10Depuis Cicéron, si ce n’est plus tôt, l’écriture de l’histoire a été cataloguée comme un genre rhétorique qui pouvait assumer des modalités narratives ou se transformer en narration ; c’est un thème qui a parcouru les siècles et qui a été notoirement repris et développé par Nietzsche, Hayden White et d’autres encore. Je ne veux pas ici résumer le débat, mais faire remarquer que Luzzatto plonge son récit dans une dimension totalement narrative et franchit un pas ultérieur, celui qui consiste à faire de l’auteur un personnage. En effet, dans la liste des 46 personnages inscrite au début du livre, il manque un personnage fondamental de la narration, Sergio Luzzatto lui-même. C’est ce choix qui a contribué, pour beaucoup, à rendre le livre suspect : d’un côté, l’ironie n’a pas manqué (certains lecteurs n’ont pas hésité à définir Luzzatto comme une parodie d’Indiana Jones qui se déplace entre le Val d’Aoste et Monferrato) ; d’un autre côté, il a alarmé les lecteurs les plus attentifs à la littérature critique portant sur Primo Levi, parce que ce même artifice narratif avait été employé dans la biographie de Levi la plus discutée, The Double Bound [Le double lien] de Carol Angier ; ici aussi, l’auteure se fait personnage et la biographie devient ainsi l’histoire de sa recherche, elle se transforme en une sorte de policière à la recherche de traces. Mais cette approche cache de nombreux pièges : l’auteur qui se fait personnage veut transformer la recherche en fiction et risque de privilégier cette dernière aux dépens de la recherche de la vérité historique. Dans la biographie d’Angier, ce procédé littéraire non seulement aplatit toute l’expérience de Levi, soi-disant influencé par le prétendu trouble psychiatrique du double lien (et donc du rapport de Levi avec sa mère), mais finit par introduire des inventions qui vont à l’encontre de la vérité historique et des témoignages mêmes des survivants interviewés. L’exemple le plus déconcertant est peut-être l’extrait où Angier, sans le moindre scrupule moral mais seulement pour écrire une page captivante, invente une Vanda Maestro de mélodrame qui, pendant la dernière nuit avant le voyage à Auschwitz, concède ses faveurs au directeur italien du camp pour essayer d’éviter sa déportation. Les témoignages concernant cette nuit-là, reportée avec un tout autre soin par un biographe plus respectueux de la vérité historique et moins amoureux de lui-même et de sa propre écriture, comme Ian Thomson, affirment tout le contraire : mais Angier tenait plus à écrire une « belle » page que de se soucier de salir la mémoire d’une personne tuée à Auschwitz. Cette biographie m’a fait venir à l’esprit plusieurs pages de Levi, dont celles concernant le film de Liliana Cavani, Portier de nuit, défini comme « beau et faux »3 : l’esthétisme peut devenir un danger pour la vérité historique.

11Je dois dire que ces considérations me sont revenues à l’esprit quand j’ai commencé à lire Partigia, qui dès le début place l’auteur lui-même en personnage, et non des moindres. En fait, tout le livre se situe en narration autodiégétique, comme diraient les narratologues, en narration à la première personne. C’est l’auteur-personnage qui présente ses souvenirs d’enfance, qui est ensuite impliqué dans l’histoire, qui utilise ses rencontres avec des témoins plus ou moins fiables pour justifier ses propres assertions (et, dans l’édition française, pour dénigrer ceux qui ont osé critiquer son travail) : au centre du récit historique, l’enquête est mise au point, avec ses prémisses, ses progrès, ses conclusions. Mais ce choix narratif n’est pas dicté par l’égotisme ou la recherche de satisfactions personnelles : c’est le choix narratif fondamental pour autoriser l’opération de Luzzatto qui, de cette façon, établit un pacte entre l’auteur et le lecteur. L’auteur semble dévoiler ses cartes, montrer comment il a mené l’enquête et établir de cette façon un contrat ou un pacte de véridicité avec le lecteur. Bref, le choix narratif porte en soi l’idée que la recherche et ses conclusions ne pouvaient aboutir à des résultats différents de ceux que contient le livre. Au-delà de la solution narrative, ceux qui ont recensé le livre quand il a été publié en Italie en 2013 ont mis en cause les résultats auxquels Luzzatto prétendait être arrivé et ont surtout souligné deux défauts4 : Luzzatto n’était parvenu à aucune conclusion sur les raisons pour lesquelles les deux jeunes avaient été condamnés à mort et il n’avait pas analysé toutes les sources. Ces critiques minaient, à la base, toute l’opération construite par Luzzatto, qui s’est résolu à répondre dans une Postface à l’édition française.

La Postface à l’édition française

12La Postface commence immédiatement par une réprimande de Luzzatto envers deux collègues de l’Université de Turin qui ont osé le critiquer, Marco Revelli et Giovanni De Luna. Le premier avait écrit que dans Partigia, il y aurait « une disproportion entre les événements, infimes, et le relief qui leur est donné » ainsi qu’une « utilisation inhumaine de Primo Levi ». Alors que selon De Luna, Partigia n’est rien d’autre qu’une « chronique détaillée des événements », une enquête qui ne parvient à aucun résultat comme tous les « livres inaboutis ». Comme déjà sur les raisons qui l’ont conduit à écrire le livre, ici aussi Luzzatto ne donne pas de réponse : les critiques reçues sont toutes « spécieuses et inconsistantes » (p. 351) ; il ne démontre pas la raison pour laquelle elles seraient fausses en soi, mais essaye de discréditer ses adversaires en recourant à un jugement psychanalytique expéditif sur un groupe. Ils sont tous affiliés au lobby des ex de Lotta Continua (groupe d’extrême gauche fondé en 1969 et auto-dissout en 1976) et réunis par l’héritage de 1968, qui les a mis en opposition et en compétition avec leur pères partisans :

Ces fils soixante-huitards sont devenus pères à leur tour, voire grands-pères. Entre-temps, ils n’ont pas seulement perdu le pari de leur nouvelle Résistance, mais aussi, pour des raisons d’état civil évidentes, leurs pères partisans. Ainsi, la réélaboration d’une lutte collective et politique a dû se résumer, dans leur parcours existentiel, à la réélaboration d’une lutte individuelle et privée. (p. 350)

13Je tranquillise tout de suite Luzzatto : celui qui écrit ces pages avait quatre ans en 1968 et ainsi, « pour des raisons d’état civil évidentes », il ne peut pas être enrôlé parmi les soixante-huitards nostalgiques, ni même parmi les repentis.

14Après s’être de cette façon débarrassé de certains critiques, Luzzatto affirme vouloir dédier la postface aux années qui suivirent la Résistance, mais les choses sont légèrement différentes. A la page 372, il affronte en effet un autre témoignage, le seul témoignage écrit (en plus de celui d’Aldo Piacenza, dont on parlera plus tard), concernant la condamnation à mort d’Oppezzo et de Zabaldano, et il le fait avec une arrogance indigne d’un historien, sans même citer celui qui a divulgué le document (négligé par Luzzatto pendant ses recherches).

  • 5 A. Cavaglion, « La verità sul “segreto brutto” », La Stampa, 2 juin 2013 ; S. Luzzatto, « Primo Lev (...)

15Le mépris que Luzzatto montre pour « certains critiques qui se sont imprudemment jetés sur le plus classique ragot de village », signale tout au plus son insécurité sur le thème qu’il a affronté et sur la thèse de fond selon laquelle les deux jeunes auraient été tués pour des raisons futiles. Mais en quoi consiste le « ragot » ? Il fait référence à la Petite Chronique du prêtre de Brusson, Adolphe Barmaverain, sur laquelle Alberto Cavaglion, l’un des plus importants chercheurs sur Levi et la culture juive du xxe siècle en Italie, a attiré l’attention. Le curé enregistrait dans son journal les rumeurs selon lesquelles les deux partisans auraient été tués parce qu’ils avaient menacé et fait du chantage à une vieille dame juive d’Europe centrale. La dame, en effet, se suicida après que les deux partisans eurent été tués : ceci met en doute le fait que les deux événements soient liés, mais à vrai dire ne l’exclut pas ; il se peut, au contraire, que la dame ait cédé au désespoir justement parce que non seulement elle était menacée par les nazis et les fascistes, mais aussi par ceux qui auraient dû les combattre. Dans tous les cas, la polémique entre Luzzatto et Cavaglion, qui s’est déroulée en juin 2013 dans les pages de La Stampa5, a compromis la confiance dans les recherches menées par Luzzatto en montrant qu’il y avait d’autres pistes à suivre, d’autres témoignages à chercher ; c’est probablement ce qui rend Luzzatto furieux et qui l’amène à se défendre en insultant ceux qui ne pensent pas comme lui.

16C’est aussi pour cette raison que Luzzatto a continué à chercher des témoignages : mais les personnes qu’il cite ne connaissaient pas directement les faits. Vanda Favre (p. 371-372) ne faisait pas partie du groupe des partisans et elle ne participa sûrement pas à la décision de tuer les deux jeunes ; son rapport des faits semble porter sur le danger que représentaient Oppezzo et Zabaldano pour le groupe, comme s’ils avaient menacé de créer des désordres, ne fût-ce que par leur manque de discipline et l’absence d’idées claires sur ce que les autres entendaient par Résistance. Mais même si Vanda Favre était la nièce de Tina Varisellaz, la propriétaire de l’hôtel d’Amay où Levi et ses camarades furent arrêtés par les fascistes, son témoignage ne me semble pas avoir beaucoup plus de valeur que celui du prêtre de Brusson et il éclaire bien peu de choses.

17Il est encore plus difficile d’évaluer le témoignage d’Albina Zabaldano, la sœur aînée d’un des deux jeunes hommes qui ont été tués. « Bina » a passé sa vie à essayer de comprendre ce qui s’était passé : d’abord, on lui avait raconté que son frère était mort héroïquement en partisan, puis elle a découvert la dure vérité et en a beaucoup souffert (probablement ne l’a-t-elle jamais complètement acceptée). En outre, elle a dû assister à la divulgation du « vilain secret » de la part de Luzzatto, qui a fait savoir à tous que Luciano Zabaldano n’était pas mort en héros, mais qu’il avait été condamné à mort par ses camarades. Par ailleurs, pendant ses enquêtes pour comprendre comment s’étaient déroulées les choses, Albina, qui était employée dans la maison d’édition Einaudi, put en parler au fil du temps avec Primo Levi :

Sur les circonstances de ces rencontres, et les dialogues entre le célèbre chimiste écrivain et l’employée anonyme, Albina Zabaldano m’a prié de rester discret. Je ne peux donc ici que respecter sa volonté. Je me contenterai de dire une seule chose. Après avoir écouté le récit de tante Bina, je suis convaincu que le « vilain secret » a pesé sur les épaules de Primo Levi davantage encore que je ne l’avais imaginé quand j’écrivais Partigia.

18« À la bonne heure », aurait-on envie de dire : après avoir fait savoir à tout le monde qu’Oppezzo et Zabaldano étaient morts de façon ignoble, après avoir –  selon certains lecteurs – essayé de salir ou du moins d’utiliser la mémoire de Primo Levi, Luzzatto a découvert la valeur de la retenue. Ce recours à la retenue semble bien tardif : après les suppositions et les hypothèses, les réticences avec lesquelles il conclut maintenant sont autant d’insinuations avec lesquelles donner du crédit à sa propre théorie. Quoi qu’il en soit, Luzzatto n’apporte aucun témoignage certain.

Le suc ou la panthère ?

19Parmi les images que la littérature italienne a données de la recherche de sens ou du sens de la recherche, il y en a deux qui sont restées plus que d’autres dans l’imaginaire collectif : la première est celle qui provient du De vulgari eloquentia de Dante, où l’objet de la recherche, le vulgaire illustre, est défini comme une panthère insaisissable. L’autre image est celle avec laquelle Manzoni a voulu clore les Promessi sposi, où les humbles protagonistes tirent « le suc de toute l’histoire », à savoir le sens des histoires qu’ils ont vécues.

20Face à Partigia, pouvons-nous tirer une conclusion définitive, le suc du « vilain secret », ou bien devons-nous l’imaginer comme une panthère qui ne s’est pas laissé capturer  ? À mon avis – Luzzatto voudra bien me pardonner –, nous sommes dans la deuxième situation. D’après tous les témoignages, les paroles rapportées et les reconstructions, une vérité définitive sur cette affaire n’est pas apparue : le seul témoignage écrit reste celui du procès-verbal de l’interrogatoire d’Aldo Piacenza par des fascistes dans la caserne d’Aoste, où l’interrogé justifiait la décision par le fait qu’Oppezzo et Zabaldano étaient coupables de vols, de réquisitions forcées, et avaient fini par menacer de tirer sur leurs autres camarades ou de les trahir (p. 100-101). Témoignage peu fiable, certes, du fait de la situation où il a été donné. Témoignage qui est aussi remis en question par le rapport des médecins légistes qui ont récupéré les corps d’Oppezzo et de Zabaldano. Mais au-delà de cela, aucun élément décisif n’a émergé : la recherche de Luzzatto n’a pas démontré que les deux jeunes avaient été tués pour des raisons futiles. J’espère que l’image classique de la panthère sera plus acceptable pour Luzzatto que la définition brutale de « livre inabouti ». Parce qu’il ne suffit pas de revendiquer en une vingtaine de lignes (p. 376) que le centre du livre n’est pas d’établir les motivations de la condamnation à mort, mais de replacer ce traumatisme au cœur de l’œuvre de Levi et dans son élaboration de la « zone grise », alors que les 450 autres pages vont vraiment vers la reconstruction de l’événement, des motivations et des histoires des différents personnages.

  • 6 On me permettra de renvoyer à Enrico Mattioda, Levi, Rome, Salerno, 2011, p. 180-189.

21Par ailleurs, la tentative d’expliquer l’œuvre de Levi en fonction de ce traumatisme me semble amener à des conclusions que je ne peux pas partager. La « zone grise » est l’application d’une approche épistémologique plus ample, ce que Levi a défini une fois comme une « théorie des stades intermédiaires », à laquelle Levi arriva seulement dans les années quatre-vingt, après avoir abandonné d’autres approches épistémologiques comme le déterminisme puis la théorie du chaos6. Je ne pense pas, en somme, que la zone grise puisse être utilisée comme un principe toujours présent dans la pensée de Levi. Et surtout, je ne suis pas d’accord avec l’utilisation absolutisante de la biographie pour expliquer l’œuvre littéraire de Levi. Luzzatto, pages 341-347, explique certains épisodes de Se non ora quando ? [Maintenant ou jamais] sur la base de l’expérience traumatique d’Amay et de la brève expérience partisane de Levi : ces propositions me semblent acceptables et, pour ce qui concerne la première partie du roman, me paraissent des acquisitions sûres. L’ennui est que cette recherche qui a « passionné et tourmenté » Luzzatto devient pour lui une obsession : si l’on veut s’arrêter là et expliquer tout Levi à travers la biographie, on tombe dans une sorte de lansonisme sans développement. C’est ce qui se passe avec le récit Fin du gars de Marineo [Fine del Marinese] de 1949 : le protagoniste du récit est un partisan qui est arrêté et qui, pendant son transport en camion, s’empare d’une grenade et se suicide en tuant les fascistes. Levi a expliqué comment ceci était une projection de soi, d’un désir qu’il avait eu pendant son transport à Aoste (dans le récit Or du Système périodique, peu avant les quelques lignes sur le « vilain secret ») et qu’il n’eut pas le courage de réaliser. La même projection de soi, de sa réalisation manquée en tant que partisan, peut-être en tant que partisan juif (mais la conscience juive fut quelque chose de définitivement acquis à Auschwitz) agit encore plus fortement dans Maintenant ou jamais et c’est la raison même du roman. Refuser tout cela, réduire la littérature du partisan Levi à quelques événements, fussent-ils traumatiques, signifie en méconnaître la portée : la projection du désir, la nostalgie pour ce qui n’a pas pu être, peuvent être bien plus importantes qu’un traumatisme pour l’élaboration d’un roman. En particulier s’il s’agit du seul roman de Levi qui, uniquement à cette occasion, veut dépasser le vécu et s’abandonner au désir, à cette réalisation de soi que l’histoire avait réprimée.

Haut de page

Notes

1 A. Bravo, Raccontare per la storia – Narratives for History, Turin, Einaudi (Lezioni Primo Levi, 5), 2014, p. 99 et suiv.

2 « La mort infligée à autrui en l’agressant fait partie de la culture fasciste ; et sa propre mort et celle de ceux qui sont du même bord est un élément de cette mystique mortuaire, qui pousse même à augmenter, par rapport à la réalité, le nombre de ses disparus. Chez les résistants, en revanche, […] la possibilité d’être tué apparaît avant tout comme un gage que l’on donne à sa propre conscience, face au droit de tuer que l’on se reconnaît ; et dans les bulletins des partisans on accroît, parfois outre mesure, le nombre des ennemis abattus, jamais celui de ses propres morts. » C. Pavone, Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità nella Resistenza, Turin, Bollati Boringhieri, 1994 (2e édition), p. 430-431 (il en existe une version française : Une guerre civile. Essai historique sur l’éthique de la Résistance italienne, trad. J. Grossman avec la collab. de B. Droz, Paris, Le Seuil (L’Univers historique), 2005.

3 P. Levi, I sommersi e i salvati, dans Id., Opere, M. Belpoliti éd., Turin, Einaudi, 1997, vol. II, p. 1027.

4 Voir le dossier : http ://usagespublicsdupasse.ehess.fr/primo-levi-partisan-temoin-autour-de-partigia-de-sergio-luzzatto/.

5 A. Cavaglion, « La verità sul “segreto brutto” », La Stampa, 2 juin 2013 ; S. Luzzatto, « Primo Levi, quel suicidio non si lega ai partigiani », La Stampa, 4 juin 2013 ; A. Cavaglion, « Cavaglion : ma la voce raccolta dal curato è realistica », ibid.

6 On me permettra de renvoyer à Enrico Mattioda, Levi, Rome, Salerno, 2011, p. 180-189.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Enrico Mattioda, « À propos de l’édition française de Partigia de Sergio Luzzatto », Laboratoire italien [En ligne], 18 | 2016, mis en ligne le 28 novembre 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/1071 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.1071

Haut de page

Auteur

Enrico Mattioda

Professeur associato de littérature italienne à l’université de Turin. Il a consacré ses premiers travaux à l’histoire de littérature du XVIIIe siècle (Il dilettante per mestiere. F. Albergati Capacelli commediografo, Bologne, Il Mulino, 1993 ; Teorie della tragedia nel Settecento, Modène, Mucchi, 1994) ; il est l’éditeur scientifique d’un choix de tragédies et de textes de Carlo Goldoni et Melchior Cesarotti. Sur l’œuvre de Primo Levi, il a publié L’ordine del mondo. Saggio su Primo Levi, Naples, Liguori, 1998 ; Levi, Rome, Salerno editrice, 2011, et organisé le colloque « Al di qua del bene e del male». La visione del mondo di Primo Levi, Milan, Franco Angeli, 2000. Avec Mario Pozzi, il a écrit le livre Giorgio Vasari storico e critico, Florence, L. Olschki, 2006. De Giorgio Vasari il a aussi publié l’édition critique des Poesie, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2012

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page